Mon Site Gratuit : Horloge Virtuelle pour site internet Déluge et histoire depuis Abraham jusqu

 

  Bible et Calendrier Maya 

Histoire, Bible et Avenir révélé...

 

 

Fin du monde en 2027 :

 

http://www.leseditionsdunet.com/histoire-et-actualites/404-fin-du-monde-en-2027-patrick-dolciani-9782312002576.html

 

Livre « Fin du monde en 2027 » (14 pages affichées) :

http://www.u-reed.com/lecteur.php?id=270&width=580&height=848&bg=FFFFFF

 

Vente de « Mystères Révélés » Éditions La Pensée Universelle (1989) de Patrick DOLCIANI :

http://www.priceminister.com/offer?action=desc&aid=549302215

 

Déluge et histoire depuis Abraham

Jusqu'au Christ

 

Le déluge babylonien et celui de la Bible :

 

A.   Le Déluge babylonien

 

Le déluge babylonien (encyclopédie Larousse) :

C’est une légende insérée dans la XIème tablette du mythe de Gilgamesh. Un conseil des dieux ayant décidé de détruire le monde par le déluge, le dieu Ea donna des instructions à Outanapishtim (Noé) pour qu’il pût se sauver. Outanapishtim construisit un vaisseau et y embarqua tous les siens, toute semence de vie, tous les animaux sauvages et domestiques, tout son or et son argent. Les flots sont déchaînés ; le feu du ciel brûle ce qui n’est pas noyé. L’ouragan dure sept jours. Tour à tour, Outanapishtim lâche une colombe et une hirondelle, qui reviennent, n’ayant pas trouvé où se poser. Un corbeau ne revient pas, et Outanapishtim atterrit au sommet d’une montagne (mont Ararat). Il offre un sacrifice aux dieux, qui « accourent comme des mouches » auprès de leur seul adorateur survivant. En récompense de sa fidélité, Outanapishtim est conduit avec sa femme à la Bouche des Fleuves, où ils vivront « éternellement », alors que leurs enfants, également sauvés du déluge, repeupleront le monde que les dieux ne puniront plus jamais par une calamité collective.

On tend à admettre l’historicité d’un cataclysme en Babylonie, au IVème millénaire avant J.-C. (en réalité en 2418 av. notre ère), d’épaisses couches de limon pur recouvrant, à Our, des vestiges de civilisation.

L’épopée de Gilgamesh (selon « Les secrets des écritures oubliées », collection dirigée par Guy Rachet, Editions Robert LAFFONT) :

« En 1872, Georges Smith, étudiant des tablettes cunéiformes déposées au British Muséum où il était l’assistant du conservateur Samuel Birch, se rendit compte que ces tablettes ne contenaient pas des contrats ou des comptes mais un véritable texte littéraire. Ce Georges Smith était lui-même un personnage exceptionnel. Né en 1840 dans une famille pauvre, il apprit le métier de graveur sur cuivre. Mais il était surtout passionné par l’Orient et la Bible, car il connaissait parfaitement ces sujets.

Ayant collaboré à la gravure des planches destinées à illustrer un ouvrage de RAWLINSON, il s’éprit des cunéiformes qu’il se mit à étudier. Distingué par BIRCH, ce dernier l’embaucha pour récolter les tablettes du British Muséum ; mais bientôt il sut lire l’assyrien avec une telle aisance que BIRCH le prit comme assistant. C’est ainsi que Smith découvrit dans les tablettes le texte poétique venu du fond des âges qui rapportait l’histoire de Gilgamesh, ce personnage d’origine semi-divine qui, à l’époque sumérienne, construisit les murailles d’Uruk. Ce Gilgamesh n’était pas un personnage ordinaire et les gens d’Uruk se plaignirent aux dieux de ses violences, car in ne laissait pas un fils à son père, une fille à son aimé. Si bien que les dieux créèrent pour s’opposer à Gilgamesh un être sauvage, ENKIDU, qui vivait parmi les bêtes. Cet ENKIDU fut dompté par une courtisane et envoyé à Uruk où il lutta contre Gilgamesh avant de devenir son ami.

Les deux frères vont alors combattre un géant mythique, HUMBALA qui règne dans la montagne des cèdres (sans doute le Liban) ; revenus victorieux de cette expédition, ils vivent encore diverses aventures avant qu’ENKIDU ne soit emporté par une maladie. Gilgamesh découvre alors la réalité de la mort et il se met en quête du secret de l’immortalité. Il s’en va alors de par le monde et après de nombreuses aventures dans un univers fantastique, il parvient au bout du monde où demeure OUTA-NAPISHTIM, le Noé suméro-babylonien qui a obtenu la vie éternelle. OUTA-NAPISHTIM fait alors à son hôte le récit du Déluge qui a servi de modèle ( ?) à celui de la Bible, découverte de première importance due à la patience de Smith, car la tablette (la onzième) sur laquelle était écrit le récit, ne se trouvait pas dans le lot du British Muséum et c’est à Ninive que Smith est allé la chercher et l’a retrouvée.

Sur les indications d’OUTA-NAPISHTIM, Gilgamesh parvint à conquérir la plante d’immortalité au fond de la mer, mais il se la fit voler par un serpent et rentra à Uruk attendre la mort qu’il n’avait pu vaincre. »

Le Déluge (selon « A la recherche des cités et des mondes perdus », collection dirigée par Guy Rachet, Editions Robert LAFFONT) :

« Les Mésopotamiens nous ont laissé plusieurs récits du Déluge qui remontent à un – ou plusieurs – prototypes sumériens non encore découverts. La plus ancienne version que nous possédions (rédigée en akkadien, langue des sémites d’Akkad) est celle trouvée dans le temple de Nippur et qui date du début du 2ème millénaire avant notre ère. Dans ce récit Enki, le « Maître de la Terre » et dieu des eaux, décide d’envoyer de l’eau sur Dilmun, le paradis mythique des Sumériens : « Puisse ta ville boire de l’eau en abondance ! ». Cette eau fécondante, si précieuse dans ces régions désertiques, tombe avec tant d’abondance qu’elle submerge le monde pendant neuf mois ! Dans le poème sumérien dit « De la création et du déluge » qui date d’Hammourabi (18ème siècle avant notre ère), on apprend que les dieux du ciel Anu et Enlil décidèrent d’envoyer « un déluge de pluie » pour « détruire la semence de l’humanité ». On y montre le dieu Enki qui semble vouloir protéger un juste, roi et prêtre, ZIUDSUDDU ; ainsi retrouve-t-on celui-ci dans une grande barque pendant les sept jours du déluge.

Cependant la recension la plus complète est celle de la 11ème tablette de l’épopée de Gilgamesh, le héros sumérien, trouvée dans la bibliothèque d’Assourbanipal par Layard. Le Noé babylonien est ici OUTA-NAPISHTIM, l’aïeul de Gilgamesh. Les dieux ayant décidé de détruire l’humanité qui ne leur offrait plus de sacrifices, sur les conseils du dieu des eaux Ea (Ea est le nom sous lequel apparaît Enki dans cette épopée), OUTA-NAPISHTIM construit un bateau et y charge ses biens, sa famille, sa parenté, les animaux de la campagne, les artisans… Le bateau affronte pendant six jours une tempête si violente que même les dieux prennent peur : « Ils s’enfuient, ils montèrent aux cieux d’Anu ; les dieux s’accroupissent comme le chien, sur la muraille ils sont couchés ». Le septième jour, la tempête s’apaise et le sommet du mont Nisir sort de la mer comme une île où aborde l’arche. OUTA-NAPISHTIM lâche une colombe et une hirondelle qui reviennent ; un corbeau ensuite lâché ne revient pas ; le héros répand alors des libations et place des offrandes sur la montagne. On peut voir combien la version biblique du récit du déluge est redevable ( ?) à ce texte babylonien. Il reste à donner une explication satisfaisante de ce mythe du déluge, car les traces d’inondations locales trouvées par Woolley à Ur ne paraissent pas témoigner d’un déluge universel, tel que le décrivent les textes. »

 

Le Déluge selon Gilgamesh (Nouveau Dictionnaire Biblique, édition de 1988) :

Le récit babylonien le plus complet figure dans le poème épique de Gilgamesh. Le texte que nous possédons vient de la bibliothèque d’Assourbanipal (669-626 av. notre ère) ; c’est une copie de textes originaux beaucoup plus anciens. Cette épopée a été écrite sur 12 tablettes, dont la 11ème relate le déluge.

« Gilgamesh était roi d’Uruk (Erech). A la mort de son ami Engidu, le roi chercha un moyen de le rappeler à la vie. Sachant qu’Ut-napishtim, survivant du déluge, avait atteint l’immortalité, il partit avec Ur-Shanabi, le pilote d’Ut-napishtim, et traversa la mer en 3 jours, ce qui exigeait d’ordinaire un mois et demi. Gilgamesh demanda à Ut-napishtim comment il avait obtenu l’immortalité ; leur conversation rapporte l’histoire du déluge. Les dieux avaient résolu d’infliger un déluge à la ville de Shuruppak, située sur l’Euphrate. Ea, divinité de la sagesse, proclama leur décision devant une cabane de roseau : Ô cabane de roseau, cabane de roseau, ô mur, mur, ô cabane de roseau, écoute, ô mur, sois attentif ! Ô homme Shuruppak, fils d’Ubar-Tutu, démolis ta maison, bâtis un navire, abandonne tes biens, penses à ta vie…

Ut-napishtim était alors, semble-t-il, endormi dans la cabane, et eut un songe qui l’avertit. Il bâtit donc une nef en forme de cube, dont chacune des trois dimensions mesuraient 120 coudées ; ce bateau avait six étages ; il en divisa l’extérieur en sept parties et l’intérieur en neuf ; il l’enduisit de trois couches de bitume à l’extérieur et en mit autant à l’intérieur. On fit provision d’huile pour la consommation et pour les libations. Ut-napishtim remplit la nef d’or et d’argent ; il fit entrer dans le bateau sa famille, ses serviteurs, ses ouvriers, et les bêtes des champs. Au temps marqué, le soir, une terrible tempête s’éleva. Ut-napishtim s’embarqua et ferma la porte. A l’aube parut à l’horizon un nuage noir où tonnait Adad. Tandis que certains dieux allaient avertir montagnards et riverains, la pluie tombait. Le déluge submergea les montagnes, les habitants du ciel ne reconnaissaient plus les humains. Les dieux s’effrayèrent : les dieux eurent peur du déluge, ils s’enfuirent, gagnèrent le ciel plus élevé ; les dieux se tapirent comme fait le chien, ils s’étendirent sous les murailles ; Ishtar cria comme une femme enceinte… les dieux baissèrent la tête et pleurèrent.

Le vent souffla six jours et six nuits, l’ouragan submergea le pays, mais diminua le septième jour. Ut-napishtim dit : Je regardai la mer, elle avait cessé de mugir, et toute l’humanité était devenue de l’argile.

Puis il ouvrit la fenêtre et regarda dans tous les sens. Douze jours plus tard une île apparut ; le bateau s’arrêta finalement sur le mont Nisir. Sept jours après, Ut-napishtim lâcha une colombe qui revint ; puis une hirondelle, qui revint aussi. Enfin il libéra un corbeau. A ce propos, il dit : Le corbeau sortit, vit les eaux s’abaisser ; il se posa, pataugea, croassa, ne revint pas.

Ut-napishtim expédia ensuite aux quatre points cardinaux tout ce qui était dans l’arche et fit un sacrifice au sommet d’une montagne. Il disposa les vases du sacrifice en rang de sept et amoncela derrière eux des roseaux, du bois de cèdre, des rameaux de myrte. Les dieux furent satisfaits, car Ut-napishtim dit : Les dieux respirèrent l’arôme, les dieux humèrent la douce saveur, les dieux s’assemblèrent autour du sacrifice comme des mouches.

Les dieux, semble-t-il, n’approuvèrent finalement pas le déluge ; Ishtar dit d’Enlil : Il manqua de sagesse ; il envoya le déluge, et dénombra mon peuple pour le détruire.

Ea dit à Enlil : Comment as-tu pu, subitement, envoyer un déluge ? Que le poids de son péché pèse sur le coupable, que le pécheur soit chargé de son méfait ; soit patient, n’envoie pas le déluge, aie pitié ! Que les hommes ne périssent pas !

Ea, descendu sur le bateau, fit comparaître Ut-napishtim et son épouse. Il les bénit et leur octroya l’immortalité. »

 

 

B.   Le Déluge biblique

Le Déluge de la Bible (extrait du site « Histoire, Bible et Avenir » de Patrick DOLCIANI):

 

Genèse, chapitre 6 :
 

1 Et il arriva quand les hommes commencèrent à se multiplier sur la face de la terre et que des filles leur furent nées, 2 que les fils de Dieu virent les filles des hommes, qu’elles étaient belles, et ils se prirent des femmes d’entre toutes celles qu’ils choisirent. 3 Et l’Éternel dit : Mon Esprit ne contestera pas à toujours avec l’homme, puisque lui n’est que chair; mais ses jours seront cent vingt ans. 4 Les géants étaient sur la terre en ces jours-là, et aussi après que les fils de Dieu furent venus vers les filles des hommes et qu’elles leur eurent donné des enfants : ceux-ci furent les vaillants hommes de jadis, des hommes de renom.


5 Et l’Éternel vit que la méchanceté de l’homme était grande sur la terre, et que toute l’imagination des pensées de son cœur n’était que méchanceté en tout temps.6 Et l’Éternel se repentit d’avoir fait l’homme sur la terre, et il s’en affligea dans son cœur. 7 Et l’Éternel dit : J’exterminerai de dessus la face de la terre l’homme que j’ai créé, depuis l’homme jusqu’au bétail, jusqu’aux reptiles, et jusqu’aux oiseaux des cieux, car je me repens de les avoir faits. 8 Mais Noé trouva grâce aux yeux de l’Éternel.


9 Ce sont ici les générations de Noé : Noé était un homme juste ; il était parfait parmi ceux de son temps ; Noé marchait avec Dieu. 10 Et Noé engendra trois fils : Sem, Cham, et Japhet. 11 Et la terre était corrompue devant Dieu, et la terre était pleine de violence, 12 Et Dieu regarda la terre, et voici, elle était corrompue, car toute chair avait corrompu sa voie sur la terre.

13 Et Dieu dit à Noé : La fin de toute chair est venue devant moi, car la terre est pleine de violence à cause d’eux ; et voici, je vais les détruire avec la terre. 14 Fais-toi une arche de bois de gopher. Tu feras l’arche avec des loges, et tu l’enduiras de poix en dedans et en dehors. 15 Et c’est ainsi que tu la feras : la longueur de l’arche sera de trois cents coudées (135 mètres), sa largeur de cinquante coudées (22,50 mètres), et sa hauteur de trente coudées (13,50 mètres). 16 Tu feras un jour à l’arche, et tu l’achèveras en [lui donnant] une coudée (0,45 mètre) d’en haut ; et tu placeras la porte de l’arche sur son côté ; tu y feras un étage inférieur, un second, et un troisième.


17 Et moi, voici, je fais venir le déluge d’eaux sur la terre, pour détruire de dessous les cieux toute chair en laquelle il y a esprit de vie ; tout ce qui est sur la terre expirera. 18 Et j’établis mon alliance avec toi, et tu entreras dans l’arche, toi, et tes fils et ta femme et les femmes de tes fils avec toi. 19 Et de tout ce qui vit, de toute chair, tu feras entrer dans l’arche deux de chaque [espèce], pour les conserver en vie avec toi ; ce seront le mâle et la femelle. 20 Des oiseaux selon leur espèce, et du bétail selon son espèce, de tout reptile du sol selon son espèce, deux de chaque [espèce] entreront vers toi, pour [les] conserver en vie. 21 Et toi, prends de tout aliment qui se mange, et tu en feras provision près de toi et cela vous sera pour nourriture, à toi et à eux. 22 Et Noé le fit ; selon tout ce que Dieu lui avait commandé, ainsi il fit.
 

Genèse, chapitre 7 :
 

1 Et l’Éternel dit à Noé : Entre dans l’arche, toi et toute ta maison, car je t’ai vu juste devant moi en cette génération. 2 De toutes les bêtes pures tu prendras sept par sept, le mâle et sa femelle, et des bêtes qui ne sont pas pures, deux, le mâle et sa femelle ; 3 de même des oiseaux des cieux, sept par sept, mâle et femelle, pour conserver en vie une semence sur la face de toute la terre. 4 Car encore sept jours, et je fais pleuvoir sur la terre pendant quarante jours et quarante nuits, et j’exterminerai de dessus la face de la terre tout ce qui existe [et] que j’ai fait.


5 Et Noé fit selon tout ce que l’Éternel lui avait commandé. 6 Et Noé était âgé de six cents ans quand le déluge eut lieu [et qu’il vint] des eaux sur la terre. 7 Et Noé entra dans l’arche, et ses fils et sa femme et les femmes de ses fils avec lui, à cause des eaux du déluge. 8 Des bêtes pures, et des bêtes qui ne sont pas pures, et des oiseaux, et de tout ce qui rampe sur le sol, 9 il en entra deux par deux vers Noé dans l’arche, mâle et femelle, comme Dieu l’avait commandé à Noé.


10 Et il arriva, au bout de sept jours, que les eaux du déluge furent sur la terre. 11 L’an six cent de la vie de Noé, au second mois, le dix-septième jour du mois, en ce jour-là, toutes les fontaines du grand abîme se rompirent et les écluses des cieux s’ouvrirent ; 12 et la pluie fut sur la terre quarante jours et quarante nuits. 13 En ce même jour-là, Noé, et Sem et Cham et Japhet, fils de Noé, et la femme de Noé, et les trois femmes de ses fils avec eux, entrèrent dans l’arche, 14 eux, et tous les animaux selon leur espèce, et tout le bétail selon son espèce, et tous les reptiles qui rampent sur la terre selon leur espèce, et tous les oiseaux selon leur espèce, tout oiseau de toute aile ; 15 et ils entrèrent vers Noé dans l’arche, deux par deux, de toute chair ayant en elle esprit de vie. 16 Et ce qui entra, entra mâle et femelle, de toute chair, comme Dieu le lui avait commandé. Et l’Éternel ferma [l’arche] sur lui.

17 Et le déluge fut sur la terre quarante jours ; et les eaux crûrent et soulevèrent l’arche, et elle fut élevée au-dessus de la terre. 18 Et les eaux se renforcèrent et crûrent beaucoup sur la terre ; et l’arche flottait sur la face des eaux. 19 Et les eaux se renforcèrent extraordinairement sur la terre ; et toutes les hautes montagnes qui étaient sous tous les cieux furent couvertes. 20 Les eaux se renforcèrent de quinze coudées par-dessus, et les montagnes furent couvertes. 21 Et toute chair qui se mouvait sur la terre expira, tant les oiseaux que le bétail et les bêtes [des champs] et tout ce qui fourmille sur la terre, et tout homme. 22 Tout ce qui avait le souffle de vie dans ses narines, de tout ce qui était sur la terre sèche, mourut. 23 Et tout ce qui existait sur la face de la terre fut détruit, depuis l’homme jusqu’au bétail, jusqu’aux reptiles et jusqu’aux oiseaux des cieux : ils furent détruits de dessus la terre ; et il ne resta que Noé et ce qui était avec lui dans l’arche.


24 Et les eaux se renforcèrent sur la terre, cent cinquante jours.
 

Genèse, chapitre 8 :

 

1 Et Dieu se souvint de Noé, et de tous les animaux et de tout le bétail, qui étaient avec lui dans l’arche ; et Dieu fit passer un vent sur la terre, et les eaux baissèrent ; 2 et les fontaines de l’abîme et les écluses des cieux furent fermées, et la pluie qui tombait du ciel fut retenue.
3 Et les eaux se retirèrent de dessus la terre, allant et se retirant ; et les eaux diminuèrent au bout de cent cinquante jours. 4 Et l’arche reposa sur les montagnes d’Ararat, au septième mois, au dix-septième jour du mois.


5 Et les eaux allèrent diminuant jusqu’au dixième mois ; au dixième mois, le premier jour du mois, les sommets des montagnes apparurent. 6 Et il arriva, au bout de quarante jours, que Noé ouvrit la fenêtre de l’arche qu’il avait faite ; 7 et il lâcha le corbeau, qui sortit, allant et revenant jusqu’à ce que les eaux eussent séché de dessus la terre. 8 Et il lâcha d’avec lui la colombe, pour voir si les eaux avaient baissé sur la face du sol ; 9 mais la colombe ne trouva pas où poser la plante de son pied, et revint à lui dans l’arche, car les eaux étaient sur la face de toute la terre ; et il étendit sa main, et la prit, et la fit entrer auprès de lui dans l’arche. 10 Et il attendit encore sept autres jours, et il lâcha de nouveau la colombe hors de l’arche. 11 Et la colombe vint à lui au temps du soir, et voici, dans son bec, une feuille d’olivier arrachée. Et Noé sut que les eaux avaient baissé sur la terre. 12 Et il attendit encore sept autres jours, et il lâcha la colombe, et elle ne revint plus de nouveau vers lui.

13 Et il arriva, l’an six cent un (de la vie de Noé), au premier [mois], le premier [jour] du mois, que les eaux furent séchées de dessus la terre ; et Noé ôta la couverture de l’arche et regarda, et voici, la face du sol avait séché. 14 Et au second mois, le vingt-septième jour du mois, la terre fut sèche.


15 Et Dieu parla à Noé, disant : 16 Sors de l’arche, toi, et ta femme et tes fils et les femmes de tes fils avec toi. 17 Fais sortir avec toi tout animal qui est avec toi, de toute chair, tant oiseaux que bétail, et tout reptile qui rampe sur la terre, et qu’ils foisonnent en la terre, et fructifient et multiplient sur la terre. 18 Et Noé sortit, et ses fils, et sa femme et les femmes de ses fils avec lui. 19 Tout animal, tout reptile et tout oiseau, tout ce qui se meut sur la terre, selon leurs espèces, sortirent de l’arche.

20 Et Noé bâtit un autel à l’Éternel, et prit de toute bête pure et de tout oiseau pur, et offrit des holocaustes sur l’autel. 21 Et l’Éternel flaira une odeur agréable; et l’Éternel dit en son cœur : Je ne maudirai plus de nouveau le sol à cause de l’homme, car l’imagination du cœur de l’homme est mauvaise dès sa jeunesse ; et je ne frapperai plus de nouveau tout ce qui est vivant, comme je l’ai fait. 22 Désormais, tant que seront les jours de la terre, les semailles et la moisson, et le froid et le chaud, et l’été et l’hiver, et le jour et la nuit, ne cesseront pas.
 

Chapitre 8

Commentaire :

Le mont Ararat, situé en Arménie dans la Turquie orientale, culmine à 5 165 mètres d’altitude, ce qui a fait croire pendant longtemps que le Déluge de Noé n’était qu’un mythe. Mais la présence de l’Arche de Noé sur ce mont a été signalée à plusieurs reprises : d’abord par des ouvriers turcs en 1839 et ensuite, en 1955, par les alpinistes français Navarra et De Riquier qui dégagèrent une partie de la structure en bois enfouie sous la glace ; ils ramenèrent un morceau de poutre et les analyses faites démontrèrent qu’il s’agissait d’une pièce de chêne équarrie, âgée d’environ 5 000 ans. Or le Déluge de la Genèse a eu lieu de 2418 à 2417 av. notre ère, ce qui lui faisait exactement 4 372 années d’ancienneté en 1955 (2418 av. notre ère à 1955). Depuis, il y a eu bien d’autres témoins et un film de l’Arche a même été diffusé sur FR3. Mais, après cela, cette information est restée étrangement très « occultée ».

Genèse, chapitre 7, 10-16 :
10 Et il arriva, au bout de sept jours, que les eaux du déluge furent sur la terre. 11 L’an six cent de la vie de Noé, au second mois, le dix-septième jour du mois, en ce jour-là, toutes les fontaines du grand abîme se rompirent et les écluses des cieux s’ouvrirent ; 12 et la pluie fut sur la terre quarante jours et quarante nuits. 13 En ce même jour-là, Noé, et Sem et Cham et Japhet, fils de Noé, et la femme de Noé, et les trois femmes de ses fils avec eux, entrèrent dans l’arche, 14 eux, et tous les animaux selon leur espèce, et tout le bétail selon son espèce, et tous les reptiles qui rampent sur la terre selon leur espèce, et tous les oiseaux selon leur espèce, tout oiseau de toute aile ; 15 et ils entrèrent vers Noé dans l’arche, deux par deux, de toute chair ayant en elle esprit de vie. 16 Et ce qui entra, entra mâle et femelle, de toute chair, comme Dieu le lui avait commandé. Et l’Éternel ferma [l’arche] sur lui.
 

Genèse, chapitre 8, 1-3 :
« 1 Et Dieu se souvint de Noé, et de tous les animaux et de tout le bétail, qui étaient avec lui dans l’arche ; et Dieu fit passer un vent sur la terre, et les eaux baissèrent ; 2 et les fontaines de l’abîme et les écluses des cieux furent fermées, et la pluie qui tombait du ciel fut retenue.
3 Et les eaux se retirèrent de dessus la terre, allant et se retirant ; et les eaux diminuèrent au bout de cent cinquante jours. 4 Et l’arche reposa sur les montagnes d’Ararat, au septième mois, au dix-septième jour du (7°) mois. »

 

Le texte du Déluge fait référence à la date de naissance de Noé pour fixer un calendrier des événements du Déluge ; il apparaît que depuis le 17° jour du deuxième mois jusqu’au 17° jour du septième mois, il s’est passé un cycle précis de 150 jours. Nous remarquons en effet que nous comptons « cinq mois » (du 2° au 7° mois) mentionnés par ailleurs comme une période de « 150 jours », ce qui signifie que le calendrier de Noé comptait des mois invariables de trente jours :

5 x 30 jours = 150 jours.

Du premier jour du premier mois du 600° anniversaire de la naissance de Noé jusqu’au premier jour du dixième mois, lorsque les sommets des montagnes apparaissent vus de l’Arche, neuf mois de 30 jours se sont écoulés, soit 270 jours.

Ensuite, le premier jour du premier mois de l’an 601 de la vie de Noé, lorsque Noé ôta la toiture de l’Arche, une année de 365 jours s’était écoulée, laquelle avait commencé en même temps que le cycle de neuf mois dont nous venons de parler. Par conséquent, depuis la fin du cycle de 9 mois, ou de 270 jours, jusqu’au moment où Noé fêtait son 601° anniversaire, il s’était passé 95 jours :

365 jours – 270 jours = 95 jours.

Or, dans ces 95 jours, nous avons trois mois de trente jours et cinq jours additionnels, lesquels sont les cinq jours « épagomènes » du calendrier égyptien qui définit les périodes sothiaques de 1460 ans :

v      Année du calendrier égyptien : 12 x 30 jours = 360 jours ; 360 jour + 5 jours = 365 jours = une année solaire égyptienne.

v      Année du calendrier de Noé : 95 jours = 30 jours + 30 jours + 30 jours + 5 jours ; 270 jours [9 x 30 jour] + 95 jours = 365 jours = 360 jours + 5 jours « épagomènes ».

 

La date citée de la sortie de l’Arche était le 27° jour du 2° mois de l’an 601 de la vie de Noé, soit un an et dix jours (ou 375 jours) depuis le 17° jour du même 2° mois de l’année précédente, lorsque commençait le Déluge. Le Déluge a duré 375 jours (un an et 10 jours) jusqu’à la sortie de l’Arche. 375 jours font aussi 12,5 x 30 jours.

Il y a eu en tout :

1°) Douze mois de trente jours, soit 360 jours (12 x 30 jours = 360 jours) :

2°) Cinq jours additionnels, soit 365 jours (360 jours + 5 jours = 365 jours) ;

3°) Dix jours qu’il faut à nouveau ajouter, car ils séparent le 27° jour du 17° jour du même « deuxième mois » de l’année (le 27° jour du 2° mois – le 17° jour du 2° mois = 10 jours), soit 375 jours (365 jours + 10 jours = 375 jours).

Soit : 360 jours + 5 jours + 10 jours = 375 jours.

 

Récapitulatif chronologique :

a)  L’an 600, le 2° mois (Paophi), le 10° jour (de la vie de Noé), sept jours avant le Déluge, Noé est averti (il avait alors 600 ans et 39 jours) :

« 4 Car encore sept jours, et je fais pleuvoir sur la terre pendant quarante jours et quarante nuits, et j’exterminerai de dessus la face de la terre tout ce qui existe et que j’ai fait. »

b)  L’an 600, le 2° mois (Paophi), le 17° jour (de la vie de Noé qui avait 600 ans et 46 jours), le Déluge commence :

« 5 Et Noé fit selon tout ce que l’Éternel lui avait commandé. 6 Et Noé était âgé de six cents ans quand le déluge eut lieu et qu’il vint des eaux sur la terre. 10 Et il arriva, au bout de sept jours, que les eaux du déluge furent sur la terre. 11 L’an six cent de la vie de Noé, au second mois, le dix-septième jour du mois, en ce jour-là, toutes les fontaines du grand abîme se rompirent et les écluses des cieux s’ouvrirent ; 12 et la pluie fut sur la terre quarante jours et quarante nuits. 13 En ce même jour-là, Noé, et Sem et Cham et Japhet, fils de Noé, et la femme de Noé, et les trois femmes de ses fils avec eux, entrèrent dans l’arche. »

c)  L’an 600, le 3° mois (Athyr), le 27° jour (de la vie de Noé qui avait 600 ans et 86 jours), fin de la montée des 40 jours premiers jours du Déluge :

« 17 Et le déluge fut sur la terre quarante jours ; et les eaux crûrent et soulevèrent l’arche, et elle fut élevée au-dessus de la terre. 18 Et les eaux se renforcèrent et crûrent beaucoup sur la terre ; et l’arche flottait sur la face des eaux. 19 Et les eaux se renforcèrent extraordinairement sur la terre ; et toutes les hautes montagnes qui étaient sous tous les cieux furent couvertes. 20 Les eaux se renforcèrent de quinze coudées par-dessus, et les montagnes furent couvertes. 21 Et toute chair qui se mouvait sur la terre expira, tant les oiseaux que le bétail et les bêtes des champs et tout ce qui fourmille sur la terre, et tout homme. »

d)  L’an 600, le 7° mois (Phaménoth), le 17° jour (de la vie de Noé qui avait 600 ans et 196 jours), l’Arche se pose sur l’Ararat :

150 jours sont passés depuis le début du Déluge.

« 24 Et les eaux se renforcèrent sur la terre, cent cinquante jours. 3 Et les eaux se retirèrent de dessus la terre, allant et se retirant ; et les eaux diminuèrent au bout de cent cinquante jours. 4 Et l’arche reposa sur les montagnes d’Ararat, au septième mois, au dix-septième jour du mois. »

e)  L’an 600, le 10° mois (Payni), le 1° jour (de la vie de Noé qui avait 600 ans et 270 jours), les sommets des montagnes apparaissent vus de l’Arche :

90 jours (3 mois après le 7° mois) - 16 jours (différence du 1° jour au 17° jour) = 74 jours ; 74 jours + 150 jours (déjà passés) = 224 jours. Il y a donc 224 jours depuis le début du Déluge jusqu’à ce que les sommets des montagnes apparaissent vus de l’Arche.

« 5 Et les eaux allèrent diminuant jusqu’au dixième mois ; au dixième mois, le premier jour du mois, les sommets des montagnes apparurent. »

f) Quarante jours (11° jour d’Epiphi, 11° mois) après « l’an 600, 10° mois, 1° jour (de la vie de Noé) », le corbeau et la colombe sont lâchés (cela faisait : 9 x 30 = 270 jours ; 270 jours + 40 jours = 310 jours passés depuis la date anniversaire de la vie de Noé) :

224 jours  + 40 jours = 264 jours qui s’étaient passés depuis le commencement du Déluge jusqu’à ce que le corbeau et la colombe soient lâchés.

« 6 Et il arriva, au bout de quarante jours, que Noé ouvrit la fenêtre de l’arche qu’il avait faite ; 7 et il lâcha le corbeau, qui sortit, allant et revenant jusqu’à ce que les eaux eussent séché de dessus la terre. »

g)  Quarante sept jours (18° jour d’Epiphi, 11° mois) après « l’an 600, 10° mois, 1° jour (de la vie de Noé) », la colombe est lâchée pour la deuxième fois (cela faisait : 9 x 30 = 270 jours ; 270 jours + 40 jours = 310 jours ; 310 jours + 7 jours = 317 jours passés depuis la date anniversaire de la vie de Noé) :

224 jours  + 40 jours + 7 jours = 271 jours qui s’étaient passés depuis le commencement du Déluge jusqu’à ce que la colombe soit à nouveau lâchée.

« 10 Et il attendit encore sept autres jours, et il lâcha de nouveau la colombe hors de l’arche. 11 Et la colombe vint à lui au temps du soir, et voici, dans son bec, une feuille d’olivier arrachée. Et Noé sut que les eaux avaient baissé sur la terre. »

h)  Cinquante-quatre jours (25° jour d’Epiphi, 11° mois) après « l’an 600, 10° mois, 1° jour (de la vie de Noé) », la colombe ne revient plus (cela faisait : 9 x 30 = 270 jours ; 270 jours + 40 jours = 310 jours ; 310 jours + 7 jours = 317 jours ; 317 jours + 7 jours = 324 jours passés depuis la date anniversaire de la vie de Noé) :

224 jours  + 40 jours + 7 jours + 7 jours = 278 jours qui s’étaient passés depuis le commencement du Déluge jusqu’à ce que la colombe soit lâchée pour la troisième fois et ne revienne plus.

« 12 Et il attendit encore sept autres jours, et il lâcha la colombe, et elle ne revint plus de nouveau vers lui. »

i)   L’an 601, le premier mois (Thot), le 1° jour du mois, la couverture de l’Arche est ôtée (cela faisait : 9 x 30 = 270 jours ; 270 jours + 40 jours = 310 jours ; 310 jours + 7 jours = 317 jours ; 317 jours + 7 jours = 324 jours ; 324 jours + 41 jours = 365 jours passés depuis la date anniversaire de la vie de Noé) :

L’an 600, le 2° mois, le 17° jour (de la vie de Noé), le Déluge commence : cela faisait 46 jours (30 jours + 16 jours passés = 46 jours) après la date anniversaire de Noé. Il y a donc : 365 jours – 46 jours = 319 jours passés après le début du Déluge lorsque Noé retire la couverture de l’Arche. Cela se produisit 41 jours après le troisième départ de la colombe (319 jours – 278 jours).

« 13 Et il arriva, l’an six cent un (de la vie de Noé), au premier mois, le premier jour du mois, que les eaux furent séchées de dessus la terre ; et Noé ôta la couverture de l’arche et regarda, et voici, la face du sol avait séché. »

j)   L’an 601, le 2° mois, le 27° jour du mois, la terre est sèche (cela faisait 56 jours passés depuis la date anniversaire de la vie de Noé) :

L’an 600, le 2° mois, le 17° jour (de la vie de Noé), le Déluge commence : il y a donc 365 jours + 10  jours (différence du 17° jour au 27° jour) = 375 jours passés après le début du Déluge. Cela se produisit 56 jours après le retrait de la couverture de l’Arche (375 jours – 319 jours).

« 14 Et au second mois, le vingt-septième jour du mois, la terre fut sèche. »

 

Cycles du Déluge en nombre de jours :

40 jours (montée des eaux) + 110 jours (jusqu’à ce que l’Arche se pose sur le mont Ararat) + 74 jours (jusqu’à ce que les sommets des montagnes apparurent) + 40 jours (jusqu’à ce que le corbeau soit lâché et ne revienne pas) + 7 jours (jusqu’à ce que la colombe soit relâchée et revienne avec une feuille d’olivier dans son bec) + 7 jours (jusqu’à ce que la colombe soit à nouveau relâchée et ne revienne plus) + 41 jours (jusqu’à ce que la couverture de l’arche soit retirée)  + 56 jours (jusqu’à ce que la terre soit sèche) = 375 jours.

Soit trois périodes (150 jours + 128 jours + 97 jours) :

a) Les 150 premiers jours (montée des eaux qui couvrent la terre jusqu’à ce que l’Arche se pose sur l’Ararat) :

40 jours = 30 jours + 10 jours ;

110 jours = 30 jours + 30 jours + 30 jours + 20 jours.

1° total : 40 jours + 110 jours = 150 jours.

 

b) Les 128 jours suivants (jusqu’à ce que la colombe ne revienne plus) :

74 jours = 30 jours + 30 jours + 14 jours ;

40 jours = 30 jours + 10 jours ;

14 jours = 7 jours + 7 jours.

2° total : 150 jours + 74 jours + 40 jours + 14 jours = 278 jours.

 

c) Les 97 derniers jours (jusqu’à ce que la terre soit sèche) :

41 jours = 30 jours + 11 jours ;

56 jours = 30 jours + 26 jours.

3° total : 278 jours + 41 jours + 56 jours = 375 jours

Il apparaît que les phases du Déluge se divisent en trois périodes : une première période de 150 jours (5 mois), une seconde période de 128 jours (4 mois et 8 jours) et une troisième période de 97 jours (3 mois et 7 jours), ce qui fait au total 375 jours (12,5 x 30 jours) ou 360 jours et 15 jours, soit :

Un premier cycle de 360 jours (12 x 30 jours) auquel il faut ajouter 5 jours supplémentaires pour faire une année solaire de 365 jours, laquelle est augmentée de 10 jours pour obtenir les 375 jours (12,5 x 30 jours) du début du Déluge jusqu’à la sortie de l’Arche.

Les mois de trente jours ne sont pas comptés à partir du premier jour du Déluge, mais à partir du jour de la date de l’anniversaire de Noé, ce qui a rendu le calcul chronologique du Déluge plus difficile. Il est possible que l’anniversaire de Noé tombait le premier jour du premier mois du calendrier égyptien, c’est-à-dire le 1° Thot. Dans ce cas, la reconstitution de toutes les dates du Déluge est devenue possible. Par ailleurs, la précision remarquable de ces dates, reconstituées grâce au texte de la Genèse, permet de penser que ces événements se sont réellement produits, conformément à ce qui est écrit. Cette double correspondance, d’une part avec le calendrier égyptien et d’autre part avec les données de la Genèse, peut être considérée comme une « preuve par neuf » de l’accomplissement réel du Déluge à l’époque de Noé.

 

Reconstitution des dates du Déluge :

 

L’an 600 de la vie de Noé (2418 av. notre ère), le 2° mois (Paophi), le 10° jour :

Noé est prévenu de l’arrivée du Déluge une semaine plus tôt.

Le 2° mois (Paophi), le 17° jour :

Début du Déluge.

Le 3° mois (Athyr), le 27° jour :

Montée des eaux pendant les quarante premiers jours du Déluge.

Le 7° mois (Phaménoth), le 17° jour :

L’Arche se posa sur le mont Ararat 110 jours après la fin de la montée des eaux ou 150 jours après le début du Déluge.

Le 10° mois (Payni), le 1° jour :

Les sommets des montagnes apparaissent vus de l’Arche (apparition des terres comme pendant la Création) 74 jours après l’échouage de l’Arche sur l’Ararat. 224 jours sont passés après le début du Déluge.

Le 11° mois, Epiphi, le 11° jour :

Le corbeau et la colombe sont lâchés 40 jours après l’apparition des sommets des montagnes, mais seule la colombe revient. 264 jours sont passés après le début du Déluge.

Le 11° mois, Epiphi, le 18° jour :

La colombe relâchée sept jours plus tard revient avec une feuille d’olivier dans son bec. 271 jours sont passés après le début du Déluge.

Le 11° mois, Epiphi, le 25° jour :

La colombe relâchée (pour la troisième fois) après une semaine ne revient plus. 278 jours sont passés après le début du Déluge.

L’an 601 de la vie de Noé (2417 av. notre ère), le premier mois (Thot), le 1° jour :

Noé retire la couverture de l’Arche 41 jours après le dernier départ de la colombe. 319 jours sont passés après le début du Déluge.

Le 2° mois, le 27° jour :

Sortie de l’Arche 56 jours après avoir retiré la couverture de l’Arche. 375 jours sont passés après le début du Déluge.

 

C.   Au sujet de l’Atlantide :

Relation de Platon (v. 427-347 av. notre ère) sur l’Atlantide :

« Ecoute, Socrate (470-399 av. notre ère), dit Critias, (oncle de Platon, 450-404 av. notre ère), une histoire admirable mais très vraie que raconte Solon (l’un des 7 sages de la Grèce, v. 640-v. 558 av. notre ère)… d’après une confidence des prêtres de Saïs (ancienne ville de Basse-Egypte, sur le delta du Nil, dont les princes fondèrent la XXVIème dynastie, de 664 à 525 av. notre ère) :

« Avant le Déluge, le royaume de l’Atlantide était une île plus étendue que la Libye et l’Asie Mineure réunies (terres de la Méditerranée orientale au Sud-est de la Grèce). Un terrible tremblement de terre joint à un déluge procuré par une pluie continuelle et torrentielle d’un jour et d’une nuit, entrouvrit la terre… et l’Atlantide disparut sous la mer. Tel est, Socrate, le résumé de ce que mon bisaïeul disait avoir appris de Solon.

« Socrate répondit : Il est important qu’on regarde ce que tu viens de dire, non comme une fable inventée par nous, mais comme une histoire vraie. »

Définition de l’Atlantide par l’encyclopédie Larousse :

« … à une époque reculée, les Grecs eurent à repousser un peuple, les Atlantes, sortis d’une grande île de l’Atlantique, en face des colonnes d’Hercule (détroit de Gibraltar). Cette île fut engloutie dans un cataclysme en « une nuit et un jour », et, toujours selon Platon, ce fait se situerait 9000 ans avant l’époque où vécut Solon, soit environ 9600 av. notre ère. »

 

Conclusion de Patrick DOLCIANI (10 mai 2009) :

Le Déluge de Noé eut lieu en 2418 av. notre ère, ce qui donne 1860 ans passés à la mort de Solon (2418 – 558).

9000 ans doit être compris comme « 1800 ans », soit 9000 ans / 5.

En effet, 2418 av. notre ère – 1800 ans = 618 av. notre ère, date qui correspond avec l’âge de Solon lorsqu’il avait 22 ans (640 av. notre ère – 22 ans).

Année solaire de 365 jours / 5 = 73 jours.

Les « 9000 ans » ne sont pas des années solaires, mais en réalité 9000 périodes de 73 jours, car la période de 73 jours avait la particularité de s’accorder à la fois avec les révolutions synodiques de Vénus et l’année solaire :

2920 jours = 40 x 73 jours = 8 x 365 jours = 5 x 584 jours (ou 5 révolutions synodiques de Vénus).

Dans ces conditions, la destruction de l’Atlantide correspond avec celle de la civilisation antédiluvienne dont parle le livre d’Enoch, laquelle se fit par le Déluge de Noé décrit dans le livre de la Genèse. L’île dont il est question dans le récit de Platon était aussi grande que les rives de la Méditerranée orientale et se situait au-delà des colonnes d’Hercule ; or, à l’époque, il fallait contourner l’Afrique pour pouvoir accéder à l’Océan Indien par mer (comme le firent les Phéniciens) et rejoindre le Golfe Persique jusqu’à Sumer, « l’île » comprenant l’Arabie, la Mésopotamie et la Perse ; en y ajoutant la région de l’Indus, cette contrée était en effet plus étendue que les terres qui se trouvaient autour de la Méditerranée orientale.

Il se trouve que les premières civilisations des descendant d’Adam avant le Déluge se trouvèrent en Mésopotamie, en Egypte et dans la vallée de l’Indus (Mohenjo-Daro). La notion « d’île » correspondrait de nos jours à « foyer de civilisation », ici celle de l’époque antédiluvienne. Ce n’est donc pas d’un continent englouti sous la mer qu’il s’agissait, mais d’une région du globe terrestre submergée par les eaux des pluies et la montée des eaux de la mer ; les eaux de la mer se retirèrent dans l’année qui suivit, car Noé resta dans l’Arche avec sa famille un peu plus d’un an. La mer était montée jusqu’au sommet du mont Ararat où échoua l’Arche, le septième mois (Genèse ch. 8, verset

Une étude approfondie du texte de l’Atlantide de Platon fait ressortir que ce n’est pas à Mohenjo-Daro dans l’Indus que se trouvait l’Atlantide à proprement parler, mais à Sumer en Mésopotamie. Les dimensions du territoire correspondent avec la vallée de Mésopotamie, de même que les relations de l’Atlantide avec les pays qui l’environnaient, en fait, les mêmes que ceux qui entouraient Sumer.

Sumer a été le centre de la première civilisation de l’humanité, laquelle fut initiée par les anges déchus selon le livre d’Enoch. A l’Est, il y avait Mohenjo-Daro dans la vallée de l’Indus, à l’Ouest l’Egypte, au Nord-Ouest en remontant les fleuves (Tigre et Euphrate) il y avait l’Asie Mineure, laquelle donnait sur la Grèce et l’Italie.

Une ligne droite peut être tracée depuis l’Italie jusqu’en Mohenjo-Daro dans la vallée de l’Indus : c’est sur cette ligne droite que se développa la civilisation d’avant le Déluge, longue d’environ 6500 kilomètres. Cela permet de penser que les pôles étaient placés perpendiculairement à cette ligne, de l’Oural vers le Sud de l’Afrique.

Le retournement du globe terrestre expliquerait le Déluge à l’époque de Noé : l’actuel pôle Sud se trouvait au Nord, et en se déplaçant il fit face au soleil, ce qui provoqua la fonte des glaces et la montée des eaux de la mer, en particulier de l’Océan Indien en direction des rives du continent Indien et du Moyen-Orient.

Le globe terrestre se stabilisa après le renversement des pôles et l’Atlantide disparue ressurgit des eaux, mais les rives de Sumer devinrent impraticables, à cause de l’envasement du golfe Persique.

 

Longueur de l’Arche de Noé retrouvée : 158,46 mètres.

Valeur déterminée de la coudée utilisée par Noé :

158,46 mètres / 300 coudées = 0,5282 m.

Largeur de l’Arche de Noé :

0,5282 m x 50 coudées = 26,41 m.

Hauteur de l’arche de Noé :

0,5282 x 30 coudées = 15,846 m.

Système des mesures utilisées par Noé (avant le Déluge) :

 

Voir :

Vestiges retrouvés de l’Arche de Noé :

http://www.al-imane.org/showthread.php?p=48924

http://dossiermystere.over-blog.com/categorie-11042751.html

 

Abraham, Israël, l’Eglise et l’Apocalypse

D’Abraham jusqu’à la construction du Temple de Salomon :

Le père d’Abraham, Tharé, était originaire d’Our, en Chaldée. Abraham naquit en 2066 av. notre ère (352 ans après le Déluge de Noé) et épousa Sara dans sa ville natale. Après la mort de son frère, Haran, Abraham (père d’une multitude), dont le nom était alors Abram (père élevé), quitta Our avec son épouse et son neveu Lot, sous la conduite de Tharé, son père, et s’installa à Charan (Genèse 11, v. 28-31). Il y demeura jusqu’à la mort de son père (Actes 7, v. 4). Il avait 75 ans (en 1991 av. notre ère) lorsqu’il reçut l’appel de Dieu de se rendre à Canaan (Genèse 12, v. 4) ; il prit Lot avec lui et s’y rendit. Il vécut 10 ans à Canaan et prit Agar comme concubine (Genèse 16, v. 3) ; il était âgé de 86 ans lorsqu’Agar enfanta Ismaël (Genèse 16, v. 16) en 1980 av. notre ère. Abraham et Lot se séparèrent à cause de l’accroissement de leurs biens : Lot alla s’installer dans la plaine du Jourdain où se trouvaient Sodome et Gomorrhe tandis qu’Abraham alla se fixer aux « Chênes de Mamré » à Hébron. Dieu fit plus tard une Alliance avec Abraham, lorsqu’il avait 99 ans (en 1967 av. notre ère), dont le signe était celui de la Circoncision (Genèse 17) ; cette même année, les anges firent sortir Lot de Sodome et Gomorrhe et ces villes furent détruites (Genèse 18 & 19). Sara enfanta Isaac lorsqu’Abraham avait 100 ans (1966 av. notre ère) ; peu après, il renvoie Ismaël. Après la mort de Sara, Abraham, âgé de 140 ans, envoie Eliezer chercher une femme en Mésopotamie pour son fils Isaac ; il revient avec Rebecca. Abraham épousa par la suite Ketura (Genèse 25). Il mourut âgé de 175 ans (en 1891 av. notre ère et fut enseveli dans la caverne de Macpéla (Genèse 25 v. 1-9).

Ø      Genèse 25 v. 26 : Isaac avait 60 ans à la naissance de Jacob (1966 av. notre ère – 60 ans = 1906 av. notre ère).

Ø      Genèse 47 v. 9 : Jacob avait 130 ans lorsqu’il entra en Egypte (1906 av. notre ère – 130 ans = 1776 av. notre ère).

Ø      Date de l’Exode : 1537 av. notre ère, soit 430 ans après l’Alliance de la Circoncision (Galates 3, v. 17).

Construction du Temple de Salomon : 1017 av. notre ère (soit 520 ans après l’Exode, mais 480 ans après le Passage du Jourdain (I Rois 6, v. 1) ; ici le livre des Rois fait allusion à « la sortie des Israélites du pays d’Egypte », expression confondue avec l’Exode ou traversée de la mer Rouge, mais il se trouve qu’une étude approfondie du livre des Juges fait ressortir qu’il y a bien 480 ans depuis le Passage du Jourdain jusqu’à la Construction du Temple (voir chronologie du livre des Juges).

C’est enfin la chronologie des règnes des rois d’Israël et de Juda qui permet de reconstituer toute la chronologie biblique en la reliant avec l’histoire officiellement connue depuis le 7ème siècle av. notre ère. Il y a ainsi 1360 ans depuis l’Alliance de la Circoncision faite avec Abraham (en 1967 av. notre ère) jusqu’au premier départ des Juifs en exil à Babylone, en 607 av. notre ère (Daniel 1, v. 1).

Jésus le Messie :

Nous savons que lorsque les Mages arrivèrent à Jérusalem, Jésus était déjà né depuis 2 ans et le roi Hérode I° le Grand (37 – 4 av. notre ère) qui les reçut était toujours vivant (en 4 av. notre ère). La famille alla se réfugier en Egypte, après la visite des Mages, sans doute pendant une année entière jusqu’en 4 av. notre ère, année de la mort du roi ; cela place la naissance de Jésus au moins trois ans avant la mort d’Hérode I° le Grand et c’est ici la certitude que Jésus est bien né en l’an 7 av. notre ère, année où le recensement, ordonné par l’empereur Auguste en 8 av. notre ère, fut appliqué en Palestine. Jésus fut par conséquent crucifié en l’an 27 de notre ère, à l’âge de 33 ans (il commença son ministère en 24 de notre ère, à 30 ans, lequel dura 3 ans). Il n’y a pas de contradiction entre les Evangiles de Luc et de Matthieu, mais Luc se rapporte à la naissance réelle de Jésus (pendant le recensement), tandis que Matthieu raconte ce qui s’est passé 2 années plus tard (le temps pour que les Mages venus de Perse accomplissent leur voyage, car l’étoile qui les guidait leur était apparue dans leur pays au moment même de la naissance de Jésus). Par ailleurs, la datation de Luc (ch. III, v. 1 – 6) est, soit l’année de la composition de l’Evangile en 29 de notre ère, soit une erreur de transcription des copistes qui auraient peut-être changé « la 5° année du règne de Tibère-César » en « 15° année » ( ?). Jean-Baptiste aurait dans ce cas commencé son ministère à l’âge de 25 ans, en 19 de notre ère (29 av. notre ère - 10 ans = 19 av. notre ère).
Preuve par neuf :
Hérode le Grand (37-4 av. notre ère), reconstruisit le Temple de Jérusalem pour le rénover la 18ème année de son règne, en 20 av. notre ère (donnée historique), et selon Jean ch. 2, v. 20, cela faisait à ce moment précis 46 années passées : c’était donc bien en 27 de notre ère (20 av. notre ère à 27 de notre ère = 46 ans), l’année où Jésus chassait les vendeurs du Temple, juste avant la Pâque et avant sa crucifixion.
Or, 27 de notre ère moins 33 ans (vie de Jésus), donne l’an - 6 (en année astronomique), soit en l’an 7 av. notre ère, année de sa naissance (car il n’y a pas d’an 0 dans la chronologie du calendrier).
Enfin, il est connu que le même jour de la semaine revient à la position de la pleine lune une fois tous les 3 ans et les années possibles pour faire correspondre la pleine lune avec un jeudi sont l’an 27, ou 30, ou 33 de notre ère. Il a fêté la Pâque un jeudi de pleine lune, et il a bien été crucifié le lendemain, le vendredi 8 avril de l’an 27 de midi à 15 heures ! Il ne pouvait pas y avoir d’éclipse, car ce n’était pas la nouvelle lune : les ténèbres manifestées ce jour là ont une origine probablement climatique !

Cycles particuliers de l’histoire depuis Abraham jusqu’au retour de Jésus :

 

·         Il y a 1960 ans de l’Alliance de la Circoncision (en 1967 av. notre ère) jusqu’à la naissance de Jésus en 7 av. notre ère. Nous remarquons alors que 1960 ans font sept fois 280 ans (ou 7 âges). Jésus vécut 33 ans et fut crucifié en 27 de notre ère.

·         Dès lors, nous pouvons également compter 1960 ans (ou sept fois 280 ans) pour l’histoire de l’Eglise jusqu’en 1987 de notre ère. De même qu’il y avait 33 ans de l’an 7 av. notre ère, jusqu’en 27 de notre ère, date de la mort et de la résurrection de Jésus, il faut aussi ajouter 33 ans de l’an 1987 de notre ère jusqu’en 2020, afin d’obtenir un cycle complet de 1993 ans depuis le début de l’histoire de l’Eglise en 27 de notre ère, jusqu’au début de l’Apocalypse.

·         Nous remarquons qu’il manque 7 ans dans « l’ère zodiacale du Bélier » en Abraham car nous trouvons 1993 ans (au lieu de 2000 ans, valeur d’une ère zodiacale), depuis l’Alliance de la Circoncision en 1967 av. notre ère jusqu’en 27 de notre ère (crucifixion de Jésus). Il s’agit de la soixante-dixième « semaine d’années » non accomplie de la prophétie des « semaines d’années » de Daniel ch. 9, décompte chronologique qui commence à s’accomplir à partir de l’an 457 av. notre ère jusqu’en 27 de notre ère (soit 483 ans ou 69 x 7 ans). La 70ème « semaine d’années » reportée « dans le futur » doit se placer à partir de l’an 2020, c’est-à-dire sept ans avant le retour de Jésus qui aura lieu à la fin de l’ère zodiacale des Poissons (se terminant en 2027, soit 2000 ans après l’an 27 de notre ère, année de la crucifixion de Jésus, de sa résurrection, mais aussi du début de l’histoire de l’Eglise).

·         La confirmation de cette disposition, c’est que nous trouvons 1993 ans, de l’an 27 jusqu’en 2020, tout comme il y avait 1993 ans de 1967 av. notre ère (Alliance de la Circoncision) jusqu’à l’an 27 de notre ère (date de la crucifixion de Jésus).

·         Ces sept années, manquantes dans la chronologie depuis l’Alliance de la Circoncision d’Abraham jusqu’à la crucifixion de Jésus (1993 ans au lieu de 2000 ans), se retrouvent pour un accomplissement dans une même période commune, allant de 2020 à 2027, à la fois pour conclure les « visions prophétiques de Daniel » commencées depuis le début du temps des nations en 607 av. notre ère, mais aussi pour terminer les cycles de l’histoire de l’Eglise (1993 ans + 7 ans = 2000 ans) : il s’agit cette fois des visions prophétiques de l’Apocalypse de Saint Jean, soit sept années comprenant « les sept sceaux, les sept trompettes, les sept coupes et la Bataille d’Harmaguédon précédant le retour de Jésus ».

·         Le cycle de 33 ans est celui de la vie de Jésus, placé à part des cycles de l’histoire sainte depuis Abraham (ou après 1960 ans accomplis) ; de même celui de 33 ans qui se place après 1960 ans de l’histoire de l’Eglise (7 âges de 280 ans) est placé « à part » : c’est celui de l’abandon de la foi ou « apostasie » dans le monde. Dans cette période finale, les chrétiens restés fidèles à Jésus doivent se préparer au retour de Jésus : ce sont « les temps de la fin ».

 

Configuration des cycles depuis l’Alliance de la Circoncision jusqu’au retour de Jésus :

Cycles depuis l’Alliance de la Circoncision :

v      1960 ans (des 7 âges de l’histoire des fils d’Abraham depuis l’Alliance de la Circoncision) + 33 ans (de la vie de Jésus) + 7 ans (d’Apocalypse) placés après la « parenthèse » des 1993 ans de l’histoire de l’Eglise = 2000 ans.

Cycles de l’histoire de l’Eglise :

v      1960 ans (des 7 âges de l’histoire de l’Eglise) + 33 ans (attente du retour de Jésus) + 7 ans (d’Apocalypse) = 2000 ans.

 

Principales dates à retenir :

Alliance de la Circoncision : 1967 av. notre ère.

Exode sous Moïse, après 430 ans, en 1537 av. notre ère.

Construction du Temple de Salomon, après 520 ans, en 1017 de notre ère.

Début du « Temps des nations », après 410 ans, en 607 av. notre ère.

Début du décompte chronologique des « semaines d’années » de Daniel 9, après 150 ans, en 457 av. notre ère.

Crucifixion de Jésus le Messie, après 483 ans (69 x 7 ans), en 27 de notre ère.

Soit : 430 ans + 520 ans + 410 ans + 150 ans + 483 ans = 1993 ans.

 

 

 

Cliquez ci-dessous pour :

 

Les articles du site

 

Voir aussi:

Site “Histoire, Bible et Avenir” :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/

 

 

Retour à l'Index :

CYCLES_calendrier_mésoaméricain_Bible

 

Contact : @  dolcianipatrick@hotmail.fr

 

 

référencement

Visiteurs

création sites internet

 

 

 

Histoire, Bible et Avenir :

Les Articles :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/les_articles_du_site.htm

Introduction (Histoire) :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/Introduction.htm

Création expliquée :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/Creation.htm

Livre d’Enoch : Site “Histoire, Bible et Avenir”.

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/livre.htm

Déluge et histoire depuis Abraham jusqu’au Christ :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/Deluge.htm

Cycles du calendrier Maya et Bible :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/cycles_calendrier_maya_et_bible.htm

Astronomie et calendrier Maya :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/astronomie_et_calendrier_maya.htm

Histoire : Site “Histoire, Bible et Avenir”.

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/histoire.htm

Jésus : Site “Histoire, Bible et Avenir”.

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/jesus.htm

Doctrine biblique du salut :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/doctrine_biblique_du_salut.htm

Les constructions des anges :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/constructions_des_anges.htm

Les Grandes Pyramides :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/Grandes-Pyramides.htm

Visions prophétiques expliquées :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/visions-prophetiques-expliquees-daniel.htm

Visions prophétiques de Daniel : Site “Histoire, Bible et Avenir”.

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/visions.htm

Vision sur la Côte d’Azur :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/vision-apocalyptique.htm

Apocalypse de Saint-Jean :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/apocalypse_de_saint_jean.htm

Apocalypse expliquée:

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/apocalypse_expliquee.htm

Les clés de l’Apocalypse:

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/les_cles_apocalyptiques.htm

Antéchrist et faux prophète :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/antechrist-et-faux-prophete.htm

La Nouvelle Jérusalem :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/nouvelle_jerusalem.htm

Bible expliquée :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/bible-expliquee.htm

Schémas des cycles :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/Schemas-cycles-historiques.htm

Chronologie : Site “Histoire, Bible et Avenir”.

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/chronologie.htm

Mission : Site “Histoire, Bible et Avenir”.

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/Mission.htm

Journal : Site “Histoire, Bible et Avenir”.

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/journal.htm

Archives – Journal : Site “Histoire, Bible et Avenir”.

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/archives_du_journal.htm

Archives – Journal suite : Site “Histoire, Bible et Avenir”.

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/archives_du_journal_suite.htm

Nouvelle page avec « Les Grandes Pyramides » : Site “Histoire, Bible et Avenir”.

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/nouvelle_page_1.htm

Ovnis et anges :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/ovnis_et_anges.htm

Vision de Wilkerson :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/la_vision.htm

Témoignage de Patrick DOLCIANI :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/temoignage-patrick-dolciani.htm

Notice rectificative et explicative :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/notice_rectificative_et_explicat.htm

 

 

 

Fin du monde en 2027 :

 http://www.leseditionsdunet.com/histoire-et-actualites/404-fin-du-monde-en-2027-patrick-dolciani-9782312002576.html

 

Livre « Fin du monde en 2027 » (14 pages affichées) :

http://www.u-reed.com/lecteur.php?id=270&width=580&height=848&bg=FFFFFF

 

 

abri de piscine | serveur vocal | test qi gratuit | Retour affectif | Filtre d'amour

 

 

référencement

Visiteurs

création sites internet

 

compteur gratuitlien

 

 


statistiques