Mon Site Gratuit : Horloge Virtuelle pour site internet Nouvelle page 1

 

 

Bible et Calendrier Maya.

Histoire, Bible et Avenir révélé...

 

Journal : " Mission Mondiale Esprit et Vérité ".

 

Fin du monde en 2027 :

http://www.leseditionsdunet.com/histoire-et-actualites/404-fin-du-monde-en-2027-patrick-dolciani-9782312002576.html

 

Livre « Fin du monde en 2027 » (14 pages affichées) :

http://www.u-reed.com/lecteur.php?id=270&width=580&height=848&bg=FFFFFF

 

Page des Missions :

" Mission Mondiale Esprit et Vérité "

 

Dernière mise à jour : 21/03/2020.

 

Les Grandes Pyramides représentent le Soleil (Chéops), la Terre (Khephren) et la Lune (Mykérinos).

 

index.htm

Contact : @  dolcianipatrick@hotmail.fr

 

Fin du monde en 2027 :

http://www.leseditionsdunet.com/histoire-et-actualites/404-fin-du-monde-en-2027-patrick-dolciani-9782312002576.html

Livre « Fin du monde en 2027 » (14 pages affichées) :

http://www.u-reed.com/lecteur.php?id=270&width=580&height=848&bg=FFFFFF

 

Conclusions de la Conférence de Paris (à l'Élysée) sur l'environnement, du lundi 29 janvier jusqu'au vendredi 2 février 2007 (avec 200 participants) :

Les 113 pays réunis, ont évalué à plus de 90% la probabilité d'une responsabilité de l'homme dans le réchauffement climatique. Des personnalités politiques, scientifiques et culturelles sont venues de 60 pays et le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a conclu dans son rapport final, long de 20 pages, que le réchauffement climatique est «très probablement» causé par l'activité humaine. Le groupe d'experts prévoit une hausse des températures d'ici 2100, comprise entre 1,1 et 6,4 degrés Celsius, tout en précisant que les estimations les plus précises se situent entre 1,8 et 4,0 degrés Celsius. Une hausse du niveau des mers de 18 à 59 centimètres est prévue d'ici la fin du siècle. L'élévation du niveau des mers se poursuivra pendant plus d'un millénaire. Cette augmentation est conditionnée, soulignent-ils, à une "stabilisation" des concentrations de dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère à 55O parties par million (ppm). 550 ppm est un plafond à ne pas dépasser. La concentration de CO2 atteint déjà aujourd'hui 380 ppm - niveau inégalé en 650.000 ans - contre 270 ppm avant 1750, et elle continue d'augmenter chaque année de 2 ppm.

Bien sûr, les conclusions de cette Conférence seront vite "oubliées", car pour "changer les choses", il faut d'abord s'attaquer aux structures fondamentales de la société, fondées avant tout sur la recherche du profit. Il y a d'abord la concurrence internationale qui impose aux entreprises de produire "toujours plus et moins cher", cela bien sûr au détriment de leurs salariés, ce qui explique les "délocalisations". Il y a ensuite le système démocratique lui-même qui empêchera la réalisation des changements qui s'imposent... Oui, car cela dépendra des élections dans les pays industrialisés, c'est-à-dire des électeurs ! Qu'en ressort-il ? Il suffit pour comprendre d'observer les résultats électoraux des formations écologiques, pour lesquelles le plus grand nombre d'électeurs ne votent pas et ne voteront jamais ! Avant les préoccupations écologiques, même s'il s'agit de "sauver la planète", les électeurs penseront d'abord à eux-mêmes, à leur propre survie individuelle : échapper au chômage, obtenir un revenu suffisant pour vivre, se loger, élever les enfants, garantir l'emploi autant que possible, etc.

En clair, les causes qui nous ont conduits à cette situation catastrophique sont des causes structurelles qui affectent toute la société et elles ne peuvent pas être changées. Sur ce point, il y aura des contradicteurs, mais la vérité, c'est que rien ne changera, car c'est comme lorsque les hommes politiques promettent "le changement" en période électorale : l'expérience prouve que rien ne change jamais, sauf les discours ! Mais ce n'est pas avec des discours que nous sauverons la planète des dangers qui la menacent ! En vérité, nous ne la sauverons pas ! Cela, c'est une vérité qui dérange et c'est pourquoi le traitement du problème consistera probablement à l'ignorer le plus longtemps possible, jusqu'à ce qu'il soit "trop tard" !

Alors, qu'arrivera-t-il ? Pour répondre à cette dernière question il faut revenir à la "connaissance" authentique, qui ne se fonde pas uniquement sur le "matérialisme". Car c'est le "matérialisme" qui a conduit le monde à la situation dans laquelle nous nous trouvons et il n'y aura pas de remède tout aussi longtemps que l'existence de Dieu sera "niée" ! Il faut donc s'attendre à l'accomplissement des prophéties auxquelles le monde refuse de croire... Mais bientôt, personne n'aura plus le temps de réfléchir et il faudra choisir : se tourner vers Dieu ou continuer définitivement à l'ignorer !

Patrick DOLCIANI

 

Doctrine biblique du salut :

L'homme est pécheur de nature, c'est-à-dire qu'il se détourne de Dieu pour satisfaire ses passions, comme par exemple l'amour de l'argent, du pouvoir et les désirs de la chair.
Dieu a fait connaître Sa Loi (celle de Moïse) aux hommes, mais ils n'en tiennent pas compte. Cependant, dans son amour éternel, Dieu a envoyé son Fils unique pour faire l'expiation des péchés : Jésus. Il est mort à notre place. Tous ceux qui l'acceptent et le reçoivent comme sauveur personnel, reçoivent le salut par grâce.


Esaïe chapitre 53 :
« Esaïe 53, 1 Qui a cru ce que nous entendions dire, et le bras de Yahvé, à qui s'est-il révélé? Esaïe 53, 2 Comme un surgeon il a grandi devant lui, comme une racine en terre aride; sans beauté ni éclat pour attirer nos regards, et sans apparence qui nous eût séduits; Esaïe 53, 3 objet de mépris, abandonné des hommes, homme de douleur, familier de la souffrance, comme quelqu'un devant qui on se voile la face, méprisé, nous n'en faisions aucun cas. Esaïe 53, 4 Or ce sont nos souffrances qu'il portait et nos douleurs dont il était chargé. Et nous, nous le considérions comme puni, frappé par Dieu et humilié. Esaïe 53, 5 Mais lui, il a été transpercé à cause de nos crimes, écrasé à cause de nos fautes. Le châtiment qui nous rend la paix est sur lui, et dans ses blessures nous trouvons la guérison. Esaïe 53, 6 Tous, comme des moutons, nous étions errants, chacun suivant son propre chemin, et Yahvé a fait retomber sur lui nos fautes à tous. Esaïe 53, 7 Maltraité, il s'humiliait, il n'ouvrait pas la bouche, comme l'agneau qui se laisse mener à l'abattoir, comme devant les tondeurs une brebis muette, il n'ouvrait pas la bouche. Esaïe 53, 8 Par contrainte et jugement il a été saisi. Parmi ses contemporains, qui s'est inquiété qu'il ait été retranché de la terre des vivants, qu'il ait été frappé pour le crime de son peuple? Esaïe 53, 9 On lui a donné un sépulcre avec les impies et sa tombe est avec le riche, bien qu'il n'ait pas commis de violence et qu'il n'y ait pas eu de tromperie dans sa bouche. Esaïe 53, 10 Yahvé a voulu l'écraser par la souffrance; s'il offre sa vie en sacrifice expiatoire, il verra une postérité, il prolongera ses jours, et par lui la volonté de Yahvé s'accomplira. Esaïe 53, 11 A la suite de l'épreuve endurée par son âme, il verra la lumière et sera comblé. Par sa connaissance, le juste, mon serviteur, justifiera les multitudes en s'accablant lui-même de leurs fautes. Esaïe 53, 12 C'est pourquoi il aura sa part parmi les multitudes, et avec les puissants il partagera le butin, parce qu'il s'est livré lui-même à la mort et qu'il a été compté parmi les criminels, alors qu'il portait le péché des multitudes et qu'il intercédait pour les criminels. »

 

La preuve irréfutable que ce texte prophétique concernait Jésus est ici :
"4 Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, C’est de nos douleurs qu’il s’est chargé ; Et nous l’avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié. 5 Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités ; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris."
Car c'est très exactement le message annoncé par les disciples de Jésus que nous retrouvons dans le Nouveau Testament.
Étant donné que le livre d'Esaïe a été retrouvé parmi les manuscrits de la mer Morte, datant d'avant la naissance de Jésus, la validité prophétique de cet écrit est certifiée de façon scientifique.
La Bible fait connaître Dieu et contient de nombreux textes prophétiques ; la prophétie ne vient pas des hommes, mais de Dieu qui parle par les prophètes (de l'Ancien Testament). C'est l'Esprit de Dieu qui permet aux prophètes de prophétiser.
Après la mort et la résurrection de Jésus, seuls les chrétiens authentiques peuvent recevoir l'Esprit de Dieu et prophétiser, mais cela se passe à l'intérieur des églises qui ont expérimenté les dons spirituels.

Le salut s'obtient gratuitement, sans les œuvres de la loi de Moïse, par la foi en Jésus, mort pour nos péchés et ressuscité pour notre justification (voir épître aux Romains). Mais la réalité de la foi est prouvée par les œuvres de la foi dont parlait l'apôtre Jacques dans son épître. Ceux dont la foi n'est pas authentique ne produisent pas les œuvres de la foi. Ainsi, sans les œuvres (de la foi), la foi est morte. Conclusion : il ne faut pas confondre les œuvres de la loi (de Moïse) avec les œuvres de la foi des chrétiens nés de l'Esprit de Dieu.

 

L’Identification :

Dieu est Esprit : le Saint-Esprit, c'est Dieu. L'Eternel est "Dieu le Père" en ce sens qu'il est le créateur de l'Univers, mais aussi de la vie ; Jésus est le premier-né de la création, car il est une première manifestation de Dieu, comme un dédoublement de lui-même. Cela était nécessaire pour que Dieu puisse "descendre du ciel" afin d'accomplir le salut de l'homme. Jésus crucifié, mort et ressuscité a été élevé au ciel et placé "à la droite" du trône de Dieu, car c'est sa place naturelle. Il a été glorifié dans les lieux célestes, et l'Esprit de Dieu a été envoyé aux disciples de Jésus, de façon à ce qu'ils puissent "naître de l'Esprit de Dieu" et devenir ainsi de "nouvelles créatures", spirituelles et aptes à connaître Dieu, à l'aimer et à le servir.

 

Jean 7, 38-39 :

« 38 Celui qui croit en moi, selon ce qu'a dit l'écriture, des fleuves d'eau vive couleront de son ventre. 39 (Or il disait cela de l'Esprit qu'allaient recevoir ceux qui croyaient en lui ; car l'Esprit n'était pas encore, parce que Jésus n'avait pas encore été glorifié.) »

Principe d'identification avec Jésus :
En lui, nous sommes crucifiés, mort et ressuscités (Romains 6, 1-5). Lorsque nous prenons le pain et le vin (sainte cène), nous rappelons le sacrifice de Jésus qui à versé son sang pour nous (représenté par le vin) et donné son corps (représenté par le pain). En buvant la coupe et en mangeant le pain, l'identification du croyant avec le sacrifice de Jésus est exprimée. Cela revient à boire la même coupe que le Seigneur, celle dont il avait parlé à l'apôtre Pierre. C'est la Parole de Dieu qui affirme que nous sommes identifiés avec Jésus. En lui, par cette identification, nous mourrons au péché et nous ressuscitons à une nouvelle vie, pour Dieu. C'est cela la "nouvelle naissance" dont parlait Jésus à Nicodème (Jean 3, 1-21). Il ne s'agit pas encore de la résurrection du corps physique du croyant, mais de son identification spirituelle avec Sa Résurrection. De même que Jésus fait un avec le Père, nous sommes appelés à faire un avec Jésus. Il s'agit aussi d'une fusion spirituelle du chrétien avec l'amour de Dieu manifesté en Jésus.

 

Baptême du Saint-Esprit et dons spirituels :

 

Actes 2, 1-13 :

« 1 Et comme le jour de la Pentecôte s’accomplissait, ils étaient tous ensemble dans un même lieu. 2 Et il se fit tout à coup du ciel un son, comme d'un souffle violent et impétueux, et il remplit toute la maison où ils étaient assis. 3 Et il leur apparut des langues divisées, comme de feu ; et elles se posèrent sur chacun d'eux. 4 Et ils furent tous remplis de l'Esprit Saint, et commencèrent à parler d'autres langues, selon que l'Esprit leur donnait de s'énoncer. 5 Or il y avait des Juifs séjournant à Jérusalem, hommes pieux, de toute nation d'entre ceux qui sont sous le ciel. 6 Et le bruit de ceci s'étant répandu, la multitude s'assembla, et fut confondue de ce que chacun les entendait parler dans son propre langage. 7 Et ils étaient tous hors d'eux-mêmes, et s'étonnaient, disant : Voici, tous ceux-ci qui parlent ne sont-ils pas des Galiléens ? 8 Et comment les entendons-nous, chacun dans son propre langage, [celui du pays] dans lequel nous sommes nés ? 9 Parthes et Mèdes et Élamites, et nous qui habitons la Mésopotamie, la Judée et la Cappadoce, 10 le Pont et l'Asie, la Phrygie et la Pamphylie, l'Égypte et les quartiers de la Libye qui est près de Cyrène, et nous, Romains qui séjournons [ici], tant Juifs que prosélytes, 11 Crétois et Arabes,- nous les entendons annoncer dans nos langues les choses magnifiques de Dieu. 12 Et ils étaient tous hors d’eux-mêmes et en perplexité, disant l'un à l'autre : Que veut dire ceci ? 13 Et d'autres, se moquant, disaient : Ils sont pleins de vin doux. »

 

I Corinthiens, chapitre 12 :
« 1 Or, pour ce qui est des [manifestations] spirituelles, frères, je ne veux pas que vous soyez ignorants. 2 Vous savez que, quand vous étiez [gens des] nations, [vous étiez] entraînés vers les idoles muettes, selon que vous étiez menés. 3 C’est pourquoi je vous fais savoir que nul homme parlant par l’Esprit de Dieu, ne dit : " Anathème [à] Jésus " ; et que nul ne peut dire " Seigneur Jésus ", si ce n’est par l’Esprit Saint. 4 Or il y a diversité de dons de grâce, mais le même Esprit : 5 et il y a diversité de services, et le même Seigneur ; 6 et il y a diversité d’opérations, mais le même Dieu qui opère tout en tous. 7 Or à chacun est donnée la manifestation de l’Esprit en vue de l’utilité. 8 Car à l’un est donnée, par l’Esprit, la parole de sagesse ; et à un autre la parole de connaissance, selon le même Esprit ; 9 et à un autre la foi, par le même Esprit ; et à un autre des dons de grâce de guérisons, par le même Esprit ; 10 et à un autre des opérations de miracles ; et à un autre la prophétie ; et à un autre des discernements d’esprits ; et à un autre [diverses] sortes de langues ; et à un autre l’interprétation des langues. 11 Mais le seul et même Esprit opère toutes ces choses, distribuant à chacun en particulier comme il lui plaît.

12 Car de même que le corps est un et qu’il a plusieurs membres, mais que tous les membres du corps, quoiqu’ils soient plusieurs, sont un seul corps, ainsi aussi est le Christ. 13 Car aussi nous avons tous été baptisés d’un seul Esprit pour être un seul corps, soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit hommes libres ; et nous avons tous été abreuvés pour [l’unité d’] un seul Esprit. 14 Car aussi le corps n’est pas un seul membre, mais plusieurs. 15 Si le pied disait : Parce que je ne suis pas main, je ne suis pas du corps, est-ce qu’à cause de cela il n’est pas du corps ? 16 Et si l’oreille disait : Parce que je ne suis pas œil, je ne suis pas du corps, est-ce qu’à cause de cela elle n’est pas du corps ? 17 Si le corps tout entier était œil, où serait l’ouïe ? Si tout était ouïe, où serait l’odorat ? 18 Mais maintenant, Dieu a placé les membres, - chacun d’eux, - dans le corps, comme il l’a voulu. 19 Or, si tous étaient un seul membre, où serait le corps ?

20 Mais maintenant les membres sont plusieurs, mais le corps, un. 21 L’œil ne peut pas dire à la main : Je n’ai pas besoin de toi ; ou bien encore la tête, aux pieds : Je n’ai pas besoin de vous ; 22 - mais bien plutôt les membres du corps qui paraissent être les plus faibles, sont nécessaires ; 23 et les membres du corps que nous estimons être les moins honorables, nous les environnons d’un honneur plus grand ; et nos membres qui ne sont pas décents sont les plus parés, 24 tandis que nos membres décents n’en ont pas besoin. Mais Dieu a composé le corps en donnant un plus grand honneur à ce qui en manquait, 25 afin qu’il n’y ait point de division dans le corps, mais que les membres aient un égal soin les uns des autres. 26 Et si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui ; si un membre est glorifié, tous les membres se réjouissent avec lui.

27 Or vous êtes le corps de Christ, et [ses] membres chacun en particulier. 28 Et Dieu a placé les uns dans l’assemblée : - d’abord des apôtres, en second lieu des prophètes, en troisième lieu des docteurs, ensuite des miracles, puis des dons de grâce de guérisons, des aides, des gouvernements, [diverses] sortes de langues. 29 Tous sont-ils apôtres ? Tous sont-ils prophètes ? Tous sont-ils docteurs ? Tous [font-ils] des miracles ? 30 Tous ont-ils des dons de grâce de guérisons ? Tous parlent-ils en langues ? 31 Tous interprètent-ils ? Or désirez avec ardeur des dons de grâce plus grands : et je vous montre encore un chemin bien plus excellent. »

 

Ephésiens 4, 1-16 :

« 1 Je vous exhorte donc, moi, le prisonnier dans le Seigneur, à marcher d’une manière digne de l’appel dont vous avez été appelés, 2 avec toute humilité et douceur, avec longanimité, vous supportant l’un l’autre dans l’amour ; 3 vous appliquant à garder l’unité de l’Esprit par le lien de la paix. 4 [Il y a] un seul corps et un seul Esprit, comme aussi vous avez été appelés pour une seule espérance de votre appel. 5 [Il y a] un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême. 6 [Il y a] un seul Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tout, et partout, et en nous tous. 7 Mais à chacun de nous la grâce a été donnée selon la mesure du don de Christ. 8 C’est pourquoi il dit : " Étant monté en haut, il a emmené captive la captivité, et a donné des dons aux hommes " [Psaume 68:18]. 9 Or, qu’il soit monté, qu’est-ce, sinon qu’il est aussi descendu dans les parties inférieures de la terre ? 10 Celui qui est descendu est le même que celui qui est aussi monté au-dessus de tous les cieux, afin qu’il remplît toutes choses ; 11 et lui, a donné les uns [comme] apôtres, les autres [comme] prophètes, les autres [comme] évangélistes, les autres [comme] pasteurs et docteurs; 12 en vue du perfectionnement des saints, pour l’œuvre du service, pour l’édification du corps de Christ ; 13 jusqu’à ce que nous parvenions tous à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature de la plénitude du Christ : 14 afin que nous ne soyons plus de petits enfants, ballottés et emportés çà et là par tout vent de doctrine dans la tromperie des hommes, dans leur habileté à user de voies détournées pour égarer ; 15 mais que, étant vrais dans l’amour, nous croissions en toutes choses jusqu’à lui qui est le chef, le Christ ; 16 duquel tout le corps, bien ajusté et lié ensemble par chaque jointure du fournissement, produit, selon l’opération de chaque partie dans sa mesure, l’accroissement du corps pour l’édification de lui-même en amour. »

De nos jours le Baptême du Saint-Esprit est expérimenté chez les Pentecôtistes et les catholiques charismatiques.

 

 

Au sujet des dons spirituels :

 

Il est nécessaire d'accepter Jésus comme son sauveur personnel, car il est l'auteur de notre salut : il a donné sa vie en sacrifice pour la purification de nos péchés, desquels nous devons nous repentir.
Ensuite, Dieu nous envoie l'Esprit Saint ; à un moment donné, si nous persévérons dans la foi, il nous donne le baptême de l'Esprit Saint. Il peut alors nous accorder des dons spirituels, tel que cela est enseigné dans la première épître aux Corinthiens.
Le Baptême du Saint-Esprit peut être reçu par imposition des mains ; mais l'expérience prouve qu'il est nécessaire d'organiser des réunions de prière pour obtenir une "effusion" de l'Esprit Saint, comme firent les disciples de Jésus avant la Pentecôte.
Quant aux dons spirituels, c'est Dieu qui décide seul quel don chacun peut recevoir.
Le baptême de l'Esprit Saint n'est pas accompagné de douleurs, mais quelquefois de tremblements.
Il faut savoir aussi qu'il y a des imitations des dons, lesquelles ne viennent pas de Dieu. Il peut s'agir de possessions démoniaques.
Dieu ne se repend pas de ses dons ; il ne retire pas l'Esprit Saint à une personne qui l'a reçu, mais ce don peut rester en sommeil si la persévérance dans la foi ne se fait pas.
Il peut y avoir des intercessions en langues (prière intense utilisant la glossolalie).
Mais toutes ces choses ne concernent que les chrétiens.
Pour conclure, pour savoir si un don spirituel vient de Dieu ou pas, la réponse est "d'éprouver les esprits" ; cela signifie que si une personne n'a pas l'intelligence spirituelle des Saintes Ecritures, son don ne vient pas de Dieu. En effet, seuls les chrétiens "nés de nouveau" peuvent comprendre certains textes bibliques et en donner l'explication... Prenez par exemple quelques passages difficiles des épîtres de Paul : un "faux frère" ne peut pas en donner la bonne interprétation (voir par exemple deuxième épître aux Thessaloniciens, chapitre 2, versets 1 à 13).

 

 

PRIERE :

 

Dieu est vivant et entend nos prières ; il peut les exaucer. Mais ce sont nos péchés qui font obstacle entre Dieu et nous ; c'est pourquoi il faut être réconcilié avec lui. Cela peut se faire par la foi en Jésus, le Fils unique de Dieu, mort sur la croix à notre place pour la purification de nos péchés. C'est à la fois le principe de la substitution et de l'identification avec lui. Nous recevons le salut par la foi en Jésus et Dieu agrée notre foi en nous donnant son Esprit. Libérés de nos péchés, nous sommes réconciliés avec Dieu et il peut alors exaucer nos prières.

 

Esaïe chapitre 53 :
« Esaïe 53, 1 Qui a cru ce que nous entendions dire, et le bras de Yahvé, à qui s'est-il révélé? Esaïe 53, 2 Comme un surgeon il a grandi devant lui, comme une racine en terre aride; sans beauté ni éclat pour attirer nos regards, et sans apparence qui nous eût séduits; Esaïe 53, 3 objet de mépris, abandonné des hommes, homme de douleur, familier de la souffrance, comme quelqu'un devant qui on se voile la face, méprisé, nous n'en faisions aucun cas. Esaïe 53, 4 Or ce sont nos souffrances qu'il portait et nos douleurs dont il était chargé. Et nous, nous le considérions comme puni, frappé par Dieu et humilié. Esaïe 53, 5 Mais lui, il a été transpercé à cause de nos crimes, écrasé à cause de nos fautes. Le châtiment qui nous rend la paix est sur lui, et dans ses blessures nous trouvons la guérison. Esaïe 53, 6 Tous, comme des moutons, nous étions errants, chacun suivant son propre chemin, et Yahvé a fait retomber sur lui nos fautes à tous. Esaïe 53, 7 Maltraité, il s'humiliait, il n'ouvrait pas la bouche, comme l'agneau qui se laisse mener à l'abattoir, comme devant les tondeurs une brebis muette, il n'ouvrait pas la bouche. Esaïe 53, 8 Par contrainte et jugement il a été saisi. Parmi ses contemporains, qui s'est inquiété qu'il ait été retranché de la terre des vivants, qu'il ait été frappé pour le crime de son peuple? Esaïe 53, 9 On lui a donné un sépulcre avec les impies et sa tombe est avec le riche, bien qu'il n'ait pas commis de violence et qu'il n'y ait pas eu de tromperie dans sa bouche. Esaïe 53, 10 Yahvé a voulu l'écraser par la souffrance; s'il offre sa vie en sacrifice expiatoire, il verra une postérité, il prolongera ses jours, et par lui la volonté de Yahvé s'accomplira. Esaïe 53, 11 A la suite de l'épreuve endurée par son âme, il verra la lumière et sera comblé. Par sa connaissance, le juste, mon serviteur, justifiera les multitudes en s'accablant lui-même de leurs fautes. Esaïe 53, 12 C'est pourquoi il aura sa part parmi les multitudes, et avec les puissants il partagera le butin, parce qu'il s'est livré lui-même à la mort et qu'il a été compté parmi les criminels, alors qu'il portait le péché des multitudes et qu'il intercédait pour les criminels. »


Principe d'identification avec Jésus :


La « nouvelle naissance », c’est l’identification avec Jésus. En lui, nous sommes crucifiés, mort et ressuscités (Romains 6, 1-5). Lorsque nous prenons le pain et le vin (sainte cène), nous rappelons le sacrifice de Jésus qui à versé son sang pour nous (représenté par le vin) et donné son corps (représenté par le pain). En buvant la coupe et en mangeant le pain, l'identification du croyant avec le sacrifice de Jésus est exprimée. Cela revient à boire la même coupe que le Seigneur, celle dont il avait parlé à l'apôtre Pierre. C'est la Parole de Dieu qui affirme que nous sommes identifiés avec Jésus. En lui, par cette identification, nous mourrons au péché et nous ressuscitons à une nouvelle vie, pour Dieu. C'est cela la "nouvelle naissance" dont parlait Jésus à Nicodème (Jean 3, 1-21). Il ne s'agit pas encore de la résurrection du corps physique du croyant, mais de son identification spirituelle avec Sa Résurrection. De même que Jésus fait un avec le Père, nous sommes appelés à faire un avec Jésus. Il s'agit aussi d'une fusion spirituelle du chrétien avec l'amour de Dieu manifesté en Jésus.

 

La sanctification :

 

1 Corinthiens 6, 9-11 :

« 9 Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront point du royaume de Dieu ? Ne vous y trompez pas : ni fornicateurs, ni idolâtres, ni adultères, ni efféminés, ni ceux qui abusent d’eux-mêmes avec des hommes, 10 ni voleurs, ni avares, ni ivrognes, ni outrageux, ni ravisseurs, n’hériteront du royaume de Dieu. 11 Et quelques-uns de vous, vous étiez tels ; mais vous avez été lavés, mais vous avez été sanctifiés, mais vous avez été justifiés au nom du seigneur Jésus, et par l’Esprit de notre Dieu. »

 

Galates 5, 16-25 :

« 16 Mais je dis : Marchez par l’Esprit, et vous n’accomplirez point la convoitise de la chair. 17 Car la chair convoite contre l’Esprit, et l’Esprit contre la chair ; et ces choses sont opposées l’une à l’autre, afin que vous ne pratiquiez pas les choses que vous voudriez. 18 Mais si vous êtes conduits par [l’]Esprit, vous n’êtes pas sous [la] loi. 19 Or les œuvres de la chair sont manifestes, lesquelles sont la fornication, l’impureté, l’impudicité, 20 l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les colères, les intrigues, les divisions, les sectes, 21 les envies, les meurtres, les ivrogneries, les orgies, et les choses semblables à celles-là, au sujet desquelles je vous déclare d’avance, comme aussi je l’ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront pas du royaume de Dieu. 22 Mais le fruit de l’Esprit est l’amour, la joie, la paix, la longanimité, la bienveillance, la bonté, la fidélité, 23 la douceur, la tempérance : contre de telles choses, il n’y a pas de loi. 24 Or ceux qui sont du Christ ont crucifié la chair avec les passions et les convoitises. 25 Si nous vivons par l’Esprit, marchons aussi par l’Esprit. »

 

 

Les 144 000 Serviteurs de Dieu ne sont pas les Témoins de Jéhovah.

 

Ce qu’il faut savoir au sujet des 144 000 Serviteurs de Dieu de l’Apocalypse, chapitre 7, 1-8 :

Pour comprendre le passage de l’Apocalypse qui annonce l’apparition des 144 000 serviteurs de Dieu marqués du sceau divin, il faut d’abord savoir qu’ils seront manifestés après l’ouverture du sixième sceau, lequel provoque la chute d’astéroïdes sur Terre ou « étoiles » qui sont également la représentation des anges déchus précipités par la queue du Dragon (le diable) selon Apocalypse, chapitre 12.

L’Apocalypse de Saint-Jean est un texte prophétique qui fait suite aux révélations du prophète Daniel. Il s’agit de la succession des empires depuis celui de Babylone jusqu’à celui de Rome. Le livre de Daniel présente la prophétie des semaines d’années au chapitre 9 ; celle-ci est le décompte chronologique qui annonce l’arrivée du Messie attendu, de 457 avant notre ère (décret d’Artaxerxés Longue-Main pour reconstruire Jérusalem) jusqu’en 27 de notre ère, année de la crucifixion de jésus (né en 7 av. notre ère). Dans cette période chronologique, soixante-neuf « semaines d’années » se sont accomplies (69 x 7 ans = 483 ans). Il manque alors 7 ans, dernière « semaine d’années », pour accomplir le cycle complet de 70 x 7 ans ou de « soixante-dix « semaines d’années » annoncé par la prophétie. Ces 7 années ne se sont pas terminées après la crucifixion de Jésus, de l’an 27 de notre ère à l’an 34 ; mais le texte prophétique lui-même annonce que des temps de « guerres et de dévastation » (verset 26) sépareront la 69ème « semaine d’années » de la 70ème donnant la conclusion finale des visions avec l’apparition de l’antéchrist.

L’Apocalypse de Saint-Jean présente les sept messages aux sept églises d’Asie Mineure, lesquels représentent les sept âges de l’histoire de l’église ; cela signifie que le temps des visions prophétiques sont interrompus par l’histoire de l’église ou « temps de grâce » ; mais ces « temps de grâce » ont un début, en 27 de notre ère, et auront une fin, lorsque la 70ème « semaine d’années » s’accomplira : c’est alors que le « temps des visions prophétiques » reprendra son cours, objet de la Révélation apocalyptique donnée à Saint-Jean.

L’apparition des 144 000 serviteurs de Dieu de l’Apocalypse se fera pendant l’accomplissement de la 70ème « semaine d’années » de Daniel, chapitre 9, c’est-à-dire dans le cadre du temps des visions prophétiques. Cela signifie que les temps de grâce seront terminés, cédant la place aux temps des jugements de Dieu (fin des temps de patience divine). Beaucoup ont cru que l’église serait enlevée avant la manifestation de l’antéchrist, avant le début de la 70ème « semaine d’années », mais cette affirmation est en contradiction avec les textes bibliques (épîtres de Paul et texte de l’Apocalypse). Les chrétiens seront toujours sur Terre car l’enlèvement de l’église ne se fera pas avant la « dernière trompette » ou avant la septième trompette de l’Apocalypse, qui se situe juste avant les jugements des sept coupes (7 mois avant la Bataille d’Harmaguédon). Cela signifie que les 144 000 Serviteurs de Dieu marqués du sceau divin seront en réalité les derniers apôtres de l’histoire de l’église, ceux qui seront manifestés pendant les événements apocalyptiques eux-mêmes. C’est Dieu lui-même qui les choisira et ils seront pour cette raison marqués du sceau de Dieu : il ne s’agira pas des Prêtres et Pasteurs actuels qui dirigent les églises, c’est-à-dire qu’ils n’appartiendront à aucune des structures religieuses chrétiennes actuellement connues. Le pape ne sera pas le « chef » des 144 000 Serviteurs de Dieu, ni les évêques ou cardinaux de l’église officielle, ni les « chefs » des autres églises orthodoxes, protestantes ou évangéliques. Ils seront placés en dehors de toutes les structures des églises actuelles et ils conduiront dans un sens spirituel la nouvelle église ou « église renouvelée » par l’Esprit Saint. Deux prophètes seront envoyés par Dieu : ce sont les Deux Témoins de l’Apocalypse.

Cette nouvelle église, spirituelle, renouvelée par l’Esprit de Dieu comme au temps des apôtres, disciples directs de Jésus, traversera les temps de persécution de l’antéchrist jusqu’au jour où elle sera enlevée au ciel, juste avant les derniers jugements de Dieu, les plus terribles, ceux des sept coupes et la Bataille d’Harmaguédon.

C’est cela l’explication des « 144 000 Serviteurs de Dieu » de l’Apocalypse, soit l’église spirituelle appelée aussi l’Israël spirituel.

 

 

 

1°) La Doctrine des Apôtres :

 

Voici ci-dessous les références bibliques de la « Doctrine des Apôtres » concernant le salut et la vie chrétienne :

 

1) La définition du péché :

 

1° Jean 3 : 2-6.

2 Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté ; nous savons que quand il sera manifesté, nous lui serons semblables, car nous le verrons comme il est. 3 Et quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme lui est pur. 4 Quiconque pratique le péché, pratique aussi l’iniquité, et le péché est l’iniquité.
5 Et vous savez que lui a été manifesté, afin qu’il ôtât nos péchés; et il n’y a point de péché en lui. 6 Quiconque demeure en lui ne pèche pas ; quiconque pèche ne l’a pas vu, ni ne l’a pas connu.

 

2) La justification par la foi :

 

Romains 3 : 21-31.

21 Mais maintenant, sans loi, [la] justice de Dieu est manifestée, témoignage lui étant rendu par la loi et [par] les prophètes, 22 [la] justice, dis-je, de Dieu par [la] foi en Jésus Christ envers tous, et sur tous ceux qui croient ; 23 car il n’y a pas de différence, car tous ont péché et n’atteignent pas à la gloire de Dieu, 24 - étant justifiés gratuitement par sa grâce, par la rédemption qui est dans le christ Jésus, 25 lequel Dieu a présenté pour propitiatoire, par la foi en son sang, afin de montrer sa justice à cause du support des péchés précédents dans la patience de Dieu, 26 afin de montrer, [dis-je], sa justice dans le temps présent, en sorte qu’il soit juste et justifiant celui qui est de la foi de Jésus.
27 Où donc est la vanterie ? - Elle a été exclue. - par quelle loi ? - celle des œuvres ? - Non, mais par la loi de la foi ; 28 car nous concluons que l’homme est justifié par [la] foi, sans œuvres de loi.
29 [Dieu] est-il seulement le Dieu des Juifs ? ne l’est-il pas aussi des nations ?
30 - Certes, aussi des nations ; puisque c’est un seul Dieu qui justifiera la circoncision sur le principe de [la] foi et l’incirconcision par la foi.
31 Annulons-nous donc [la] loi par la foi ? Qu’ainsi n’advienne! au contraire, nous établissons [la] loi.

 

Romains 5 : 1-21.

1 Ayant donc été justifiés sur le principe de la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre seigneur Jésus Christ, 2 par lequel nous avons trouvé aussi accès, par la foi, à cette faveur dans laquelle nous sommes, et nous nous glorifions dans l’espérance de la gloire de Dieu.
3 Et non seulement [cela], mais aussi nous nous glorifions dans les tribulations, sachant que la tribulation produit la patience, 4 et la patience l’expérience, et l’expérience l’espérance ; 5 et l’espérance ne rend point honteux, parce que l’amour de Dieu est versé dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné.
6 Car Christ, alors que nous étions encore sans force, au temps convenable, est mort pour des impies.
7 Car à peine, pour un juste, quelqu’un mourra-t-il, (car pour l’homme de bien, peut-être, quelqu’un se résoudrait même à mourir) ; 8 mais Dieu constate son amour à lui envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore pécheurs, Christ est mort pour nous.
9 Beaucoup plutôt donc, ayant été maintenant justifiés par son sang, serons-nous sauvés de la colère par lui.
10 Car si, étant ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils, beaucoup plutôt, ayant été réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie.
11 Et non seulement [cela], mais aussi nous nous glorifions en Dieu par notre seigneur Jésus Christ, par lequel nous avons maintenant reçu la réconciliation.

12 C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort a passé à tous les hommes, en ce que tous ont péché ... 13 (car jusqu’à [la] loi [le] péché était dans le monde ; mais [le] péché n’est pas mis en compte quand il n’y a pas de loi ; 14 mais la mort régna depuis Adam jusqu’à Moïse, même sur ceux qui ne péchèrent pas selon la ressemblance de la transgression d’Adam, qui est la figure de celui qui devait venir.
15 Mais n’en est-il pas du don de grâce comme de la faute ? car si, par la faute d’un seul, plusieurs sont morts, beaucoup plutôt la grâce de Dieu et le don ont abondé envers plusieurs, par la grâce qui est d’un seul homme, Jésus Christ.
16 Et n’en est-il pas du don comme [de ce qui est arrivé] par un seul qui a péché ? car le jugement vient d’un seul en condamnation, - mais le don de grâce, de plusieurs fautes, en justification.
17 Car si, par la faute d’un seul, la mort a régné par un seul, beaucoup plutôt ceux qui reçoivent l’abondance de la grâce et du don de la justice, régneront-ils en vie par un seul, Jésus Christ) ; 18 ainsi donc, comme par une seule faute [les conséquences de cette faute furent] envers tous les hommes en condamnation, ainsi aussi par une seule justice [les conséquences de cette justice furent] envers tous les hommes en justification de vie.
19 Car comme par la désobéissance d’un seul homme plusieurs ont été constitués pécheurs, ainsi aussi par l’obéissance d’un seul, plusieurs seront constitués justes.
20 Or [la] loi est intervenue afin que la faute abondât ; mais là où le péché abondait, la grâce a surabondé, 21 afin que, comme le péché a régné par la mort, ainsi aussi la grâce régnât par [la] justice pour [la] vie éternelle par Jésus Christ notre Seigneur.

 

Galates 2 : 11-21 & 3 : 1-14.

11 Mais quand Céphas vint à Antioche, je lui résistai en face, parce qu’il était condamné.
12 Car, avant que quelques-uns fussent venus d’auprès de Jacques, il mangeait avec ceux des nations; mais quand ceux-là furent venus, il se retira et se sépara lui-même, craignant ceux de la circoncision ; 13 et les autres Juifs aussi usèrent de dissimulation avec lui, de sorte que Barnabas même fut entraîné avec eux par leur dissimulation.
14 Mais quand je vis qu’ils ne marchaient pas droit, selon la vérité de l’évangile, je dis à Céphas devant tous : Si toi qui es Juif, tu vis comme les nations et non pas comme les Juifs, comment contrains-tu les nations à judaïser ?
15 Nous qui, de nature, sommes Juifs et non point pécheurs d’entre les nations, 16 sachant néanmoins que l’homme n’est pas justifié sur le principe des œuvres de loi, ni autrement que par la foi en Jésus Christ, nous aussi, nous avons cru au christ Jésus, afin que nous fussions justifiés sur le principe de la foi en Christ et non pas sur le principe des œuvres de loi : parce que sur le principe des œuvres de loi nulle chair ne sera justifiée.
17 Or si, en cherchant à être justifiés en Christ, nous-mêmes aussi nous avons été trouvés pécheurs, Christ donc est ministre de péché ? Qu’ainsi n’advienne !
18 Car si ces mêmes choses que j’ai renversées, je les réédifie, je me constitue transgresseur moi-même.
19 Car moi, par [la] loi, je suis mort à [la] loi, afin que je vive à Dieu.
20 Je suis crucifié avec Christ ; et je ne vis plus, moi, mais Christ vit en moi ; - et ce que je vis maintenant dans [la] chair, je le vis dans [la] foi, la [foi] au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi.
21 Je n’annule pas la grâce de Dieu ; car si [la] justice est par [la] loi, Christ est donc mort pour rien.

1 Ô Galates insensés, qui vous a ensorcelés, vous devant les yeux de qui Jésus Christ a été dépeint, crucifié [au milieu de vous] ?
2 Je voudrais seulement apprendre ceci de vous : avez-vous reçu l’Esprit sur le principe des œuvres de loi, ou de l’ouïe de [la] foi ?
3 Etes-vous si insensés ? Ayant commencé par l’Esprit, achèveriez-vous maintenant par la chair ?
4 Avez- vous tant souffert en vain, si toutefois c’est en vain ?
5 Celui donc qui vous fournit l’Esprit et qui opère des miracles au milieu de vous, [le fait-il] sur le principe des œuvres de loi, ou de l’ouïe de [la] foi ?
6 comme Abraham a cru Dieu, et cela lui fut compté à justice.
7 Sachez donc que ceux qui sont sur le principe de [la] foi, ceux-là sont fils d’Abraham.
8 Or l’écriture, prévoyant que Dieu justifierait les nations sur le principe de [la] foi, a d’avance annoncé la bonne nouvelle à Abraham : " En toi toutes les nations seront bénies " 9 De sorte que ceux qui sont sur le principe de [la] foi sont bénis avec le croyant Abraham.
10 Car tous ceux qui sont sur le principe des œuvres de loi sont sous malédiction ; car il est écrit : " Maudit est quiconque ne persévère pas dans toutes les choses qui sont écrites dans le livre de la loi pour les faire ".
11 Or que par [la] loi personne ne soit justifié devant Dieu, cela est évident, parce que : " Le juste vivra de foi ".
12 Mais la loi n’est pas sur le principe de [la] foi, mais : " Celui qui aura fait ces choses vivra par elles ".
13 Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous (car il est écrit : " Maudit est quiconque est pendu au bois "), 14 afin que la bénédiction d’Abraham parvînt aux nations dans le christ Jésus, afin que nous reçussions par la foi l’Esprit promis.

 

Ephésiens 2 : 1-10.

1 - et vous, lorsque vous étiez morts dans vos fautes et dans vos péchés, 2 (dans lesquels vous avez marché autrefois, selon le train de ce monde, selon le chef de l’autorité de l’air, de l’esprit qui opère maintenant dans les fils de la désobéissance ; 3 parmi lesquels, nous aussi, nous avons tous conversé autrefois dans les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et des pensées ; et nous étions par nature des enfants de colère, comme aussi les autres. 4 Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause de son grand amour dont il nous a aimés,) 5 alors même que nous étions morts dans nos fautes, nous a vivifiés ensemble avec le Christ (vous êtes sauvés par [la] grâce), 6 et nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes dans le christ Jésus, 7 afin qu’il montrât dans les siècles à venir les immenses richesses de sa grâce, dans sa bonté envers nous dans le christ Jésus.
8 Car vous êtes sauvés par la grâce, par la foi, et cela ne vient pas de vous, 9 c’est le don de Dieu ; non pas sur le principe des œuvres, afin que personne ne se glorifie ; 10 car nous sommes son ouvrage, ayant été créés dans le christ Jésus pour les bonnes œuvres que Dieu a préparées à l’avance, afin que nous marchions en elles.

 

Colossiens 2 : 8-15.

8 Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par de vaines déceptions, selon l’enseignement des hommes, selon les éléments du monde, et non selon Christ ; 9 car en lui habite toute la plénitude de la déité corporellement ; 10 et vous êtes accomplis en lui, qui est le chef de toute principauté et autorité, 11 en qui aussi vous avez été circoncis d’une circoncision qui n’a pas été faite de main, dans le dépouillement du corps de la chair par la circoncision du Christ, 12 étant ensevelis avec lui dans le baptême, dans lequel aussi vous avez été ressuscités ensemble par la foi en l’opération de Dieu qui l’a ressuscité d’entre les morts.
13 Et vous, lorsque vous étiez morts dans vos fautes et dans l’incirconcision de votre chair, il vous a vivifiés ensemble avec lui, nous ayant pardonné toutes nos fautes, 14 ayant effacé l’obligation qui était contre nous, [laquelle consistait] en ordonnances [et] qui nous était contraire, et il l’a ôtée en la clouant à la croix : 15 ayant dépouillé les principautés et les autorités, il les a produites en public, triomphant d’elles en la [croix].

 

Hébreux 11 : 1-40.

1 Or la foi est l’assurance des choses qu’on espère, et la conviction de celles qu’on ne voit pas.
2 Car c’est par elle que les anciens ont reçu témoignage.
3 Par la foi, nous comprenons que les mondes ont été formés par la parole de Dieu, de sorte que ce qui se voit n’a pas été fait de choses qui paraissent.
4 Par la foi, Abel offrit à Dieu un plus excellent sacrifice que Caïn, et par ce sacrifice il a reçu le témoignage d’être juste, Dieu rendant témoignage à ses dons ; et par lui, étant mort, il parle encore.
5 Par la foi, Énoch fut enlevé pour qu’il ne vit pas la mort ; et il ne fut pas trouvé, parce que Dieu l’avait enlevé ; car, avant son enlèvement, il a reçu le témoignage d’avoir plu à Dieu.
6 Or, sans la foi il est impossible de lui plaire ; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que [Dieu] est, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le recherchent.
7 Par la foi, Noé, étant averti divinement des choses qui ne se voyaient pas encore, craignit et bâtit une arche pour la conservation de sa maison; et par cette arche il condamna le monde et devint héritier de la justice qui est selon la foi.
8 Par la foi, Abraham, étant appelé, obéit pour s’en aller au lieu qu’il devait recevoir pour héritage; et il s’en alla, ne sachant où il allait.
9 Par la foi, il demeura dans la terre de la promesse comme dans [une terre] étrangère, demeurant sous des tentes avec Isaac et Jacob, les cohéritiers de la même promesse ; 10 car il attendait la cité qui a les fondements, de laquelle Dieu est l’architecte et le créateur.
11 Par la foi, Sara elle-même aussi reçut la force de fonder une postérité, et [cela], étant hors d’âge, puisqu’elle estima fidèle celui qui avait promis ; 12 c’est pourquoi aussi d’un seul, et d’un homme déjà amorti, sont nés des gens qui sont comme les étoiles du ciel en nombre et comme le sable qui est sur le rivage de la mer, lequel ne peut se compter.
13 Tous ceux-ci sont morts dans la foi, n’ayant pas reçu les choses promises, mais les ayant vues de loin et saluées, ayant confessé qu’ils étaient étrangers et forains sur la terre.
14 Car ceux qui disent de telles choses montrent clairement qu’ils recherchent une patrie ; 15 et en effet, s’ils se fussent souvenus de celle d’où ils étaient sortis, ils auraient eu du temps pour y retourner ; 16 mais maintenant ils en désirent une meilleure, c’est-à-dire une céleste ; c’est pourquoi Dieu n’a point honte d’eux, savoir d’être appelé leur Dieu, car il leur a préparé une cité.
17 Par la foi, Abraham, étant éprouvé, a offert Isaac; et celui qui avait reçu les promesses offrit son fils unique, 18 à l’égard duquel il avait été dit : " En Isaac te sera appelée [une] semence ", 19 ayant estimé que Dieu pouvait le ressusciter même d’entre les morts, d’où aussi, en figure, il le reçut.
20 Par la foi, Isaac bénit Jacob et Ésaü à l’égard des choses à venir.
21 Par la foi, Jacob mourant bénit chacun des fils de Joseph, et adora, [appuyé] sur le bout de son bâton.
22 Par la foi, Joseph, en terminant sa vie, fit mention de la sortie des fils d’Israël et donna un ordre touchant ses os.
23 Par la foi, Moïse, étant né, fut caché trois mois par ses parents, parce qu’ils virent que l’enfant était beau, et ils ne craignirent pas l’ordonnance du roi.
24 Par la foi, Moïse, étant devenu grand refusa d’être appelé fils de la fille du Pharaon, 25 choisissant plutôt d’être dans l’affliction avec le peuple de Dieu, que de jouir pour un temps des délices du péché, 26 estimant l’opprobre du Christ un plus grand trésor que les richesses de l’Égypte ; car il regardait à la rémunération.
27 Par la foi, il quitta l’Égypte, ne craignant pas la colère du roi, car il tint ferme, comme voyant celui qui est invisible.
28 Par la foi, il a fait la pâque et l’aspersion du sang, afin que le destructeur des premiers-nés ne les touchât pas.
29 Par la foi, ils traversèrent la mer Rouge comme une terre sèche, ce que les Égyptiens ayant essayé, ils furent engloutis.
30 Par la foi, les murs de Jéricho tombèrent, après qu’on en eut fait le tour sept jours durant.
31 Par la foi, Rahab, la prostituée, ne périt pas avec ceux qui n’ont pas cru, ayant reçu les espions en paix.
32 Et que dirai-je davantage ? Car le temps me manquera si je discours de Gédéon, de Barac et de Samson et de Jephté, de David et de Samuel et des prophètes, 33 qui par la foi subjuguèrent des royaumes, accomplirent la justice, obtinrent les choses promises, fermèrent la gueule des lions, 34 éteignirent la force du feu, échappèrent au tranchant de l’épée, de faibles qu’ils étaient furent rendus vigoureux, devinrent forts dans la bataille, firent ployer les armées des étrangers.
35 Les femmes reçurent leurs morts par la résurrection ; et d’autres furent torturés, n’acceptant pas la délivrance, afin d’obtenir une meilleure résurrection ; 36 et d’autres furent éprouvés par des moqueries et par des coups, et encore par des liens et par la prison ; ils furent lapidés, sciés, tentés ; 37 ils moururent égorgés par l’épée; ils errèrent çà et là, vêtus de peaux de brebis, de peaux de chèvres, dans le besoin, affligés, maltraités, 38 (desquels le monde n’était pas digne,) errant dans les déserts et les montagnes, et les cavernes et les trous de la terre.
 

39 Et tous ceux-ci, ayant reçu témoignage par la foi, n’ont pas reçu ce qui avait été promis, 40 Dieu ayant eu en vue quelque chose de meilleur pour nous, afin qu’ils ne parvinssent pas à la perfection sans nous.

 

3) La vie de l’Esprit :

 

Romains 6 : 1-23.

1 Que dirons-nous donc ? Demeurerions-nous dans le péché afin que la grâce abonde ?
2 - Qu’ainsi n’advienne! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrons-nous encore dans le péché ?
3 - Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés pour le christ Jésus, nous avons été baptisés pour sa mort ?
4 Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême, pour la mort, afin que comme Christ a été ressuscité d’entre les morts par la gloire du Père, ainsi nous aussi nous marchions en nouveauté de vie.
5 Car si nous avons été identifiés avec lui dans la ressemblance de sa mort, nous le serons donc aussi [dans la ressemblance] de [sa] résurrection ; 6 sachant ceci, que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché soit annulé, pour que nous ne servions plus le péché.
7 Car celui qui est mort est justifié du péché.
8 Or si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui, 9 sachant que Christ, ayant été ressuscité d’entre les morts, ne meurt plus ; la mort ne domine plus sur lui.
10 Car en ce qu’il est mort, il est mort une fois pour toutes au péché ; mais en ce qu’il vit, il vit à Dieu.
11 De même vous aussi, tenez-vous vous-mêmes pour morts au péché, mais pour vivants à Dieu dans le christ Jésus.
12 Que le péché donc ne règne point dans votre corps mortel pour que vous obéissiez aux convoitises de celui-ci ; 13 et ne livrez pas vos membres au péché comme instruments d’iniquité, mais livrez-vous vous-mêmes à Dieu, comme d’entre les morts étant [faits] vivants, - et vos membres à Dieu, comme instruments de justice.
14 Car le péché ne dominera pas sur vous, parce que vous n’êtes pas sous [la] loi, mais sous [la] grâce.
15 Quoi donc ! pécherions-nous, parce que nous ne sommes pas sous [la] loi, mais sous [la] grâce ? - Qu’ainsi n’advienne!
16 Ne savez-vous pas qu’à quiconque vous vous livrez vous-mêmes comme esclaves pour obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché pour [la] mort, soit de l’obéissance pour [la] justice.
17 Or grâces à Dieu de ce que vous étiez esclaves du péché, mais de ce que [ensuite] vous avez obéi de cœur à la forme de doctrine dans laquelle vous avez été instruits.
18 Mais ayant été affranchis du péché, vous avez été asservis à la justice 19 (je parle à la façon des hommes, à cause de l’infirmité de votre chair). Car ainsi que vous avez livré vos membres comme esclaves à l’impureté et à l’iniquité pour l’iniquité, ainsi livrez maintenant vos membres comme esclaves à la justice pour la sainteté.
20 Car lorsque vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres à l’égard de la justice.
21 Quel fruit donc aviez-vous alors des choses dont maintenant vous avez honte ? car la fin de ces choses est la mort.
22 - Mais maintenant, ayant été affranchis du péché et asservis à Dieu, vous avez votre fruit dans la sainteté et pour fin la vie éternelle.
23 Car les gages du péché, c’est la mort ; mais le don de grâce de Dieu, c’est la vie éternelle dans le christ Jésus, notre Seigneur.

 

Romains 7 : 14-25 & 8 : 1-17.

14 Car nous savons que la loi est spirituelle : mais moi je suis charnel, vendu au péché ; 15 car ce que je fais, je ne le reconnais pas, car ce n’est pas ce que je veux, que je fais, mais ce que je hais, je le pratique.
16 Or si c’est ce que je ne veux pas que je pratique, j’approuve la loi, [reconnaissant] qu’elle est bonne.
17 Or maintenant, ce m’est plus moi qui fais cela, mais c’est le péché qui habite en moi.
18 Car je sais qu’en moi, c’est-à-dire en ma chair, il n’habite point de bien ; car le vouloir est avec moi, mais accomplir le bien, [cela] je ne le trouve pas.
19 Car le bien que je veux, je ne le pratique pas ; mais le mal que je ne veux pas, je le fais.
20 Or si ce que je ne veux pas, moi, - je le pratique, ce n’est plus moi qui l’accomplis, mais c’est le péché qui habite en moi.
21 Je trouve donc cette loi pour moi qui veux pratiquer le bien, que le mal est avec moi.
22 Car je prends plaisir à la loi de Dieu selon l’homme intérieur ; 23 mais je vois dans mes membres une autre loi qui combat contre la loi de mon entendement et qui me rend captif de la loi du péché qui existe dans mes membres.
24 Misérable homme que je suis, qui me délivrera de ce corps de mort ?
25 Je rends grâces à Dieu par Jésus Christ notre seigneur. Ainsi donc moi-même, de l’entendement je sers la loi de Dieu ; mais de la chair, la loi du péché.

1 Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont dans le christ Jésus ; 2 car la loi de l’Esprit de vie dans le christ Jésus, m’a affranchi de la loi du péché et de la mort ; 3 car ce qui était impossible à la loi, en ce qu’elle était faible par la chair, Dieu, ayant envoyé son propre Fils en ressemblance de chair de péché, et pour [le] péché, a condamné le péché dans la chair, 4 afin que la juste exigence de la loi fût accomplie en nous, qui ne marchons pas selon [la] chair, mais selon [l’]Esprit.
5 Car ceux qui sont selon [la] chair ont leurs pensées aux choses de la chair ; mais ceux qui sont selon [l’]Esprit, aux choses de l’Esprit ; 6 Car la pensée de la chair est [la] mort ; mais la pensée de l’Esprit, vie et paix ; 7 - parce que la pensée de la chair est inimitié contre Dieu, car elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, car aussi elle ne le peut pas.
8 Et ceux qui sont dans la chair ne peuvent plaire à Dieu.
9 Or, vous n’êtes pas dans [la] chair, mais dans [l’]Esprit, si du moins [l’]Esprit de Dieu habite en vous ; mais si quelqu’un n’a pas [l’]Esprit de Christ, celui-là n’est pas de lui.
10 Mais si Christ est en vous, le corps est bien mort à cause du péché, mais l’Esprit est vie à cause de [la] justice.
11 Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité le Christ d’entre les morts vivifiera vos corps mortels aussi, à cause de son Esprit qui habite en vous.
12 Ainsi donc, frères, nous sommes débiteurs, non pas à la chair pour vivre selon [la] chair ; 13 car si vous vivez selon [la] chair, vous mourrez ; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez.
14 Car tous ceux qui sont conduits par [l’]Esprit de Dieu, ceux-là sont fils de Dieu. 15 Car vous n’avez pas reçu un esprit de servitude pour être de nouveau dans la crainte, mais vous avez reçu [l’]Esprit d’adoption par lequel nous crions : Abba, Père. 16 L’Esprit lui-même rend témoignage avec notre esprit, que nous sommes enfants de Dieu ; 17 et si [nous sommes] enfants, [nous sommes] aussi héritiers ; héritiers de Dieu, cohéritiers de Christ ; si du moins nous souffrons avec lui, afin que nous soyons aussi glorifiés avec lui.

 

Galates 5 : 13-25.

13 Car vous, frères, vous avez été appelés à la liberté ; seulement [n’usez] pas de la liberté comme d’une occasion pour la chair, mais, par amour, servez vous l’un l’autre ; 14 car toute la loi est accomplie dans une seule parole, dans celle-ci : " Tu aimeras ton prochain comme toi-même ".
15 Mais si vous vous mordez et vous dévorez l’un l’autre, prenez garde que vous ne soyez consumés l’un par l’autre.
16 Mais je dis : Marchez par l’Esprit, et vous n’accomplirez point la convoitise de la chair.
17 Car la chair convoite contre l’Esprit, et l’Esprit contre la chair ; et ces choses sont opposées l’une à l’autre, afin que vous ne pratiquiez pas les choses que vous voudriez.
18 Mais si vous êtes conduits par [l’]Esprit, vous n’êtes pas sous [la] loi.
19 Or les œuvres de la chair sont manifestes, lesquelles sont la fornication, l’impureté, l’impudicité, 20 l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les colères, les intrigues, les divisions, les sectes, 21 les envies, les meurtres, les ivrogneries, les orgies, et les choses semblables à celles-là, au sujet desquelles je vous déclare d’avance, comme aussi je l’ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront pas du royaume de Dieu.
22 Mais le fruit de l’Esprit est l’amour, la joie, la paix, la longanimité, la bienveillance, la bonté, la fidélité, 23 la douceur, la tempérance : contre de telles choses, il n’y a pas de loi.
24 Or ceux qui sont du Christ ont crucifié la chair avec les passions et les convoitises.
25 Si nous vivons par l’Esprit, marchons aussi par l’Esprit.

 

4) L’amour spirituel en Christ :

 

1° Corinthiens 13 : 1-13.

1 Si je parle dans les langues des hommes et des anges, mais que je n’aie pas l’amour, je suis comme un airain qui résonne ou comme une cymbale retentissante.
2 Et si j’ai la prophétie, et que je connaisse tous les mystères et toute connaissance, et que j’aie toute la foi de manière à transporter des montagnes, mais que je n’aie pas l’amour, je ne suis rien.
3 Et quand je distribuerais en aliments tous mes biens, et que je livrerais mon corps afin que je fusse brûlé, mais que je n’aie pas l’amour, cela ne me profite de rien.
4 L’amour use de longanimité ; il est plein de bonté ; l’amour n’est pas envieux ; l’amour ne se vante pas ; il ne s’enfle pas d’orgueil ; 5 il n’agit pas avec inconvenance ; il ne cherche pas son propre intérêt ; il ne s’irrite pas ; 6 il n’impute pas le mal ; il ne se réjouit pas de l’injustice, mais se réjouit avec la vérité ; 7 il supporte tout, croit tout, espère tout, endure tout.
8 L’amour ne périt jamais. Or y a-t-il des prophéties ? elles auront leur fin. Y a-t-il des langues ? elles cesseront. Y a-t-il de la connaissance ? elle aura sa fin.
9 Car nous connaissons en partie, et nous prophétisons en partie ; 10 mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est en partie aura sa fin.
11 Quand j’étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant ; quand je suis devenu homme, j’en ai fini avec ce qui était de l’enfant.
12 Car nous voyons maintenant au travers d’un verre, obscurément, mais alors face à face ; maintenant je connais en partie, mais alors je connaîtrai à fond comme aussi j’ai été connu.
13 Or maintenant ces trois choses demeurent : la foi, l’espérance, l’amour ; mais la plus grande de ces choses, c’est l’amour.

 

Galates 5 : 22-23.

22 Mais le fruit de l’Esprit est l’amour, la joie, la paix, la longanimité, la bienveillance, la bonté, la fidélité, 23 la douceur, la tempérance : contre de telles choses, il n’y a pas de loi.

 

1° Jean 4 : 7-10.

7 Bien-aimés, aimons-nous l’un l’autre, car l’amour est de Dieu, et quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu.
8 Celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu, car Dieu est amour.
9 En ceci a été manifesté l’amour de Dieu pour nous, c’est que Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous vivions par lui ; 10 en ceci est l’amour, non en ce que nous, nous ayons aimé Dieu, mais en ce que lui nous aima et qu’il envoya son Fils [pour être la] propitiation pour nos péchés.

 

5) Les dons de l’Esprit et les ministères spirituels :

 

1° Corinthiens 12 : 1-31.

1 Or, pour ce qui est des [manifestations] spirituelles, frères, je ne veux pas que vous soyez ignorants.
2 Vous savez que, quand vous étiez [gens des] nations, [vous étiez] entraînés vers les idoles muettes, selon que vous étiez menés.
3 C’est pourquoi je vous fais savoir que nul homme parlant par l’Esprit de Dieu, ne dit : " Anathème [à] Jésus " ; et que nul ne peut dire " Seigneur Jésus ", si ce n’est par l’Esprit Saint.

4 Or il y a diversité de dons de grâce, mais le même Esprit : 5 et il y a diversité de services, et le même Seigneur ; 6 et il y a diversité d’opérations, mais le même Dieu qui opère tout en tous.
7 Or à chacun est donnée la manifestation de l’Esprit en vue de l’utilité.
8 Car à l’un est donnée, par l’Esprit, la parole de sagesse ; et à un autre la parole de connaissance, selon le même Esprit ; 9 et à un autre la foi, par le même Esprit ; et à un autre des dons de grâce de guérisons, par le même Esprit ; 10 et à un autre des opérations de miracles ; et à un autre la prophétie ; et à un autre des discernements d’esprits ; et à un autre [diverses] sortes de langues ; et à un autre l’interprétation des langues.
11 Mais le seul et même Esprit opère toutes ces choses, distribuant à chacun en particulier comme il lui plaît.
12 Car de même que le corps est un et qu’il a plusieurs membres, mais que tous les membres du corps, quoiqu’ils soient plusieurs, sont un seul corps, ainsi aussi est le Christ.
13 Car aussi nous avons tous été baptisés d’un seul Esprit pour être un seul corps, soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit hommes libres ; et nous avons tous été abreuvés pour [l’unité d’] un seul Esprit.
14 Car aussi le corps n’est pas un seul membre, mais plusieurs.
15 Si le pied disait : Parce que je ne suis pas main, je ne suis pas du corps, est-ce qu’à cause de cela il n’est pas du corps ?
16 Et si l’oreille disait : Parce que je ne suis pas œil, je ne suis pas du corps, est-ce qu’à cause de cela elle n’est pas du corps ?
17 Si le corps tout entier était œil, où serait l’ouïe ? Si tout était ouïe, où serait l’odorat ?
18 Mais maintenant, Dieu a placé les membres, - chacun d’eux, - dans le corps, comme il l’a voulu.
19 Or, si tous étaient un seul membre, où serait le corps ?
20 Mais maintenant les membres sont plusieurs, mais le corps, un.
21 L’œil ne peut pas dire à la main : Je n’ai pas besoin de toi ; ou bien encore la tête, aux pieds : Je n’ai pas besoin de vous ; 22 - mais bien plutôt les membres du corps qui paraissent être les plus faibles, sont nécessaires ; 23 et les membres du corps que nous estimons être les moins honorables, nous les environnons d’un honneur plus grand ; et nos membres qui ne sont pas décents sont les plus parés, 24 tandis que nos membres décents n’en ont pas besoin. Mais Dieu a composé le corps en donnant un plus grand honneur à ce qui en manquait, 25 afin qu’il n’y ait point de division dans le corps, mais que les membres aient un égal soin les uns des autres.
26 Et si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui ; si un membre est glorifié, tous les membres se réjouissent avec lui.
27 Or vous êtes le corps de Christ, et [ses] membres chacun en particulier.
28 Et Dieu a placé les uns dans l’assemblée : - d’abord des apôtres, en second lieu des prophètes, en troisième lieu des docteurs, ensuite des miracles, puis des dons de grâce de guérisons, des aides, des gouvernements, [diverses] sortes de langues.
29 Tous sont-ils apôtres ? Tous sont-ils prophètes ? Tous sont-ils docteurs ? Tous [font-ils] des miracles ?
30 Tous ont-ils des dons de grâce de guérisons ? Tous parlent-ils en langues ?
31 Tous interprètent-ils ? Or désirez avec ardeur des dons de grâce plus grands : et je vous montre encore un chemin bien plus excellent.

 

1° Corinthiens 14 : 1-40.

1 Poursuivez l’amour, et désirez avec ardeur les [dons] spirituels, mais surtout de prophétiser.
2 Parce que celui qui parle en langue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu, car personne ne l’entend ; mais en esprit il prononce des mystères.
3 Mais celui qui prophétise parle aux hommes pour l’édification, et l’exhortation, et la consolation.
4 Celui qui parle en langue s’édifie lui-même ; mais celui qui prophétise édifie l’assemblée.
5 Or je désire que tous vous parliez en langues, mais surtout que vous prophétisiez ; mais celui qui prophétise est plus grand que celui qui parle en langues, à moins qu’il n’interprète, afin que l’assemblée reçoive de l’édification.
6 Et maintenant, frères, si je viens à vous et que je parle en langues, en quoi vous profiterai-je, à moins que je ne vous parle par révélation, ou par connaissance, ou par prophétie, ou par doctrine ?
7 De même les choses inanimées qui rendent un son, soit une flûte, soit une harpe, si elles ne rendent pas des sons distincts, comment connaîtra-t-on ce qui est joué sur la flûte ou sur la harpe ?
8 Car aussi, si la trompette rend un son confus, qui se préparera pour le combat ?
9 De même aussi vous, avec une langue, si vous ne prononcez pas un discours intelligible, comment saura-t-on ce qui est dit, car vous parlerez en l’air ?
10 Il y a je ne sais combien de genres de voix dans le monde, et aucune d’elles n’est sans son distinct.
11 Si donc je ne connais pas le sens de la voix, je serai barbare pour celui qui parle, et celui qui parle sera barbare pour moi.
12 Ainsi vous aussi, puisque vous désirez avec ardeur des dons de l’Esprit, cherchez à en être abondamment doués pour l’édification de l’assemblée.
13 C’est pourquoi, que celui qui parle en langue prie pour qu’il interprète.
14 Car si je prie en langue, mon esprit prie, mais mon intelligence est sans fruit.
15 Qu’est-ce donc ? Je prierai avec l’esprit, mais je prierai aussi avec l’intelligence ; je chanterai avec l’esprit, mais je chanterai aussi avec l’intelligence.
16 Autrement, si tu as béni avec l’esprit, comment celui qui occupe la place d’un homme simple dira-t-il l’amen à ton action de grâces, puisqu’il ne sait ce que tu dis ?
17 Car toi, il est vrai, tu rends bien grâces ; mais l’autre n’est pas édifié.
18 Je rends grâces à Dieu de ce que je parle en langue plus que vous tous ; 19 mais, dans l’assemblée, j’aime mieux prononcer cinq paroles avec mon intelligence, afin que j’instruise aussi les autres, que dix mille paroles en langue.
20 Frères, ne soyez pas des enfants dans vos entendements, mais, pour la malice, soyez de petits enfants ; mais, dans vos entendements, soyez des hommes faits.
21 Il est écrit dans la loi : " C’est en d’autres langues et par des lèvres étrangères que je parlerai à ce peuple ; et même ainsi, ils ne m’écouteront pas, dit le Seigneur ".
22 De sorte que les langues sont pour signe, non à ceux qui croient, mais aux incrédules ; mais la prophétie [est un signe], non aux incrédules, mais à ceux qui croient.
23 Si donc l’assemblée tout entière se réunit ensemble, et que tous parlent en langues, et qu’il entre des hommes simples ou des incrédules, ne diront ils pas que vous êtes fous ?
24 Mais si tous prophétisent, et qu’il entre quelque incrédule ou quelque homme simple, il est convaincu par tous, [et] il est jugé par tous : 25 les secrets de son cœur sont rendus manifestes ; et ainsi, tombant sur sa face, il rendra hommage à Dieu, publiant que Dieu est véritablement parmi vous.
26 Qu’est-ce donc, frères ? Quand vous vous réunissez, chacun de vous a un psaume, a un enseignement, a une langue, a une révélation, a une interprétation : que tout se fasse pour l’édification.
27 Et si quelqu’un parle en langue, que ce soient deux, ou tout au plus trois, [qui parlent], et chacun à son tour, et que [quelqu’] un interprète ; 28 mais s’il n’y a pas d’interprète, qu’il se taise dans l’assemblée, et qu’il parle à soi-même et à Dieu ; 29 et que les prophètes parlent, deux ou trois, et que les autres jugent ; 30 et s’il y a eu une révélation faite à un autre qui est assis, que le premier se taise.
31 Car vous pouvez tous prophétiser un à un, afin que tous apprennent et que tous soient exhortés.
32 Et les esprits des prophètes sont assujettis aux prophètes.
33 Car Dieu n’est pas [un Dieu] de désordre, mais de paix, comme dans toutes les assemblées des saints.
34 Que vos femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis de parler ; mais qu’elles soient soumises, comme le dit aussi la loi.
35 Et si elles veulent apprendre quelque chose, qu’elles interrogent leurs propres maris chez elles, car il est honteux pour une femme de parler dans l’assemblée.
36 La parole de Dieu est-elle procédée de vous, ou est-elle parvenue à vous seuls ?
37 Si quelqu’un pense être prophète ou spirituel, qu’il reconnaisse que les choses que je vous écris sont le commandement du Seigneur.
38 Et si quelqu’un est ignorant, qu’il soit ignorant.
39 Ainsi, frères, désirez avec ardeur de prophétiser, et n’empêchez pas de parler en langues.
40 Mais que toutes choses se fassent avec bienséance et avec ordre.

 

Ephésiens 4 : 1-16.

1 Je vous exhorte donc, moi, le prisonnier dans le Seigneur, à marcher d’une manière digne de l’appel dont vous avez été appelés, 2 avec toute humilité et douceur, avec longanimité, vous supportant l’un l’autre dans l’amour ; 3 vous appliquant à garder l’unité de l’Esprit par le lien de la paix.
4 [Il y a] un seul corps et un seul Esprit, comme aussi vous avez été appelés pour une seule espérance de votre appel.
5 [Il y a] un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême.
6 [Il y a] un seul Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tout, et partout, et en nous tous.
7 Mais à chacun de nous la grâce a été donnée selon la mesure du don de Christ.
8 C’est pourquoi il dit : " Étant monté en haut, il a emmené captive la captivité, et a donné des dons aux hommes ".
9 Or, qu’il soit monté, qu’est-ce, sinon qu’il est aussi descendu dans les parties inférieures de la terre ?
10 Celui qui est descendu est le même que celui qui est aussi monté au-dessus de tous les cieux, afin qu’il remplît toutes choses ; 11 et lui, a donné les uns [comme] apôtres, les autres [comme] prophètes, les autres [comme] évangélistes, les autres [comme] pasteurs et docteurs ; 12 en vue du perfectionnement des saints, pour l’œuvre du service, pour l’édification du corps de Christ ; 13 jusqu’à ce que nous parvenions tous à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature de la plénitude du Christ : 14 afin que nous ne soyons plus de petits enfants, ballottés et emportés çà et là par tout vent de doctrine dans la tromperie des hommes, dans leur habileté à user de voies détournées pour égarer ; 15 mais que, étant vrais dans l’amour, nous croissions en toutes choses jusqu’à lui qui est le chef, le Christ ; 16 duquel tout le corps, bien ajusté et lié ensemble par chaque jointure du fournissement, produit, selon l’opération de chaque partie dans sa mesure, l’accroissement du corps pour l’édification de lui-même en amour.

 

6) Les faux frères et faux apôtres :

 

2° Corinthiens 11 : 1-15.

1 Je voudrais que vous supportassiez un peu ma folie ! Mais aussi supportez-moi.
2 Car je suis jaloux à votre égard d’une jalousie de Dieu ; car je vous ai fiancés à un seul mari, pour vous présenter au Christ comme une vierge chaste.
3 Mais je crains que, en quelque manière, comme le serpent séduisit Eve par sa ruse, ainsi vos pensées ne soient corrompues [et détournées] de la simplicité quant au Christ.
4 Car si celui qui vient prêche un autre Jésus que nous n’avons pas prêché, ou que vous receviez un esprit différent que vous n’avez pas reçu, ou un évangile différent que vous n’avez pas reçu, vous pourriez bien [le] supporter.
5 Car j’estime que je n’ai été en rien moindre que les plus excellents apôtres.

 

Galates 1 : 6-9.

6 Je m’étonne de ce que vous passez si promptement de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ, à un évangile différent, 7 qui n’en est pas un autre ; mais il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent pervertir l’évangile du Christ.
8 Mais quand nous-mêmes, ou quand un ange venu du ciel vous évangéliserait outre ce que nous vous avons évangélisé, qu’il soit anathème.
9 Comme nous l’avons déjà dit, maintenant aussi je le dis encore : si quelqu’un vous évangélise outre ce que vous avez reçu, qu’il soit anathème.

 

1° Timothée 6 : 3-10.

3 Si quelqu’un enseigne autrement et ne se range pas à de saines paroles, [savoir] à celles de notre seigneur Jésus Christ et à la doctrine qui est selon la piété, 4 il est enflé d’orgueil, ne sachant rien, mais ayant la maladie des questions et des disputes de mots, d’où naissent l’envie, les querelles, les paroles injurieuses, les mauvais soupçons, 5 les vaines disputes d’hommes corrompus dans leur entendement et privés de la vérité, qui estiment que la piété est une source de gain.
6 Or la piété avec le contentement est un grand gain.
7 Car nous n’avons rien apporté dans le monde, et il est évident que nous n’en pouvons rien emporter.
8 Mais ayant la nourriture et de quoi nous couvrir, nous serons satisfaits.
9 Or ceux qui veulent devenir riches tombent dans la tentation et dans un piège, et dans plusieurs désirs insensés et pernicieux qui plongent les hommes dans la ruine et la perdition ; 10 car c’est une racine de toutes sortes de maux que l’amour de l’argent : ce que quelques-uns ayant ambitionné, ils se sont égarés de la foi et se sont transpercés eux-mêmes de beaucoup de douleurs.

 

1° Jean 4 : 1-6.

1 Bien-aimés, ne croyez pas tout esprit, mais éprouvez les esprits [pour voir] s’ils sont de Dieu, car beaucoup de faux prophètes sont sortis dans le monde.
2 Par ceci vous connaissez l’Esprit de Dieu : tout esprit qui confesse Jésus Christ venu en chair est de Dieu, 3 et tout esprit qui ne confesse pas Jésus Christ venu en chair n’est pas de Dieu ; et ceci est l’[esprit] de l’antéchrist, duquel vous avez ouï dire qu’il vient, et déjà maintenant il est dans le monde.
4 Pour vous, enfants, vous êtes de Dieu, et vous les avez vaincus, parce que celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde.
5 Pour eux, ils sont du monde ; c’est pourquoi ils parlent selon les principes du monde, et le monde les écoute.
6 Nous, nous sommes de Dieu ; celui qui connaît Dieu nous écoute ; celui qui n’est pas de Dieu ne nous écoute pas : à cela nous connaissons l’esprit de vérité et l’esprit d’erreur.

 

Jude : versets 3-19.

3 Bien-aimés, quand j’usais de toute diligence pour vous écrire de notre commun salut, je me suis trouvé dans la nécessité de vous écrire afin de vous exhorter à combattre pour la foi qui a été une fois enseignée aux saints ; 4 car certains hommes se sont glissés [parmi les fidèles], inscrits jadis à l’avance pour ce jugement, des impies, qui changent la grâce de notre Dieu en dissolution, et qui renient notre seul maître et seigneur, Jésus Christ.
5 Or je désire vous rappeler, à vous qui une fois saviez tout, que le Seigneur, ayant délivré le peuple du pays d’Égypte, a détruit ensuite ceux qui n’ont pas cru ; 6 - et qu’il a réservé dans des liens éternels, sous l’obscurité, pour le jugement du grand jour, les anges qui n’ont pas gardé leur origine, mais qui ont abandonné leur propre demeure ; 7 comme Sodome et Gomorrhe et les villes d’alentour, s’étant abandonnées à la fornication de la même manière que ceux-là, et étant allées après une autre chair, sont là comme exemple, subissant la peine d’un feu éternel.
8 De la même manière cependant, ces rêveurs aussi souillent la chair, et méprisent la domination, et injurient les dignités.
9 Mais Michel l’archange, quand, discutant avec le diable, il contestait touchant le corps de Moïse, n’osa pas proférer de jugement injurieux contre [lui] ; mais il dit : Que le Seigneur te censure !
10 Mais ceux-ci, ils injurient tout ce qu’ils ne connaissent pas, et se corrompent dans tout ce qu’ils comprennent naturellement comme des bêtes sans raison.
11 Malheur à eux, car ils ont marché dans le chemin de Caïn, et se sont abandonnés à l’erreur de Balaam pour une récompense, et ont péri dans la contradiction de Coré.
12 Ceux-ci, ils sont des taches dans vos agapes, faisant des festins avec vous sans crainte, se repaissant eux-mêmes : nuées sans eau, emportées par les vents ; arbres d’automne, sans fruit, deux fois morts, déracinés ; 13 vagues impétueuses de la mer, jetant l’écume de leurs infamies ; étoiles errantes, à qui l’obscurité des ténèbres est réservée pour toujours.
14 Or Énoch aussi, le septième depuis Adam, a prophétisé de ceux-ci, en disant : Voici, le Seigneur est venu au milieu de ses saintes myriades, 15 pour exécuter le jugement contre tous, et pour convaincre tous les impies d’entre eux de toutes leurs œuvres d’impiété qu’ils ont impiement commises et de toutes les [paroles] dures que les pécheurs impies ont proférées contre lui.
16 Ceux-ci, ils sont des murmurateurs, se plaignant de leur sort, marchant selon leurs propres convoitises (tandis que leur bouche prononce d’orgueilleux discours), et admirant les hommes en vue de [leur propre] profit.
17 Mais vous, bien-aimés, souvenez-vous des paroles qui ont été dites auparavant par les apôtres de notre seigneur Jésus Christ, comment ils vous disaient que, 18 à la fin du temps, il y aurait des moqueurs, marchant selon leurs propres convoitises d’impiétés ; 19 Ceux-ci sont ceux qui se séparent [eux-mêmes], des hommes naturels, n’ayant pas l’Esprit.

 

La Doctrine des Apôtres :

 

Voici ci-dessous les références bibliques de la « Doctrine des Apôtres » concernant le salut et la vie chrétienne :

 

1) La définition du péché :

1° Jean 3 : 2-6.

 

2) La justification par la foi :

Romains 3 : 21-31.

Romains 5 : 1-21.

Galates 2 : 11-21 & 3 : 1-14.

Ephésiens 2 : 1-10.

Colossiens 2 : 8-15.

Hébreux 11 : 1-40.

 

3) La vie de l’Esprit :

Romains 6 : 1-23.

Romains 7 : 14-25 & 8 : 1-17.

Galates 5 : 13-25.

 

4) L’amour spirituel en Christ :

1° Corinthiens 13 : 1-13.

Galates 5 : 22-23.

1° Jean 4 : 7-10.

 

5) Les dons de l’Esprit et les ministères spirituels :

1° Corinthiens 12 : 1-31.

1° Corinthiens 14 : 1-40.

Ephésiens 4 : 1-16.

 

6) Les faux frères et faux apôtres :

2° Corinthiens 11 : 1-15.

Galates 1 : 6-9.

1° Timothée 6 : 3-10.

1° Jean 4 : 1-6.

Jude : versets 3-19.

 

Patrick DOLCIANI

 

 

Les Pages choisies de la Bible (suite) :

 

2°) Les fondements essentiels de la foi :

 

 01 : Luc, chapitres 1 & 2.

 

Naissance et enfance de Jésus :

 

Plusieurs ayant entrepris de composer un récit des événements qui se sont accomplis parmi nous, suivant ce que nous ont transmis ceux qui ont été des témoins oculaires dès le commencement et sont devenus des ministres de la Parole, il m’a aussi semblé bon, après avoir fait des recherches exactes sur toutes ces choses depuis leur origine, de te les exposer par écrit de manière suivie, excellent Théophile, afin que tu reconnaisses la certitude des enseignements que tu as reçus.

Du temps d’Hérode I° le Grand (Ascalon 73 – Jéricho 4 av. notre ère), roi de Judée (37 – 4 av. notre ère), il y avait un sacrificateur, nommé Zacharie, de la classe d’Abia ; sa femme était d’entre les filles d’Aaron, et s’appelait Elisabeth. Tous deux étaient justes devant Dieu, observant d’une manière irréprochable tous les commandements et toutes les ordonnances du Seigneur. Ils n’avaient point d’enfants, parce qu’Elisabeth était stérile ; et ils étaient l’un et l’autre avancés en âge.

Or, pendant qu’il s’acquittait de ses fonctions devant Dieu, selon le tour de sa classe, il fut appelé par le sort, d’après la règle du sacerdoce, à entrer dans le Temple du Seigneur (Temple d’Hérode construit de 20-19 av. notre ère à 62-64 de notre ère) pour offrir le parfum. Toute la multitude du peuple était dehors en prière, à l’heure du parfum.

Alors un ange du Seigneur apparut à Zacharie, et se tint debout à droite de l’autel des parfums. Zacharie fut troublé en le voyant, et la frayeur s’empara de lui. Mais l’ange lui dit : Ne craint point, Zacharie ; car ta prière a été exaucée. Ta femme Elisabeth t’enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jean (l’Eternel a fait grâce). Il sera pour toi un sujet de joie et d’allégresse, et plusieurs se réjouiront de sa naissance. Car il sera grand devant le Seigneur. Il ne boira ni vin, ni liqueur enivrante, et il sera rempli de l’Esprit saint dès le sein de sa mère ; il ramènera plusieurs des fils d’Israël au Seigneur, leur Dieu ; il marchera devant Dieu avec l’Esprit et la puissance d’Elie, pour ramener les cœurs des pères vers les enfants, et les rebelles à la sagesse des justes, afin de préparer au Seigneur un peuple bien disposé. Zacharie dit à l’ange : A quoi reconnaîtrai-je cela ? Car je suis vieux, et ma femme est avancée en âge. L’ange lui répondit : Je suis Gabriel, je me tiens devant Dieu ; j’ai été envoyé pour te parler et pour t’annoncer cette bonne nouvelle. Et voici, tu seras muet, et tu ne pourras parler jusqu’au jour où ces choses arriveront, parce que tu n’as pas cru à mes paroles, qui s’accompliront en leur temps.

Cependant, le peuple attendait Zacharie, s’étonnant de ce qu’il restait si longtemps dans le Temple. Quand il sortit, il ne put leur parler, et ils comprirent qu’il avait eu une vision dans le Temple ; il leur faisait des signes, et il resta muet.

Lorsque ses jours de service furent écoulés, il s’en alla chez lui. Quelques temps après, Elisabeth, sa femme, devint enceinte. Elle se cacha pendant cinq mois, disant : C’est la grâce que le Seigneur m’a faite, quand il a jeté les yeux sur moi pour ôter mon opprobre parmi les hommes.

Au sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, auprès d’une vierge fiancée à un homme de la maison de David, nommé Joseph. Le nom de la vierge était Marie. L’ange entra chez elle, et dit : Je te salue, toi à qui une grâce a été faite ; le Seigneur est avec toi.

Troublée par cette parole, Marie se demandait ce que pouvait signifier une telle salutation. L’ange lui dit : Ne crains point, Marie ; car tu as trouvé grâce devant Dieu. Et voici, tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus (l’Eternel est salut). Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père. Il régnera sur la maison de Jacob éternellement, et son règne n’aura point de fin. Marie dit à l’ange : Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais point d’homme ? L’ange lui répondit : Le Saint-Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre. C’est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu. Voici, Elisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils en sa vieillesse, et celle qui était appelée stérile est dans son sixième mois. Car rien n’est impossible à Dieu. Marie dit : Je suis la servante du Seigneur ; qu’il me soit fait selon ta parole ! Et l’ange la quitta.

Dans ce même temps, Marie se leva et s’en alla en hâte vers les montagnes, dans une ville de Juda. Elle entra dans la maison de Zacharie, et salua Elisabeth. Dès qu’Elisabeth entendit la salutation de Marie, son enfant tressaillit dans son sein, et elle fut remplie du Saint-Esprit. Elle s’écria d’une voix forte : Tu es bénie entre les femmes, et le fruit de ton sein est béni. Comment m’est-il accordé que la mère de mon Seigneur vienne auprès de moi ? Car voici, aussitôt que la voix de ta salutation a frappé mon oreille, l’enfant a tressailli d’allégresse dans mon sein. Heureuse celle qui a cru, parce que les choses qui lui ont été dites de la part du Seigneur auront leur accomplissement.

Et Marie dit : Mon âme exalte le Seigneur, et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur, parce qu’il a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante. Car voici, désormais toutes les générations me diront bienheureuse, parce que le Tout-Puissant a fait pour moi de grandes choses. Son nom est saint, et sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent. Il a déployé la force de son bras ; il a dispersé ceux qui avaient dans le cœur des pensées orgueilleuses. Il a renversé les puissants de leurs trônes, et il a élevé les humbles. Il a rassasié de biens les affamés, et il a renvoyé les riches à vide. Il a secouru Israël, son serviteur, et il s’est souvenu de sa miséricorde, comme il l’avait dit à nos pères, envers Abraham et sa postérité pour toujours.

Marie demeura avec Elisabeth environ trois mois (jusqu’à la naissance de Jean-Baptiste). Puis elle retourna chez elle.

Le temps où Elisabeth devait accoucher arriva, et elle enfanta un fils. Ses voisins et ses parents apprirent que le Seigneur avait fait éclater envers elle sa miséricorde, et ils se réjouirent avec elle. Le huitième jour, ils vinrent pour circoncire l’enfant, et ils l’appelaient Zacharie, du nom de son père. Mais sa mère prit la parole et dit : Non, il sera appelé Jean (l’Eternel a fait grâce). Ils lui dirent : Il n’y a dans ta parenté personne qui soit appelé de ce nom. Et ils firent des signes à son père pour savoir comment il voulait qu’on l’appelât. Zacharie demanda des tablettes, et il écrivit : Jean est son nom. Et tous furent dans l’étonnement. Au même instant, sa bouche s’ouvrit, sa langue se délia, et il parlait, bénissant Dieu. La crainte s’empara de tous les habitants d’alentour, et, dans toutes les montagnes de Judée, on s’entretenait de toutes ces choses. Tous ceux qui les apprirent les gardèrent dans leur cœur, en disant : Que sera donc cet enfant ? Et la main du Seigneur était avec lui.

Zacharie, son père, fut rempli du Saint-Esprit, et il prophétisa, en ces mots : Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël, de ce qu’il a visité et racheté son peuple, et nous a suscité un puissant Sauveur dans la maison de David, son serviteur, comme il l’avait annoncé par la bouche de ses saints prophètes des temps anciens, un Sauveur qui nous délivre de nos ennemis et de la main de tous ceux qui nous haïssent ! C’est ainsi qu’il manifeste sa miséricorde envers nos pères, et se souvient de sa Sainte Alliance, selon le serment par lequel il avait juré à Abraham, notre père, de nous permettre, après que nous serions délivrés de la main de nos ennemis, de le servir sans crainte, en marchant devant lui dans la sainteté et dans la justice tous les jours de notre vie. Et toi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très-Haut, car tu marcheras devant la face du Seigneur, pour préparer ses voies, afin de donner à son peuple la connaissance du salut par le pardon de ses péchés, grâce aux entrailles de la miséricorde de notre Dieu, en vertu de laquelle le soleil levant nous a visité d’en haut, pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et dans l’ombre de la mort, pour diriger nos pas dans le chemin de la paix.

Or, l’enfant croissait, et se fortifiait en esprit. Et il demeura dans les déserts, jusqu’au jour où il se présenta devant Israël.

En ce temps là parut un Edit de César Auguste (empereur romain de 27 av. notre ère à 14 de notre ère), ordonnant un recensement de toute la terre. Ce premier recensement eut lieu (en 7 av. notre ère) pendant que Quirinius était Gouverneur de Syrie (de 7 à 2 av. notre ère). Tous allaient se faire inscrire, chacun dans sa ville.

Joseph aussi monta de la Galilée, de la ville de Nazareth, pour se rendre en Judée, dans la ville de David, appelée Bethléhem, parce qu’il était de la maison et de la famille de David, afin de se faire inscrire avec Marie, sa fiancée, qui était enceinte.

Pendant qu’ils étaient là, le temps où Marie devait accoucher arriva, et elle enfanta son fils premier-né. Elle l’emmaillota, et le coucha dans une crèche, parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans l’hôtellerie.

Il y avait dans cette même contrée, des bergers qui passaient dans les champs les veilles de la nuit pour garder leurs troupeaux. Et voici un ange du Seigneur leur apparut, et la gloire du Seigneur resplendit autour d’eux. Ils furent saisis d’une grande frayeur. Mais l’ange leur dit : Ne craignez point ; car je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d’une grande joie : c’est qu’aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur. Et voici à quel signe vous le reconnaîtrez : vous trouverez un enfant emmailloté et couché dans une crèche.

Et soudain il se joignit à l’ange une multitude de l’armée céleste, louant Dieu et disant : Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, paix sur la terre et bienveillance envers les hommes !

Lorsque les anges les eurent quittés pour retourner au ciel, les bergers se dirent les uns aux autres : Allons jusqu’à Bethléhem, et voyons ce qui est arrivé, ce que le Seigneur nous a fait connaître. Ils y allèrent en hâte, et ils trouvèrent Marie et Joseph, et le petit enfant couché dans la crèche. Après l’avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été dit au sujet de ce petit enfant. Tous ceux qui les entendirent furent dans l’étonnement de ce que leur disaient les bergers. Marie gardait toutes ces choses, et les repassait dans son cœur. Et les bergers s’en retournèrent, glorifiant et louant Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu, et qui était conforme à ce qui leur avait été annoncé.

Le huitième jour, auquel l’enfant devait être circoncis, étant arrivé, on lui donna le nom de Jésus, nom qu’avait indiqué l’ange avant qu’il fut conçu dans le sein de sa mère. Et quand les jours de leur purification furent accomplis, selon la loi de Moïse, Joseph et Marie le portèrent à Jérusalem, pour le présenter au Seigneur, - suivant ce qui est écrit dans la loi du Seigneur : Tout mâle premier-né sera consacré au Seigneur, - et pour offrir en sacrifice deux tourterelles ou deux jeunes pigeons, comme cela est prescrit dans la loi du Seigneur.

Et voici, il y avait à Jérusalem un homme appelé Siméon. Cet homme était juste et pieux, il attendait la consolation d’Israël, et l’Esprit saint était sur lui. Il avait été divinement averti par le Saint-Esprit qu’il ne mourrait point avant d’avoir vu le Christ du Seigneur. Il vint au Temple, poussé par l’Esprit. Et, comme les parents apportaient le petit enfant Jésus pour accomplir à son égard ce qu’ordonnait la Loi, il le reçut dans ses bras, bénit Dieu, et dit : Maintenant, Seigneur, tu laisses ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu ton salut, salut que tu as préparé devant tous les peuples, lumière pour éclairer les nations, et gloire d’Israël, ton peuple.

Joseph et sa mère étaient dans l’admiration des choses qu’on disait de lui. Siméon les bénit, et dit à Marie, sa mère : Voici, cet enfant est destiné à amener la chute et le relèvement de plusieurs en Israël, et à devenir un signe qui provoquera la contradiction, et à toi-même une épée te transpercera l’âme, afin que les pensées de beaucoup de cœurs soient dévoilées.

Il y avait aussi une prophétesse, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser. Elle était fort avancée en âge et elle avait vécu sept ans avec son mari depuis sa virginité. Restée veuve, et âgée de quatre-vingt-quatre ans (née en 91 av. notre ère), elle ne quittait pas le Temple, et elle servait Dieu nuit et jour dans le jeûne et la prière. Etant survenue, elle aussi, à cette même heure, elle louait Dieu, et elle parlait de Jésus à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem.

Lorsqu’ils eurent accompli tout ce qu’ordonnait la loi du Seigneur, Joseph et Marie retournèrent en Galilée, à Nazareth, leur ville. Or, l’enfant croissait et se fortifiait en Esprit. Il était rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui.

Les parents de Jésus allaient chaque année à Jérusalem, à la fête de Pâque. Lorsqu’il fut âgé de douze ans (en 6 de notre ère), ils y montèrent, selon la coutume de la fête. Puis, quand les jours furent écoulés, et qu’ils s’en retournèrent, l’enfant Jésus resta à Jérusalem. Joseph et sa mère ne s’en aperçurent pas. Croyant qu’il était avec leurs compagnons de voyage, ils firent une journée de chemin, et le cherchèrent parmi leurs parents et leurs connaissances. Mais, ne l’ayant pas trouvé, ils retournèrent à Jérusalem pour le chercher. Au bout de trois jours, ils le trouvèrent dans le Temple, assis au milieu des docteurs, les écoutant et les interrogeant. Tous ceux qui l’entendaient étaient frappés de son intelligence et de ses réponses.

Quand ses parents le virent, ils furent saisis d’étonnement, et sa mère lui dit : Mon enfant, pourquoi as-tu agi de la sorte avec nous ? Voici, ton père et moi, nous te cherchions avec angoisse. Il leur dit : Pourquoi me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous pas qu’il faut que je m’occupe des affaires de mon Père ? Mais ils ne comprirent pas ce qu’il leur disait (Dieu étant son Père, il se trouvait naturellement au Temple). Puis il descendit avec eux pour aller à Nazareth, et il leur était soumis. Sa mère gardait toutes ces choses dans son cœur.

Et Jésus croissait en sagesse, en stature, et en grâce, devant Dieu et devant les hommes.

 

01 (suite) : Luc, chapitre 3 : 1-6.

 

La 5° année (en 19 de notre ère et non pas en « 29 » car « 5° année » a été par erreur de copiste changée en « 15° année ») du règne de Tibère César (14 – 37 de notre ère), - à l’époque où Ponce Pilate était Gouverneur de la Judée (de 26 à 36), Hérode Antipas Tétrarque de la Galilée (4 – 39), son frère Philippe Tétrarque de l’Iturée et du territoire de la Trachonite, Lysinias Tétrarque de l’Abilène, et du temps des Souverains Sacrificateurs Anne et Caïphe, - la Parole de Dieu fut adressée à Jean (à l’âge de 25 ans), fils de Zacharie, dans le désert. Et il alla dans tout le pays des environs du Jourdain, prêchant le baptême de repentance, pour la rémissions des péchés, selon ce qui est écrit dans le livre des paroles d’Isaïe, le prophète : C’est la voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez ses sentiers. Toute vallée sera comblée, toute montagne et toute colline seront abaissées ; ce qui est tortueux sera redressé, et les chemins raboteux seront aplanis. Et toute chair verra le salut de Dieu.

 

Note : lorsque les Mages arrivent à Jérusalem, Jésus était né depuis deux ans et le roi Hérode I° le Grand était toujours vivant ; c’est la preuve que Jésus est bien né en l’an sept av. notre ère.

 

02 : Matthieu, chapitre 2.

 

Naissance et enfance de Jésus (suite selon Matthieu) :

 

Jésus (7 av. notre ère – 27 de notre ère) étant né à Bethléhem en Judée, au temps du roi Hérode I° le Grand (Ascalon 73 – Jéricho 4 av. notre ère), voici, des Mages d’Orient (en Perse) arrivèrent à Jérusalem (en 5 av. notre ère, deux ans après sa naissance d’après Matthieu ch. 2 : v. 7 et v. 16), et dirent : Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Car nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus pour l’adorer.

Le roi Hérode, ayant appris cela, fut troublé, et tout Jérusalem avec lui. Il assembla tous les Principaux Sacrificateurs et les scribes du peuple (lettrés), et il s’informa d’eux où devait naître le Christ.

Ils lui dirent : A Bethléhem en Judée ; car voici ce qui a été écrit par le prophète (voir Michée 5 :1) : Et toi, Bethléhem, terre de Juda, tu n’es certes pas la moindre entre les principales villes de Juda, car de toi sortira un chef qui paîtra Israël, mon peuple.

Alors Hérode fit appeler en secret les Mages, et s’enquit soigneusement auprès d’eux depuis combien de temps l’étoile brillait. Puis il les envoya à Bethléhem, en disant : Allez et prenez des informations exactes sur le petit enfant ; quand vous l’aurez trouvé, faites-le-moi savoir, afin que j’aille aussi moi-même l’adorer.

Après avoir entendu le roi, ils partirent. Et voici, l’étoile qu’ils avaient vue en Orient (Perse) marchait devant eux jusqu’à ce qu’étant arrivée au-dessus du lieu où était le petit enfant (de deux ans), elle s’arrêta. Quant ils aperçurent l’étoile (l’OVNI au sol ?), ils furent saisis d’une très grande joie. Ils entrèrent dans la maison, virent le petit enfant avec Marie, sa mère, se prosternèrent et l’adorèrent ; ils ouvrirent ensuite leurs trésors, et lui offrirent en présent de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Puis, divinement avertis en songe de ne pas retourner vers Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.

Lorsqu’ils furent partis, voici, un ange du Seigneur apparut en songe à Joseph, et dit : Lève-toi, prend le petit enfant et sa mère, fuis en Egypte, et restes-y jusqu’à ce que je te parle ; car Hérode cherchera le petit enfant pour le faire périr. Joseph se leva, prit de nuit le petit enfant et sa mère, et se retira en Egypte (en 5 av. notre ère). Il y resta (un an) jusqu’à la mort d’Hérode (en 4 av. notre ère), afin que s’accomplît ce que le Seigneur avait annoncé par le prophète (Osée 11 :1) : J’ai appelé mon fils hors d’Egypte.

Alors Hérode, voyant qu’il avait été joué par les Mages, se mit dans une grande colère, et il envoya tuer tous les enfants de deux ans et au-dessous qui étaient à Bethléem et dans tout son territoire, selon la date (de naissance de Jésus correspondant avec l’apparition de l’étoile en Perse) dont il s’était soigneusement enquis auprès des Mages. Alors s’accomplit ce qui avait été annoncé par Jérémie le prophète (31 :15) : On a entendu des cris à Rama, des pleurs et de grandes lamentations : Rachel pleure ses enfants, et n’a pas voulu être consolée, parce qu’ils ne sont plus.

Quant Hérode fut mort (en 4 av. notre ère), voici un ange du Seigneur apparut en songe à Joseph, en Egypte, et dit : Lève-toi, prend le petit enfant et sa mère, et va dans le pays d’Israël, car ceux qui en voulaient à la vie du petit enfant sont morts. Joseph se leva, prit le petit enfant et sa mère, et alla dans le pays d’Israël. Mais, ayant appris qu’Archélaüs régnait sur la Judée à la place d’Hérode, son père, il craignit de s’y rendre ; et, divinement averti en songe, il se retira dans le royaume de Galilée, et vint demeurer dans une ville appelée Nazareth, afin que s’accomplît ce qui avait été annoncé par les prophètes : il sera appelé Nazaréen.

  

03 : Matthieu, chapitres 5, 6 & 7.

 

Le Sermon sur la Montagne :

 

Voyant la foule, Jésus monta sur la montagne ; et, après qu’il se fut assis, ses disciples s’approchèrent de lui.

Puis, ayant ouvert la bouche, il les enseigna, et dit :

 

1)    Heureux les pauvres, car le royaume des cieux est à eux !

2)   Heureux les affligés, car ils seront consolés !

3)   Heureux les débonnaires, car ils hériteront la terre !

4)   Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés !

5)   Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde !

6)   Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu !

7)   Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu !

8)   Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des cieux est à eux !

9)   Heureux serez-vous, lorsqu’on vous outragera, qu’on vous persécutera et qu’on dira faussement de vous toute sorte de mal, à cause de moi ! Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux ; car c’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui ont été avant vous.

 

Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on ? Il ne sert plus qu’à être jeté dehors, et foulé aux pieds par les hommes. Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée ; et on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison. Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu’ils voient vos bonnes œuvres, et qu’ils glorifient votre Père qui est dans les cieux.

Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la Loi ou les Prophètes ; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la Loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé. Celui donc qui supprimera l’un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux ; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. Car, je vous le dis, si votre justice ne surpasse celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez point dans le royaume des cieux.

Vous avez entendu qu’il a été dit aux anciens : Tu ne tuera point ; celui qui tuera mérite d’être puni par les juges. Mais moi, je vous dis que quiconque se met en colère contre son frère mérite d’être puni par les juges ; que celui qui dira à son frère : Raca ! mérite d’être puni par le sanhédrin ; et que celui qui lui dira : Insensé ! mérite d’être puni par le feu de la géhenne. Si donc tu présentes ton offrande à l’autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère ; puis viens présenter ton offrande. Accorde-toi promptement avec ton adversaire, pendant que tu es en chemin avec lui, de peur qu’il ne te livre au juge, que le juge ne te livre à l’officier de justice, et que tu ne sois mis en prison. Je te le dis en vérité, tu ne sortiras pas de là que tu n’aies payé le dernier quadrant.

Vous avez appris qu’il a été dit : Tu ne commettras point d’adultère. Mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur. Si ton œil droit est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi ; car il est avantageux pour toi qu’un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier ne soit pas jeté dans la géhenne. Et si ta main droite est pour toi une occasion de chute, coupe-là et jette-là loin de toi ; car il est avantageux pour toi qu’un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier n’aille pas dans la géhenne.

Il a été dit : Que celui qui répudie sa femme lui donne une lettre de divorce. Mais moi, je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour une cause d’infidélité, l’expose à devenir adultère, et que celui qui épouse une femme répudiée commet un adultère.

Vous avez encore appris qu’il a été dit aux Anciens : Tu ne parjureras point, mais tu t’acquitteras envers le Seigneur de ce que tu as déclaré par serment. Mais moi, je vous dis de ne jurer aucunement, ni par le ciel, parce que c’est le Trône de Dieu, ni par la terre, parce que c’est son marchepied ; ni par Jérusalem, parce que c’est la ville du grand roi. Ne jure pas non plus par ta tête, car tu ne peux rendre blanc ou noir un seul cheveu. Que votre parole soit oui, oui, non, non ; ce qu’on y ajoute vient du malin.

Vous avez appris qu’il a été dit : Œil pour œil, et dent pour dent. Mais moi, je vous dis de ne pas résister au méchant. Si quelqu’un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l’autre. Si quelqu’un veut plaider contre toi, et prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau. Si quelqu’un te force à faire un mille, fais-en deux avec lui. Donne à celui qui te demande ; et ne te détourne pas de celui qui veut emprunter de toi.

Vous avez appris qu’il a été dit : Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi. Mais moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? Les publicains aussi n’agissent-ils pas de même ? Et si vous saluez seulement vos frères, que faites-vous d’extraordinaire ? Les païens aussi n’agissent-ils pas de même ? Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait.

Gardez-vous de pratiquer votre justice devant les hommes, pour en être vus ; autrement, vous n’aurez point de récompense auprès de votre Père qui est dans les cieux.

Lors donc que tu fais l’aumône, ne sonne pas de la trompette devant toi, comme font les hypocrites dans les synagogues et dans les rues, afin d’être glorifiés par les hommes. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense. Mais quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ne sache pas ce que fais ta droite, afin que ton aumône se fasse en secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.

Lorsque vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites, qui aiment à prier debout dans les synagogues et aux coins des rues, pour être vus des hommes. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense. Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.

En priant, ne multipliez pas de vaines paroles, comme les païens, qui s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés. Ne leur ressemblez pas ; car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant que vous le lui demandiez.

Voici donc comment vous devez prier :

 

Ø       Notre Père qui est aux cieux !

Ø       Que ton nom soit sanctifié !

Ø       Que ton règne vienne !

Ø       Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel !

Ø       Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien !

Ø       Pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés !

Ø       Ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du mal !

Ø       Car c’est à toi qu’appartiennent, dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire !

Ø       Amen !

 

Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi ; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses.

Lorsque vous jeûnez, ne prenez pas un air triste, comme les hypocrites, qui se rendent le visage tout défait, pour montrer aux hommes qu’ils jeûnent. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense. Mais quand tu jeûnes, parfume ta tête et lave ton visage, afin de ne pas montrer aux hommes que tu jeûnes, mais à ton Père qui est là dans le lieu secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.

Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où la teigne et la rouille détruisent, et où les voleurs percent et dérobent ; mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où la teigne et la rouille ne détruisent point, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur. L’œil est la lampe du corps. Si ton œil est en bon état, tout ton corps sera éclairé ; mais si ton œil est en mauvais état, tout ton corps sera dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, combien seront grandes ces ténèbres ! Nul ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l’un, et aimera l’autre ; ou il s’attachera à l’un, et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon (le Dieu de l’argent).

C’est pourquoi je vous dis : Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps de quoi vous serez vêtus. La vie n’est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement ? Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n’amassent rien dans des greniers ; et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ? Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie ? Et pourquoi vous inquiéter au sujet du vêtement ? Considérez comment croissent les lis des champs : ils ne travaillent ni ne filent ; cependant je vous dis que Salomon même, dans toute sa gloire, n’a pas été vêtu comme l’un d’eux. Si Dieu revêt ainsi l’herbe des champs, qui existe aujourd’hui et qui demain sera jetée au four, ne vous vêtira-t-il pas à plus forte raison, gens de peu de foi ? Ne vous inquiétez donc point, et ne dites pas : Que mangerons-nous ? Que boirons-nous ? De quoi serons-nous vêtus ? Car toutes ces choses, ce sont les païens qui les recherchent. Votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. Ne vous inquiétez donc pas du lendemain, car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine.

Ne jugez point, afin que vous ne soyez point jugés. Car on vous jugera du jugement dont vous jugez, et l’on vous mesurera avec la mesure dont vous mesurez. Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n’aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? Ou comment peux-tu dire à ton frère : Laisse-moi ôter la paille de ton œil, toi qui as une poutre dans le tien ? Hypocrite, ôte premièrement la poutre de ton œil, et alors tu verras comment ôter la paille de l’œil de ton frère.

Ne donnez pas les choses saintes aux chiens, et ne jetez pas vos perles devant les pourceaux, de peur qu’ils ne les foulent aux pieds, ne se retournent et ne vous déchirent.

Demandez et l’on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l’on vous ouvrira. Car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve, et l’on ouvre à celui qui frappe. Lequel de vous donnera une pierre à son fils, s’il demande du pain ? Ou, s’il demande un poisson, lui donnera-t-il un serpent ? Si donc, méchants comme vous l’êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison votre Père qui est dans les cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent !

Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux, car c’est la Loi et les Prophètes.

Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin (les richesses) qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là. Mais étroite est la porte, resserré le chemin (difficile) qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent (renoncement).

Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis (vêtements religieux), mais au dedans ce sont des loups ravisseurs. Vous les reconnaîtrez à leurs fruits (œuvres). Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons ? Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits. Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits. Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu. C’est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez.

Ceux qui me disent « Seigneur, Seigneur ! », n’entreront pas dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom ? N’avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? Et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ? Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connu, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité !

C’est pourquoi quiconque entend ces paroles que je vous dis et les met en pratique, sera semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc. La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont jetés contre cette maison : elle n’est point tombée, parce qu’elle était fondée sur le roc. Mais quiconque entend ces paroles que je dis, et ne les met pas en pratique, sera semblable à un homme insensé, qui a bâti sa maison sur le sable. La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et ont battu cette maison : elle est tombée, et sa ruine a été grande.

Après que Jésus eut achevé ces discours, la foule fut frappée de sa doctrine, car il enseignait comme ayant autorité, et non pas comme leurs scribes.

 

04 : Matthieu, chapitres 26, 27 & 28.

 

La dernière Pâque, l’Arrestation et la Crucifixion de Jésus :

 

Lorsque Jésus eut achevé tous ces discours, il dit à ses disciples : Vous savez que la Pâque a lieu dans deux jours, et que le Fils de l’homme sera livré pour être crucifié.

Alors les Principaux Sacrificateurs et les Anciens du peuple se réunirent dans la cour du Souverain Sacrificateur, appelé Caïphe ; et ils délibérèrent sur les moyens d’arrêter Jésus par ruse, et de le faire mourir. Mais ils dirent : Que ce ne soit pas pendant la fête, afin qu’il n’y ait pas de tumulte parmi le peuple.

Comme Jésus était à Béthanie, dans la maison de Simon le lépreux, une femme s’approcha de lui, tenant un vase d’albâtre, qui renfermait un parfum de grand prix ; et, pendant qu’il était à table, elle répandit le parfum sur sa tête. Les disciples, voyant cela, s’indignèrent, et dirent : A quoi bon cette perte ? On aurait pu vendre ce parfum très cher, et en donner le prix aux pauvres.

Jésus, s’en étant aperçu, leur dit : Pourquoi faites-vous de la peine à cette femme ? Elle a fait une bonne action à mon égard ; car vous avez toujours des pauvres avec vous, mais vous ne m’avez pas toujours. En répandant ce parfum sur mon corps, elle l’a fait pour ma sépulture. Je vous le dis en vérité, partout où cette bonne nouvelle sera prêchée, dans le monde entier, on racontera aussi en mémoire de cette femme ce qu’elle a fait.

Alors l’un des douze, appelé Judas Iscariote, alla vers les Principaux Sacrificateurs, et dit : Que voulez-vous me donner, et je vous le livrerai ? Et ils lui payèrent trente pièces d’argent. Depuis ce moment, il cherchait une occasion favorable pour livrer Jésus.

Le premier jour des pains sans levain, les disciples s’adressèrent à Jésus, pour lui dire : Où veux-tu que nous te préparions le repas de la Pâque ? Il répondit : Allez à la ville chez un tel, et vous lui direz : Le Maître dit : Mon temps est proche ; je ferai chez toi la Pâque avec mes disciples. Les disciples firent ce que Jésus leur avait ordonné, et ils préparèrent la Pâque. Le soir étant venu, il se mit à table avec les douze. Pendant qu’ils mangeaient, il dit : Je vous le dis en vérité, l’un de vous me livrera. Ils furent profondément attristés, et chacun se mit à lui dire : Est-ce moi, Seigneur ? Il répondit : Celui qui a mis la main avec moi dans le plat, c’est celui qui me livrera. Le Fils de l’homme s’en va, selon ce qui est écrit de lui. Mais malheur à l’homme par qui le Fils de l’homme est livré ! Mieux vaudrait pour cet homme qu’il ne fût pas né. Judas, qui le livrait, prit la parole et dit : Est-ce moi, Rabbi ? Jésus répondit : Tu l’as dit.

Pendant qu’ils mangeaient, Jésus prit du pain ; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le donna aux disciples, en disant : Prenez, mangez, ceci est mon corps. Il prit ensuite une coupe ; et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, en disant : Buvez-en tous, car ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés. Je vous le dis, je ne boirai plus désormais de ce fruit de la vigne, jusqu’au jour où j’en boirai du nouveau avec vous dans le royaume de mon Père.

Après avoir chanté les cantiques, ils se rendirent à la montagne des oliviers. Alors Jésus leur dit : Je serai pour vous tous, cette nuit, une occasion de chute ; car il est écrit : Je frapperai le berger, et les brebis du troupeau seront dispersées. Mais après que je serai ressuscité, je vous précéderai en Galilée. Pierre, prenant la parole, lui dit : Quand tu serais pour tous une occasion de chute, tu ne le seras jamais pour moi. Jésus lui dit : Je te le dis en vérité, cette nuit même, avant que le coq chante, tu me renieras trois fois. Pierre lui répondit : Quand il me faudrait mourir avec toi, je ne te renierai pas. Et tous les disciples dirent la même chose.

Là-dessus, Jésus alla avec eux dans un lieu appelé Gethsémani, et il dit aux disciples : asseyez-vous ici, pendant que je m’éloignerai pour prier. Il prit avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée, et il commença à éprouver de la tristesse et des angoisses. Il leur dit alors : Mon âme est triste jusqu’à la mort ; restez ici, et veillez avec moi. Puis, ayant fait quelques pas en avant, il se jeta sur sa face, et pria ainsi : Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi ! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. Et il vint vers les disciples, qu’il trouva endormis, et il dit à Pierre : Vous n’avez donc pu veiller une heure avec moi ! Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation ; l’esprit est bien disposé, mais la chair est faible. Il s’éloigna une seconde fois, et pria ainsi : Mon Père, s’il n’est pas possible que cette coupe s’éloigne sans que je la boive, que ta volonté soit faite ! Il revint, et les trouva encore endormis ; car leurs yeux étaient appesantis. Il les quitta, et, s’éloignant, il pria pour la troisième fois, répétant les mêmes paroles. Puis il alla vers ses disciples, et leur dit : Vous dormez maintenant, et vous vous reposez ! Voici l’heure est proche, et le Fils de l’homme est livré aux mains des pécheurs. Levez-vous, allons ; voici, celui qui me livre approche.

Comme il parlait encore, voici, Judas, l’un des douze, arriva, et avec lui une foule nombreuse armée d’épées et de bâtons, envoyée par les Principaux Sacrificateurs et par les Anciens du peuple. Celui qui le livrait leur avait donné ce signe : Celui que je baiserai, c’est lui ; saisissez-le. Aussitôt, s’approchant de Jésus, il dit : Salut, Rabbi ! Et il le baisa. Jésus lui dit : Mon ami, ce que tu es venu faire, fais-le. Alors ces gens s’avancèrent, mirent les mains sur Jésus, et le saisirent.

Et voici, un de ceux qui étaient avec Jésus étendit la main, et tira son épée ; il frappa le serviteur du Souverain Sacrificateur, et il lui emporta l’oreille. Alors Jésus lui dit : Remets ton épée à sa place ; car tous ceux qui prendront l’épée périront par l’épée. Penses-tu que je ne puisse pas invoquer mon Père, qui me donnerait à l’instant plus de douze légions d’anges ? Comment donc s’accompliraient les Ecritures, d’après lesquelles il doit en être ainsi ? En ce moment, Jésus dit à la foule : Vous êtes venus, comme après un brigand, avec des épées et des bâtons, pour vous emparer de moi. J’étais tous les jours assis parmi vous, enseignant dans le Temple, et vous ne m’avez pas saisi. Mais tout cela est arrivé afin que les écrits des prophètes fussent accomplis.

Alors tous les disciples l’abandonnèrent, et prirent la fuite.

Ceux qui avaient saisi Jésus l’emmenèrent chez le Souverain Sacrificateur Caïphe, où les scribes et les Anciens étaient assemblés. Pierre le suivit de loin jusqu’à la cour du Souverain Sacrificateur, y entra, et s’assit avec les serviteurs, pour voir comment cela finirait.

Les Principaux Sacrificateurs et tout le Sanhédrin cherchaient quelque faux témoignage contre Jésus, suffisant pour le faire mourir. Mais ils n’en trouvèrent point, quoique plusieurs faux témoins se fussent présentés. Enfin, il en vint deux, qui dirent : Celui-ci a dit : Je puis détruire le Temple de Dieu, et le rebâtir en trois jours.

Le Souverain Sacrificateur se leva, et lui dit : Ne réponds-tu rien ? Qu’est-ce que ces hommes déposent contre toi ? Jésus garda le silence. Et le Souverain Sacrificateur, prenant la parole, lui dit : Je t’adjure par le Dieu vivant, de nous dire si tu es le Christ, le Fils de Dieu. Jésus lui répondit : Tu l’as dit. De plus, je vous le déclare, vous verrez désormais le Fils de l’homme assis à la droite de la puissance de Dieu, et venant sur les nuées du ciel.

Alors le Souverain Sacrificateur déchira ses vêtements, disant : Il a blasphémé ! Qu’avons-nous encore besoin de témoins ? Voici, vous venez d’entendre son blasphème. Que vous en semble ? Ils répondirent : Il mérite la mort. Là-dessus, ils lui crachèrent au visage, et lui donnèrent des coups de poing et des soufflets en disant : Christ, prophétise, dis-nous qui t’a frappé !

Cependant, Pierre était assis dehors dans la cour. Une servante s’approcha de lui et dit : Toi aussi, tu étais avec Jésus le Galiléen. Mais il le nia devant tous, disant : Je ne sais ce que tu veux dire. Comme il se dirigeait vers la porte, une autre servante le vit, et dit à ceux qui se trouvaient là : Celui-ci était aussi avec Jésus de Nazareth. Il le nia de nouveau, avec serment : Je ne connais pas cet homme. Peu après, ceux qui étaient là, s’étant approchés, dirent à Pierre : Certainement tu es aussi de ces gens-là, car ton langage te fait reconnaître. Alors il se mit à faire des imprécations et à jurer : Je ne connais pas cet homme. Aussitôt le coq chanta. Et Pierre se souvint de la parole que Jésus avait dite : Avant que le coq chante, tu me renieras trois fois. Et étant sorti, il pleura amèrement.

Dès que le matin fut venu, tous les Principaux Sacrificateurs et les Anciens du peuple tinrent conseil contre Jésus, pour le faire mourir. Après l’avoir lié, ils l’emmenèrent et le livrèrent à Ponce Pilate, le Gouverneur (Procurateur romain de Judée de 26 à 36).

Alors Judas, qui l’avait livré, voyant qu’il était condamné, se repentit, et rapporta les trente pièces d’argent aux Principaux Sacrificateurs et aux Anciens, en disant : J’ai péché, en livrant le sang innocent. Ils répondirent : Que nous importe ? Cela te regarde. Judas jeta les pièces d’argent dans le Temple, se retira, et alla se pendre. Les Principaux Sacrificateurs les ramassèrent, et dirent : Il n’est pas permis de les mettre dans le Trésor Sacré, puisque c’est le prix du sang. Et, après en avoir délibéré, ils achetèrent avec cet argent le champ du potier, pour la sépulture des étrangers. C’est pourquoi ce champ a été appelé Champ du sang, jusqu’à ce jour. Alors s’accomplit ce qui avait été annoncé par Jérémie le prophète : Ils ont pris les trente pièces d’argent, la valeur de celui qui a été estimé, qu’on a estimé de la part des enfants d’Israël ; et ils les ont données pour le champ du potier, comme le Seigneur me l’avait ordonné.

Jésus comparut devant le Gouverneur. Le Gouverneur l’interrogea, en ces termes : Es-tu le roi des Juifs ? Jésus lui répondit : Tu le dis. Mais il ne répondit rien aux accusations des Principaux Sacrificateurs et des Anciens. Alors Pilate lui dit : N’entends-tu pas de combien de choses ils t’accusent ? Et Jésus ne lui donna de réponse sur aucune parole, ce qui étonna beaucoup le Gouverneur.

A chaque fête, le Gouverneur avait coutume de relâcher un prisonnier, celui que demandait la foule. Ils avaient alors un prisonnier fameux, nommé Barabbas. Comme ils étaient assemblés, Pilate leur dit : Lequel voulez-vous que je vous relâche, Barabbas ou Jésus, qu’on appelle Christ ? Car il savait que c’était par envie qu’ils avaient livré Jésus.

Pendant qu’il était assis sur le Tribunal, sa femme lui fit dire : Qu’il n’y ait rien entre toi et ce juste ; car aujourd’hui j’ai beaucoup souffert en songe à cause de lui. Les Principaux Sacrificateurs et les Anciens persuadèrent la foule de demander Barabbas et de faire périr Jésus. Le Gouverneur, prenant la parole, leur dit : Lequel des deux voulez-vous que je vous relâche ? Ils répondirent : Barabbas.

Pilate leur dit : Que ferai-je donc de Jésus, qu’on appelle Christ ? Tous répondirent : Qu’il soit crucifié ! Le Gouverneur dit : Mais quel mal a-t-il fait ? Et ils crièrent encore plus fort : Qu’il soit crucifié ! Pilate, voyant qu’il ne gagnait rien, mais que le tumulte augmentait, prit de l’eau, se lava les mains en présence de la foule, et dit : Je suis innocent du sang de ce juste. Cela vous regarde. Et tout le peuple répondit : Que son sang retombe sur nous et sur nos enfants !

Alors Pilate leur relâcha Barabbas ; et, après avoir fait battre de verges Jésus, il le livra pour être crucifié.

Les soldats du Gouverneur conduisirent Jésus dans le Prétoire, et ils assemblèrent autour de lui toute la cohorte. Ils lui ôtèrent ses vêtements, et le couvrirent d’un manteau écarlate. Ils tressèrent une couronne d’épines, qu’ils posèrent sur sa tête, et ils lui mirent un roseau dans la main droite : puis, s’agenouillant devant lui, ils le raillaient, en disant : Salut, roi des Juifs ! Et ils crachaient contre lui, prenaient le roseau, et frappaient sur sa tête. Après s’être ainsi moqués de lui, ils lui ôtèrent le manteau, lui remirent ses vêtements, et l’emmenèrent pour le crucifier.

Lorsqu’ils sortirent, ils rencontrèrent un homme de Cyrène, appelé Simon, et ils le forcèrent à porter la croix de Jésus. Arrivés au lieu nommé Golgotha, ce qui signifie « Lieu du Crâne », ils lui donnèrent à boire du vin mêlé de fiel ; mais, quand il l’eut goûté, il ne voulut pas boire.

Après l’avoir crucifié, ils se partagèrent ses vêtements, en tirant au sort, afin que s’accomplit ce qui avait été annoncé par le prophète : Ils se sont partagé mes vêtements, et ils ont tiré au sort ma tunique. Puis ils s’assirent, et le gardèrent. Pour indiquer le sujet de sa condamnation, on écrivit au-dessus de sa tête : « Celui-ci est Jésus, le roi des Juifs ».

Avec lui furent crucifiés deux brigands, l’un à sa droite, et l’autre à sa gauche.

Les passants l’injuriaient, et secouaient la tête, en disant : Toi qui détruis le Temple, et qui le rebâtis en trois jours, sauve-toi toi-même ! Si tu es le Fils de Dieu, descend de la croix ! Les Principaux Sacrificateurs, avec les scribes et les Anciens, se moquaient aussi de lui, et disaient : Il a sauvé les autres, et il ne peut se sauver lui-même ! S’il est roi d’Israël, qu’il descende de la croix, et nous croirons en lui. Il s’est confié en Dieu ; que Dieu le délivre maintenant, s’il l’aime. Car il a dit : Je suis Fils de Dieu.

Les brigands, crucifiés avec lui, l’insultaient de la même manière.

Depuis la sixième heure (midi) jusqu’à la neuvième (15 heures), il y eut des ténèbres sur toute la terre. Et vers la neuvième heure, Jésus s’écria d’une voix forte : « Eli, Eli, lama sabachthani ? », c’est-à-dire : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? Quelques-uns de ceux qui étaient là, l’ayant entendu, dirent : Il appelle Elie. Et aussitôt l’un d’eux courut prendre une éponge, qu’il remplit de vinaigre, et, l’ayant fixée à un roseau, il lui donna à boire. Mais les autres disaient : Laisse, voyons si Elie viendra le sauver.

Jésus poussa de nouveau un grand cri, et rendit l’esprit.

Et voici, le voile du Temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas, la terre trembla, les rochers se fendirent, les sépulcres s’ouvrirent, et plusieurs corps des saints qui étaient morts ressuscitèrent. Etant sortis des sépulcres, après la résurrection de Jésus, ils entrèrent dans la ville sainte, et apparurent à un grand nombre de personnes. Le Centenier et ceux qui étaient avec lui pour garder Jésus, ayant vu le tremblement de terre et ce qui venait d’arriver, furent saisis d’une grande frayeur, et dirent : Assurément, cet homme était Fils de Dieu.

Il y avait là plusieurs femmes qui regardaient de loin, qui avaient accompagné Jésus depuis la Galilée, pour le servir. Parmi elles étaient Marie de Magdala, Marie, mère de Jacques et de Joseph, et la mère des fils de Zébédée.

Le soir étant venu, arriva un homme riche d’Arimathée, nommé Joseph, lequel était aussi disciple de Jésus. Il se rendit vers Pilate, et demanda le corps de Jésus. Et Pilate ordonna de le remettre. Joseph prit le corps, l’enveloppa d’un linceul blanc, et le déposa dans un sépulcre neuf, qu’il s’était fait tailler dans le roc. Puis il roula une grande pierre à l’entrée du sépulcre, et il s’en alla. Marie de Magdala et l’autre Marie étaient là, assises vis-à-vis du sépulcre.

Le lendemain, qui était le jour après la Préparation, les Principaux Sacrificateurs et les pharisiens allèrent ensemble auprès de Pilate, et dirent : Seigneur, nous nous souvenons que cet imposteur a dit, quand il vivait encore : Après trois jours je ressusciterai. Ordonne donc que le sépulcre soit gardé jusqu’au troisième jour, afin que ses disciples ne viennent pas dérober le corps, et dire au peuple : Il est ressuscité des morts. Cette dernière imposture serait pire que la première. Pilate leur dit : Vous avez une garde ; allez, gardez-le comme vous l’entendez. Ils s’en allèrent, et s’assurèrent du sépulcre au moyen de la garde, après avoir scellé la pierre.

Après le sabbat, à l’aube du premier jour de la semaine, Marie de Magdala et l’autre Marie allèrent voir le sépulcre. Et voici, il y eut un grand tremblement de terre ; car un ange du Seigneur descendit du ciel, vint rouler la pierre, et s’assit dessus. Son aspect était comme l’éclair, et son vêtement blanc comme la neige. Les gardes tremblèrent de peur, et devinrent comme morts.

Mais l’ange prit la parole, et dit aux femmes : Pour vous, ne craignez pas ; car je sais que vous cherchez Jésus qui a été crucifié. Il n’est point ici ; il est ressuscité, comme il l’avait dit. Venez, voyez le lieu où il était couché, et allez promptement dire à ses disciples qu’il est ressuscité des morts. Et voici, il vous précède en Galilée : c’est là que vous le verrez. Voici, je vous l’ai dit.

Elles s’éloignèrent promptement du sépulcre, avec crainte et avec une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle aux disciples. Mais comme elles allaient pour l’annoncer à ses disciples, Jésus vint à leur rencontre, et dit : Je vous salue. Elles s’approchèrent pour saisir ses pieds, et elles se prosternèrent devant lui. Alors Jésus leur dit : Ne craignez pas ; allez dire à mes frères de se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront.

Pendant qu’elles étaient en chemin, quelques hommes de la garde entrèrent dans la ville, et annoncèrent aux Principaux Sacrificateurs tout ce qui était arrivé. Ceux-ci, après s’être assemblés avec les Anciens et avoir tenu Conseil, donnèrent aux soldats une forte somme d’argent, en disant : Dites : Ses disciples sont venus de nuit le dérober, pendant que nous dormions. Et si le Gouverneur l’apprend, nous l’apaiserons, et nous vous tirerons de peine. Les soldats prirent l’argent, et suivirent les instructions qui leur furent données. Et ce bruit s’est répandu parmi les Juifs, jusqu’à ce jour.

Les onze disciples allèrent en Galilée, sur la montagne que Jésus leur avait désignée. Quand ils le virent, ils l’adorèrent. Mais quelques-uns eurent des doutes.

Jésus, s’étant approché, leur parla ainsi : Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre. Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. Amen !

  

05 : Romains 3 : 19-26.

 

La justification par la foi :

 

Or, nous savons que tout ce que dit la Loi, elle le dit à ceux qui sont sous la Loi, afin que toute bouche soit fermée, et que tout le monde soit reconnu coupable devant Dieu. Car nul ne sera justifié devant lui par les œuvres de la Loi ; puisque c’est par la Loi que vient la connaissance du péché.

Mais maintenant, sans la Loi est manifestée la justice de Dieu, à laquelle rendent témoignage la Loi et les Prophètes, justice de Dieu par la foi en Jésus-Christ pour tous ceux qui croient. Il n’y a point de distinction. Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu ; et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ. C’est lui que Dieu a destiné à être une victime propitiatoire pour ceux qui auraient la foi en son sang, afin de montrer sa justice, parce qu’il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, au temps de sa patience, afin, dis-je, de montrer sa justice dans le temps présent, de manière à être juste tout en justifiant celui qui a la foi en Jésus.

 

06 : Romains 5 : 1-11.

 

La réconciliation avec Dieu :

 

            Etant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, à qui nous devons d’avoir eu par la foi accès à cette grâce, dans laquelle nous demeurons fermes, et nous nous glorifions dans l’espérance de la gloire de Dieu. Bien plus, nous nous glorifions même des afflictions, sachant que l’affliction produit la persévérance, la persévérance la victoire dans l’épreuve, et cette victoire l’espérance. Or, l’espérance ne trompe point, parce que l’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné.

            Car, lorsque nous étions encore sans force, Christ, au temps marqué, est mort pour des impies. A peine mourrait-on pour un juste ; quelqu’un peut-être mourrait pour un homme de bien. Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère. Car si, lorsque nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils, à plus forte raison, étant réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie ! Et non seulement cela, mais encore nous nous glorifions en Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, par qui maintenant nous avons obtenu la réconciliation.

 

07 : Romains 6 : 1-14.

 

L’identification avec la mort et la résurrection de Jésus-Christ :

 

            Que dirons-nous donc ? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde ? Loin de là ! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché ? Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés ? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection, sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché ; car celui qui est mort est libre du péché.

            Or, si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui, sachant que Christ ressuscité des morts ne meurt plus ; la mort n’a plus de pouvoir sur lui. Car il est mort, et c’est pour le péché qu’il est mort une fois pour toutes ; il est revenu à la vie, et c’est pour Dieu qu’il vit. Ainsi, vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus-Christ notre Seigneur. Que le péché ne règne donc point dans votre corps mortel, et n’obéissez pas à ses convoitises. Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments d’iniquité ; mais donnez-vous vous-mêmes à Dieu, comme étant vivants de morts que vous étiez, et offrez à Dieu vos membres, comme des instruments de justice. Car le péché n’aura point de pouvoir sur vous, puisque vous êtes, non sous la Loi, mais sous la grâce.

 

08 : Romains 8 : 1-17.

 

La vie selon l’Esprit :

 

            Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ, qui marchent, non selon la chair, mais selon l’Esprit.

            En effet, la loi de l’Esprit de vie en Jésus-Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort. Car – chose impossible à la Loi, parce que la chair la rendait sans force – Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché, et cela afin que la justice de la Loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l’Esprit.

            Ceux, en effet, qui vivent selon la chair s’affectionnent aux choses de la chair, tandis que ceux qui vivent selon l’Esprit s’affectionnent aux choses de l’Esprit. Et l’affection de la chair, c’est la mort, tandis que l’affection de l’Esprit, c’est la vie et la paix ; car l’affection de la chair est inimitié contre Dieu, parce qu’elle ne se soumet pas à la Loi de Dieu, et qu’elle ne le peut même pas. Or ceux qui vivent selon la chair ne sauraient plaire à Dieu.

            Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l’Esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas. Et si Christ est en vous, le corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais l’Esprit est vie à cause de la justice. Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous. Ainsi donc, frères, nous ne sommes point redevables à la chair, pour vivre selon la chair. Si vous vivez selon la chair, vous mourrez ; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez.

            Car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu. Et vous n’avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte ; mais vous avez reçu un esprit d’adoption, par lequel nous crions : Abba ! Père ! L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers : héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ, si toutefois nous souffrons avec lui, afin d’êtres glorifiés avec lui.

 

09 : Esaïe 53 : 1-12.

 

L’œuvre expiatoire annoncée du Messie :

 

            Qui a cru à ce que nous avons annoncé ? Qui a reconnu le bras de l’Eternel ?

            Il s’est élevé devant lui comme une faible plante, comme un rejeton qui sort d’une terre desséchée ; il n’avait ni beauté ni éclat pour attirer nos regards, et son aspect n’avait rien pour nous plaire. Méprisé et abandonné des hommes, homme de douleur et habitué à la souffrance, semblable à celui dont on détourne le visage, nous l’avons dédaigné, nous n’avons fait de lui aucun cas.

            Cependant, il a porté nos souffrances, il s’est chargé de nos douleurs ; et nous l’avons considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités ; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait sa propre voie ; et l’Eternel l’a frappé pour l’iniquité de nous tous.

            Il a été maltraité et opprimé, et il n’a point ouvert la bouche, semblable à un agneau qu’on mène à la boucherie, à une brebis muette devant ceux qui la tondent ; il n’a point ouvert la bouche.

            Il a été enlevé par l’angoisse et le châtiment ; et parmi ceux de sa génération, qui a cru qu’il était retranché de la terre des vivants et frappé pour les péchés de mon peuple ?

            On a mis son sépulcre parmi les méchants, son tombeau parmi les riches, quoiqu’il n’eut point commis de violence et qu’il n’eût point eu de fraude dans sa bouche.

            Il a plu à l’Eternel de le briser par la souffrance… Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, il verra une postérité et prolongera ses jours ; et l’œuvre de l’Eternel prospèrera entre ses mains.

            Délivré des tourments de son âme, il rassasiera ses regards ; par sa sagesse mon serviteur juste justifiera beaucoup d’hommes, et il se chargera de leurs iniquités. C’est pourquoi je lui donnerai sa part avec les grands ; il partagera le butin avec les puissants, parce qu’il s’est livré lui-même à la mort, et qu’il a été mis au nombre des malfaiteurs, parce qu’il a porté les péchés de beaucoup d’hommes, et qu’il a intercédé pour les coupables.

 

10 : Hébreux 9 :1-28.

 

La Nouvelle Alliance :

 

            La première Alliance avait aussi des ordonnances relatives au culte, et le sanctuaire terrestre. Un Tabernacle fut, en effet, construit. Dans la partie antérieure, appelée le Lieu Saint, étaient : le chandelier, la table, et les pains de proposition. Derrière le second voile se trouvait la partie du Tabernacle appelée le Saint des Saints, renfermant l’autel d’or pour les parfums, et l’Arche de l’Alliance, entièrement recouverte d’or. Il y avait dans l’Arche un vase d’or contenant la manne, la verge d’Aaron, qui avait fleuri, et les Tables de l’Alliance. Au-dessus de l’Arche étaient les Chérubins de la gloire, couvrant de leur ombre le Propitiatoire.

            Ce n’est pas le moment de parler en détail là-dessus.

            Or, ces choses étaient ainsi disposées, les sacrificateurs qui font le service entrent en tout temps dans la première partie du Tabernacle ; et dans la seconde le Souverain Sacrificateur seul entre une fois par an, non sans y porter du sang qu’il offre pour lui-même et pour les péchés du peuple. Le Saint-Esprit montrait par là que le chemin du Lieu Très Saint n’était pas encore ouvert, tant que le premier Tabernacle subsistait. C’est une figure pour le temps actuel, où l’on présente des offrandes et des sacrifices qui ne peuvent rendre parfait sous le rapport de la conscience celui qui rend ce culte, et qui, avec les aliments, les boissons et les diverses ablutions, étaient des ordonnances charnelles imposées seulement jusqu’à une époque de réformation.

            Mais Christ est venu comme Souverain Sacrificateur des biens à venir ; il a traversé le Tabernacle plus grand et plus parfait, qui n’est pas construit de main d’homme, c’est-à-dire, qui n’est pas de cette Création ; et il est entré une fois pour toutes dans le Lieu Très-Saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une Rédemption Eternelle. Car si le sang des taureaux et des boucs, et la cendre d’une vache, répandue sur ceux qui sont souillés, sanctifient et procurent la pureté de la chair, combien plus le sang de Christ, qui, par l’Esprit Eternel, s’est offert lui-même sans tache à Dieu, purifiera-t-il votre conscience des œuvres mortes, afin que vous serviez le Dieu vivant !

            Et c’est pour cela qu’il est le Médiateur d’une Nouvelle Alliance, afin que, la mort étant intervenue pour le rachat des transgressions commises sous la première Alliance, ceux qui ont été appelés reçoivent l’héritage éternel qui leur a été promis. Car là où il y a un testament, il est nécessaire que la mort du testateur soit constatée. Un testament, en effet, n’est valable qu’en cas de mort, puisqu’il n’a aucune force tant que le testateur vit. Voilà pourquoi c’est avec du sang que même la première Alliance fut inaugurée. Moïse, après avoir prononcé devant tout le peuple tous les commandements de la Loi, prit du sang des veaux et des boucs, avec de l’eau, de la laine écarlate, et de l’hysope ; et il fit l’aspersion sur le livre lui-même et sur tout le peuple, en disant : « Ceci est le sang de l’Alliance que Dieu a ordonnée pour vous ». Il fit pareillement l’aspersion avec le sang sur le Tabernacle et sur tous les ustensiles du culte. Et presque tout, d’après la Loi, est purifié avec du sang, et sans effusion de sang il n’y a pas de pardon.

            Il était donc nécessaire, puisque les images des choses qui sont dans les cieux devaient être purifiées de cette manière, que les choses célestes elles-mêmes le fussent par des sacrifices plus excellents que ceux-là. Car Christ n’est pas entré dans un sanctuaire fait de main d’homme, en imitation du véritable, mais il est entré dans le Ciel même, afin de comparaître maintenant pour nous devant la face de Dieu. Et ce n’est pas pour s’offrir lui-même plusieurs fois qu’il y est entré, comme le Souverain Sacrificateur entre chaque année dans le Sanctuaire avec du sang étranger ; autrement, il aurait fallu qu’il eût souffert plusieurs fois depuis la création du monde, tandis que maintenant, à la fin des siècles, il a paru une seule fois pour abolir le péché par son sacrifice.

            Et comme il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement, de même Christ, qui s’est offert une seule fois pour porter les péchés de plusieurs, apparaîtra sans péché une seconde fois à ceux qui l’attendent pour leur salut.


 

11 : Hébreux 11 : 1-40.

 

La foi :

 

            Or, la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas. Pour l’avoir possédée, les Anciens ont obtenu un témoignage favorable.

            C’est par la foi que nous reconnaissons que le monde a été formé par la Parole de Dieu, en sorte que ce qu’on voit n’a pas été fait de choses visibles.

            C’est par la foi qu’Abel offrit à Dieu un sacrifice plus excellent que celui de Caïn ; c’est par elle qu’il fut déclaré juste, Dieu approuvant ses offrandes ; et c’est par elle qu’il parle encore, quoique mort.

            C’est par la foi qu’Enoch fut enlevé pour qu’il ne vit point la mort, et qu’il ne parut plus parce que Dieu l’avait enlevé ; car, avant son enlèvement, il avait reçu le témoignage qu’il était agréable à Dieu. Or, sans la foi il est impossible de lui être agréable ; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent.

            C’est par la foi que Noé, divinement averti des choses qu’on ne voyait pas encore, et saisi d’une crainte respectueuse, construisit une arche pour sauver sa famille ; c’est par elle qu’il condamna le monde, et devint héritier de la justice qui s’obtient par la foi.

            C’est par la foi qu’Abraham, lors de sa vocation, obéit et partit pour un lieu qu’il devait recevoir en héritage, et qu’il partit sans savoir où il allait. C’est par la foi qu’il vint s’établir dans la terre promise comme dans une terre étrangère, habitant sous des tentes, ainsi qu’Isaac et Jacob, les cohéritiers de la même promesse. Car il attendait la cité qui a de solides fondements, celle dont Dieu est l’architecte et le constructeur.

            C’est par la foi que Sara elle-même, malgré son âge avancé, fut rendue capable d’avoir une postérité, et elle enfanta, parce qu’elle crut à la fidélité de celui qui avait fait la promesse. C’est pourquoi d’un seul homme, déjà usé de corps, naquit une postérité nombreuse comme les étoiles du ciel, comme le sable qui est sur le bord de la mer et qu’on ne peut compter.

            C’est par la foi qu’ils sont tous morts, sans avoir obtenu les choses promises ; mais ils les ont vues de loin, crues et saluées, reconnaissant qu’ils étaient étrangers et voyageurs sur la terre. Ceux qui parlent ainsi montrent qu’ils cherchent une patrie. S’ils avaient eu en vue celle d’où ils étaient sortis, ils auraient eu le temps d’y retourner. Mais maintenant ils en désirent une meilleure, c’est-à-dire une céleste. C’est pourquoi Dieu n’a pas honte d’être appelé leur Dieu, car il leur a préparé une cité.

            C’est par la foi qu’Abraham offrit Isaac, lorsqu’il fut mis à l’épreuve, et qu’il offrit son fils unique, lui qui avait reçu les promesses, et à qui il avait été dit : En Isaac sera nommée pour toi une postérité. Il pensait que Dieu est puissant, même pour ressusciter les morts ; aussi le recouvra-t-il par une sorte de résurrection.

            C’est par la foi qu’Isaac bénit Jacob et Esaü en vue des choses à venir. C’est par la foi que Jacob mourant bénit chacun des fils de Joseph, et qu’il adora, appuyé sur l’extrémité de son bâton. C’est par la foi que Joseph mourant fit mention de la sortie des fils d’Israël, et qu’il donna des ordres au sujet de ses os. C’est par la foi que Moïse, à sa naissance, fut caché pendant trois mois par ses parents, parce qu’ils virent que l’enfant était beau, et qu’ils ne craignirent pas l’ordre du roi. C’est par la foi que Moïse, devenu grand, refusa d’être appelé fils de la fille de Pharaon, aimant mieux être maltraité avec le peuple de Dieu que d’avoir pour un temps la jouissance du péché, regardant l’opprobre du Christ comme une richesse plus grande que les trésors de l’Egypte, car il avait les yeux fixés sur la rémunération. C’est par la foi qu’il quitta l’Egypte, sans être effrayé de la colère du roi ; car il se montra ferme, comme voyant celui qui est invisible. C’est par la foi qu’il fit la Pâque et l’aspersion du sang, afin que l’exterminateur ne touchât pas aux premiers-nés des Israélites.

            C’est par la foi qu’ils traversèrent le mer Rouge comme un lieu sec, tandis que les Egyptiens qui en firent le tentative furent engloutis. C’est par la foi que les murailles de Jéricho tombèrent, après qu’on en eut fait le tour pendant sept jours. C’est par la foi que Rahab, la prostituée, ne périt pas avec les rebelles, parce qu’elle avait reçu les espions avec bienveillance.

            Et que dirai-je encore ? Car le temps me manquerait pour parler de Gédéon, de Barak, de Samson, de Jephthé, de David, de Samuel, et des prophètes, qui, par la foi, vainquirent des royaumes, exercèrent la justice, obtinrent des promesses, fermèrent la gueule des lions, éteignirent la puissance du feu, échappèrent au tranchant de l’épée, guérirent de leurs maladies, furent vaillants à la guerre, mirent en fuite des armées étrangères. Des femmes recouvrèrent leurs morts par la résurrection ; d’autres furent livrés aux tourments, et n’acceptèrent point la délivrance, afin d’obtenir une meilleure résurrection ; d’autres subirent les moqueries et le fouet, les chaînes et la prison ; ils furent lapidés, sciés, torturés, ils moururent tués par l’épée, ils allèrent çà et là vêtus de peaux de brebis et de peaux de chèvres, dénués de tout, persécutés, maltraités, - eux dont le monde n’était pas digne, - errants dans les déserts et les montagnes, dans les cavernes et les antres de la terre. Tous ceux-là, à la foi desquels il a été rendu témoignage, n’ont pas obtenu ce qui leur avait été promis, Dieu ayant en vue quelque chose de meilleur pour nous, afin qu’ils ne parvinssent pas sans nous à la perfection.

 

12 : Thessaloniciens 2 : 1-12.

 

L’Avènement de notre Seigneur Jésus-Christ :

 

            Pour ce qui concerne l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ et notre réunion avec lui, nous vous prions, frères, de ne pas vous laisser facilement ébranler dans votre bon sens, et de ne pas vous laisser troubler, soit par quelque inspiration, soit par quelque parole, ou par quelque lettre qu’on dirait venir de nous, comme si le jour de Christ était déjà là. Que personne ne vous séduise d’aucune manière : car il faut que l’apostasie (abandon de la foi) soit arrivée auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme de péché, le fils de la perdition, l’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu ou de ce qu’on adore, jusqu’à s’asseoir dans le Temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu (Antéchrist).

            Ne vous souvenez-vous pas que je vous disais ces choses, lorsque j’étais encore chez vous ? Et maintenant vous savez ce qui le retient, afin qu’il ne paraisse qu’en son temps. Car le mystère de l’iniquité agit déjà ; il faut seulement que Celui qui le retient encore (l’Esprit de Dieu) ait disparu. Et alors paraîtra l’Impie (l’Antéchrist), que le Seigneur détruira par le souffle de sa bouche, et qu’il anéantira par l’éclat de son Avènement. L’apparition de cet impie se fera, par la puissance de Satan (précipité sur la terre), avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, et avec toutes les séductions de l’iniquité pour ceux qui périssent parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité pour être sauvés. Aussi Dieu leur enverra une puissance d’égarement, pour qu’ils croient au mensonge, afin que tous ceux qui n’ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l’injustice (de ce monde), soient condamnés.

 

13 : 1° Corinthiens 15 : 50-57.

 

L’Enlèvement de l’Eglise :

 

            Ce que je dis, frères, c’est que la chair et le sang ne peuvent hériter le royaume de Dieu, et que la corruption n’hérite pas l’incorruptibilité. Voici, je vous dis un mystère : nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés, en un instant, en un clin d’œil, à la dernière trompette (de l’Apocalypse). La trompette sonnera et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons changés. Car il faut que ce corps corruptible revête l’incorruptibilité, et que ce corps mortel revête l’immortalité. Lorsque ce corps corruptible aura revêtu l’incorruptibilité, et que ce corps mortel aura revêtu l’immortalité, alors s’accomplira la Parole qui est écrite : La mort a été engloutie dans la victoire. O mort, où est ton aiguillon (Osée 13 : 14) ? L’aiguillon de la mort, c’est le péché ; et la puissance du péché, c’est la Loi. Mais grâces soient rendues à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ !

 

14 : 1° Thessaloniciens 4 : 13-18 & 5 : 1-5.

 

Résurrection et Enlèvement de l’Eglise :

 

            Nous ne voulons pas, frères, que vous soyez dans l’ignorance au sujet de ceux qui dorment (qui sont morts), afin que vous ne vous affligiez pas comme les autres qui n’ont point d’espérance. Car, si nous croyons que Jésus est mort et qu’il est ressuscité, croyons aussi que Dieu ramènera par Jésus et avec lui ceux qui sont morts. Voici, en effet, ce que nous vous déclarons d’après la Parole du Seigneur : nous les vivants, restés pour l’Avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui sont morts. Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d’un Archange (Michel), et au son de la trompette de Dieu (7° trompette : Apocalypse 10 : 4-7), descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement. Ensuite, nous les vivants, qui seront restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. Consolez-vous donc les uns les autres par ces paroles.

            Pour ce qui est des temps et des moments, vous n’avez pas besoin, frères, qu’on vous en écrive. Car vous savez bien vous-mêmes que le jour du Seigneur viendra comme un voleur dans la nuit. Quand les hommes diront : Paix et sûreté ! Alors une ruine soudaine les surprendra (Chute du Diable au Sixième Sceau : Apocalypse 6 : 12-17 & 12 : 3-9), comme les douleurs de l’enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n’échapperont point.

            Mais vous, frères, vous n’êtes pas dans les ténèbres, pour que ce jour vous surprenne comme un voleur ; vous êtes tous des enfants de lumière et des enfants du jour.


 15 : Matthieu 24 : 1-51.

 

Le Retour de Jésus annoncé par lui-même :

 

            Comme Jésus s’en allait, au sortir du Temple (de Jérusalem), ses disciples s’approchèrent pour lui en faire remarquer les constructions. Mais il leur dit : Voyez-vous tout cela ? Je vous le dis en vérité, il ne restera pas ici pierre sur pierre qui ne soit renversée.

            Il s’assit sur la montagne des oliviers. Et les disciples vinrent en particulier lui faire cette question : Dis-nous, quand cela arrivera-t-il, et quel sera le signe de ton avènement et de la fin du monde ?

            Jésus leur répondit : prenez garde que personne ne vous séduise. Car plusieurs viendront sous mon nom, disant : C’est moi qui suis le Christ. Et ils séduiront beaucoup de gens. Vous entendrez parler de guerres et de bruits de guerres : gardez-vous d’être troublés, car il faut que ces choses arrivent. Mais ce ne sera pas encore la fin. Une nation s’élèvera contre une nation, et un royaume contre un royaume, et il y aura, en divers lieux, des famines et des tremblements de terre. Tout cela ne sera que le commencement des douleurs.

            Alors on vous livrera aux tourments, et l’on vous fera mourir ; et vous serez haïs de toutes les nations, à cause de mon nom. Alors plusieurs succomberont, et ils se trahiront, se haïront les uns les autres. Plusieurs faux prophètes s’élèveront, et ils séduiront beaucoup de gens. Et parce que l’iniquité se sera accrue, la charité du plus grand nombre se refroidira. Mais celui qui persévèrera jusqu’à la fin sera sauvé. Cette Bonne Nouvelle (l’Evangile) du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin.

            C’est pourquoi lorsque vous verrez l’Abomination de la Désolation, dont a parlé le prophète Daniel (Daniel 12 : 11-13), établie en Lieu Saint (du Temple de Jérusalem), - que celui qui lit fasse attention ! – alors que ceux qui seront en Judée fuient dans les montagnes ; que celui qui sera sur le toit (en terrasse) ne descende pas pour prendre ce qui est dans sa maison ; et que celui qui sera dans les champs ne retourne pas en arrière pour prendre son manteau. Malheur aux femmes qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours-là ! Priez pour que votre fuite n’arrive pas en hiver, ni un jour de sabbat. Car alors la détresse sera si grande qu’il n’y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais. Et si ces jours n’étaient abrégés, personne ne serait sauvé ; mais à cause des élus, ces jours seront abrégés.

            Si quelqu’un vous dit alors : Le Christ est ici, ou : Il est là ; ne le croyez pas. Car il s’élèvera de faux christs et de faux prophètes ; ils feront de grands prodiges et des miracles (Apocalypse 16 : 13-14 & 19 : 20), au point de séduire, s’il était possible, même les élus. Voici, je vous l’ai annoncé d’avance. Si donc on vous dit : Voici, il est dans le désert, n’y allez pas ; voici, il est dans les chambres, ne le croyez pas. Car comme l’éclair part de l’orient et se montre jusqu’en occident, ainsi sera l’avènement du Fils de l’homme. En quelque lieu que soit le cadavre, là s’assembleront les aigles.

            Aussitôt après ces jours de détresse, le soleil s’obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées (6° Sceau : Apocalypse 6 : 12-17). Alors le signe du Fils de l’homme apparaîtra dans le ciel (Char de l’Eternel), toutes les tribus de la terre se lamenteront, et elles verront le Fils de l’homme venant sur les nuées du ciel avec puissance et une grande gloire. Il enverra ses anges avec la trompette retentissante (7° trompette), et ils rassembleront ses élus des quatre vents, depuis une extrémité des cieux jusqu’à l’autre. Instruisez-vous par une comparaison tirée du figuier. Dès que ses branches deviennent tendres, et que les feuilles poussent, vous connaissez que l’été est proche. De même, quand vous verrez toutes ces choses, sachez que le Fils de l’homme est proche, à la porte. Je vous le dis en vérité, cette génération (celle qui verra ces choses) ne passera point que tout cela n’arrive. Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point (car la Parole de Dieu est éternelle).

            Pour ce qui est du jour et de l’heure (du Retour de Jésus), personne ne le sait, ni les anges des cieux, mais le Père seul. Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à l’avènement du Fils de l’homme. Car dans les jours qui précédèrent le Déluge (2418-2417 av. notre ère), les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu’au jour où Noé entra dans l’Arche ; et ils ne se doutèrent de rien, jusqu’à ce que le Déluge vînt et les emportât tous ; il en sera de même à l’avènement du Fils de l’homme. Alors, de deux hommes qui seront dans un champ, l’un sera pris, l’autre laissé ; de deux femmes qui moudront à la meule, l’une sera prise et l’autre laissée. Veillez donc, puisque vous ne savez pas quel jour votre Seigneur viendra. Sachez-le bien, si le maître de la maison savait à quelle veille de la nuit (heure) le voleur doit venir, il veillerait et ne laisserait pas percer sa maison. C’est pourquoi, vous aussi, tenez-vous prêts, car le Fils de l’homme viendra à l’heure où vous n’y penserez pas.

            Quel est donc le serviteur fidèle et prudent, que son maître a établi sur ses gens pour leur donner la nourriture au temps convenable (Pasteurs des Eglises) ? Heureux ce serviteur, que son maître, à son arrivée, trouvera faisant ainsi ! Je vous le dis en vérité, il l’établira sur tous ses biens. Mais si un méchant serviteur (mauvais Pasteur), qui dise en lui-même : Mon Maître tarde à venir, s’il se met à battre ses compagnons (persécutions), s’il mange et boit avec les ivrognes, le Maître de ce serviteur viendra le jour où il ne s’y attend pas et à l’heure qu’il ne connaît pas, il le mettra en pièces, et lui donnera sa part avec les hypocrites (faux frères) : c’est là qu’il y aura des pleurs et des grincements de dents.

 

16 : Daniel 12 : 1-13.

 

L’Apocalypse selon le prophète Daniel :

 

            En ce temps là, se lèvera Mikaël, le grand chef (Archange), le défenseur des enfants de ton peuple ; et ce sera une époque de détresse, telle qu’il n’y en a point eu depuis que les nations existent jusqu’à cette époque. En ce temps-là, ceux de ton peuple qui seront trouvés inscrits dans le livre (de vie) seront sauvés. Plusieurs de ceux qui dorment dans la poussière de la terre (qui sont morts) se réveilleront, les uns pour la vie éternelle, et les autres pour l’opprobre, pour la honte éternelle. Ceux qui auront été intelligents brilleront comme la splendeur du ciel, et ceux qui auront enseigné la justice à la multitude brilleront comme les étoiles, à toujours et à perpétuité.

            Toi, Daniel, tiens secrètes ces paroles, et scelle le livre (comme l’Apocalypse ou livre scellé de Sept Sceaux) jusqu’au temps de la fin (de l’histoire de l’Eglise). Plusieurs alors le liront, et la connaissance augmentera.

            Et moi Daniel, je regardai, et voici, deux autres hommes se tenaient debout, l’un en deçà du bord du fleuve, et l’autre au delà du bord du fleuve. L’un d’eux dit à l’homme vêtu de lin, qui se tenait au-dessus des eaux du fleuve : Quand sera la fin de ces prodiges ? Et j’entendis l’homme vêtu de lin, qui se tenait au-dessus des eaux du fleuve ; il leva vers les cieux sa main droite et sa main gauche, et il jura par Celui qui vit éternellement que ce sera dans un temps, des temps et la moitié d’un temps (trois ans et demi), et que toutes ces choses finiront quand la force du peuple saint sera entièrement brisée (sacrifice de Jésus, parenthèse de l’histoire de l’Eglise occultée et Apocalypse). J’entendis, mais je ne compris pas ; et je dis : Mon Seigneur, quelle sera l’issue de ces choses ? Il répondit : Va, Daniel, car ces paroles seront tenues secrètes (cachées) et scellées (non comprises) jusqu’au temps de la fin. Plusieurs seront purifiés, blanchis et épurés ; les méchants feront le mal, et aucun des méchants ne comprendra (aveuglement), mais ceux qui auront de l’intelligence comprendront. Depuis le temps où cessera le sacrifice perpétuel, et où sera dressée l’Abomination du Dévastateur, il y aura 1290 jours (1260 jours + 30 jours). Heureux celui qui attendra, et qui arrivera jusqu’à 1335 jours (1290 jours + 45 jours) ! Et toi, marche vers ta fin ; tu te reposeras (mort) et tu seras debout (résurrection) pour ton héritage à la fin des jours.

 

 17 : Zacharie 14 : 1-21.

 

Le Jour de l’Eternel ou le Retour de Jésus :

 

            Voici, le jour de l’Eternel arrive, et tes dépouilles seront partagées au milieu de toi. Je rassemblerai toutes les nations pour qu’elles attaquent Jérusalem ; la ville sera prise, les maisons seront pillées, et les femmes violées ; la moitié de la ville ira en captivité, mais le reste du peuple ne sera pas exterminé de la ville.

            L’Eternel paraîtra, et il combattra ces nations. Comme il combat au jour de la bataille. Ses pieds se poseront en ce jour sur la montagne des oliviers (mont des Oliviers : 812 m), qui est vis-à-vis de Jérusalem, du côté de l’orient ; la montagne des oliviers se fendra par le milieu, à l’orient et à l’occident (faille est-ouest), et il se formera une très-grande vallée ; une moitié de la montagne ira vers le septentrion (nord), et une moitié vers le midi (sud). Vous fuirez alors dans la vallée de mes montagnes, car la vallée des montagnes s’étendra jusqu’à Atzel (oued Yasûl, affluent du Cédron appelé aujourd’hui oued Sittï Maryam, située entre les murailles orientales de Jérusalem et le mont des Oliviers) ; vous fuirez comme vous avez fui devant le tremblement de terre, au temps d’Ozias (810-758), roi de Juda (Amos 1 : 1). Et l’Eternel, mon Dieu, viendra, et tous ses saints avec lui.

            En ce jour-là, il n’y aura point de lumière ; il y aura du froid et de la glace. Ce sera un jour unique, connu de l’Eternel, et qui ne sera ni jour ni nuit ; mais vers le soir la lumière paraîtra (nuit prolongée d’environ 12 heures). En ce jour là, des eaux vives sortiront de Jérusalem, et couleront vers la mer orientale (mer Morte), moitié vers la mer occidentale (mer Méditerranée) ; il en sera ainsi été et hiver.

            L’Eternel sera roi de toute la terre ; en ce jour-là, l’Eternel sera le seul Eternel, et son nom sera le seul nom. Tout le pays deviendra comme la plaine, de Guéba (à 9 km au Nord-Nord-Ouest de Jérusalem) à Rimmon (à 14 km de Béer-Schéba), au midi de Jérusalem ; et Jérusalem sera élevée et restera à sa place ; depuis la porte de Benjamin jusqu’au lieu de la première porte, jusqu’à la porte des angles, et depuis la tour de Hananéel (près de la porte des brebis) jusqu’aux pressoirs du roi. On habitera dans son sein, et il n’y aura plus d’interdit ; Jérusalem sera en sécurité.

            Voici la plaie dont l’Eternel frappera tous les peuples qui auront combattu contre Jérusalem : leur chair tombera en pourriture tandis qu’ils seront sur leurs pieds, leurs yeux tomberont en pourriture dans leurs orbites, et leur langue tombera en pourriture dans leur bouche (mort et décomposition immédiate du corps physique ou mort immédiate suivie d’un « transfert d’espace-temps »).

            En ce jour-là l’Eternel produira un grand trouble parmi eux ; l’un saisira la main de l’autre, et ils lèveront la main les uns sur les autres. Juda combattra aussi dans Jérusalem, et l’on amassera les richesses de toutes les nations d’alentour, l’or, l’argent, et des vêtements en très grand nombre. La plaie frappera de même les chevaux, les mulets, les chameaux, les ânes et toutes les bêtes qui seront dans ces camps ; cette plaie sera semblable à l’autre.

            Tous ceux qui resteront de toutes les nations venues contre Jérusalem monteront chaque année pour se prosterner devant le roi, l’Eternel des Armées, et pour célébrer la fête des Tabernacles (pendant une semaine, à partir du 15° jour du 7° mois de l’année religieuse, à la fin des récoltes et des vendanges). S’il y a des familles de la terre qui ne montent pas à Jérusalem pour se prosterner devant le roi, l’Eternel des Armées, la pluie ne tombera pas sur elles. Si la famille d’Egypte ne monte pas, si elle ne vient pas, la pluie ne tombera pas sur elle ; elle sera frappée de la plaie dont l’Eternel frappera les nations qui ne monteront pas pour célébrer la fête des Tabernacles. Ce sera le châtiment de l’Egypte, le châtiment de toutes les nations qui ne monteront pas pour célébrer la fête des Tabernacles.

            En ce jour-là, il sera écrit sur les clochettes des chevaux : Sainteté à l’Eternel ! Et les chaudières dans la maison de l’Eternel seront comme les coupes devant l’autel. Toute chaudière à Jérusalem et dans Juda sera consacrée à l’Eternel des Armées ; tous ceux qui offriront des sacrifices viendront et s’en serviront pour cuire les viandes ; il n’y aura plus de marchands dans la maison de l’Eternel des Armées (le Temple), en ce jour là. 

 

 

LES PAGES CHOISIES DE LA BIBLE

(Table des matières)

 

01 : LUC, CHAPITRES 1 & 2.

NAISSANCE ET ENFANCE DE JESUS

 

01 (SUITE) : LUC, CHAPITRE 3 : 1-6.

 

02 : MATTHIEU, CHAPITRE 2.

NAISSANCE ET ENFANCE DE JESUS (SUITE SELON MATTHIEU)

 

03 : MATTHIEU, CHAPITRES 5, 6 & 7.

LE SERMON SUR LA MONTAGNE

 

04 : MATTHIEU, CHAPITRES 26, 27 & 28.

LA DERNIERE PAQUE, L’ARRESTATION ET LA CRUCIFIXION DE JESUS

 

05 : ROMAINS 3 : 19-26.

LA JUSTIFICATION PAR LA FOI

 

06 : ROMAINS 5 : 1-11.

LA RECONCILIATION AVEC DIEU

 

07 : ROMAINS 6 : 1-14.

 

L’IDENTIFICATION AVEC LA MORT ET LA RESURRECTION DE JESUS-CHRIST

 

08 : ROMAINS 8 : 1-17.

LA VIE SELON L’ESPRIT

 

09 : ESAÏE 53 : 1-12.

L’ŒUVRE EXPIATOIRE ANNONCEE DU MESSIE

 

10 : HEBREUX 9 :1-28.

LA NOUVELLE ALLIANCE

 

11 : HEBREUX 11 : 1-40.

LA FOI

 

12 : THESSALONICIENS 2 : 1-12.

L’AVENEMENT DE NOTRE SEIGNEUR JESUS-CHRIST

 

13 : 1° CORINTHIENS 15 : 50-57.

L’ENLEVEMENT DE L’EGLISE

 

14 : 1° THESSALONICIENS 4 : 13-18 & 5 : 1-5.

RESURRECTION ET ENLEVEMENT DE L’EGLISE

 

15 : MATTHIEU 24 : 1-51.

LE RETOUR DE JESUS ANNONCE PAR LUI-MEME

 

16 : DANIEL 12 : 1-13.

L’APOCALYPSE SELON LE PROPHETE DANIEL

 

17 : ZACHARIE 14 : 1-21.

LE JOUR DE L’ETERNEL OU LE RETOUR DE JESUS

 

Constructions des anges :

 Les grandes Pyramides d’Egypte, et également celles qui ont été construites sur Mars, obéissent à un système unique de mesures dont le pouce correspond avec 0,0266 mètre. Cela fait une coudée de 0,665 mètre. La hauteur d’un homme correspond avec 4 coudées et cela détermine la grandeur des anges qui construisirent les Grandes Pyramides sur Terre comme sur Mars : 2,66 mètres. Il s’agit des « Annunaki » géants venus de la planète « Nibiru », selon les tablettes traduites de l’ancienne civilisation de Sumer ; les « Elohim » de la Bible sont les mêmes « anges ». Nous remarquons que la Construction Lunaire de Moltke, dont le système de mesures est identique, mesure 200 pieds de côté, soit exactement le double du diamètre déterminé par les pierres extérieures de Stonehenge (100 pieds). Notons aussi que le côté de la Pyramide Tronquée de Mars mesure 13 stades, soit exactement la même longueur que la « tête humaine » du même site martien de Cydonia.

Nous observons enfin que certaines mesures, en nombre entier de cannes (3,99 m), permettent d’effectuer des comparaisons de grandeur entre les différentes constructions (côté de la Grande Pyramide Tronquée de Mars = 624 cannes) :

624 cannes = 3,12 fois le côté d’une petite pyramide de Cydonia = 10,5862 fois le côté de la Grande Pyramide de Chéops = 11,5555 fois le côté de la Grande Pyramide de Khephren = 23,1111 fois le côté de la Grande Pyramide de Mykérinos = 39 fois le côté de la Construction Lunaire de Moltke = 78 fois le diamètre des pierres extérieures de Stonehenge.

 

 

ü      1 pouce : 0,0266 m.

ü      1 pied : 0,3192 m.

ü      1 coudée : 0,665 m.

ü      1 canne : 3,99 m.

ü      1 stade : 191,52 m.

 

Remarque :

Dans le système des mesures des Anciens, les longueurs se comptaient en nombre entier de pieds, et les hauteurs en nombre entier de coudées.

 

Côté de la Pyramide Tronquée :

2489,76 m = 13 stades = 624 cannes = 3744 coudées =  7800 pieds = 93600 pouces.

Hauteur de la Pyramide Tronquée (Cydonia) :

305,9 m = 76,66 cannes = 460 coudées = 958,33 pieds = 11500 pouces.

Côté d’une Pyramide Moyenne (Cydonia) :

1883,28 m = 9,83 stades = 472 cannes = 2832 coudées = 5900 pieds = 70800 pouces.

Côté des Pyramides Intermédiaires (Cydonia) :

845,88 m = 4,4166 stades = 212 cannes = 1272 coudées = 2650 pieds = 31800 pouces.

Côté d’une Petite Pyramide (Cydonia) :

798 m = 4,16 stades = 200 cannes = 1200 coudées = 2500 pieds = 30000 pouces.

 

Longueur :

2489,76 m = 13 stades = 624 cannes = 3744 coudées =  7800 pieds = 93600 pouces.

Largeur :

1532,16 m = 8 stades = 384 cannes = 2304 coudées = 4800 pieds = 57600 pouces.

Hauteur :

399 m = 2,08 stades = 100 cannes = 600 coudées = 1250 pieds = 15000 pouces.

 

Pyramide de Chéops :

Côté :

231,42 m = 1,208 stade = 58 cannes = 348 coudées = 725 pieds = 8700 pouces.

Hauteur :

146,3 m = 36,66 cannes = 220 coudées = 458,33 pieds = 5500 pouces.

Pyramide de Khephren :

Côté :

215,46 m = 1,125 stade = 54 cannes = 324 coudées = 675 pieds = 8100 pouces.

Hauteur :

138,32 m = 34,66 cannes = 208 coudées = 433,33 pieds = 5200 pouces.

Pyramide de Mykérinos :

Côté :

107,73 m = 0,5625 stade = 27 cannes = 162 coudées = 337,5 pieds = 4050 pouces.

Hauteur :

66,5 m = 16,66 cannes = 100 coudées = 208,33 pieds = 2500 pouces.

 

Longueur (valeur corrigée) :

57,456 m = 0,3 stade = 14,4 cannes = 86,4 coudées = 180 pieds = 2160 pouces.

Largeur :

4,1496 m = 1,04 cannes = 6,24 coudées = 13 pieds = 156 pouces.

Hauteur :

19,95 m = 5 cannes = 30 coudées = 62,5 pieds = 750 pouces.

 

Longueur (ou hauteur) :

21,28 m = 1/9ème de stade = 32 coudées = 800 pouces (elle mesure 2 coudées de plus que la hauteur du Grand Sphinx).

Section carrée de la Grande Pierre :

a)      Longueur du carré de la Grande Pierre :

4,788 m = 15 pieds = 180 pouces (1/40ème de stade).

b)      Largeur du carré de la Grande Pierre :

4,1496 m = 13 pieds = 156 pouces (même largeur que celle du Grand Sphinx).

Masse estimée à 1200 tonnes.

Note :

Les mesures de la Grande Pierre de Baalbek (longue de 32 coudées) sont de même nature que celles du Grand Sphinx d’Egypte, ce qui signifie qu’elle était destinée à être transportée en Egypte et placée à l’avant du Grand Sphinx (côté Est) et insérée dans le sol à une profondeur de deux coudées, de façon à se retrouver à la même hauteur que lui (30 coudées). Le côté de la Grande Pierre mesurant 13 pieds correspondait et s’alignait avec la largeur du Sphinx tandis que celui qui mesurait 15 pieds était visible du Nord ou du Sud. Cette Grande Pierre servait à marquer le sol de son ombre pour indiquer l’heure solaire, mais elle faisait également fonction d’étalon de mesure avec 30 coudées de hauteur (5 cannes) et une largeur (vue du Sud ou du Nord) de 15 pieds ou de 180 pouces (1/40ème de stade) ; la différence de « 2 pieds » entre la longueur (15 pieds) et la largeur (13 pieds) du carré de la Grande Pierre servait à marquer une « mesure étalon » de deux pieds, soit de 0,6384 m (2 x 0,2019 m). Notons ici que cette valeur de 0,6384 m se retrouve dans « l’étalon » de la Grande Pyramide, lequel a été confondu par erreur avec la valeur d’une coudée (au lieu de sa valeur réelle de 2 pieds) ; la coudée de la Grande Pyramide est en réalité de 0,665 m et non de 0,6384 m comme on le croyait. Cette Grande Pierre fut abandonnée sur place à Baalbek, probablement à cause de l’arrivée imminente du Déluge, qui provoqua l’interruption définitive des travaux. Elle prouve que ce ne sont pas les Egyptiens qui construisirent les Grandes Pyramides, car ils n’auraient jamais pu transporter une Grande Pierre d’environ 1200 tonnes jusqu’en Egypte, mais les « Elohim » ou « Annunakis » le pouvaient, grâce à leurs vaisseaux spatiaux à énergie antigravitationnelle (ovnis).

 

Longueur du côté :

63,84 m = 0,33 stades = 16 cannes = 96 coudées = 200 pieds = 2400 pouces.

Hauteur (valeur corrigée) :

9,31 m = 2,33 cannes = 14 coudées = 29,16 pieds = 350 pouces.

 

Diamètre du plus grand cercle de pierres :

31,92 m = 1/6ème d’un stade ; 8 cannes ; 48 coudées ; 100 pieds ; 1200 pouces.

Diamètre du talus circulaire entourant les Pierres :

89,376 m = 0,466 stade = 22,4 cannes = 134,4 coudées = 280 pieds = 3360 pouces.

Note :

56 trous ont été creusés, soit 8 x « 7 trous ». On disposa en fer à cheval et en double rangée, au centre du cercle, 80 « pierres bleues », soit 2 x « 40 pierres ». Par la suite, les « pierres bleues » furent enlevées et remplacées par 30 énormes monolithes de grès local. Environ 40 « pierres bleues » furent récupérées pour former un second cercle à l’intérieur du premier.

Au milieu, on dressa 5 trilithes disposés en fer à cheval, d’environ 7 m de hauteur (10 coudées = 6,65 m). Le point focal de la structure était occupé par une pierre plate baptisée « pierre de l’autel ». Certains monolithes atteignent 50 tonnes. L’anneau des trous d’Aubrey se rapporterait au cycle des éclipses lunaires. Hawkins a démontré qu’en déplaçant six pierres d’un trou chaque année, on peut prévoir tous les évènements lunaires sur de très longues périodes. Enfin, différents angles entre les pierres solitaires matérialiseraient les solstices et les équinoxes, les levers et les couchers de soleil et de lune. Au solstice d'été, les premiers rayons de soleil traversent le cercle et viennent frapper la Heel Stone. Au solstice d'hiver, les rayons passent entre les deux trilithes placés aux extrémités du "fer à cheval" intérieur.

 

Etude réalisée par Patrick DOLCIANI, le 12/03/2020.

 

 

L’Atlantide, civilisation antédiluvienne du livre d’Enoch :

 

Relation de Platon (v. 427-347 av. notre ère) sur l’Atlantide :

 

« Ecoute, Socrate (470-399 av. notre ère), dit Critias, (oncle de Platon, 450-404 av. notre ère), une histoire admirable mais très vraie que raconte Solon (l’un des 7 sages de la Grèce, v. 640-v. 558 av. notre ère)… d’après une confidence des prêtres de Saïs (ancienne ville de Basse-Egypte, sur le delta du Nil, dont les princes fondèrent la XXVIème dynastie, de 664 à 525 av. notre ère) :

« Avant le Déluge, le royaume de l’Atlantide était une île plus étendue que la Libye et l’Asie Mineure réunies (terres de la Méditerranée orientale au Sud-est de la Grèce). Un terrible tremblement de terre joint à un déluge procuré par une pluie continuelle et torrentielle d’un jour et d’une nuit, entrouvrit la terre… et l’Atlantide disparut sous la mer. Tel est, Socrate, le résumé de ce que mon bisaïeul disait avoir appris de Solon.

« Socrate répondit : Il est important qu’on regarde ce que tu viens de dire, non comme une fable inventée par nous, mais comme une histoire vraie. »

Observations de Patrick DOLCIANI (mercredi 29 avril 2009) :

Le Déluge de Noé eut lieu en 2418 av. notre ère, ce qui donne 1860 ans passés à la mort de Solon (2418 – 558).

9000 ans doit être compris comme « 1800 ans », soit 9000 ans / 5.

En effet, 2418 av. notre ère – 1800 ans = 618 av. notre ère, date qui correspond avec l’âge de Solon lorsqu’il avait 22 ans (640 av. notre ère – 22 ans).

Année solaire de 365 jours / 5 = 73 jours.

Les « 9000 ans » ne sont pas des années solaires, mais en réalité 9000 périodes de 73 jours, car la période de 73 jours avait la particularité de s’accorder à la fois avec les révolutions synodiques de Vénus et l’année solaire :

2920 jours = 40 x 73 jours = 8 x 365 jours = 5 x 584 jours (ou 5 révolutions synodiques de Vénus).

Dans ces conditions, la destruction de l’Atlantide correspond avec celle de la civilisation antédiluvienne dont parle le livre d’Enoch, laquelle se fit par le Déluge de Noé décrit dans le livre de la Genèse. L’île dont il est question dans le récit de Platon était aussi grande que les rives de la Méditerranée orientale et se situait au-delà des colonnes d’Hercule ; or, à l’époque, il fallait contourner l’Afrique pour pouvoir accéder à l’Océan Indien par mer (comme le firent les Phéniciens) et rejoindre le Golfe Persique jusqu’à Sumer, « l’île » comprenant l’Arabie, la Mésopotamie et la Perse ; en y ajoutant la région de l’Indus, cette contrée était en effet plus étendue que les terres qui se trouvaient autour de la Méditerranée orientale.

Il se trouve que les premières civilisations des descendant d’Adam avant le Déluge se trouvèrent en Mésopotamie, en Egypte et dans la vallée de l’Indus (Mohenjo-Daro). La notion « d’île » correspondrait de nos jours à « foyer de civilisation », ici celle de l’époque antédiluvienne. Ce n’est donc pas d’un continent englouti sous la mer qu’il s’agissait, mais d’une région du globe terrestre submergée par les eaux des pluies et la montée des eaux de la mer ; les eaux de la mer se retirèrent dans l’année qui suivit, car Noé resta dans l’Arche avec sa famille un peu plus d’un an. La mer était montée jusqu’au sommet du mont Ararat où échoua l’Arche, le septième mois (Genèse ch. 8, verset 4).

Cela explique pourquoi on ne retrouva jamais l’Atlantide : elle resurgit de la mer après le retrait des eaux !

 

 

La Lune, base extraterrestre :

« Histoire inconnue des hommes depuis cent mille ans » de Robert Charroux, Editions Robert Laffont, Paris 1963.

 

Pages 211 à 214 :

(…) Une correspondante du Calvados collectionne toutes les informations mondiales se rapportant aux U.F.O. (Unidentified Flying Objects) ou O.V.N.I., et effectue au télescope des observations extrêmement intéressantes. Informations et observations sont consignées dans de petits opuscules dactylographiés, la plupart du temps sans la moindre interprétation, de façon à demeurer fidèle au fait brut.

Voici ce que vit et nota notre correspondante en observant la Lune :

ü      Le 5 novembre 1959, je vis une lumière clignotante dans le cratère Aristarcus (2), et plus tard, dans la soirée, deux objets ronds, lumineux, quitter la Lune à toute vitesse.

ü      Le 17 novembre 1959, je vis pendant 10 minutes un arc lumineux au-dessus du cratère Platon (1); après quoi la lumière disparut.

ü      En 1960, je vis le côté sombre du cratère Vitello être complètement illuminé pendant 5 minutes. Après quoi, l’illumination disparut.

ü      Le 19 avril 1961, je vis des clignotements lumineux dans le cratère Aristarcus (2). Cinq objets quittèrent la Lune, côté est, à 15 secondes environ d’intervalle.

(…) Depuis plus d’un siècle, de mystérieux phénomènes ont été observés sur la Lune par les astronomes. En 1822, l’astronome allemand Gruithuisen rapporta qu’il avait identifié les ruines d’une cité et qu’il en voyait distinctement les murs. L’endroit s’appelle maintenant Gruithuisen City.

(…) Le 11 décembre 1947, l’anglais Hodgson vit des points lumineux sur le côté obscur de notre satellite.

De nombreux astronomes notèrent, à différentes époques, des sources lumineuses importantes dans le cratère Aristarcus (2), un « X » dans le cratère Erasthothène (3), la lettre « Gamma » dans le cratère Littrow et des quadrillages dans le cratère Platon (1). Devons-nous en conclure que ces cratères lunaires sont fréquentés soit par des autochtones, soit par des extra-planétaires ?

La seconde éventualité ne saurait être écartée, notamment en ce qui concerne le cratère Platon (1) où se multiplient les lumières ou signaux mystérieux, particulièrement aux époques où la planète Mars est au plus près de la Terre.

Le 23 novembre 1920, on vit sur le bord de la Lune une tache si lumineuse qu’une partie du cratère Funérius s’en trouva illuminé.

Le 12 août 1944, on observa dans le cratère Platon (1) « quelque chose qui reflétait très fortement la lumière solaire ».

Une revue américaine apporte des précisions intéressantes.

Se référant sans doute à l’affaire de Muroc Air Field, cette revue s’étonne qu’Eisenhower, « maintenant qu’il est un citoyen privé », ne révèle pas ce qu’il sait sur les Soucoupes Volantes. Et de poser d’autres questions à vrai dire un peu saugrenues :

-          Pourquoi le Quartier Général Air Force pour l’investigation sur les U.F.O. est-il à Wrihgt-Patterson plutôt qu’au Pentagone ? Est-ce parce qu’il est plus commode de mettre en sûreté sous les hangars de la base Patterson les Soucoupes Volantes « sauvées » ? (« Salvage » est traduit par sauvées, mais peut-être conviendrait-il de comprendre attrapées, récupérées).

-          Pourquoi le public n’est-il pas informé de l’existence, en haut d’une montagne de Suède, d’une ceinture métallique, large de 1003 pieds, à l’intérieur de laquelle pousse une végétation différente de toute végétation terrestre ?

La revue américaine, entre autres révélations à caractère fantastique, (…) avance que deux « topscientists » et au moins deux officiels du gouvernement américain (dont le président Eisenhower) ont eu des contacts personnels et physiques avec des hommes de l’espace (space-people).

Elle relate aussi qu’une photo du cratère Gassendi, sur la Lune, prise avec le télescope de 200 pouces du mont Palomar, montre des buildings en forme de dômes. Ces constructions apporteraient la preuve absolue que des êtres extra-terrestres vivent sur notre satellite. Les buildings seraient édifiés sur les entrées de cités souterraines et auraient des pipes (tuyaux) sur leur surface pour retenir la pression intérieure.

Des traits (ou des lignes) furent relevés il y a trente ans (avant 1963) dans le cratère Gassendi, en pleine conformité avec les photos du mont Palomar.

Ces relations, ces faits, s’ils étaient avérés, bouleverseraient évidemment l’ordre social terrien et démontreraient que des extra-terrestres surveillent notre planète, nous visitent de temps à autre ou peut-être s’immiscent déjà dans notre activité.

 

Notes :

Cratère Platon (1) :

Il se situe au sud de la face visible de la Lune, au sud de la Mer des Pluies.

ü      « Je vis pendant 10 minutes un arc lumineux au-dessus du cratère Platon (1); après quoi la lumière disparut. »

ü      De nombreux astronomes notèrent, à différentes époques (…) des quadrillages dans le cratère Platon (1).

ü      (…) Le cratère Platon (1) où se multiplient les lumières ou signaux mystérieux, particulièrement aux époques où la planète Mars est au plus près de la Terre.

ü      Le 12 août 1944, on observa dans le cratère Platon (1) « quelque chose qui reflétait très fortement la lumière solaire ».

Cratère Aristarque (2) :

Il se situe au sud-est de la face visible de la Lune, sur la gauche du cratère Hérodote.

ü      Le 5 novembre 1959, je vis une lumière clignotante dans le cratère Aristarcus (2), et plus tard, dans la soirée, deux objets ronds, lumineux, quitter la Lune à toute vitesse.

ü      De nombreux astronomes notèrent, à différentes époques, des sources lumineuses importantes dans le cratère Aristarcus (2).

Cratère Erasthothène (3) :

Il se situe au sud-est du Golfe Torride placé dans le centre sud-est de la face visible de la Lune.

ü      De nombreux astronomes notèrent, à différentes époques (…) un « X » dans le cratère Erasthothène (3).

Dwight David Eisenhower (1890-1969) :

Président des Etats-Unis de 1953 à 1961, sous l’étiquette républicaine.

 

Note de Patrick DOLCIANI (vendredi 8 mai 2009) :

Il apparaît que l’observation de la Lune fait ressortir l’existence d’intelligences extraterrestres, lesquelles disposent de bases sur notre satellite et d’engins spatiaux qui se déplacent à très grande vitesse.

Il s’agit des mêmes O.V.N.I. que ceux qui sont souvent observés sur Terre. Ils ont été nombreux à se manifester, particulièrement à partir de l’année 1947, et ensuite en vagues successives dans les années qui suivirent.

Les observations font ressortir qu’ils maîtrisent parfaitement bien l’énergie antigravitationnelle (en provoquant des perturbations magnétiques) et laissent par ailleurs des traces de radioactivité au sol après leur atterrissage. Ils procèdent aussi à des enlèvements et utilisent des armes à rayon. L’année 1947 est placée 80 ans avant 2027, date de la fin du cinquième soleil mésoaméricain (car il y a 1040 ans de 987, début du cinquième soleil, jusqu’en 2027). En 1987, nous étions à la fin des sept âges de 280 ans de l’histoire de l’Eglise (soit 1960 ans accomplis depuis l’an 27, date de la crucifixion de Jésus), et 1987 se plaçait exactement au milieu du cycle de 80 ans d’apparitions actuelles des OVNI (de 1947 jusqu’en 2027). Enfin, l’année 2027 se trouve placée 2000 ans après l’an 27, date de la mort et de la résurrection de Jésus (ère zodiacale des Poissons) ; elle inaugurera le Millenium dans la première moitié de l’ère du Verseau.

 

Ces considérations permettent d’affirmer que les manifestations d’O.V.N.I. sur Terre ont été volontairement programmées pour une période de 80 ans, laquelle précède le retour de Jésus (de 1947 à 2027). En 1947, le 29 novembre, l’Assemblée générale de l’O.N.U. adopte une résolution sur un plan de partage de la Palestine ; le 14 mai 1948, l’Etat d’Israël est créé. Les O.V.N.I. qui apparaissent depuis 1947 sont-ils les mêmes que ceux qui se manifestèrent au-dessus du mont Sinaï à l’époque de Moïse et à d’autres époques de l’histoire biblique ? Tout semble indiquer que oui…

 Patrick DOLCIANI

  

Divulgation extraterrestre :

http://www.divulgation-extraterrestre.org/

Pyramides sur Mars, la vérité :

http://www.ovni007.com/id172.html

Information civile :

http://www.dailymotion.com/video/xcht3q_information-civile-capitale-pour-to_webcam

 

 

 Bible expliquée :

 

La Bible :

Les livres de l'Ancien Testament (Thora ou Pentateuque, livres historiques, poétiques et prophétiques) étaient déjà rédigés avant l'incarnation de Jésus (en 7 avant notre ère), le Fils unique de Dieu, qui a accompli la loi de Moïse en livrant sa vie en sacrifice pour le péché (en 27 de notre ère), et également accompli les écrits prophétiques, lesquels annonçaient sa venue.
Le Nouveau Testament est composé des quatre évangiles qui racontent l'histoire et l'enseignement de Jésus. Le livre des Actes raconte l'histoire des apôtres de Jésus et le début de l'histoire de l'église.
Les épîtres développent la doctrine des apôtres, fondement de la foi et enseignement valables pour les chrétiens de tous les temps. Enfin l'Apocalypse est une révélation prophétique de Jésus ressuscité (chapitre 1, verset 1), donnée à l'apôtre Jean dans ses vieux jours, révélation qui fait suite à celle du livre de Daniel dans l’Ancien Testament et l'achève : il s'agit de l’accomplissement à venir de la soixante-dixième « semaine d'années » de Daniel, chapitre 9, versets 24 à 27. Celle-ci s'accomplira pendant les sept dernières années qui précèdent le retour de Jésus, soit de 2020 à 2027, selon la structure connue des cycles historiques (voir site Internet « Histoire, bible et Avenir »).
Les sept messages aux sept églises d'Asie Mineure (Apocalypse, chapitres 2 et 3), représentent prophétiquement les sept âges de l'histoire de l'église dans une période de 1960 ans, de l'an 27 de notre ère jusqu’à 1987 ; il reste ensuite 40 ans, de 1987 à 2027, temps de la dernière génération caractérisée par les temps d’apostasie (abandon de la foi chrétienne).
Le Coran n'est pas conforme à la doctrine des apôtres, mais en profonde contradiction avec elle ; or, il se trouve que Dieu ne peut pas se contredire lui-même. Le Coran est par conséquent à écarter, car il répand la doctrine de l'antéchrist (voir première épître de Jean, chapitre 2, verset 22 ; chapitre 4, versets 2 et 3 ; chapitre 4, verset 15 ; chapitre 5, verset 1 et versets 9 à 13 ; voir deuxième épître de Jean, verset 7 ; voir enfin épître aux Galates 1, versets 8 et 9).

 

1 Jean 2, verset 22 :

« 22 Qui est le menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ ? Celui-là est l’antichrist, qui nie le Père et le Fils. »

1 Jean 4, versets 2 et 3 :

« 2 Par ceci vous connaissez l’Esprit de Dieu : tout esprit qui confesse Jésus Christ venu en chair est de Dieu, 3 et tout esprit qui ne confesse pas Jésus Christ venu en chair n’est pas de Dieu ; et ceci est l’[esprit] de l’antichrist, duquel vous avez ouï dire qu’il vient, et déjà maintenant il est dans le monde. »

1 Jean 4, verset 15 :

« 15 Quiconque confessera que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui et lui en Dieu. »

1 Jean 5, verset 1 et versets 9 à 13 :

« 1 Quiconque croit que Jésus est le Christ, est né de Dieu; et quiconque aime celui qui a engendré, aime aussi celui qui est engendré de lui. »

« 9 Si nous recevons le témoignage des hommes, le témoignage de Dieu est plus grand ; car c’est ici le témoignage de Dieu qu’il a rendu au sujet de son Fils. 10 Celui qui croit au Fils de Dieu, a le témoignage au dedans de lui-même ; celui qui ne croit pas Dieu, l’a fait menteur, car il n’a pas cru au témoignage que Dieu a rendu au sujet de son Fils. 11 Et c’est ici le témoignage : que Dieu nous a donné la vie éternelle, et cette vie est dans son Fils : 12 Celui qui a le Fils a la vie, celui qui n’a pas le Fils de Dieu n’a pas la vie. 13 Je vous ai écrit ces choses afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu. »

Deuxième épître de Jean, verset 7 :

« 7 car plusieurs séducteurs sont sortis dans le monde, ceux qui ne confessent pas Jésus Christ venant en chair : celui-là est le séducteur et l’antichrist. »

Epître aux Galates 1, versets 8 et 9 :

« 8 Mais quand nous-mêmes, ou quand un ange venu du ciel (voir Coran) vous évangéliserait outre ce que nous vous avons évangélisé, qu’il soit anathème. 9 Comme nous l’avons déjà dit, maintenant aussi je le dis encore : si quelqu’un vous évangélise outre ce que vous avez reçu, qu’il soit anathème. »
Conclusion : il n'y a rien de plus à ajouter à la Bible, car elle est complète pour réaliser et accomplir le plan de Dieu pour le salut.

 

LA CREATION :

 

Remarques importantes au sujet de la Création du livre de la Genèse, correctement interprétée d’après le texte original hébreu :

Le conflit entre évolutionnistes et chrétiens antiévolutionnistes vient de la mauvaise interprétation qui a été faite du premier chapitre de la Genèse, d'ailleurs particulièrement mal traduit dans nos Bibles. Il est important de dire qu’il ne s'agit pas de la création de l'Univers, ni de la création de la Terre.

Une traduction honnête du texte hébreu (ce qui n'est malheureusement pas le cas dans nos Bibles) fait ressortir qu'il s'agit d'une œuvre de création réalisée sur la Terre après un cataclysme qui eut lieu sur le globe lui-même il y a 61 siècles environ. Les traces de ce cataclysme existent encore en Argentine du Nord (datation correspondante) : il s'agit de chute d'astéroïdes, peut-être bien d'un ancien satellite de la Terre.

 

CHUTE D’ASTEROÏDES EN AMERIQUE DU SUD IL Y A 6000 ANS : Découverte d’une succession de 9 cratères disposés en ligne sur une distance de 16 km dans le nord de l’Argentine. « LE DERNIER SECRET DE NOSTRADAMUS » de Guy TARADE et Alexandra SCHREYER, aux Editions RAMUEL en 1998, pages 139 et 140 :

 

« …Un groupe de savants américains et argentins, dirigés par le docteur William A. CASSIDY, de l’université de Columbia (New York), ont découvert dans la région de Campo del Cielo, dans le nord de l’Argentine, une succession de neuf cratères disposés en ligne sur une distance de 16 kilomètres. Après avoir effectué trois expéditions dans les provinces semi-arides de Santiago del Estero et du Chaco, presque à mi-chemin entre Tucuman et Corrientes, et mis au jour, à proximité des cratères, un champ de petites météorites qui s’étend sur 72 kilomètres, ces savants affirment qu’un satellite naturel de la Terre, après s’être désagrégé dans l’atmosphère, a creusé, il y a quelque 6000 ans, ces entonnoirs géants. En effet, des fouilles leur ont permis de recueillir plus de cinq cents fragments d’un poids variant de 500 grammes à 35 kilos. La teneur en carbone 14 du charbon trouvé dans le fond d’un cratère a permis d’évaluer à 5800 ans l’âge maximal des neuf dépressions. »

 

Le livre de la Genèse fait référence à l'intervention des "Elohim" ou anges (le nom de Dieu n'est pas « Elohim », mais « Yahvé » ou "Je suis" traduit habituellement par « l’Eternel »). Ils ont remis de l'ordre après le chaos (« tohu-bohu » dans le texte, même signification qu'en français). Il n'est question que de la création des animaux et de l'homme, sans doute de ceux qui avaient disparu dans le cataclysme. Les descriptions sont les mêmes que celles qui sont décrites dans l’histoire de la fin du Déluge dans le même texte, du même auteur, du livre de la Genèse.

L'homme (Adam) a été créé, différent de celui qui le précédait auparavant sur Terre. Adam se caractérisait par le fait d'être semblable aux anges (« Elohim » et non « Yahvé »). Cette fois Adam pouvait parler et l'écriture apparue pour la première fois dans l’histoire après lui.

La théorie du « Big Bang » reste une théorie scientifique, mais n'a rien à voir avec le texte biblique de la création. La théorie de l'évolution des espèces de Charles Darwin est prouvée par la paléontologie (couches superposées de sédiments avec fossiles qui prouvent qu'il y a eu réellement une évolution des espèces). Il est vrai que les chrétiens n'ont pas évolué sur ces questions, et c'est très regrettable.

C'est la même chose avec le phénomène OVNI : les chrétiens sont en général aveuglés et ne voient pas le rapport évident qui existe entre phénomène OVNI et anges de la Bible (anges déchus également). Voir livre d'Enoch, que les chrétiens ne connaissent malheureusement pas...

Les géants (Genèse chapitre 6, versets 1 à 4) étaient les fils des anges déchus. Cette histoire se produisit avant le Déluge de Noé et elle est racontée en détail dans le livre d'Enoch, lequel n'était pas un apocryphe à l’époque des premiers chrétiens.
Cette époque antédiluvienne correspond avec l'histoire de l'Atlantide, dont l'ancienneté déclarée par Platon doit être en fait « divisée par cinq » (exemple 10 000 ans = 2000 ans). L'histoire de l'Atlantide indique que les fils des "dieux" (anges déchus) devinrent rois (en Mésopotamie). L'Atlantide correspond en réalité à la région de Sumer (première civilisation des fils d'Adam). Les anges déchus initièrent les premiers hommes aux sciences dont l'astronomie et la magie ; ils apprirent également aux hommes l'art de faire la guerre. Ainsi, les premiers rois, fils des "dieux", étaient les Géants dont parle aussi le livre de la Genèse, lesquels furent cruels et sanguinaires.

 

Genèse 6, 1 à 4 :

« 1 Et il arriva quand les hommes commencèrent à se multiplier sur la face de la terre et que des filles leur furent nées, 2 que les fils de Dieu virent les filles des hommes, qu’elles étaient belles, et ils se prirent des femmes d’entre toutes celles qu’ils choisirent. 3 Et l’Éternel dit : Mon Esprit ne contestera pas à toujours avec l’homme, puisque lui n’est que chair; mais ses jours seront cent vingt ans. 4 Les géants étaient sur la terre en ces jours-là, et aussi après que les fils de Dieu furent venus vers les filles des hommes et qu’elles leur eurent donné des enfants : ceux-ci furent les vaillants hommes de jadis, des hommes de renom. »

 

Premier chapitre du livre de la Genèse traduit de l’hébreu en 1978 par Patrick DOLCIANI (pages 114 à 116 de “Mystères révélés” publié en 1989, Editions « La Pensée Universelle ») :

 

« Au commencement de leur œuvre, les fils de Dieu créèrent les espaces aériens et le continent. Or, le continent était dans un état chaotique (tohu-bohu) tandis que l’obscurité recouvrait la face de l’abîme. Alors les Fils de Dieu (Elohim) propagèrent un vent violent qui se glissa sur la face des eaux.

Et les Fils de Dieu dirent : Qu’il y ait de la lumière ! Et la lumière fut. Les Fils de Dieu virent que la lumière était bonne et ils firent une distinction entre la lumière et l’obscurité. Les Fils de Dieu nommèrent la lumière en l’appelant “jour” et ils nommèrent l’obscurité en l’appelant “nuit”.

Il y eut un soir, puis un matin, soit un jour.

Et les Fils de Dieu dirent : Qu’il y ait un ciel au milieu des eaux et qu’une différence s’établisse entre elles de part et d’autre ! Les Fils de Dieu firent apparaître le ciel et ils établirent une distinction entre les eaux du dessous du ciel et celles du dessus du ciel. Et ce fut ainsi. Les Fils de Dieu nommèrent le ciel en l’appelant “espaces aériens”.

Il y eut un soir, puis un matin : deuxième jour.

Et les Fils de Dieu dirent : Que les eaux du dessous des espaces aériens se retirent vers un même endroit et que la terre ferme apparaisse ! Et ce fut ainsi. Les Fils de Dieu nommèrent la terre ferme en l’appelant “pays” et ils nommèrent le rassemblement des eaux en l’appelant “mers”. Les Fils de Dieu virent que c’était bien.

Et les Fils de Dieu dirent : Que le pays produise de la verdure, des plantes avec de la semence et des arbres fruitiers sur le continent donnant des fruits selon leur espèce qui contiennent en eux de la semence ! Et ce fut ainsi. Le pays produisit de la verdure, des plantes portant de la semence selon leur espèce et des arbres donnant des fruits qui contiennent en eux de la semence. Et les Fils de Dieu virent que c’était bien.

Il y eut un soir, puis un matin : troisième jour.

Et les Fils de Dieu dirent : Qu’il y ait des corps de lumière dans le ciel des espaces aériens pour établir une différence entre le jour et la nuit et qu’ils servent de signes pour marquer les temps, les jours et les années! Qu’ils servent aussi de luminaires dans le ciel des espaces aériens pour éclairer le pays ! Et ce fut ainsi. Les Fils de Dieu firent apparaître les deux grands corps de lumière, le plus grand pour régir le jour et le plus petit pour régir la nuit avec les étoiles ; les Fils de Dieu les donnèrent au ciel des espaces aériens pour éclairer le pays, pour régir le jour et la nuit et pour établir une différence entre la lumière et l’obscurité. Et les Fils de Dieu virent que c’était bien.

Il y eut un soir, puis un matin : quatrième jour.

Et les Fils de Dieu dirent : Que les eaux grouillent d’une multitude d’êtres vivants ayant un souffle de vie et que des oiseaux s’envolent au-dessus du continent vers la face du ciel des espaces aériens ! Les Fils de Dieu créèrent les grands reptiles aquatiques et tous les êtres vivants ayant une respiration aérienne qui se meuvent et qui grouillent dans les eaux selon leur espèce, et tous les oiseaux ailés selon leur espèce. Et les Fils de Dieu virent que c’était bien. Ils les bénirent en leur disant : Soyez féconds et devenez nombreux, remplissez les eaux dans les mers et que les oiseaux se multiplient à l’intérieur du pays !

Et il y eut un soir, puis un matin : cinquième jour.

Et les Fils de Dieu dirent : Que le pays produise des êtres vivants ayant un souffle de vie selon leur espèce : des animaux domestiques, des reptiles et des bêtes sauvages du continent selon leur espèce ! Et ce fut ainsi. Les Fils de Dieu firent apparaître les bêtes sauvages du continent selon leur espèce, les animaux domestiques selon leur espèce et tous les reptiles qui se meuvent sur la terre selon leur espèce. Et les Fils de Dieu virent que c’était bien.

Puis, les Fils de Dieu dirent : Faisons un Terrien de notre forme selon notre ressemblance ! Et qu’ils asservissent les poissons de la mer, les oiseaux des espaces aériens, les animaux domestiques, tout le pays et tous les reptiles qui se meuvent sur le continent ! Les Fils de Dieu créèrent le Terrien (Adam, tiré de la « terre » : « adama ») selon leur forme, c’est-à-dire en le créant selon leur propre aspect physique. Et ils les créèrent mâle et femelle. Alors les Fils de Dieu les bénirent et leur dirent : Soyez féconds et devenez nombreux, remplissez le pays et faites-en la conquête ! Asservissez les poissons de la mer, les oiseaux des espaces aériens et tous les reptiles qui se meuvent sur le continent ! Et les Fils de Dieu leur dirent encore : Voici, nous vous donnons toutes les plantes qui donnent de la semence sur toute la surface du pays et tous les arbres qui portent en eux leurs fruits ayant de la semence : ils vous serviront de nourriture. Toute verdure servira de nourriture à tous les êtres vivants du continent, à tous les oiseaux des espaces aériens et à tous les reptiles du pays qui abrite en lui des êtres vivants ayant un souffle de vie. Et ce fut ainsi. Les Fils de Dieu considérèrent tout ce qu’ils avaient fait et ils trouvèrent que c’était parfaitement bien !

Il y eut un soir, puis un matin, soit le sixième jour.

C’est ainsi que furent achevés les espaces aériens, le pays et toute leur armée d’êtres vivants. Les Fils de Dieu avaient terminé le septième jour ce qu’ils avaient accompli en six jours et ils se reposèrent le septième jour de toute l’œuvre qui était terminée. Les Fils de Dieu bénirent le septième jour et le placèrent à part car, en ce jour-là, ils se reposèrent de toute l’œuvre qu’ils avaient créée en la faisant. »

 

Caractéristique de l’hébreu :

 

Il n'y a pas de voyelles en hébreu. Elles sont représentées par des points ou des traits ajoutés. Les racines de la langue hébraïque (trois consonnes) peuvent former des mots différents.
Exemples :

- « Mayim » (eaux) forme « Chamayim » (cieux).
- « Adam »(Terrien) est tiré « d’Adama » (terre).

C'est une langue qui présente une difficulté pour les traducteurs, car un même mot peut avoir deux significations différentes.
Exemple :
- « Rouah » peut être traduit pas « vent » ou « esprit ».
« Yahvé » (« Je suis »), traduit habituellement par « L’Eternel », ne se prononce pas en hébreu, car le verbe être est sous-entendu ; mais lorsque l’on exprime « Je suis » (« Yahvé »), c'est une affirmation volontaire de sa propre existence.
L'absence de voyelles permet de faire une économie de lettres dans les textes, qui occupent de ce fait moins de place dans les parchemins
Cette langue était, à mon avis, d’abord celle des anges, mais aussi la première langue parlée des hommes descendant d’Adam et Eve (le premier alphabet connu fut effectivement l’alphabet phénicien de 22 lettres, lequel servit également à écrire l’hébreu).

 

Le nom de Dieu :

« Yahvé » vient du livre de l'Exode, où Dieu a donné son nom à Moïse, pas du tout "Jéhovah", mais "Yahvé", qui signifie "Je suis". "Jéhovah" n'existe pas, car c'est "Yahvé" qui est le nom de Dieu le "Père", lequel signifie en hébreu "Je Suis", traduit habituellement pas "l'Eternel".

"Yahvé" ne se prononce pas, car le verbe être est sous-entendu en hébreu, mais lorsqu'il est prononcé, c'est une affirmation de Sa propre existence.

Difficile de prononcer le nom de Dieu "Je Suis" en parlant d'une autre personne que de soi-même...

Ainsi, le nom que les Témoins de Jéhovah donnent à Dieu est une aberration.

Exode 3, 13-15 :
« 13 Et Moïse dit à Dieu : Voici, quand je viendrai vers les fils d’Israël, et que je leur dirai : Le Dieu de vos pères m’a envoyé vers vous, et qu’ils me diront : Quel est son nom ? que leur dirai-je ?
14 Et Dieu dit à Moïse : JE SUIS CELUI QUI SUIS. Et il dit : Tu diras ainsi aux fils d’Israël : JE SUIS m’a envoyé vers vous. 15 Et Dieu dit encore à Moïse : Tu diras ainsi aux fils d’Israël : L’Éternel, le Dieu de vos pères, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, et le Dieu de Jacob, m’a envoyé vers vous : c’est là mon nom éternellement, et c’est là mon mémorial de génération en génération. »

 

LES CYCLES du calendrier mésoaméricain et de la Bible :

 

Les cycles du calendrier mésoaméricain sont formés par un ensemble de 5 "Soleils" de « 1040 ans » chacun, soit un ensemble cyclique de « 52 siècles ».
Le début du 5ème "Soleil" se célébra en 987 de notre ère (date connue de tous les historiens) ; 520 ans plus tard (1040 ans / 2), en 1507, les feux nouveaux furent célébrés par les Aztèques, juste au milieu du cycle de 1040 ans du 5ème "Soleil" (date également connue de tous les historiens). Nous avons ici la preuve irréfutable que les cycles du calendrier mésoaméricain comptaient bel et bien des années solaires réelles de 365 jours et non des cycles de 360 jours.
Or l'erreur des archéologues fut de compter des années de 360 jours (18 x 20 jours) et cela donna 1040 fois 360 jours (soit 374400 jours = 1025 années solaires), soit la détermination erronée de l'année 2012 pour dater la fin du 5ème "Soleil" (987 + 1025 ans = 2012). Or en fait le 5ème "Soleil" ne se terminera pas avant l’année 2027 (987 + 1040 ans = 2027). L’année mésoaméricaine comptait en réalité 365 jours, car il fallait lui ajouter 5 jours supplémentaires (lit annuel), comme dans l’ancien calendrier égyptien : 18 x 20 jours = 12 x 30 jours = 360 jours, auxquels il était toujours ajouté 5 jours pour obtenir une année solaire effective de 365 jours.

 

Preuves que l’année du calendrier mésoaméricain compte bel et bien 365 jours (et non 360 jours) :

 

Cycle de 8 années solaires du calendrier mésoaméricain :

8 x 365 jours = 2920 jours = 5 x 584 jours ou 5 révolutions synodiques de Vénus.

Cycle de 52 ans du calendrier mésoaméricain :

52 x 365 jours = 18980 jours = 73 x 260 jours (le cycle de 260 jours représente le tiers de 780 jours, révolution synodique de Mars).

Cycle de 20 ans du calendrier Maya :

20 x 365 jours = 7300 jours = 63 x 115,8763 jours ou 63 révolutions synodiques de Mercure. Observons ici que les cycles du calendrier Maya sont les mêmes que ceux du calendrier Aztèque.

 

Dates réelles de la naissance et de la mort de Jésus :

 

Nous savons que lorsque les Mages arrivèrent à Jérusalem, Jésus était déjà né depuis 2 ans et le roi Hérode I° le Grand (37 – 4 av. notre ère) était toujours vivant (voir Matthieu 2, versets 7 et 8 et Matthieu 2, verset 16). La famille alla se réfugier en Egypte sans doute pendant une année entière jusqu’en 4 av. notre ère, année de la mort du roi ; cela place la naissance de Jésus TROIS ANS avant la mort d’Hérode I° le Grand et c’est ici la certitude que Jésus est bien né en l’an 7 av. notre ère, année où le recensement, ordonné par Auguste en 8 av. notre ère, fut appliqué en Palestine (voir Luc 2, verset 1 à 3). Il fut par conséquent crucifié en l’an 27 de notre ère, à l’âge de 33 ans (il commença son ministère en 24 de notre ère, à 30 ans, lequel dura 3 ans). Il n’y a pas de contradiction entre les Evangiles de Luc et de Matthieu, mais Luc se rapporte à la naissance réelle de Jésus, tandis que Matthieu raconte ce qui s’est passé 2 années plus tard (le temps que les Mages venus de Perse accomplissent leur voyage, car l’étoile leur était apparue dans leur pays au moment même de la naissance de Jésus). Par ailleurs, la datation de Luc (ch. III, v. 1 – 6) est, soit l’année de la composition de l’Evangile en 29 de notre ère, soit une erreur de transcription des copistes qui auraient peut-être changé « la 5° année du règne de Tibère-César » en « 15° année ». Jean-Baptiste aurait dans ce cas commencé son ministère à l’âge de 25 ans, soit en 19 de notre ère (29 - 10 ans = 19).

 

Luc 2, verset 1 à 3 :

« 1 Or il arriva, en ces jours-là, qu’un décret fut rendu de la part de César Auguste, [portant] qu’il fût fait un recensement de toute la terre habitée. 2 (Le recensement lui-même se fit seulement lorsque Cyrénius eut le gouvernement de la Syrie.) 3 Et tous allaient pour être enregistrés, chacun en sa propre ville. »

Matthieu 2, versets 7 et 8 :

« 7 Alors Hérode, ayant appelé secrètement les mages, s’informa exactement auprès d’eux du temps de l’étoile qui apparaissait ; 8 et les ayant envoyés à Bethléem, il dit : Allez et enquérez-vous exactement touchant le petit enfant; et quand vous l’aurez trouvé, faites-le-moi savoir, en sorte que moi aussi j’aille lui rendre hommage. »

Matthieu 2, verset 16 :

« 16 Alors Hérode, voyant que les mages s’étaient joués de lui, fut fort en colère ; et il envoya, et fit tuer tous les enfants qui étaient dans Bethléem et dans tout son territoire, depuis l’âge de deux ans et au-dessous, selon le temps dont il s’était enquis exactement auprès des mages. »

Caractéristiques particulières de l’étoile « ovni » dans Matthieu 2, versets 9 et 10 :

« 9 Et eux, ayant ouï le roi, s’en allèrent ; et voici, l’étoile qu’ils avaient vue dans l’orient allait devant eux, jusqu’à ce qu’elle vint et se tint au-dessus du lieu où était le petit enfant. 10 Et quand ils virent l’étoile, ils se réjouirent d’une fort grande joie. »

 

PREUVE PAR NEUF :


Hérode le Grand (37-4 av. notre ère), construisit le Temple la 18° année de son règne, c’est-à-dire en 20 av. notre ère (donnée historique), et selon Jean ch. 2, v. 20, cela faisait à ce moment précis 46 années passées : c'était donc bien en 27 de notre ère que Jésus chassait les vendeurs du Temple, juste avant la fête de la Pâque Juive, avant sa crucifixion.
Or, 27 de notre ère moins 33 ans (durée de la vie de Jésus), donne bien l'an - 6 (en année astronomique), soit en l'an 7 av. notre ère, année confirmée de sa naissance (car il n'y a pas d'an 0 dans la chronologie de notre calendrier).
Enfin, il est connu que le même jour de la semaine revient à la position de la pleine lune une fois tous les 3 ans et les années possibles pour faire correspondre la pleine lune avec un jeudi sont l'an 27, ou 30, ou 33 de notre ère. Il a fêté la Pâque un jeudi de pleine lune, et il a bien été crucifié le lendemain, le vendredi 8 avril de l'an 27 de midi à 15 heures ! Il ne pouvait pas y avoir d'éclipse, car ce n'était pas la nouvelle lune : les ténèbres manifestées ce jour là ont une origine probablement climatique !

Observation : 37 lunaisons en trois ans font : 37 x 29,530588 jours = 1092 jours = 156 semaines (la pleine lune tombe le même jour de la semaine).

Jésus a été crucifié en 27 de notre ère (car il est né en 7 av. notre ère) ; notons que 2000 ans (ère zodiacale des Poissons) après l'an 27, nous serons en 2027 (début de l’ère zodiacale du Verseau).

 

Chronologie de l’histoire de l’humanité en adam :

 

L'apôtre Pierre donne la clé de la chronologie des ères zodiacales de l’histoire de l’humanité en Adam (2ème Pierre 3, 8) : « un jour est devant le Seigneur comme mille ans, et mille ans comme un jour ». Il y a en effet 7 jours dans la semaine et cela représente 7 fois 1000 ans ou 7000 ans dans l’histoire de l’humanité, depuis Adam créé à l’image des anges, jusqu’au jour du Jugement Dernier. Il y a par conséquent 2000 ans depuis Adam jusqu’à Abraham, 2000 ans depuis Abraham jusqu’à Jésus, puis l'histoire de l'église compte elle aussi 2000 ans (de l’an 27 à 2027), soit en tout 3 fois 2000 ans ou 6 fois 1000 ans pour compter les six premiers jours de la semaine jusqu’au retour de Jésus. Le 7ème jour correspond enfin avec le Millénium, jour du « repos ».

 

2 Pierre 3, 1-10 :

« 1 Je vous écris déjà, bien-aimés, cette seconde lettre ; et, dans l’une et dans l’autre, je réveille votre pure intelligence en rappelant [ces choses] à votre mémoire, 2 afin que vous vous souveniez des paroles qui ont été dites à l’avance par les saints prophètes, et du commandement du Seigneur et Sauveur par vos apôtres, 3 sachant tout d’abord ceci, qu’aux derniers jours des moqueurs viendront, marchant dans la moquerie selon leurs propres convoitises 4 et disant : Où est la promesse de sa venue ? Car, depuis que les pères se sont endormis, toutes choses demeurent au même état dès le commencement de la création. 5 Car ils ignorent volontairement ceci, que, par la parole de Dieu, des cieux subsistaient jadis, et une terre [tirée] des eaux et subsistant au milieu des eaux, 6 par lesquelles le monde d’alors fut détruit, étant submergé par de l’eau. 7 Mais les cieux et la terre de maintenant sont réservés par sa parole pour le feu, gardés pour le jour du jugement et de la destruction des hommes impies. 8 Mais n’ignorez pas cette chose, bien-aimés, c’est qu’un jour est devant le Seigneur comme mille ans, et mille ans comme un jour. 9 Le Seigneur ne tarde pas pour ce qui concerne la promesse, comme quelques-uns estiment qu’il y a du retardement ; mais il est patient envers vous, ne voulant pas qu’aucun périsse, mais que tous viennent à la repentance. 10 Or le jour du Seigneur viendra comme un voleur ; et, dans ce jour-là, les cieux passeront avec un bruit sifflant, et les éléments embrasés seront dissous, et la terre et les œuvres qui sont en elle seront brûlées entièrement. »

 

En grec le mot poisson se dit "ichthus". Les initiales du mot grec forment les premières lettres de l'expression "Jésus-Christ, Fils de Dieu, Sauveur".
Ainsi c'était le poisson qui symbolisait la foi chrétienne au premier siècle de notre ère.
Il y a aussi une autre raison, celle de la précession des équinoxes : le début de l'histoire de l'église correspond avec l'ère des Poissons, faisant suite à celle du Bélier. Le retour de Jésus inaugurera l'ère du Verseau.

Les trois premières ères durent 2000 ans chacune et correspondent à la précession des équinoxes dans le Taureau, le Bélier et les Poissons (sur un zodiaque à 13 signes, qui comprend le “ Sphinx ” en signe supplémentaire placé entre le Lion et la Vierge, soit : 13 fois 2000 ans = 26000 ans, année précessionnelle) ; la quatrième ère, celle du Verseau, commence avec le Millenium :

 

1) Ere du Taureau ou des fils d’Adam : de l’an 3974 à 1974 av. notre ère ;
2) Ere du Bélier ou des fils d’Abraham : de 1974 av. notre ère à 27 de notre ère ;
3) Ere des Poissons ou Ere chrétienne : de 27 de notre ère à 2027 ;
4) Demi ère du Verseau ou Millenium : de 2027 à 3027. C’est au milieu de l’Ere du Verseau que se termine le grand cycle de 7000 ans de l’Histoire de l’Humanité. Il y aura 6000 ans
passés dans les cycles des ères en 2027.

 

Caractéristiques des cycles de l’histoire du monde en Adam :

 

Schéma des cycles de l’histoire du monde en Adam a les particularités suivantes :

1)      Il s’accorde avec perfection avec les divisions cycliques de l’année solaire sans aucun jour laissé en « vide » excepté les cinq jours additionnels de l’année qui fait 360 jours ou 12 fois 30 jours : ces cinq jours sont appelés « lit annuel » en Méso-Amérique ;

2)      Il s’accorde avec la Chronologie Biblique ;

3)      Il s’accorde avec les périodes sothiaques du calendrier égyptien (de 1460 ans) ;

4)      Il s’accorde enfin avec le calendrier mésoaméricain.

 

Il n’y a pas la moindre contradiction en ce qui concerne le schéma cyclique de l’histoire du monde et la chronologie biblique et, par conséquent, le Millenium commencera comme indiqué par le schéma lui-même, en 2027, également date du retour de Jésus !

Ce schéma était connu des anges dès le début et le livre apocryphe d’Hénoch (chapitre 92, versets1 à 18), lequel se trouvait dans le canon byzantin des Saintes Ecritures, en faisait déjà mention (9 périodes qui correspondent avec des cycles de 780 ans). C’est donc un schéma universel !

Nous pouvons faire le calcul suivant :

4 x 780 ans font 3120 ans ;

3120 ans = 3 x 1040 ans.

Les six dernières divisions de l’étoile à sept branches (cycles de 52 jours ou 52 x 20 ans) font :

6 x 1040 ans = 6240 ans.

Il y a en 6240 ans 8 fois 780 ans :

6240 ans / 780 = 8 (cycles de 780 ans).

Il manque alors le premier cycle de 780 ans qui se place avant la date inaugurale du calendrier méso-américain, soit 900 ans après la création d’Adam, en 4074 :

4074 – 900 ans = 3174 av. notre ère ;

3174 + 780 ans = 3954 av. notre ère, 1° cycle de 780 ans.

Cela correspond avec 120 ans après la création d’Adam :

4074 av. notre ère – 3954 av. notre ère = 120 ans.

Dans ces conditions, nous observons que le premier cycle de 780 ans dont parlait Enoch commençait lorsqu’Adam avait 120 ans, probablement 20 ans après la sortie du Jardin d’ Eden ! C’est pourquoi ces cycles de 780 ans peuvent être appelés « ères de civilisation » de l’Histoire du Monde, lesquelles commencent avec la première civilisation, celle des fils d’Adam !

D’autres indications sont données dans le livre d’Hénoch qui prouvent que les anges ont « initié » les premiers hommes, fils d’Adam. L’histoire d’Hénoch est confirmée par le livre de la Genèse (ch. 6, versets 1 à 4).

Les clés chronologiques :

1)  Création d’Adam : 0 (4074 av. notre ère) ;

2)  Déluge : 1656 ans après (2478 av. notre ère) ;

3)  Naissance de Térakh, père d’Abraham : 222 ans après (2196 av. notre ère) ;

4)  Naissance d’Abraham : 130 ans après (2026 av. notre ère) ;

5)  Abraham en Canaan : 75 ans après (1991 av. notre ère) ;

6)  Circoncision d’Abraham : 24 ans après (1967 av. notre ère) ;

7)  Exode sous Moïse : 430 ans après (1537 av. notre ère) ;

8)  Construction du Temple de Jérusalem sous Salomon : 520 ans après (1017 av. notre ère) ;

9)  Schisme Israël-Juda : 37 ans après (980 av. notre ère) ;

10)  1° Départ en Captivité à Babylone (Daniel I, 1-2) : 373 ans après (6O7 av. notre ère) ;

11)  1° Retour d’Exil : 70 ans après (537 av. notre ère) ;

12)  Départ chronologique des 69 semaines d’années de Daniel IX (Application de l’Edit d’Artaxerxés selon Esdras VII) : 80 ans après (457 av. notre ère) ;

13)  Crucifixion, mort et résurrection de Jésus : 483 ans après (27 de notre ère).

       Total des durées : 4100 ans.

La preuve de l’authenticité de cette chronologie est une « preuve par neuf » :

Elle fait apparaître un schéma cyclique parfaitement en accord avec les divisions cycliques de l’année solaire pour un jour = 20 ans.

C’est une « preuve par neuf », car ces correspondances ne sont pas l’effet d’un trucage.

Il s’est en effet glissé une erreur de 40 ans dans l’interprétation chronologique classique de l’Ancien Testament, car il y a en réalité 520 ans depuis l’Exode d’Israël sous Moïse jusqu’aux fondations du Temple de Jérusalem, la quatrième année du règne du roi Salomon.

A l’origine de cette erreur il y a, au premier livre des Rois, ch. VI, v. 1, une indication chronologique, que nous avions « textuellement » prise en compte, mentionnant : « 480 ans après la sortie des Israélites du pays d’Egypte ». Il ne s’agissait pas en réalité d’une référence à l’Exode, comme nous l’avions cru, mais du temps compté depuis la « Sortie du Sinaï », sans doute considéré comme un prolongement du territoire égyptien, c’est-à-dire au moment du passage du Jourdain – et non pas de la mer Rouge – pour entrer dans la terre promise, définitivement hors d’Egypte.

Il apparaît que la chronologie du livre des Juges, trop souvent négligée, donne en réalité 390 ans depuis la première oppression d’Israël par Cusan-Risathaïm, roi de Mésopotamie (Juges ch. III, v. 8), jusqu’à celle des Philistins (Juges ch. XIII, v. 1). Nous sommes alors au début du règne de Saül, en 1100 avant notre ère. De ce fait, la chronologie des Juges nous permet de dater en 1490 avant notre ère (390 ans avant 1100) le début de la première oppression d’Israël, par le roi de Mésopotamie, juste 7 ans après l’entrée des Israélites en Palestine, laquelle se fit en 1497, c’est-à-dire 480 ans avant la fondation du Temple de Jérusalem, qui eut lieu en 1017 av. notre ère. Par ailleurs, nous observons que le livre de Josué, ch. XV, v. 15-17, et des Juges, ch. I, v. 11-13, que le premier libérateur, Othniel, était effectivement contemporain de Josué et Caleb.

Il faut donc compter, après l’Exode, 40 ans de marche dans le désert du Sinaï sous la conduite de Moïse, puis 397 ans pour le temps des Juges (après la mort de Moïse), jusqu’au début du règne de Saül, premier roi d’Israël, et, enfin, 83 ans jusqu’à la quatrième année du règne du roi Salomon, soit 520 ans au total au lieu de « 480 ans ». Nous obtenons, après cette étude, bel et bien une différence de 40 ans, origine de notre erreur.

Le schéma des cycles de l’Histoire du Monde révèle, ce qui nous avait échappé jusqu’ici, à savoir : l’emplacement exact de l’Apocalypse, de 2020 à 2027 de notre ère.

Car nous observons dès lors qu’il y a en réalité 1993 ans, au lieu de « 1953 ans » depuis l’alliance de la Circoncision faite avec Abraham en 1967 av. notre ère (c’est-à-dire 430 ans avant l’Exode, durée indiquée dans Galates III, v. 17, ou 470 ans avant l’entrée d’Israël en Palestine), jusqu’à la Crucifixion de Jésus en 27 de notre ère, sachant qu’il est né en l’an 7 av. notre ère. Soit 1960 ans (ou 7 fois 280 ans, les sept âges de la « postérité d’Abraham »), jusqu’à la naissance de Jésus, auxquels il faut ajouter les 33 années de sa vie.

De même, il y a aussi une durée de 1993 ans depuis la Résurrection de Jésus, soit 1960 ans (ou 7 fois 280 ans, les sept âges de l’Histoire de l’Eglise), auxquels il faut ajouter un temps supplémentaire de 33 ans (répétition des cycles ou « effet miroir »), jusqu’au début de l’Apocalypse.

Ces observations faites, il faut ensuite ajouter les sept années de l’Apocalypse elle-même, dont nous connaissons la durée exacte grâce à la prophétie des « 70 semaines d’années » du prophète Daniel (ch. IX, v. 24-27), pour rattraper ce qui reste des « 40 ans » (7 ans ajoutés à 33 ans font bien 40 ans). Cela donne enfin 2000 ans car l’Apocalypse commence à la fin du cycle de 1993 ans. Nous obtenons deux millénaires depuis la Mort et la Résurrection de Jésus jusqu’à son prochain Retour, de l’an 27 de notre ère jusqu’en 2027 (et non pas depuis sa naissance).

Le schéma général des cycles, définitivement achevé, compte 71 siècles depuis la Création d’Adam en 4074 av. notre ère, jusqu’à la fin du Millénium en 3027, alors que d’autres ont cru devoir en trouver soixante-dix (7000 ans).

Cependant, il apparaît que l‘ensemble des cycles de l’histoire schématique du Monde compte 72 siècles depuis le début de la Création en 4174 av. notre ère, laquelle a été probablement décidée et mise en œuvre après un cataclysme d’ordre planétaire (et non cosmique), provoqué probablement par la chute d’un ou de plusieurs astéroïdes. Nous obtenons un siècle de plus car il faut compter 100 ans depuis le milieu du premier jour (apparition de la lumière), jusqu’au milieu du sixième jour (création d’Adam), chaque « jour » de la Création ayant une durée « schématiquement » définie de 20 ans.

Milieu du « premier jour » = 20 ans - 10 ans ; « quatre jours » effectifs = 4 x 20 ans ou 80 ans ; milieu du « sixième jour » = 20 ans - 10 ans. Total : 10 ans + 80 ans + 10 ans = 100 ans.

Nous pouvons néanmoins obtenir un ensemble de 70 siècles. Pour cela, il faut compter 2000 ans depuis la sortie d’Adam « schématiquement » indiquée du Jardin d’Eden en 3974 av. notre ère, lorsqu’il avait 100 ans (nous savons qu’il vécut 930 ans), jusqu’au début du « compte à rebours » de sept années avant la destruction, faite par les anges, de Sodome et Gomorrhe (destruction par le « feu du ciel » après sept ans d’attente par rapport à la position d’origine du nouveau cycle, ce qui peut être interprété comme une préfiguration de l’Apocalypse). Il faut ensuite ajouter les 2000 ans qui suivent le début de ce premier « compte à rebours » jusqu’à la Crucifixion de Jésus, soit 4000 ans accomplis. Pour tenir compte du temps complet de l’Histoire de l’Eglise (1960 ans + 33 ans + 7 ans), il faut ajouter 2000 ans depuis la Résurrection de Jésus jusqu’à son Retour attendu pour l’an 2027, soit 6000 ans accomplis. Enfin, pour terminer, nous devons ajouter les 1000 ans du Millénium, dont la durée est nettement indiquée dans l’Apocalypse de Saint-Jean (ch. XX, v. 1-3 et 7-10), pour obtenir très exactement une durée globale de 7000 ans (70 siècles), depuis l’entrée dans le Monde du péché en Adam jusqu’à la libération finale du Diable suivie du Jugement dernier. Cette durée s’accorde avec les ères précessionnelles : ère du Taureau (2000 ans) ; ère du Bélier (2000 ans) ; ère des Poissons (2000 ans) et Millénium (1000 ans dans la première moitié de l’ère du Verseau), soit 7000 ans en tout ou 3,5 ères précessionnelles (3,5 x 2020 ans = 7000 ans).

Pour ce qui concerne l’ensemble des cycles de 1040 ans (périodes méso-américaines de quatre fois 260 ans (roues de katuns), ils existent effectivement dans cette structure et ils se confondent avec ceux du calendrier méso-américain lui-même. De ce fait, le schéma général des cycles de l’Histoire du Monde s’en trouve simplifié.

 

La gloire de l’Eternel :


Ezéchiel 10, 1-22 :

« 1 Et je regardai, et voici, sur* l’étendue, qui était au-dessus de la tête des chérubins, parut comme une pierre de saphir, comme l’aspect de la ressemblance d’un trône, au-dessus d’eux. 2 Et il parla à l’homme vêtu de lin, et dit : Viens entre les roues, au-dessous du chérubin, et remplis le creux de tes mains de charbons de feu pris d’entre les chérubins, et répands-les sur la ville. Ed il entra, devant mes yeux. 3 Et les chérubins se tenaient à droite de la maison lorsque l’homme entra, et la nuée remplissait le parvis intérieur. 4 Et la gloire de l’Éternel s’éleva de dessus le chérubin, [et vint] sur le seuil de la maison ; et la maison fut remplie de la nuée, et le parvis fut rempli de la splendeur de la gloire de l’Éternel. 5 Et le bruit des ailes des chérubins s’entendit jusqu’au parvis extérieur, comme la voix du *Dieu Tout-puissant* quand il parle. 6 Et il arriva que, lorsqu’il eut commandé à l’homme vêtu de lin, disant : Prends du feu d’entre les roues, d’entre les chérubins, il entra et se tint à côté de la roue. 7 Et le chérubin étendit sa main entre les chérubins, vers le feu qui était entre les chérubins, et il [en] prit, et le mit dans le creux des mains de l’[homme] vêtu de lin ; et il le prit et sortit. - v. 1 : litt.: à, dans. - v. 5 : hébreu : El-Shaddaï ; voir Genèse 17:1.
8 Et on voyait aux chérubins la figure d’une main d’homme sous leurs ailes. 9 Et je regardai, et voici, quatre roues à côté des chérubins, une roue à côté d’un chérubin, et une roue à côté d’un chérubin, et l’aspect des roues était comme l’apparence d’une pierre de chrysolithe. 10 Et quant à leur aspect, elles avaient les quatre une seule ressemblance, comme si une roue était au milieu d’une roue. 11 Quand elles allaient, elles allaient sur leurs quatre côtés ; elles ne se tournaient pas, quand elles allaient ; mais, vers le lieu où la tête regardait, elles allaient après elle : elles ne se tournaient pas quand elles allaient. 12 Et tout leur corps*, et leur dos, et leurs mains, et leurs ailes, et les roues, étaient pleins d’yeux tout autour, - à eux quatre, leurs roues. 13 Quant aux roues, on leur cria, moi l’entendant : Roue ! * 14 Et chacun avait quatre faces : la première face était la face d’un chérubin, et la seconde face était la face d’un homme, et la troisième était la face d’un lion, et la quatrième, la face d’un aigle. 15 Et les chérubins s’élevèrent. C’était là l’animal que j’avais vu près du fleuve Kebar. 16 Et quand les chérubins allaient, les roues allaient à côté d’eux ; et quand les chérubins levaient leurs ailes pour s’élever de dessus terre, les roues aussi ne se détournaient point d’à côté d’eux ; 17 quand ils s’arrêtaient, elles s’arrêtaient, et quand ils s’élevaient, elles s’élevaient avec eux, car l’esprit de l’animal était en elles.
- v. 12 : litt.: chair. - v. 13 : quelques-uns : Tourbillon !
18 Et la gloire de l’Éternel sortit de dessus le seuil de la maison, et se tint au-dessus des chérubins. 19 Et les chérubins haussèrent leurs ailes et s’élevèrent de terre à mes yeux, quand ils sortirent ; et les roues étaient auprès d’eux. Et ils s’arrêtèrent* à l’entrée de la porte orientale de la maison de l’Éternel ; et la gloire du Dieu d’Israël était au-dessus d’eux, en haut. 20 C’était là l’animal que j’avais vu au-dessous du Dieu d’Israël, près du fleuve Kebar ; et je connus que c’étaient des chérubins. 21 Chacun avait quatre faces, et chacun, quatre ailes, et il y avait une ressemblance de mains d’homme sous leurs ailes. 22 Et quant à la ressemblance de leurs faces, c’étaient les faces que j’avais vues près du fleuve Kebar, leur aspect, et eux-mêmes ; ils allaient chacun droit devant soi.
- v. 19 : litt.: il s’arrêta. »

 

Mystère de L’Arche de l’Alliance :

 

L'ange de l'Eternel apparaissait debout sur le propitiatoire de l'Arche de l'Alliance devant le Grand Prêtre une fois par an (Lévitique 16, 1-2).

Lévitique 16, 1-2 :

"1 Et l’Éternel parla à Moïse, après la mort des deux fils d’Aaron, lorsque, s’étant approchés de l’Éternel, ils moururent ; 2 et l’Éternel dit à Moïse : Dis à Aaron, ton frère, qu’il n’entre pas en tout temps dans le lieu saint, au dedans du voile, devant le propitiatoire qui est sur l’arche, afin qu’il ne meure pas ; car j’apparais dans la nuée sur le propitiatoire."

L'Arche de l'Alliance n'avait pas de pouvoir "magique", mais elle était consacrée à l'Eternel et sanctifiée par le sang des sacrifices prescrits par la loi de Moïse : tout ce qui n'était pas purifié avec du sang était "impur". Ainsi les hommes qui touchaient accidentellement à l'Arche sans être consacrés étaient frappés de mort, sauf s'il s'agissait des Lévites, prêtres purifiés pour exercer cette fonction.

 

LES « CORNES » DE MOÏSE :

 

Moïse de Michelangelo, à l’église de Saint-Pierre-aux-Liens à Rome, porte des cornes sur la tête ; elles sont symboliques et choquantes.

Exode 34, v. 29 parle en réalité du rayonnement du visage de Moïse, ce qui n'a rien à voir avec des cornes sur sa tête.

Cela fait penser à la Transfiguration de Jésus lorsque Moïse et Elie lui apparurent, en présence de Pierre, Jacques et Jean.

Exode 34, 29-35 :

« 29 Et il arriva que, lorsque Moïse descendit de la montagne de Sinaï (et les deux tables du témoignage étaient dans la main de Moïse lorsqu’il descendit de la montagne), Moïse ne savait pas que LA PEAU DE SON VISAGE RAYONNAIT, parce qu’il avait parlé* avec Lui. 30 Et Aaron et tous les fils d’Israël virent Moïse, et voici, LA PEAU DE SON VISAGE RAYONNAIT, et ils craignirent de s’approcher de lui ; 31 et Moïse les appela, et Aaron et tous les princes de l’assemblée revinrent auprès de lui, et Moïse leur parla. 32 Et après cela, tous les fils d’Israël s’approchèrent, et il leur commanda tout ce que l’Éternel lui avait dit sur la montagne de Sinaï. 33 Et Moïse cessa de parler avec eux : or il avait mis UN VOILE SUR SON VISAGE. 34 Et lorsque Moïse entrait devant l’Éternel pour parler avec lui, il ôtait le voile jusqu’à ce qu’il sortît ; puis il sortait et disait aux fils d’Israël ce qui lui avait été commandé. 35 Et les fils d’Israël voyaient le visage de Moïse, que la peau du visage de Moïse rayonnait ; et MOÏSE REMETTAIT LE VOILE SUR SON VISAGE jusqu’à ce qu’il entrât pour parler avec Lui.

— v. 29 : ou : pendant qu’il parlait. »

 

LA TRINITE :

 

Dieu fit des alliances avec Noé, Abraham et Moïse et il s’exprima par les anges, les prophètes et son Fils unique, le Messie Jésus.

La Trinité représente les trois manifestations de Dieu. "Yahvé" ou "Je suis" est Dieu le Père. Il est Saint de telle sorte que le pécheur ne peut pas le connaître. Dieu s'est "incarné" en Jésus, le Fils unique de Dieu de façon à pouvoir prendre sur lui-même les péchés des hommes : "Dieu était en Christ". Enfin, la présence de Dieu se manifeste par l'Esprit Saint, car "Dieu est Esprit".
Le salut de l'homme n'est possible que par les trois manifestations de Dieu, appelées "Trinité". Jésus est le Messie d'Israël, mais aussi le Fils unique de Dieu. Il a accompli la loi de Moïse et la Parole des prophètes de l'Ancien Testament (voir épître aux Hébreux). Les chefs religieux Juifs ont fait condamner Jésus, leur Messie, à mort et les Romains ont exécuté la sentence.

 

I Thessaloniciens 2, 14-16 :

« 14 Car vous, frères, vous êtes devenus les imitateurs des assemblées de Dieu qui sont dans la Judée dans le christ Jésus ; car vous aussi, vous avez souffert de la part de vos propres compatriotes les mêmes choses qu’elles aussi [ont souffertes] de la part des Juifs, 15 qui ont mis à mort et le seigneur Jésus et les prophètes, et qui nous ont chassés par la persécution, et qui ne plaisent pas à Dieu, et qui sont opposés à tous les hommes, 16 - nous empêchant de parler aux nations afin qu’elles soient sauvées, pour combler toujours la mesure de leurs péchés ; mais la colère est venue sur eux au dernier terme. »

Depuis Israël n'a plus de prophète, car les Juifs n'ont plus de relation spirituelle avec Dieu depuis qu’ils ont rejeté le Messie Jésus, fils unique de Dieu. Cela signifie qu'il n'y a plus de prophète issus de l’ancienne alliance.

 

Mahomet n'est pas reconnu par les chrétiens comme un prophète :

 

Galates 1, 6-9 :

« 6 Je m’étonne de ce que vous passez si promptement de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ, à un évangile différent,
7 qui n’en est pas un autre ; mais il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent pervertir l’évangile du Christ.
8 Mais quand nous-mêmes, ou quand un ange venu du ciel vous évangéliserait outre ce que nous vous avons évangélisé, qu’il soit anathème.
9 Comme nous l’avons déjà dit, maintenant aussi je le dis encore : si quelqu’un vous évangélise outre ce que vous avez reçu, qu’il soit anathème. »

Dieu s'exprime dans l'église par les dons spirituels accordés aux chrétiens "nés spirituellement de Dieu" (par l'Esprit Saint). Ainsi, les prophètes sont des chrétiens : il ne peut pas y en avoir ailleurs. L’apôtre Jean, disciple de Jésus, fut prophète (livre de l’Apocalypse) au même titre que Daniel dans l’Ancien Testament. De nos jours, David Wilkerson, évangéliste, a reçu une vision prophétique en 1973.

La Trinité, c'est l'accomplissement du salut en Jésus, le Messie d'Israël et le Fils unique de Dieu. Dieu était en Jésus, lequel a dit (Jean 8, 56 à 58) :

« 56 Abraham, votre père, a tressailli de joie de ce qu'il verrait mon jour ; et il l'a vu, et s'est réjoui. 57 Les Juifs donc lui dirent : Tu n'as pas encore cinquante ans, et tu as vu Abraham ! 58 Jésus leur dit : En vérité, en vérité, je vous dis : Avant qu'Abraham fût, je suis. »

Hébreux 7, 1 à 10 :

« 1 Car ce Melchisédech, roi de Salem, sacrificateur du Dieu Très-haut, qui alla au-devant d’Abraham lorsqu’il revenait de la défaite des rois, et qui le bénit, 2 auquel aussi Abraham donna pour part la dîme de tout, premièrement, étant interprété, roi de justice, et puis aussi roi de Salem, c’est-à-dire roi de paix ; 3 sans père, sans mère, sans généalogie, n’ayant ni commencement de jours, ni fin de vie, mais assimilé au Fils de Dieu, demeure sacrificateur à perpétuité. 4 Mais considérez combien grand était celui à qui même Abraham donna une dîme du butin, lui le patriarche. 5 Et ceux d’entre les fils de Lévi qui reçoivent la sacrificature ont bien un commandement de dîmer le peuple selon la loi, c’est-à-dire leurs frères, bien qu’ils soient sortis des reins d’Abraham ; 6 mais celui qui ne tire pas généalogiquement son origine d’eux, a dîmé Abraham et a béni celui qui avait les promesses. 7 Or, sans contredit, le moindre est béni par celui qui est plus excellent. 8 Et ici, des hommes qui meurent reçoivent des dîmes; mais là, celui de qui il est rendu témoignage qu’il vit ; 9 et, pour ainsi dire, Lévi même, qui reçoit des dîmes, a été dîmé en Abraham, 10 car il était encore dans les reins de son père quand Melchisédech alla au-devant de lui. »

Après avoir accompli le salut par son sacrifice d'expiation des péchés sur la croix, il fut ressuscité et élevé auprès de Dieu lui-même (le Père). Il fut glorifié dans les cieux et envoya selon sa promesse l'Esprit Saint à ses disciples qui priaient le jour de la Pentecôte. Jésus avait prévenu ses disciples qu'il leur enverrait le Consolateur, c'est-à-dire l'Esprit de Dieu. Ainsi, revêtus de l'Esprit de Dieu, les disciples commencèrent à convertir les foules. Pourquoi ? Parce que Dieu est Esprit.

Jean 7, 38-39 :

« 38 Celui qui croit en moi, selon ce qu'a dit l'écriture, des fleuves d'eau vive couleront de son ventre. 39 (Or il disait cela de l'Esprit qu'allaient recevoir ceux qui croyaient en lui ; car l'Esprit n'était pas encore, parce que Jésus n'avait pas encore été glorifié.) »

Ainsi, nous sommes réconciliés avec Dieu par le sacrifice de Jésus, le Fils unique de Dieu (qui fait un avec Dieu). Et lorsque nous recevons l'Esprit de Dieu, c'est Dieu lui-même qui vient en nous : nous devenons des "Temples" dans lesquels Dieu habite. Sans l'Esprit de Dieu, le salut n'est pas possible, car la vie nouvelle en Jésus ne devient réalité que par l'onction divine. Il n'y aurait pas de salut possible si Dieu n'était pas « Un en trois » : le Père Eternel, le Fils unique de Dieu, ne faisant qu'un avec Dieu, et accomplissant notre salut, et enfin l'Esprit de Dieu lui-même réalisant pleinement le salut en faisant de nous et en nous des créatures nées de Dieu. Jean a précisé, dans 1 Jean 5, 18 :

« 18 Nous savons que quiconque est né de Dieu ne pèche pas, mais celui qui est né de Dieu se conserve lui-même, et le méchant ne le touche pas. »

Ce qui signifie que le salut n'est pas possible sans régénération spirituelle de l'Esprit de Dieu en nous. Il fallait donc l'existence de Dieu, mais pour donner le salut, il fallait que Dieu se fasse "homme" pour être crucifié à notre place (voir Esaïe 53). Voir aussi l'épître aux Hébreux. Si la Trinité n'existait pas, le salut ne serait pas possible, car nous resterions dans nos péchés. Le salut s'obtient gratuitement, sans les œuvres de la loi de Moïse, par la foi en Jésus, mort pour nos péchés et ressuscité pour notre justification (voir épître aux Romains). Mais la réalité de la foi est prouvée par les œuvres de la foi dont parlait l'apôtre Jacques dans son épître. Ceux dont la foi n'est pas authentique ne produisent pas les œuvres de la foi. Ainsi, sans les œuvres (de la foi), la foi est morte.

Conclusion : il ne faut pas confondre les œuvres de la loi (de Moïse) avec les œuvres de la foi des chrétiens nés de l'Esprit de Dieu.

 

Jésus la « Pierre angulaire » :

 

- Matthieu 16, 13-20.

« 13 Or, lorsque Jésus fut venu aux quartiers de Césarée de Philippe, il interrogea ses disciples, disant : Qui disent les hommes que je suis, moi, le fils de l’homme ? 14 Et ils dirent : Les uns [disent] : Jean le baptiseur ; les autres : Élie ; et d’autres : Jérémie ou l’un des prophètes. 15 Il leur dit : Et vous, qui dites-vous que je suis ? 16 Et Simon Pierre, répondant, dit : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. 17 Et Jésus, répondant, lui dit : Tu es bienheureux, Simon Barjonas*, car la chair et le sang ne t’ont pas révélé [cela], mais mon Père qui est dans les cieux. 18 Et moi aussi, je te dis que tu es Pierre*; et sur ce roc je bâtirai mon assemblée, et [les] portes du hadès ne prévaudront pas contre elle. 19 Et je te donnerai les clefs du royaume des cieux ; et tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux ; et tout ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux. 20 Alors il enjoignit aux disciples de ne dire à personne qu’il fût le Christ.
 - v. 17 : ou : fils de Jonas. - v. 18 : ou : une pierre. »

- Matthieu 21, 42-44.

« 42 Jésus leur dit : N’avez-vous jamais lu dans les écritures : " La pierre que ceux qui bâtissaient ont rejetée, celle-là est devenue la maîtresse pierre du coin ; celle-ci* est de par le Seigneur, et est merveilleuse devant nos yeux " [Psaume 118:22-23] ? 43 C’est pourquoi je vous dis que le royaume de Dieu vous sera ôté, et sera donné à une nation qui en rapportera les fruits. 44 Et celui qui tombera sur cette pierre sera brisé ; mais celui sur qui elle tombera, elle le broiera. 45 Les principaux sacrificateurs et les pharisiens, ayant entendu ses paraboles, connurent qu’il parlait d’eux. 46 Et, cherchant à se saisir de lui, ils craignaient les foules, parce qu’elles le tenaient pour un prophète.
 - v. 42 : ou : ceci. »

- 1 Pierre 2, 1-10.

« 1 Rejetant donc toute malice* et toute fraude, et l’hypocrisie et l’envie**, et toutes médisances, 2 désirez ardemment, comme des enfants nouveau-nés, le pur lait intellectuel*, 3 afin que vous croissiez par lui à salut, si toutefois vous avez goûté que le Seigneur est bon*; 4 duquel vous approchant [comme] d’une pierre vivante, rejetée par les hommes, mais choisie et précieuse auprès de Dieu, 5 vous-mêmes aussi, comme des pierres vivantes, êtes édifiés une maison spirituelle, une sainte sacrificature, pour offrir des sacrifices spirituels, agréables à Dieu par Jésus Christ. 6 Parce qu’on trouve dans l’écriture : " Voici, je pose en Sion une maîtresse pierre de coin, élue, précieuse ; et celui qui croit en elle* ne sera point confus " [Esaïe 28:16]. 7 C’est donc pour vous qui croyez, qu’elle a ce prix ; mais pour les désobéissants, " la pierre que ceux qui bâtissaient ont rejetée, celle-là est devenue la maîtresse pierre du coin " [Psaume 118:22], 8 " et une pierre d’achoppement et un rocher de chute " [Esaïe 8:14], lesquels heurtent contre la parole, étant désobéissants, 9 à quoi aussi ils ont été destinés. Mais vous, vous êtes une race élue, une sacrificature royale, une nation sainte*, un peuple acquis, pour que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à sa merveilleuse lumière ; 10 vous qui autrefois n’étiez pas un peuple, mais qui maintenant êtes le peuple de Dieu ; vous qui n’aviez pas obtenu miséricorde, mais qui maintenant avez obtenu miséricorde*.
 - v. 1* : méchanceté. - v. 1** : litt.: [les] hypocrisies et [les] envies. - v. 2 : c. à d. : le lait non frelaté (qui ne trompe pas), la Parole de Dieu. - v. 3 : comparer Psaume 34:8. - v. 6 : ou : en lui. - v. 9 : comparer Exode 19:6. - v. 10 : comparer Osée 1:10 ; 2:23. »

La réponse à la question posée est ici :

La pierre que ceux qui bâtissaient ont rejetée, celle-là est devenue la maîtresse pierre du coin " [Psaume 118:22].

C’est de cette pierre que Jésus voulait parler, c’est-à-dire de lui-même (la pierre rejetée), mais pas de l’apôtre Pierre ; Jésus voulait dire en réalité : de même que ton nom est « Pierre », la révélation que tu viens de recevoir est « la pierre angulaire de l’édifice ».

 

LA DOCTRINE DU salut :

 

L'homme est pécheur de nature, c'est-à-dire qu'il se détourne de Dieu pour satisfaire ses passions, comme par exemple l'amour de l'argent, du pouvoir et les désirs de la chair.
Dieu a fait connaître Sa Loi (celle de Moïse) aux hommes, mais ils n'en tiennent pas compte. Cependant, dans son amour éternel, Dieu a envoyé son Fils unique pour faire l'expiation des péchés : Jésus. Il est mort à notre place. Tous ceux qui l'acceptent et le reçoivent comme sauveur personnel, reçoivent le salut par grâce.


Esaïe chapitre 53 :
« Esaïe 53, 1 Qui a cru ce que nous entendions dire, et le bras de Yahvé, à qui s'est-il révélé? Esaïe 53, 2 Comme un surgeon il a grandi devant lui, comme une racine en terre aride; sans beauté ni éclat pour attirer nos regards, et sans apparence qui nous eût séduits; Esaïe 53, 3 objet de mépris, abandonné des hommes, homme de douleur, familier de la souffrance, comme quelqu'un devant qui on se voile la face, méprisé, nous n'en faisions aucun cas. Esaïe 53, 4 Or ce sont nos souffrances qu'il portait et nos douleurs dont il était chargé. Et nous, nous le considérions comme puni, frappé par Dieu et humilié. Esaïe 53, 5 Mais lui, il a été transpercé à cause de nos crimes, écrasé à cause de nos fautes. Le châtiment qui nous rend la paix est sur lui, et dans ses blessures nous trouvons la guérison. Esaïe 53, 6 Tous, comme des moutons, nous étions errants, chacun suivant son propre chemin, et Yahvé a fait retomber sur lui nos fautes à tous. Esaïe 53, 7 Maltraité, il s'humiliait, il n'ouvrait pas la bouche, comme l'agneau qui se laisse mener à l'abattoir, comme devant les tondeurs une brebis muette, il n'ouvrait pas la bouche. Esaïe 53, 8 Par contrainte et jugement il a été saisi. Parmi ses contemporains, qui s'est inquiété qu'il ait été retranché de la terre des vivants, qu'il ait été frappé pour le crime de son peuple? Esaïe 53, 9 On lui a donné un sépulcre avec les impies et sa tombe est avec le riche, bien qu'il n'ait pas commis de violence et qu'il n'y ait pas eu de tromperie dans sa bouche. Esaïe 53, 10 Yahvé a voulu l'écraser par la souffrance; s'il offre sa vie en sacrifice expiatoire, il verra une postérité, il prolongera ses jours, et par lui la volonté de Yahvé s'accomplira. Esaïe 53, 11 A la suite de l'épreuve endurée par son âme, il verra la lumière et sera comblé. Par sa connaissance, le juste, mon serviteur, justifiera les multitudes en s'accablant lui-même de leurs fautes. Esaïe 53, 12 C'est pourquoi il aura sa part parmi les multitudes, et avec les puissants il partagera le butin, parce qu'il s'est livré lui-même à la mort et qu'il a été compté parmi les criminels, alors qu'il portait le péché des multitudes et qu'il intercédait pour les criminels. »

 

La preuve irréfutable que ce texte prophétique concernait Jésus est ici :
"4 Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, C’est de nos douleurs qu’il s’est chargé ; Et nous l’avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié. 5 Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités ; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris."
Car c'est très exactement le message annoncé par les disciples de Jésus que nous retrouvons dans le Nouveau Testament.
Étant donné que le livre d'Esaïe a été retrouvé parmi les manuscrits de la mer Morte, datant d'avant la naissance de Jésus, la validité prophétique de cet écrit est certifiée de façon scientifique.
La Bible fait connaître Dieu et contient de nombreux textes prophétiques ; la prophétie ne vient pas des hommes, mais de Dieu qui parle par les prophètes (de l'Ancien Testament). C'est l'Esprit de Dieu qui permet aux prophètes de prophétiser.
Après la mort et la résurrection de Jésus, seuls les chrétiens authentiques peuvent recevoir l'Esprit de Dieu et prophétiser, mais cela se passe à l'intérieur des églises qui ont expérimenté les dons spirituels.

Le salut s'obtient gratuitement, sans les œuvres de la loi de Moïse, par la foi en Jésus, mort pour nos péchés et ressuscité pour notre justification (voir épître aux Romains). Mais la réalité de la foi est prouvée par les œuvres de la foi dont parlait l'apôtre Jacques dans son épître. Ceux dont la foi n'est pas authentique ne produisent pas les œuvres de la foi. Ainsi, sans les œuvres (de la foi), la foi est morte. Conclusion : il ne faut pas confondre les œuvres de la loi (de Moïse) avec les œuvres de la foi des chrétiens nés de l'Esprit de Dieu.

 

L’Identification :

 

Dieu est Esprit : le Saint-Esprit, c'est Dieu. L'Eternel est "Dieu le Père" en ce sens qu'il est le créateur de l'Univers, mais aussi de la vie ; Jésus est le premier-né de la création, car il est une première manifestation de Dieu, comme un dédoublement de lui-même. Cela était nécessaire pour que Dieu puisse "descendre du ciel" afin d'accomplir le salut de l'homme. Jésus crucifié, mort et ressuscité a été élevé au ciel et placé "à la droite" du trône de Dieu, car c'est sa place naturelle. Il a été glorifié dans les lieux célestes, et l'Esprit de Dieu a été envoyé aux disciples de Jésus, de façon à ce qu'ils puissent "naître de l'Esprit de Dieu" et devenir ainsi de "nouvelles créatures", spirituelles et aptes à connaître Dieu, à l'aimer et à le servir.

Jean 7, 38-39 :

« 38 Celui qui croit en moi, selon ce qu'a dit l'écriture, des fleuves d'eau vive couleront de son ventre. 39 (Or il disait cela de l'Esprit qu'allaient recevoir ceux qui croyaient en lui ; car l'Esprit n'était pas encore, parce que Jésus n'avait pas encore été glorifié.) »

Principe d'identification avec Jésus :
En lui, nous sommes crucifiés, mort et ressuscités (Romains 6, 1-5). Lorsque nous prenons le pain et le vin (sainte cène), nous rappelons le sacrifice de Jésus qui à versé son sang pour nous (représenté par le vin) et donné son corps (représenté par le pain). En buvant la coupe et en mangeant le pain, l'identification du croyant avec le sacrifice de Jésus est exprimée. Cela revient à boire la même coupe que le Seigneur, celle dont il avait parlé à l'apôtre Pierre. C'est la Parole de Dieu qui affirme que nous sommes identifiés avec Jésus. En lui, par cette identification, nous mourrons au péché et nous ressuscitons à une nouvelle vie, pour Dieu. C'est cela la "nouvelle naissance" dont parlait Jésus à Nicodème (Jean 3, 1-21). Il ne s'agit pas encore de la résurrection du corps physique du croyant, mais de son identification spirituelle avec Sa Résurrection. De même que Jésus fait un avec le Père, nous sommes appelés à faire un avec Jésus. Il s'agit aussi d'une fusion spirituelle du chrétien avec l'amour de Dieu manifesté en Jésus.

 

Baptême du Saint-Esprit et dons spirituels :

 

Actes 2, 1-13 :

« 1 Et comme le jour de la Pentecôte s’accomplissait, ils étaient tous ensemble dans un même lieu. 2 Et il se fit tout à coup du ciel un son, comme d'un souffle violent et impétueux, et il remplit toute la maison où ils étaient assis. 3 Et il leur apparut des langues divisées, comme de feu ; et elles se posèrent sur chacun d'eux. 4 Et ils furent tous remplis de l'Esprit Saint, et commencèrent à parler d'autres langues, selon que l'Esprit leur donnait de s'énoncer. 5 Or il y avait des Juifs séjournant à Jérusalem, hommes pieux, de toute nation d'entre ceux qui sont sous le ciel. 6 Et le bruit de ceci s'étant répandu, la multitude s'assembla, et fut confondue de ce que chacun les entendait parler dans son propre langage. 7 Et ils étaient tous hors d'eux-mêmes, et s'étonnaient, disant : Voici, tous ceux-ci qui parlent ne sont-ils pas des Galiléens ? 8 Et comment les entendons-nous, chacun dans son propre langage, [celui du pays] dans lequel nous sommes nés ? 9 Parthes et Mèdes et Élamites, et nous qui habitons la Mésopotamie, la Judée et la Cappadoce, 10 le Pont et l'Asie, la Phrygie et la Pamphylie, l'Égypte et les quartiers de la Libye qui est près de Cyrène, et nous, Romains qui séjournons [ici], tant Juifs que prosélytes, 11 Crétois et Arabes,- nous les entendons annoncer dans nos langues les choses magnifiques de Dieu. 12 Et ils étaient tous hors d’eux-mêmes et en perplexité, disant l'un à l'autre : Que veut dire ceci ? 13 Et d'autres, se moquant, disaient : Ils sont pleins de vin doux. »

I Corinthiens, chapitre 12 :
« 1 Or, pour ce qui est des [manifestations] spirituelles, frères, je ne veux pas que vous soyez ignorants. 2 Vous savez que, quand vous étiez [gens des] nations, [vous étiez] entraînés vers les idoles muettes, selon que vous étiez menés. 3 C’est pourquoi je vous fais savoir que nul homme parlant par l’Esprit de Dieu, ne dit : " Anathème [à] Jésus " ; et que nul ne peut dire " Seigneur Jésus ", si ce n’est par l’Esprit Saint. 4 Or il y a diversité de dons de grâce, mais le même Esprit : 5 et il y a diversité de services, et le même Seigneur ; 6 et il y a diversité d’opérations, mais le même Dieu qui opère tout en tous. 7 Or à chacun est donnée la manifestation de l’Esprit en vue de l’utilité. 8 Car à l’un est donnée, par l’Esprit, la parole de sagesse ; et à un autre la parole de connaissance, selon le même Esprit ; 9 et à un autre la foi, par le même Esprit ; et à un autre des dons de grâce de guérisons, par le même Esprit ; 10 et à un autre des opérations de miracles ; et à un autre la prophétie ; et à un autre des discernements d’esprits ; et à un autre [diverses] sortes de langues ; et à un autre l’interprétation des langues. 11 Mais le seul et même Esprit opère toutes ces choses, distribuant à chacun en particulier comme il lui plaît.

12 Car de même que le corps est un et qu’il a plusieurs membres, mais que tous les membres du corps, quoiqu’ils soient plusieurs, sont un seul corps, ainsi aussi est le Christ. 13 Car aussi nous avons tous été baptisés d’un seul Esprit pour être un seul corps, soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit hommes libres ; et nous avons tous été abreuvés pour [l’unité d’] un seul Esprit. 14 Car aussi le corps n’est pas un seul membre, mais plusieurs. 15 Si le pied disait : Parce que je ne suis pas main, je ne suis pas du corps, est-ce qu’à cause de cela il n’est pas du corps ? 16 Et si l’oreille disait : Parce que je ne suis pas œil, je ne suis pas du corps, est-ce qu’à cause de cela elle n’est pas du corps ? 17 Si le corps tout entier était œil, où serait l’ouïe ? Si tout était ouïe, où serait l’odorat ? 18 Mais maintenant, Dieu a placé les membres, - chacun d’eux, - dans le corps, comme il l’a voulu. 19 Or, si tous étaient un seul membre, où serait le corps ?

20 Mais maintenant les membres sont plusieurs, mais le corps, un. 21 L’œil ne peut pas dire à la main : Je n’ai pas besoin de toi ; ou bien encore la tête, aux pieds : Je n’ai pas besoin de vous ; 22 - mais bien plutôt les membres du corps qui paraissent être les plus faibles, sont nécessaires ; 23 et les membres du corps que nous estimons être les moins honorables, nous les environnons d’un honneur plus grand ; et nos membres qui ne sont pas décents sont les plus parés, 24 tandis que nos membres décents n’en ont pas besoin. Mais Dieu a composé le corps en donnant un plus grand honneur à ce qui en manquait, 25 afin qu’il n’y ait point de division dans le corps, mais que les membres aient un égal soin les uns des autres. 26 Et si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui ; si un membre est glorifié, tous les membres se réjouissent avec lui.

27 Or vous êtes le corps de Christ, et [ses] membres chacun en particulier. 28 Et Dieu a placé les uns dans l’assemblée : - d’abord des apôtres, en second lieu des prophètes, en troisième lieu des docteurs, ensuite des miracles, puis des dons de grâce de guérisons, des aides, des gouvernements, [diverses] sortes de langues. 29 Tous sont-ils apôtres ? Tous sont-ils prophètes ? Tous sont-ils docteurs ? Tous [font-ils] des miracles ? 30 Tous ont-ils des dons de grâce de guérisons ? Tous parlent-ils en langues ? 31 Tous interprètent-ils ? Or désirez avec ardeur des dons de grâce plus grands : et je vous montre encore un chemin bien plus excellent. »

Ephésiens 4, 1-16 :

« 1 Je vous exhorte donc, moi, le prisonnier dans le Seigneur, à marcher d’une manière digne de l’appel dont vous avez été appelés, 2 avec toute humilité et douceur, avec longanimité, vous supportant l’un l’autre dans l’amour ; 3 vous appliquant à garder l’unité de l’Esprit par le lien de la paix. 4 [Il y a] un seul corps et un seul Esprit, comme aussi vous avez été appelés pour une seule espérance de votre appel. 5 [Il y a] un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême. 6 [Il y a] un seul Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tout, et partout, et en nous tous. 7 Mais à chacun de nous la grâce a été donnée selon la mesure du don de Christ. 8 C’est pourquoi il dit : " Étant monté en haut, il a emmené captive la captivité, et a donné des dons aux hommes " [Psaume 68:18]. 9 Or, qu’il soit monté, qu’est-ce, sinon qu’il est aussi descendu dans les parties inférieures de la terre ? 10 Celui qui est descendu est le même que celui qui est aussi monté au-dessus de tous les cieux, afin qu’il remplît toutes choses ; 11 et lui, a donné les uns [comme] apôtres, les autres [comme] prophètes, les autres [comme] évangélistes, les autres [comme] pasteurs et docteurs; 12 en vue du perfectionnement des saints, pour l’œuvre du service, pour l’édification du corps de Christ ; 13 jusqu’à ce que nous parvenions tous à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature de la plénitude du Christ : 14 afin que nous ne soyons plus de petits enfants, ballottés et emportés çà et là par tout vent de doctrine dans la tromperie des hommes, dans leur habileté à user de voies détournées pour égarer ; 15 mais que, étant vrais dans l’amour, nous croissions en toutes choses jusqu’à lui qui est le chef, le Christ ; 16 duquel tout le corps, bien ajusté et lié ensemble par chaque jointure du fournissement, produit, selon l’opération de chaque partie dans sa mesure, l’accroissement du corps pour l’édification de lui-même en amour. »

De nos jours le Baptême du Saint-Esprit est expérimenté chez les Pentecôtistes et les catholiques charismatiques.

 

Melchisédech était Jésus avant son incarnation.


Hébreux chapitre 7 :
« 1 Car ce Melchisédech, roi de Salem, sacrificateur du Dieu Très-haut*, qui alla au-devant d’Abraham lorsqu’il revenait de la défaite des rois, et qui le bénit, 2 auquel aussi Abraham donna pour part la dîme de tout*, premièrement, étant interprété, roi de justice, et puis aussi roi de Salem, c’est-à-dire roi de paix ; 3 sans père, sans mère, sans généalogie, n’ayant ni commencement de jours, ni fin de vie, mais assimilé au Fils de Dieu, demeure sacrificateur à perpétuité. 4 Mais considérez combien grand était celui à qui même Abraham donna une dîme du butin, lui le patriarche. 5 Et ceux d’entre les fils de Lévi qui reçoivent la sacrificature ont bien un commandement de dîmer le peuple selon la loi, c’est-à-dire leurs frères, bien qu’ils soient sortis des reins d’Abraham ; 6 mais celui qui ne tire pas généalogiquement son origine d’eux, a dîmé Abraham et a béni celui qui avait les promesses.
7 Or, sans contredit, le moindre est béni par celui qui est plus excellent. 8 Et ici, des hommes qui meurent reçoivent des dîmes; mais là, celui de qui il est rendu témoignage qu’il vit ; 9 et, pour ainsi dire, Lévi même, qui reçoit des dîmes, a été dîmé en Abraham, 10 car il était encore dans les reins de son père quand Melchisédech alla au-devant de lui.
- v. 1 : voir Luc 1:32. - v. 2 : voir Genèse 14:18-20.
11 Si donc la perfection était* par la sacrificature lévitique, (car c’est en relation avec elle** que le peuple a reçu sa loi,) quel besoin était-il encore qu’un autre sacrificateur se levât selon l’ordre de Melchisédech et qui ne fût pas nommé selon l’ordre d’Aaron ? 12 Car la sacrificature étant changée, il y a aussi par nécessité un changement de loi. 13 Car celui à l’égard duquel ces choses sont dites appartient à une autre tribu, dont personne n’a été attaché* à l’autel; 14 car il est évident que notre Seigneur a surgi* de Juda, tribu à l’égard de laquelle Moïse n’a rien dit concernant des sacrificateurs. 15 Et cela est encore bien plus évident, si, à la ressemblance de Melchisédech, un autre sacrificateur se lève, 16 qui n’a pas été établi selon la loi d’un commandement charnel, mais selon la puissance d’une vie impérissable. 17 Car [ce] témoignage [lui] est rendu : " Tu es sacrificateur pour l’éternité, selon l’ordre de Melchisédech " [Psaume 110:4].
- v. 11* : ou : Si donc il y avait perfection. - v. 11** : ou : car c’est sur ce fondement. - v. 13 : ou : n’a été affecté au service de. - v. 14 : ou s’est levé ; les Septante rendaient le " Germe " de Jérémie 23:5 ; Zacharie 3:8, etc., par : lever [du soleil], ou orient, lever d’un astre : voir Luc 1:78.
18 Car il y a abrogation du commandement qui a précédé, à cause de sa faiblesse et de son inutilité 19 (car la loi n’a rien amené à la perfection), et introduction d’une meilleure espérance par laquelle nous approchons de Dieu.
20 Et en tant que [cela n’a] pas [eu lieu] sans serment 21 (car ceux-là sont devenus sacrificateurs sans serment, mais celui-ci [l’est devenu] avec serment, par celui qui a dit de lui* : " Le *Seigneur a juré et ne se repentira pas : Tu es sacrificateur pour l’éternité [selon l’ordre de Melchisédech] "), 22 c’est d’une alliance d’autant meilleure que Jésus a été fait le garant. 23 Et ceux-là étaient plusieurs sacrificateurs, parce que la mort les empêchait de demeurer ; 24 mais celui-ci, parce qu’il demeure éternellement, a la sacrificature qui ne se transmet pas*. 25 De là vient aussi qu’il peut sauver entièrement* ceux qui s’approchent de Dieu par lui, étant toujours vivant pour intercéder pour eux. 26 Car un tel souverain sacrificateur nous convenait, saint*, innocent, sans souillure, séparé des pécheurs, et élevé** plus haut que les cieux, 27 qui n’est pas journellement dans la nécessité, comme les souverains sacrificateurs, d’offrir des sacrifices, d’abord pour ses propres péchés, ensuite pour ceux du peuple; car cela, il l’a fait une fois pour toutes, s’étant offert lui-même. 28 Car la loi établit pour souverains sacrificateurs des hommes qui sont dans l’infirmité*, mais la parole du serment, qui est après la loi, [établit] un Fils qui est consommé pour l’éternité.
- v. 21 : ou : celui qui lui a dit. - v. 24 : ou : qui ne change pas, ou intransmissible. - v. 25 : litt.: jusqu’à l’achèvement. - v. 26* : ou : pieux ; voir Actes 2:27. - v. 26** : litt.: devenu. - v. 28 : litt.: des hommes ayant infirmité. »
Melchisédech était un ange qui, « sans père, sans mère, sans généalogie, n’ayant ni commencement de jours, ni fin de vie, mais assimilé au Fils de Dieu, demeure sacrificateur à perpétuité ».
Jean 8, 56-58 :
« 56 Abraham, votre père, a tressailli de joie de ce qu'il verrait mon jour ; et il l'a vu, et s'est réjoui. 57 Les Juifs donc lui dirent : Tu n'as pas encore cinquante ans, et tu as vu Abraham ! 58 Jésus leur dit : En vérité, en vérité, je vous dis : Avant qu'Abraham fût, je suis. »
Cette phrase de Jésus se rapporte à Melchisédech, qu’Abraham a vu, ce qui signifie que Melchisédech était Jésus lui-même avant son incarnation.

 

L’après-vie :

 

Après la mort du corps physique, l'âme "retourne à Dieu".
Mais les lieux célestes ne sont pas un rassemblement de toutes les âmes en un même lieu ; il y a des séparations, comme dans une pyramide à plusieurs niveaux. C'est à se demander si la création de la pyramide en Égypte n'était pas fondée sur la connaissance de ces différents niveaux où se rendent les âmes après leur décès. La séparation spirituelle après la mort dans laquelle se trouvent les âmes repose sur ce principe : ceux qui ont fait le mal ne seront pas mélangés avec ceux qui ont fait le bien. Il y a peut-être d'autres critères pris en compte. Mais tout ceci n'est pas encore le Jugement Dernier, lequel aura lieu après la résurrection de tous les morts sans exception, à la fin du Millénium.
Les corps ressuscités, devenus semblables à ceux des anges, ne pourront plus mourir. Après le Jugement Dernier, les uns entreront dans la Nouvelle Jérusalem et les autres seront jetés "vivants" dans l'étang ardent de feu et de soufre. Dommage que les chrétiens, pour le plus grand nombre d'entre eux, ne lisent pas l'Apocalypse de Saint-Jean…
Voir Apocalypse, chapitres 20 à 22 inclus.

Réincarnation :

Sachant que la réincarnation existe réellement, il est certain qu'il y a une loi qui la gouverne, c'est-à-dire celle du karma. L'homme est libre de faire le bien ou le mal et ses actions sont le fruit de ses pensées. Ce qu'un homme sème, il doit aussi le récolter et cela n'est pas vrai dans une seule vie. Ainsi s'expliquent les conditions de vie d'une nouvelle incarnation, mais il ne s'agit pas du salut éternel. C'est grâce à la réincarnation que toute âme a une chance de trouver le salut en Jésus, de l'accepter ou de le refuser.

A la fin, toutes les âmes seront ressuscitées avec un corps immortel et le jugement dernier aura lieu. Il n'y aura plus de réincarnation, mais les uns entreront dans la Nouvelle Jérusalem, c'est-à-dire les élus en Christ, et les autres seront "jetés vivants" dans l'étang ardent de feu et de soufre, pour l'éternité.

 

LA PRIERE :

 

Dieu est vivant et entend nos prières ; il peut les exaucer. Mais ce sont nos péchés qui font obstacle entre Dieu et nous ; c'est pourquoi il faut être réconcilié avec lui. Cela peut se faire par la foi en Jésus, le Fils unique de Dieu, mort sur la croix à notre place pour la purification de nos péchés. C'est à la fois le principe de la substitution et de l'identification avec lui. Nous recevons le salut par la foi en Jésus et Dieu agrée notre foi en nous donnant son Esprit. Libérés de nos péchés, nous sommes réconciliés avec Dieu et il peut alors exaucer nos prières.

 

Esaïe chapitre 53 :
« Esaïe 53, 1 Qui a cru ce que nous entendions dire, et le bras de Yahvé, à qui s'est-il révélé? Esaïe 53, 2 Comme un surgeon il a grandi devant lui, comme une racine en terre aride; sans beauté ni éclat pour attirer nos regards, et sans apparence qui nous eût séduits; Esaïe 53, 3 objet de mépris, abandonné des hommes, homme de douleur, familier de la souffrance, comme quelqu'un devant qui on se voile la face, méprisé, nous n'en faisions aucun cas. Esaïe 53, 4 Or ce sont nos souffrances qu'il portait et nos douleurs dont il était chargé. Et nous, nous le considérions comme puni, frappé par Dieu et humilié. Esaïe 53, 5 Mais lui, il a été transpercé à cause de nos crimes, écrasé à cause de nos fautes. Le châtiment qui nous rend la paix est sur lui, et dans ses blessures nous trouvons la guérison. Esaïe 53, 6 Tous, comme des moutons, nous étions errants, chacun suivant son propre chemin, et Yahvé a fait retomber sur lui nos fautes à tous. Esaïe 53, 7 Maltraité, il s'humiliait, il n'ouvrait pas la bouche, comme l'agneau qui se laisse mener à l'abattoir, comme devant les tondeurs une brebis muette, il n'ouvrait pas la bouche. Esaïe 53, 8 Par contrainte et jugement il a été saisi. Parmi ses contemporains, qui s'est inquiété qu'il ait été retranché de la terre des vivants, qu'il ait été frappé pour le crime de son peuple? Esaïe 53, 9 On lui a donné un sépulcre avec les impies et sa tombe est avec le riche, bien qu'il n'ait pas commis de violence et qu'il n'y ait pas eu de tromperie dans sa bouche. Esaïe 53, 10 Yahvé a voulu l'écraser par la souffrance; s'il offre sa vie en sacrifice expiatoire, il verra une postérité, il prolongera ses jours, et par lui la volonté de Yahvé s'accomplira. Esaïe 53, 11 A la suite de l'épreuve endurée par son âme, il verra la lumière et sera comblé. Par sa connaissance, le juste, mon serviteur, justifiera les multitudes en s'accablant lui-même de leurs fautes. Esaïe 53, 12 C'est pourquoi il aura sa part parmi les multitudes, et avec les puissants il partagera le butin, parce qu'il s'est livré lui-même à la mort et qu'il a été compté parmi les criminels, alors qu'il portait le péché des multitudes et qu'il intercédait pour les criminels. »


Principe d'identification avec Jésus :
La « nouvelle naissance », c’est l’identification avec Jésus. En lui, nous sommes crucifiés, mort et ressuscités (Romains 6, 1-5). Lorsque nous prenons le pain et le vin (sainte cène), nous rappelons le sacrifice de Jésus qui à versé son sang pour nous (représenté par le vin) et donné son corps (représenté par le pain). En buvant la coupe et en mangeant le pain, l'identification du croyant avec le sacrifice de Jésus est exprimée. Cela revient à boire la même coupe que le Seigneur, celle dont il avait parlé à l'apôtre Pierre. C'est la Parole de Dieu qui affirme que nous sommes identifiés avec Jésus. En lui, par cette identification, nous mourrons au péché et nous ressuscitons à une nouvelle vie, pour Dieu. C'est cela la "nouvelle naissance" dont parlait Jésus à Nicodème (Jean 3, 1-21). Il ne s'agit pas encore de la résurrection du corps physique du croyant, mais de son identification spirituelle avec Sa Résurrection. De même que Jésus fait un avec le Père, nous sommes appelés à faire un avec Jésus. Il s'agit aussi d'une fusion spirituelle du chrétien avec l'amour de Dieu manifesté en Jésus.

 

La sanctification :

 

1 Corinthiens 6, 9-11 :

« 9 Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront point du royaume de Dieu ? Ne vous y trompez pas : ni fornicateurs, ni idolâtres, ni adultères, ni efféminés, ni ceux qui abusent d’eux-mêmes avec des hommes, 10 ni voleurs, ni avares, ni ivrognes, ni outrageux, ni ravisseurs, n’hériteront du royaume de Dieu. 11 Et quelques-uns de vous, vous étiez tels ; mais vous avez été lavés, mais vous avez été sanctifiés, mais vous avez été justifiés au nom du seigneur Jésus, et par l’Esprit de notre Dieu. »

 

Galates 5, 16-25 :

« 16 Mais je dis : Marchez par l’Esprit, et vous n’accomplirez point la convoitise de la chair. 17 Car la chair convoite contre l’Esprit, et l’Esprit contre la chair ; et ces choses sont opposées l’une à l’autre, afin que vous ne pratiquiez pas les choses que vous voudriez. 18 Mais si vous êtes conduits par [l’]Esprit, vous n’êtes pas sous [la] loi. 19 Or les œuvres de la chair sont manifestes, lesquelles sont la fornication, l’impureté, l’impudicité, 20 l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les colères, les intrigues, les divisions, les sectes, 21 les envies, les meurtres, les ivrogneries, les orgies, et les choses semblables à celles-là, au sujet desquelles je vous déclare d’avance, comme aussi je l’ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront pas du royaume de Dieu. 22 Mais le fruit de l’Esprit est l’amour, la joie, la paix, la longanimité, la bienveillance, la bonté, la fidélité, 23 la douceur, la tempérance : contre de telles choses, il n’y a pas de loi. 24 Or ceux qui sont du Christ ont crucifié la chair avec les passions et les convoitises. 25 Si nous vivons par l’Esprit, marchons aussi par l’Esprit. »

 

EXORCISME :

 

Jésus, le Messie annoncé par les prophètes et le Fils unique de Dieu, fut le premier à pratiquer l'exorcisme, lequel consiste à chasser les démons qui possèdent l'esprit et le corps des humains. Cela signifie que les démons ne peuvent être chassés que par l'Esprit de Dieu (Dieu est Esprit). Les disciples de Jésus ont également chassés les démons et furent étonnés de pouvoir le faire ; ils le firent grâce au pouvoir que leur donna Jésus. Par conséquent, pour pratiquer l'exorcisme, il faut être un chrétien né de Dieu, c'est-à-dire ayant reçu l'Esprit de Dieu.

 

LA PAPAUTE :

 

La papauté n'existait pas au premier siècle de notre ère. Pierre n'était pas "pape", mais il était considéré comme l'apôtre des Juifs tandis que Paul était celui des nations (Galates, chapitre 2, versets 6 à 10).

Paul écrit (chapitre 2, versets 7 à 9) :

"... Bien au contraire, Jacques, Céphas et Jean, qui sont considérés comme des colonnes, voyant que la mission de prêcher l'évangile aux incirconcis m'avait été confiée, comme à Pierre celle de prêcher aux circoncis - car celui qui a agie en Pierre pour en faire l'apôtre des circoncis a également agi en moi pour me faire apôtre des païens - reconnurent la grâce qui m'avait été accordée, et nous donnèrent la main, à Barnabas et à moi, en signe d'association : nous, nous irions vers les païens, eux, vers les circoncis".
Les circoncis étant les Juifs, Pierre était l'apôtre des Juifs, et Paul celui des nations ou incirconcis. Si la papauté avait été instituée à Rome, c'est Paul, et non Pierre, qui aurait été le premier pape. Mais Jésus a interdit la papauté (lire Matthieu, chapitre 23). La direction de l'église ne doit pas être une autorité humaine, mais l'Esprit de Dieu.

Ainsi, si la papauté avait existé, c'est l'apôtre Paul qui aurait été le premier pape à Rome et non Pierre. St Léon Ier le Grand (440 – 461) fut considéré comme le premier pape ; St Grégoire Ier le Grand s’imposa finalement (590 – 604). C'est l'importance de l'église de Rome qui lui donna un avantage sur les autres, de telle sorte que son évêque voulut dominer l'ensemble des églises. Pour cela, il falsifia la signification de ce que Jésus avait dit à Pierre : "Tu es Pierre, et sur cette "pierre", je bâtirai mon église". Mais la "pierre" dont parlait Jésus n'était pas Pierre, mais la "pierre angulaire" de l'édifice, c'est-à-dire Jésus, le Messie et Fils de Dieu, reconnu par Pierre (Matthieu 21, 42-44 et Psaume 118, 22-23).
La raison de la volonté de domination de l'église est l'argent, bien entendu. Judas livra Jésus pour de l'argent, et beaucoup ont fait par la suite de l'évangile un commerce... Dieu jugera ces "profiteurs" sans ménagement, car il est écrit que "celui qui enseigne sera jugé plus sévèrement"... Ils enseignent ce qu'ils veulent pour dominer l'église, font obstacle à l'Esprit Saint et introduisent de fausses doctrines dans l'église (Actes des Apôtres, 20, 28-31 et 2 Corinthiens 11, 13-15). Leur jugement est une certitude : il n'y a pas de place pour eux dans le royaume de Dieu. La Bible dit d'eux qu'ils sont "charnels" c'est-à-dire qu'ils n'ont pas l'Esprit de Dieu. Jésus dira d'eux : "Je ne vous connais pas".

Il y a des chrétiens "charnels", c'est-à-dire n'ayant pas reçu l'Esprit de Dieu. Il y a des chrétiens "spirituels" ; ce sont ceux qui ont reçu l'Esprit de Dieu, c'est-à-dire qui ont expérimenté la nouvelle naissance en Jésus (conforme à son enseignement à Nicodème dans Jean 3, 1-21). Il y a le chemin large qui conduit à la perdition, et ils sont nombreux à le suivre ; et il y a le chemin étroit qui conduit au salut éternel et peu le suivent.

Matthieu 23, 8-12 :

« 8 Mais vous, ne soyez pas appelés : Rabbi ; car un seul est votre conducteur, [le Christ] ; et vous, vous êtes tous frères. 9 Et n’appelez personne sur la terre votre père ; car un seul est votre père, celui qui est dans les cieux. 10 Ne soyez pas non plus appelés conducteurs ; car un seul est votre conducteur, le Christ. 11 Mais le plus grand de vous sera votre serviteur. 12 Et quiconque s’élèvera sera abaissé ; et quiconque s’abaissera sera élevé. »

Apocalypse chapitre 3, versets 1 à 6 :

"3.1 Écris à l'ange de l'Église de Sardes: Voici ce que dit celui qui a les sept esprits de Dieu et les sept étoiles: Je connais tes œuvres. Je sais que tu passes pour être vivant, et tu es mort. 3.2 Sois vigilant, et affermis le reste qui est près de mourir; car je n'ai pas trouvé tes œuvres parfaites devant mon Dieu. 3.3 Rappelle-toi donc comment tu as reçu et entendu, et garde et repens-toi. Si tu ne veilles pas, je viendrai comme un voleur, et tu ne sauras pas à quelle heure je viendrai sur toi. 3.4 Cependant tu as à Sardes quelques hommes qui n'ont pas souillé leurs vêtements; ils marcheront avec moi en vêtements blancs, parce qu'ils en sont dignes. 3.5 Celui qui vaincra sera revêtu ainsi de vêtements blancs; je n'effacerai point son nom du livre de vie, et je confesserai son nom devant mon Père et devant ses anges. 3.6 Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises!"

 

L’AU-DELA :

 

Le bouddhisme est fondé sur la croyance en la réincarnation de l’âme, laquelle est tout à fait fondée. Mais sa proposition de salut est le renoncement aux désirs de la vie et aux passions illusoires dans le but d’échapper au cycle perpétuel de la réincarnation. Il n’est pas possible d’accéder au salut éternel par ce moyen.

La philosophie est la recherche de la sagesse, laquelle peut n'avoir aucun rapport avec la spiritualité. La sagesse est acquise par les connaissances et les expériences de la vie. Elle est en rapport avec l'intelligence de l'homme, c'est-à-dire son âme, dans laquelle se trouve intelligence, volonté et sentiment. Mais la sagesse parfaite doit inclure la connaissance de Dieu ; dans ce cas elle comprend la relation de l'esprit de l'homme avec l'Esprit de Dieu. L'homme ayant atteint ce niveau est devenu "adulte en Christ".

L'être humain possède une âme, un esprit et un corps. L'esprit est ce qui lui permet d'être en relation avec Dieu. L'âme est le moi de l'être, impérissable car elle survit après la mort. Le corps est la partie matérielle de l'être vivant qui lui permet d'agir et d'intervenir dans le monde. L'âme sans corps ne peut plus rien faire ici bas, ni travail, ni bien, ni mal. L'homme est spirituellement mort lorsqu'il ne connaît pas Dieu. L'esprit de l'homme entre en éveil lorsqu'il se tourne vers la connaissance de Dieu, laquelle est possible grâce à la Parole de Dieu exprimée dans la Bible. L'homme spirituel est celui qui a reçu l'Esprit de Dieu, grâce au salut reçu par la foi en Jésus, le Fils unique de Dieu ayant réalisé l'expiation de nos péchés.

Personne ne peut savoir à l'avance qui sera sauvé ou pas. Car le jugement dernier n'aura pas lieu avant la fin du Millénium, soit mille ans après le retour de Jésus. Dieu seul peut sonder les cœurs.
Par ailleurs, la réincarnation n'est pas le salut, mais tout démontre qu'elle existe réellement. Si bien que si une âme n'a pas trouvé le salut dans cette vie, elle peut se réincarner et le trouver dans sa prochaine incarnation.
Le Millénium sera la période de la dernière chance pour les âmes réincarnées pendant cette période.
A la fin toutes les âmes seront ressuscitées, avec un corps semblable à celui des anges. La réincarnation n'existera plus. Alors le jugement dernier séparera ceux qui sont destinés au salut éternel de ceux qui seront jetés dans l'étang ardent de feu et de soufre (seconde mort ou mort éternelle).
Au sujet de l’étang ardent de feu et de soufre, il en est d'abord parlé dans l’Apocalypse de Saint Jean, au chapitre 19, verset 20. L'antéchrist et le faux prophète seront "jetés vivants" dans l'étang ardent de feu et de soufre. Cela est possible car ils auront été ressuscités auparavant par le Diable lui-même. Cela signifie qu'il faut qu'un corps soit d'abord ressuscité pour pouvoir être "jeté" dans l'étang ardent de feu et de soufre.
Au verset 15 du chapitre 20, il est écrit :
"Quiconque ne fut pas trouvé inscrit dans le livre de vie fut jeté dans l'étang de feu".
Cela se passe après la résurrection des morts et après le jugement dernier. Les uns entreront dans la Nouvelle Jérusalem et les autres seront jetés dans l'étang ardent de feu et de soufre, pour l'éternité.
Quel est cet endroit ? La Bible ne le précise pas, mais il serait logique de penser qu'il s'agirait d'un "trou noir", soit une étoile effondrée sur elle-même, de laquelle rien ne peut sortir, même pas la lumière...

 

Les « pauvres en esprit » :

 

Jésus n'a JAMAIS dit ça !
- Matthieu 5, 1-12 :
« 1 Or, voyant les foules, il monta sur la montagne*; et lorsqu’il se fut assis, ses disciples s’approchèrent de lui ; 2 et ayant ouvert la bouche, il les enseignait, disant : 3 Bienheureux les pauvres en esprit, car c’est à eux qu’est le royaume des cieux ; 4 bienheureux ceux qui mènent deuil, car c’est eux qui seront consolés ; 5 bienheureux les débonnaires, car c’est eux qui hériteront de la terre*; 6 bienheureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car c’est eux qui seront rassasiés ; 7 bienheureux les miséricordieux, car c’est à eux que miséricorde sera faite ; 8 bienheureux ceux qui sont purs de cœur, car c’est eux qui verront Dieu ; 9 bienheureux ceux qui procurent la paix, car c’est eux qui seront appelés fils de Dieu ; 10 bienheureux ceux qui sont persécutés à cause de la justice, car c’est à eux qu’est le royaume des cieux. 11 Vous êtes bienheureux quand on vous injuriera, et qu’on vous persécutera, et qu’on dira, en mentant, toute espèce de mal contre vous, à cause de moi. 12 Réjouissez-vous et tressaillez de joie, car votre récompense est grande dans les cieux ; car on a persécuté ainsi les prophètes qui ont été avant vous.
- v. 1 : la montagne en contraste avec la plaine. - v. 5 et 13 : ou : pays ; voir Psaume 37:11. Hériter du pays (ou posséder le pays), c’était, pour un Juif, hériter de la terre, et vice versa. »
- Luc 6, 20-26 :
« 20 Et lui, élevant les yeux vers ses disciples, dit : Bienheureux, vous pauvres, car à vous est le royaume de Dieu; 21 bienheureux, vous qui maintenant avez faim, car vous serez rassasiés ; bienheureux, vous qui pleurez maintenant, car vous rirez. 22 Vous êtes bienheureux quand les hommes vous haïront, et quand ils vous retrancheront [de leur société], et qu’ils vous insulteront et rejetteront votre nom comme mauvais, à cause du fils de l’homme. 23 Réjouissez-vous en ce jour-là et tressaillez de joie, car voici, votre récompense est grande dans le ciel, car leurs pères en ont fait de même aux prophètes. 24 Mais malheur à vous, riches, car vous avez votre consolation ; 25 malheur à vous qui êtes rassasiés, car vous aurez faim ; malheur à vous qui riez maintenant, car vous mènerez deuil et vous pleurerez. 26 Malheur [à vous] quand tous les hommes diront du bien de vous, car leurs pères en ont fait de même aux faux prophètes. »
REPONSE :
Il y a dans Matthieu 5, 3 :
« Bienheureux les pauvres en esprit, car c’est à eux qu’est le royaume des cieux. »
Il y a dans Luc 6, 20 :
« Bienheureux, vous pauvres, car à vous est le royaume de Dieu ».
Et dan Luc 6, 24 :
« Mais malheur à vous, riches, car vous avez votre consolation »
C’est la PREUVE que le texte original de Matthieu a été falsifié, en ajoutant « en esprit » à « Bienheureux les pauvres », alors qu’il s’agissait en réalité des pauvres d’un point de vue matériel, vivant dans la pauvreté. Cette falsification volontaire du texte est très probablement due aux riches qui se trouvaient dans l’église et qui n’avaient pas la conscience tranquille. Ils devront en rendre compte le jour du Jugement Dernier.

1 Timothée 6, 10 :

« 10 Car c’est une racine de toutes sortes de maux que l’amour de l’argent : ce que quelques-uns ayant ambitionné, ils se sont égarés de la foi et se sont transpercés eux-mêmes de beaucoup de douleurs. »

Jacques 5, 1-6 :

« 1 À vous maintenant, riches ! Pleurez en poussant des cris, à cause des misères qui vont venir sur vous. 2 Vos richesses sont pourries et vos vêtements sont rongés par les vers ; 3 votre or et votre argent sont rouillés, et leur rouille sera en témoignage contre vous et dévorera votre chair comme le feu : vous avez amassé un trésor dans les derniers jours. 4 Voici, le salaire des ouvriers qui ont moissonné vos champs et duquel ils ont été frustrés par vous, crie, et les cris de ceux qui ont moissonné sont parvenus aux oreilles du Seigneur Sabaoth. 5 Vous avez vécu dans les délices sur la terre, et vous vous êtes livrés aux voluptés ; vous avez rassasié vos cœurs [comme] en un jour de sacrifice ; 6 vous avez condamné, vous avez mis à mort le juste : il ne vous résiste pas. »

 

LE PLAN DE DIEU pour le salut :

 

La Bible concerne le passé, le présent et le futur : elle rend témoignage de l'existence de Dieu et révèle son plan dans l'histoire pour le salut de l'homme.

Il y a eu les prophètes de l'Ancien Testament, dont Daniel, qui a révélé la prophétie des semaines d'années ; l'Apocalypse en est la suite et l'achèvement.

 

SEMAINES D’ANNEES DE DANIEL, CHAPITRE 9 :

 

Il s'agit d'un décompte chronologique, qui commence au rétablissement de la loi de Moïse sous Esdras (chapitre 7, versets 1 à 10) en 457 avant notre ère. Ce décompte fait au total 70 fois 7 ans (soixante-dix semaines d'années), soit 490 ans en tout. La prophétie précise que l'Oint (Messie) sera retranché (mis à mort) après 69 fois 7 ans, soit après 483 ans.

Soit 457 avant notre ère - 483 ans = 27 de notre ère.

Nous savons que lorsque les Mages arrivèrent à Jérusalem, Jésus était déjà né depuis 2 ans et le roi Hérode I° le Grand (37 – 4 av. notre ère) était toujours vivant. La famille alla se réfugier en Egypte sans doute pendant une année entière jusqu’en 4 av. notre ère, année de la mort du roi ; cela place la naissance de Jésus TROIS ANS avant la mort d’Hérode I° le Grand et c’est ici la certitude que Jésus est bien né en l’an 7 av. notre ère, année où le recensement, ordonné par Auguste en 8 av. notre ère, fut appliqué en Palestine. Il fut par conséquent crucifié en l’an 27 de notre ère, à l’âge de 33 ans (il commença son ministère en 24 de notre ère, à 30 ans, lequel dura 3 ans). Il n’y a pas de contradiction entre les Evangiles de Luc et de Matthieu, mais Luc se rapporte à la naissance réelle de Jésus, tandis que Matthieu raconte ce qui s’est passé 2 années plus tard (le temps que les Mages venus de Perse accomplissent leur voyage, car l’étoile leur était apparue dans leur pays au moment même de la naissance de Jésus). Par ailleurs, la datation de Luc (ch. III, v. 1 – 6) est, soit l’année de la composition de l’Evangile en 29 de notre ère, soit une erreur de transcription des copistes qui auraient peut-être changé « la 5° année du règne de Tibère-César » en « 15° année ». Jean-Baptiste aurait dans ce cas commencé son ministère à l’âge de 25 ans, soit en 19 de notre ère (29 - 10 ans = 19).

 

PREUVE PAR NEUF :

 

Hérode le Grand (37-4 av. notre ère), construisit le Temple la 18° année de son règne, en 20 av. notre ère (donnée historique), et selon Jean ch. 2, v. 20, cela faisait à ce moment précis 46 années passées : c'était donc bien en 27 de notre ère, l'année où Jésus chassait les vendeurs du Temple, juste avant la Pâque et avant sa crucifixion.

Or, 27 de notre ère moins 33 ans (vie de Jésus), donne l'an - 6 (en année astronomique), soit en l'an 7 av. notre ère, année de sa naissance (car il n'y a pas d'an 0 dans la chronologie du calendrier).

Enfin, il est connu que le même jour de la semaine revient à la position de la pleine lune une fois tous les 3 ans et les années possibles pour faire correspondre la pleine lune avec un jeudi sont l'an 27, ou 30, ou 33 de notre ère. Il a fêté la Pâque un jeudi de pleine lune, et il a bien été crucifié le lendemain, le vendredi 8 avril de l'an 27 de midi à 15 heures ! Il ne pouvait pas y avoir d'éclipse, car ce n'était pas la nouvelle lune : les ténèbres manifestées ce jour là ont une origine probablement climatique !

Jésus a été crucifié en 27 de notre ère (car il est né en 7 av. notre ère) ; 2000 ans après l'an 27, nous serons en 2027.

L'apôtre Pierre donne la clé : "un jour est comme 1000 ans et inversement". Il y a 7 jours de la semaine et l'histoire de l'église doit durer 2 jours ou 2000 ans (27 à 2027). Le 7ème jour est le Millénium.

En grec le mot poisson se dit "ichthus". Les initiales du mot grec forment les premières lettres de l'expression "Jésus-Christ, Fils de Dieu, Sauveur". Ainsi c'était le poisson qui symbolisait la foi chrétienne au premier siècle de notre ère.

Il y a aussi une autre raison, celle de la précession des équinoxes : le début de l'histoire de l'église correspond avec l'ère des Poissons, faisant suite à celle du Bélier. Le retour de Jésus inaugurera l'ère du Verseau.

 

CHRONOLOGIE :

Les trois premières ères durent 2000 ans chacune et correspondent à la précession des équinoxes dans le Taureau, le Bélier et les Poissons (sur un zodiaque à 13 signes, qui comprend le “ Sphinx ” en signe supplémentaire placé entre le Lion et la Vierge, soit : 13 fois 2000 ans = 26000 ans, année précessionnelle) ; la quatrième ère, celle du Verseau, commence avec le Millenium :

 

1) Ere du Taureau ou des fils d’Adam : de l’an 3974 à 1974 av. notre ère ;

2) Ere du Bélier ou des fils d’Abraham : de 1974 av. notre ère à 27 de notre ère ;

3) Ere des Poissons ou Ere chrétienne : de 27 de notre ère à 2027 ;

4) Demi ère du Verseau ou Millenium : de 2027 à 3027.

 

C’est au milieu de l’Ere du Verseau que se termine le grand cycle de 7000 ans de l’Histoire de l’Humanité.

Il y aura 6000 ans passés dans les cycles des ères en 2027.

L'Apocalypse doit s'accomplir de 2020 à 2027, car c'est la soixante-dixième semaine d'années de Daniel 9, juste avant le retour de Jésus.

 

LES SEPT MESSAGES AUX SEPT EGLISES D’ASIE MINEURE :

Il s'agit de 7 messages donnés par Jésus ressuscité à 7 églises qui se trouvaient en Asie Mineure, aujourd'hui la Turquie.

Ils représentent 7 états spirituels possibles des églises, à l'époque, mais aussi dans l'histoire.

Les 7 âges de l'histoire de l'église se sont développés conformément à ce message prophétique et dans l'ordre respectif des églises mentionnées : Ephèse (27 à 307) ; Smyrne (307 à 587) ; Pergame (587 à 867) ; Thyatire (867 à 1147) ; Sardes (1147 à 1427) ; Philadelphie (1427 à 1707) et Laodicée (1707 à 1987). Enfin, de 1987 à 2027, nous sommes entrés dans les temps d'apostasie ou abandon de la foi chrétienne dans le monde ; cette période correspond à la dernière génération avant le retour de Jésus.

Ces 7 messages représentent les sept états spirituels de l'église dans l'histoire : ils peuvent être vérifiés en fonction des dates données.

De 2020 à 2027, s'accomplira la soixante-dixième "semaine d'année" de Daniel, chapitre 9, ce qui correspond avec l'accomplissement de l'Apocalypse de Saint-Jean

 

APPARITIONS DE LA VIERGE :

 

Les apparitions de la Vierge, lorsqu'elles sont authentiques, sont accompagnées de signes, de prodiges et de miracles. Nous pouvons citer les plus connues d'entre elles : la Vierge de Guatamala au Mexique ; la Vierge à Lourdes et la Vierge de Fatima au Portugal. Cependant, les apparitions de la Vierge ne sont pas à confondre avec le culte de la Vierge, de tradition humaine.

Se souvenir des apparitions de Moïse et Elie auprès de Jésus pendant sa transfiguration (Luc 9, 28-36) : les apparitions ne sont pas doctrinalement anti-bibliques... Elles ont toujours une raison d'être. Au Mexique pour la conversion des Aztèques ; à Lourdes pour authentifier les guérisons miraculeuses (prouver qu'elles existent) ; à Fatima, pour annoncer l'approche des événements apocalyptiques.

Enfin, il faut parler aussi de l'apparition de la Vierge à Zeitoun en Egypte au-dessus d'une église, visible par tous, photographiée et filmée afin de prouver à tous que les apparitions sont réelles...

 

Luc 9, 28-36 :

« 28 Et il arriva, environ huit jours après ces paroles, qu’il prit avec lui Pierre et Jean et Jacques, et qu’il monta sur une montagne pour prier. 29 Et comme il priait, l’apparence de son visage devint tout autre, et son vêtement devint blanc [et] resplendissant comme un éclair ; 30 et voici, deux hommes, qui étaient Moïse et Élie, parlaient avec lui, 31 lesquels, apparaissant en gloire, parlaient de sa mort qu’il allait accomplir à Jérusalem. 32 Et Pierre et ceux qui étaient avec lui étaient accablés de sommeil ; et quand ils furent réveillés, ils virent sa gloire et les deux hommes qui étaient avec lui. 33 Et il arriva, comme ils se séparaient de lui, que Pierre dit à Jésus : Maître, il est bon que nous soyons ici ; et faisons trois tentes : une pour toi, et une pour Moïse, et une pour Elie, ne sachant ce qu’il disait. 34 Et comme il disait ces choses, une nuée vint et les couvrit; et ils eurent peur comme ils entraient dans la nuée. 35 Et il y eut une voix venant de la nuée, disant : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le. 36 Et la voix s’étant fait entendre, Jésus se trouva seul. Et ils se turent, et ne rapportèrent en ces jours-là à personne rien de ce qu’ils avaient vu. »

 

La parabole des dix vierges :

 

Matthieu 25, 1-13 :
« 1 Alors le royaume des cieux sera fait semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, sortirent à la rencontre de l’époux. 2 Et cinq d’entre elles étaient prudentes, et cinq folles. 3 Celles qui étaient folles, en prenant leurs lampes, ne prirent pas d’huile avec elles ; 4 mais les prudentes prirent de l’huile dans leurs vaisseaux avec leurs lampes. 5 Or, comme l’époux tardait, elles s’assoupirent toutes et s’endormirent. 6 Mais au milieu de la nuit il se fit un cri : Voici l’époux ; sortez à sa rencontre. 7 Alors toutes ces vierges se levèrent et apprêtèrent leurs lampes. 8 Et les folles dirent aux prudentes : Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s’éteignent. 9 Mais les prudentes répondirent, disant : [Non], de peur qu’il n’y en ait pas assez pour nous et pour vous ; allez plutôt vers ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous mêmes. 10 Or, comme elles s’en allaient pour en acheter, l’époux vint ; et celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui aux noces ; et la porte fut fermée. 11 Ensuite viennent aussi les autres vierges, disant : Seigneur, Seigneur, ouvre-nous ! 12 Mais lui, répondant, dit : En vérité, je vous dis : je ne vous connais pas. 13 Veillez donc ; car vous ne savez ni le jour ni l’heure. »
Interprétation de la parabole :
L'huile dans les lampes, c'est la Parole de Dieu ou la Bible. Les lampes représentent l'enseignement des églises, mais il faut voir ce qu'il contient ; si cet enseignement est vide de la Parole de Dieu, les lampes n'ont pas d'huile ; c'est ce qui se passe dans les églises fondées sur des traditions humaines qui ont remplacé l'étude de la Bible par des cérémonies religieuses de telle sorte que la "religiosité" a remplacé la "spiritualité" ; ce sont les vierges ou églises "folles"...
Mais les églises sages n'ont pas abandonné l'enseignement de la Bible et fondent leur foi, non sur des traditions humaines, mais sur la Parole vivante de Dieu, laquelle est l'huile qui donne la lumière ; car la lecture de la Bible permet de recevoir la Parole de Dieu et Sa lumière de nature spirituelle ; ce sont les vierges ou églises sages... L'annonce du retour de Jésus est faite, à l'avance, pour prévenir les églises et demander aux chrétiens de se préparer.
Les églises qui enseignent la Bible connaissent les Saintes Ecritures et les chrétiens se mettent à prier en ayant une réelle communion avec Dieu grâce à l'Esprit de Dieu, lequel ne peut être reçu que par la foi en la Parole de Dieu elle-même ; ces églises sont dans la lumière de la Parole de Dieu (la Bible), elles sont spirituelles et de ce fait, prêtes pour le retour de Jésus. Mais les églises qui ne fondent pas leur foi sur les textes de la Bible n'ont pas reçu l'Esprit de Dieu et de ce fait elles restent sans lumière à cause de l'absence d'huile (la Parole de Dieu) dans leur enseignement ; pour acheter des Bibles et les étudier il est désormais trop tard pour elles ; elles ratent le rendez-vous et ne prennent pas part à l'enlèvement des chrétiens. Elles sont condamnées.

 

L’APOCALYPSE :

 

L'Apocalypse concerne les événements à venir pendant les sept années avant le retour de Jésus.
Les sept sceaux : période de trois ans et demi pendant laquelle se produira la chute du diable sur la Terre avec ses anges déchus (voir chapitre 12). Voir phénomène ovni.
Les sept trompettes : seconde période de trois ans et demi pendant laquelle l'antéchrist sera placé au pouvoir dans le monde par le diable et les anges déchus ; il sera accompagné du faux prophète dont la religion reniera la divinité de Jésus et le salut par son sacrifice (voir chapitre 13).
Les sept coupes : période de sept mois placée à l'intérieur de la septième trompette ; à la septième coupe, Rome sera détruite (Babylone la Grande).
Harmaguédon : période d'environ 45 jours ou dernière guerre mondiale qui sera achevée au moment du retour de Jésus en gloire à Jérusalem.
Enlèvement des chrétiens : à la septième trompette. Le chapitre 17 permet d'identifier l'antéchrist : c'est Alexandre le Grand, le roi qui "ne tombe pas" et qui revient, car il doit être ressuscité par le diable ; c'est ici "la nourriture solide" que les chrétiens "charnels" ne supportent pas... sauf ceux qui recherchent la vérité. Alexandre le Grand fut appelé "Mon Fils" par la pythie de Delphes (porte parole du diable) ; sa vie a été l'antithèse de celle de Jésus ; l'Apocalypse dit que le monde l'adorera et précise : "qui peut combattre contre lui ?" ; que ceux qui ont des oreilles pour entendre entendent, si possible !

 

Nous sommes arrivés dans les temps de la fin, lesquels correspondent à l'apostasie (abandon de la foi chrétienne). Ils ont été annoncés par l'apôtre Paul dans la seconde épître aux Thessaloniciens, ch.2, versets 1 à 12. Ils précèdent l'arrivée de l'Antéchrist. Ce temps est caractérisé par le même phénomène qui se produisait en Palestine au temps de Jésus : les Juifs (Pharisiens et scribes) étaient devenus sourds à la Parole de Dieu. Habitués à l'observation des Traditions, ils y étaient attachés, mais ne croyaient plus à la Parole de Dieu, c'est-à-dire aux écrits prophétiques qui annonçaient la venue de Jésus. Pourtant, le chapitre 9 du livre de Daniel donnait l'année de la crucifixion de Jésus (483 ans ou 69 x 7 ans de l'an 457 av. notre ère à l'an 27 de notre ère). Jésus étant né en l'an 7 av. notre ère, il fut crucifié en l'an 27 de notre ère, l'année même où il chassa les vendeurs du Temple. Le peuple d'Israël s'était endurci et n'entendait plus la voix de Dieu : les chefs religieux exigèrent la crucifixion du Messie d'Israël.
De nos jours, à l'approche du retour de Jésus, ce sont les chrétiens qui se sont endurcis et ne croient plus qu'il doit revenir (cette fois en gloire pour juger le monde et établir le royaume de Dieu sur Terre). Mais la Parole de Dieu s'accomplira comme cela fut le cas avec la première venue de Jésus, le Messie d'Israël. Peu de chrétiens croient de nos jours à l'Apocalypse de Saint Jean et au retour du Sauveur. Pourtant les signes sont là : crise financière, changements climatiques, épidémies, aggravation des injustices dans la société (péché). C'est ce même phénomène d'endurcissement qui frappe les chrétiens comme il frappait les Juifs qui prouve que "Jésus est à la porte". Désormais, les chrétiens authentiques se séparent de "Babylone la Grande", se réunissent entre eux, étudient les Saintes Ecritures, prient et se préparent au retour de Jésus. Ils sont peu nombreux, comme les disciples de Jésus ne furent pas nombreux non plus. Mais Jésus revient.

Dans la première épître aux Corinthiens, chapitre 15, versets 51 et 52, l'apôtre Paul écrit :

"Voici un mystère que je vous révèle : nous ne mourrons pas tous ; mais nous serons transformés, en un instant, en un clin d'œil, au son de la dernière trompette (de l'Apocalypse). La trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous serons transformés."

Cela est confirmé dans la première épître aux Thessaloniciens, chapitre 4, versets 15 à 18.

Dans l'Apocalypse, chapitre 10, verset 7, le mystère dont a parlé l'apôtre Paul s'accomplit :

"...aux jours où le septième ange ferait entendre sa voix et sonnerait de la trompette (dernière trompette), le mystère de Dieu s'accomplirait, comme il l'avait annoncé à ses serviteurs les prophètes."

Il faut lire très attentivement ces passages de la Bible pour comprendre que l'enlèvement des chrétiens aura lieu à la dernière trompette de l'Apocalypse, c'est à dire vers la fin des événements apocalyptiques et non au début. La grande tribulation concernera tous les chrétiens, toujours présents sur Terre pendant les trois premières années du règne de l'Antéchrist et du faux prophète.

Il convient donc de se préparer à la chute du diable sur la Terre (sixième sceau) et à ses conséquences... Il y aura un cataclysme planétaire provoqué par la chute de plusieurs astéroïdes et les chrétiens ne seront toujours pas enlevés... Ceux qui veulent faire croire le contraire ne savent peut-être pas lire leur Bible !

 

Les clés des chapitres 12, 13 et 17 de l'Apocalypse de Saint Jean :

 

L'Apocalypse s'accomplira dans un cycle de sept ans, de 2020 à 2027 (et correspond avec la soixante-dixième semaine d'années du livre de Daniel, chapitre 9, v. 22-27).

- Le chapitre 12 concerne la chute du diable sur Terre, avec les anges déchus (invasion d'ovnis), laquelle doit avoir lieu à l'ouverture du sixième sceau. Elle sera accompagnée de la chute d'astéroïdes sur Terre, provoquant un cataclysme de "fin de monde".

- Le chapitre 13 concerne d'abord la "bête qui monte de la mer", c'est-à-dire "des îles de la mer" ou de l'Europe ; il s'agit de la partie Nord de l'ancien empire Romain, devenue de nos jours l'Union Européenne. Il concerne ensuite la "bête qui monte de la terre", c'est-à-dire "du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord" ; il s'agit de la partie Sud de l'ancien empire Romain, gagnée de nos jours par l'Islam. De là s'est manifesté le "faux prophète". L'Islam sera la religion de l'Antéchrist.

L’enlèvement des chrétiens se fera à la « dernière trompette » (la 7ème) et correspond avec « le mystère de Dieu » ; la Grande Tribulation durera 3 ans (6 premières trompettes).

- Le chapitre 17 concerne à la fois l'Antéchrist et "Babylone la Grande". Babylone la Grande est la ville de Rome, ville placée au milieu des sept collines. Rome sera détruite à la septième coupe, juste avant la Bataille d'Harmaguédon.

L'Antéchrist est issu de l'histoire de la succession des empires dont il est question dans le livre de Daniel : Babylone, Perse, Grèce et Rome. Il faut compter sept têtes : Babylone, première tête ; Perse, deuxième tête ; Grèce, tête qui "ne tombe pas" et non comptée (il s'agit d'Alexandre le Grand) ; trois autres têtes de l'empire issu de la Grèce sont comptées : Syrie, Egypte et Asie Mineure, soit de la troisième à la cinquième tête ; Rome est comptée comme la "sixième tête" ; l'Antéchrist est la septième tête, mais il correspond avec "la tête qui n'est pas tombée" et qui doit revenir : septième et huitième roi en même temps. Il s'agit d'Alexandre le Grand, qui sera ressuscité par le diable, après sa chute sur la Terre. C'est pourquoi il est dit de lui qu'il s'agit de "la bête qui monte de l'Abîme", séjour inférieur des morts. Il fera à peu près la même chose qu'Antiochos IV Epiphane, qui persécuta les Juifs et fit élever une statue de Zeus dans le Temple de Jérusalem (Abomination de la désolation).

Le retour de Jésus est décrit dans le prophète Zacharie, chapitre 14.

 

Les 144 000 Serviteurs de Dieu :

 

Ils seront appelés par Dieu pour le servir pendant le règne de l'antéchrist, qui durera trois ans et demi, de 2023 à 2027, jusqu'au retour de Jésus. Ils recevront sur leur front le sceau de Dieu, afin qu'ils puissent être protégés par Dieu et par les anges au moment où le monde sera frappé des fléaux de l'Apocalypse, à savoir les jugements des sept trompettes. Ces 144 000 serviteurs de Dieu n'existent pas encore et n'ont rien à voir avec les Témoins de Jéhovah. Les chrétiens authentiques seront toujours présents sur Terre, jusqu'à la dernière trompette où ils seront enlevés par les anges, comme le furent Enoch et Elie : ce sera l'accomplissement du "mystère de Dieu". Après leur enlèvement s'accompliront les sept coupes, une par mois. La septième coupe accomplira le jugement prophétique contre Rome, "Babylone la Grande", la ville "aux sept collines". Enfin, il y aura la bataille d'Harmaguédon au cours de laquelle se fera le retour de Jésus, en gloire sur le mont des Oliviers à Jérusalem.

 

ROME, La « Grande Prostituée » (Apocalypse 17, 1-11) :

 

 « 1 Et l’un des sept anges qui avaient les sept coupes, vint et me parla, disant : Viens ici ; je te montrerai la sentence de la grande prostituée qui est assise sur plusieurs* eaux, 2 avec laquelle les rois de la terre ont commis fornication ; et ceux qui habitent sur la terre ont été enivrés du vin de sa fornication. 3 Et il m’emporta en esprit dans un désert : et je vis une femme assise sur une bête écarlate, pleine de noms de blasphème, ayant sept têtes et dix cornes. 4 Et la femme était vêtue de pourpre et d’écarlate, et parée d’or et de pierres précieuses et de perles, ayant dans sa main une coupe d’or pleine d’abominations, et les impuretés de sa fornication*; 5 et [il y avait] sur son front un nom écrit : Mystère, Babylone la grande, la mère des prostituées et des abominations de la terre. 6 Et je vis la femme enivrée du sang des saints, et du sang des témoins de Jésus ; et, en la voyant, je fus saisi d’un grand étonnement. 7 Et l’ange me dit : Pourquoi es-tu étonné ? Je te dirai, moi, le mystère de la femme et de la bête qui la porte, qui a les sept têtes et les dix cornes.
 - v. 1 : litt.: les nombreuses ; plusieurs omettent : les. - v. 4 : quelques-uns : de la fornication de la terre.
8 La bête que tu as vue était, et n’est pas, et va monter de l’abîme et aller à la perdition ; et ceux qui habitent sur la terre, dont les noms ne sont pas écrits dès la fondation du monde au livre de vie, s’étonneront, en voyant la bête, - qu’elle était, et qu’elle n’est pas, et qu’elle sera présente*.  - v. 8 : c. à d. et reparaîtra.
9 Ici est l’entendement, qui a de la sagesse : Les sept têtes sont sept montagnes où la femme est assise ; 10 ce sont aussi* sept rois : cinq sont tombés ; l’un est ; l’autre n’est pas encore venu, et, quand il sera venu, il faut qu’il demeure un peu de temps. 11 Et la bête qui était et qui n’est pas, est, elle aussi, un huitième, et elle est d’entre les sept, et elle s’en va à la perdition. »

Les preuves de l’identification de la Grande Babylone sont dans le texte du livre de l’Apocalypse lui-même :
APOCALYPSE 16, 17-21 :
« 17 Et LE SEPTIEME VERSA SA COUPE DANS L’AIR ; et il sortit du temple du ciel* une grande voix procédant du trône, disant : C’est fait ! 18 Et il y eut des éclairs, et des voix, et des tonnerres ; et il y eut un grand tremblement de terre, un tremblement de terre tel, si grand, qu’il n’y en a jamais eu de semblable depuis que les hommes sont sur la terre. 19 Et la grande ville fut divisée* en trois parties ; et les villes des nations tombèrent; et LA GRANDE BABYLONE VINT EN MEMOIRE DEVANT DIEU, pour lui** donner la coupe du vin de la fureur de sa colère. 20 Et toute île s’enfuit, et les montagnes ne furent pas trouvées ; 21 et une grande grêle, du poids d’un talent, descend du ciel sur les hommes ; et les hommes blasphémèrent Dieu à cause de la plaie de la grêle ; car la plaie en est fort grande.
- v. 17 : plusieurs omettent : du ciel. - v. 19* : litt.: devint. - v. 19** : c. à d. à elle. »
APOCALYPSE 17, VERSET 9 :
« 9 Ici est l’entendement, qui a de la sagesse : LES SEPT TETES SONT SEPT MONTAGNES OU LA FEMME EST ASSISE. »
APOCALYPSE 17, VERSET 18 :
« 18 Et la FEMME que tu as vue est LA GRANDE VILLE qui a la royauté sur les rois de la terre. »
APOCALYPSE 18, 4-5 :
« 4 Et j’ouïs une autre voix venant du ciel, disant : Sortez* du milieu d’elle, mon peuple, afin que vous ne participiez pas à ses péchés et que vous ne receviez pas de ses plaies : 5 car ses péchés se sont amoncelés* jusqu’au ciel, et Dieu s’est souvenu de ses iniquités. »
APOCALYPSE 18, VERSET 24 :
« 24 Et en elle a été trouvé le sang des prophètes, et des saints, et de tous ceux qui ont été immolés sur la terre. »

 

Apocalypse, chapitre 12 :

 

« 1 Et un grand signe apparut dans le ciel : une femme revêtue du soleil, et la lune sous ses pieds, et sur sa tête une couronne de douze étoiles. 2 Et étant enceinte, elle crie étant en mal d’enfant et en grand tourment pour enfanter. 3 Et il apparut un autre signe dans le ciel : et voici, un grand dragon roux, ayant sept têtes et dix cornes, et sur ses têtes sept diadèmes ; 4 et sa queue entraîne le tiers des étoiles du ciel, et elle les jeta sur la terre. Et le dragon se tenait devant la femme qui allait enfanter, afin que, lorsqu’elle aurait enfanté, il dévorât son enfant. 5 Et elle enfanta un fils mâle qui doit paître toutes les nations avec une verge de fer; et son enfant fut enlevé vers Dieu et vers son trône. 6 Et la femme s’enfuit dans le désert, où elle a un lieu préparé par Dieu, afin qu’on la nourrisse là mille deux cent soixante jours. 7 Et il y eut un combat dans le ciel : Michel et ses anges combattaient contre le dragon. 8 Et le dragon combattait, et ses anges ; et il ne fut pas le plus fort, et leur place ne fut plus trouvée dans le ciel. 9 Et le grand dragon fut précipité, le serpent ancien, celui qui est appelé diable et Satan, celui qui séduit la terre habitée tout entière, - il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui. 10 Et j’ouïs une grande voix dans le ciel, disant : Maintenant est venu le salut et la puissance et le royaume de notre Dieu et le pouvoir de son Christ, car l’accusateur de nos frères, qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit, a été précipité ; 11 et eux l’ont vaincu à cause du sang de l’Agneau et à cause de la parole de leur témoignage ; et ils n’ont pas aimé leur vie, [même] jusqu’à la mort. 12 C’est pourquoi réjouissez-vous, cieux et vous qui y habitez. Malheur à la terre et à la mer, car le diable est descendu vers vous, étant en grande fureur, sachant qu’il a peu de temps. 13 Et quand le dragon vit qu’il avait été précipité sur la terre, il persécuta la femme qui avait enfanté le [fils] mâle. 14 Et les deux ailes du grand aigle furent données à la femme, afin qu’elle s’envolât dans le désert, en son lieu, où elle est nourrie un temps, et des temps, et la moitié d’un temps, loin de la face du serpent. 15 Et le serpent lança de sa bouche de l’eau, comme un fleuve, après la femme, afin de la faire emporter par le fleuve ; 16 et la terre vint en aide à la femme, et la terre ouvrit sa bouche et engloutit le fleuve que le dragon avait lancé de sa bouche. 17 Et le dragon fut irrité contre la femme, et s’en alla faire la guerre contre le résidu de la semence de la femme, ceux qui gardent les commandements de Dieu et qui ont le témoignage de Jésus.


La trinité satanique :

 

a) Apocalypse 16, 12-14 :

12 Et le sixième versa sa coupe sur le grand fleuve Euphrate ; et son eau tarit, afin que la voie des rois qui viennent de l’orient fût préparée. 13 Et je vis sortir de la bouche du dragon, et de la bouche de la bête, et de la bouche du faux prophète, trois esprits immondes, comme des grenouilles ; 14 car ce sont des esprits de démons faisant des miracles, qui s’en vont vers les rois de la terre habitée tout entière, pour les assembler pour le combat de ce grand jour de Dieu le Tout-puissant.

b) Apocalypse 19, 19-21 :

19 Et je vis la bête, et les rois de la terre, et leurs armées assemblées pour livrer combat à celui qui était assis sur le cheval et à son armée. 20 Et la bête fut prise, et le faux prophète qui était avec elle, qui avait fait devant elle les miracles par lesquels il avait séduit ceux qui recevaient la marque de la bête, et ceux qui rendaient hommage à son image. Ils furent tous deux jetés vifs dans l’étang de feu embrasé par le soufre ; 21 et le reste fut tué par l’épée de celui qui était assis sur le cheval, laquelle sortait de sa bouche, et tous les oiseaux furent rassasiés de leur chair.

c) Apocalypse 20, 1-3 :

1 Et je vis un ange descendant du ciel, ayant la clef de l’abîme et une grande chaîne dans sa main. 2 Et il saisit le dragon, le serpent ancien qui est le diable et Satan, et le lia pour mille ans ; 3 et il le jeta dans l’abîme, et l’enferma ; et il mit un sceau sur lui, afin qu’il ne séduisît plus les nations, jusqu’à ce que les mille ans fussent accomplis; après cela, il faut qu’il soit délié pour un peu de temps.

 

Faux prophète :

Le "faux prophète" sera ressuscité... Sa doctrine est celle de l'antéchrist qui nie la divinité de Jésus, comme dans le Coran (voir première épître de Jean). Il y aura une "trinité" : le dragon, la bête et le faux prophète. Le faux prophète vient du Moyen-Orient... L'antéchrist de l'Europe. Le Dragon sera précipité du ciel avec les anges déchus (sixième sceau de l'Apocalypse). Le faux prophète, à la tête de la religion qui nie la divinité de Jésus, imposera la marque de la bête (antéchrist), c'est-à-dire le nombre en valeur numérique des lettres qui forment le nom de l'antéchrist (666). Pendant le règne de l'antéchrist, les hommes seront obligés de prendre cette marque pour avoir le droit de vendre ou d'acheter. Il y aura probablement un implant informatique, avec le nom de l'antéchrist. Cela peut être comparé à des pièces de monnaie, celles qui représentaient l'image de l'empereur de Rome par exemple : la marque de la bête (antéchrist) représentera le "roi du monde", l'antéchrist lui-même, placé au pouvoir par le diable lui-même.

 

La réponse est dans la parabole de l'ivraie :
Matthieu 13, 24-30 :
"13.24 Il leur proposa une autre parabole, et il dit: Le royaume des cieux est semblable à un homme qui a semé une bonne semence dans son champ.
13.25 Mais, pendant que les gens dormaient, son ennemi vint, sema de l'ivraie parmi le blé, et s'en alla.
13.26 Lorsque l'herbe eut poussé et donné du fruit, l'ivraie parut aussi.
13.27 Les serviteurs du maître de la maison vinrent lui dire: Seigneur, n'as-tu pas semé une bonne semence dans ton champ? D'où vient donc qu'il y a de l'ivraie?
13.28 Il leur répondit: C'est un ennemi qui a fait cela. Et les serviteurs lui dirent: Veux-tu que nous allions l'arracher?
13.29 Non, dit-il, de peur qu'en arrachant l'ivraie, vous ne déraciniez en même temps le blé.
13.30 Laissez croître ensemble l'un et l'autre jusqu'à la moisson, et, à l'époque de la moisson, je dirai aux moissonneurs: Arrachez d'abord l'ivraie, et liez-la en gerbes pour la brûler, mais amassez le blé dans mon grenier."

 

Au sujet des enlèvements des prophètes et de Jésus :

 

Enlèvement d’Enoch :

Genèse 5, 21-24 :

« 21 Et Hénoch vécut soixante-cinq ans, et engendra Methushélah. 22 Et Hénoch après qu’il eut engendré Methushélah, marcha avec Dieu trois cents ans ; et il engendra des fils et des filles. 23 Et tous les jours de Hénoch furent trois cent soixante-cinq ans. 24 Et Hénoch marcha avec Dieu ; et il ne fut plus, car Dieu le prit. »

Livre d’Enoch, chapitre 12 :

« 1. Avant l’accomplissement de toutes ces choses, Enoch fut enlevé de la terre (à l’âge de 365 ans, soit en 3087 av. notre ère, c’est-à-dire 87 ans après l’arrivée des Vigilants qui se fit en 3174 av. notre ère, ou 669 ans avant le Déluge qui eut lieu en 2418 av. notre ère) ; et personne ne sut où il avait été enlevé, ni ce qu’il était devenu. 2. Tous ses jours, il les passa avec les saints, et avec les vigilants.

3. Moi, Enoch, je bénissais le grand Seigneur, le roi de la paix. 4. Et voici : les vigilants me nommèrent Enoch le scribe. 5. Et le Seigneur me dit : Enoch, scribe de justice, va dire aux vigilants du ciel, qui ont abandonné les hauteurs sublimes des cieux et leurs éternelles demeures, qui se sont souillés avec les femmes, 6. Et qui ont pratiqué les œuvres des hommes, en prenant des femmes à leur exemple, qui se sont enfin corrompus sur la terre. 7. Dis-leur que sur la terre, ils n’obtiendront jamais de paix, ni rémission de leurs péchés. Jamais ils ne se réjouiront dans leurs rejetons ; ils verront leurs bien-aimés exterminés ; ils pleureront leurs fils exterminés ; ils me prieront pour eux, mais jamais ils n’obtiendront paix ou miséricorde. »

Enlèvement d’Elie :

2 Rois 2, 11-12 :

« 11 Et il arriva, comme ils allaient marchant et parlant, que voici un char de feu et des chevaux de feu ; et ils les séparèrent l’un de l’autre ; et Élie monta aux cieux dans un tourbillon. 12 Et Élisée le vit, et s’écria : Mon père ! mon père ! Char d’Israël et sa cavalerie ! Et il ne le vit plus. »

Enlèvement de Jésus :

Actes 1, 9-11 :

« 9 Et ayant dit ces choses, il fut élevé [de la terre], comme ils regardaient, et une nuée le reçut [et l'emporta] de devant leurs yeux. 10 Et comme ils regardaient fixement vers le ciel, tandis qu'il s'en allait, voici, deux hommes en vêtements blancs, se tinrent là à côté d'eux, 11 qui aussi dirent : Hommes galiléens, Pourquoi vous tenez-vous ici, regardant vers le ciel ? Ce Jésus, qui a été élevé d'avec vous dans le ciel, viendra de la même manière que vous l'avez vu s'en allant au ciel. »

Conclusion :

Les enlèvements se font grâce à ce qui correspondrait de nos jours au phénomène OVNI, mais c’est une vérité qui dérange et c’est pourquoi elle est tenue cachée.

 

Zacharie, chapitre 14 :

 

« 1 Voici, un jour vient pour l’Éternel, et tes dépouilles seront partagées au milieu de toi. 2 Et j’assemblerai toutes les nations contre Jérusalem, pour le combat ; et la ville sera prise, et les maisons seront pillées, et les femmes violées, et la moitié de la ville s’en ira en captivité ; et le reste du peuple ne sera pas retranché de la ville. 3 Et l’Éternel sortira et combattra contre ces nations comme au jour où il a combattu au jour de la bataille. 4 Et ses pieds se tiendront, en ce jour-là, sur la montagne des Oliviers, qui est en face de Jérusalem, vers l’orient ; et la montagne des Oliviers se fendra par le milieu, vers le levant, et vers l’occident, - une fort grande vallée, et la moitié de la montagne se retirera vers le nord, et la moitié vers le midi. 5 Et vous fuirez dans la vallée de mes montagnes ; car la vallée des montagnes s’étendra jusqu’à Atsal ; et vous fuirez comme vous avez fui devant le tremblement de terre, aux jours d’Ozias, roi de Juda. - Et l’Éternel, mon Dieu, viendra, [et] tous les saints avec toi. 6 Et il arrivera, en ce jour-là, qu’il n’y aura pas de lumière, les luminaires seront obscurcis; 7 mais ce sera un jour connu de l’Éternel, - pas jour et pas nuit ; et au temps du soir il y a aura de la lumière.
8 Et il arrivera, en ce jour-là, que des eaux vives sortiront de Jérusalem, la moitié vers la mer orientale, et la moitié vers la mer d’occident; cela aura lieu été et hiver. 9 Et l’Éternel sera roi sur toute la terre. En ce jour-là, il y aura un Éternel, et son nom sera un. 10 Tout le pays, de Guéba à Rimmon [qui est] au midi de Jérusalem, sera changé [pour être] comme l’Araba, et [Jérusalem] sera élevée et demeurera en son lieu, depuis la porte de Benjamin jusqu’à l’endroit de la première porte, jusqu’à la porte du coin, et depuis la tour de Hananeël jusqu’aux pressoirs du roi.
11 Et on y habitera, et il n’y aura plus d’anathème ; et Jérusalem habitera en sécurité.
12 Et c’est ici la plaie dont l’Éternel frappera tous les peuples qui auront fait la guerre contre Jérusalem : leur chair se fondra tandis qu’ils seront debout sur leurs pieds, et leurs yeux se fondront dans leurs orbites, et leur langue se fondra dans leur bouche. 13 Et il arrivera, en ce jour-là, qu’il y aura, de par l’Éternel, un grand trouble parmi eux, et ils saisiront la main l’un de l’autre, et lèveront la main l’un contre l’autre. 14 Et Juda aussi combattra à Jérusalem ; et les richesses de toutes les nations d’alentour seront rassemblées, or et argent et vêtements en grande quantité. 15 Et ainsi sera la plaie du cheval, du mulet, du chameau et de l’âne, et de toute bête qui sera dans ces camps : [elle sera] selon cette plaie-là.
16 Et il arrivera que tous ceux qui resteront de toutes les nations qui seront venues contre Jérusalem, monteront d’année en année pour se prosterner devant le roi, l’Éternel des armées, et pour célébrer la fête des tabernacles. 17 Et il arrivera que, celle des familles de la terre qui ne montera pas à Jérusalem pour se prosterner devant le roi, l’Éternel des armées,.... sur celle-là, il n’y aura pas de pluie ; 18 et si la famille d’Égypte ne monte pas et ne vient pas, il n’y en aura pas sur elle : ce sera la plaie dont l’Éternel frappera les nations qui ne monteront pas pour célébrer la fête des tabernacles. 19 Ceci sera la peine du péché de l’Égypte et la peine du péché de toutes les nations qui ne monteront pas pour célébrer la fête des tabernacles. 20 En ce jour-là, il y aura sur les clochettes des chevaux : Sainteté à l’Éternel ; et les chaudières dans la maison de l’Éternel seront comme les bassins devant l’autel. 21 Et toute chaudière dans Jérusalem et en Juda sera une chose sainte, [consacrée] à l’Éternel des armées ; et tous ceux qui offriront des sacrifices viendront et en prendront, et y cuiront. Et il n’y aura plus de Cananéen dans la maison de l’Éternel des armées, en ce jour-là. »

 

Nouvelle Jérusalem :

 

Apocalypse 21, 9-27 et 22, 1-5 :

« 9 Et l’un des sept anges qui avaient eu les sept coupes pleines des sept dernières plaies, vint et me parla, disant : Viens ici, je te montrerai l’épouse, la femme de l’Agneau. 10 Et il m’emporta en esprit sur une grande et haute montagne, et il me montra la sainte cité, Jérusalem, descendant du ciel d’auprès de Dieu, ayant la gloire de Dieu. 11 Son luminaire était semblable à une pierre très précieuse, comme à une pierre de jaspe cristallin. 12 Elle avait une grande et haute muraille ; elle avait douze portes, et aux portes douze anges, et des noms écrits sur [elles], qui sont ceux des douze tribus des fils d’Israël : 13 à l’orient, trois portes ; et au nord, trois portes ; et au midi, trois portes ; et à l’occident, trois portes. 14 Et la muraille de la cité avait douze fondements, et sur eux les douze noms des douze apôtres de l’Agneau.
15 Et celui qui me parlait avait pour mesure un roseau d’or, pour mesurer la cité et ses portes et sa muraille. 16 Et la cité est bâtie en carré, et sa longueur est aussi grande que sa largeur. Et il mesura la cité avec le roseau, jusqu’à douze mille stades : sa longueur et sa largeur, et sa hauteur étaient égales.
17 Et il mesura sa muraille, cent quarante-quatre coudées, mesure d’homme, c’est-à-dire d’ange (- v. 16, 17 : environ 2000 km et 70 m).
18 Et sa muraille était bâtie de jaspe ; et la cité était d’or pur, semblable à du verre pur. 19 Les fondements de la muraille de la cité étaient ornés de toute pierre précieuse : le premier fondement était de jaspe, le second de saphir, le troisième de calcédoine, le quatrième d’émeraude, 20 le cinquième de sardonix, le sixième de sardius, le septième de chrysolithe, le huitième de béril, le neuvième de topaze, le dixième de chrysoprase, le onzième d’hyacinthe, le douzième d’améthyste. 21 Et les douze portes étaient douze perles ; chacune des portes était d’une seule perle ; et la rue de la cité était d’or pur, comme du verre transparent. 22 Et je ne vis pas de temple en elle ; car le Seigneur, Dieu, le Tout-puissant, et l’Agneau, en sont le temple. 23 Et la cité n’a pas besoin du soleil ni de la lune, pour l’éclairer ; car la gloire de Dieu l’a illuminée, et l’Agneau est sa lampe.
24 Et les nations marcheront par sa lumière ; et les rois de la terre lui apporteront leur gloire. 25 Et ses portes ne seront point fermées de jour : car il n’y aura pas de nuit là.
26 Et on lui apportera la gloire et l’honneur des nations. 27 Et il n’y entrera aucune chose souillée, ni ce qui fait une abomination et un mensonge : mais seulement ceux qui sont écrits dans le livre de vie de l’Agneau.
1 Et il me montra un fleuve d’eau vive, éclatant comme du cristal, sortant du trône de Dieu et de l’Agneau. 2 Au milieu de sa rue, et du fleuve, de çà et de là, était l’arbre de vie, portant douze fruits, rendant son fruit chaque mois ; et les feuilles de l’arbre sont pour la guérison des nations. 3 Et il n’y aura plus de malédiction ; et le trône de Dieu et de l’Agneau sera en elle ; et ses esclaves le serviront, 4 et ils verront sa face, et son nom sera sur leurs fronts. 5 Et il n’y aura plus de nuit, ni besoin d’une lampe et de la lumière du soleil ; car le Seigneur Dieu fera briller [sa] lumière sur eux ; et ils régneront aux siècles des siècles. »

 

AU SUJET DE L’ENLEVEMENT DE L’EGLISE :

 

Veuillez prêter attention aux quelques remarques suivantes, lesquelles peuvent vous permettre de mieux comprendre la Révélation de Saint Jean (livre de l’Apocalypse).

 

Première épître aux Théssaloniciens :

« 1 Théssaloniciens 4, 15 Voici en effet ce que nous avons à vous dire, sur la parole du Seigneur. Nous, les vivants, nous qui serons encore là pour l'Avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui seront endormis. 1 Théssaloniciens 4, 16 Car lui-même, le Seigneur, au signal donné par la voix de l'archange et la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts qui sont dans le Christ ressusciteront en premier lieu; 1 Théssaloniciens 4, 17 après quoi nous, les vivants, nous qui serons encore là, nous serons réunis à eux et emportés sur des nuées pour rencontrer le Seigneur dans les airs. Ainsi nous serons avec le Seigneur toujours. 1 Théssaloniciens 4, 18 Réconfortez-vous donc les uns les autres de ces pensées. 1 Théssaloniciens 5, 1 Quant aux temps et moments, vous n'avez pas besoin, frères, qu'on vous en écrive. 1 Théssaloniciens 5, 2 Vous savez vous-mêmes parfaitement que le Jour du Seigneur arrive comme un voleur en pleine nuit. 1 Théssaloniciens 5, 3 Quand les hommes se diront: Paix et sécurité! C’est alors que tout d'un coup fondra sur eux la perdition, comme les douleurs sur la femme enceinte, et ils ne pourront y échapper. 1 Théssaloniciens 5, 4 Mais vous, frères, vous n'êtes pas dans les ténèbres, de telle sorte que ce Jour vous surprenne comme un voleur: 1 Théssaloniciens 5, 5 tous vous êtes des fils de la lumière, des fils du jour. Nous ne sommes pas de la nuit, des ténèbres. »

Observations :

Il est précisé que le Seigneur descendra du ciel à la voix d’un archange au moment de la trompette de Dieu. Paul insiste pour dire que c’est le monde qui sera surpris, mais pas les chrétiens authentiques, qui ne sont pas des ténèbres et de la nuit.

Première épître aux Corinthiens :

« 1 Corinthiens 15, 51 Oui, je vais vous dire un mystère: nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons transformés. 1 Corinthiens 15, 52 En un instant, en un clin d'oeil, au son de la trompette finale, car elle sonnera, la trompette, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons transformés. 1 Corinthiens 15, 53 Il faut, en effet, que cet être corruptible revête l'incorruptibilité, que cet être mortel revête l'immortalité. »

Observations :

Ici, il est précisé « au son de la trompette finale » ; dans l’Apocalypse de Saint Jean, c’est la septième (il n’y en aura pas d’autre après).

Evangile de Matthieu :

« Matthieu 24, 14 "Cette Bonne Nouvelle du Royaume sera proclamée dans le monde entier, en témoignage à la face de toutes les nations. Et alors viendra la fin. Matthieu 24, 15 "Lors donc que vous verrez l'abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, installée dans le saint lieu (que le lecteur comprenne!) Matthieu 24, 16 alors que ceux qui seront en Judée s'enfuient dans les montagnes, Matthieu 24, 17 que celui qui sera sur la terrasse ne descende pas dans sa maison pour prendre ses affaires, Matthieu 24, 18 et que celui qui sera aux champs ne retourne pas en arrière pour prendre son manteau! Matthieu 24, 19 Malheur à celles qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours-là! Matthieu 24, 20 Priez pour que votre fuite ne tombe pas en hiver, ni un sabbat. Matthieu 24, 21 Car il y aura alors une grande tribulation, telle qu'il n'y en a pas eu depuis le commencement du monde jusqu'à ce jour, et qu'il n'y en aura jamais plus. Matthieu 24, 22 Et si ces jours-là n'avaient été abrégés, nul n'aurait eu la vie sauve; mais à cause des élus, ils seront abrégés, ces jours-là. Matthieu 24, 23 "Alors si quelqu'un vous dit: Voici: le Christ est ici! Ou bien: Il est là! N’en croyez rien. Matthieu 24, 24 Il surgira, en effet, des faux Christs et des faux prophètes, qui produiront de grands signes et des prodiges, au point d'abuser, s'il était possible, même les élus. Matthieu 24, 25 Voici que je vous ai prévenus. Matthieu 24, 26 "Si donc on vous dit: Le voici au désert, n'y allez pas; Le voici dans les retraites, n'en croyez rien. Matthieu 24, 27 Comme l'éclair, en effet, part du levant et brille jusqu'au couchant, ainsi en sera-t-il de l'avènement du Fils de l'homme. Matthieu 24, 28 Où que soit le cadavre, là se rassembleront les vautours. Matthieu 24, 29 "Aussitôt après la tribulation de ces jours-là, le soleil s'obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées. Matthieu 24, 30 Et alors apparaîtra dans le ciel le signe du Fils de l'homme; et alors toutes les races de la terre se frapperont la poitrine; et l'on verra le Fils de l'homme venant sur les nuées du ciel avec puissance et grande gloire. Matthieu 24, 31 Et il enverra ses anges avec une trompette sonore, pour rassembler ses élus des quatre vents, des extrémités des cieux à leurs extrémités. Matthieu 24, 32 "Du figuier apprenez cette parabole. Dès que sa ramure devient flexible et que ses feuilles poussent, vous comprenez que l'été est proche. Matthieu 24, 33 Ainsi vous, lorsque vous verrez tout cela, comprenez qu'Il est proche, aux portes. Matthieu 24, 34 En vérité je vous le dis, cette génération ne passera pas que tout cela ne soit arrivé. Matthieu 24, 35 Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point. Matthieu 24, 36 Quant à la date de ce jour, et à l'heure, personne ne les connaît, ni les anges des cieux, ni le Fils, personne que le Père, seul. Matthieu 24, 37 "Comme les jours de Noé, ainsi sera l'avènement du Fils de l'homme. Matthieu 24, 38 En ces jours qui précédèrent le déluge, on mangeait et on buvait, on prenait femme et mari, jusqu'au jour où Noé entra dans l'arche, Matthieu 24, 39 et les gens ne se doutèrent de rien jusqu'à l'arrivée du déluge, qui les emporta tous. Tel sera aussi l'avènement du Fils de l'homme. Matthieu 24, 40 Alors deux hommes seront aux champs: l'un est pris, l'autre laissé; Matthieu 24, 41 deux femmes en train de moudre: l'une est prise, l'autre laissée. Matthieu 24, 42 "Veillez donc, parce que vous ne savez pas quel jour va venir votre Maître. Matthieu 24, 43 Comprenez-le bien: si le maître de maison avait su à quelle heure de la nuit le voleur devait venir, il aurait veillé et n'aurait pas permis qu'on perçât le mur de sa demeure. Matthieu 24, 44 Ainsi donc, vous aussi, tenez-vous prêts, car c'est à l'heure que vous ne pensez pas que le Fils de l'homme va venir. »

 

Observations :

Jésus précise : « lors donc que vous verrez l’abomination de la désolation dont a parlé le prophète Daniel installée dans le lieu saint » signifie que les chrétiens seront encore présents sur Terre au moment de la manifestation de l’Antéchrist, et même quant il établira son culte abominable à Jérusalem. Il y a actuellement une mosquée (qui est aussi un Temple) sur l’emplacement de l’ancien Temple de Salomon. C’est cette mosquée qui sera utilisée par l’Antéchrist (il n’y aura pas de reconstruction du Temple avant le retour de Jésus). La Grande Tribulation concerne les persécutions contre les chrétiens toujours présents sur Terre (au moment où l’Antéchrist sera au pouvoir). « Et si ces jours-là n'avaient été abrégés, nul n'aurait eu la vie sauve; mais à cause des élus, ils seront abrégés, ces jours-là » : les élus seront toujours présents sur Terre. Cela signifie qu’il s’agit des temps abrégés par l’enlèvement de l’Eglise. Il est parlé de « faux christ » et « faux prophètes » ; l’Antéchrist prétendra être le Christ ! Il sera accompagné du Faux prophète, lequel fera des prodiges. L’enlèvement de l’Eglise est placée après « la chute des étoiles avec l’ébranlement de la puissance des cieux » (sixième sceau de l’Apocalypse) et non avant (versets 29 et 30). Il est aussi fait mention de la trompette de Dieu pour l’enlèvement de l’Eglise. C’est la génération qui verra ces choses qui « ne passera pas », et non celle des premiers disciples de Jésus. La « date et le jour » concerne la question que se posera la génération qui verra ces choses : les élus en Christ sauront que l’Antéchrist ne régnera que trois ans et demi, mais pas le monde qui ne connaît pas (ne lit pas) la Bible. L’année sera connue par les chrétiens persécutés par l’Antéchrist, mais pas « le jour et l’heure » du retour de Jésus…

La destruction du monde se fit après l’entrée de Noé dans l’Arche, et celle du monde d’aujourd’hui se fera après l’enlèvement de l’Eglise : il s’agit de la Bataille d’Harmaguédon qui aura lieu pendant les sept coupes (sept mois plus « le Jour de l’Eternel »).

 

Evangile de Luc :

« Luc 17, 22 Il dit encore aux disciples: "Viendront des jours où vous désirerez voir un seul des jours du Fils de l'homme, et vous ne le verrez pas. Luc 17, 23 On vous dira: Le voilà! Le voici! N'y allez pas, n'y courez pas. Luc 17, 24 Comme l'éclair en effet, jaillissant d'un point du ciel, resplendit jusqu'à l'autre, ainsi en sera-t-il du Fils de l'homme lors de son Jour. Luc 17, 25 Mais il faut d'abord qu'il souffre beaucoup et qu'il soit rejeté par cette génération. Luc 17, 26 "Et comme il advint aux jours de Noé, ainsi en sera-t-il encore aux jours du Fils de l'homme. Luc 17, 27 On mangeait, on buvait, on prenait femme ou mari, jusqu'au jour où Noé entra dans l'arche; et vint le déluge, qui les fit tous périr. Luc 17, 28 De même, comme il advint aux jours de Lot: on mangeait, on buvait, on achetait, on vendait, on plantait, on bâtissait; Luc 17, 29 mais le jour où Lot sortit de Sodome, Dieu fit pleuvoir du ciel du feu et du soufre, et il les fit tous périr. Luc 17, 30 De même en sera-t-il, le Jour où le Fils de l'homme doit se révéler. Luc 17, 31 "En ce Jour-là, que celui qui sera sur la terrasse et aura ses affaires dans la maison, ne descende pas les prendre et, pareillement, que celui qui sera aux champs ne retourne pas en arrière. Luc 17, 32 Rappelez-vous la femme de Lot. Luc 17, 33 Qui cherchera à épargner sa vie la perdra, et qui la perdra la sauvegardera. Luc 17, 34 Je vous le dis: en cette nuit-là, deux seront sur un même lit: l'un sera pris et l'autre laissé; Luc 17, 35 deux femmes seront à moudre ensemble: l'une sera prise et l'autre laissée. Luc 17, 37 Prenant alors la parole, ils lui disent: "Où, Seigneur?" Il leur dit: "Où sera le corps, là aussi les vautours se rassembleront." »

Observations :

Ici la comparaison est faite avec ce qui arriva à Sodome et Gomorrhe à l’époque d’Abraham : c’est après la fuite, comparée à l’enlèvement de l’Eglise, de Lot et sa famille, que ces villes furent détruites. De même la Bataille d’Armaguédon aura lieu juste après l’enlèvement de l’Eglise. Ceux qui seront restés sur Terre n’échapperont pas, tout comme fut frappée la femme de Lot…

Deuxième épître aux Théssaloniciens :

« 2 Théssaloniciens 2, 1 Nous vous le demandons, frères, à propos de la Venue de notre Seigneur Jésus Christ et de notre rassemblement auprès de lui, 2 Théssaloniciens 2, 2 ne vous laissez pas trop vite mettre hors de sens ni alarmer par des manifestations de l'Esprit, des paroles ou des lettres données comme venant de nous, et qui vous feraient penser que le jour du Seigneur est déjà là. 2 Théssaloniciens 2, 3 Que personne ne vous abuse d'aucune manière. Auparavant doit venir l'apostasie et se révéler l'Homme impie, l'Etre perdu, 2 Théssaloniciens 2, 4 l'Adversaire, celui qui s'élève au-dessus de tout ce qui porte le nom de Dieu ou reçoit un culte, allant jusqu'à s'asseoir en personne dans le sanctuaire de Dieu, se produisant lui-même comme Dieu. 2 Théssaloniciens 2, 5 Vous vous rappelez, n'est-ce pas, que quand j'étais encore près de vous je vous disais cela. 2 Théssaloniciens 2, 6 Et vous savez ce qui le retient maintenant, de façon qu'il ne se révèle qu'à son moment. 2 Théssaloniciens 2, 7 Dès maintenant, oui, le mystère de l'impiété est à l'œuvre. Mais que seulement celui qui le retient soit d'abord écarté. 2 Théssaloniciens 2, 8 Alors l'Impie se révélera, et le Seigneur le fera disparaître par le souffle de sa bouche, l'anéantira par la manifestation de sa Venue. 2 Théssaloniciens 2, 9 Sa venue à lui, l'Impie, aura été marquée, par l'influence de Satan, de toute espèce d'œuvres de puissance, de signes et de prodiges mensongers, 2 Théssaloniciens 2, 10 comme de toutes les tromperies du mal, à l'adresse de ceux qui sont voués à la perdition pour n'avoir pas accueilli l'amour de la vérité qui leur aurait valu d'être sauvés. 2 Théssaloniciens 2, 11 Voilà pourquoi Dieu leur envoie une influence qui les égare, qui les pousse à croire le mensonge, 2 Théssaloniciens 2, 12 en sorte que soient condamnés tous ceux qui auront refusé de croire la vérité et pris parti pour le mal. 2 Théssaloniciens 2, 13 Nous devons, quant à nous, rendre grâce à Dieu à tout moment à votre sujet, frères aimés du Seigneur, parce que Dieu vous a choisis dès le commencement pour être sauvés par l'Esprit qui sanctifie et la foi en la vérité: 2 Théssaloniciens 2, 14 c'est à quoi il vous a appelé par notre Evangile, pour que vous entriez en possession de la gloire de notre Seigneur Jésus Christ. »

Observations :

Notez bien ceci : « Auparavant doit venir l'apostasie et se révéler l'Homme impie, l'Etre perdu », c’est-à-dire avant l’enlèvement de l’Eglise…

« Mais que seulement celui qui le retient soit d'abord écarté » : c’est ainsi que la Parole de Dieu n’est comprise que par ceux qui ont reçu une vision spirituelle des choses, car « celui qui le retient » est bien l’Esprit de Dieu, mais il faut comprendre « … soit d’abord écarté » par l’Eglise terrestre qui a rejeté l’Esprit de Dieu avec la mise en place de traditions mortes… La Parole de Dieu est rejetée (écartée) au profit des traditions humaines. Il ne s’agit pas ici de l’enlèvement de l’Eglise, mais de la manifestation de l’Antéchrist, lequel séduira le monde parce que l’Eglise non régénérée par l’Esprit Saint ne lui fera pas opposition.

 

Récente VISION DE DAVID WILKERSON :

 

« Alors que je priais ce matin, Dieu m'a donné une vision. Il m'a montré une gigantesque mobilisation mondiale. Je me suis vu me balader le long d'une plage. Soudainement, il y a eu le son d'un lourd grondement « boom », qui devenait de plus en plus fort et de plus en plus massif.

Ce n'était pas le bruit de la mer, ni celui du vent. Tout était tranquille à l'extérieur. L'eau de la mer était totalement calme. Le profond son du grondement qui était comme le son de montagnes sur le point de s'effondrer, un son violent que je n'avais jusqu'à présent jamais entendu de toute ma vie, est venu de l'autre côté de l'océan, de très loin. Il est devenu si fort et si puissant, que la terre a commencé à trembler et à être secouée. Cela sonnait comme le coup d'explosion d'une profonde trompette basse. Je n'ai jamais entendu cette sorte et cette profondeur de son de basse jusqu'à présent. Tout l'air vibrait. Je me suis fait un trou dans les dunes de la digue, face contre terre, et j'attendais de voir ce qui pourrait sortir de ce spectacle naturel. Comme le retentissement refusait de s'arrêter, et qu'au contraire il s'intensifiait, je me suis vu dans la vision commençant à prier et à parler avec mon Dieu.

Puis j'ai entendu une voix disant : « Mon enfant, ne crains pas. Il s'agit de Mon appel à la mobilisation, un signal, venant de l'autre monde. J'appelle Mon peuple à sortir d'entre tous les peuples. C'est Moi qui ébranle la terre et la mer. Les pécheurs et les impies mourront de peur  et de l'attente dans la peur des choses qui sont sur le point d'arriver. Comprends, Mon enfant, que toutes ces choses ont été initiées par la crise financière. C'était simplement le commencement de la ruine. La fondation de la société d'aujourd'hui sera tellement ébranlée que les personnes perdront tout ce qu'elles ont acquis et sauvegardé jusqu'à maintenant. Chaque infrastructure et protection s'effondreront avec le temps. La vie sera très difficile pour de nombreuses personnes. La sécurité générale sera hors de contrôle et il y aura une prolifération de crimes qui sera telle que la vie sur terre sera massivement menacée. Mais vous, qui craignez Mon nom, Je vous garderai de la ruine. Je tiens Mon bras de protection autour de vous. »

Bien que pas un seul vent même silencieux ne soufflait, et que pas même une petite vague n'était vue sur la mer, le grondement était si puissant, que mon cœur menaçait de s'arrêter de battre. Puis j'ai pensé en moi-même : « Je vais maintenant mourir aussi. » Et alors le Seigneur m'a dit : « Mon enfant, ne crains pas. Tu vas vivre et continuer à déclarer Mes ouvres. Lève-toi, rentre à la maison et parle à tes bien-aimés. Fais leur savoir que la venue de Mon Fils est proche, au seuil de la porte. Je mets tout en marche pour ramener Mon peuple à la maison, et maintenant Je les dépouille de tout ce qui les retient en arrière ou de ce qui les bloque. »

Alors que je me levai pour obéir à la voix de Dieu, commençant à retourner sur le chemin de la maison, j'ai vu de nombreuses personnes, allongées sur les dunes. Elles étaient sorties de leurs maisons, courant vers la mer pour voir et expérimenter cet extraordinaire spectacle naturel. Elles étaient allongées sur leurs faces, comme si elles étaient paralysées, exactement comme j'étais allongé quelques minutes auparavant. Alors que je passais à côté d'elles pour rentrer à la maison, malgré le son de grondement continu et distant, ces personnes m'appelaient et me disaient : « tu es fou ; tu ne peux pas rentrer à la maison dans cette situation. C'est trop dangereux. » Puis, elles enterraient leurs têtes encore plus profondément dans les dunes, parce qu'elles craignaient ce qui arriverait par la suite. Elles ne voulaient plus entendre ou savoir quoi que ce soit.

Et puis le Seigneur m'a dit : « Pour vous, Mes enfants, qui craignez Mon nom, c'est le jour de Ma mobilisation. Pour vous Mon soleil du salut se lève, avec lequel Je rassemble Mes véritables enfants, et Je les réunis. Va, Mon fils, et dis cela à tous ceux que tu peux atteindre. »

Puis j'ai demandé au Seigneur : « Qu'est-ce que je devrais leur dire ? »

Il a dit : « Dis à Mes enfants qu'ils ne doivent plus s'occuper des choses périssables, mais au contraire qu'ils doivent s'occuper plus des choses immortelles et éternelles. Ils doivent Me chercher et étudiez Ma parole. Ils devraient se pardonner les uns les autres, tant qu'il y a encore du temps, et faire la paix les uns avec les autres. Ils devraient arrêter d'être envieux et de se pointer du doigt les uns vers les autres. Ils ne devraient ni s'accuser ni se suspecter les uns les autres. Chacun devrait faire ce qu'il est supposé faire et ce qu'il peut faire. Dis leur de se libérer de toute chose qui n'est pas nécessaire et d'arrêter de se battre spasmodiquement (par intermittence) pour leurs droits. A partir de maintenant, J'assurerai vos droits et Je pourvoirai la justice pour vous. De grands changements sont sur le point de se passer à travers le monde entier, dans chaque domaine de la vie. Par conséquent, ajustez-vous et soyez prêts. Maintenant rien ne sera comme auparavant.

Plus je m'éloignais de la plage, moins j'entendais le son du grondement, bien qu'à mon avis le son devenait de plus en plus fort et de plus en plus massif. Je sentais comme si j'avais été mis en sécurité dans un porte-cartes.

Puis j'ai entendu la voix du Seigneur dire : « Je vais sécuriser Mes enfants selon Mes voies. Vous verrez tout ce que Je vais faire dans le monde, qui expérimentera toutes les plaies de l'Egypte avant que Je retire vers Moi Mes enfants, avant que Pharaon vous relâche pour toujours. Mon peuple tient ensemble ! Restez les uns avec les autres, encouragez-vous les uns les autres. Bientôt, vous l'aurez fait ! C'est la dernière chose que j'ai ramenée avec moi de cette vision.

Alors que je pensais à tout ce que j'avais vu, et ce que je devrais en faire, le Seigneur m'a parlé en disant : « Diffuse cette révélation que Je t'ai donné ce matin concernant Ma mobilisation générale davantage à Mes enfants, et encourage-les à faire de même, car Je suis à la porte (Je viens bientôt). Et dis-leur, spécialement à Mon peuple, qu'ils devraient être sérieux en ce qui concerne leur relation avec Moi (Dieu), avant qu'il ne soit trop tard. »

Lorsque j'ai eu ce message, j'ai senti comme si maintenant les « malheur à ceux » bibliques commençaient. (Ap 8.13/9,12/11,14. Ex 19 :14-19, Za 9 :14, Es 18 :3 So 1 :14-16, Ap 8 :9). »

 

Apocalypse 8 : 13 :

13 Et je vis : et j’entendis un aigle qui volait par le milieu du ciel, disant à haute voix : Malheur, malheur, malheur, à ceux qui habitent sur la terre, à cause des autres voix de la trompette des trois anges qui vont sonner de la trompette !

Apocalypse 9 : 12 :

12 Le premier malheur est passé ; voici, il arrive encore deux malheurs après ces choses.

Apocalypse 11 : 14 :

14 Le second malheur est passé ; voici, le troisième malheur vient promptement.

Exode 19 : 14-19 :

14 Et Moïse descendit de la montagne vers le peuple, et sanctifia le peuple, et ils lavèrent leurs vêtements.
15 Et il dit au peuple : Soyez prêts pour le troisième jour ; ne vous approchez pas de [vos] femmes.
16 Et il arriva, le troisième jour, quand le matin fut venu, qu’il y eut des tonnerres* et des éclairs, et une épaisse nuée sur la montagne, et un son de trompette très fort ; et tout le peuple qui était dans le camp trembla.
17 Et Moïse fit sortir le peuple hors du camp à la rencontre de Dieu, et ils se tinrent au pied de la montagne.
18 Et toute la montagne de Sinaï fumait, parce que l’Éternel descendit en feu sur elle ; et sa fumée montait comme la fumée d’une fournaise, et toute la montagne tremblait fort.
19 Et comme le son de la trompette se renforçait de plus en plus, Moïse parla, et Dieu lui répondit par une voix.
Zacharie 9 : 14 :

14 Et l’Éternel sera vu au-dessus d’eux, et sa flèche sortira comme l’éclair ; et le Seigneur, l’Éternel, sonnera de la trompette, et marchera avec les tourbillons du midi.

Esaïe 18 : 3 :

3 Vous tous, habitants du monde, et vous qui demeurez sur la terre, quand l’étendard sera élevé sur les montagnes, voyez ; et quand la trompette sonnera, écoutez !

Sophonie 1 : 14-16 :

14 Le grand jour de l’Éternel est proche ; il est proche et se hâte beaucoup. La voix du jour de l’Éternel : l’homme vaillant poussera là des cris amers.
15 Ce jour est un jour de fureur, un jour de détresse et d’angoisse, un jour de dévastation et de ruine, un jour de ténèbres et d’obscurité, un jour de nuées et d’épaisses ténèbres, 16 un jour de trompette et de retentissement contre les villes fortifiées et contre les créneaux élevés.
Apocalypse 8 : 9 :

9 et le tiers des créatures qui étaient dans la mer et qui avaient vie mourut, et le tiers des navires fut détruit.

 

LES CLES POUR COMPRENDRE L’APOCALYPSE :

 

1.         La chute du diable sur Terre :

Apocalypse 12, 1 Un signe grandiose apparut au ciel: une Femme (la Vierge identifiée avec Israël) ! Le soleil l'enveloppe, la lune est sous ses pieds et douze étoiles couronnent sa tête;

Apocalypse 12, 2 elle est enceinte et crie dans les douleurs et le travail de l'enfantement.

Apocalypse 12, 3 Puis un second signe apparut au ciel: un énorme Dragon rouge feu (le diable), à sept têtes et dix cornes, chaque tête surmontée d'un diadème.

Apocalypse 12, 4 Sa queue balaie le tiers des étoiles du ciel et les précipite sur la terre (les anges déchus). En arrêt devant la Femme en travail (la Vierge), le Dragon s'apprête à dévorer son enfant aussitôt né (Jésus).

Apocalypse 12, 5 Or la Femme mit au monde un enfant mâle (Jésus), celui qui doit mener toutes les nations avec un sceptre de fer;

Apocalypse 12, 6 et son enfant fut enlevé jusqu'auprès de Dieu et de son trône, tandis que la Femme (Israël) s'enfuyait au désert, où Dieu lui a ménagé un refuge (Palestine) pour qu'elle y soit nourrie 1.260 jours (temps du règne de l’Antéchrist).

Apocalypse 12, 7 Alors, il y eut une bataille dans le ciel: Michel et ses Anges (les armées célestes de Dieu) combattirent le Dragon (le diable). Et le Dragon riposta, avec ses Anges (anges déchus),

Apocalypse 12, 8 mais ils eurent le dessous et furent chassés du ciel.

Apocalypse 12, 9 On le jeta donc, l'énorme Dragon, l'antique Serpent, le Diable ou le Satan, comme on l'appelle, le séducteur du monde entier, on le jeta sur la terre et ses Anges furent jetés avec lui.

Apocalypse 12, 10 Et j'entendis une voix clamer dans le ciel: "Désormais, la victoire, la puissance et la royauté sont acquises à notre Dieu, et la domination à son Christ, puisqu'on a jeté bas l'accusateur de nos frères, celui qui les accusait jour et nuit devant notre Dieu.

Apocalypse 12, 11 Mais eux l'ont vaincu par le sang de l'Agneau et par la parole dont ils ont témoigné, car ils ont méprisé leur vie jusqu'à mourir.

Apocalypse 12, 12 Soyez donc dans la joie, vous, les cieux et leurs habitants. Malheur à vous, la terre et la mer, car le Diable est descendu chez vous, frémissant de colère et sachant que ses jours sont comptés."

Apocalypse 12, 13 Se voyant rejeté sur la terre, le Dragon se lança à la poursuite de la Femme (Israël), la mère de l'enfant mâle (Vierge identifiée avec Israël).

Apocalypse 12, 14 Mais elle reçut les deux ailes du grand aigle pour voler au désert jusqu'au refuge (Palestine) où, loin du Serpent, elle doit être nourrie un temps et des temps et la moitié d'un temps (temps du règne de l’Antéchrist).

Apocalypse 12, 15 Le Serpent vomit alors de sa gueule comme un fleuve d'eau derrière la Femme pour l'entraîner dans ses flots (première guerre contre Israël au début de l’Apocalypse).

Apocalypse 12, 16 Mais la terre vint au secours de la Femme (Israël) : ouvrant la bouche, elle engloutit le fleuve vomi par la gueule du Dragon (armées ennemies d’Israël détruites).

Apocalypse 12, 17 Alors, furieux contre la Femme, le Dragon s'en alla guerroyer contre le reste de ses enfants, ceux qui gardent les commandements de Dieu et possèdent le témoignage de Jésus (les chrétiens, persécutés pendant le règne de l’Antéchrist).

Apocalypse 6, 12 Et ma vision se poursuivit. Lorsqu'il ouvrit le sixième sceau, alors il se fit un violent tremblement de terre, et le soleil devint noir comme une étoffe de crin, et la lune devint tout entière comme du sang,

Apocalypse 6, 13 et les astres du ciel (chute de météorites accompagnant la chute du diable et des anges déchus) s'abattirent sur la terre comme les figues avortées que projette un figuier tordu par la tempête,

Apocalypse 6, 14 et le ciel disparut comme un livre qu'on roule (ténèbres), et les monts et les îles s'arrachèrent de leur place (séismes) ;

Apocalypse 6, 15 et les rois de la terre, et les hauts personnages, et les grands capitaines, et les gens enrichis, et les gens influents, et tous enfin, esclaves ou libres, ils allèrent se terrer dans les cavernes et parmi les rochers des montagnes,

Apocalypse 6, 16 disant aux montagnes et aux rochers: "Croulez sur nous et cachez-nous loin de Celui qui siège sur le trône et loin de la colère de l'Agneau."

Apocalypse 6, 17 Car il est arrivé, le grand Jour de sa colère, et qui donc peut tenir?

Apocalypse 16, 12 Et le sixième (ange) répandit sa coupe sur le grand fleuve Euphrate; alors, ses eaux tarirent, livrant passage aux rois de l'Orient (armées venues de Chine).

Apocalypse 16, 13 Puis, de la gueule du Dragon (diable), et de la gueule de la Bête (Antéchrist), et de la gueule du faux prophète (Chef religieux antichrétien), je vis surgir trois esprits impurs (démons), comme des grenouilles --

Apocalypse 16, 14 et de fait, ce sont des esprits démoniaques, des faiseurs de prodiges, qui s'en vont rassembler les rois du monde entier pour la guerre, pour le grand Jour du Dieu Maître-de-tout.

Apocalypse 16, 15 (Voici que je viens comme un voleur: heureux celui qui veille et garde ses vêtements pour ne pas aller nu et laisser voir sa honte.)

Apocalypse 16, 16 Ils les rassemblèrent au lieu dit, en hébreu, Harmagedôn (en Israël).

Apocalypse 20, 1 Puis je vis un Ange descendre du ciel, ayant en main la clef de l'Abîme (séjour des morts dans les profondeurs de la Terre), ainsi qu'une énorme chaîne.

Apocalypse 20, 2 Il maîtrisa le Dragon, l'antique Serpent, - c'est le Diable, Satan, - et l'enchaîna pour mille années.

Apocalypse 20, 3 Il le jeta dans l'Abîme (séjour des morts dans les profondeurs de la Terre), tira sur lui les verrous, apposa des scellés, afin qu'il cessât de fourvoyer les nations jusqu'à l'achèvement des mille années. Après quoi, il doit être relâché pour un peu de temps.

 

2.         L’Antéchrist :

Apocalypse 13, 1 Et je me tins sur la grève de la mer. Alors je vis surgir de la mer une Bête ayant sept têtes et dix cornes (Antéchrist), sur ses cornes dix diadèmes, et sur ses têtes des titres blasphématoires.

Apocalypse 13, 2 La Bête que je vis (Antéchrist vu au travers de son empire) ressemblait à une panthère (empire grec), avec les pattes comme celles d'un ours (empire Perse) et la gueule comme une gueule de lion (empire Babylonien) ; et le Dragon (le diable) lui transmit sa puissance et son trône et un pouvoir immense.

Apocalypse 13, 3 L'une de ses têtes paraissait blessée à mort (Alexandre le Grand, fondateur de l’empire Grec), mais sa plaie mortelle (à l’origine de sa mort) fut guérie (et il revint à la vie) ; alors, émerveillée, la terre entière suivit la Bête (Alexandre le Grand).

Apocalypse 13, 4 On se prosterna devant le Dragon (le diable), parce qu'il avait remis le pouvoir à la Bête (Alexandre le Grand) ; et l'on se prosterna devant la Bête en disant: "Qui égale la Bête, et qui peut lutter contre elle?"

Apocalypse 13, 5 On lui donna de proférer des paroles d'orgueil et de blasphème; on lui donna pouvoir d'agir durant 42 mois;

Apocalypse 13, 6 alors elle se mit à proférer des blasphèmes contre Dieu, à blasphémer son nom et sa demeure, ceux qui demeurent au ciel.

Apocalypse 13, 7 On lui donna de mener campagne contre les saints (les chrétiens) et de les vaincre; on lui donna pouvoir sur toute race, peuple, langue ou nation.

Apocalypse 13, 8 Et ils l'adoreront (culte de l’Antéchrist), tous les habitants de la terre dont le nom ne se trouve pas écrit, dès l'origine du monde, dans le livre de vie de l'Agneau égorgé.

Apocalypse 13, 9 Celui qui a des oreilles, qu'il entende!

Apocalypse 13, 10 Les chaînes pour qui doit être enchaîné; la mort par le glaive pour qui doit périr par le glaive! Voilà qui fonde l'endurance et la confiance des saints.

Apocalypse 17, 3 Il me transporta au désert, en esprit. Et je vis une femme (Rome), assise sur une Bête écarlate (empire de l’Antéchrist) couverte de titres blasphématoires et portant sept têtes et dix cornes.

Apocalypse 17, 4 La femme (Rome), vêtue de pourpre et d'écarlate, étincelait d'or, de pierres précieuses et de perles; elle tenait à la main une coupe en or (culte au Vatican), remplie d'abominations et des souillures de sa prostitution.

Apocalypse 17, 5 Sur son front, un nom était inscrit - un mystère! (Mystère de l’iniquité ou péché dans l’église) - "Babylone la Grande, la mère des prostituées (églises qui se détournent de la vérité) et des abominations de la terre.

Apocalypse 17, 6 Et sous mes yeux, la femme se saoulait du sang des saints et du sang des martyrs de Jésus (Inquisition papale, etc.). A sa vue, je fus bien stupéfait;

Apocalypse 17, 7 mais l'Ange me dit: "Pourquoi t'étonner? Je vais te dire, moi, le mystère de la femme et de la Bête qui la porte, aux sept têtes et aux dix cornes.

Apocalypse 17, 8 "Cette Bête-là (l’Antéchrist), elle était et elle n'est plus (Alexandre le Grand) ; elle va remonter de l'Abîme (séjour des morts dans les profondeurs de la Terre), mais pour s'en aller à sa perte (perdition) ; et les habitants de la terre, dont le nom ne fut pas inscrit dès l'origine du monde dans le livre de vie, s'émerveilleront au spectacle de la Bête (Alexandre le Grand), de ce qu'elle était, n'est plus (morte), et reparaîtra (revenue à la vie).

Apocalypse 17, 9 C'est ici qu'il faut un esprit doué de finesse! Les sept têtes, ce sont sept collines sur lesquelles la femme est assise (Rome). "Ce sont aussi sept rois (elles représentent la succession des empires des visions prophétiques),

Apocalypse 17, 10 dont cinq ont passé (empire Babylonien, empire Perse, trois parties de l’empire Grec, soit la Syrie, l’Egypte et l’Asie Mineure), l'un vit (empire Romain à l’époque de l’apôtre Jean), et le dernier (Union européenne) n'est pas encore venu; une fois là, il faut qu'il demeure un peu.

Apocalypse 17, 11 Quant à la Bête qui était et n'est plus (Alexandre le Grand), elle-même fait le huitième (l’Antéchrist Alexandre le Grand vient de la Grèce), l'un des sept cependant (la Grèce) ; il s'en va à sa perte (perdition).

Apocalypse 17, 12 Et ces dix cornes-là, ce sont dix rois (Terre divisée en dix parties ou gouvernements); ils n'ont pas encore reçu de royauté, ils recevront un pouvoir royal, pour une heure seulement (temps apocalyptique), avec la Bête (Alexandre le Grand).

Apocalypse 17, 13 Ils sont tous d'accord (les dix rois) pour remettre à la Bête (l’Antéchrist) leur puissance et leur pouvoir.

Apocalypse 17, 14 Ils mèneront campagne contre l'Agneau (Jésus), et l'Agneau les vaincra, car il est Seigneur des seigneurs et Roi des rois, avec les siens: les appelés, les choisis, les fidèles.

Apocalypse 19, 19 Je vis alors la Bête (Alexandre le Grand), avec les (dix) rois de la terre et leurs armées rassemblés pour engager le combat contre le Cavalier et son armée (armées célestes).

Apocalypse 19, 20 Mais la Bête (Antéchrist) fut capturée, avec le faux prophète (Chef religieux antichrétien) - celui qui accomplit au service de la Bête des prodiges par lesquels il fourvoyait les gens ayant reçu la marque de la Bête et les adorateurs de son image, - on les jeta tous deux, vivants, dans l'étang de feu, de soufre embrasé (parce que leurs corps ont été ressuscités par le diable).

 

3.         Le Faux prophète :

Apocalypse 13, 11 Je vis ensuite surgir de la terre une autre Bête (le Faux prophète) ; elle avait deux cornes comme un agneau, mais parlait comme un dragon (faux évangile, inspiré par le diable).

Apocalypse 13, 12 Au service de la première Bête, elle en établit partout le pouvoir, amenant la terre et ses habitants à adorer cette première Bête dont la plaie mortelle fut guérie (Bête ressuscitée par le diable).

Apocalypse 13, 13 Elle accomplit des prodiges étonnants: jusqu'à faire descendre, aux yeux de tous, le feu du ciel sur la terre;

Apocalypse 13, 14 et, par les prodiges qu'il lui a été donné d'accomplir au service de la Bête (Antéchrist), elle fourvoie les habitants de la terre, leur disant de dresser une image (statue) en l'honneur de cette Bête qui, frappée du glaive (qui a donné la mort), a repris vie (a été ressuscitée).

Apocalypse 13, 15 On lui donna même d'animer l'image (la statue) de la Bête pour la faire parler (la statue recevra le don de la parole), et de faire en sorte que fussent mis à mort tous ceux qui n'adoreraient pas l'image de la Bête.

Apocalypse 13, 16 Par ses manœuvres, tous, petits et grands, riches ou pauvres, libres et esclaves, se feront marquer sur la main droite ou sur le front,

Apocalypse 13, 17 et nul ne pourra rien acheter ni vendre s'il n'est marqué au nom de la Bête ou au chiffre de son nom (les lettres du nom ou nouveau nom de l’Antéchrist formeront en valeur numérique un nombre égal à 666).

Apocalypse 13, 18 C'est ici qu'il faut de la finesse! Que l'homme doué d'esprit calcule le chiffre de la Bête, c'est un chiffre d'homme (un nom d’homme) : son chiffre, c'est 666.

 

4.         Les démons sortis du puits de l’Abîme :

Apocalypse 9, 1 Et le cinquième Ange sonna... Alors je vis un astre qui du ciel avait chu sur la terre (ange déchu). On lui remit la clef du puits de l'Abîme (séjour des morts dans les profondeurs de la Terre).

Apocalypse 9, 2 Il ouvrit le puits de l'Abîme (séjour des morts dans les profondeurs de la Terre) et il en monta une fumée, comme celle d'une immense fournaise - le soleil et l'atmosphère en furent obscurcis -

Apocalypse 9, 3 et, de cette fumée, des sauterelles (démons) se répandirent sur la terre; on leur donna un pouvoir pareil à celui des scorpions de la terre.

Apocalypse 9, 4 On leur dit d'épargner les prairies, toute verdure et tout arbre, et de s'en prendre seulement aux hommes qui ne porteraient pas sur le front le sceau de Dieu (qui ne sont pas protégés par Dieu).

Apocalypse 9, 5 On leur donna, non de les tuer, mais de les tourmenter durant cinq mois (possession démoniaque). La douleur qu'elles provoquent ressemble à celle d'une piqûre de scorpion.

Apocalypse 9, 6 En ces jours-là, les hommes rechercheront la mort sans la trouver, ils souhaiteront mourir et la mort les fuira!

Apocalypse 9, 7 Or ces sauterelles (démons), à les voir, font penser à des chevaux équipés pour la guerre; sur leur tête on dirait des couronnes d'or, et leur face rappelle des faces humaines (possession démoniaque pour conduire les hommes à la guerre) ;

Apocalypse 9, 8 leurs cheveux, des chevelures de femmes (fausse religion), et leurs dents, des dents de lions (mise à mort des chrétiens);

Apocalypse 9, 9 leur thorax, des cuirasses de fer, et le bruit de leurs ailes, le vacarme de chars aux multiples chevaux se ruant au combat (armées de l’Antéchrist) ;

Apocalypse 9, 10 elles ont une queue pareille à des scorpions, avec un dard; et dans leur queue se trouve leur pouvoir de torturer les hommes durant cinq mois (douleurs de la possession démoniaque).

Apocalypse 9, 11 A leur tête, comme roi, elles ont l'Ange de l'Abîme (séjour des morts dans les profondeurs de la Terre) ; il s'appelle en hébreu: "Abaddôn", et en grec: "Apollyôn." (Rapprochement avec Apollon, dieu des Grecs en relation avec les pythies de Delphes, où se trouve le puits de l’Abîme).

 

Conclusion :

L’Apocalypse est la conséquence de la chute du diable avec les anges déchus sur la terre. Après cela le diable ressuscite l’Antéchrist ou Alexandre le Grand et le Faux prophète, c’est-à-dire Mahomet, auteur du Coran (antichrétien), faux évangile, inspiré par le diable. Les démons ne sont pas précipités du ciel comme les anges déchus, mais ils sortent du puits de l’abîme (séjour des morts dans les profondeurs de la Terre). Le puits de l’Abîme se trouve à Delphes (ville grecque en relation avec le culte d’Apollon), lieu où officiait la Pythie grecque. Il a été fermé (faille de Delphes refermée), mais il sera à nouveau ouvert.

 

La doctrine de l’antéchrist :

 

1 Jean 2, 18-27 :

« 18 Petits enfants, c’est la dernière heure ; et comme vous avez entendu que l’antichrist vient, maintenant aussi il y a plusieurs antichrists, par quoi nous savons que c’est la dernière heure : 19 ils sont sortis du milieu de nous, mais ils n’étaient pas des nôtres*; car s’ils eussent été des nôtres*, ils fussent demeurés avec nous ; mais c’est afin qu’ils fussent manifestés comme n’étant aucun [d’eux] des nôtres*. 20 Et vous, vous avez l’onction de la part du Saint et vous connaissez toutes choses. 21 Je ne vous ai pas écrit parce que vous ne connaissez pas la vérité, mais parce que vous la connaissez et qu’aucun mensonge ne vient de la vérité. 22 Qui est le menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ ? Celui-là est l’antichrist, qui nie le Père et le Fils. 23 Quiconque nie le Fils n’a pas non plus le Père ; celui qui confesse le Fils a aussi le Père. 24 Pour vous, que ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous : si ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous, vous aussi vous demeurerez dans le Fils et dans le Père. 25 Et c’est ici la promesse que lui nous a promise, - la vie éternelle. 26 Je vous ai écrit ces choses touchant ceux qui vous égarent ; 27 et, pour vous, l’onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n’avez pas besoin que personne vous enseigne ; mais comme la même onction vous enseigne à l’égard de toutes choses, et qu’elle est vraie et n’est pas mensonge, - et selon qu’elle vous a enseignés, vous demeurerez en lui.
 - v. 19 : litt.: de nous. »

1 Jean 4, 1-6 :

« 1 Bien-aimés, ne croyez pas tout esprit, mais éprouvez les esprits [pour voir] s’ils sont de Dieu, car beaucoup de faux prophètes sont sortis dans le monde. 2 Par ceci vous connaissez l’Esprit de Dieu : tout esprit qui confesse Jésus Christ venu en chair est de Dieu, 3 et tout esprit qui ne confesse pas Jésus Christ venu en chair n’est pas de Dieu ; et ceci est l’[esprit]* de l’antichrist, duquel vous avez ouï dire qu’il vient, et déjà maintenant il est dans le monde. 4 Pour vous, enfants, vous êtes de Dieu, et vous les avez vaincus*, parce que celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde. 5 Pour eux, ils sont du monde ; c’est pourquoi ils parlent selon les principes du monde, et le monde les écoute. 6 Nous, nous sommes de Dieu ; celui qui connaît Dieu nous écoute ; celui qui n’est pas de Dieu ne nous écoute pas : à cela nous connaissons l’esprit de vérité et l’esprit d’erreur.
 - v. 3 : [esprit], dans le sens de : principe. - v. 4 : c. à d. : vous en êtes victorieux. »

1 Jean 5, 6-13 :

« 6 C’est lui qui est venu par [l’]eau et par [le] sang, Jésus le Christ, non seulement dans [la puissance de] l’eau, mais dans [la puissance de] l’eau et du sang ; et c’est l’Esprit qui rend témoignage, car l’Esprit est la vérité; 7 car il y en a trois qui rendent témoignage : 8 l’Esprit, et l’eau, et le sang, et les trois sont [d’accord] pour un même [témoignage]. 9 Si nous recevons le témoignage des hommes, le témoignage de Dieu est plus grand ; car c’est ici le témoignage de Dieu qu’il a rendu au sujet de son Fils. 10 Celui qui croit au Fils de Dieu, a le témoignage au dedans de lui-même ; celui qui ne croit pas Dieu, l’a fait menteur, car il n’a pas cru au témoignage que Dieu a rendu au sujet de son Fils. 11 Et c’est ici le témoignage : que Dieu nous a donné la vie éternelle, et cette vie est dans son Fils : 12 Celui qui a le Fils a la vie, celui qui n’a pas le Fils de Dieu n’a pas la vie. 13 Je vous ai écrit ces choses afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu. »

2 Jean, versets 7 à 11 :

« 7 Car plusieurs séducteurs sont sortis dans le monde, ceux qui ne confessent pas Jésus Christ venant en chair : celui-là est le séducteur et l’antichrist. 8 Prenez garde à vous-mêmes, afin que nous ne perdions pas ce que nous avons opéré, mais que nous recevions un plein salaire. 9 Quiconque [vous] mène en avant* et ne demeure pas dans la doctrine du Christ, n’a pas Dieu. Celui qui demeure dans la doctrine, celui-là a le Père et le Fils. 10 Si quelqu’un vient à vous et n’apporte pas cette doctrine, ne le recevez pas dans votre maison et ne le saluez pas, 11 car celui qui le salue participe à ses mauvaises œuvres. »

Jude, versets 3 et 4 :

« 3 Bien-aimés, quand j’usais de toute diligence* pour vous écrire de notre commun salut, je me suis trouvé dans la nécessité de vous écrire afin de vous exhorter à combattre pour la foi qui a été une fois enseignée aux saints ; 4 car certains hommes se sont glissés [parmi les fidèles], inscrits jadis à l’avance pour ce jugement*, des impies, qui changent la grâce de notre Dieu en dissolution, et qui renient notre seul maître** et seigneur, Jésus Christ.
 - v. 3 : ou : je désirais ardemment. - v. 4 : ici, la chose mise a leur charge. - v. 4** : maître d’un esclave, ailleurs seigneur ou souverain ; comme Luc 2:29. »

2 Pierre 2, 1-3 :

« 1 Or il y a eu aussi de faux prophètes parmi le peuple, comme aussi il y aura parmi vous de faux docteurs qui introduiront furtivement des sectes* de perdition, reniant aussi le maître** qui les a achetés, faisant venir sur eux mêmes une prompte destruction ; 2 et plusieurs suivront leurs excès : et à cause d’eux la voie de la vérité sera blasphémée; 3 et, par cupidité, ils feront trafic de vous avec des paroles artificieuses ; mais leur jugement, dès longtemps, ne demeure pas oisif, et leur destruction ne sommeille pas. »

2 Thessaloniciens 2, 3-12 :

« 3 Que personne ne vous séduise en aucune manière, car [ce jour-là ne viendra pas] que l’apostasie ne soit arrivée auparavant et que l’homme de péché n’ait été révélé, le fils de perdition, 4 qui s’oppose et s’élève contre tout ce qui est appelé Dieu ou qui est un objet de vénération, en sorte que lui-même s’assiéra au temple* de Dieu, se présentant lui-même comme étant Dieu**. 5 Ne vous souvenez-vous pas que, quand j’étais encore auprès de vous, je vous disais ces choses ? 6 Et maintenant vous savez ce qui retient pour qu’il soit révélé en son propre temps. 7 Car le mystère d’iniquité* opère déjà ; seulement celui qui retient maintenant, [le fera] jusqu’à ce qu’il soit loin. 8 Et alors sera révélé l’inique*, que le seigneur Jésus consumera** par le souffle*** de sa bouche et qu’il anéantira par l’apparition de sa venue ; 9 duquel la venue est selon l’opération de Satan, en toute sorte de miracles et signes et prodiges de mensonge, 10 et en toute séduction d’injustice pour ceux qui périssent, parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité pour être sauvés. 11 Et à cause de cela, Dieu leur envoie une énergie* d’erreur pour qu’ils croient au mensonge, 12 afin que tous ceux-là soient jugés qui n’ont pas cru la vérité, mais qui ont pris plaisir à l’injustice*.
 - v. 4* : la maison même ; voir la note, Mattieu 23:16. - v. 4** : ou : comme un dieu. - v. 7 : iniquité, ici, état ou marche sans loi, sans frein; comme en Romains 6:19. - v. 8* : celui qui est sans loi, sans frein. - v. 8** : ou : détruira. - v. 8*** : ou : l’esprit. - v. 11 : proprement : opération. - v. 12 : ou : à l’iniquité. »

Galates 1, 6-9 :

« 6 Je m’étonne de ce que vous passez si promptement de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ, à un évangile différent, 7 qui n’en est pas un autre ; mais il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent pervertir l’évangile du Christ. 8 Mais quand nous-mêmes, ou quand un ange venu du ciel vous évangéliserait outre ce que nous vous avons évangélisé, qu’il soit anathème. 9 Comme nous l’avons déjà dit, maintenant aussi je le dis encore : si quelqu’un vous évangélise outre ce que vous avez reçu, qu’il soit anathème*. »

1 Corinthiens 2, 1-5 :

« 1 Et moi-même, quand je suis allé auprès de vous, frères, je ne suis pas allé avec excellence de parole ou de sagesse, en vous annonçant le témoignage de Dieu ; 2 car je n’ai pas jugé bon de savoir quoi que ce soit parmi vous, sinon Jésus Christ, et Jésus Christ* crucifié. 3 Et moi-même j’ai été parmi vous dans la faiblesse, et dans la crainte, et dans un grand tremblement ; 4 et ma parole et ma prédication n’ont pas été en paroles persuasives de sagesse, mais en démonstration de l’Esprit et de puissance, 5 afin que votre foi ne repose pas sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu*.
 - v. 2 : litt.: et celui-ci. - v. 5 : litt.: ne soit pas en sagesse d’hommes, mais en puissance de Dieu. »

Matthieu 13, 24-30 :

« 24 Il leur proposa une autre parabole, disant : Le royaume des cieux a été fait semblable à un homme qui semait de bonne semence dans son champ. 25 Mais pendant que les hommes dormaient, son ennemi vint et sema de l’ivraie parmi le froment, et s’en alla. 26 Et lorsque la tige monta et produisit du fruit, alors l’ivraie aussi parut. 27 Et les esclaves du maître de la maison, s’approchant, lui dirent : Seigneur : n’as-tu pas semé de bonne semence dans ton champ ? D’où vient donc qu’il a l’ivraie ? 28 Et il leur dit : Un ennemi a fait cela. Et les esclaves lui dirent : Veux-tu donc que nous allions et que nous la cueillions ? 29 Et il dit : Non, de peur qu’en cueillant l’ivraie, vous ne déraciniez le froment avec elle. 30 Laissez-les croître tous deux ensemble jusqu’à la moisson ; et au temps de la moisson, je dirai aux moissonneurs : Cueillez premièrement l’ivraie, et liez-la en bottes pour la brûler, mais assemblez le froment dans mon grenier. »

 

Voir :

 

Etude approfondie de la Bible et de l’histoire :

http://cristianismebiblique.e-monsite.com/

Les cycles de 780 ans et Melchisédech :

http://cristianismebiblique.e-monsite.com/rubrique,ma-premiere-page,1025368.html

La création d’après le texte hébreu :

http://cristianismebiblique.e-monsite.com/rubrique,la-creation-dans-la-genese,1025418.html

Les clés pour comprendre l’Apocalypse de Saint-Jean :

http://cristianismebiblique.e-monsite.com/rubrique,les-cles-de-l-apocalypse,1025702.html

Les preuves du retour de Jésus :

http://cristianismebiblique.e-monsite.com/rubrique,les-preuves-du-retour-de-jesus,1025841.html

Identification de l’antéchrist et du faux prophète :

http://cristianismebiblique.e-monsite.com/rubrique,identifier-l-antechrist,1026119.html

Les cycles du calendrier Maya et la Bible :

http://cristianismebiblique.e-monsite.com/rubrique,les-cycles-du-calendrier-maya,1026802.html

L’Atlantide, civilisation de Sumer :

http://cristianismebiblique.e-monsite.com/rubrique,l-atlantide,1037665.html

Le Déluge babylonien et celui de la Bible :

http://cristianismebiblique.e-monsite.com/rubrique,le-deluge,1037766.html

Le salut déterminé par le plan de Dieu dans l’histoire :

http://cristianismebiblique.e-monsite.com/rubrique,le-salut,1038323.html

L’enlèvement de l’église à la septième trompette :

http://cristianismebiblique.e-monsite.com/rubrique,l-enlevement-de-l-eglise,1038344.html

Le Coran propage la doctrine de l’antéchrist :

http://cristianismebiblique.e-monsite.com/rubrique,le-coran,1039459.html

La Lune, base extraterrestre :

http://cristianismebiblique.e-monsite.com/rubrique,la-lune,1039527.html

Le salut d’après la doctrine des apôtres :

http://cristianismebiblique.e-monsite.com/rubrique,le-salut,1039555.html

Calendrier Mésoaméricain (Maya) et Bible :

http://cristianismebiblique.e-monsite.com/rubrique,calendrier-mesoamericain,1145992.html

Le Calendrier Maya ne se terminera pas en 2012, mais en 2027 :

http://blog-histoire-et-avenir.blog4ever.com/blog/lirarticle-356748-1685963.html

 

 

Cliquez ci-dessous pour :

 

Les articles du site

 

Voir aussi:

Site “Histoire, Bible et Avenir” :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/

 

Histoire, Bible et Avenir :

Les Articles :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/les_articles_du_site.htm

Introduction (Histoire) :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/Introduction.htm

Création expliquée :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/Creation.htm

Livre d’Enoch : Site “Histoire, Bible et Avenir”.

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/livre.htm

Déluge et histoire depuis Abraham jusqu’au Christ :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/Deluge.htm

Cycles du calendrier Maya et Bible :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/cycles_calendrier_maya_et_bible.htm

Astronomie et calendrier Maya :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/astronomie_et_calendrier_maya.htm

Histoire : Site “Histoire, Bible et Avenir”.

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/histoire.htm

Jésus : Site “Histoire, Bible et Avenir”.

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/jesus.htm

Doctrine biblique du salut :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/doctrine_biblique_du_salut.htm

Les constructions des anges :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/constructions_des_anges.htm

Les Grandes Pyramides :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/Grandes-Pyramides.htm

Visions prophétiques expliquées :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/visions-prophetiques-expliquees-daniel.htm

Visions prophétiques de Daniel : Site “Histoire, Bible et Avenir”.

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/visions.htm

Vision sur la Côte d’Azur :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/vision-apocalyptique.htm

Apocalypse de Saint-Jean :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/apocalypse_de_saint_jean.htm

Apocalypse expliquée:

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/apocalypse_expliquee.htm

Les clés de l’Apocalypse:

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/les_cles_apocalyptiques.htm

Antéchrist et faux prophète :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/antechrist-et-faux-prophete.htm

La Nouvelle Jérusalem :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/nouvelle_jerusalem.htm

Bible expliquée :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/bible-expliquee.htm

Schémas des cycles :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/Schemas-cycles-historiques.htm

Chronologie : Site “Histoire, Bible et Avenir”.

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/chronologie.htm

Mission : Site “Histoire, Bible et Avenir”.

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/Mission.htm

Journal : Site “Histoire, Bible et Avenir”.

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/journal.htm

Archives – Journal : Site “Histoire, Bible et Avenir”.

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/archives_du_journal.htm

Archives – Journal suite : Site “Histoire, Bible et Avenir”.

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/archives_du_journal_suite.htm

Nouvelle page avec « Les Grandes Pyramides » : Site “Histoire, Bible et Avenir”.

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/nouvelle_page_1.htm

Ovnis et anges :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/ovnis_et_anges.htm

Vision de Wilkerson :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/la_vision.htm

Témoignage de Patrick DOLCIANI :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/temoignage-patrick-dolciani.htm

Notice rectificative et explicative :

http://astronomiecycleshistoireetprophties.eu/notice_rectificative_et_explicat.htm

 

Retour à l'Index :

CYCLES_calendrier_mésoaméricain_Bible

 

Contact : @  dolcianipatrick@hotmail.fr

 

Fin du monde en 2027 :

http://www.leseditionsdunet.com/histoire-et-actualites/404-fin-du-monde-en-2027-patrick-dolciani-9782312002576.html

Livre « Fin du monde en 2027 » (14 pages affichées) :

http://www.u-reed.com/lecteur.php?id=270&width=580&height=848&bg=FFFFFF

 

référencement

Visiteurs

création sites internet

 

compteur gratuitlien

 

 


statistiques