Bible et Calendrier Maya 

1° page des Archives du Journal :

" Mission Mondiale Esprit et Vérité ".

Livre « La fin du monde en 2027 ? » :

http://www.editionsoasis.com/La-fin-du-monde-en-2027-cbYaaadga.asp

 

Dernière mise à jour : 21/03/2020.

 

index.htm

Mission "Esprit et Vérité" :

Le Journal avec études complémentaires sous forme d'articles :

7° - Cliquez ci-après : journal.htm

7° b - Cliquez ci-après : archives_du_journal_suite.htm

7° c - Cliquez ci-après : nouvelle_page_1.htm

 

Contact : @  dolcianipatrick@hotmail.fr

 

Fin du monde en 2027 :

http://www.leseditionsdunet.com/histoire-et-actualites/404-fin-du-monde-en-2027-patrick-dolciani-9782312002576.html

Livre « Fin du monde en 2027 » (14 pages affichées) :

http://www.u-reed.com/lecteur.php?id=270&width=580&height=848&bg=FFFFFF

 

 

L’Apocalypse Révélée

de Patrick DOLCIANI

 

Première Partie :

L’Apocalypse racontée

 

1)      Observations sur les questions prophétiques et chronologie des événements apocalyptiques.

 

Dans la mesure où les prophéties, qui servent à avertir « de ce qui doit bientôt arriver » (Apocalypse I, 1), ne pourraient pas être datées à l’avance, elles seraient effectivement comprises au moment où elles s’accompliraient, mais elles ne serviraient à rien, puisqu’il serait déjà trop tard ! Elles ne trouveraient plus leur raison d’être : avertir ! L’avenir ne peut être connu que dans la mesure où il s’inscrit effectivement dans une époque historique déterminée et précise, laquelle manifestera une réalité objective qui, de ce fait, doit pouvoir être datée à l’avance. Sinon, il n’y aurait aucune possibilité de connaître le futur car la perception que l’on en aurait ne pourrait pas s’inscrire dans le temps et l’espace, tandis que le monde réel continuerait d’évoluer, de se transformer et de changer sans cesse d’une année à l’autre ! Dans ces conditions, toutes les prophéties seraient obligatoirement fausses !

Ainsi, l’accomplissement des visions prophétiques ne peut pas être différé car la prophétie est un « cliché photographique » d’une époque déterminée dans le futur qui ne peut pas être « déplacée dans le temps ». A partir du moment où l’avenir peut être réellement « visionné », il appartient obligatoirement à une époque historique très précise et devient de ce fait « immuable » tout comme le sont les événements du passé. La Bible est le « livre de Dieu » qui fait connaître le passé, lequel ne peut être changé, et qui révèle le futur dans un texte prophétique dont il est dit dans Apocalypse chapitre XXI, verset 5 : « Ces paroles sont certaines et véritables ».

Dans l’Apocalypse de Saint Jean, c’est la rupture des sept sceaux du livre de l’Agneau de Dieu qui donne le rythme d’accomplissement des événements apocalyptiques : il y a d’abord un sceau brisé tous les six mois (6 x 30 jours = 180 jours), puis ensuite, après 1260 jours accomplis (7 x 180 jours), soit trois ans et demi plus tard, commencent les jugements des sept trompettes qui correspondent à nouveau avec une période de sept fois 180 jours ou 42 mois (voir extrait n° 1). Mais la septième et dernière trompette contiendra en elle-même les sept coupes de la colère divine et chacune d’entre elles durera 30 jours ; cela donnera une durée totale de 210 jours (7 mois) jusqu’à la fin des 30 jours de la dernière coupe, à la différence des six premiers sceaux qui ne durent que 180 jours (ou 6 mois) chacun. Le second cycle de trois ans et demi durera par conséquent 1290 jours au lieu de 1260 jours, cycle confirmé par Daniel au chapitre XII, verset 11 (voir extrait n° 2). Ainsi, le cycle complet jusqu’à la fin de la septième coupe sera de 2550 jours (1260 jours + 1290 jours = 2550 jours). Mais, selon Daniel, chapitre XII, verset 12 (voir extrait n° 3), le cycle obtenu de 1290 jours des sept trompettes sera à nouveau augmenté d’une période d’un mois et demi (ou de 45 jours) pour donner une durée définitive de 1335 jours (1290 jours + 45 jours = 1335 jours) ; il s’en suit que le cycle apocalyptique complet sera de 2595 jours (1260 jours + 1335 jours = 2595 jours).

Nous savons que l’Apocalypse doit durer sept ans, car elle correspond avec la « soixante-dixième année prophétique » de Daniel, chapitre IX, verset 27 (voir extrait n° 4). Nous observons qu’il y a en sept ans (sans compter les jours supplémentaires des années bissextiles) sept fois 365 jours ou 2555 jours. Or, il se trouve que le cycle apocalyptique de 2595 jours le dépasse de 40 jours, puisque : 2595 jours – 40 jours = 2555 jours. De ce fait, le cycle apocalyptique n’étant pas plus court et à peine un peu plus long que celui de sept années solaires, nous en déduisons que la première chronologie de « rupture des sept sceaux » ne peut pas être « raccourcie », parce que l’on ne peut pas compter moins que 1260 jours, durée clairement indiquée dans les textes, ni « rallongée » parce que l’on ne doit pas non plus compter davantage que 2595 jours, ce dernier cycle dépassant déjà de 40 jours celui de sept fois 365 jours. Ainsi, il apparaît que la « rupture des sept sceaux » doit par nécessité bel et bien correspondre avec une durée exacte de 42 mois (42 x 30 jours) ou de 1260 jours. Ces constatations présentent l’avantage de nous permettre de dater avec rigueur tout l’ensemble des événements apocalyptiques depuis le début du cycle de sept ans jusqu’à sa fin.

C’est seulement grâce à une chronologie complète et détaillée des événements apocalyptiques faite à l’avance que nous pourrons, le moment venu, vérifier si les dates déterminées par le schéma des cycles historiques de l’Histoire du Monde, qui place l’Apocalypse de 2020 à 2027, correspondent ou non avec la réalité des événements objectifs qui se réaliseront dans cette même période ; si c’est le cas, la véracité des prophéties bibliques sera prouvée, de même que la réalité des cycles historiques et il n’y aura plus de contestation possible !

 

2)      Le commencement des événements apocalyptiques.

 

L’Union européenne s’édifie sans cesse au cours des années, comme de façon surnaturelle, et intègre bientôt la Russie. Elle compte alors environ 600 millions d’habitants sur un territoire de 20 millions de km2.

L’Union européenne est naturellement alliée avec les pays les plus riches de la planète : les Etats-Unis, le Canada et le Japon. Ensemble, ces deux blocs ont une population de près d’un milliard d’habitants, soit 1/6° de la population mondiale, et occupent un territoire de 40 millions de km2. Leurs forces sont équivalentes.

Le 31 mars 2020, le premier sceau de l’Apocalypse est brisé par l’Agneau de Dieu (voir extrait n° 5). Un cavalier céleste, probablement l’Archange Michel (voir extraits n° 6 et 7), est armé d’un arc, monte un cheval blanc, reçoit une couronne et part en « Vainqueur pour Vaincre ».

Le 27 septembre 2020, le deuxième sceau est brisé (voir extrait n° 8). Le deuxième cavalier céleste apparaît monté sur un cheval couleur « de feu » et reçoit le pouvoir de « bannir la paix de la terre » : il reçoit une grande épée.

Le 26 mars 2021, le troisième sceau est brisé (voir extrait n° 9). Un nouveau cavalier céleste apparaît monté sur un cheval noir et porte une balance à la main ; une voix lui dit : « Une mesure de froment pour un denier ! (ou une journée de salaire, soit environ 50 euros ou 327,98 F). Trois mesures d’orge pour un denier ! (soit une mesure d’orge pour environ 16,67 euros ou 109,33 F). Et ne touche ni à l’huile ni au vin ! ».

Le 22 septembre 2021, le quatrième sceau est brisé (voir extrait n° 10). Le dernier cavalier céleste apparaît suivi du « Séjour des morts » et il porte un nom : « La Mort » ! Pour cette raison, il monte un cheval de couleur « cadavérique » !

La mission des Quatre Cavaliers de l’Apocalypse est clairement indiquée au chapitre VI du livre, à la fin du verset 8 : « On leur donna pouvoir sur le quart de la terre, pour en faire périr les habitants par l’épée, la famine, la peste et les bêtes féroces de la terre ». Cela signifie : guerres, famines, épidémies mortelles (cavalier appelé « La Mort »), déchaînement des forces de la nature (séismes et catastrophes naturelles annoncés par le Christ à ses disciples) et des bêtes sauvages qui se retournent contre l’homme. Il y a derrière ces événements des forces surnaturelles insoupçonnées représentées par les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse : l’homme n’est plus maître de son destin !

Le 21 mars 2022 (printemps), le cinquième sceau est brisé (voir extrait n° 11). Les âmes des martyrs apparaissent dans le ciel (lieu réel où se trouve Jésus ressuscité) et on leur remet une robe blanche (symbole de pureté). Ils doivent faire preuve de patience et attendre que « le nombre de ceux qui doivent être mis à mort comme eux fût au complet ». Cette remarque signifie que l’Enlèvement de l’Eglise n’a pas encore eu lieu à l’ouverture du 5° sceau, mais elle signifie aussi que la guerre contre les chrétiens authentiques n’est toujours pas terminée en cette année de printemps 2022 !

Lorsque le 6° sceau de l’Apocalypse est rompu, le 17 septembre 2022, le Diable appelé « Dragon » est précipité sur la Terre avec ses anges (voir extraits n° 12, 13 et 14) qui s’installent probablement en Sibérie, terre « vierge », et dont la chute est comparée à des « étoiles qui tombent du ciel » (voir extrait n° 15).

Cent quarante jours après la chute du Diable sur la Terre, les serviteurs de Jésus, qui forment « l’Israël de Dieu » (voir extrait n° 16), sont marqués du Sceau de Dieu (voir extrait n° 17).

De même, après avoir été marqués du Sceau divin sur leur front, dès le 4 février 2023, les deux Témoins annoncés longtemps à l’avance par les Saintes Ecritures et destinés à préparer le Retour de Jésus, commencent leur mission, juste 40 jours avant la rupture du septième sceau. Ils annoncent le message « interdit » car méprisé et rejeté depuis longtemps par les autorités de ce monde, de même que par les Eglises dites « traditionalistes », à savoir : le message du Retour de Jésus (voir extrait n° 18). De nombreux disciples, ceux qui ont été marqués du Sceau de Dieu, font la même chose. Les deux Témoins, probablement Moïse (qui représente la Loi) et Elie (qui représente les Prophètes), ceux-là mêmes qui étaient apparus à Jésus lors de sa Transfiguration, prophétiseront pendant 1260 jours (voir extrait n° 19) et seront mis à mort le 18 juillet 2026, soit 40 jours avant la septième et dernière trompette (fléaux des sept coupes).

Soulignons que le début de leur ministère commence 1040 jours depuis le début de l’Apocalypse car 5 fois 180 jours font 900 jours (5 trompettes accomplies) et les 140 jours passés après le début de la sixième trompette (180 jours – 40 jours = 140 jours) s’ajoutent aux 900 jours pour en faire 1040 en tout. Il faut alors ajouter à ces 1040 jours, déjà accomplis depuis le début de l’Apocalypse, les 1260 jours du ministère particulier des deux Témoins pour obtenir le cycle de 2300 jours, lequel a été annoncé longtemps à l’avance par Daniel, chapitre VIII, versets 13 et 14 (voir extrait n° 20). Soit : 1040 jours + 1260 jours = 2300 jours.

 

3)      L’apparition de l’Antéchrist.

 

A la rupture du dernier sceau du livre de l’Agneau de Dieu (voir extrait n° 21), le 16 mars 2023, apparaissent sept anges dans le ciel, chacun est muni d’une trompette pour sonner l’heure de l’accomplissement des sept grands jugements de l’Apocalypse. L’Union européenne, unie avec la Russie, devient l’empire de l’Antéchrist, représenté dans les visions de Saint Jean par la Bête à sept têtes et dix cornes (voir extrait n° 22).

L’Antéchrist (voir extraits n° 23, 24 et 25), au pouvoir par le Diable depuis le 12 septembre 2023, date de la première trompette, agit sans tarder pour soumettre les Etats arabes et établir une alliance militaire avec dix d’entre eux, lesquels sont représentés par les « cornes de la Bête » et les « orteils des pieds » de la statue du prophète Daniel (voir extraits n° 26 et 27). Mais une révolte de trois de ces Etats provoque l’intervention de l’Union européenne et de la Russie au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (voir extrait n° 28). Ces Etats sont rapidement vaincus, puis unifiés par l’Antéchrist qui place à leur tête le Faux prophète (voir extraits n° 29 et 30).

Trois des dix cornes de la Bête à sept têtes ont ainsi été abattus et il en reste sept. Mais le Faux prophète devient une huitième corne qui s’élève au-dessus des autres : c’est elle qui s’exprime avec arrogance dans la vision de Daniel (voir extrait n° 31). En effet, le Faux prophète représente l’Islam et a pour mission d’imposer aux Etats musulmans la domination de l’Antéchrist, chef de l’Union européenne. Une nouvelle religion œcuménique regroupe le judaïsme, le christianisme et l’Islam tandis que le Coran est accrédité (voir extrait n° 32).

La Bête à sept têtes, lesquelles représentent la succession des anciens empires, possède maintenant huit cornes : c’est l’empire de Rome reconstitué, mais cette fois à l’échelle planétaire. L’empire de l’Antéchrist est représenté par les sept têtes qui furent : 1°) celui de Nabuchodonosor, roi de Babylone ; 2°) l’empire Perse ; 3°) l’empire Grec, fondé par Alexandre le Grand, lequel a été divisé en quatre parties après sa mort (ou quatre têtes qui s’ajoutent aux deux premières pour en faire six) ; et, enfin, 4°) le dernier fut l’empire Romain qui a déjà existé dans le passé et doit reparaître à la fin du « temps des nations » (septième, puis huitième tête). Il est entendu que la huitième tête est aussi une personne, l’Antéchrist qui réapparaît, juste trois ans et demi avant le Retour de Jésus. L’Apocalypse, au chapitre XVII, versets 8 à 11, indique qu’elle est en même temps « l’une des sept », car l’Antéchrist doit être, selon les Ecritures, la réapparition de l’une des têtes de ces empires passés, une personne qui était en son temps admirée et sera ramenée à la vie par le pouvoir du Diable lui-même. Il s’agit malheureusement de la résurrection satanique d’Alexandre le Grand, le fondateur de l’empire Grec, duquel il est dit qu’il doit « monter de l’Abîme ». Voilà pourquoi il est fait allusion dans l’Apocalypse aux anciens empires aujourd’hui plus ou moins « oubliés », qui datent de plusieurs siècles et n’avaient plus rien à voir avec les temps modernes : c’est la résurrection satanique d’Alexandre le Grand au moment de l’Apocalypse qui établit d’office une telle relation. Il s’agit en effet d’un « mystère », tenu caché mais compris par quiconque se donne la peine d’étudier attentivement les visions apocalyptiques de la Bible (livre de Daniel et Apocalypse de Saint Jean), selon la recommandation même que Jésus fit à ses disciples. Remarquons que le Faux prophète (Mahomet, auteur du Coran qui fut une contrefaçon de la Bible) doit lui aussi « monter de l’Abîme », autrement dit être ressuscité par le pouvoir du Diable ; c’est pourquoi il est écrit qu’ils seront jetés tous les deux directement dans l’étang ardent de feu et de soufre (car il s’agit de la « seconde mort » et on ne peut y être jeté qu’après la résurrection).

Maintenant, la Bête à huit cornes (ou alliés) englobe un territoire gigantesque, jamais vu dans l’histoire, qui s’étend sur toute l’Europe, la Sibérie, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord : c’est le retour de l’empire Romain, cette fois incarné par Alexandre le Grand ressuscité, pour réaliser son ancien rêve de domination du monde !

Faut-il l’appeler « Grand Monarque », celui dont la venue a été annoncée par les quatrains de Nostradamus ? Lui dont les prophéties avaient par ailleurs donné une date codée : 1999. Elle ne serait pas issue de notre calendrier, mais de la chronologie réelle des événements comptés à partir du début de l’histoire de l’Eglise, à savoir : l’an 27. Ce point de départ chronologique est plus logique. Elle correspondrait alors à l’an 2026 et serait la date de la Bataille d’Harmaguédon (27 de notre ère + 1999 = 2026).

 

Quatrain X, 72 :

« L’an mil neuf cens nonante neuf sept mois,

Du ciel viendra un grand Roy d’effrayeur :

Ressusciter le grand Roy d’Angolmois,

Avant après Mars régner par bonheur ».

Traduction logique possible :

« En 2026 s’abattront pendant sept mois les jugements des coupes,

Alors du ciel viendra le Roi des rois qui exercera le Jugement

Contre l’Antéchrist monté de l’Abîme,

Aux alentours de mars 2027, après quoi régnera le Messie par bonheur ! ».

 

Pour trouver la clé des prophéties codées de Nostradamus, il convient d’abord de placer les quatrains en relation avec les passages bibliques concernés par eux et de les comparer ; sur plusieurs comparaisons réalisées il est logique d’obtenir à la fois la traduction et la clé ! Cette clé ne serait pas cachée ailleurs qu’à l’intérieur même des quatrains, de ceux qui sont en rapport avec les prophéties bibliques concernées. Il faut avoir en premier lieu étudié les visions prophétiques et en second lieu, lire les quatrains de Nostradamus ! Il en est de même avec la Conclusion de la Prophétie des papes de Saint Malachie.

La Chine, l’Inde, l’Afrique noire et l’Amérique latine ne peuvent pas résister à une telle influence et se soumettent au pouvoir des deux blocs : celui de l’empire de l’Antéchrist et du Faux prophète allié avec les Etats-Unis, le Canada et le Japon, seconde partie des pays les plus riches de la planète, tous situés au-delà des océans.

Le monde est ainsi livré à la puissance du Diable et plus personne ne semble pouvoir s’opposer à la domination de l’Antéchrist et du Faux prophète, car le pouvoir de la « trinité satanique », fondé sur celui de l’argent et de la violence des armes (voir extrait n° 33), s’impose partout sur la planète.

Pendant ce temps, les jugements de Dieu s’abattent sur le monde corrompu à cause des fléaux des trompettes de la vision de Saint Jean qui s’accomplit.


 

4)      Les jugements des sept trompettes.

 

Ø      1° Trompette, le 12 septembre 2023 :

Fléau de la grêle mêlée de feu qui brûle le tiers de la terre.

Ø      2° Trompette, le 10 mars 2024 :

Météorite qui tombe dans la mer, tue le tiers des poissons et détruit le tiers des navires.

Ø      3° Trompette, le 6 septembre 2024 :

Météorite nommée « Absinthe » dont les éléments se dispersent dans l’atmosphère, se mêlent aux pluies et empoisonnent le tiers des eaux des sources, des rivières et des fleuves. Elle fait mourir un grand nombre d’hommes.

Ø      4° Trompette, le 5 mars 2025 :

L’atmosphère est assombrie et les jours perdent le tiers de leur clarté, de même que les nuits qui deviennent très obscures.

Ø      5° Trompette, le 1° septembre 2025 :

C’est elle qui accomplit le premier des « trois grands malheurs » ; un ange déchu, l’Ange de l’Abîme, ouvre le « Puits de l’Abîme » (à Delphes) et il en sort des démons semblables à des sauterelles qui, dans un premier temps, tourmentent pendant cinq mois (150 jours) tous ceux qui n’ont pas reçu le Sceau de Dieu sur leur front. Nous observons ici que l’Eglise n’a pas encore été enlevée. Ensuite, dans un deuxième temps, les « démons sauterelles » possèdent les esprits des hommes (possession démoniaque) pour les conduire à la plus grande des guerres : la Bataille d’Harmaguédon. Le nom de l’ange de l’Abîme est d’abord révélé en hébreu : « Abaddon », qui signifie « Destruction, Ruine, Séjour des morts » ; puis en grec : « Apollyon », qui signifie « Destructeur ». En grec, son nom est assimilé au dieu « Apollon » dont la puissance divinatoire était transmise aux pythies de Delphes, là même où se trouvait l’entrée du gouffre d’où sortaient les démons qui les inspiraient. Ainsi, les pythies n’étaient pas seulement en transe hypnotique à cause des gaz particuliers qui sortaient du sous-sol du Temple de Delphes (failles qui se croisent sous le Temple et dont il reste des traces visibles), mais aussi parce qu’il en sortait des démons qui les possédaient ; il s’agissait en réalité d’une « Porte Cosmique », fermée depuis, mais destinée à être à nouveau ouverte, juste au moment des événements apocalyptiques.

De nouvelles révoltes provoquées par la libération des démons ont entraîné une nouvelle intervention de l’Antéchrist en Afrique du Nord (voir extrait n° 34). Cette fois les Etats-Unis se retournent contre lui et les Américains expédient leur flotte en Méditerranée pour secourir la rébellion (voir extrait n° 35).

Dès lors, furieux, l’Antéchrist mobilise ses troupes au Nord, Gog et Magog (voir extrait n° 36) et se retourne contre Israël qu’il prend en otage pour stopper l’intervention américaine (voir extrait n° 37). C’est alors que, pour faire un sacrifice « agréable » au Diable, favoriser en même temps son plan machiavélique de destruction du monde et renverser définitivement celui de Dieu, il profane le Temple de Jérusalem (en opposition avec celui de Delphes), probablement reconstruit à la place de la mosquée d’Omar si celle-ci n’est pas transformée en « Temple Juif » dans les années à venir (voir extrait n° 38).

A cause de l’influence des démons qui sont sortis du « Puits de l’Abîme » pendant la cinquième trompette, lesquels ont possédé les esprits des hommes pour les rendre « fous », la Chine et l’Inde s’allient avec les Etats-Unis, le Canada et le Japon. Ils mobilisent à leur tour une armée encore jamais vue, de 200 millions d’hommes, qui correspondent à environ 10 % de leur population.

Cette armée redoutable se met rapidement en route et arrive au bord de l’Euphrate asséché ; elle traverse le lit du fleuve, qui servait de frontière naturelle depuis des siècles, pour venir à la rencontre de l’Antéchrist et du Faux prophète, dont les forces armées se trouvent stationnées en Palestine.

Ø      6° Trompette, le 28 février 2026 :

Elle accomplit le deuxième des « trois grands malheurs ». Les prophéties peuvent certainement être datées à l’avance car « les quatre anges enchaînés au bord de l’Euphrate, qui attendaient l’heure, le jour, le mois et l’année » sont enfin déliés pour faire périr le tiers des hommes en ouvrant le passage à la grande armée de 200 millions d’hommes qui doivent passer par là. Ensuite, les « Sept Tonnerres » font entendre leur voix pour annoncer le « mystère » maintenant révélé, celui de l’Enlèvement de l’Eglise. Le retour de Jésus va bientôt s’accomplir et les chrétiens sont avertis pour se préparer à aller à sa rencontre (parabole des dix vierges).

Ø      7° Trompette (ou Dernière Trompette), le 27 août 2026 :

Elle accomplit le troisième des « trois grands malheurs ». Cette fois, le « mystère de Dieu » annoncé par les « Sept Tonnerres » s’accomplit, à savoir : l’Enlèvement de l’Eglise vivante de Jésus-Christ (voir extraits n° 39, 40, 41 et 42). C’est un malheur pour le monde car, dès lors, les sept anges qui portent les Sept Coupes du courroux de Dieu apparaissent dans le ciel. Ce sont ces sept coupes qui constituent le « troisième grand malheur » et ce dernier ne pouvait s’accomplir tout aussi longtemps que des chrétiens authentiques restaient encore sur terre : c’est pourquoi ils ont été enlevés !

Les deux Témoins de Dieu dont la puissance rappelle celles de Moïse et d’Elie, lesquels représentent la Loi et les Prophètes, c’est-à-dire l’Ancien Testament (voir extraits n° 43 et 44), ont été arrêtés et crucifiés à Jérusalem, le 18 juillet 2026, comme l’avait été Jésus avant eux, puis ils revinrent à la vie après trois jours et demi (notons ici la relation qui existe entre « trois jours et demi de mort » pour « trois ans et demi de ministère »). Ils ont aussitôt été enlevés au ciel (voir extrait n° 45). Au retentissement de la septième et dernière trompette, le 27 août 2026, les autres serviteurs et disciples de Jésus sont à leur tour enlevés, comme l’avait été en son temps Enoch (voir extrait n° 46). Parmi les chrétiens, l’un est pris, l’autre laissé (voir extrait n° 47). La parabole des Dix Vierges avait depuis longtemps averti les Eglises (voir extrait n° 48) : celles qui n’auront plus « d’huile » dans leur lampe seront rejetées. Cela signifie que les Eglises « traditionalistes » qui ont abandonné la Parole vivante de Dieu, « l’huile » des lampes, c’est-à-dire celles qui ont écarté l’enseignement authentique des Saintes Ecritures au profit des traditions mortes, ne pourront pas prendre part au salut ; en effet, ces Eglises n’ont pas l’onction divine (Esprit de Dieu ou lumière des lampes) et ne prêchent jamais le « Retour de Jésus » parce qu’elles n’y croient pas !


 

5)      Les jugements des sept coupes.

 

Ø      1° Coupe, le 27 août 2026 :

Un ulcère malin et douloureux frappe tous ceux qui portent la marque de la Bête (666), laquelle avait été imposée par le Faux prophète.

 

Ø      2° Coupe, le 26 septembre 2026 :

La mer se change en sang.

 

Ø      3° Coupe, le 26 octobre 2026 :

Les sources et les fleuves se changent en sang.

 

Ø      4° Coupe, le 25 novembre 2026 :

Le Soleil devient brûlant comme un feu vif.

 

Ø      5° Coupe, le 25 décembre 2026 (Noël) :

L’empire de l’Antéchrist est plongé dans les ténèbres et les ulcères deviennent de plus en plus douloureux.

 

Ø      6° Coupe, le 24 janvier 2027 :

L’Euphrate est asséché et les démons de la trinité satanique, semblables à des grenouilles, ceux-là mêmes qui ont fait des prodiges, se rendent auprès de tous les Chefs d’Etats pour les inciter et les forcer à prendre part à la Grande Bataille d’Harmaguédon. Le monde, qui ne croit ni en Dieu, ni au Diable (sauf en l’argent), ne sait plus ce qu’il fait : l’armée venant de l’Orient, forte de 200 millions d’hommes, se met rapidement en marche et arrive au bord de l’Euphrate asséché ; profitant de la circonstance, elle traverse le lit du fleuve qui servait jusqu’ici de frontière naturelle et se rend à la rencontre des troupes de l’Antéchrist et du Faux prophète dont les forces militaires campent toujours en Palestine. En effet, pour « éviter » la destruction des lieux saints du monothéisme par des bombardements massifs, il fallait faire appel aux troupes de l’armée de terre qui, de toute façon, sont déjà mobilisées et prêtes au grand carnage !

 

Ø      7° Coupe, le 23 février 2027 :

De grands séisme catastrophiques surviennent sur toute la planète qui « tremble » comme elle ne l’a jamais fait dans toute l’histoire. D’énormes blocs de grêles, peut-être issus de la chute d’une comète, de 40 kilos chacun (un talent), s’abattent sur terre au travers d’une sombre obscurité. L’Antéchrist choisit ce moment pour donner l’ordre de détruire Rome, capitale du christianisme (voir extrait n° 49), comme pour « supprimer un premier otage » et réduire au silence les quelques derniers chrétiens qui seraient restés sur terre. La ville aux sept collines, que l’Apocalypse nomme « La Grande Prostituée », est définitivement détruite par les « cornes de la Bête » (l’alliance militaire de l’Antéchrist) ; mais cela ne dissuade en rien l’ennemi et, bien au contraire, la Grande Bataille est aussitôt engagée !

Mais au jour et à l’heure choisis par Dieu (voir extrait n° 50), venant du ciel, apparaissent des « vaisseaux » venant de l’espace, ceux-là mêmes qui forment les armées du Christ, le Fils de Dieu. C’est le Retour effectif de Jésus (voir extrait n° 51). Leur feu, celui de la puissance divine, anéantit toutes les forces armées qui s’étaient rassemblées pour la grande Bataille (voir extraits n° 52 et 53). Le Diable est vaincu par les armées célestes qui accompagnent le Christ ; le Dragon, l’Antéchrist et le Faux prophète sont arrêtés (voir extrait n° 54). Le Chérubin déchu est enfermé pour mille ans dans le Puits de l’Abîme dont l’entrée est refermée et scellée, tandis que l’Antéchrist et le Faux prophète, qui avaient été « ressuscités avant l’heure » par le Chérubin déchu (voir extrait n° 55), sont jetés vivants dans l’étang ardent de feu et de soufre appelé « seconde mort » (voir extrait n° 56).

Après ces événements, le monde, transformé, entrera dans une nouvelle ère de paix de dix siècles (millenium), laquelle se terminera par la libération du Diable, pour une dernière épreuve, laquelle sera suivie du Jugement Dernier. Les élus entreront dans la Nouvelle Jérusalem pour l’Eternité.

 

 

Tableau chronologique des événements apocalyptiques :

Date :

Jour :

N° :

Chrono :

Témoins :

Enlèv. :

1260 j.

180 j.

Evénement :

31/03/2020

Mardi

727920

0

1040

2340

0

0

1° Sceau

27/09/2020

Dimanche

728100

180

860

2160

180

180

2° Sceau

26/03/2019

Vendredi

728280

360

680

1980

360

180

3° Sceau

22/09/2019

Mercredi

728460

540

500

1800

540

180

4° Sceau

21/03/2019

Lundi

728640

720

320

1620

720

180

5° Sceau

17/09/2019

Samedi

728820

900

140

1440

900

180

6° Sceau

04/02/2019

Samedi

728960

1040

0

1300

1040

140

Témoins

16/03/2019

Jeudi

729000

1080

40

1260

1080

180

7° Sceau

12/09/2019

Mardi

729180

1260

220

1080

1260

180

1° Trompette

10/03/2019

Dimanche

729360

1440

400

900

180

180

2° Trompette

06/09/2019

Vendredi

729540

1620

580

720

360

180

3° Trompette

05/03/2019

Mercredi

729720

1800

760

540

540

180

4° Trompette

01/09/2019

Lundi

729900

1980

940

360

720

180

5° Trompette

28/02/2019

Samedi

730080

2160

1120

180

900

180

6° Trompette

18/07/2019

Samedi

730220

2300

1260

40

1040

140

6° Trompette

27/08/2019

Jeudi

730260

2340

40

0

1080

180

1° Coupe

26/09/2019

Samedi

730290

2370

70

30

1110

30

2° Coupe

26/10/2019

Lundi

730320

2400

100

60

1140

60

3° Coupe

25/11/2019

Mercredi

730350

2430

130

90

1170

90

4° Coupe

25/12/2019

Vendredi

730380

2460

160

120

1200

120

5° Coupe

24/01/2019

Dimanche

730410

2490

190

150

1230

150

6° Coupe

23/02/2019

Mardi

730440

2520

220

180

1260

180

7° Coupe

25/03/2019

Jeudi

730470

2550

250

210

1290

210

Harmaguédon

09/05/2019

Dimanche

730515

2595

295

255

45

45

Retour du Christ

14/05/2019

Vendredi

730520

2600

300

260

5

5

Fin

 

Les nombres numérotés sont les jours comptés depuis la date de la crucifixion de Jésus.

Par exemple, le mardi 31/03/2020 correspond au n° 727920, soit 1992 ans et 357 jours.

 

 

 

Deuxième Partie :

Citations bibliques avec commentaires

 

1

Apocalypse

XIII

5

 

13.5 Et il lui fut donné une bouche qui proférait des paroles arrogantes et des blasphèmes; et il lui fut donné le pouvoir d'agir pendant quarante-deux mois.

 

Le temps du pouvoir de l’Antéchrist sera limité à 42 mois, c’est-à-dire à 1260 jours, les mois cités correspondant toujours à des périodes invariables de 30 jours chacune.

 

2

Daniel

XII

11

 

12.11 Depuis le temps où cessera le sacrifice perpétuel, et où sera dressée l'abomination du dévastateur, il y aura mille deux cent quatre-vingt-dix jours.

 

Une autre durée complémentaire nous est donnée dans le prophète Daniel : 1290 jours, soit 43 mois ou un mois supplémentaire (à la durée de 1260 jours). Ceci s’explique de la façon suivante : les 1260 jours font aussi 6 fois 180 jours, mais la dernière période de 180 jours comprend un mois supplémentaire de 30 jours, pour faire 210 jours. Ces 210 jours correspondent aux sept coupes dont chacune dure 30 jours, soit sept fois 30 jours ou 210 jours.

 

3

Daniel

XII

12

 

12.12 Heureux celui qui attendra, et qui arrivera jusqu'au mille trois cent trente-cinq jours!

 

Une nouvelle durée supplémentaire est ajoutée à celle de 1290 jours, de 45 jours pour faire 1335 jours. Cette durée de 45 jours correspond à la bataille d’Harmaguédon après la destruction de Rome (à la septième coupe).

 

4

Daniel

IX

27

 

9.27 Il fera une solide alliance avec plusieurs pour une semaine, et durant la moitié de la semaine il fera cesser le sacrifice et l'offrande; le dévastateur commettra les choses les plus abominables, jusqu'à ce que la ruine et ce qui a été résolu fondent sur le dévastateur.

 

Il fera une alliance de sept ans (de 2023 à 2030), mais arrivé à la moitié de ces sept années, c’est-à-dire après trois ans et demi passés, il fera cesser le sacrifice. L’alliance de sept ans débute le 12 septembre 2023 (1° Trompette) et sera rompue après trois ans et demi, à la septième Coupe, le 23 février 2027.

Une autre interprétation est possible, mais il ne faut pas tenir compte du sens littéral : la « 70° semaine d’années » de Daniel doit être divisée en deux parties et la rupture de l’alliance se ferait après trois ans et demi ou une fois arrivé à la moitié de ces sept années.

 

5

Apocalypse

VI

1 & 2

 

6.1 Je regardai, quand l'agneau ouvrit un des sept sceaux, et j'entendis l'un des quatre êtres vivants qui disait comme d'une voix de tonnerre: Viens. 6.2 Je regardai, et voici, parut un cheval blanc. Celui qui le montait avait un arc; une couronne lui fut donnée, et il partit en vainqueur et pour vaincre.

 

Ce cavalier monté sur un cheval blanc pourrait être le Chef des anges, c’est-à-dire l’archange Michel. Nous pouvons toutefois penser qu’il sera le chef des trois suivants.

 

6

Apocalypse

XII

7 à 9

12

Apocalypse

XII

7 à 9

 

12.7 Et il y eut guerre dans le ciel. Michel et ses anges combattirent contre le dragon. Et le dragon et ses anges combattirent, 12.8 mais ils ne furent pas les plus forts, et leur place ne fut plus trouvée dans le ciel. 12.9 Et il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui.

 

Le Diable doit être précipité sur la Terre, à partir du ciel et non de lieux souterrains, comme le pensent certains partisans de la « théorie de la Terre creuse ». Il est précisé : « et ses anges furent précipités avec lui ». Il s’agit des anges déchus et non des démons. Les anges déchus ont un corps physique, comme les autres anges et les démons sont des esprits seulement. La chute du Diable sur la Terre se présentera obligatoirement par la « chute des étoiles », c’est-à-dire l’arrivée en masse d’O.V.N.I. Il s’agira d’une invasion car ils seront très nombreux : leur nombre correspond au tiers de la totalité des anges. Etrangement le tiers de « 1000 » est « 333 » et les deux tiers de « 1000 » font « 666 » ! La marque de la Bête, qui est le nombre « 666 », signifierait-elle d’un point de vue analogique qu’un tiers des anges, les anges déchus, contrôleront les deux tiers des êtres humains après leur arrivée ?

 

7

Daniel

XII

1 à 3

 

12.1 En ce temps-là se lèvera Michel, le grand chef, le défenseur des enfants de ton peuple; et ce sera une époque de détresse, telle qu'il n'y en a point eu de semblable depuis que les nations existent jusqu'à cette époque. En ce temps-là, ceux de ton peuple qui seront trouvés inscrits dans le livre seront sauvés. 12.2 Plusieurs de ceux qui dorment dans la poussière de la terre se réveilleront, les uns pour la vie éternelle, et les autres pour l'opprobre, pour la honte éternelle. 12.3 Ceux qui auront été intelligents brilleront comme la splendeur du ciel, et ceux qui auront enseigné la justice, à la multitude brilleront comme les étoiles, à toujours et à perpétuité.

 

Ici, le prophète Daniel nous confirme l’Apocalypse de Saint Jean. L’archange Michel interviendra et provoquera la chute du Diable sur la Terre, au temps de la fin, c’est-à-dire pendant les événements apocalyptiques. Daniel parle de la résurrection des morts, ce dont il est aussi question dans l’Apocalypse.

 

8

Apocalypse

VI

4

 

6.4 Et il sortit un autre cheval, roux. Celui qui le montait reçut le pouvoir d'enlever la paix de la terre, afin que les hommes s'égorgeassent les uns les autres; et une grande épée lui fut donnée.

 

C’est ici l’ange de la guerre. Il y aura une guerre qui se déclenchera pendant le deuxième sceau de l’Apocalypse. Il ne faut donc pas penser que « tout va aller pour la mieux dans le meilleur des mondes » : tous les pronostics des hommes politiques seront contredits car, malgré leurs efforts de paix, la guerre éclatera. Croire que la Deuxième Guerre mondiale a été la dernière des guerres est une erreur ! Pourquoi ? Parce que l’injustice dans le monde ne peut pas produire la paix ! La guerre est obligatoire et revient toujours tout aussi longtemps que le problème des riches et des pauvres ne sera pas réglé dans le monde, autant entre les individus qu’entre les peuples (pays riches et pays pauvres).

 

9

Apocalypse

VI

5 à 6

 

6.5 Quand il ouvrit le troisième sceau, j'entendis le troisième être vivant qui disait: Viens. Je regardai, et voici, parut un cheval noir. Celui qui le montait tenait une balance dans sa main. 6.6 Et j'entendis au milieu des quatre êtres vivants une voix qui disait: Une mesure de blé pour un denier, et trois mesures d'orge pour un denier; mais ne fais point de mal à l'huile et au vin.

 

Le blé et l’orge seront affectés, mais pas le fruit de l’olivier, ni celui de la vigne. L’huile et le vin sont utilisés dans les rites de l’Eglise : Onction d’huile et Sainte Scène ; ils seront préservés ! Par ailleurs, les oliviers et les vignes souffrent moins en période de sécheresse que le blé et l’orge : il y aura donc une grande sécheresse ! Celle-ci commencera au printemps, à partir du 26 mars 2021. Mais nous pouvons observer que le processus d’une sécheresse mondiale est déjà commencé depuis 2003, année de la première grande canicule ! Qu’arrivera-t-il 20 ans après cette date ?

 

10

Apocalypse

VI

7 à 8

 

6.7 Quand il ouvrit le quatrième sceau, j'entendis la voix du quatrième être vivant qui disait: Viens. 6.8 Je regardai, et voici, parut un cheval d'une couleur pâle. Celui qui le montait se nommait la mort, et le séjour des morts l'accompagnait. Le pouvoir leur fut donné sur le quart de la terre, pour faire périr les hommes par l'épée, par la famine, par la mortalité, et par les bêtes sauvages de la terre.

 

Notons ici que le quart de la Terre est affecté, mais ce n’est que le début ! Nous avons ici la signification des quatre cavaliers de l’Apocalypse : « faire périr les hommes par l'épée, par la famine, par la mortalité, et par les bêtes sauvages de la terre ».

 

11

Apocalypse

VI

9 à 11

 

6.9 Quand il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l'autel les âmes de ceux qui avaient été immolés à cause de la parole de Dieu et à cause du témoignage qu'ils avaient rendu. 6.10 Ils crièrent d'une voix forte, en disant: Jusqu’à quand, Maître saint et véritable, tardes-tu à juger, et à tirer vengeance de notre sang sur les habitants de la terre? 6.11 Une robe blanche fut donnée à chacun d'eux; et il leur fut dit de se tenir en repos quelque temps encore, jusqu'à ce que fût complet le nombre de leurs compagnons de service et de leurs frères qui devaient être mis à mort comme eux.

 

Ne vous y trompez pas, l’Eglise ne sera pas enlevée « tout de suite », c’est-à-dire avant les événements apocalyptiques ! Ceux qui veulent vous le faire croire vous « trompent », car en réalité ils ne croient pas du tout à l’accomplissement des événements apocalyptiques, et pour éviter d’en parler, ils prétendent, en tordant le sens des Ecritures, que l’enlèvement de l’Eglise doit avoir lieu avant la « 70° semaine d’années » de Daniel ! Quel argument sortent-ils ? Juste un passage qu’il n’ont pas compris de la Deuxième Epître aux Thessaloniciens (ch. 2 v 6-8) : « Et maintenant vous savez ce qui retient pour qu’il soit révélé en son propre temps. Car le mystère d’iniquité opère déjà ; seulement celui qui retient maintenant, le fera jusqu’à ce qu’il soit loin. Et alors sera révélé l’inique, que le seigneur Jésus consumera par le souffle de sa bouche et qu’il anéantira par l’apparition de sa venue ». Celui qui retient la manifestation de l’Antéchrist est l’Esprit de Dieu dans l’Eglise. Mais « le retrait » de l’Esprit de Dieu dans les Eglises ne viendra pas de l’enlèvement des chrétiens, il viendra de l’abandon de la foi, en particulier dans les Eglises qui obéissent aux « traditions humaines » plutôt qu’à Dieu ! L’Esprit de Dieu a déjà été « écarté » depuis longtemps de nombreuses Eglises et comment se fait-il que vous ne vous en soyez pas rendu compte ? Par ailleurs, le jour où l’Eglise sera effectivement enlevée, croyez vous réellement que l’Esprit de Dieu cessera d’exister sur Terre ? Ne savez-vous pas qu’il remplit tout l’Univers ?

 

Il ne s’agit donc pas, dans ce passage de la Deuxième Epître aux Thessaloniciens, de l’enlèvement de l’Eglise, mais des conséquences de l’apostasie ou « abandon de la foi » partout dans le monde, et en particulier dans les Eglises ! Quant à ceux qui soutiennent toujours que l’enlèvement de l’Eglise se fera avant l’Apocalypse, ce sont ceux qui ont déjà « abandonné la foi » (apostasie) car en réalité ils ne croient pas à l’accomplissement des prophéties apocalyptiques et c’est la raison pour laquelle ils ne veulent surtout pas en parler ! En vous « trompant » comme ils le font, ils évitent d’avoir à aborder le sujet de l’Apocalypse lui-même : ce sont des « hypocrites » ! La vérité, c’est que l’enlèvement de l’Eglise aura lieu à la septième trompette, juste avant les sept coupes, c’est-à-dire six années passées après le début des événements apocalyptiques ! Considérez à quel point ces « hypocrites » vous « trompent » et voyez déjà quel jugement leur est réservé !

             

12

Apocalypse

XII

7 à 9

6

Apocalypse

XII

7 à 9

 

12.7 Et il y eut guerre dans le ciel. Michel et ses anges combattirent contre le dragon. Et le dragon et ses anges combattirent, 12.8 mais ils ne furent pas les plus forts, et leur place ne fut plus trouvée dans le ciel. 12.9 Et il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui.

 

Le Diable doit être précipité sur la Terre, à partir du ciel et non de lieux souterrains, comme le pensent certains partisans de la « théorie de la Terre creuse ». Il est précisé : « et ses anges furent précipités avec lui ». Il s’agit des anges déchus et non des démons. Les anges déchus ont un corps physique, comme les autres anges et les démons sont des esprits seulement. La chute du Diable sur la Terre se présentera obligatoirement par la « chute des étoiles », c’est-à-dire l’arrivée en masse d’O.V.N.I. Il s’agira d’une invasion car ils seront très nombreux : leur nombre correspond au tiers de la totalité des anges. Etrangement le tiers de « 1000 » est « 333 » et les deux tiers de « 1000 » font « 666 » ! La marque de la Bête, qui est le nombre « 666 », signifierait-elle d’un point de vue analogique qu’un tiers des anges, les anges déchus, contrôleront les deux tiers des êtres humains après leur arrivée ?

 

13

Apocalypse

XII

13 à 17

 

12.13 Quand le dragon vit qu'il avait été précipité sur la terre, il poursuivit la femme qui avait enfanté l'enfant mâle. 12.14 Et les deux ailes du grand aigle furent données à la femme, afin qu'elle s'envolât au désert, vers son lieu, où elle est nourrie un temps, des temps, et la moitié d'un temps, loin de la face du serpent. 12.15 Et, de sa bouche, le serpent lança de l'eau comme un fleuve derrière la femme, afin de l'entraîner par le fleuve. 12.16 Et la terre secourut la femme, et la terre ouvrit sa bouche et engloutit le fleuve que le dragon avait lancé de sa bouche. 12.17 Et le dragon fut irrité contre la femme, et il s'en alla faire la guerre au restes de sa postérité, à ceux qui gardent les commandements de Dieu et qui ont le témoignage de Jésus.

 

Ici le Dragon poursuit la femme qui a mis au monde l’enfant mâle, c’est-à-dire Jésus-Christ. Par conséquent la femme, c’est Israël. Les visions prophétiques ne tiennent pas compte de l’histoire de l’Eglise, comme si elle n’existait pas et c’est pourquoi on a pris l’habitude de parler de la « parenthèse de l’histoire de l’Eglise » ou « Temps de la Grâce ». Mais cela ne signifie pas que l’Eglise sera enlevée avant le début des événements apocalyptiques ! Lisons attentivement ce texte : « Et le dragon fut irrité contre la femme, et il s'en alla faire la guerre au restes de sa postérité, à ceux qui gardent les commandements de Dieu et qui ont le témoignage de Jésus ». Comment cela serait-il possible dans le cas où l’Eglise aurait déjà été enlevée ? Les choses se passent bien après que le Dragon ait été précipité sur la terre, c’est-à-dire au sixième sceau de l’Apocalypse, deux ans et demi après son commencement !

Une guerre va éclater contre Israël juste après la précipitation du Diable sur la Terre, mais « la terre vient au secours d’Israël » et « avale » le fleuve (armée) lancé contre Israël ! Il peut s’agir d’une victoire militaire ou d’un événement prodigieux !

 

14

Apocalypse

VI

12 à 17

 

6.12 Je regardai, quand il ouvrit le sixième sceau; et il y eut un grand tremblement de terre, le soleil devint noir comme un sac de crin, la lune entière devint comme du sang, 6.13 et les étoiles du ciel tombèrent sur la terre, comme lorsqu'un figuier secoué par un vent violent jette ses figues vertes. 6.14 Le ciel se retira comme un livre qu'on roule; et toutes les montagnes et les îles furent remuées de leurs places. 6.15 Les rois de la terre, les grands, les chefs militaires, les riches, les puissants, tous les esclaves et les hommes libres, se cachèrent dans les cavernes et dans les rochers des montagnes. 6.16 Et ils disaient aux montagnes et aux rochers: Tombez sur nous, et cachez-nous devant la face de celui qui est assis sur le trône, et devant la colère de l'agneau; 6.17 car le grand jour de sa colère est venu, et qui peut subsister?

 

Le sixième sceau correspond avec la chute du Diable sur la Terre. Ce passage de l’Apocalypse nous indique qu’elle sera accompagnée de la chute de véritables astéroïdes, en même temps que son arrivée ! Pour semer la confusion, l’arrivée en masse d’O.V.N.I. doit être « masquée » par une véritable chute de corps célestes car, en observant le ciel, il deviendra difficile de faire la différence entre les astéroïdes et les O.V.N.I. ! De plus, les occupants des vaisseaux spatiaux pourront prétendre être venus au secours de notre monde en détresse ! Le Diable n’est pas à un mensonge près ! Il faut ajouter un avertissement : le Diable et ses anges ne vont pas « improviser leur arrivée sur la Terre », mais ils l’ont sans doute déjà préparée depuis longtemps ! Depuis 1947 nous attendons en effet parler de « soucoupes volantes » et de « contacts » entre leurs occupants et des êtres humains, mais tout cela peut-il se faire sans raison et sans plan élaboré à l’avance ? Ne soyons pas naïfs !

 

15

Apocalypse

XII

4

 

12.4 Sa queue entraînait le tiers des étoiles du ciel, et les jetait sur la terre. Le dragon se tint devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer son enfant, lorsqu'elle aurait enfanté.

 

La queue du Dragon (le Diable) entraîne avec elle le tiers des étoiles du ciel, c’est-à-dire des anges, lesquels sont les anges déchus ! Considérez à quel point ils vont arriver nombreux ! Il s’agit bien d’une invasion d’O.V.N.I. ! Mais le scénario est préparé à l’avance et ils n’auront aucune difficulté à s’emparer du pouvoir mondial car ils sont déjà « infiltrés » dans les milieux politiques, économiques, scientifiques et sociaux depuis plusieurs années ! Même si ce n’est pas directement eux-mêmes, c’est déjà fait à cause des « implants » placés à l’intérieur des corps de leurs victimes ! Pourquoi croyez-vous que l’on ait caché la vérité sur le phénomène O.V.N.I. ? Sans doute pour ne pas « troubler » ce qui était en train de se faire ! Ce serait de la « science fiction » dites-vous ? Non, il s’agit bien des prophéties bibliques : il faut les étudier, les lire et les relire, car de cette façon tout devient clair ! Les prophéties nous ont averti longtemps à l’avance, mais qui s’en soucie de nos jours ? Parmi ceux qui ont compris, beaucoup ont « peur » et se taisent !

 

16

Romains

XI

11 à 24

 

11.11 Je dis donc: Est-ce pour tomber qu'ils ont bronché? Loin de là! Mais, par leur chute, le salut est devenu accessible aux païens, afin qu'ils fussent excités à la jalousie. 11.12 Or, si leur chute a été la richesse du monde, et leur amoindrissement la richesse des païens, combien plus en sera-t-il ainsi quand ils se convertiront tous. 11.13 Je vous le dis à vous, païens: en tant que je suis apôtre des païens, je glorifie mon ministère, 11.14 afin, s'il est possible, d'exciter la jalousie de ceux de ma race, et d'en sauver quelques-uns. 11.15 Car si leur rejet a été la réconciliation du monde, que sera leur réintégration, sinon une vie d'entre les morts? 11.16 Or, si les prémices sont saintes, la masse l'est aussi; et si la racine est sainte, les branches le sont aussi. 11.17 Mais si quelques-unes des branches ont été retranchées, et si toi, qui était un olivier sauvage, tu as été enté à leur place, et rendu participant de la racine et de la graisse de l'olivier, 11.18 ne te glorifie pas aux dépens de ces branches. Si tu te glorifies, sache que ce n'est pas toi qui portes la racine, mais que c'est la racine qui te porte. 11.19 Tu diras donc: Les branches ont été retranchées, afin que moi je fusse enté. 11.20 Cela est vrai; elles ont été retranchées pour cause d'incrédulité, et toi, tu subsistes par la foi. Ne t'abandonne pas à l'orgueil, mais crains; 11.21 car si Dieu n'a pas épargné les branches naturelles, il ne t'épargnera pas non plus. 11.22 Considère donc la bonté et la sévérité de Dieu: sévérité envers ceux qui sont tombés, et bonté de Dieu envers toi, si tu demeures ferme dans cette bonté; autrement, tu seras aussi retranché. 11.23 Eux de même, s'ils ne persistent pas dans l'incrédulité, ils seront entés; car Dieu est puissant pour les enter de nouveau. 11.24 Si toi, tu as été coupé de l'olivier naturellement sauvage, et enté contrairement à ta nature sur l'olivier franc, à plus forte raison eux seront-ils entés selon leur nature sur leur propre olivier.

 

La promesse est faite de faire entrer à nouveau le peuple Juif dans la grâce de Dieu. C’est ici la clé de la « parenthèse de l’histoire de l’Eglise » dans les visions bibliques, laquelle y est occultée. La raison n’a rien à voir avec l’enlèvement de l’Eglise appartenant au « temps de la Grâce » et laissant place « au temps de la Loi » à nouveau revenu ! L’Eglise n’est pas enlevée juste avant le début de l’Apocalypse, la « 70° semaine d’années prophétiques », mais Israël revient au premier plan de l’histoire comme s’il n’y avait pas eu d’interruption après la crucifixion et la résurrection du Messie Jésus. Souvenons-nous qu’après la crucifixion et la résurrection de Jésus, de nombreux disciples de Jésus pensaient que le retour de Jésus devait se faire dans les sept années qui suivaient, c’est-à-dire en 34 de notre ère ! Mais ce n’était pas possible à cause de l’état spirituel dans lequel se trouvait le peuple Juif, quelques années après avoir rejeté le Messie : un temps supplémentaire était nécessaire et « ajouté », celui de l’histoire de l’Eglise, caché du point de vue prophétique, lequel devait durer 1993 ans !

Car il y a eu effectivement une « interruption », laquelle correspond avec l’arrêt de l’accomplissement des visions prophétiques liées aux « semaines d’années » du prophète Daniel ; voici comment :

Semaines d’années :

Ø      Point de départ du décompte chronologique : 457 av. notre ère.

Ø      69 semaines d’années (483 ans) accomplies : 27 de notre ère.

Il manque alors sept ans pour faire « 70 semaines d’années » : il y a interruption des visions prophétiques et du « compte à rebours » des « semaines d’années » en l’an 27 de notre ère.

Dès que nous connaissons l’année du début de l’Apocalypse, nous savons quand le « compte à rebours » reprend, n’est-ce pas logique ? L’Apocalypse doit s’accomplir de l’an 2020 à 2027 et, par conséquent, c’est en 2020 que le « compte à rebours » des « semaines d’années prophétiques » reprends son cours, soit après 1993 ans d’interruption, de l’an 27 à l’an 2020.

Cela ne signifie pas qu’il y aura l’enlèvement de l’Eglise et un retour à la Loi, mais qu’Israël entre à nouveau dans le plan de Dieu et dans la révélation prophétique. Ce qui signifie que les Juifs ont été écartés du plan de Dieu pendant 1993 ans. l’Etat d’Israël a été fondé en 1948, certes, mais son « histoire spirituelle » ne reviendra pas dans la révélation prophétique elle-même avant l’an 2020, soit 72 ans après 1948.

Retenons qu’en 2020 de notre ère, Israël sera réintégré dans le plan de Dieu et l’Apocalypse s’accomplira. Cette réintégration des Juifs explique les Serviteurs de Dieu « marqués du sceau » appartenant aux douze tribus d’Israël, mais aussi la vision de la femme (Israël) dans le désert contre laquelle le Dragon lance un fleuve pour l’engloutir !

Tous les Juifs ne seront pas « convertis » en 2020 pour autant, mais ce peuple sera à nouveau pris en compte dans le plan de Dieu après avoir été « écarté » pendant 1993 ans ! En 2006, il reste 14 ans avant l’an 2020, mais aussi autant d’années pour nous préparer, non pas à l’enlèvement de l’Eglise qui aura lieu plus tard (à la « septième trompette »), mais au début des événements apocalyptiques !

 

17

Apocalypse

VII

1 à 8

 

7.1 Après cela, je vis quatre anges debout aux quatre coins de la terre; ils retenaient les quatre vents de la terre, afin qu'il ne soufflât point de vent sur la terre, ni sur la mer, ni sur aucun arbre. 7.2 Et je vis un autre ange, qui montait du côté du soleil levant, et qui tenait le sceau du Dieu vivant; il cria d'une voix forte aux quatre anges à qui il avait été donné de faire du mal à la terre et à la mer, et il dit: 7.3 Ne faites point de mal à la terre, ni à la mer, ni aux arbres, jusqu'à ce que nous ayons marqué du sceau le front des serviteurs de notre Dieu. 7.4 Et j'entendis le nombre de ceux qui avaient été marqués du sceau, cent quarante-quatre mille, de toutes les tribus des fils d'Israël: 7.5 de la tribu de Juda, douze mille marqués du sceau; de la tribu de Ruben, douze mille; de la tribu de Gad, douze mille; 7.6 de la tribu d'Aser, douze mille; de la tribu de Nephthali, douze mille; de la tribu de Manassé, douze mille; 7.7 de la tribu de Siméon, douze mille; de la tribu de Lévi, douze mille; de la tribu d'Issacar, douze mille; 7.8 de la tribu de Zabulon, douze mille; de la tribu de Joseph, douze mille; de la tribu de Benjamin, douze mille marqués du sceau.

 

Voici donc les Serviteurs de Dieu marqués du sceau : il s’agit bien du peuple d’Israël, revenu au premier plan de la révélation prophétique, mais l’Eglise est toujours présente sur terre. C’est alors que commence le début du ministère prophétique des Deux Témoins : « Elie et Moïse ». Cela arrivera pendant le temps du « sixième sceau » de l’Apocalypse, juste après la chute du Diable sur la Terre. Nous comprenons alors pourquoi le Dragon (le Diable) lancera un « fleuve » (une armée) contre la femme (Israël) pour l’engloutir ! Pour certains, il s’agirait de l’Israël spirituel incluant l’Eglise. C’est possible, mais ce qui est sûr, c’est que les Juifs sont concernés au premier chef ! Le nombre donné étant celui de « 144 000 » (12 fois 12 000), il ne peut s’agir que d’un nombre limité de fidèles, donc probablement de Juifs en Israël ! Il s’agit d’un nombre équivalent à la population d’une ville et nous pensons à celle de Jérusalem ! Ceux-ci pourront « remplacer » d’un point de vue spirituel les « Lévites » qui n’officient plus du point de vue de la Loi de Moïse ! Il reste peu de temps à attendre avant de voir s’accomplir cette prophétie !

 

18

Apocalypse

XI

1 à 6

 

11.1 On me donna un roseau semblable à une verge, en disant: Lève-toi, et mesure le temple de Dieu, l'autel, et ceux qui y adorent. 11.2 Mais le parvis extérieur du temple, laisse-le en dehors, et ne le mesure pas; car il a été donné aux nations, et elles fouleront aux pieds la ville sainte pendant quarante-deux mois. 11.3 Je donnerai à mes deux témoins le pouvoir de prophétiser, revêtus de sacs, pendant mille deux cent soixante jours. 11.4 Ce sont les deux oliviers et les deux chandeliers qui se tiennent devant le Seigneur de la terre. 11.5 Si quelqu'un veut leur faire du mal, du feu sort de leur bouche et dévore leurs ennemis; et si quelqu'un veut leur faire du mal, il faut qu'il soit tué de cette manière. 11.6 Ils ont le pouvoir de fermer le ciel, afin qu'il ne tombe point de pluie pendant les jours de leur prophétie; et ils ont le pouvoir de changer les eaux en sang, et de frapper la terre de toute espèce de plaie, chaque fois qu'ils le voudront.

 

Il s’agit d’Elie et de Moïse qui reviennent pendant les événements apocalyptiques. Ils prophétiseront car il y aura à nouveau des prophètes en Israël ! Comment cela est-il possible ? Nous savons qu’ils sont apparus à la Transfiguration de Jésus, en présence de Pierre, Jacques et Jean.

Marc 9 v 2-13 :

Et après six jours, Jésus prend avec lui Pierre et Jacques et Jean, et les mène seuls à l’écart, sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux ; et ses vêtements devinrent brillants et d’une extrême blancheur, comme de la neige, tels qu’il n’y a point de foulon sur la terre qui puisse ainsi blanchir. Et Élie leur apparut avec Moïse, et ils parlaient avec Jésus.

Et Pierre, répondant, dit à Jésus : Rabbi, il est bon que nous soyons ici ; et faisons trois tentes : une pour toi, et une pour Moïse, et une pour Élie. Car il ne savait que dire; car ils étaient épouvantés. Et il vint une nuée qui les couvrit, et il vint de la nuée une voix : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le. Et aussitôt, ayant regardé de tous côtés, ils ne virent plus personne, sinon Jésus seul avec eux.
Et comme ils descendaient de la montagne, il leur enjoignit de ne raconter à personne ce qu’ils avaient vu, sinon lorsque le fils de l’homme serait ressuscité d’entre les morts. Et ils gardèrent cette parole, s’entre demandant ce que c’était que ressusciter d’entre les morts. Et ils l’interrogèrent, disant : Pourquoi les scribes disent-ils qu’il faut qu’Élie vienne premièrement ? Et lui, répondant, leur dit : En effet, Élie vient premièrement et rétablit toutes choses; et comment il est écrit du fils de l’homme, qu’il souffrira beaucoup et qu’il sera chargé de mépris. Mais je vous dis qu’aussi Élie est venu, et ils lui ont fait tout ce qu’ils ont voulu, comme il est écrit de lui.

 

Puisque Jésus dit qu’Elie est déjà venu en parlant de Jean Baptiste, alors il faut penser que ces deux prophètes qui doivent se manifester pendant l’Apocalypse sont bien Elie et Moïse !

 

19

Apocalypse

XI

3

 

11.3 Je donnerai à mes deux témoins le pouvoir de prophétiser, revêtus de sacs, pendant mille deux cent soixante jours.

 

Le temps de leur ministère prophétique est inclus dans les cycles apocalyptiques des visions prophétiques, de même que dans celui des « semaines d’années » de Daniel. C’est pourquoi nous pouvons donner des dates. En effet, les textes bibliques donnent des durées et, pour autant que l’on sache, une durée a un commencement et une fin. Ces durées sont inclues dans le système des visions prophétiques révélées et elles s’enchevêtrent entre elles. Il suffit de connaître la date inaugurale de l’Apocalypse pour pouvoir connaître toutes les autres, cela n’a rien d’extraordinaire ! La date inaugurale de l’Apocalypse est l’année 2020 (déterminée par les cycles historiques) et à partir de cette année là, tout le système des cycles révélé dans les visions prophétiques est « mis en marche » et s’accomplit ! Les 1260 jours du ministère des Deux Témoins commencent après la chute du Diable, dans le « sixième sceau » de l’Apocalypse.

Quatre fois 260 jours seront alors accomplis, soit 1040 jours ; leur ministère s’inscrit à l’intérieur d’un cycle de cinq fois 260 jours ou de 1300 jours. Il y a une différence de 40 jours entre 1300 jours et 1260 jours : c’est pourquoi leur ministère commencera 40 jours avant le début du septième sceau (7° cycle de 180 jours). Car le secret de l’enchevêtrement de ces cycles est que la période de 2340 jours est égale à 13 fois 180 jours ou à 9 fois 260 jours. Le début de l’Apocalypse commence avec des cycles qui se croisent de 180 jours et de 260 jours ; ils se recoupent en un même point après 2340 jours accomplis, au moment précis de l’enlèvement de l’Eglise, c’est-à-dire à la fin de la « sixième trompette » (début de la septième). Ayant commencé 40 jours plus tôt leur ministère que le début du 7° sceau apocalyptique (soit après 4 fois 260 jours ou 1040 jours, tandis que le 7° sceau commence après 6 fois 180 jours ou 1080 jours), ils l’achèveront également 40 jours plus tôt que le début de la 7° trompette apocalyptique après 1260 jours accomplis ; c’est pourquoi tout le monde assistera à leur crucifixion, puis à leur résurrection suivie de leur enlèvement au ciel ; peu après seulement l’Eglise sera enlevée à son tour car la boucle des 2340 jours sera achevée !

Après l’enlèvement de l’Eglise, nous observons dans le schéma des cycles apocalyptiques que les cycles « repartent » à partir de leur point d’origine comme pour recommencer un nouveau cycle de 2340 jours ! Mais ce second cycle séparera ceux qui auront été enlevés au ciel des autres qui seront restés sur la Terre ! Ainsi, les 180 jours de la septième trompette commencent ce nouveau cycle pour s’achever au début de la septième coupe, laquelle ajoute un mois de trente jours supplémentaire pour faire 210 jours (180 jours + 30 jours), soit un cycle accompli de 1290 jours (1260 jours + 30 jours) depuis le début de la « 1° trompette apocalyptique » : c’est la destruction de Rome dans ce septième mois, celui de la septième coupe, destruction comptée après six mois accomplis de la septième trompette ou six mois passés après l’enlèvement de l’Eglise ! Les chrétiens qui n’auront pas été enlevés et seront restés sur terre seront jugés, car le Diable ne voudra pas qu’il reste un seul souvenir du christianisme sur terre : Rome sera ainsi détruite ! Il restera après cela un cycle de 45 jours pour accomplir celui de 1335 jours, lequel s’accomplira après 255 jours passés le début du nouveau cycle de 2340 jours, car : 180 jours + 30 jours + 45 jours = 255 jours ; en ajoutant cinq jours supplémentaires, nous obtenons 260 jours accomplis, soit le point d’achèvement du premier cycle de 260 jours du nouveau cycle de 2340 jours du schéma sur lequel tous les cycles apocalyptiques s’inscrivent ! Cela fera 2600 jours accomplis depuis le début de l’Apocalypse ! Est-ce au milieu de ces « cinq jours supplémentaires » que se fera le retour de Jésus ? A ce sujet, Jésus nous a mis en garde en nous précisant que pour ce qui concerne « le jour et l’heure », nul ne peut le connaître à l’avance, sauf Dieu lui-même ! Mais il ne s’agit pas « du mois ou de l’année » et nous en donnons pour preuve que les cycles apocalyptiques s’inscrivent tous dans des durées révélées par les visions prophétiques elles-mêmes, faisant par conséquent partie de la Parole de Dieu ! Nous connaîtrons de façon précise où nous en serons à l’intérieur de ces cycles qui s’accompliront et l’année du retour de Jésus sera obligatoirement connue à l’avance, car c’est ici une évidence qui ne peut être niée, car elle est de rigueur mathématique !

 

20

Daniel

VIII

13 à 14

 

8.13 J'entendis parler un saint; et un autre saint dit à celui qui parlait: Pendant combien de temps s'accomplira la vision sur le sacrifice perpétuel et sur le péché dévastateur? Jusqu’à quand le sanctuaire et l'armée seront-ils foulés? 8.14 Et il me dit: Deux mille trois cents soirs et matins; puis le sanctuaire sera purifié.

 

 

Tableau de "l'Equation Apocalyptique :

 

 

"Equation Apocalyptique" fondée sur le cycle de 2340 jours : 9 x 260 jours = 13 x 180 jours.

 

Premier Sceau : Cavalier Blanc.

1° Cycle de 260 jours.

(4 x 260 jours = 1040 jours)

Deuxième Sceau : Cavalier Rouge.

2° Cycle de 260 jours.

Troisième Sceau : Cavalier Noir.

3° Cycle de 260 jours.

Quatrième Sceau : Cavalier Blême.

Cinquième Sceau : Rassemblement des élus dans le ciel.

4° Cycle de 260 jours.

Sixième Sceau : Chute du Diable et de ses anges.

5° Cycle de 260 jours. Début de la manifestation des 2 Témoins. 5 x 260 jours = 1300 jours.

Septième Sceau : Manifestation de la Trinité Satanique (Diable, Antéchrist et Faux Prophète).

1° Trompette : Grêle de feu mêlée de sang sur le tiers de la terre.

6° Cycle de 260 jours. Manifestation des 2 Témoins.

2° Trompette : Météorite jetée dans la mer sur le tiers des créatures.

7° Cycle de 260 jours. Manifestation des 2 Témoins.

3° Trompette : Météorite nommée "Absinthe" qui empoisonne les eaux douces.

4° Trompette : Le jour et la nuit perdent le tiers de leur lumière.

8° Cycle de 260 jours. Manifestation des 2 Témoins.

5° Trompette : Un ange déchu ouvre le puits de l'abîme et libère les démons semblables à des sauterelles.

9° Cycle de 260 jours. Manifestation des 2 Témoins.

6° Trompette : Les quatre anges sont déliés pour assécher l'Euphrate et laisser passer une armée de 200 millions d'hommes.

7° Trompette : Jugement des 6 premières Coupes.

10° Cycle de 260 jours. Après l'Enlèvement de l'Eglise.

7° Coupe et Bataille d'Harmaguédon.

 

 

 

Equation apocalyptique :

Le cycle de 2340 jours (voir schéma) est à prendre en considération, car il nous explique cette révélation des 2300 jours ou « soirs et matins » ! En effet, c’est après 2340 jours que l’Eglise sera enlevée, mais c’est après 2300 jours accomplis depuis le début de l’Apocalypse que les deux Témoins, Elie et Moïse seront crucifiés, c’est-à-dire qu’ils auront achevé leur ministère ! Il y a une différence de 40 jours entre ces deux durées (2340 jours – 2300 jours).

Sept fois 180 jours font 1260 jours (180 jours = durée de chaque sceau et de chaque trompette) et, puisque les Deux Témoins auront commencé leur ministère, qui doit durer également 1260 jours, 40 jours plus tôt avant le début du 7° sceau, ils l’achèveront également 40 jours plus tôt avant le début de la 7° trompette. Il faudra donc retirer 40 jours aux 2340 jours accomplis (qui correspondent avec 13 fois 180 jours depuis le début de l’Apocalypse jusqu’au début de la 7° trompette) et il restera exactement 2300 jours ! Nous avons ici la preuve « scripturaire » ou « biblique » que les Deux Témoins commenceront leur ministère 1040 jours après le début de l’Apocalypse, c’est-à-dire après 4 fois 260 jours, suivant les divisions de 260 jours du cycle complet de 2340 jours (2340 jours = 9 x 260 jours = 13 x 180 jours).

Sachons enfin que 2340 jours font aussi trois fois 780 jours ou trois révolutions synodiques de la planète Mars (c’est-à-dire trois alignements Soleil – Terre – Mars). Les cycles apocalyptiques sont confirmés par les cycles célestes, mais il ne peut pas s’agir ici d’astrologie, car cela n’a aucun rapport avec la « divination astrologique ». Il faut y voir un rapport avec la planète Mars du point de vue des cycles astronomiques qu’elle détermine, c’est-à-dire des « durées » comme c’est le cas avec la Lune qui détermine les mois.

Le schéma apocalyptique, tiré du cycle de 2340 jours, inscrit de façon parfaite tous les cycles des visions prophétiques tirés de la Bible et, de plus, il correspond avec une valeur astronomique fondamentale que voici :

2340 jours = 3 x 780 jours (Mars) = 6,5 x 360 jours = 4 x 585 jours (Vénus).

Nous pouvons lui donner un nom : « Equation apocalyptique » !

 

21

Apocalypse

VIII

1 à 5

 

8.1 Quand il ouvrit le septième sceau, il y eut dans le ciel un silence d'environ une demi-heure. 8.2 Et je vis les sept anges qui se tiennent devant Dieu, et sept trompettes leur furent données. 8.3 Et un autre ange vint, et il se tint sur l'autel, ayant un encensoir d'or; on lui donna beaucoup de parfums, afin qu'il les offrît, avec les prières de tous les saints, sur l'autel d'or qui est devant le trône. 8.4 La fumée des parfums monta, avec les prières des saints, de la main de l'ange devant Dieu. 8.5 Et l'ange prit l'encensoir, le remplit du feu de l'autel, et le jeta sur la terre. Et il y eut des voix, des tonnerres, des éclairs, et un tremblement de terre.

 

Que se passera-t-il à l’ouverture du septième sceau ? Avant cela, le rassemblement des élus (morts en Christ) s’est réalisé dans le ciel à l’ouverture du 5° sceau et le Diable a dès lors été précipité sur la Terre (car il ne trouvait plus sa place au ciel) avec ses armées d’anges déchus (invasion d’O.V.N.I.) à l’ouverture du 6° sceau. Quarante jours avant la fin du 6° sceau, mais après la chute du Diable, les serviteurs de Dieu ont été marqués du sceau et les Deux Témoins, Elie et Moïse, ont commencé leur ministère. Le Diable, sachant qu’il ne lui reste que peu de temps, soit trois ans et demi, se met immédiatement au travail. Les O.V.N.I., occupés par les anges déchus, entrent immédiatement en action, comme dans un film de science-fiction ! Partout, ils imposent leur domination, militaire si le besoin s’en fait ressentir ! Ils installent à la tête du pouvoir politique dans le monde l’Antéchrist et le Faux prophète ! C’est la manifestation de la « Trinité satanique » !

Comment cela va-t-il se traduire au niveau géopolitique de la planète ? L’Antéchrist (qui « monte de la mer », c’est-à-dire de l’Occident méditerranéen) est placé à la tête de l’Union européenne, car elle est la « reconstitution » de l’empire romain des visions prophétiques, et le Faux prophète (qui « monte de la terre », c’est-à-dire de l’Orient méditerranéen) se trouve tout indiqué pour être placé à la tête d’une confédération d’Etats musulmans. Ainsi apparaît dans le monde un « nouvel empire » formé par l’Union européenne alliée avec les Etats musulmans, c’est-à-dire étendu sur toute l’Europe, sur l’Afrique du Nord et dans tout le Moyen-Orient ! Le reste de la planète est contrôlé par l’intermédiaire des organisations politiques internationales, lesquelles seront assurément dominées par l’Antéchrist et le Diable lui-même !

Ce qui se passe sur terre ne nous est pas directement montré dans Apocalypse ch. 8 v. 1-5, car cela concerne l’instauration du pouvoir de la Trinité satanique dans le monde, mais nous voyons comment réagissent les anges dans le ciel !

 

22 a

Apocalypse

XIII

1 à 10

 

13.1 Et il se tint sur le sable de la mer. Puis je vis monter de la mer (Occident) une bête qui avait dix cornes et sept têtes, et sur ses cornes dix diadèmes, et sur ses têtes des noms de blasphème. 13.2 La bête que je vis était semblable à un léopard; ses pieds étaient comme ceux d'un ours, et sa gueule comme une gueule de lion. Le dragon lui donna sa puissance, et son trône, et une grande autorité. 13.3 Et je vis l'une de ses têtes comme blessée à mort; mais sa blessure mortelle fut guérie. Et toute la terre était dans l'admiration derrière la bête. 13.4 Et ils adorèrent le dragon, parce qu'il avait donné l'autorité à la bête; ils adorèrent la bête, en disant: Qui est semblable à la bête, et qui peut combattre contre elle? 13.5 Et il lui fut donné une bouche qui proférait des paroles arrogantes et des blasphèmes; et il lui fut donné le pouvoir d'agir pendant quarante-deux mois. 13.6 Et elle ouvrit sa bouche pour proférer des blasphèmes contre Dieu, pour blasphémer son nom, et son tabernacle, et ceux qui habitent dans le ciel. 13.7 Et il lui fut donné de faire la guerre aux saints, et de les vaincre. Et il lui fut donné autorité sur toute tribu, tout peuple, toute langue, et toute nation. 13.8 Et tous les habitants de la terre l'adoreront, ceux dont le nom n'a pas été écrit dès la fondation du monde dans le livre de vie de l'agneau qui a été immolé. 13.9 Si quelqu'un a des oreilles, qu'il entende! 13.10 Si quelqu'un mène en captivité, il ira en captivité; si quelqu'un tue par l'épée, il faut qu'il soit tué par l'épée. C'est ici la persévérance et la foi des saints.

 

La Bête à sept têtes et dix cornes est tirée des empires qui l’ont précédé dans le cadre du « temps des nations », c’est-à-dire depuis la captivité des Juifs à Babylone :

1° tête : le lion ou l’empire babylonien ; 2° tête : l’ours ou l’empire perse ; 3°, 4°, 5° et 6° tête : le léopard ou empire grec ; 7° tête : la bête monstrueuse ou empire romain.

 

Chronologie de la succession des empires prophétiques :

Le Lion (1° tête) : empire babylonien.

Babylone

Nabopolassar

626

605

21

Babylone

Nabuchodonosor

605

562

43

Babylone

Evilmérodach

562

560

2

Babylone

Nergal-Scharetser

560

556

4

Babylone

Laborosoarchad

556

556

0

Babylone

Nabonide

556

539

17

L’Ours (2° tête) : empire perse.

Perse

Cyrus II le Grand

539

529

10

Perse

Cambyse

529

522

7

Perse

Gautama

522

521

1

Perse

Darius I

521

486

35

Perse

Xerxès I (Assuérus)

486

465

21

Perse

Artaxercès Longue-Main

465

424

41

Perse

Xerxès II

424

424

0

Perse

Sogdianus

424

423

1

Perse

Darius II Nothus

423

404

19

Perse

Artaxercès II Mnémon

404

359

45

Perse

Artaxercès III Ochus

359

338

21

Perse

Arsès

338

336

2

Perse

Darius III Codoman

336

331

5

Le Léopard (3°, 4°, 5° et 6° tête) : empire grec.

Grèce

Alexandre le Grand

331

323

8

Egypte

Ptolémée I° Sôter (roi en 305)

323

283

40

Egypte

Ptolémée II Philadelphe

283

246

37

Egypte

Ptolémée III Evergète I°

246

221

25

Egypte

Ptolémée IV Philopatôr I°

221

203

18

Egypte

Ptolémée V Epiphane

203

181

22

Egypte

Ptolémée VI Philomêtôr

181

145

36

Egypte

Ptolémée VII Neos Philopatôr

145

145

0

Egypte

Ptolémée VII Evergète II

145

116

29

Egypte

Ptolémée X Sôter II

116

107

9

Egypte

Ptolémée XI Alexandre I°

107

88

19

Egypte

Ptolémée XII Alexandre II

88

80

8

Egypte

Ptolémée XIII Neos Dionysos

80

58

22

Egypte

Bérénice IV (perte de Chypre)

58

55

3

Egypte

Ptolémée XIII Neos Dionysos

55

51

4

Egypte

Ptolémée XIV Dionysos II

51

47

4

Egypte

Ptolémée XV (époux de Cléopâtre VII)

47

44

3

Egypte

Ptolémée XVI Caesar (mort en 30)

44

31

13

Le Monstre (7° tête) : empire romain.

Rome

Auguste vainqueur à Actium

31 av.

14 ap.

44

Rome

Tibère (Julio-Claudiens)

14

37

23

Rome

Caligula (Julio-Claudiens)

37

41

4

Rome

Claude (Julio-Claudiens)

41

54

13

Rome

Néron (Julio-Claudiens)

54

68

14

Rome

Vespasien (Flaviens)

69

79

10

Rome

Titus (Flaviens)

79

81

2

Rome

Domitien (Flaviens)

81

96

15

 

Apocalypse 13 v 3 : « Et je vis l'une de ses têtes comme blessée à mort; mais sa blessure mortelle fut guérie ». Ce verset est énigmatique, mais l’ensemble des texte nous permet de le comprendre. Il s’agit de la mort réelle d’un fondateur d’empire, Alexandre le Grand, mais qui n’est pas considéré comme « réellement mort » car il doit « reparaître » en « montant de l’abîme » (séjour des morts), c’est-à-dire qu’il doit être ressuscité par la puissance du Diable afin de devenir l’Antéchrist de la fin des temps.

Alexandre le Grand (356 – 323 av. notre ère) est l’image inversée du Christ : il a été le libérateur des Grecs, a vécu 33 ans comme Jésus et est mort de façon inexpliquée. Il fut élève d’Aristote (384 – 322 av. notre ère) et roi de Macédoine en 336, à l’âge de 20 ans. La Pythie de Delphes lui avait dit, lorsqu’il alla la consulter avant de partir à la conquête des Perses et de tout l’Orient : « Tu es invincible mon fils ! ». En effet, il vainquit les troupes de Darius III Codoman au Granique en 334, et à Issos en 333. Il prit Tyr et l’Egypte où il fonda Alexandrie. Il battit définitivement les Perses entre Gaugamèles et Arbèles en 331. Dès lors, il s’empara de Babylone et de Suze, puis brûla Persépolis. Il étendit ses conquêtes jusqu’à l’Indus. De retour à Babylone, il organisa son empire. Il mourut de façon énigmatique en 323 av. notre ère, huit ans après avoir vaincu définitivement les Perses. Son empire fut partagé en quatre parties par ses généraux en 301 av. notre ère, entre Cassandre qui prit la Macédoine, Lysimaque qui prit la Grèce et l’Asie Mineure, Séleucos  qui prit la Syrie et Ptolémée qui prit l’Egypte.

L’invincibilité d’Alexandre le Grand fut confirmée par ses victoires et est reprise dans l’Apocalypse au ch. 13 v 4 : « Et ils adorèrent le dragon, parce qu'il avait donné l'autorité à la bête; ils adorèrent la bête, en disant: Qui est semblable à la bête, et qui peut combattre contre elle? ».

La citée de Delphes est celle où les Pythies officiaient, assises sur un trépied placé sur une étroite ouverture donnant à l’intérieur d’un gouffre, au-dessus duquel le Temple d’Apollon avait été construit. C’était donc le contraire du Temple de Jérusalem où l’ange de l’Eternel venait se placer au-dessus de l’Arche de l’alliance, qui lui servait de piédestal, et d’où il donnait ses ordres au Grand Prêtre. Du gouffre de Delphes sortaient des émanations gazeuses et, imprégnées par elles, les Pythies rendaient leurs oracles, lesquels sont considérés par la Parole de Dieu comme des « contrefaçons » des prophéties bibliques. Le « Puits de l’Abîme » de la cinquième trompette (Apocalypse ch. 9 v 1-11) se situe à Delphes, de telle sorte qu’il est certain qu’Alexandre le Grand est bel et bien l’Antéchrist à venir ! Les Pythies, imprégnées des gaz sortis du gouffre avaient le pouvoir de prophétiser et leurs oracles étaient connus dans tout l’empire grec, puis enfin dans tout l’empire romain ! Mais du gouffre sortaient aussi des démons qui les possédaient ! Ce puits était une « porte cosmique » par laquelle passaient les puissances de l’enfer, mais cela était tenu « caché », car seule la Parole de Dieu l’a fait ressortir aux travers de la « Révélation apocalyptique » ! Lorsque Alexandre le Grand a été appelé « mon fils » par la Pythie de Delphes, au travers de son oracle, c’était le Diable lui-même qui s’adressait à lui ! Personne ne vous l’a-t-il jamais dit ? Non ? Ah oui, je comprends !

Apocalypse ch. 9 v 1-11 :

Et le cinquième ange sonna de la trompette : et je vis une étoile tombée du ciel sur la terre ; et la clef du puits de l’abîme lui fut donnée, et elle ouvrit le puits de l’abîme, et une fumée monta du puits, comme la fumée d’une grande fournaise, et le soleil et l’air furent obscurcis par la fumée du puits. Et de la fumée il sortit des sauterelles sur la terre ; et il leur fut donné un pouvoir semblable au pouvoir qu’ont les scorpions de la terre. Et il leur fut dit qu’elles ne nuisissent ni à l’herbe de la terre, ni à aucune verdure, ni à aucun arbre, mais aux hommes qui n’ont pas le sceau de Dieu sur leurs fronts. Et il leur fut donné de ne pas les tuer, mais qu’ils fussent tourmentés cinq mois ; et leur tourment est comme le tourment du scorpion, quand il frappe l’homme. Et en ces jours-là les hommes chercheront la mort et ils ne la trouveront point ; et ils désireront de mourir, et la mort s’enfuit d’eux. Et la ressemblance des sauterelles était semblable à des chevaux préparés pour le combat ; et sur leurs têtes il y avait comme des couronnes semblables à de l’or ; et leurs faces étaient comme des faces d’hommes ; et elles avaient des cheveux comme des cheveux de femmes, et leurs dents étaient comme des dents de lions ; et elles avaient des cuirasses comme des cuirasses de fer, et le bruit de leurs ailes était comme le bruit de chariots à plusieurs chevaux courant au combat ; et elles ont des queues semblables à des scorpions, et des aiguillons ; et leur pouvoir était dans leurs queues, pour nuire aux hommes cinq mois. Elles ont sur elles un roi, l’ange de l’abîme, dont le nom est en hébreu : Abaddon, et en grec il a nom : Apollyon.

 

Les références à « Abaddon » (abîme) et à « Apollyon » (destructeur) permettent de faire un double rapprochement d’abord avec le cite de Delphes (où se trouve le puits de l’abîme) et ensuite avec Apollon, dieu grec de la beauté, de la lumière, des arts et de la divination, dont le sanctuaire (Temple) se trouvait précisément à Delphes, là où la Pythie donnait les oracles de ce même dieu. C’est aussi à Delphes que la Pythie avait dit à Alexandre le Grand : « Tu es invincible mon fils ! ». Il faudrait le faire « exprès » pour ne pas comprendre ! Ajoutons que les sauterelles sorties du « Puits de l’Abîme » (à Delphes) sont des démons qui ont pour mission de séduire et de « posséder les hommes » pour les conduire à la Bataille d’Harmaguédon ! Alexandre le Grand est bien l’Antéchrist à venir qui doit « avoir autorité (pendant 42 mois) sur toute tribu, tout peuple, toute langue, et toute nation, car tous les habitants de la terre l'adoreront, ceux dont le nom n'a pas été écrit dès la fondation du monde dans le livre de vie de l'agneau qui a été immolé ».

 

22 b

Apocalypse

XVII

8 à 14

 

17.8 La bête que tu as vue était, et elle n'est plus. Elle doit monter de l'abîme, et aller à la perdition. Et les habitants de la terre, ceux dont le nom n'a pas été écrit dès la fondation du monde dans le livre de vie, s'étonneront en voyant la bête, parce qu'elle était, et qu'elle n'est plus, et qu'elle reparaîtra. - 17.9 C'est ici l'intelligence qui a de la sagesse. - Les sept têtes sont sept montagnes, sur lesquelles la femme est assise. 17.10 Ce sont aussi sept rois: cinq sont tombés, un existe, l'autre n'est pas encore venu, et quand il sera venu, il doit rester peu de temps. 17.11 Et la bête qui était, et qui n'est plus, est elle-même un huitième roi, et elle est du nombre des sept, et elle va à la perdition. 17.12 Les dix cornes que tu as vues sont dix rois, qui n'ont pas encore reçu de royaume, mais qui reçoivent autorité comme rois pendant une heure avec la bête. 17.13 Ils ont un même dessein, et ils donnent leur puissance et leur autorité à la bête. 17.14 Ils combattront contre l'agneau, et l'agneau les vaincra, parce qu'il est le Seigneur des seigneurs et le Roi des rois, et les appelés, les élus et les fidèles qui sont avec lui les vaincront aussi.

 

Les explications données ci-après peuvent être considérées comme des « révélations » et c’est pourquoi il faut les lire avec attention !

L’énigme des têtes de la Bête (Apocalypse 17 v 9-11) :

« Les sept têtes sont sept montagnes, sur lesquelles la femme (Rome) est assise. Ce sont aussi sept rois: cinq sont tombés, un existe (sixième), l'autre n'est pas encore venu, et quand il sera venu, il doit rester peu de temps. Et la bête qui était, et qui n'est plus, est elle-même un huitième roi, et elle est du nombre des sept, et elle va à la perdition ».

Ce passage signifie qu’il y a eu sept empires qui sont :

1)      l’empire babylonien : 1° tête (tombée) ;

2)      l’empire perse : 2° tête (tombée) ;

3)      a) l’empire grec (Macédoine) : tête non comptée, car elle n’est pas « tombée » ;

4)      b) l’empire grec (Grèce et Asie Mineure) : 3° tête (tombée) ;

5)      c) l’empire grec (Syrie) : 4° tête (tombée) ;

6)      d) l’empire grec (Egypte) : 5° tête (tombée) ;

7)      l’empire romain : 6° tête (celle qui « existe ») ;

8)      l’empire « romain » reconstitué de l’Antéchrist : « 7° tête » et, en même temps « 8° roi » (elle est du nombre des sept têtes précédentes – en comptant cette fois celle qui n’est pas tombée – et elle reparaîtra).

La tête non tombée est « Alexandre le Grand », fondateur de l’empire grec, divisé ensuite en quatre parties. Elle n’est pas comptée car elle doit reparaître au temps de la fin. Il s’agit de la Bête qui était et qui n’est plus, qui est en même temps « la septième tête et un huitième roi », étant lui-même du nombre des sept (rois) précédents, car il apparaît deux fois au lieu d’une seule. Cette tête va à la perdition, car il s’agit de l’Antéchrist. Cela signifie que le comptage des têtes est « perturbé » par l’une d’entre elles, celle « qui n’est pas réellement tombée » et que l’on ne compte pas pour cette raison, car « on ne doit compter que celles qui sont réellement tombées » pour « dresser l’énigme ». Lorsqu’il est dit que « l’une existe », il s’agit de l’empire romain (qui existait effectivement à l’époque de la révélation de l’Apocalypse à Saint Jean), compté alors comme une « sixième tête » (placée après la cinquième), ce qui signifie que l’Antéchrist à venir n’est pas issu de l’empire romain lui-même, mais de celui qui l’a précédé : l’empire grec. C’est ici que se trouve la clé de l’énigme : qui, dans l’empire grec, est « l’Antéchrist » qui doit reparaître ? Là nous comprenons effectivement qu’il ne peut s’agir que d’Alexandre le Grand ! Car quel autre grec que lui pourrait être à la fois « admiré » et « reconnu invincible » comme il l’a été ? C’est donc bien lui, car aucun autre ne peut lui être comparé : il est « Celui » qui était, qui n’est plus et qui doit reparaître ! Telle est la résolution de « l’énigme des têtes » de la Bête ! Elle sert à désigner Alexandre le Grand comme l’Antéchrist qui était (avant l’empire romain), qui n’est plus (à l’époque de l’empire romain) et qui doit reparaître au temps de la fin (à la reconstitution de l’empire romain) !

Nous avons ici l’indication que l’Antéchrist est un fondateur d’empire, « mort » car « il n’est plus », et qui doit « monter de l’abîme », c’est-à-dire du séjour des morts. Les habitants de la terre « s’étonneront en voyant la Bête » reparaître, c’est-à-dire l’Antéchrist, ancien fondateur d’empire : Alexandre le Grand, revenu à la vie. En effet, qui l’a annoncé à l’avance ? Et pourtant cela arrivera ! Il doit revenir dans un corps ressuscité, donc immortel. Qui vous a expliqué les visions prophétiques ? Ceux qui l’ont fait ne vous ont pas tout dit !

Ils vous ont en effet déjà parlé de Néron, à cause de la « marque de la Bête », le fameux « 666 », mais ont-ils compris ? Non, pas réellement, car ils n’ont pas pensé à la réincarnation ! Mais il semble, d’après les Saintes Ecritures qu’il y aurait au moins trois incarnations pour chaque âme car, d’une part Enoch se serait réincarné en Moïse qui devra revenir comme l’un des deux Témoins, et d’autre part, Elie se serait réincarné en Jean-Baptiste, lequel devra aussi revenir lui aussi comme l’un des deux Témoins ! Il en serait de même pour l’Antéchrist : paru une première fois en la personne d’Alexandre le Grand (356-323 av. notre ère), il serait déjà revenu deux fois : d’abord en la personne d’Antiochos IV Epiphane (175-164 av. notre ère), puis en celle de Néron (37-68 de notre ère) ! Sa troisième apparition en tant qu’Antéchrist doit se faire dans un corps immortel, ressuscité par la puissance du Diable ! Alors nous comprenons mieux pourquoi le nom de Néron correspondait (en valeur numérique) à « 666 », la marque de la Bête. Il réapparaîtra en tant qu’Alexandre le Grand « ressuscité », faisant « oublier » ses deux autres incarnations d’une part en « Antiochos IV Epiphane » et d’autre part en « Néron », lesquelles n’auraient trompé personne !

Dans l’Antiquité, chaque lettre avait une valeur numérique car il n’y avait pas de chiffre (le système décimal fut inventé en Inde). Le « A » ou « א » comptai « 1 », le « B » ou « ב » comptait « 2 », etc. Arrivé à la 10° lettre, celle-ci comptait « 10 », mais la 11° lettre comptait « 20 », la 12° lettre comptait « 30 », etc. Arrivé à la 19° lettre, celle-ci comptait « 100 », la 20° lettre comptait « 200 », la 21° comptait « 300 » et la 22° comptait « 400 ». Ainsi, la valeur numérique des lettres « CESAR NERON » en hébreu (qui compte 22 consonnes) est, d’une part (Qof, Samekh, Rèch) : QSR = ק-ס-ר) 100 + 60 + 200 = 360) ; et d’autre part (Noun, Rèch, Vav, Noun) : NRON = נ-ר-ו-נ) 50 + 200 + 6 + 50 = 306). La somme « QSR NRON » fait : 360 + 306 = 666. L’addition de toutes les lettres numériques du nom complet (ק-ס-ר-נ-ר-ו-נ) en une seule fois est : 100 + 60 + 200 + 50 + 200 + 6 + 50 = 666. La difficulté de la reconnaissance de l’Antéchrist avec ce code venait du fait que Néron, reconnu de son vivant comme « l’Antéchrist » par de nombreux chrétiens, est mort depuis longtemps et que l’on n’avait pas pensé à la réincarnation ; plus difficile encore était le fait de comprendre que l’Antéchrist devait revenir dans le futur avec un corps immortel, « ressuscité » par la puissance du Diable. Pourtant, lorsque Jésus sera revenu il est bien précisé dans Apocalypse 19 v 20, que l’Antéchrist et le Faux prophète seront jetés « vivants » dans l’étang ardent de feu et de souffre ! Or il faut que le corps ait d’abord été ressuscité avant de pouvoir être jeté dans l’étang ardent de feu et de soufre car, pour tous les autres, cela ne se fera pas avant la « dernière résurrection » laquelle précède le jugement dernier (Apocalypse 20 v 11-15). C’est ainsi que les Saintes Ecritures présentent de sérieuses difficultés pour être comprises, mais leur étude approfondie, grâce à la méthode des « lectures répétées », provoque à l’intérieur de l’esprit humain une « mise en ordre » progressive des divers éléments du « puzzle caché » de la révélation prophétique, si bien que ceux qui, grâce à leur foi, les étudient sans relâche comprennent à un moment donné leur véritable signification ! Mais il faut les étudier pendant plusieurs années. Cette méthode d’occultation des Saintes Ecritures a été voulue par la prescience divine à cause de ceux qui n’y croient pas et pour qui ces choses devaient restées cachées ! En effet, le « profane » qui lit le texte de l’Apocalypse pour la première fois ne peut pas le comprendre et il fallait qu’il en soit ainsi ! Mais de nos jours, l’Apocalypse de Saint Jean est expliquée et révélée de façon providentielle (« Apocalypse révélée » est le titre de cette étude) car nous sommes arrivés au temps de la fin, selon Daniel 12 v 8-9 : « Et moi, j’entendis, mais je ne compris pas. Et je dis : Mon seigneur, quelle sera l’issue de ces choses ? Et il dit : Va, Daniel ; car ces paroles sont cachées et scellées jusqu’au temps de la fin ». Notons enfin que ceux qui prêchent l’Evangile pour « faire de l’argent » ne comprennent pas la signification cachée des Saintes Ecritures, et ils seront ainsi « piégés » au moment de l’accomplissement des visions prophétiques : il n’y aura pas de salut pour eux !

 

Apocalypse 19 v 20 :

Et la bête fut prise, et le faux prophète qui était avec elle, qui avait fait devant elle les miracles par lesquels il avait séduit ceux qui recevaient la marque de la bête, et ceux qui rendaient hommage à son image. Ils furent tous deux jetés vifs dans l’étang de feu embrasé par le soufre.

 

C’est seulement après la résurrection des corps que les âmes perdues seront jetées en enfer, et non avant ! L’énigme cachée de l’Antéchrist est enfin révélée ! Le Faux prophète sera également un homme ressuscité par la puissance du Diable, alors, à qui pensez-vous ? Qui a été dans le passé un « prophète » au service du Diable et qui, pour cette raison, devra revenir ? Cette question est plus délicate à révéler, comprenez-vous pourquoi ? La religion fait partie du « domaine sensible » et par conséquent, il y a un danger réel à dire la vérité ! Mais nous pouvons dire les choses de façon « voilée » en faveur de ceux qui appartiennent à Jésus, pour qu’ils puissent comprendre ! Ainsi : qui a nié la divinité de Jésus ? L’apôtre Jean a révélé dans sa première épître, chapitre 2, verset 22 : « Qui est le menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ ? Celui-là est l’Antéchrist, qui nie le Père et le Fils ». Et maintenant, quelle est la religion qui ne reconnaît pas la divinité de Jésus et qui a voulu se substituer au christianisme ? Qui est le prophète de cette religion ? Ce « prophète » ne vient pas de Dieu et il est l’allié naturel de l’Antéchrist !

Le mot « antéchrist » peut aussi être choisi pour qualifier également la nature spirituelle du faux prophète, lequel a été et sera également contre le Christ !

Le Coran (de l’arabe « qur’an », récitation)  est un ensemble de 114 chapitres ou « sourates » qui ferait penser à des Psaumes. Mahomet (vers 570 ou 580 – 632) aurait eu, vers 610, une vision de l’ange Gabriel l’investissant d’une mission. Le Coran est l’interprétation de la Bible, celle qui serait authentique, supérieure à l’Ancien et au Nouveau Testaments, présentée comme celle des anges, laquelle a été rapportée par « celui » qui s’est manifesté à Mahomet. Mais il ne reconnaît pas la divinité de Jésus.

L’islam (soumission à Dieu) s’est répandu en Asie, en Afrique et en Europe. Les cinq « piliers » de l’islam sont : 1°) la « chahada » ou profession de la foi (il n’y a pas d’autre Dieu qu’Allah et Mahomet est son prophète) ; 2°) la prière rituelle cinq fois par jour ; 3°) le jeûne du ramadan ; 4°) le pèlerinage à La Mecque (hadjdj) une fois dans sa vie ; 5°) l’aumône rituelle. Il se divise en deux principaux groupes : les sunnites représentants de la tradition et les chi’ites qui se réclament d’Ali, cousin et gendre de Mahomet.

L’islam déclare sa profession de foi : « Il n’y a pas d’autre Dieu qu’Allah et Mahomet est son prophète » et le christianisme déclare la sienne par l’apôtre Jean : « Qui est le menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ ? Celui-là est antéchrist, qui nie le Père et le Fils. Quiconque nie le Fils n’a pas non plus le Père ; celui qui confesse le Fils a aussi le Père » (1° Epître de Jean 2 v 22-23). L’islam présente « Allah et Mahomet, son prophète » ; le christianisme présente « Dieu et Jésus, le Fils de Dieu ». Ainsi Mahomet remplace Jésus dans l’islam ! Ce « remplacement » de Jésus par le prophète du Coran fait de Mahomet l’antéchrist, car il a pris la place du Christ dans l’islam ! En effet, les musulmans ne croient pas en la divinité de Jésus et ils placent Mahomet au-dessus de lui car, pour eux, le Coran est une révélation supérieure à celle du Nouveau Testament ! Cela, les chrétiens ne peuvent pas l’accepter et c’est la raison pour laquelle ils ne croient pas au Coran ! C’est donc bien la question de la nature de Jésus qui divise les deux religions.

Voici comment le problème se pose : d’une part, le Nouveau Testament (nouvelle alliance) est tenu par les chrétiens comme une « révélation supérieure » à celle de l’Ancien Testament ; d’autre part, le Coran est considéré par les musulmans comme une « révélation supérieure » à celle du Nouveau Testament. L’islam s’est manifesté pour « remplacer » le christianisme tout comme le christianisme s’était manifesté pour « remplacer » le judaïsme. Mais l’islam est une négation de la divinité de Jésus : « Qui est le menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ ? » (1° épître de Jean 2 v 22).

Certes, les Juifs ne croient pas non plus à la divinité de Jésus et cela renforce la position de la religion musulmane. Mais la différence entre le judaïsme (représentant la Loi de Dieu révélée à Moïse) et le christianisme (représentant la grâce de Dieu révélée en Jésus-Christ) est expliquée dans Romains 3 v 9-31 :

« Quoi donc ? Sommes-nous plus excellents ? Nullement. Car nous avons ci-devant accusé et Juifs et Grecs d’être tous sous le péché, selon qu’il est écrit : " Il n’y a point de juste, non pas même un seul ; il n’y a personne qui ait de l’intelligence, il n’y a personne qui recherche Dieu ; ils se sont tous détournés, ils se sont tous ensemble rendus inutiles ; il n’y en a aucun qui exerce la bonté, il n’y en a pas même un seul " [Psaume 14:1-3] ; " c’est un sépulcre ouvert que leur gosier ; ils ont frauduleusement usé de leurs langues " [Psaume 5:9] ; " il y a du venin d’aspic sous leurs lèvres " [Psaume 140:3] ; " et leur bouche est pleine de malédiction et d’amertume " [Psaume 10:7] ; " leurs pieds sont rapides pour verser le sang ; la destruction et la misère sont dans leurs voies, et ils n’ont point connu la voie de la paix " [Esaïe 59:7-8] ; " il n’y a point de crainte de Dieu devant leurs yeux " [Psaume 36:1]. Or nous savons que tout ce que la loi dit, elle le dit à ceux qui sont sous la loi, afin que toute bouche soit fermée, et que tout le monde soit coupable devant Dieu. C’est pourquoi nulle chair ne sera justifiée devant lui par des œuvres de loi, car par la loi est la connaissance du péché.

Mais maintenant, sans loi, la justice de Dieu est manifestée, témoignage lui étant rendu par la loi et par les prophètes, la justice, dis-je, de Dieu par la foi en Jésus Christ envers tous, et sur tous ceux qui croient ; car il n’y a pas de différence, car tous ont péché et n’atteignent pas à la gloire de Dieu, - étant justifiés gratuitement par sa grâce, par la rédemption qui est dans le christ Jésus, lequel Dieu a présenté pour propitiatoire, par la foi en son sang, afin de montrer sa justice à cause du support des péchés précédents dans la patience de Dieu, afin de montrer, dis-je, sa justice dans le temps présent, en sorte qu’il soit juste et justifiant celui qui est de la foi de Jésus.
Où donc est la vanterie ? - Elle a été exclue. - par quelle loi ? - celle des œuvres ? - Non, mais par la loi de la foi ; car nous concluons que l’homme est justifié par la foi, sans œuvres de loi. Dieu est-il seulement le Dieu des Juifs ? ne l’est-il pas aussi des nations ? - Certes, aussi des nations ; puisque c’est un seul Dieu qui justifiera la circoncision sur le principe de la foi et l’incirconcision par la foi. Annulons-nous donc la loi par la foi ? Qu’ainsi n’advienne! au contraire, nous établissons la loi ».

 

Considérons à quel point la Bible a bien « dissimulé » l’identification de l’Antéchrist dans le cadre de déclarations énigmatiques, lesquelles étaient destinées à n’être comprises que de quelques-uns. Elle l’a fait par la première énigme, celle du « comptage des têtes », dont l’une est volontairement « oubliée », et ensuite par la deuxième énigme, celle du nombre « 666 », la marque du nom de la Bête ! Mais une première fois il est question d’Alexandre le Grand dans l’empire grec et une seconde fois il est question de Néron dans l’empire romain ! Il y a effectivement de quoi « perdre son latin » ! Mais dès lors où Néron est reconnu comme une réincarnation d’Alexandre le Grand, alors tout s’éclaire, car c’est l’esprit de l’Antéchrist qui est désigné, c’est-à-dire son entité spirituelle ! Quelques-uns ne croiront toujours pas en la réincarnation, mais à ce sujet, nous leur demandons de bien réfléchir : serait-il juste que les âmes soient jugées à partir d’une seule et unique incarnation afin de déterminer leur destinée éternelle ? Croyez-vous vraiment que cela serait juste, c’est-à-dire équitable ?

Lorsque les mêmes chances sont données à tous, il y a « équité », c’est-à-dire « justice », mais le contraire est de « l’iniquité », c’est-à-dire de « l’injustice » ! Croyez-vous que Dieu soit injuste, c’est-à-dire « inique » ? Et qu’adviendrait-il de tous ceux qui n’ont pas connu l’Evangile du salut pour être sauvés ? N’oublions pas que tous les hommes sont pécheurs et condamnés selon Romains 3 v 21-26 : « Mais maintenant, sans loi, la justice de Dieu est manifestée, témoignage lui étant rendu par la loi et par les prophètes, la justice, dis-je, de Dieu par la foi en Jésus Christ envers tous, et sur tous ceux qui croient ; car il n’y a pas de différence, car tous ont péché et n’atteignent pas à la gloire de Dieu, - étant justifiés gratuitement par sa grâce, par la rédemption qui est dans le christ Jésus, lequel Dieu a présenté pour propitiatoire, par la foi en son sang, afin de montrer sa justice à cause du support des péchés précédents dans la patience de Dieu, afin de montrer, dis-je, sa justice dans le temps présent, en sorte qu’il soit juste et justifiant celui qui est de la foi de Jésus ». Comment tous ceux qui n’ont jamais connu l’Evangile pourraient-ils être sauvés ? Comment ceux qui ont été égarés par d’autres religions pourraient-ils recevoir le salut ? Si la connaissance de l’Evangile n’est pas nécessaire au salut, alors pourquoi l’avoir propagé, suivant les ordres donnés par Jésus lui-même ? Les mêmes chances sont données à tous de recevoir le salut grâce à la réincarnation. Il en est ainsi pour les chinois, les japonais, les tibétains et les hindous qui croient en la réincarnation et qui n’ont pas connu l’Evangile : ils se réincarneront, ou se sont déjà réincarnés, dans des pays occidentaux. De même, les handicapés physiques, les sourds, les aveugles, les handicapés mentaux se sont réincarnés ou se réincarneront et connaîtront eux aussi l’Evangile pour recevoir le salut ! Tous ceux et celles qui sont morts depuis des siècles, en Amérique précolombienne et ailleurs, sans avoir connu le salut en Jésus se réincarneront pour le recevoir ! Seuls ceux qui auront refusé leur salut et l’auront rejeté « en connaissance de cause » seront perdus ! Après le jugement dernier, lorsque les élus auront acquis la vie éternelle en Jésus leur sauveur et vivront dans la Nouvelle Jérusalem, ils sauront que toutes les âmes perdues qui se trouveront en enfer seront celles qui n’auront pas accepté le salut en Jésus-Christ, le Fils de Dieu : ces âmes auront délibérément refusé leur salut ! Voilà où se manifestent à la fois la justice et l’équité (les mêmes chances pour tous) de Dieu ! Prétendre que la réincarnation n’existe pas, c’est d’une part diminuer la puissance de Dieu, en estimant que la réincarnation des âmes ne lui est pas possible, mais c’est aussi d’autre part enseigner que Dieu serait « inique » ! Est-ce cela que vous croyez ? Enfin, la réincarnation n’est pas incompatible avec le salut, mais elle devient nécessaire pour l’acquérir ! C’est cela la vérité !

Vous citez sans cesse, toujours et continuellement certains versets bibliques en les sortant de leur contexte, comme par exemple « Hébreux 9 v 27 » : « Et comme il est réservé aux hommes de mourir une fois, - et après cela le jugement, ainsi le Christ aussi, ayant été offert une fois pour porter les péchés de plusieurs, apparaîtra une seconde fois, sans péché, à salut à ceux qui l’attendent ». Pensez-vous réellement que ce jugement, celui dont il est question ici, qui vient après la mort d’une personne sur terre, soit le « jugement dernier » ? Ne croyez-vous pas que cela aurait été nettement précisé si c’était réellement le cas ? Puisqu’il y aura effectivement un « jugement dernier », ne comprenez-vous pas qu’il doit y en avoir d’autres avant celui-là ? Le jugement de cette citation de l’épître aux Hébreux est celui qui sanctionne une incarnation dans le cadre d’une existence sur terre, mais cela ne signifie pas qu’il ne puisse pas y en avoir d’autres, suivies chacune d’un jugement approprié ! N’avez-vous donc jamais pensé que ceux qui ont été ressuscités par Jésus dans le cadre de son ministère terrestre sont morts deux fois ? Mais peut-être niez-vous que Jésus ait jamais ressuscité quelqu’un ? Effectivement, vous ne l’avez probablement jamais cru ! Depuis de nombreuses années, je n’ai jamais entendu un seul argument fondé de la part de ceux qui ne croient pas en la réincarnation, et cela, c’est un fait !

En « conducteurs d’aveugles », toujours pleins d’orgueil, vous affirmez sans cesse et toujours : « La doctrine de la réincarnation est du Diable ! ». Prouvez-le en vous servant des Saintes Ecritures elles-mêmes, si c’est réellement possible, ou cessez d’affirmer n’importe quoi ! N’avez-vous pas compris que, par votre « fermeture d’esprit » sur cette question, vous avez écarté du salut beaucoup d’âmes qui savaient que la réincarnation existe réellement ? Pourquoi croyez-vous que des pays comme la Chine, le Tibet, le Japon et l’Inde soient restés fermés à l’Evangile depuis des siècles alors qu’ils auraient dû être évangélisés depuis longtemps ? Sachez que vous en êtes responsables et que, pour cela, vous devrez rendre des comptes devant Dieu et les anges ! A votre place, maintenant, je réfléchirais ! Ne dites pas : « Le retour de Jésus ne se fera pas avant que ces pays là ne soient évangélisés ! ». C’est trop facile de se justifier de cette façon ! Le temps a été compté et il est maintenant trop tard ! Vous en êtes responsables, car Jésus est à la porte, il revient ! Ah c’est vrai, vous ne croyez pas non plus réellement au retour de Jésus ! Pourquoi n’y ai-je pas pensé ?

Connaissez-vous le scénario de la Bataille d’Harmaguédon ? Cela arrivera parce que l’Extrême-Orient n’aura pas été évangélisé comme il aurait dû l’être, mais pourquoi ? Vous, les « théologiens donneurs de leçons » qui vous caractérisez en particulier par votre « étroitesse d’esprit », toujours pleins d’orgueil, vous qui prêchez l’Evangile sans croire réellement au retour de Jésus et dans le seul et unique but de « faire de l’argent », parce que, en réalité, vous n’avez jamais voulu travailler comme tout le monde, que croyez-vous qu’il va bientôt vous arriver ? Vous n’avez pas réellement étudié les Saintes Ecritures, car cela ne vous intéressez pas ! Oui, vous devrez en répondre devant Dieu et les anges, même si vous ne croyez pas que Dieu existe, car vous ne croyez pas plus en lui qu’aux anges, mais vous avez prêché l’Evangile, toujours remplis d’orgueil, car vous êtes exactement comme les scribes et les pharisiens dénoncés par Jésus, à savoir, des « comédiens de la foi » !

 


22 c

Daniel

VIII

Entier

 

8.1 La troisième année du règne du roi Beltschatsar, moi, Daniel, j'eus une vision, outre celle que j'avais eue précédemment. 8.2 Lorsque j'eus cette vision, il me sembla que j'étais à Suse, la capitale, dans la province d'Élam; et pendant ma vision, je me trouvais près du fleuve d'Ulaï. 8.3 Je levai les yeux, je regardai, et voici, un bélier se tenait devant le fleuve, et il avait des cornes; ces cornes étaient hautes, mais l'une était plus haute que l'autre, et elle s'éleva la dernière. 8.4 Je vis le bélier qui frappait de ses cornes à l'occident, au septentrion et au midi; aucun animal ne pouvait lui résister, et il n'y avait personne pour délivrer ses victimes; il faisait ce qu'il voulait, et il devint puissant. 8.5 Comme je regardais attentivement, voici, un bouc venait de l'occident, et parcourait toute la terre à sa surface, sans la toucher; ce bouc avait une grande corne entre les yeux (Alexandre le Grand).

8.6 Il arriva jusqu'au bélier qui avait des cornes, et que j'avais vu se tenant devant le fleuve, et il courut sur lui dans toute sa fureur. 8.7 Je le vis qui s'approchait du bélier et s'irritait contre lui; il frappa le bélier et lui brisa les deux cornes, sans que le bélier eût la force de lui résister; il le jeta par terre et le foula, et il n'y eut personne pour délivrer le bélier. 8.8 Le bouc devint très puissant; mais lorsqu'il fut puissant, sa grande corne se brisa (mort d’Alexandre le Grand). Quatre grandes cornes s'élevèrent pour la remplacer, aux quatre vents des cieux (division de l’empire grec entre quatre généraux : Séleucos, Ptolémée, Lysimaque et Cassandre). 8.9 De l'une d'elles (empire Séleucide) sortit une petite corne (Antiochos IV Epiphane), qui s'agrandit beaucoup vers le midi, vers l'orient, et vers le plus beau des pays. 8.10 Elle s'éleva jusqu'à l'armée des cieux, elle fit tomber à terre une partie de cette armée et des étoiles, et elle les foula. 8.11 Elle s'éleva jusqu'au chef de l'armée, lui enleva le sacrifice perpétuel, et renversa le lieu de son sanctuaire.

8.12 L'armée fut livrée avec le sacrifice perpétuel, à cause du péché; la corne jeta la vérité par terre, et réussit dans ses entreprises.

8.13 J'entendis parler un saint; et un autre saint dit à celui qui parlait: Pendant combien de temps s'accomplira la vision sur le sacrifice perpétuel et sur le péché dévastateur? Jusqu’à quand le sanctuaire et l'armée seront-ils foulés? 8.14 Et il me dit: Deux mille trois cents soirs et matins; puis le sanctuaire sera purifié. 8.15 Tandis que moi, Daniel, j'avais cette vision et que je cherchais à la comprendre, voici, quelqu'un qui avait l'apparence d'un homme se tenait devant moi. 8.16 Et j'entendis la voix d'un homme au milieu de l'Ulaï; il cria et dit: Gabriel, explique-lui la vision. 8.17 Il vint alors près du lieu où j'étais; et à son approche, je fus effrayé, et je tombai sur ma face. Il me dit: Sois attentif, fils de l'homme, car la vision concerne un temps qui sera la fin. 8.18 Comme il me parlait, je restai frappé d'étourdissement, la face contre terre. Il me toucha, et me fit tenir debout à la place où je me trouvais.

8.19 Puis il me dit: Je vais t'apprendre, ce qui arrivera au terme de la colère, car il y a un temps marqué pour la fin. 8.20 Le bélier que tu as vu, et qui avait des cornes, ce sont les rois des Mèdes et des Perses. 8.21 Le bouc, c'est le roi de Javan (Grèce) et la grande corne entre ses yeux, c'est le premier roi (Alexandre le Grand). 8.22 Les quatre cornes qui se sont élevées pour remplacer cette corne brisée, ce sont quatre royaumes qui s'élèveront de cette nation, mais qui n'auront pas autant de force.

8.23 A la fin de leur domination, lorsque les pécheurs seront consumés (au temps de la fin), il s'élèvera un roi impudent et artificieux. 8.24 Sa puissance s'accroîtra, mais non par sa propre force; il fera d'incroyables ravages, il réussira dans ses entreprises, il détruira les puissants et le peuple des saints. 8.25 A cause de sa prospérité et du succès de ses ruses, il aura de l'arrogance dans le cœur, il fera périr beaucoup d'hommes qui vivaient paisiblement, et il s'élèvera contre le chef des chefs; mais il sera brisé, sans l'effort d'aucune main (retour du Messie).

8.26 Et la vision des soirs et des matins, dont il s'agit, est véritable. Pour toi, tiens secrète cette vision, car elle se rapporte à des temps éloignés. 8.27 Moi, Daniel, je fus plusieurs jours languissant et malade; puis je me levai, et je m'occupai des affaires du roi. J'étais étonné de la vision, et personne n'en eut connaissance.

 

La vision est expliquée par l’ange : le bélier, ce sont les Mèdes et les Perses, tandis que le bouc, ce sont les Grecs. Il est d’abord question d’Alexandre le Grand (356-323 av. notre ère) première corne du bouc, puis apparaît Antiochos IV Epiphane (roi Séleucide de 175 à 164 av. notre ère) annoncé au verset 9 : « De l'une d'elles sortit une petite corne, qui s'agrandit beaucoup vers le midi, vers l'orient, et vers le plus beau des pays ». Ensuite, ce dernier roi est pris comme « modèle » pour annoncer l’Antéchrist à venir, celui du temps de la fin, c’est-à-dire de l’Apocalypse ! Il s’agit par conséquent du même personnage du point de vue de son identification spirituelle, car Antiochos IV Epiphane serait d’abord une réincarnation d’Alexandre le Grand, qui lui-même reviendra à nouveau au temps de la fin, « ressuscité par la puissance du Diable » pour devenir l’Antéchrist (voir à ce sujet les données d’identification de l’Apocalypse sur les têtes de la Bête, chapitre 17 v 9-11 et chapitre 13 v 3-6). Ce serait ici l’explication de « l’identification prophétique » qui existe entre Antiochos IV Epiphane et l’Antéchrist à venir, lesquels se « superposent » et se « confondent » dans le texte, car le prophète Daniel en parle comme s’il ne s’agissait que d’une seule et même personne ! En effet, Antiochos IV Epiphane s’est attaqué aux Juifs et au Temple de Jérusalem qu’il fit piller par ses troupes (en 169 av. notre ère). Dans le Temple de Jérusalem, il fit dresser la statue du Zeus Olympien et y fit célébrer son culte ; il interdit la circoncision, la lecture de la Loi de Moïse et imposa des sacrifices aux dieux grecs. En 168, Mattatias Maccabée refusa d’offrir le premier sacrifice et tua un juif apostat. Tout ceci entraîna, en 167 av. notre ère, le début la « révolte des Maccabées », provoquée à partir d’un sacrifice païen célébré sur l’autel des holocaustes, lequel est appelé à plusieurs reprises par les Saintes Ecritures « abomination de la désolation » ; tout comme Antiochos IV Epiphane l’a fait, l’Antéchrist recommencera les mêmes méfaits avant le retour de Jésus, mais cette fois, il persécutera à la fois les chrétiens et les Juifs !

Antiochos IV Epiphane (175-164 av. notre ère) fut roi de la dynastie grecque séleucide, fils d’Antiochos III Mégas (223-187) et successeur de Séleucos IV Philopatôr (187-175). Il occupa l’Egypte pendant deux ans, mais les Romains l’obligèrent à restituer ses conquêtes. Il se retourna contre Jérusalem, fit périr les sept  Maccabées et leur mère car ils refusèrent de manger de la chair de porc. Mais le prêtre Mattatias Maccabée incita les Juifs à la révolte en 166 av. notre ère ; son fils, Judas Maccabée vainquit les généraux du roi avec l’aide de ses quatre frères, Jean, Simon, Jonathas et Eléazar (165-164), puis il prit Jérusalem. Antiochos IV Epiphane mourut lors d’une expédition en Orient en 164. Judas Maccabées fut battu par le général Lysias, mais il obtint finalement la liberté religieuse en 162.

 

Premiers rois de la dynastie séleucide :

NB :

Noms :

Dates :

1

Séleucos I° Nikatôr

305

280

2

Antiochos I°

280

261

3

Antiochos II Théos

261

246

4

Séleucos II Kallinikos

246

226

5

Séleucos III Sôter Keraunos

226

223

6

Antiochos III Mégas

223

187

7

Séleucos IV Philopatôr

187

175

8

Antiochos IV Epiphane

175

164

9

Antiochos V Eupator

164

162

 

Jésus disait à ses disciples, dans l’Evangile de Matthieu 24 v 15-21 : « Quand donc vous verrez l’abomination de la désolation, dont il a été parlé par Daniel le prophète, établie dans le lieu saint (que celui qui lit comprenne), alors que ceux qui sont en Judée s’enfuient dans les montagnes ; que celui qui est sur le toit ne descende pas pour emporter ses effets hors de sa maison ; et que celui qui est aux champs ne retourne pas en arrière pour emporter son vêtement. Mais malheur à celles qui sont enceintes et à celles qui allaitent en ces jours-là ! Et priez que votre fuite n’ait pas lieu en hiver, ni un jour de sabbat ; car alors il y aura une grande tribulation, telle qu’il n’y en a point eu depuis le commencement du monde jusqu’à maintenant, et qu’il n’y en aura jamais ». Nous avons ici la preuve que Daniel parlait d’Antiochos IV Epiphane, mais aussi, au travers de lui, de l’Antéchrist à venir : Jésus lui-même l’affirme 193 années passées après l’acte sacrilège d’Antiochos IV Epiphane en 167 av. notre ère (167 av. notre ère – 27 de notre ère), lequel  fut à l’origine de la révolte des Maccabées et devint par conséquent un « événement historique » connu ! Le temps annoncé de « 2300 soirs et matins » concerne les temps apocalyptiques, celui du ministère des deux Témoins (chapitre 8 versets 14 et 26).

 

Résumons ce que nous enseignent les éléments réunis du « puzzle » prophétique (enseignement caché) :

 

1)      L’Antéchrist à venir est Alexandre le Grand (voir données de l’Apocalypse sur les têtes de la Bête, chapitre 17 v 9-11 et chapitre 13 v 3-6, et le « mystère des Pythies à Delphes » en relation avec le « Puits de l’Abîme » dans Apocalypse 9 v 1-11) ;

2)      Antiochos IV Epiphane se confond avec l’Antéchrist à venir au point d’être identifié avec lui comme une seule et unique personne (dans le texte de Daniel, chapitre 8) ;

3)      Dans ces conditions, il apparaît qu’Antiochos IV Epiphane est une réincarnation d’Alexandre le Grand, par ailleurs lui-même identifié comme l’Antéchrist à venir ;

4)      Conclusion : Alexandre le Grand se réincarne d’abord en Antiochos IV Epiphane, lequel réapparaîtra à nouveau, ressuscité par le Diable pour devenir finalement l’Antéchrist de l’Apocalypse, mais il s’agit toujours de la même et unique entité spirituelle.

Il faut faire ici une remarque particulière : Alexandre le Grand est la première corne du bouc ! Comment le choix de cet animal aurait-il pu se faire dans la vision si Alexandre le Grand avait été un homme de Dieu ? Le bouc se caractérise aussi par sa « fureur » manifestée contre le bélier, car il se trouve qu’Alexandre le Grand a été rendu invincible par la puissance du Diable ! C’est également le Diable qui a conduit Antiochos IV Epiphane à persécuter les Juifs. De même, Néron (empereur romain de 54 à 68), poussé par le Diable à persécuter les chrétiens, faussement accusés de l’incendie de Rome en 64 (37 ans après la crucifixion de Jésus). Voici ce qu’il faut voir et comprendre : Alexandre le Grand a été rendu invincible par la puissance du Diable et a triomphé des Perses et des Mèdes pour fonder son empire, Antiochos IV Epiphane a persécuté les Juifs, également par la puissance du Diable et enfin Néron a persécuté les chrétiens, toujours par la puissance du Diable, car en ce temps, celui de la fin de la première génération de l’histoire de l’Eglise (allant de 27 à 47), tous les apôtres de Jésus qui restaient encore en vie ont été tués, excepté l’apôtre Jean qui échappa au massacre de la première persécution ! Autrement dit : Alexandre le Grand a fondé un empire pour soumettre le monde à la puissance du Diable, Antiochos IV Epiphane a persécuté les Juifs pour signifier qu’il était contre Dieu et Néron a persécuté les premiers chrétiens, montrant par là qu’il était lui aussi « ennemi de Dieu ».

Voici le schéma en trois points du plan mis en œuvre par le Diable, étape après étape, pour s’opposer avec virulence à celui de Dieu :

1)      le monde est dans un premier temps gagné et soumis à la puissance du Diable, qui ne révèle pas tout de suite qu’il est l’ennemi de Dieu ;

2)      les Juifs, qui attendent le Messie, sont ensuite violemment persécutés ;

3)      les chrétiens, après l’arrivée du Messie, le sont finalement à leur tour !

Derrière tout cela, il y a toujours le Diable, lequel s’acharnera dans toute sa fureur une nouvelle fois pendant les événements apocalyptiques, contre les Juifs et les chrétiens, après avoir soumis le monde entier au pouvoir de l’Antéchrist, juste avant le retour de Jésus ! Nous reconnaissons l’existence du Diable au travers de ses œuvres, car elles sont singulièrement « signées » par sa « griffe » ! Reconnaître la nature essentiellement diabolique d’Alexandre le Grand, qui a séduit le monde par ses conquêtes foudroyantes dans le passé, est indispensable pour pouvoir comprendre de nos jours la signification cachée des visions prophétiques de la Bible ! Car Alexandre le Grand doit revenir « ressuscité par le Diable » pour séduire à nouveau les habitants de la terre, mais, sachons-le, pour tromper seulement ceux dont « les noms ne sont pas inscrits dans le livre de vie » (Apocalypse 13 v 8) ! Nous sommes actuellement bien obligés de reconnaître qu’Alexandre le Grand n’est toujours pas perçu dans le monde comme le « fils du Diable », pas même des chrétiens, auxquels on a longtemps « caché » la signification des visions prophétiques, soit par négligence (enseignement superficiel des textes), soit par manque de foi (la crainte d’en parler) ! Il a donc conservé toute sa puissance de séduction dans le monde actuel et le Diable tentera de le faire passer pour l’authentique « fils de Dieu » !

 

23

2° Thessaloniciens

II

1 à 12

 

2.1 Pour ce qui concerne l'avènement de notre Seigneur Jésus Christ et notre réunion avec lui, nous vous prions, frères, 2.2 de ne pas vous laisser facilement ébranler dans votre bon sens, et de ne pas vous laisser troubler, soit par quelque inspiration, soit par quelque parole, ou par quelque lettre qu'on dirait venir de nous, comme si le jour du Seigneur était déjà là. 2.3 Que personne ne vous séduise d'aucune manière; car il faut que l'apostasie soit arrivée auparavant, et qu'on ait vu paraître l'homme du péché, le fils de la perdition, 2.4 l'adversaire qui s'élève au-dessus de tout ce qu'on appelle Dieu ou de ce qu'on adore, jusqu'à s'asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu. 2.5 Ne vous souvenez-vous pas que je vous disais ces choses, lorsque j'étais encore chez vous ? 2.6 Et maintenant vous savez ce qui le retient, afin qu'il ne paraisse qu'en son temps. 2.7 Car le mystère de l'iniquité agit déjà; il faut seulement que celui qui le retient encore ait disparu. 2.8 Et alors paraîtra l'impie, que le Seigneur Jésus détruira par le souffle de sa bouche, et qu'il anéantira par l'éclat de son avènement. 2.9 L'apparition de cet impie se fera, par la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, 2.10 et avec toutes les séductions de l'iniquité pour ceux qui périssent parce qu'ils n'ont pas reçu l'amour de la vérité pour être sauvés. 2.11 Aussi Dieu leur envoie une puissance d'égarement, pour qu'ils croient au mensonge, 2.12 afin que tous ceux qui n'ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l'injustice, soient condamnés.

 

Ce texte est l’un des plus « difficiles » à comprendre et l’apôtre Pierre nous met en garde (2° Epître de Pierre 3 v 15-16) : « Estimez que la patience de notre Seigneur est salut, comme notre bien-aimé frère Paul aussi vous a écrit selon la sagesse qui lui a été donnée, ainsi qu’il le fait aussi dans toutes ses lettres, où il parle de ces choses, parmi lesquelles il y en a de difficiles à comprendre, que les ignorants et les mal affermis tordent, comme aussi les autres écritures, à leur propre destruction ».

Concernant l’époque du retour de Jésus, l’apôtre Paul nous averti qu’il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant, c’est-à-dire l’abandon de la foi. Il faut ensuite qu’apparaisse « l’homme du péché, le fils de la perdition », c’est-à-dire l’Antéchrist. Retenons que l’apostasie doit précéder l’apparition de l’Antéchrist, qui lui-même précède celle du retour de Jésus :

1)      Apostasie (abandon de la foi) ;

2)      Apparition de l’Antéchrist ;

3)      Retour de Jésus.

Ensuite, l’apôtre Paul ajoute : « Et maintenant vous savez ce qui le retient, afin qu'il ne paraisse qu'en son temps. Car le mystère de l'iniquité agit déjà; il faut seulement que celui qui le retient encore ait disparu. Et alors paraîtra l'impie, que le Seigneur Jésus détruira par le souffle de sa bouche, et qu'il anéantira par l'éclat de son avènement ».

C’est dans ce petit texte que se trouve la difficulté, reconnue par presque tous les théologiens. Certains en ont profité pour interpréter cette déclaration en fondant la doctrine de « l’enlèvement de l’Eglise avant les événements apocalyptiques », en réalité nous nous doutons bien que c’était dans le but de ne pas avoir à donner des explications au sujet des prophéties de l’Apocalypse, livre ainsi resté « fermé » ! Il est vrai que « celui qui le retient » est bien l’Esprit de Dieu, il n’y a pas de désaccord ici ! Mais la raison de la « disparition de l’Esprit de Dieu » n’est pas celle qui est proclamée par les défenseurs de « l’enlèvement de l’Eglise avant les événements apocalyptiques » ! Car l’Esprit de Dieu disparaît à cause de l’apostasie et non pas de l’enlèvement de l’Eglise ! Car c’est l’abandon de la foi qui a fait « disparaître » l’Esprit de Dieu dans les Eglises ! En effet, la « foi » a été remplacée par des « traditions », lesquelles correspondent à un abandon de la Parole de Dieu, donc de la foi en cette Parole. Il s’agit en réalité des « Eglises qui n’ont plus d’huile dans leur lampe » selon la parabole des dix vierges (Matthieu 25 v 1-13) ! Cette huile, c’est la Parole de Dieu elle-même, c’est-à-dire l’enseignement des Saintes Ecritures, mais là où il ne reste plus que des traditions dans les Eglises, la Bible est « oubliée » et l’Esprit de Dieu ne peut plus se manifester : il « disparaît » ! Il s’agit bien de ce que disait l’apôtre Paul : il y a premièrement l’apostasie, puis la manifestation de l’Antéchrist, mais il ne s’agit pas encore de l’enlèvement de l’Eglise ! Quand doit avoir lieu l’enlèvement de l’Eglise demanderez-vous ? La Bible est très claire à ce sujet : c’est à la « dernière trompette », c’est-à-dire à la septième, celle qui précède les sept coupes ! Six années et demi seront alors passées depuis le début de l’Apocalypse (c’est-à-dire « sept sceaux qui correspondent avec 7 fois six mois », et « six trompettes qui correspondent avec 6 fois six mois », soit 13 fois six mois en tout). Les sept coupes correspondent, après l’enlèvement de l’Eglise, avec sept mois de 30 jours chacun, ou une période de 210 jours. Il y a enfin, après les sept coupes, la bataille d’Harmaguédon qui sera interrompue par le retour de Jésus ! Le jour et l’heure ne seront toujours pas connus, mais en ces jours, pendant la bataille d’Harmaguédon, il ne sera plus question d’attendre encore pendant des mois et des années pour que Jésus revienne, comprenez-vous ? Il se trouve que l’année du retour de Jésus peut être effectivement connue, mais pas « le jour et l’heure » !

1° Epître aux Corinthiens 15 v 51-57 : « Voici, je vous dis un mystère : Nous ne nous endormirons pas tous, mais nous serons tous changés : en un instant, en un clin d’œil, à la dernière trompette, car la trompette sonnera et les morts seront ressuscités incorruptibles, et nous, nous serons changés. Car il faut que ce corruptible revête l’incorruptibilité, et que ce mortel revête l’immortalité. Or quand ce corruptible aura revêtu l’incorruptibilité, et que ce mortel aura revêtu l’immortalité, alors s’accomplira la parole qui est écrite : " La mort a été engloutie en victoire " [Ésaïe 25:8]. " Où est, ô mort, ton aiguillon ? où est, ô mort, ta victoire ? " [Osée 13:14]. Or l’aiguillon de la mort, c’est le péché ; et la puissance du péché, c’est la loi. Mais grâces à Dieu, qui nous donne la victoire par notre seigneur Jésus Christ ! »

1° Epître aux Thessaloniciens 4 v 13-18 : « Or nous ne voulons pas, frères, que vous soyez dans l’ignorance à l’égard de ceux qui dorment, afin que vous ne soyez pas affligés comme les autres qui n’ont pas d’espérance. Car si nous croyons que Jésus mourut et qu’il est ressuscité, de même aussi, avec lui, Dieu amènera ceux qui se sont endormis par Jésus. Car nous vous disons ceci par la parole du Seigneur : que nous, les vivants, qui demeurons jusqu’à la venue du Seigneur, nous ne devancerons aucunement ceux qui se sont endormis. Car le Seigneur lui-même, avec un cri de commandement, avec une voix d’archange, et avec la trompette de Dieu, descendra du ciel ; et les morts en Christ ressusciteront premièrement ; puis nous, les vivants qui demeurons, nous serons ravis ensemble avec eux dans les nuées à la rencontre du Seigneur, en l’air ; et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. Consolez-vous donc l’un l’autre par ces paroles ».

Apocalypse 10 v 5-7 : « Et l’ange que j’avais vu se tenir sur la mer et sur la terre, leva sa main droite vers le ciel, et jura par celui qui vit aux siècles des siècles, lequel a créé le ciel et les choses qui y sont, et la terre et les choses qui y sont, et la mer et les choses qui y sont, qu’il n’y aurait plus de délai, mais qu’aux jours de la voix du septième ange, quand il sera sur le point de sonner de la trompette, le mystère de Dieu aussi sera terminé, comme il en a annoncé la bonne nouvelle à ses esclaves les prophètes ».

 

Le « mystère de Dieu », c’est l’enlèvement de l’Eglise !

L’enlèvement de l’Eglise n’aura pas lieu avant la « septième » et dernière trompette !

Parabole des dix vierges (Matthieu 25 v 1-13) : « Alors le royaume des cieux sera fait semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, sortirent à la rencontre de l’époux. Et cinq d’entre elles étaient prudentes, et cinq folles. Celles qui étaient folles, en prenant leurs lampes, ne prirent pas d’huile avec elles ; mais les prudentes prirent de l’huile dans leurs vaisseaux avec leurs lampes. Or, comme l’époux tardait, elles s’assoupirent toutes et s’endormirent. Mais au milieu de la nuit il se fit un cri : Voici l’époux ; sortez à sa rencontre. Alors toutes ces vierges se levèrent et apprêtèrent leurs lampes. Et les folles dirent aux prudentes : Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s’éteignent. Mais les prudentes répondirent, disant : Non, de peur qu’il n’y en ait pas assez pour nous et pour vous ; allez plutôt vers ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous mêmes. Or, comme elles s’en allaient pour en acheter, l’époux vint ; et celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui aux noces ; et la porte fut fermée. Ensuite viennent aussi les autres vierges, disant : Seigneur, Seigneur, ouvre-nous ! Mais lui, répondant, dit : En vérité, je vous dis : je ne vous connais pas. Veillez donc ; car vous ne savez ni le jour ni l’heure ».

 

Jean 6 v 63 : « C'est l'Esprit qui vivifie ; la chair ne profite de rien : les paroles que moi je vous ai dites sont esprit et sont vie ».

 

Jean 8 v 12 : « Jésus donc leur parla encore, disant : Moi, je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera point dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie ».

 

Ce serait être de mauvaise foi de ne pas reconnaître que cette parabole se rapporte au retour de Jésus ! Les dix vierges sont dix Eglises : cinq d’entre elles sont « sages » et cinq sont « folles ». Celles qui sont prudentes ont pris avec elles de l’huile, mais les autres non ! L’huile dans les lampes, c’est la « Parole de Dieu » dans les Eglises ! La foi vient de la Parole de Dieu, laquelle est « esprit et vie » ! L’apostasie qui se manifeste à l’approche de la manifestation de l’Antéchrist vient de l’abandon de la foi, laquelle ne peut être fondée que sur les Saintes Ecritures. Les « traditions » dans les Eglises ont progressivement « écarté » et « remplacé » les Saintes Ecritures. Celles-ci ne sont plus réellement étudiées, ni enseignées, et c’est pour cette raison que l’Esprit de Dieu a « disparu » : il ne peut pas se manifester en dehors de la foi fondée sur la Parole de Dieu. Les « traditions » ont malheureusement remplacé l’étude de la Bible dans les Eglises et on ne la trouve plus dans les foyers des chrétiens ! Si quelques chrétiens possèdent encore une Bible chez eux, ils ne la lisent plus depuis longtemps ! Il n’y a donc plus d’huile dans les Eglises et cela signifie clairement que la Bible est « oubliée », c’est-à-dire que les chrétiens ne la lisent plus ! L’apostasie vient de l’abandon de l’étude de la Bible, tout simplement !

Cette parabole précise que les Eglises vont être prévenues à l’avance du retour de Jésus et qu’elles seront appelées à se préparer ! Comment pourraient-elles être prévenues à l’avance si rien ne peut les prévenir ? Mais « quelque chose se passe » et les Eglises sont prévenues du retour de Jésus ! Alors, cette fois elles se réveillent de leur sommeil, mais certaines sont « perdues dans la nuit » car elles n’ont plus d’huile dans leur lampes ! En effet, si nous vous disons : « Jésus revient dans très peu de temps », comment allez-vous réagir ? Vous souhaitez en savoir d’avantage et vous vous demandez : que faut-il faire pour s’y préparer ? Pour le savoir, il faut déjà connaître les textes bibliques ! Sinon, il faut « acheter » une Bible et prendre le temps de la lire pour comprendre tout ce qu’il faut faire ! Il se trouve qu’il est « trop tard » pour pouvoir être aidé par « ceux qui savent », car eux mêmes se dépêchent, voire même se précipitent pour ne pas « manquer le rendez-vous » ! Ce qui signifie que les Eglises qui auront « abandonné » les Saintes Ecritures en les « remplaçant » par des « traditions humaines » n’auront plus le temps de se préparer pour être prêtes : elles resteront dans la nuit sans savoir quoi faire ! Quel malheur pour elles !

Enfin l’enlèvement de l’Eglise aura lieu, mais tous les chrétiens ne seront pas pris ! Ceux qui resteront sur terre ne seront pas épargnés par les jugements des sept coupes qui suivront : le temps d’une grande détresse sera venu pour eux ! Je vous le dis : « Ne manquez pas le rendez-vous, abandonnez les traditions inutiles, lisez la Bible et recevez la Parole de Dieu avec foi, avant qu’il ne soit trop tard ! ».

 

24

1° Jean

II

18 à 29

 

2.18 Petits enfants, c'est la dernière heure, et comme vous avez appris qu'un Antéchrist vient, il y a maintenant plusieurs Antéchrists: par là nous connaissons que c'est la dernière heure. 2.19 Ils sont sortis du milieu de nous, mais ils n'étaient pas des nôtres; car s'ils eussent été des nôtres, ils seraient demeurés avec nous, mais cela est arrivé afin qu'il fût manifeste que tous ne sont pas des nôtres. 2.20 Pour vous, vous avez reçu l'onction de la part de celui qui est saint, et vous avez tous de la connaissance. 2.21 Je vous ai écrit, non que vous ne connaissiez pas la vérité, mais parce que vous la connaissez, et parce qu'aucun mensonge ne vient de la vérité. 2.22 Qui est menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ? Celui-là est l’Antéchrist, qui nie le Père et le Fils. 2.23 Quiconque nie le Fils n'a pas non plus le Père; quiconque confesse le Fils a aussi le Père. 2.24 Que ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous. Si ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous, vous demeurerez aussi dans le Fils et dans le Père. 2.25 Et la promesse qu'il nous a faite, c'est la vie éternelle. 2.26 Je vous ai écrit ces choses au sujet de ceux qui vous égarent. 2.27 Pour vous, l'onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n'avez pas besoin qu'on vous enseigne; mais comme son onction vous enseigne toutes choses, et qu'elle est véritable et qu'elle n'est point un mensonge, demeurez en lui selon les enseignements qu'elle vous a donnés. 2.28 Et maintenant, petits enfants, demeurez en lui, afin que, lorsqu'il paraîtra, nous ayons de l'assurance, et qu'à son avènement nous ne soyons pas confus et éloignés de lui. 2.29 Si vous savez qu'il est juste, reconnaissez que quiconque pratique la justice est né de lui.

 

L’ennemi de Dieu, disons-le, le Diable, est aussi ennemi de la vérité, donc de la Parole de Dieu révélée en Jésus-Christ ! Pour s’opposer au salut acquis par la foi en Christ, le Diable doit d’abord nier la divinité de Jésus. Il lui faut donc « séparer Jésus de Dieu », et pour cela, il faut « remplacer Jésus par un autre ». Il lui fallait donc un « faux prophète », lequel devait être placé « à côté de Dieu », mais sans Jésus ! Dans la mesure où la ruse réussit, le Diable parvient à « faire oublier » la grâce de Dieu en Jésus et à s’opposer de ce fait au plan de Dieu pour le salut.

L’apôtre Jean nous prévient depuis le début : « Je vous ai écrit ces choses au sujet de ceux qui vous égarent ».

Jean 14 v 6 : « Jésus lui dit : Moi, je suis le chemin, et la vérité, et la vie ; nul ne vient au Père que par moi ». Dès que quelqu’un d’autre « est substitué à Jésus » pour être placé « à côté de Dieu », il y a « égarement » car le salut, dès lors, n’est plus accessible ! En réalité, Jésus est le seul par qui nous puissions être sauvés car il est « l’agneau de Dieu qui ôte le péché du monde » (Jean 1 v 29).

 

25

1° Jean

IV

1 à 6

 

4.1 Bien-aimés, n'ajoutez pas foi à tout esprit; mais éprouvez les esprits, pour savoir s'ils sont de Dieu, car plusieurs faux prophètes sont venus dans le monde. 4.2 Reconnaissez à ceci l'Esprit de Dieu: tout esprit qui confesse Jésus Christ venu en chair est de Dieu; 4.3 et tout esprit qui ne confesse pas Jésus n'est pas de Dieu, c'est celui de l’Antéchrist, dont vous avez appris la venue, et qui maintenant est déjà dans le monde. 4.4 Vous, petits enfants, vous êtes de Dieu, et vous les avez vaincus, parce que celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde. 4.5 Eux, ils sont du monde; c'est pourquoi ils parlent d'après le monde, et le monde les écoute. 4.6 Nous, nous sommes de Dieu; celui qui connaît Dieu nous écoute; celui qui n'est pas de Dieu ne nous écoute pas: c'est par là que nous connaissons l'esprit de la vérité et l'esprit de l'erreur.

 

Les tentatives d’égarer les esprits se sont manifestées dès le début de l’histoire de l’Eglise : il y avait déjà de « faux prophètes » à l’époque de l’apôtre Jean et il les dénonçait ! La clé de l’identification est celle-ci : « Tout esprit qui ne confesse pas Jésus n'est pas de Dieu, c'est celui de l’Antéchrist ».

 

26

Daniel

VII

7 à 8

 

7.7 Après cela, je regardai pendant mes visions nocturnes, et voici, il y avait un quatrième animal, terrible, épouvantable et extraordinairement fort; il avait de grandes dents de fer, il mangeait, brisait, et il foulait aux pieds ce qui restait; il était différent de tous les animaux précédents, et il avait dix cornes. 7.8 Je considérais les cornes, et voici, une autre petite corne sortit du milieu d'elles, et trois des premières cornes furent arrachées devant cette corne; et voici, elle avait des yeux comme des yeux d'homme, et une bouche, qui parlait avec arrogance.

 

Le prophète Daniel décrit le même animal que celui qui se retrouvera plus tard dans l’Apocalypse de saint Jean : la Bête à sept têtes et dix cornes. Il le décrit en déclarant : « Il était différent de tous les animaux précédents, et il avait dix cornes ». Cette différence vient du fait qu’il s’agit de l’empire de la fin des temps manifesté pendant les événements apocalyptiques. En effet, des siècles sont passées et plus rien au XXI° siècle ne ressemble à ce qui existait au premier siècle de notre ère !

La petite corne qui sort du milieu des dix autres est probablement le « Faux prophète », mais il ressemble « comme un frère » à la corne sortie des quatre cornes du bouc (empire grec), c’est-à-dire à Antiochos IV Epiphane (Daniel 8 v 9-12). Les dix cornes sont dix chefs d’Etats, lesquels pourraient être des alliés de l’Antéchrist, par l’intermédiaire du Faux prophète.

 

27

Daniel

II

40 à 42

 

2.40 Il y aura un quatrième royaume, fort comme du fer; de même que le fer brise et rompt tout, il brisera et rompra tout, comme le fer qui met tout en pièces. 2.41 Et comme tu as vu les pieds et les orteils en partie d'argile de potier et en partie de fer, ce royaume sera divisé; mais il y aura en lui quelque chose de la force du fer, parce que tu as vu le fer mêlé avec l'argile. 2.42 Et comme les doigts des pieds étaient en partie de fer et en partie d'argile, ce royaume sera en partie fort et en partie fragile.

 

Il s’agit ici de l’empire de l’Antéchrist : les dix cornes de la Bête sont vues au travers des pieds de la statue qui représente la succession des empires. Partie de la tête, les empires se sont succédés en « descendant » vers le bas :

1)      La tête, empire babylonien ;

2)      La poitrine, empire perse ;

3)      Le ventre et les cuisses, empire grec ;

4)      Les jambes et les pieds, empire romain.

Une fois arrivé aux pieds, on ne peut pas descendre « plus bas » : c’est vrai au sens propre comme au figuré ! L’empire romain est le dernier, mais il apparaît deux fois, tout en étant vu au travers d’un seul animal : la « Bête à sept têtes et dix cornes » ; par ailleurs il est également vu au travers « des jambes et les pieds » de la statue qui représente la succession des empires « depuis la tête jusqu’aux pieds ». L’empire de l’Antéchrist à venir, celui de l’Apocalypse est « caché », « dissimulé » derrière l’empire romain qui en représente l’image. Cela provoque d’abord « un doute » pour le lecteur des visions prophétiques, car l’empire romain appartient au passé et à partir du moment où l’Apocalypse s’y réfère, elle ne paraît plus crédible ! Mais il s’agit en réalité du même processus d’identification que celui qui a été utilisé pour décrire l’Antéchrist au travers d’Antiochos IV Epiphane. De même qu’Antiochos IV Epiphane n’était pas l’Antéchrist à venir, mais seulement son « image », l’empire romain n’est pas celui de l’Antéchrist de l’Apocalypse, mais également son « image » ! Autrement dit, chaque fois que le texte prophétique fait allusion à l’empire romain, ce n’est pas de l’empire romain qu’il s’agit, mais de celui du temps de la fin, c’est-à-dire placé à l’époque des événements apocalyptiques ! Imaginons que, d’une part, Antiochos IV Epiphane est une « diapositive » qui sert à projeter l’image de l’Antéchrist à venir et que, d’autre part, l’empire romain lui-même est aussi une « diapositive » qui sert à projeter l’image de l’empire à venir de l’Antéchrist ! C’est un procédé qui sert à « montrer les choses à venir » en se servant de celles qui ont existé dans le passé ! Le futur n’est pas « directement montré », mais « projeté » au travers de ce qui existe ou a déjà existé, et qui sert de « modèle ». Ainsi, l’empire romain est le « modèle » de l’empire de l’Antéchrist à venir et pour cette raison, il se confond avec lui !

La statue a des pieds « mêlés de fer et d’argile » car l’empire de l’Antéchrist sera en partie fort et en partie fragile. Il s’agit donc de l’empire romain « projeté » dans le futur. Nous observons de nos jours qu’il est divisé en deux parties : l’Europe, « partie forte » et les pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, « partie fragile ». Le fer correspond aux « îles de la mer » de la Bête qui « monde de la mer » et l’argile correspond « au Sud et à l’Est de la Méditerranée » ou à la Bête qui « monte de la terre », autrement dit, il s’agit de « ce qui reste » de l’ancienne division de l’empire en « empire romain d’Occident » et « empire romain d’Orient ». Nous sommes au moins parfaitement renseignés de l’endroit géographique où se situera l’empire de l’Antéchrist : tout autour de la Méditerranée, comme l’ancien empire romain, mais beaucoup plus étendu ! Il comprendra toute l’Europe, c’est-à-dire l’Union européenne, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. Les dix cornes sont probablement dix Etats qui s’allieront avec l’Union européenne pour reconstituer un empire se situant tout autour de la Méditerranée, et même au-delà !

 

28

Ezéchiel

XXXVIII

5

 

38.5 Et avec eux ceux de Perse, d'Éthiopie et de Puth, Tous portant le bouclier et le casque.

 

Il s’agit de l’Iran, de l’Ethiopie et de la Libye. Par extension, nous pouvons imaginer qu’il s’agit de l’ensemble du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord !

 

29

Daniel

VII

8

 

7.8 Je considérais les cornes, et voici, une autre petite corne sortit du milieu d'elles, et trois des premières cornes furent arrachées devant cette corne; et voici, elle avait des yeux comme des yeux d'homme, et une bouche, qui parlait avec arrogance.

 

Trois Etats sont « abaissés » pour laisser place à un nouvel Etat unifié, trois fois plus fort que chacun d’entre eux pris séparément ! A la tête de ce nouvel Etat, le « Faux prophète », allié naturel de l’Antéchrist !

 

30

Apocalypse

XIII

11 à 18

 

13.11 Puis je vis monter de la terre une autre bête, qui avait deux cornes semblables à celles d'un agneau, et qui parlait comme un dragon. 13.12 Elle exerçait toute l'autorité de la première bête en sa présence, et elle faisait que la terre et ses habitants adoraient la première bête, dont la blessure mortelle avait été guérie. 13.13 Elle opérait de grands prodiges, même jusqu'à faire descendre du feu du ciel sur la terre, à la vue des hommes. 13.14 Et elle séduisait les habitants de la terre par les prodiges qu'il lui était donné d'opérer en présence de la bête, disant aux habitants de la terre de faire une image à la bête qui avait la blessure de l'épée et qui vivait. 13.15 Et il lui fut donné d'animer l'image de la bête, afin que l'image de la bête parlât, et qu'elle fît que tous ceux qui n'adoreraient pas l'image de la bête fussent tués. 13.16 Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, 13.17 et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom. 13.18 C'est ici la sagesse. Que celui qui a de l'intelligence calcule le nombre de la bête. Car c'est un nombre d'homme, et son nombre est six cent soixante-six.

 

Il s’agit ici de la « Bête qui monte de la terre » ; la « terre », ce n’est pas Israël, qui dans les textes apocalyptiques est représenté par la femme (Apocalypse 12 v 1-6). Il s’agit de l’empire de l’Antéchrist placé au sud-est de la Méditerranée et qui correspond avec l’ancien empire romain d’Orient. De même que l’empire romain avait été partagé, celui de l’Antéchrist le sera aussi : l’Orient sera entre les mains du Faux prophète qui dominera les pays de religion musulmane. Le Faux prophète a deux cornes, semblables à celles d’un agneau, ce qui signifie qu’il possède à la fois le pouvoir religieux et politique. Ce Faux prophète recevra le pouvoir de l’Antéchrist et par conséquent lui sera soumis.

Apocalypse 16 v 13-14 : « Et je vis sortir de la bouche du dragon, et de la bouche de la bête, et de la bouche du faux prophète, trois esprits immondes, comme des grenouilles ; car ce sont des esprits de démons faisant des miracles, qui s’en vont vers les rois de la terre habitée tout entière, pour les assembler pour le combat de ce grand jour de Dieu le Tout-puissant ».

Nous avons ici l’explication du pouvoir du Faux prophète : il est possédé par un esprit de démon capable de faire des prodiges et des miracles, car la « Trinité satanique » est accompagnée de trois démons « semblables à des grenouilles ».

Le Faux prophète fera faire « une image de la Bête », c’est-à-dire une représentation de l’Antéchrist, très probablement sous forme de statue. Elle aura le pouvoir de « parler », ce qui n’est pas surprenant au début du XXI° siècle dans le cas où la technologie serait utilisée pour provoquer ce « prodige ». Mais il est possible aussi qu’il n’y ait pas de « trucage » et dans ce cas, il s’agira de la parole d’un démon qui sera associé à la statue et s’exprimera par elle. C’est en effet par la « parole » de l’image de la Bête que seront dénoncés tous ceux qui ne l’adoreront pas, c’est-à-dire qui ne viendront pas se prosterner devant elle ! Imaginons un ou plusieurs démons, cachés par leur invisibilité naturelle, qui surveillent l’application du « culte de la Bête », repèrent ceux qui ne s’y soumettent pas et viennent les dénoncer en « faisant parler la statue » ! Comment leur échapper ?

De plus, le Faux prophète imposera que tous soient marqués du nombre « 666 » sur la main droite ou sur le front ! Tous ceux qui ne porteront pas cette « identification » ne pourront plus rien acheter ou vendre et de ce fait seront condamnés à mourir de faim ! Cette marque fera fonction de « carte codée » permettant d’effectuer toutes les transactions commerciales, mais elle sera « gravée dans la chair » comme un tatouage. Il faudra donc, pour survivre, d’une part se soumettre au « culte de la Bête » en allant adorer une statue et, d’autre part, porter la « marque de la Bête », c’est-à-dire le nombre « 666 ». Tous les autres seront « condamnés à mort ». Facile de se soumettre penserez-vous ! Oui, mais tous ceux et celles qui se soumettront, qui accepteront de porter la « marque de la Bête » et « d’adorer la statue » (l’image de la Bête), seront condamnés par Dieu. Le choix sera celui-ci : servir le Diable et vivre sur terre au prix de la perdition éternelle (âme offerte au Diable) ou refuser de se soumettre et périr, mais sauver en même temps son âme des flammes de l’enfer !

Dans l’Antiquité, chaque lettre avait une valeur numérique car il n’y avait pas de chiffre (le système décimal fut inventé en Inde). Le « A » ou « א » comptai « 1 », le « B » ou « ב » comptait « 2 », etc. Arrivé à la 10° lettre, celle-ci comptait « 10 », mais la 11° lettre comptait « 20 », la 12° lettre comptait « 30 », etc. Arrivé à la 19° lettre, celle-ci comptait « 100 », la 20° lettre comptait « 200 », la 21° comptait « 300 » et la 22° comptait « 400 ». Ainsi, la valeur numérique des lettres « CESAR NERON » en hébreu (qui compte 22 consonnes) est, d’une part (Qof, Samekh, Rèch) : QSR (ק-ס-ר) = (100 + 60 + 200 = 360); et d’autre part (Noun, Rèch, Vav, Noun) : NRON (נ-ר-ו-נ) = (50 + 200 + 6 + 50 = 306). La somme « QSR NRON » fait : 360 + 306 = 666. L’addition de toutes les lettres numériques du nom complet (ק-ס-ר-נ-ר-ו-נ) en une seule fois est : 100 + 60 + 200 + 50 + 200 + 6 + 50 = 666.

Cette fois « César Néron » revient, persécuteur des chrétiens, mais infiniment plus dangereux ! Ceux qui parviendront à survivre devront le faire clandestinement à l’intérieur d’un système séparé de celui de la « Trinité satanique », à la façon des moines ou des ermites. Mais il n’y aura plus de monastère libre qui pourrait échapper à la dictature de l’Antéchrist et du Faux prophète. Toute organisation collective des opposants au Diable devra se tenir « séparée du monde » et en des lieux secrets et cachés que nous pourrions appeler des « sanctuaires ». Il reste encore une question à laquelle il faut trouver une réponse : le Faux prophète imposera-t-il le culte de l’Antéchrist seulement dans les pays musulmans ou bien dans le monde entier ? Il est à craindre que cela ne devienne le système imposé par le Diable sur toute la planète, mais il restera bien quelques « lieux de refuge » si nous les préparons à l’avance ! Voilà pourquoi tous ceux qui ne veulent pas entendre parler des cycles historiques, qui ne veulent pas y croire et ne veulent pas accepter de reconnaître que les dates de l’Apocalypses puissent être connues à l’avance, prennent la responsabilité de « livrer » tous ceux qui leur font confiance au Diable pendant l’Apocalypse, qui s’accomplira de 2020 à 2027 ! Voulez-vous toujours vous conduire en insensés ? Allez-vous toujours combattre la vérité ? Alors, vous n’entrerez pas dans le royaume de Dieu ! Réfléchissez : comment est-il possible que l’on vous explique aujourd’hui les visions prophétiques, toujours tenues « cachées » jusque là, et que l’on vous prévienne à l’avance des dates de l’Apocalypse, si cela n’a pas été permis et voulu par Dieu ? Celui qui écrit ces lignes ne voulait plus faire connaître ses découvertes à personne, car il y avait renoncé à cause des oppositions qui existent à l’intérieur même des Eglises, oui vous dis-je, à l’intérieur des Eglises ! Mais le Seigneur est intervenu et l’a convaincu qu’il devait se mettre au travail pour « préparer les Eglises au retour de Jésus ». L’opposition est forte, en particulier à l’intérieur des Eglises, mais que Dieu ait pitié des chrétiens, si possible !

« Comptez le temps qui vous reste ! », mais lorsque je lance ce message, qui comprend ?

 

31

Daniel

VII

19 à 25

 

7.19 Ensuite je désirais savoir la vérité sur le quatrième animal, qui était différent de tous les autres, extrêmement terrible, qui avait des dents de fer et des ongles d'airain, qui mangeait, brisait, et foulait aux pieds ce qu'il restait; 7.20 et sur les dix cornes qu'il avait à la tête, et sur l'autre qui était sortie et devant laquelle trois étaient tombées, sur cette corne qui avait des yeux, une bouche parlant avec arrogance, et une plus grande apparence que les autres. 7.21 Je vis cette corne faire la guerre aux saints, et l'emporter sur eux, 7.22 jusqu'au moment où l'ancien des jours vint donner droit aux saints du Très Haut, et le temps arriva où les saints furent en possession du royaume. 7.23 Il me parla ainsi: Le quatrième animal, c'est un quatrième royaume qui existera sur la terre, différent de tous les royaumes, et qui dévorera toute la terre, la foulera et la brisera. 7.24 Les dix cornes, ce sont dix rois qui s'élèveront de ce royaume. Un autre s'élèvera après eux, il sera différent des premiers, et il abaissera trois rois. 7.25 Il prononcera des paroles contre le Très Haut, il opprimera les saints du Très Haut, et il espérera changer les temps et la loi; et les saints seront livrés entre ses mains pendant un temps, des temps, et la moitié d'un temps.

 

Il s’agit de l’empire de l’Antéchrist et il apparaît avec une nouvelle corne qui surgit au milieu des dix autres et devant laquelle trois sont brisées. L’avertissement nous est donné : « Je vis cette corne faire la guerre aux saints, et l'emporter sur eux ». Il s’agit du temps de la fin, c’est-à-dire des événements apocalyptiques car « le temps arriva où les saints furent en possession du royaume ». Voici la description de son programme : « Il prononcera des paroles contre le Très Haut, il opprimera les saints du Très Haut, et il espérera changer les temps et la loi; et les saints seront livrés entre ses mains pendant un temps, des temps, et la moitié d'un temps ». Changer « les temps et la loi » signifie : changer le « calendrier » des fêtes religieuses et établir une autre législation que celle issue de la « Loi de Moïse ». Son pouvoir doit durer trois ans et demi, ou quarante-deux mois (Apocalypse 13 v 5). L’expression « un temps, des temps et la moitié d’un temps » est un « code » qui se réfère toujours à la période du pouvoir de l’Antéchrist sur terre, laquelle est donnée par ailleurs : 1260 jours (Apocalypse 11 v 2-3 et 12 v 6).

Pour décoder l’expression « un temps, des temps et la moitié d’un temps », il faut conserver le « même temps » celui du pouvoir de l’Antéchrist, soit la période de trois ans et demi, qui devient dès lors une « constante », laquelle correspond à « un temps », il faut ensuite diviser « ce même temps » en « des temps », puis enfin prendre à nouveau « ce même et unique temps », celui de la « constante », et le placer au travers de la dernière expression « la moitié d’un temps ». Ainsi, nous obtenons :

1)      Un temps, soit 42 mois ou 1260 jours ; 1260 jours / 42 = 30 jours ; les mois sont des périodes de trente jours ;

2)      Des temps, soit sept fois 180 jours ; 1260 / 7 = 180 jours ; les sept trompettes de l’Apocalypse correspondent à des périodes de 180 jours ;

3)      La moitié d’un temps, soit 7 ans / 2 ou « trois ans et demi » ; 1260 jours / 3,5 = 360 jours ; les années sont des périodes de 360 jours.

Tous les éléments du « puzzle temporel » rassemblés qui concernent les différentes périodes de l’Apocalypse nous sont offertes « sur un plat », c’est-à-dire tous les cycles des événements apocalyptiques, à condition de traduire correctement l’expression donnée : « Un temps, des temps et la moitié d’un temps ». Pour la décoder, il fallait prendre en compte les autres données sur les durées apocalyptiques qui existent dans les textes et s’en servir pour répondre à chacune des trois question : « à quoi correspond : un temps ? », « à quoi correspond : des temps ? » et « à quoi correspond : la moitié d’un temps ? ». Nous avons ainsi obtenu les trois clés des structures temporelles de l’Apocalypse, ce qui n’est pas sans importance puisqu’elles vont nous permettre de dater à l’avance les sept sceaux, les sept trompettes, les sept coupes et même la période de la bataille d’Harmaguédon qui s’accomplira dans le cadre d’un cycle de 45 jours ! Mais, bien entendu, à l’intérieur de ce cadre, personne ne peut savoir à l’avance « le jour et l’heure » du retour de Jésus, ce qui ne veut pas dire « l’année » ! Le retour de Jésus se fera pendant la bataille d’Harmaguédon, laquelle est programmée pour l’année 2027 !

Structures cycliques dévoilées des visions prophétiques, qui vont permettre dans un deuxième temps de dater les événements apocalyptiques :

1)      Les sept sceaux font : 7 x 180 jours, soit 1260 jours (42 x 30 jours) ;

2)      Les sept trompettes font : 7 x 180 jours, soit 1260 jours (42 x 30 jours) ;

3)      Les sept coupes font : 7 x 30 jours = 210 jours, car 1260 jours + 30 jours = 1290 jours (voir Daniel 12 v 11 pour « 1290 jours ») ;

4)      La bataille d’Harmaguédon fait : 45 jours, car 1335 jours – 45 jours = 1290 jours (voir Daniel 12 v 12 pour « 1335 jours »).

5)      Cycle apocalyptique complet fait : 1260 jours + 1260 jours + 30 jours + 45 jours = 2595 jours !

6)      Résolution : 1260 jours (sept sceaux) + 1290 jours (sept trompettes avec les sept coupes contenues dans la dernière d’ente elles) + 45 jours (bataille d’Harmaguédon) = 2595 jours !

 

Voir tableau des événements apocalyptiques.

 

32

1° Jean

II

22

 

2.22 Qui est menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ? Celui-là est l’Antéchrist, qui nie le Père et le Fils.

 

Jésus est le Fils de Dieu et personne sur terre, dans toute l’histoire du l’humanité ne peut lui être comparé. Il est étrange que Jésus soit « oublié », « abandonné », voire même remplacé par quelqu’un d’autre ! Nous pourrions dire, au début du XXI° siècle, que Jésus est devenu un « célèbre inconnu » ! D’où cela vient-il ? Du péché en premier lieu car il « aveugle » ceux qui en sont devenus les « esclaves » ; mais aussi du Diable, qui cherche à faire croire qu’il n’existe pas, mais qui reste pleinement actif dans le monde pour s’opposer à tout ce qui vient de Dieu !

Pour « nier que Jésus est le Christ », il faut d’abord le faire « oublier », c’est-à-dire faire triompher l’apostasie (abandon de la foi) ! C’est déjà fait ! Nous y sommes ! Cela veut dire que le Diable va bientôt être précipité sur la Terre car nous sommes arrivés au temps de la fin, celui où l’Antéchrist va paraître !

 

33

Daniel

XI

36 à 38

 

11.36 Le roi fera ce qu'il voudra; il s'élèvera, il se glorifiera au-dessus de tous les dieux, et il dira des choses incroyables contre le Dieu des dieux; il prospérera jusqu'à ce que la colère soit consommée, car ce qui est arrêté s'accomplira. 11.37 Il n'aura égard ni aux dieux de ses pères, ni à la divinité qui fait les délices des femmes; il n'aura égard à aucun dieu, car il se glorifiera au-dessus de tous. 11.38 Toutefois il honorera le dieu des forteresses sur son piédestal; à ce dieu, qui ne connaissaient pas ses pères, il rendra des hommages avec de l'or et de l'argent, avec des pierres précieuses et des objets de prix.

 

Il s’agit d’Antiochos IV Epiphane (175-164), celui qui représente la manifestation de l’Antéchrist à venir ! Il ne s’intéressait pas à la déesse « Astarté », reine du ciel, comparable à la « Vénus » des Romains, mais à un autre, pour le moins étrange, celui des « forteresses » qui fait d’abord penser à « Melkart », le dieu de Tyr ; mais il s’agit en réalité de « Zeus », lequel représente aussi celui qui est à venir, le dieu de l’Antéchrist, autrement dit, le Diable lui-même. L’Apocalypse nous livre son nom (chapitre 9 v 11) : « Elles ont sur elles un roi, l’ange de l’abîme, dont le nom en hébreu est : Abaddon (abîme, destruction), et en grec : Apollyon (destructeur) ».

Le « dieu des forteresses » est probablement en rapport avec « l’invincibilité » d’Alexandre le Grand octroyée par le Diable, suivant la déclaration faite par la pythie de Delphes. En effet, Alexandre le Grand a puisé son invincibilité à l’intérieur du « puits de l’abîme » qui donne sur l’enfer. Le « dieu des forteresses debout sur son piédestal » évoque « l’image de la Bête », c’est-à-dire la statue du dieu « Zeus », représentée sous forme d’un conquérant « invincible », protégée par une « forteresse » qui pourrait être un Temple. La statue colossale de l’Antéchrist est placée au sommet d’un monument en forme de « Trophée géant » afin d’évoquer sa domination sur le monde entier. L’Antéchrist est dès lors représenté par une statue, c’est-à-dire son « image », identifiée avec le Diable lui-même (Zeus), laquelle se trouve placée au sommet d’un monument majestueux, entouré des trophées issus des victoires militaires, avec de l’or, de l’argent, des pierres précieuses et toutes sortes d’objets précieux qui sont en réalité des butins de guerre, lesquels proviennent de la destruction (Abaddon) et sont exposés à la gloire du Diable, le destructeur (Apollyon) ! Le culte de l’Antéchrist est en réalité celui du Diable, associé à la guerre, aux destructions et à la désolation : il offre au monde le cadeau de l’enfer !

 

34

Daniel

XI

40 à 43

 

11.40 Au temps de la fin, le roi du midi se heurtera contre lui. Et le roi du septentrion fondra sur lui comme une tempête, avec des chars et des cavaliers, et avec de nombreux navires; il s'avancera dans les terres, se répandra comme un torrent et débordera. 11.41 Il entrera dans le plus beau des pays, et plusieurs succomberont; mais Édom, Moab, et les principaux des enfants d'Ammon seront délivrés de sa main. 11.42 Il étendra sa main sur divers pays, et le pays d'Égypte n'échappera point. 11.43 Il se rendra maître des trésors d'or et d'argent, et de toutes les choses précieuses de l'Égypte; les Libyens et les Éthiopiens seront à sa suite.

 

En 166-165 av. notre ère, le roi du nord, Antiochos IV Epiphane, entre à nouveau en campagne contre Ptolémée VI Philométor, roi d’Egypte (181-145). Cette guerre est prise en « cliché prophétique » pour représenter celle qui aura lieu pendant la bataille d’Harmaguédon.

 

35 a

Daniel

XI

44 à 45

37

Daniel

XI

44 à 45

 

11.44 Des nouvelles de l'orient et du septentrion viendront l'effrayer, et il partira avec une grande fureur pour détruire et exterminer des multitudes. 11.45 Il dressera les tentes de son palais entre les mers, vers la glorieuse et sainte montagne Puis il arrivera à la fin, sans que personne lui soit en aide.

 

A nouveau en campagne contre le roi d’Egypte, Antiochos IV Epiphane recevra de mauvaises nouvelles et devra revenir en arrière : il fera camper ses troupes aux environs de Jérusalem et périra en 164 av. notre ère. Cette retraite, prise en « cliché prophétique », représente la position qu’occupera l’Antéchrist pendant la bataille d’Harmaguédon, juste avant le retour de Jésus.

« Des nouvelles de l'orient et du septentrion viendront l'effrayer, et il partira avec une grande fureur pour détruire et exterminer des multitudes » : Gog et Magog se retournent contre l’Antéchrist, mais aussi tout l’Extrême-Orient avec une armée de deux cents millions d’hommes !

 

35 b

Daniel

XI

29 à 31

 

11.29 A une époque fixée, il marchera de nouveau contre le midi; mais cette dernière fois les choses ne se passeront pas comme précédemment. 11.30 Des navires de Kittim s'avanceront contre lui; découragé, il rebroussera. Puis, furieux contre l'alliance sainte, il ne restera pas inactif; à son retour, il portera ses regards sur ceux qui auront abandonné l'alliance sainte. 11.31 Des troupes se présenteront sur son ordre; elles profaneront le sanctuaire, la forteresse, elles feront cesser le sacrifice perpétuel, et dresseront l'abomination du dévastateur.

 

Antiochos IV Epiphane (175-164 av. notre èreoccupa l’Egypte pendant deux ans, mais les Romains l’obligèrent à restituer ses conquêtes à cause d’une décision du Sénat qui lui envoya sa flotte (vaisseaux de Kittim), conduite par l’ambassadeur Popilius. Il se retourna alors contre Jérusalem, s’attaqua aux Juifs et au Temple qu’il fit piller par ses troupes (en 169 av. notre ère). Dans le Temple de Jérusalem, il fit dresser la statue du Zeus Olympien et y fit célébrer son culte ; il interdit la circoncision, la lecture de la Loi de Moïse et imposa des sacrifices aux dieux grecs. En 168, Mattatias Maccabée refusa d’offrir le premier sacrifice et tua un juif apostat. Tout ceci entraîna, en 167 av. notre ère, le début la « révolte des Maccabées », provoquée à partir d’un sacrifice païen célébré sur l’autel des holocaustes, lequel est appelé à plusieurs reprises par les Saintes Ecritures « abomination de la désolation ». Il fit périr les sept  Maccabées et leur mère car ils refusèrent de manger de la chair de porc. Mais le prêtre Mattatias Maccabée incita les Juifs à la révolte en 166 av. notre ère ; son fils, Judas Maccabée vainquit les généraux du roi avec l’aide de ses quatre frères, Jean, Simon, Jonathas et Eléazar (165-164), puis il prit Jérusalem. Antiochos IV Epiphane mourut lors d’une expédition en Orient en 164. Judas Maccabées fut battu par le général Lysias, mais il obtint finalement la liberté religieuse en 162.

Tout comme Antiochos IV Epiphane l’a fait, l’Antéchrist recommencera les mêmes méfaits avant le retour de Jésus, mais cette fois, il persécutera à la fois les chrétiens et les Juifs !

 

36

Ezéchiel

XXXVIII

Entier

 

38.1 La parole de l'Éternel me fut adressée, en ces mots: 38.2 Fils de l'homme, tourne ta face vers Gog, au pays de Magog (Scythes), Vers le prince de Rosch (Russes), de Méschec et de Tubal (peuples au S-E de la mer Noire), Et prophétise contre lui! 38.3 Tu diras: Ainsi parle le Seigneur, l'Éternel: Voici, j'en veux à toi, Gog, Prince de Rosch, de Méschec et de Tubal! 38.4 Je t'entraînerai, et je mettrai une boucle à tes mâchoires; Je te ferai sortir, toi et toute ton armée, Chevaux et cavaliers, Tous vêtus magnifiquement, Troupe nombreuse portant le grand et le petit bouclier, Tous maniant l'épée; 38.5 Et avec eux ceux de Perse, d'Éthiopie et de Puth (Libye), Tous portant le bouclier et le casque; 38.6 Gomer (Asie Mineure) et toutes ses troupes, La maison de Togarma (Arménie), A l'extrémité du septentrion, Et toutes ses troupes, Peuples nombreux qui sont avec toi. 38.7 Prépare-toi, tiens-toi prêt, Toi, et toute ta multitude assemblée autour de toi! Sois leur chef! 38.8 Après bien des jours, tu seras à leur tête; Dans la suite des années, tu marcheras contre le pays Dont les habitants, échappés à l'épée, Auront été rassemblés d'entre plusieurs peuples Sur les montagnes d'Israël longtemps désertes; Retirés du milieu des peuples, Ils seront tous en sécurité dans leurs demeures. 38.9 Tu monteras, tu t'avanceras comme une tempête, Tu seras comme une nuée qui va couvrir le pays, Toi et toutes tes troupes, et les nombreux peuples avec toi. 38.10 Ainsi parle le Seigneur, l'Éternel: En ce jour-là, des pensées s'élèveront dans ton cœur, Et tu formeras de mauvais desseins. 38.11 Tu diras: Je monterai contre un pays ouvert, Je fondrai sur des hommes tranquilles, En sécurité dans leurs demeures, Tous dans des habitations sans murailles, Et n'ayant ni verrous ni portes; 38.12 J'irai faire du butin et me livrer au pillage, Porter la main sur des ruines maintenant habitées, Sur un peuple recueilli du milieu des nations, Ayant des troupeaux et des propriétés, Et occupant les lieux élevés du pays. 38.13 Séba et Dedan (Arabie), les marchands de Tarsis (Grèce), Et tous leurs lionceaux, te diront: Viens-tu pour faire du butin? Est-ce pour piller que tu as rassemblé ta multitude, Pour emporter de l'argent et de l'or, Pour prendre des troupeaux et des biens, Pour faire un grand butin? 38.14 C'est pourquoi prophétise, fils de l'homme, et dis à Gog: Ainsi parle le Seigneur, l'Éternel: Oui, le jour où mon peuple d'Israël vivra en sécurité, Tu le sauras. 38.15 Alors tu partiras de ton pays, des extrémités du septentrion, Toi et de nombreux peuples avec toi, Tous montés sur des chevaux, Une grande multitude, une armée puissante. 38.16 Tu t'avanceras contre mon peuple d'Israël, Comme une nuée qui va couvrir le pays. Dans la suite des jours, je te ferai marcher contre mon pays, Afin que les nations me connaissent, Quand je serai sanctifié par toi sous leurs yeux, ô Gog! 38.17 Ainsi parle le Seigneur, l'Éternel: Est-ce toi de qui j'ai parlé jadis Par mes serviteurs les prophètes d'Israël, Qui ont prophétisé alors, pendant des années, Que je t'amènerais contre eux? 38.18 En ce jour-là, le jour où Gog marchera contre la terre d'Israël, Dit le Seigneur, l'Éternel, la fureur me montera dans les narines. 38.19 Je le déclare, dans ma jalousie et dans le feu de ma colère, En ce jour-là, il y aura un grand tumulte Dans le pays d'Israël. 38.20 Les poissons de la mer et les oiseaux du ciel trembleront devant moi, Et les bêtes des champs et tous les reptiles qui rampent sur la terre, Et tous les hommes qui sont à la surface de la terre; Les montagnes seront renversées, Les parois des rochers s'écrouleront, Et toutes les murailles tomberont par terre. 38.21 J'appellerai l'épée contre lui sur toutes mes montagnes, Dit le Seigneur, l'Éternel; L'épée de chacun se tournera contre son frère. 38.22 J'exercerai mes jugements contre lui par la peste et par le sang, Par une pluie violente et par des pierres de grêle; Je ferai pleuvoir le feu et le soufre sur lui et sur ses troupes, Et sur les peuples nombreux qui seront avec lui. 38.23 Je manifesterai ma grandeur et ma sainteté, Je me ferai connaître aux yeux de la multitude des nations, Et elles sauront que je suis l'Éternel.

 

Il s’agit très nettement des peuples d’Europe orientale et du Nord du Moyen-Orient. Ces peuples ne feront probablement pas partie de l’Union européenne, territoire de l’Antéchrist correspondant à l’empire romain d’Occident. Dans le cas où ils seront associé avec l’Antéchrist au début de son règne, il faut croire qu’ils se retourneront et marcheront contre lui pendant que ses troupes seront stationnées au Moyen-Orient (selon le « cliché prophétique » d’Antiochos IV Epiphane) !

Cliché prophétique : A nouveau en campagne contre le roi d’Egypte, Antiochos IV Epiphane recevra de mauvaises nouvelles et devra revenir en arrière : il fera camper ses troupes aux environs de Jérusalem et périra en 164 av. notre ère. Cette retraite représente la position qu’occupera l’Antéchrist pendant la bataille d’Harmaguédon, juste avant le retour de Jésus. « Des nouvelles de l'orient et du septentrion viendront l'effrayer, et il partira avec une grande fureur pour détruire et exterminer des multitudes ».

Il en serait de même avec l’Extrême-Orient qui se retournerait de la même façon contre l’Antéchrist (Apocalypse 9 v 13-16) : « Et le sixième ange sonna de la trompette : et j’ouïs une voix sortant des quatre cornes de l’autel d’or qui était devant Dieu, disant au sixième ange qui avait la trompette : Délie les quatre anges qui sont liés sur la grand fleuve Euphrate. Et les quatre anges qui étaient préparés pour l’heure et le jour et le mois et l’année, furent déliés, afin de tuer le tiers des hommes. Et le nombre des armées de la cavalerie était de deux myriades de myriades (deux cents millions) : j’en entendis le nombre ».

Apocalypse 16 v 12-16  confirme cette invasion : « Et le sixième versa sa coupe sur le grand fleuve Euphrate ; et son eau tarit, afin que la voie des rois qui viennent de l’orient fût préparée. Et je vis sortir de la bouche du dragon, et de la bouche de la bête, et de la bouche du faux prophète, trois esprits immondes, comme des grenouilles ; car ce sont des esprits de démons faisant des miracles, qui s’en vont vers les rois de la terre habitée tout entière, pour les assembler pour le combat de ce grand jour de Dieu le Tout-puissant. (Voici, je viens comme un voleur. Bienheureux celui qui veille et qui garde ses vêtements, afin qu’il ne marche pas nu et qu’on ne voie pas sa honte.) Et ils les assemblèrent au lieu appelé en hébreu : Harmaguédon ».

L’Antéchrist, l’invincible, provoque les nations de l’Europe orientale, d’Afrique (Libye et Ethiopie), d’Orient et d’Extrême-Orient pour qu’elles viennent lui faire la guerre ! Est-il « fou » ? Ce qui est sûr, c’est qu’il n’est pas le « Fils du Diable » pour rien !

 

37

Daniel

XI

44 à 45

35 a

Daniel

XI

44 à 45

 

11.44 Des nouvelles de l'orient et du septentrion viendront l'effrayer, et il partira avec une grande fureur pour détruire et exterminer des multitudes. 11.45 Il dressera les tentes de son palais entre les mers, vers la glorieuse et sainte montagne Puis il arrivera à la fin, sans que personne lui soit en aide.

 

A nouveau en campagne contre le roi d’Egypte, Antiochos IV Epiphane recevra de mauvaises nouvelles et devra revenir en arrière : il fera camper ses troupes aux environs de Jérusalem et périra en 164 av. notre ère. Cette retraite, prise en « cliché prophétique », représente la position qu’occupera l’Antéchrist pendant la bataille d’Harmaguédon, juste avant le retour de Jésus.

« Des nouvelles de l'orient et du septentrion viendront l'effrayer, et il partira avec une grande fureur pour détruire et exterminer des multitudes » : Gog et Magog se retournent contre l’Antéchrist, mais aussi tout l’Extrême-Orient avec une armée de deux cents millions d’hommes !

 

38

2° Thessaloniciens

II

3 à 4

 

2.3 Que personne ne vous séduise d'aucune manière; car il faut que l'apostasie soit arrivée auparavant, et qu'on ait vu paraître l'homme du péché, le fils de la perdition, 2.4 l'adversaire qui s'élève au-dessus de tout ce qu'on appelle Dieu ou de ce qu'on adore, jusqu'à s'asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu.

 

Concernant l’époque du retour de Jésus, l’apôtre Paul nous averti qu’il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant, c’est-à-dire l’abandon de la foi. Il faut ensuite qu’apparaisse « l’homme du péché, le fils de la perdition », c’est-à-dire l’Antéchrist. Retenons que l’apostasie doit précéder l’apparition de l’Antéchrist, qui lui-même précède celle du retour de Jésus :

4)      Apostasie (abandon de la foi) ;

5)      Apparition de l’Antéchrist ;

6)      Retour de Jésus.

Ensuite, l’apôtre Paul ajoute : « Et maintenant vous savez ce qui le retient, afin qu'il ne paraisse qu'en son temps. Car le mystère de l'iniquité agit déjà; il faut seulement que celui qui le retient encore ait disparu. Et alors paraîtra l'impie, que le Seigneur Jésus détruira par le souffle de sa bouche, et qu'il anéantira par l'éclat de son avènement ».

C’est dans ce petit texte que se trouve la difficulté, reconnue par presque tous les théologiens. Certains en ont profité pour interpréter cette déclaration en fondant la doctrine de « l’enlèvement de l’Eglise avant les événements apocalyptiques », en réalité nous nous doutons bien que c’était dans le but de ne pas avoir à donner des explications au sujet des prophéties de l’Apocalypse, livre ainsi resté « fermé » ! Il est vrai que « celui qui le retient » est bien l’Esprit de Dieu, il n’y a pas de désaccord ici ! Mais la raison de la « disparition de l’Esprit de Dieu » n’est pas celle qui est proclamée par les défenseurs de « l’enlèvement de l’Eglise avant les événements apocalyptiques » ! Car l’Esprit de Dieu disparaît à cause de l’apostasie et non pas de l’enlèvement de l’Eglise ! Car c’est l’abandon de la foi qui a fait « disparaître » l’Esprit de Dieu dans les Eglises ! En effet, la « foi » a été remplacée par des « traditions », lesquelles correspondent à un abandon de la Parole de Dieu, donc de la foi en cette Parole. Il s’agit en réalité des « Eglises qui n’ont plus d’huile dans leur lampe » selon la parabole des dix vierges (Matthieu 25 v 1-13) ! Cette huile, c’est la Parole de Dieu elle-même, c’est-à-dire l’enseignement des Saintes Ecritures, mais là où il ne reste plus que des traditions dans les Eglises, la Bible est « oubliée » et l’Esprit de Dieu ne peut plus se manifester : il « disparaît » ! Il s’agit bien de ce que disait l’apôtre Paul : il y a premièrement l’apostasie, puis la manifestation de l’Antéchrist, mais il ne s’agit pas encore de l’enlèvement de l’Eglise ! Quand doit avoir lieu l’enlèvement de l’Eglise demanderez-vous ? La Bible est très claire à ce sujet : c’est à la « dernière trompette », c’est-à-dire à la septième, celle qui précède les sept coupes ! Six années et demi seront alors passées depuis le début de l’Apocalypse (c’est-à-dire « sept sceaux qui correspondent avec 7 fois six mois », et « six trompettes qui correspondent avec 6 fois six mois », soit 13 fois six mois en tout). Les sept coupes correspondent, après l’enlèvement de l’Eglise, avec sept mois de 30 jours chacun, ou une période de 210 jours. Il y a enfin, après les sept coupes, la bataille d’Harmaguédon qui sera interrompue par le retour de Jésus ! Le jour et l’heure ne seront toujours pas connus, mais en ces jours, pendant la bataille d’Harmaguédon, il ne sera plus question d’attendre encore pendant des mois et des années pour que Jésus revienne, comprenez-vous ? Il se trouve que l’année du retour de Jésus peut être effectivement connue, mais pas « le jour et l’heure » !

1° Epître aux Corinthiens 15 v 51-57 : « Voici, je vous dis un mystère : Nous ne nous endormirons pas tous, mais nous serons tous changés : en un instant, en un clin d’œil, à la dernière trompette, car la trompette sonnera et les morts seront ressuscités incorruptibles, et nous, nous serons changés. Car il faut que ce corruptible revête l’incorruptibilité, et que ce mortel revête l’immortalité. Or quand ce corruptible aura revêtu l’incorruptibilité, et que ce mortel aura revêtu l’immortalité, alors s’accomplira la parole qui est écrite : " La mort a été engloutie en victoire " [Ésaïe 25:8]. " Où est, ô mort, ton aiguillon ? où est, ô mort, ta victoire ? " [Osée 13:14]. Or l’aiguillon de la mort, c’est le péché ; et la puissance du péché, c’est la loi. Mais grâces à Dieu, qui nous donne la victoire par notre seigneur Jésus Christ ! »

1° Epître aux Thessaloniciens 4 v 13-18 : « Or nous ne voulons pas, frères, que vous soyez dans l’ignorance à l’égard de ceux qui dorment, afin que vous ne soyez pas affligés comme les autres qui n’ont pas d’espérance. Car si nous croyons que Jésus mourut et qu’il est ressuscité, de même aussi, avec lui, Dieu amènera ceux qui se sont endormis par Jésus. Car nous vous disons ceci par la parole du Seigneur : que nous, les vivants, qui demeurons jusqu’à la venue du Seigneur, nous ne devancerons aucunement ceux qui se sont endormis. Car le Seigneur lui-même, avec un cri de commandement, avec une voix d’archange, et avec la trompette de Dieu, descendra du ciel ; et les morts en Christ ressusciteront premièrement ; puis nous, les vivants qui demeurons, nous serons ravis ensemble avec eux dans les nuées à la rencontre du Seigneur, en l’air ; et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. Consolez-vous donc l’un l’autre par ces paroles ».

Apocalypse 10 v 5-7 : « Et l’ange que j’avais vu se tenir sur la mer et sur la terre, leva sa main droite vers le ciel, et jura par celui qui vit aux siècles des siècles, lequel a créé le ciel et les choses qui y sont, et la terre et les choses qui y sont, et la mer et les choses qui y sont, qu’il n’y aurait plus de délai, mais qu’aux jours de la voix du septième ange, quand il sera sur le point de sonner de la trompette, le mystère de Dieu aussi sera terminé, comme il en a annoncé la bonne nouvelle à ses esclaves les prophètes ».

 

Le « mystère de Dieu », c’est l’enlèvement de l’Eglise !

L’enlèvement de l’Eglise n’aura pas lieu avant la « septième » et dernière trompette !

 

39

Matthieu

XXIV

23 à 31

 

24.23 Si quelqu'un vous dit alors: Le Christ est ici, ou: Il est là, ne le croyez pas. 24.24 Car il s'élèvera de faux Christs et de faux prophètes; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s'il était possible, même les élus. 24.25 Voici, je vous l'ai annoncé d'avance.

24.26 Si donc on vous dit: Voici, il est dans le désert, n'y allez pas; voici, il est dans les chambres, ne le croyez pas. 24.27 Car, comme l'éclair part de l'orient et se montre jusqu'en occident, ainsi sera l'avènement du Fils de l'homme. 24.28 En quelque lieu que soit le cadavre, là s'assembleront les aigles. 24.29 Aussitôt après ces jours de détresse, le soleil s'obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées. 24.30 Alors le signe du Fils de l'homme paraîtra dans le ciel, toutes les tribus de la terre se lamenteront, et elles verront le Fils de l'homme venant sur les nuées du ciel avec puissance et une grande gloire. 24.31 Il enverra ses anges avec la trompette retentissante, et ils rassembleront ses élus des quatre vents, depuis une extrémité des cieux jusqu'à l'autre.

 

Le « mystère de Dieu », c’est l’enlèvement de l’Eglise !

L’enlèvement de l’Eglise n’aura pas lieu avant la « septième » et dernière trompette !

Parabole des dix vierges (Matthieu 25 v 1-13) : « Alors le royaume des cieux sera fait semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, sortirent à la rencontre de l’époux. Et cinq d’entre elles étaient prudentes, et cinq folles. Celles qui étaient folles, en prenant leurs lampes, ne prirent pas d’huile avec elles ; mais les prudentes prirent de l’huile dans leurs vaisseaux avec leurs lampes. Or, comme l’époux tardait, elles s’assoupirent toutes et s’endormirent. Mais au milieu de la nuit il se fit un cri : Voici l’époux ; sortez à sa rencontre. Alors toutes ces vierges se levèrent et apprêtèrent leurs lampes. Et les folles dirent aux prudentes : Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s’éteignent. Mais les prudentes répondirent, disant : Non, de peur qu’il n’y en ait pas assez pour nous et pour vous ; allez plutôt vers ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous mêmes. Or, comme elles s’en allaient pour en acheter, l’époux vint ; et celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui aux noces ; et la porte fut fermée. Ensuite viennent aussi les autres vierges, disant : Seigneur, Seigneur, ouvre-nous ! Mais lui, répondant, dit : En vérité, je vous dis : je ne vous connais pas. Veillez donc ; car vous ne savez ni le jour ni l’heure ».

 

Jean 6 v 63 : « C'est l'Esprit qui vivifie ; la chair ne profite de rien : les paroles que moi je vous ai dites sont esprit et sont vie ».

 

Jean 8 v 12 : « Jésus donc leur parla encore, disant : Moi, je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera point dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie ».

 

Ce serait être de mauvaise foi de ne pas reconnaître que cette parabole se rapporte au retour de Jésus ! Les dix vierges sont dix Eglises : cinq d’entre elles sont « sages » et cinq sont « folles ». Celles qui sont prudentes ont pris avec elles de l’huile, mais les autres non ! L’huile dans les lampes, c’est la « Parole de Dieu » dans les Eglises ! La foi vient de la Parole de Dieu, laquelle est « esprit et vie » ! L’apostasie qui se manifeste à l’approche de la manifestation de l’Antéchrist vient de l’abandon de la foi, laquelle ne peut être fondée que sur les Saintes Ecritures. Les « traditions » dans les Eglises ont progressivement « écarté » et « remplacé » les Saintes Ecritures. Celles-ci ne sont plus réellement étudiées, ni enseignées, et c’est pour cette raison que l’Esprit de Dieu a « disparu » : il ne peut pas se manifester en dehors de la foi fondée sur la Parole de Dieu. Les « traditions » ont malheureusement remplacé l’étude de la Bible dans les Eglises et on ne la trouve plus dans les foyers des chrétiens ! Si quelques chrétiens possèdent encore une Bible chez eux, ils ne la lisent plus depuis longtemps ! Il n’y a donc plus d’huile dans les Eglises et cela signifie clairement que la Bible est « oubliée », c’est-à-dire que les chrétiens ne la lisent plus ! L’apostasie vient de l’abandon de l’étude de la Bible, tout simplement !

Cette parabole précise que les Eglises vont être prévenues à l’avance du retour de Jésus et qu’elles seront appelées à se préparer ! Comment pourraient-elles être prévenues à l’avance si rien ne peut les prévenir ? Mais « quelque chose se passe » et les Eglises sont prévenues du retour de Jésus ! Alors, cette fois elles se réveillent de leur sommeil, mais certaines sont « perdues dans la nuit » car elles n’ont plus d’huile dans leur lampes ! En effet, si nous vous disons : « Jésus revient dans très peu de temps », comment allez-vous réagir ? Vous souhaitez en savoir d’avantage et vous vous demandez : que faut-il faire pour s’y préparer ? Pour le savoir, il faut déjà connaître les textes bibliques ! Sinon, il faut « acheter » une Bible et prendre le temps de la lire pour comprendre tout ce qu’il faut faire ! Il se trouve qu’il est « trop tard » pour pouvoir être aidé par « ceux qui savent », car eux mêmes se dépêchent, voire même se précipitent pour ne pas « manquer le rendez-vous » ! Ce qui signifie que les Eglises qui auront « abandonné » les Saintes Ecritures en les « remplaçant » par des « traditions humaines » n’auront plus le temps de se préparer pour être prêtes : elles resteront dans la nuit sans savoir quoi faire ! Quel malheur pour elles !

Enfin l’enlèvement de l’Eglise aura lieu, mais tous les chrétiens ne seront pas pris ! Ceux qui resteront sur terre ne seront pas épargnés par les jugements des sept coupes qui suivront : le temps d’une grande détresse sera venu pour eux ! Je vous le dis : « Ne manquez pas le rendez-vous, abandonnez les traditions inutiles, lisez la Bible et recevez la Parole de Dieu avec foi, avant qu’il ne soit trop tard ! ».

 

40

1° Thessaloniciens

IV

13 à 18

 

4.13 Nous ne voulons pas, frères, que vous soyez dans l'ignorance au sujet de ceux qui dorment, afin que vous ne vous affligiez pas comme les autres qui n'ont point d'espérance. 4.14 Car, si nous croyons que Jésus est mort et qu'il est ressuscité, croyons aussi que Dieu ramènera par Jésus et avec lui ceux qui sont morts. 4.15 Voici, en effet, ce que nous vous déclarons d'après la parole du Seigneur: nous les vivants, restés pour l'avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui sont morts. 4.16 Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d'un archange, et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement. 4.17 Ensuite, nous les vivants, qui seront restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. 4.18 Consolez-vous donc les uns les autres par ces paroles.

 

1° Epître aux Corinthiens 15 v 51-57 : « Voici, je vous dis un mystère : Nous ne nous endormirons pas tous, mais nous serons tous changés : en un instant, en un clin d’œil, à la dernière trompette, car la trompette sonnera et les morts seront ressuscités incorruptibles, et nous, nous serons changés. Car il faut que ce corruptible revête l’incorruptibilité, et que ce mortel revête l’immortalité. Or quand ce corruptible aura revêtu l’incorruptibilité, et que ce mortel aura revêtu l’immortalité, alors s’accomplira la parole qui est écrite : " La mort a été engloutie en victoire " [Ésaïe 25:8]. " Où est, ô mort, ton aiguillon ? où est, ô mort, ta victoire ? " [Osée 13:14]. Or l’aiguillon de la mort, c’est le péché ; et la puissance du péché, c’est la loi. Mais grâces à Dieu, qui nous donne la victoire par notre seigneur Jésus Christ ! »

Apocalypse 10 v 5-7 : « Et l’ange que j’avais vu se tenir sur la mer et sur la terre, leva sa main droite vers le ciel, et jura par celui qui vit aux siècles des siècles, lequel a créé le ciel et les choses qui y sont, et la terre et les choses qui y sont, et la mer et les choses qui y sont, qu’il n’y aurait plus de délai, mais qu’aux jours de la voix du septième ange, quand il sera sur le point de sonner de la trompette, le mystère de Dieu aussi sera terminé, comme il en a annoncé la bonne nouvelle à ses esclaves les prophètes ».

 

Le « mystère de Dieu », c’est l’enlèvement de l’Eglise !

L’enlèvement de l’Eglise n’aura pas lieu avant la « septième » et dernière trompette !

 

41

1° Corinthiens

XV

51 à 57

 

15.51 Voici, je vous dis un mystère: nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés, 15.52 en un instant, en un clin d’œil, à la dernière trompette. La trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons changés. 15.53 Car il faut que ce corps corruptible revête l'incorruptibilité, et que ce corps mortel revête l'immortalité. 15.54 Lorsque ce corps corruptible aura revêtu l'incorruptibilité, et que ce corps mortel aura revêtu l'immortalité, alors s'accomplira la parole qui est écrite: La mort a été engloutie dans la victoire. 15.55 O mort, où est ta victoire? O mort, où est ton aiguillon? 15.56 L'aiguillon de la mort, c'est le péché; et la puissance du péché, c'est la loi. 15.57 Mais grâces soient rendues à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus Christ!

 

1° Epître aux Thessaloniciens 4 v 13-18 : « Or nous ne voulons pas, frères, que vous soyez dans l’ignorance à l’égard de ceux qui dorment, afin que vous ne soyez pas affligés comme les autres qui n’ont pas d’espérance. Car si nous croyons que Jésus mourut et qu’il est ressuscité, de même aussi, avec lui, Dieu amènera ceux qui se sont endormis par Jésus. Car nous vous disons ceci par la parole du Seigneur : que nous, les vivants, qui demeurons jusqu’à la venue du Seigneur, nous ne devancerons aucunement ceux qui se sont endormis. Car le Seigneur lui-même, avec un cri de commandement, avec une voix d’archange, et avec la trompette de Dieu, descendra du ciel ; et les morts en Christ ressusciteront premièrement ; puis nous, les vivants qui demeurons, nous serons ravis ensemble avec eux dans les nuées à la rencontre du Seigneur, en l’air ; et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. Consolez-vous donc l’un l’autre par ces paroles ».

Apocalypse 10 v 5-7 : « Et l’ange que j’avais vu se tenir sur la mer et sur la terre, leva sa main droite vers le ciel, et jura par celui qui vit aux siècles des siècles, lequel a créé le ciel et les choses qui y sont, et la terre et les choses qui y sont, et la mer et les choses qui y sont, qu’il n’y aurait plus de délai, mais qu’aux jours de la voix du septième ange, quand il sera sur le point de sonner de la trompette, le mystère de Dieu aussi sera terminé, comme il en a annoncé la bonne nouvelle à ses esclaves les prophètes ».

 

Le « mystère de Dieu », c’est l’enlèvement de l’Eglise !

L’enlèvement de l’Eglise n’aura pas lieu avant la « septième » et dernière trompette !

 

42

Apocalypse

X

7

 

10.7 mais qu'aux jours de la voix du septième ange, quand il sonnerait de la trompette, le mystère de Dieu s'accomplirait, comme il l'a annoncé à ses serviteurs, les prophètes.

 

Le « mystère de Dieu », c’est l’enlèvement de l’Eglise !

1° Epître aux Corinthiens 15 v 51-57 : « Voici, je vous dis un mystère : Nous ne nous endormirons pas tous, mais nous serons tous changés : en un instant, en un clin d’œil, à la dernière trompette, car la trompette sonnera et les morts seront ressuscités incorruptibles, et nous, nous serons changés. Car il faut que ce corruptible revête l’incorruptibilité, et que ce mortel revête l’immortalité. Or quand ce corruptible aura revêtu l’incorruptibilité, et que ce mortel aura revêtu l’immortalité, alors s’accomplira la parole qui est écrite : " La mort a été engloutie en victoire " [Ésaïe 25:8]. " Où est, ô mort, ton aiguillon ? où est, ô mort, ta victoire ? " [Osée 13:14]. Or l’aiguillon de la mort, c’est le péché ; et la puissance du péché, c’est la loi. Mais grâces à Dieu, qui nous donne la victoire par notre seigneur Jésus Christ ! ».

L’enlèvement de l’Eglise n’aura pas lieu avant la « septième » et dernière trompette !

1° Epître aux Thessaloniciens 4 v 13-18 : « Or nous ne voulons pas, frères, que vous soyez dans l’ignorance à l’égard de ceux qui dorment, afin que vous ne soyez pas affligés comme les autres qui n’ont pas d’espérance. Car si nous croyons que Jésus mourut et qu’il est ressuscité, de même aussi, avec lui, Dieu amènera ceux qui se sont endormis par Jésus. Car nous vous disons ceci par la parole du Seigneur : que nous, les vivants, qui demeurons jusqu’à la venue du Seigneur, nous ne devancerons aucunement ceux qui se sont endormis. Car le Seigneur lui-même, avec un cri de commandement, avec une voix d’archange, et avec la trompette de Dieu, descendra du ciel ; et les morts en Christ ressusciteront premièrement ; puis nous, les vivants qui demeurons, nous serons ravis ensemble avec eux dans les nuées à la rencontre du Seigneur, en l’air ; et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. Consolez-vous donc l’un l’autre par ces paroles ».

 

43

Zacharie

IV

11 à 14

 

4.11 Je pris la parole et je lui dis: Que signifient ces deux oliviers, à la droite du chandelier et à sa gauche? 4.12 Je pris une seconde fois la parole, et je lui dis: Que signifient les deux rameaux d'olivier, qui sont près des deux conduits d'or d'où découle l'or? 4.13 Il me répondit: Ne sais-tu pas ce qu'ils signifient? Je dis: Non, mon seigneur. 4.14 Et il dit: Ce sont les deux oints qui se tiennent devant le Seigneur de toute la terre.

 

Pour comprendre qui sont les « deux oints qui se tiennent devant le Seigneur de toute la terre », il faut se reporter à la Transfiguration de Jésus :

Marc 9 v 2-13 :

Et après six jours, Jésus prend avec lui Pierre et Jacques et Jean, et les mène seuls à l’écart, sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux ; et ses vêtements devinrent brillants et d’une extrême blancheur, comme de la neige, tels qu’il n’y a point de foulon sur la terre qui puisse ainsi blanchir. Et Élie leur apparut avec Moïse, et ils parlaient avec Jésus.

Et Pierre, répondant, dit à Jésus : Rabbi, il est bon que nous soyons ici ; et faisons trois tentes : une pour toi, et une pour Moïse, et une pour Élie. Car il ne savait que dire; car ils étaient épouvantés. Et il vint une nuée qui les couvrit, et il vint de la nuée une voix : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le. Et aussitôt, ayant regardé de tous côtés, ils ne virent plus personne, sinon Jésus seul avec eux.
Et comme ils descendaient de la montagne, il leur enjoignit de ne raconter à personne ce qu’ils avaient vu, sinon lorsque le fils de l’homme serait ressuscité d’entre les morts. Et ils gardèrent cette parole, s’entre-demandant ce que c’était que ressusciter d’entre les morts. Et ils l’interrogèrent, disant : Pourquoi les scribes disent-ils qu’il faut
qu’Élie vienne premièrement ? Et lui, répondant, leur dit : En effet, Élie vient premièrement et rétablit toutes choses; et comment il est écrit du fils de l’homme, qu’il souffrira beaucoup et qu’il sera chargé de mépris. Mais je vous dis qu’aussi Élie est venu, et ils lui ont fait tout ce qu’ils ont voulu, comme il est écrit de lui.

 

Jésus, suivie de Pierre, Jacques et Jean, se rend sur une montagne élevée. Jésus fut transfiguré devant eux et ils virent Élie et Moïse parler avec lui. Que pouvaient-ils penser face à cet événement ? Je pense que rien du tout, parce que cette fois, ils ne pouvaient plus suivre… Ils pouvaient tout juste être épouvantés ! Une nuée les couvrit et une voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le ».

Et nous, que pouvons-nous en penser ? Nous savons que Moïse vécut de 1617 à 1497 av. notre ère et qu’il apparaissait à Jésus cette année-là en 27 de notre ère, c’est-à-dire 1523 ans après sa mort ! Quant à Élie, nous n’avons pas les dates exactes de sa vie, mais nous savons qu’il vécut entre les années 920 et 880 av. notre ère, c’est-à-dire qu’il fut enlevé par les anges, comme Énoch avant lui, depuis environ 900 ans avant l’an 27 de notre ère. Jésus dit à ses disciples qu’Élie est déjà revenu et qu’il était Jean-Baptiste ; est-ce que Jean-Baptiste était aussi ce même Élie apparu sur la montagne avec Moïse ? Question pour le moins embarrassante vis-à-vis de tous ceux qui ne croient pas en la réincarnation des âmes ! Jésus n’a-t-il pas dit qu’Élie est venu en parlant de Jean-Baptiste ? Il se trouve que oui ! Nous admettons la préexistence de l’âme de Jésus, mais alors, pourquoi pas d’une âme humaine ?

Ne nous arrêtons pas là ! Les Saintes Écritures annoncent la manifestation de deux prophètes pendant les événements apocalyptiques ; s’agit-il d’Élie et de Moïse ou d’Énoch et d’Élie ? Et si Jean-Baptiste était aussi Élie, pouvait-il être également Énoch ? Mais il ne pouvait pas être Moïse, apparu en même temps qu’Élie sur la montagne ! Et si Énoch avait été également Moïse ? Le plus probable serait qu’Énoch soit effectivement revenu en Moïse et qu’Élie soit revenu en Jean-Baptiste. Car dans ces conditions, ils reviendront tous deux une troisième fois dans les personnes des deux Témoins de l’Apocalypse. Pour conclure toutes ces questions, une chose nous semble certaine, c’est qu’Élie et Moïse apparus devant Jésus sur la montagne sont aussi les deux Témoins dont parle l’Apocalypse de Saint Jean ! Ils sont déjà venus et ils reviendront!

Alors pourquoi est-il écrit (Hébreux 9 v 27) : « qu’il est réservé à l’homme de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement » ? S’agit-il du jugement éternel ? Nous pensons qu’il n’était pas question de cela ici, mais du jugement qui accompagne la fin de toute vie, donc du jugement porté sur une seule incarnation. Jésus a ressuscité plusieurs morts pendant son ministère et ceux-ci sont morts deux fois ! La parole prise à la lettre : « de mourir une seule fois » ne se vérifie pas! C’est pourquoi il faut être prudent avant de réciter des versets bibliques seulement pour justifier des convictions personnelles quelquefois mal fondées. Il faut réfléchir à l’intelligence de l’ensemble des Saintes Écritures et un verset biblique ne doit pas être sorti de son contexte !

Enfin, soyons logiques, si possible ! Dans la mesure où la réincarnation n’existerait pas, ne serait-ce pas diminuer la puissance de Dieu ? Dans la mesure où une seule vie terrestre déterminerait la destinée éternelle de l’âme, soit pour la perdition, soit pour le salut, serait-ce juste ? Il n’y aurait pas d’égalité des chances. Et qu’adviendrait-il de ceux qui n’ont jamais connu l’Évangile et qui ne pouvaient pas se convertir ? Vous dites qu’ils seront jugés en fonction de leur conscience, mais alors ils seront tous condamnés car tous sont pécheurs disent les Saintes Écritures ! En réalité, seule la réincarnation donne l’égalité des chances et, pendant le millenium, les âmes se réincarneront et n’auront plus l’excuse de prétendre après cela ne pas avoir connu Dieu, car la Terre sera remplie de la connaissance de Dieu ! Alors, nous comprenons pourquoi il y aura un jour un jugement éternel : toutes les chances avant cela auront été offertes aux âmes ! Et elles n’auront plus d’excuses si, après cela, elles n’auront toujours pas choisi de se convertir en choisissant la grâce de Dieu !

Faut-il encore poursuivre sur ces explications ? Y aurait-il une justice pour les handicapés ? Pour les aveugles, pour les sourds, pour les muets, pour les malades mentaux ? Auraient-ils eu les mêmes chances que les autres ? Et que faut-il dire des enfants qui meurent avant de devenir adultes : seront-ils tous perdus ?

 

44

Matthieu

XVII

2 à 3

 

17.2 Il fut transfiguré devant eux; son visage resplendit comme le soleil, et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière. 17.3 Et voici, Moïse et Élie leur apparurent, s'entretenant avec lui.

 

Moïse et Elie sont les « deux Témoins » de l’Apocalypse annoncés par le prophète Zacharie :

Zacharie 4 v 11-14 : «  Je pris la parole et je lui dis: Que signifient ces deux oliviers, à la droite du chandelier et à sa gauche? 4.12 Je pris une seconde fois la parole, et je lui dis: Que signifient les deux rameaux d'olivier, qui sont près des deux conduits d'or d'où découle l'or? 4.13 Il me répondit: Ne sais-tu pas ce qu'ils signifient? Je dis: Non, mon seigneur. 4.14 Et il dit: Ce sont les deux oints qui se tiennent devant le Seigneur de toute la terre ».

 

45

Apocalypse

XI

7 à 13

 

11.7 Quand ils auront achevé leur témoignage, la bête qui monte de l'abîme leur fera la guerre, les vaincra, et les tuera. 11.8 Et leurs cadavres seront sur la place de la grande ville, qui est appelée, dans un sens spirituel, Sodome et Égypte, là même où leur Seigneur a été crucifié. 11.9 Des hommes d'entre les peuples, les tribus, les langues, et les nations, verront leurs cadavres pendant trois jours et demi, et ils ne permettront pas que leurs cadavres soient mis dans un sépulcre. 11.10 Et à cause d'eux les habitants de la terre se réjouiront et seront dans l'allégresse, et ils s'enverront des présents les uns aux autres, parce que ces deux prophètes ont tourmenté les habitants de la terre. 11.11 Après les trois jours et demi, un esprit de vie, venant de Dieu, entra en eux, et ils se tinrent sur leurs pieds; et une grande crainte s'empara de ceux qui les voyaient. 11.12 Et ils entendirent du ciel une voix qui leur disait: Montez ici! Et ils montèrent au ciel dans la nuée; et leurs ennemis les virent. 11.13 A cette heure-là, il y eut un grand tremblement de terre, et la dixième partie de la ville, tomba; sept mille hommes furent tués dans ce tremblement de terre, et les autres furent effrayés et donnèrent gloire au Dieu du ciel.

 

Elie et Moïse n’auront pas encore reçu un corps immortel acquis après la résurrection ; par conséquent, ils se réincarneront ! Mais il n’en va pas de même avec l’Antéchrist et le Faux prophète, qui seront ressuscités par la puissance du Diable : ils auront déjà un corps immortel.

Dans ces conditions, l’Antéchrist (la Bête qui monte de la terre), aidé par le Diable lui-même, aura le dessus sur Elie et Moïse lorsqu’il les combattra.

 

46

Genèse

V

21 à 24

 

5.21  Hénoc, âgé de soixante-cinq ans, engendra Metuschélah. 5.22  Hénoc, après la naissance de Metuschélah, marcha avec Dieu trois cents ans; et il engendra des fils et des filles. 5.23  Tous les jours d'Hénoc furent de trois cent soixante-cinq ans. 5.24  Hénoc marcha avec Dieu; puis il ne fut plus, parce que Dieu le prit.

 

« Hénoc » se serait réincarné en « Moïse » et devra revenir sur terre comme l’un des deux Témoins de l’Apocalypse.

Hénoc fut le premier prophète de l’histoire, avant le Déluge. Les anges, qui l’avaient enlevé lui ont divulgué l’avenir du monde et lui ont enseigné à l’avance le plan de Dieu pour le salut.

 

Les ères de civilisation de 780 ans :

Enfin, Énoch commença à parler d’après un livre. Et il dit : Sur les enfants de la justice, sur les élus du monde, sur la plante de la justice et de la pureté. Sur toutes ces choses, je m’en vais vous parler ; je vous les expliquerai toutes, mes enfants, moi qui suis Énoch. Car par les visions que j’ai eues, j’ai acquis une grande connaissance ; et il m’a été donné de lire les tables mêmes du ciel.

Alors Énoch commença à parler d’après un livre, et dit : je suis né le septième jour (à l’évidence « septième siècle » depuis la création d’Adam ou 622 ans après lui) de la première semaine (dans le premier cycle de 780 ans allant de 3954 à 3174 av. notre ère), tandis que le jugement et la justice attendaient avec patience.

Mais après moi, dans la seconde semaine (allant de 3174 à 2394 av. notre ère), une grande iniquité s’élèvera, et la fraude pullulera sur la terre. Et il y aura alors une première fin (Déluge en 2418 av. notre ère), et un homme sera sauvé (Noé né en 3018, mort en 2068 av. notre ère). Mais dès que la première semaine sera terminée, l’iniquité s’accroîtra, et le Seigneur mettra à l’exécution le décret porté contre les pécheurs.

Ensuite, pendant la troisième semaine (allant de 2394 à 1614 av. notre ère), un homme sera choisi pour être la tige d’un peuple fort et juste (Abraham né en 2066, mort en 1891 av. notre ère), et après lui la plante de la justice poussera pour jamais (peuple de Dieu).

Ensuite, pendant la période de la quatrième semaine (allant de 1614 à 834 av. notre ère), les saints et les justes auront des visions (l’Exode a eu lieu en 1537, soit 77 ans après 1614 av. notre ère) ; l’ordre dans les générations sera établi (livres des Nombres), et on construira pour elles une demeure (Tabernacle de l’Alliance après l’Exode, puis Temple de Salomon fondé en 1017 av. notre ère) ; dans la cinquième semaine (allant de 834 à 54 av. notre ère) s’élèvera pour eux une maison glorieuse et puissante (royaume de Juda survivant à celui d’Israël, captivité des Juifs à Babylone de 607 à 537 av. notre ère, et reconstruction du Temple).

Puis, pendant la sixième semaine (allant de 54 av. notre ère à l’an 727 de notre ère), tous ceux qui s’y trouveront seront enveloppés de ténèbres (aveuglement des Juifs) ; et leurs cœurs oublieront la sagesse, et un homme sera enlevé d’au milieu d’eux (crucifixion, mort et résurrection de Jésus en 27 de notre ère). Pendant cette période, la maison puissante et magnifique (le Temple d’Hérode à Jérusalem) sera la proie des flammes, et la race des élus (peuple Juif) sera dispersée par toute la terre (prise de Jérusalem par Titus en 70 de notre ère).

Ensuite, pendant la septième semaine (allant de 727 à 1507 de notre ère), il sortira une race perverse, dont les œuvres nombreuses seront des œuvres d’iniquité (allusion possible à l’Islam). Alors les justes et les élus seront récompensés (les chrétiens, disciples de Jésus), et il leur sera donné une connaissance sept fois plus grande sur toutes les parties de la création (connaissance de la Parole de Dieu).

Viendra ensuite une autre semaine (allant de 1507 à 2287 de notre ère, huitième ère de 780 ans), la semaine de la justice, qui possédera le glaive du jugement et de la justice, pour frapper tous les oppresseurs (retour de Jésus en 2027 de notre ère). Alors les pécheurs seront livrés entre les mains des justes, qui, pendant cette semaine, se mériteront une demeure par leur justice et bâtiront un palais au grand Roi (règne du Messie).

Après cette semaine viendra la neuvième (de 2287 à 3067 de notre ère), pendant laquelle viendra le Jugement Universel (Jugement Dernier après 3027, fin du Millenium).

Les œuvres de l’impie s’effaceront de dessus la terre. Le monde sera condamné à la destruction (fin du monde), et tous les hommes marcheront dans la voie de la justice (Nouvelle Jérusalem).

Puis, dans la septième partie (probablement septième siècle) de la dixième semaine (commençant après 3067), sera le jugement éternel (enfer), qui sera exercé contre les vigilants (anges déchus), et le ciel tout entier germera au milieu des anges.

Le premier ciel sera enlevé et s’évanouira, le deuxième apparaîtra, et toutes les puissances célestes brilleront d’une splendeur sept fois plus grande. Puis viendront beaucoup d’autres semaines, dont le nombre est incalculable (éternité), qui se passeront dans la sainteté et la justice. Il n’y aura plus alors de péchés.

 

47

Matthieu

XXIV

40 à 41

 

24.40 Alors, de deux hommes qui seront dans un champ, l'un sera pris et l'autre laissé; 24.41 de deux femmes qui moudront à la meule, l'une sera prise et l'autre laissée.

 

Il s’agit de l’enlèvement de l’Eglise :

1° Epître aux Corinthiens 15 v 51-57 : « Voici, je vous dis un mystère : Nous ne nous endormirons pas tous, mais nous serons tous changés : en un instant, en un clin d’œil, à la dernière trompette, car la trompette sonnera et les morts seront ressuscités incorruptibles, et nous, nous serons changés. Car il faut que ce corruptible revête l’incorruptibilité, et que ce mortel revête l’immortalité. Or quand ce corruptible aura revêtu l’incorruptibilité, et que ce mortel aura revêtu l’immortalité, alors s’accomplira la parole qui est écrite : " La mort a été engloutie en victoire " [Ésaïe 25:8]. " Où est, ô mort, ton aiguillon ? où est, ô mort, ta victoire ? " [Osée 13:14]. Or l’aiguillon de la mort, c’est le péché ; et la puissance du péché, c’est la loi. Mais grâces à Dieu, qui nous donne la victoire par notre seigneur Jésus Christ ! »

1° Epître aux Thessaloniciens 4 v 13-18 : « Or nous ne voulons pas, frères, que vous soyez dans l’ignorance à l’égard de ceux qui dorment, afin que vous ne soyez pas affligés comme les autres qui n’ont pas d’espérance. Car si nous croyons que Jésus mourut et qu’il est ressuscité, de même aussi, avec lui, Dieu amènera ceux qui se sont endormis par Jésus. Car nous vous disons ceci par la parole du Seigneur : que nous, les vivants, qui demeurons jusqu’à la venue du Seigneur, nous ne devancerons aucunement ceux qui se sont endormis. Car le Seigneur lui-même, avec un cri de commandement, avec une voix d’archange, et avec la trompette de Dieu, descendra du ciel ; et les morts en Christ ressusciteront premièrement ; puis nous, les vivants qui demeurons, nous serons ravis ensemble avec eux dans les nuées à la rencontre du Seigneur, en l’air ; et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. Consolez-vous donc l’un l’autre par ces paroles ».

Apocalypse 10 v 5-7 : « Et l’ange que j’avais vu se tenir sur la mer et sur la terre, leva sa main droite vers le ciel, et jura par celui qui vit aux siècles des siècles, lequel a créé le ciel et les choses qui y sont, et la terre et les choses qui y sont, et la mer et les choses qui y sont, qu’il n’y aurait plus de délai, mais qu’aux jours de la voix du septième ange, quand il sera sur le point de sonner de la trompette, le mystère de Dieu aussi sera terminé, comme il en a annoncé la bonne nouvelle à ses esclaves les prophètes ».

 

Le « mystère de Dieu », c’est l’enlèvement de l’Eglise !

L’enlèvement de l’Eglise n’aura pas lieu avant la « septième » et dernière trompette !

 

48

Matthieu

XXV

1 à 13

 

25.1 Alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent à la rencontre de l'époux. 25.2 Cinq d'entre elles étaient folles, et cinq sages. 25.3 Les folles, en prenant leurs lampes, ne prirent point d'huile avec elles; 25.4 mais les sages prirent, avec leurs lampes, de l'huile dans des vases. 25.5 Comme l'époux tardait, toutes s'assoupirent et s'endormirent. 25.6 Au milieu de la nuit, on cria: Voici l'époux, allez à sa rencontre! 25.7 Alors toutes ces vierges se réveillèrent, et préparèrent leurs lampes. 25.8 Les folles dirent aux sages: Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s'éteignent. 25.9 Les sages répondirent: Non; il n'y en aurait pas assez pour nous et pour vous; allez plutôt chez ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous. 25.10 Pendant qu'elles allaient en acheter, l'époux arriva; celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. 25.11 Plus tard, les autres vierges vinrent, et dirent: Seigneur, Seigneur, ouvre-nous. 25.12 Mais il répondit: Je vous le dis en vérité, je ne vous connais pas. 25.13 Veillez donc, puisque vous ne savez ni le jour, ni l'heure.

 

Ce serait être de mauvaise foi de ne pas reconnaître que cette parabole se rapporte au retour de Jésus ! Les dix vierges sont dix Eglises : cinq d’entre elles sont « sages » et cinq sont « folles ». Celles qui sont prudentes ont pris avec elles de l’huile, mais les autres non ! L’huile dans les lampes, c’est la « Parole de Dieu » dans les Eglises ! La foi vient de la Parole de Dieu, laquelle est « esprit et vie » ! L’apostasie qui se manifeste à l’approche de la manifestation de l’Antéchrist vient de l’abandon de la foi, laquelle ne peut être fondée que sur les Saintes Ecritures. Les « traditions » dans les Eglises ont progressivement « écarté » et « remplacé » les Saintes Ecritures. Celles-ci ne sont plus réellement étudiées, ni enseignées, et c’est pour cette raison que l’Esprit de Dieu a « disparu » : il ne peut pas se manifester en dehors de la foi fondée sur la Parole de Dieu. Les « traditions » ont malheureusement remplacé l’étude de la Bible dans les Eglises et on ne la trouve plus dans les foyers des chrétiens ! Si quelques chrétiens possèdent encore une Bible chez eux, ils ne la lisent plus depuis longtemps ! Il n’y a donc plus d’huile dans les Eglises et cela signifie clairement que la Bible est « oubliée », c’est-à-dire que les chrétiens ne la lisent plus ! L’apostasie vient de l’abandon de l’étude de la Bible, tout simplement !

Cette parabole précise que les Eglises vont être prévenues à l’avance du retour de Jésus et qu’elles seront appelées à se préparer ! Comment pourraient-elles être prévenues à l’avance si rien ne peut les prévenir ? Mais « quelque chose se passe » et les Eglises sont prévenues du retour de Jésus ! Alors, cette fois elles se réveillent de leur sommeil, mais certaines sont « perdues dans la nuit » car elles n’ont plus d’huile dans leur lampes ! En effet, si nous vous disons : « Jésus revient dans très peu de temps », comment allez-vous réagir ? Vous souhaitez en savoir d’avantage et vous vous demandez : que faut-il faire pour s’y préparer ? Pour le savoir, il faut déjà connaître les textes bibliques ! Sinon, il faut « acheter » une Bible et prendre le temps de la lire pour comprendre tout ce qu’il faut faire ! Il se trouve qu’il est « trop tard » pour pouvoir être aidé par « ceux qui savent », car eux mêmes se dépêchent, voire même se précipitent pour ne pas « manquer le rendez-vous » ! Ce qui signifie que les Eglises qui auront « abandonné » les Saintes Ecritures en les « remplaçant » par des « traditions humaines » n’auront plus le temps de se préparer pour être prêtes : elles resteront dans la nuit sans savoir quoi faire ! Quel malheur pour elles !

Enfin l’enlèvement de l’Eglise aura lieu, mais tous les chrétiens ne seront pas pris ! Ceux qui resteront sur terre ne seront pas épargnés par les jugements des sept coupes qui suivront : le temps d’une grande détresse sera venu pour eux ! Je vous le dis : « Ne manquez pas le rendez-vous, abandonnez les traditions inutiles, lisez la Bible et recevez la Parole de Dieu avec foi, avant qu’il ne soit trop tard ! ».

Jean 6 v 63 : « C'est l'Esprit qui vivifie ; la chair ne profite de rien : les paroles que moi je vous ai dites sont esprit et sont vie ».

 

Jean 8 v 12 : « Jésus donc leur parla encore, disant : Moi, je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera point dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie ».

 

Le « mystère de Dieu », c’est l’enlèvement de l’Eglise !

L’enlèvement de l’Eglise n’aura pas lieu avant la « septième » et dernière trompette !

 

49 a

Apocalypse

XVII

1 à 6 ; 9

 

17.1 Puis un des sept anges qui tenaient les sept coupes vint, et il m'adressa la parole, en disant: Viens, je te montrerai le jugement de la grande prostituée qui est assise sur les grandes eaux. 17.2 C'est avec elle que les rois de la terre se sont livrés à l'impudicité, et c'est du vin de son impudicité que les habitants de la terre se sont enivrés. 17.3 Il me transporta en esprit dans un désert. Et je vis une femme assise sur une bête écarlate, pleine de noms de blasphème, ayant sept têtes et dix cornes. 17.4 Cette femme était vêtue de pourpre et d'écarlate, et parée d'or, de pierres précieuses et de perles. Elle tenait dans sa main une coupe d'or, remplie d'abominations et des impuretés de sa prostitution. 17.5 Sur son front était écrit un nom, un mystère: Babylone la grande, la mère des impudiques et des abominations de la terre. 17.6 Et je vis cette femme ivre du sang des saints et du sang des témoins de Jésus. Et, en la voyant, je fus saisi d'un grand étonnement.

17.9 C'est ici l'intelligence qui a de la sagesse. - Les sept têtes sont sept montagnes, sur lesquelles la femme est assise.

 

La femme assise sur la Bête est Rome. L’empire romain doit « revenir » au temps de la fin, lorsque l’Antéchrist reparaîtra. Rome a été la capitale de l’empire Romain, puis elle est devenue le siège de la papauté.

Il s’agit du jugement de Rome à la septième coupe de l’Apocalypse pour la totalité de son histoire et pas seulement parce qu’elle est devenue le siège de la papauté.

 

Lettre ouverte de Patrick DOLCIANI au pape :

 

Sa Sainteté Benoît XVI,

C’est au nom de notre Seigneur Jésus-Christ que je vous adresse ces quelques mots. Saint Malachie (1095 env.-1148) nous a laissé la « Prophétie des Papes », document de six pages, édité en 1595 par le moine bénédictin Arnold Wion ; cette suite de 111 devises s’applique aux papes en commençant par Célestin II jusqu’à vous-même, Benoît XVI, dont la devise finale est : « De la Gloire de l’Olivier ».

Le prophète Zacharie écrit (ch. 4, v. 2-3) : « Que vois-tu ? Je répondis : Je regarde, et voici, il y a un chandelier tout d’or, surmonté d’un vase et portant sept lampes, avec sept conduits pour les lampes qui sont au sommet du chandelier ; et il y a près de lui deux oliviers, l’un à la droite du vase, et l’autre à sa gauche » ; Saint Jean écrit (Apocalypse ch. 11 v. 3-4) : « Je donnerai à mes deux témoins le pouvoir de prophétiser, revêtus de sacs, pendant 1260 jours. Ce sont les deux oliviers et les deux chandeliers qui se tiennent devant le Seigneur de la terre ». Il ajoute (v. 7-8) : « Quand ils auront achevé leur témoignage, la bête qui monte de l’abîme (antéchrist) leur fera la guerre, les vaincra, et les tuera. Et leurs cadavres seront sur la place de la grande ville, qui est appelée, dans un sens spirituel, Sodome et Egypte, là même où leur Seigneur a été crucifié (Jérusalem) ». Ainsi il apparaît que votre devise est en rapport avec les « deux oliviers » de ces citations bibliques, c’est-à-dire avec l’accomplissement d’un ministère prophétique, ici celui de deux prophètes qui seront appelés à annoncer le Retour de Jésus-Christ.

C’est au cours de votre Pontificat que se manifesteront ces deux prophètes annoncés et que se réalisera l’Apocalypse de Saint Jean. Saint Malachie a reçu en son temps la révélation de la « Prophétie des Papes » pour nous prévenir, nous qui sommes arrivés au temps de la fin. Vous ne mourrez pas avant d’avoir vu se réaliser l’Apocalypse, « Révélation de Jésus-Christ, que Dieu lui a donnée pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver… ». Ainsi, vivrez-vous jusqu’à cent ans s’il le faut et Jésus reviendra en gloire sur le mont des oliviers (Zacharie, ch. 14) ; ainsi, vous aurez atteint 96 ans au moment de l’apparition de l’Antéchrist et vous aurez 93 ans au début de la « 70° semaine d’années » du prophète Daniel (ch. 9, v. 20-27). C’est vous, dont le nom est désormais « Benoît XVI », qui verrez ces événements s’accomplir…de même que tous ceux et toutes celles qui seront encore vivants dans les années 2020 à 2027.

Votre vie s’inscrit dans le dernier siècle de l’histoire de l’Eglise et c’est pourquoi votre âge indique aussi quelle est l’année en cours de ce dernier siècle ; en effet, nous savons que Jésus est né en l’an sept avant notre ère et il fut crucifié pour la purification de nos péchés à l’âge de trente-trois ans, donc en l’an 27 de notre ère ! Vous êtes né en 1927, juste un siècle avant l’an 2027 ! En 2027, deux mille ans seront accomplis de l’histoire de l’Eglise !

Voilà pourquoi nous savons que vous vivrez jusqu’à cent ans, vous qui avez été élu par les Cardinaux seulement pour exercer un pontificat de « transition » de cinq à six ans ! Ceux qui espèrent avoir une chance pour vous succéder à la tête du Saint-Siège seront déçus !

Que direz-vous ? Direz-vous que la prophétie des papes de Saint Malachie est fausse ? Vous pouvez voir, à l’intérieur de la Basilique Saint-Paul-hors-les-murs à Rome, une suite de médaillons qui représentent la succession des papes ; il ne reste plus qu’un seul emplacement après celui de Jean-Paul II, le vôtre ! La basilique fut détruite par un incendie au début du XIX° siècle, mais elle fut reconstruite par Léon XII (1823-1829), puis consacrée par Pie IX en 1854, lequel reconnaissait de fait la valeur de cette prophétie.

Elle s’achève par ces mots : « Pendant la dernière persécution que souffrira la Sainte Eglise Romaine siégera un « Pierre le Romain ». Il paîtra les brebis au milieu de nombreuses tribulations ; celles-ci terminées, la cité aux sept collines sera détruite ; et un Juge redoutable jugera le peuple, le sien ». « Pierre le Romain », c’est le dernier pape, c’est-à-dire vous-même, car cette expression signifie tout simplement qu’il siégera à Rome (cité aux sept collines) un « Successeur de Saint Pierre », pour désigner très exactement le « dernier pape », celui de la dernière devise ! Nous savons par ailleurs que les papes ne prennent jamais par tradition le nom de « Pierre » et que « Pierre le Romain » n’aurait pas de devise s’il devait être votre successeur ! L’interprétation est par conséquent très claire : toute la prophétie de Saint Malachie conduit à vous-même ! Vous, mais aussi à nous tous, qui sommes les chrétiens de la dernière génération !

C’est donc au nom de notre Seigneur Jésus-Christ que je vous écris ces quelques mots, afin de vous préparer dès maintenant à accomplir votre destin en connaissance de cause !

Gloire à Celui qui revient bientôt !

 

Prophétie des Papes de saint Malachie :

Nom :

D. :

Dates :

Devise :

Célestin II (Prophétie des Papes)

1

1143

1144

D'un château sur le Tibre

Lucius II

2

1144

1145

L'ennemi chassé

Eugène III

3

1145

1153

De la grandeur du mont

Anastase IV

4

1153

1154

L'abbé suburrain

Adrien IV

5

1154

1159

Au sujet du champ d'Albe

Alexandre III

9

1159

1181

De l'oie gardienne

Lucius III

10

1181

1185

La lumière en la porte

Urbain III

11

1185

1187

Le pourceau contre le crible

Grégoire VIII

12

1187

1187

L'épée de Laurent

Clément III

13

1187

1191

Il sortira de l'école

Célestin III

14

1191

1198

Au sujet de la campagne bovine

Innocent III

15

1198

1216

Le comte signé

Honorius III

16

1216

1227

Le chanoine du côté

Grégoire IX

17

1227

1241

L'oiseau d'Ostie

Célestin IV

18

1241

1241

Le lion de la Sabine

Innocent IV (1243-1254)

19

1241

1254

Le comte Laurent

Alexandre IV

20

1254

1261

Le signe d'Ostie

Urbain IV

21

1261

1264

Jérusalem de la Champagne

Clément IV (1265-1268)

22

1264

1268

Le dragon vaincu

Grégoire X (1271-1276)

23

1268

1276

L'homme serpent

Innocent V

24

1276

1276

Le prédicateur Gaulois

Adrien V

25

1276

1276

Le bon Comte

Jean XXI

26

1276

1277

Le pêcheur de Tuscum

Nicolas III

27

1277

1280

La rose composée

Martin IV (1281-1285)

28

1280

1285

De la trésorerie de Martin des Lys

Honorius IV

29

1285

1287

De la rose Léonine

Nicolas IV (1288-1292)

30

1287

1292

Le pivert entre les viandes

St Célestin V (1294, abdic.)

31

1292

1294

En élévation depuis l'hermitage

Boniface VIII

32

1294

1303

De la bénédiction des ondes

Benoît XI

33

1303

1304

Le prédicateur de Patare

Clément V à Avignon (1305-1314)

34

1304

1314

Au sujet des fasces d'Aquitaine

Jean XXII à Avignon (1316-1334)

35

1314

1334

Du cordonnier d'Osse

Benoît XII à Avignon

37

1334

1342

L'abbé froid

Clément VI à Avignon

38

1342

1352

Au sujet de la rose d'Arras

Innocent VI à Avignon

39

1352

1362

Au sujet des monts de Pammaque

Urbain V à Avignon

40

1362

1370

Le Vicomte Gaulois

Grégoire XI à Avignon

41

1370

1378

Le nouveau au sujet de la Vierge forte

Urbain VI (Schisme d'Occident : 1378-1417)

45

1378

1389

Au sujet de l'enfer de Prégnani

Boniface IX

46

1389

1404

Le bloc cubique concernant le mélange fortifié

Innocent VII

47

1404

1406

Au sujet d'un astre meilleur

Grégoire XII (1406-abdiqua en 1415)

48

1406

1417

Le marin de Négrepont

Martin V

51

1417

1431

La colonne du voile d'or

Eugène IV

52

1431

1447

La louve célestine

Nicolas V

54

1447

1455

Au sujet de la modicité de la lune

Calixte III

55

1455

1458

Le bœuf puissant

Pie II

56

1458

1464

Au sujet de la chèvre et l'auberge

Paul II

57

1464

1471

Au sujet du cerf et de lion

Sixte IV

58

1471

1484

Le pêcheur cordelier

Innocent VIII

59

1484

1492

Le précurseur de la Sicile

Alexandre VI

60

1492

1503

Le bœuf d'Albe dans le port

Pie III

61

1503

1503

Au sujet du petit homme

Jules II

62

1503

1513

Le fruit de Jupiter plaira

Léon X

63

1513

1521

Au sujet du gril de Politien

Adrien VI (1522-1523)

64

1521

1523

Le lion de Florent

Clément VII

65

1523

1534

La fleur de la Pilule

Paul III

66

1534

1549

La jacinthe au médecin

Jules III (1550-1555)

67

1549

1555

Au sujet de la couronne du Mont

Marcel II

68

1555

1555

Le froment prêt à tomber

Paul IV

69

1555

1559

Au sujet de la foi de Pierre

Pie IV

70

1559

1565

La drogue d'Esculape

St Pie V (1566-1572)

71

1565

1572

L'ange des bois

Grégoire XIII

72

1572

1585

La moitié du corps des petits

Sixte V

73

1585

1590

L'axe au milieu du signe

Urbain VII

74

1590

1590

Au sujet de la rosée du ciel

Grégoire XIV

75

1590

1591

Au sujet de l'ancienneté de la ville

Innocent IX

76

1591

1591

La cité pieuse en guerre

Clément VIII (1592-1605)

77

1591

1605

La croix de Romulus

Léon XI

78

1605

1605

L'homme des ondes

Paul V

79

1605

1621

La race perverse

Grégoire XV

80

1621

1623

Dans la tribulation de la paix

Urbain VIII

81

1623

1644

Le lis et la rose

Innocent X

82

1644

1655

L'agrément de la croix

Alexandre VII

83

1655

1667

Le gardien des montagnes

Clément IX

84

1667

1669

L'astre des cygnes

Clément X (1670-1676)

85

1669

1676

Au sujet du grand fleuve

Innocent XI

86

1676

1689

La bête insatiable

Alexandre VIII

87

1689

1691

La glorieuse pénitence

Innocent XII

88

1691

1700

Le rateau sur la porte

Clément XI

89

1700

1721

Les fleurs posées à l'entour

Innocent XIII

90

1721

1724

Au sujet de la bonne religion

Benoît XIII

91

1724

1730

Le soldat à la guerre

Clément XII

92

1730

1740

La colonne élevée

Benoît XIV

93

1740

1758

L'animal rustique

Clément XIII

94

1758

1769

La rose de l'Ombrie

Clément XIV

95

1769

1774

L'ours rapide

Pie VI (1775-1799)

96

1774

1799

Le pèlerin apostolique

Pie VII (1800-1823)

97

1799

1823

L'aigle rapace

Léon XII

98

1823

1829

Le chien et la couleuvre

Pie VIII

99

1829

1830

L'homme religieux

Grégoire XVI (1831-1846)

100

1830

1846

Au sujet des bains d'Etrurie

Pie IX

101

1846

1878

La croix de la croix

Léon XIII

102

1878

1903

La lumière dans le ciel

St Pie X

103

1903

1914

Le feu ardent

Benoît XV

104

1914

1922

La religion dépeuplée

Pie XI

105

1922

1939

La foi intrépide

Pie XII

106

1939

1958

Le pasteur angélique

Jean XXIII

107

1958

1963

Le pasteur et le marin

Paul VI

108

1963

1978

La fleur des fleurs

Jean-Paul I°

109

1978

1978

Au sujet de la moitié de la Lune

Jean-Paul II

110

1978

2005

Au sujet du travail du Soleil

Benoît XVI (Pierre le Romain)

111

2005

2027 ?

Au sujet de la gloire de l'olivier (dernière devise sur les 111)

Retour du Christ : « Le jour et l’heure » ne sont pas connus.

 

2027

2027

L’année du retour de Jésus est déterminée par les cycles apocalyptiques.

 

Conclusion de la prophétie des papes de saint Malachie :

« Pendant la dernière persécution que souffrira la Sainte Eglise Romaine siégera un "Pierre le Romain" (Benoît XVI). Il paîtra les brebis au milieu de nombreuses tribulations (apocalyptiques) ; celles-ci terminées, la cité aux sept collines sera détruite (Rome) ; et un Juge redoutable (Jésus) jugera le peuple, le sien ».

 

Les antipapes :

Nom de l'Antipape :

D. :

Dates :

Devise :

Victor IV

6

1159

1164

De la prison horrible

Pascal III

7

1164

1168

Par la voie Transtévère

Calixte III

8

1168

1178

Au sujet de la Pannonie de Toscane

Nicolas V

36

1328

1330

Le corbeau schismatique

Clément VII

42

1378

1394

Au sujet de la croix apostolique

Benoît XIII

43

1394

1423

La Lune de Cosmedin

Clément VIII

44

1423

1429

Le schisme de Barcelone

Alexandre V

49

1409

1410

Le Fléau du Soleil

Jean XXIII

50

1410

1415

Le cerf de Sirène

Félix V

53

1439

1449

L'amoureux de la croix

 

49 b

Apocalypse

XVII

15 à 18

 

17.15 Et il me dit: Les eaux que tu as vues, sur lesquelles la prostituée est assise, ce sont des peuples, des foules, des nations, et des langues. 17.16 Les dix cornes que tu as vues et la bête haïront la prostituée, la dépouilleront et la mettront à nu, mangeront ses chairs, et la consumeront par le feu. 17.17 Car Dieu a mis dans leurs cœurs d'exécuter son dessein et d'exécuter un même dessein, et de donner leur royauté à la bête, jusqu'à ce que les paroles de Dieu soient accomplies. 17.18 Et la femme que tu as vue, c'est la grande ville qui a la royauté sur les rois de la terre.

 

C’est à la septième coupe de l’Apocalypse que Rome est détruite ; ensuite, il y a la Bataille d’Harmaguédon.

 

50

2° Pierre

III

8 à 10

 

3.8 Mais il est une chose, bien-aimés, que vous ne devez pas ignorer, c'est que, devant le Seigneur, un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour. 3.9 Le Seigneur ne tarde pas dans l'accomplissement de la promesse, comme quelques-uns le croient; mais il use de patience envers vous, ne voulant pas qu'aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance. 3.10 Le jour du Seigneur viendra comme un voleur; en ce jour, les cieux passeront avec fracas, les éléments embrasés se dissoudront, et la terre avec les œuvres qu'elle renferme sera consumée.

 

Il y aura très exactement deux mille ans entre le début de l’histoire de l’Eglise en 27 de notre ère et le retour de Jésus en 2027.

Il s’est glissé une erreur de 40 ans dans l’interprétation chronologique habituelle de l’Ancien Testament, car il y a en réalité 520 ans depuis l’Exode d’Israël sous Moïse jusqu’aux fondations du Temple de Jérusalem, la quatrième année du règne du roi Salomon.

A l’origine de cette erreur il y a, au premier livre des Rois, ch. VI, v. 1, une indication chronologique, que nous prenions « textuellement » prise en compte, mentionnant : « 480 ans après la sortie des Israélites du pays d’Egypte ». Il ne s’agissait pas en réalité d’une référence à l’Exode, comme nous l’avions cru, mais du temps compté depuis la « Sortie du Sinaï », sans doute considéré comme un prolongement du territoire égyptien, c’est-à-dire au moment du passage du Jourdain – et non pas de la mer Rouge – pour entrer dans la terre promise, définitivement hors d’Egypte.

Il apparaît que la chronologie du livre des Juges, trop souvent négligée, donne en réalité 390 ans depuis la première oppression d’Israël par Cusan-Risathaïm, roi de Mésopotamie (Juges ch. III, v. 8), jusqu’à celle des Philistins (Juges ch. XIII, v. 1). Nous sommes alors au début du règne de Saül, en 1100 avant notre ère. De ce fait, la chronologie des Juges nous permet de dater en 1490 avant notre ère (390 ans avant 1100) le début de la première oppression d’Israël, par le roi de Mésopotamie, juste 7 ans après l’entrée des Israélites en Palestine, laquelle se fit en 1497, c’est-à-dire 480 ans avant la fondation du Temple de Jérusalem, qui eut lieu en 1017 av. notre ère. Par ailleurs, nous observons que le livre de Josué, ch. XV, v. 15-17, et des Juges, ch. I, v. 11-13, que le premier libérateur, Othniel, était effectivement contemporain de Josué et Caleb.

Il faut donc compter, après l’Exode, 40 ans de marche dans le désert du Sinaï sous la conduite de Moïse, puis 397 ans pour le temps des Juges (après la mort de Moïse), jusqu’au début du règne de Saül, premier roi d’Israël, et, enfin, 83 ans jusqu’à la quatrième année du règne du roi Salomon, soit 520 ans au total au lieu de « 480 ans ». Nous obtenons, après cette étude, bel et bien une différence de 40 ans, origine de notre erreur.

Le schéma corrigé des cycles de l’Histoire du Monde se trouve par conséquent modifié et il révèle, ce qui nous avait échappé jusqu’ici, à savoir : l’emplacement exact de l’Apocalypse, de 2020 à 2027 de notre ère.

Car nous observons dès lors qu’il y a en réalité 1993 ans, au lieu de « 1953 ans » depuis l’alliance de la Circoncision faite avec Abraham en 1967 av. notre ère (c’est-à-dire 430 ans avant l’Exode, durée indiquée dans Galates III, v. 17, ou 470 ans avant l’entrée d’Israël en Palestine), jusqu’à la Crucifixion de Jésus en 27 de notre ère, sachant qu’il est né en l’an 7 av. notre ère. Soit 1960 ans (ou 7 fois 280 ans, les sept âges de la « postérité d’Abraham »), jusqu’à la naissance de Jésus, auxquels il faut ajouter les 33 années de sa vie.

Nous savons que lorsque les Mages arrivèrent à Jérusalem, Jésus était déjà né depuis deux ans et le roi Hérode I° le Grand (37 – 4 av. notre ère) était toujours vivant. La famille alla se réfugier en Egypte sans doute pendant une année entière jusqu’en 4 av. notre ère, année de la mort du roi ; cela place la naissance de Jésus trois ans avant la mort d’Hérode I° le Grand  et c’est ici la certitude que Jésus est bien né en l’an 7 av. notre ère. Il fut crucifié en l’an 27 de notre ère, à l’âge de 33 ans. Il n’y a pas de contradiction entre les Evangiles de Luc et de Matthieu, mais Luc se rapporte à la naissance réelle de Jésus, tandis que Matthieu raconte ce qui s’est passé deux années plus tard (le temps que les Mages venus de Perse accomplissent leur voyage, car l’étoile leur était apparue dans leur pays au moment même de la naissance de Jésus). Par ailleurs, la datation de Luc (ch. III, v. 1 – 6) est, soit l’année de la composition de l’Evangile, soit une erreur de transcription des copistes qui auraient probablement changé « la 5° année du règne de Tibère-César » en « 15° année » ; Jean-Baptiste aurait alors commencé son ministère à l’âge de 25 ans, en 19 de notre ère.

De même, il y a aussi une durée de 1993 ans depuis la Résurrection de Jésus, soit 1960 ans (ou 7 fois 280 ans, les sept âges de l’Histoire de l’Eglise), auxquels il faut ajouter un temps supplémentaire de 33 ans (répétition des cycles ou « effet miroir »), jusqu’au début de l’Apocalypse. C’est pourquoi nous devons ajouter 33 ans aux dates initialement prévues dans « Mystères révélés ».

Ces observations faites, il faut ensuite ajouter les sept années de l’Apocalypse elle-même, dont nous connaissons la durée exacte grâce à la prophétie des « 70 semaines d’années » du prophète Daniel (ch. IX, v. 24-27), pour rattraper ce qui reste des « 40 ans » qui avaient été « oubliés » à cause de notre erreur chronologique (7 ans ajoutés à 33 ans font bien 40 ans). Cela donne enfin 2000 ans car l’Apocalypse commence à la fin du cycle de 1993 ans. Nous obtenons deux millénaires depuis la Mort et la Résurrection de Jésus jusqu’à son prochain Retour, de l’an 27 de notre ère jusqu’en 2027 (et non pas depuis sa naissance).

Le schéma général des cycles, définitivement achevé, compte 71 siècles depuis la Création d’Adam en 4074 av. notre ère, jusqu’à la fin du Millenium en 3027, alors que d’autres ont cru devoir en trouver soixante-dix (7000 ans).

Cependant, il apparaît que l’ensemble des cycles de l’histoire schématique du Monde compte 72 siècles depuis le début de la Création en 4174 av. notre ère, laquelle a été probablement décidée et mise en œuvre après un cataclysme d’ordre planétaire (et non cosmique), provoqué probablement par la chute d’un ou de plusieurs astéroïdes (voir à ce sujet les explications détaillées dans « Mystères révélés » à partir de la page 105 et la traduction du premier chapitre de la Genèse, pages 114 à 116). Nous obtenons un siècle de plus car il faut compter 100 ans depuis le milieu du premier jour (apparition de la lumière), jusqu’au milieu du sixième jour (création d’Adam), chaque « jour » de la Création ayant une durée « schématiquement » définie de 20 ans.

Nous pouvons néanmoins obtenir un ensemble de 70 siècles. Pour cela, il faut compter 2000 ans depuis la sortie d’Adam « schématiquement » indiquée (voir le schéma des cycles de l’histoire du Monde) du Jardin d’Eden en 3974 av. notre ère, lorsqu’il avait 100 ans (nous savons qu’il vécut 930 ans), jusqu’au début du « compte à rebours » de sept années avant la destruction, faite par les anges, de Sodome et Gomorrhe (destruction par le « feu du ciel » après sept ans d’attente par rapport à la position d’origine du nouveau cycle, ce qui peut être interprété comme une préfiguration de l’Apocalypse). Il faut ensuite ajouter les 2000 ans qui suivent le début de ce premier « compte à rebours » jusqu’à la Crucifixion de Jésus, soit 4000 ans accomplis. Pour tenir compte du temps complet de l’Histoire de l’Eglise (1960 ans + 33 ans + 7 ans), il faut ajouter 2000 ans depuis la Résurrection de Jésus jusqu’à son Retour attendu pour l’an 2027, soit 6000 ans accomplis. Enfin, pour terminer, nous devons ajouter les 1000 ans du Millenium, dont la durée est nettement indiquée dans l’Apocalypse de Saint Jean (ch. XX, v. 1-3 et 7-10), pour obtenir très exactement une durée globale de 7000 ans (70 siècles), depuis l’entrée dans le Monde du péché en Adam jusqu’à la libération finale du Diable suivie du Jugement dernier.

Pour ce qui concerne l’ensemble des cycles de 1040 ans (périodes méso-américaines de quatre fois 260 ans ou « roues de katuns »), ils existent toujours dans cette nouvelle structure, mais ils se confondent avec ceux du calendrier méso-américain lui-même dont nous avions déjà indiqué les dates dans « Mystères révélés ». De ce fait, le schéma général des cycles de l’Histoire du Monde s’en trouve simplifié.

 

 

 

Chronologie du livre des Juges :

NB :

Noms :

Dates :

Durées :

Ch :

V :

1

Cusan-Risathaïm :

1490-1482

8

3

8

2

Othniel :

1482-1442

40

3

11

3

Eglon :

1442-1424

18

3

14

4

Ehud :

1424-1344

80

3

30

5

Jabin :

1344-1324

20

4

3

6

Débora-Barak :

1324-1284

40

5

31

7

Madian :

1284-1277

7

6

1

8

Gédéon :

1277-1237

40

8

28

9

Abimélek :

1237-1234

3

9

22

10

Thola :

1234-1211

23

10

1 & 2

11

Jaïr :

1211-1189

22

10

3 à 5

12

Ammonites :

1189-1171

18

10

8

13

Jephté :

1171-1165

6

12

7 & 11-26

14

Ibtsan :

1165-1158

7

12

8 à 10

15

Elon le Zabulon :

1158-1148

10

12

11 & 12

16

Abdon :

1148-1140

8

12

13 à 15

17

Philistins :

1140-1100

40

13

1

18

Saül, roi d'Israël :

1100

0

 

 

 

 

Total :

390

 

 

 

 

 

Les 14 « clés chronologiques » de l’Histoire du Monde :

 

Evénements :

Dates :

Durées :

1

Création suite à un « cataclysme terrestre » :

4174

Avant notre ère

0

2

Création d’Adam :

4074

Avant notre ère

100

3

Déluge :

2418

Avant notre ère

1656

4

Naissance de Térakh, père d’Abraham :

2196

Avant notre ère

222

5

Naissance d’Abraham :

2066

Avant notre ère

130

6

Abraham en Canaan :

1991

Avant notre ère

75

7

Circoncision d’Abraham :

1967

Avant notre ère

24

8

Exode sous Moïse :

1537

Avant notre ère

430

9

Construction du Temple de Jérusalem sous Salomon :

1017

Avant notre ère

520

10

Schisme Israël-Juda :

980

Avant notre ère

37

11

1° Départ en Captivité à Babylone (Daniel I, 1-2) :

607

Avant notre ère

373

12

1° Retour d’Exil :

537

Avant notre ère

70

13

Départ chronologique des 69 semaines d’années de Daniel IX (Application de l’Edit d’Artaxerxés selon Esdras VII) :

 457

Avant notre ère

80

14

Crucifixion, mort et résurrection de Jésus :

27

Après notre ère

483

 

Total des durées : 4200 ans.

 

Total :

4200

 4200 ans + 2000 ans + 1000 ans = 7200 ans = 360 x 20 ans.

 

 

 

Tableau des 72 siècles de l'histoire du Monde :

Siècles :

 

"Mois" du Monde :

"Saisons" :

 

Baktuns :

 

Eres zodiacales :

0

0

"Lit annuel" : cinq jours vides du 19 au 23 juin inclus.

1

1

1° mois de 600 ans

Eté

1

Création

 

Création et Adam en Eden

2

2

2

Adam en Eden

3

3

1

1° BAKTUN

Baktuns méso-américains :

Ere du Taureau

4

4

2

5

5

3

6

6

4

7

1

2° mois de 600 ans

1

2° BAKTUN

8

2

2

9

3

3

10

4

4

11

5

1

3° BAKTUN

1° BAKTUN

12

6

2

13

1

3° mois de 600 ans

3

14

2

4

15

3

1

4° BAKTUN

2° BAKTUN

16

4

2

17

5

3

18

6

4

19

1

4° mois de 600 ans

Automne

1

5° BAKTUN

3° BAKTUN

20

2

2

21

3

3

22

4

4

23

5

1

6° BAKTUN

4° BAKTUN

Ere du Bélier

24

6

2

25

1

5° mois de 600 ans

3

26

2

4

27

3

1

7° BAKTUN

5° BAKTUN

28

4

2

29

5

3

30

6

4

31

1

6° mois de 600 ans

1

8° BAKTUN

6° BAKTUN

32

2

2

33

3

3

34

4

4

35

5

1

9° BAKTUN

7° BAKTUN

36

6

2

37

1

7° mois de 600 ans

Hiver

3

38

2

4

39

3

1

10° BAKTUN

8° BAKTUN