Bible et Calendrier Maya 

 

Les Archives du Journal :

" Mission Mondiale Esprit et Vérité ".

Livre « La fin du monde en 2027 ? » :

http://www.editionsoasis.com/La-fin-du-monde-en-2027-cbYaaadga.asp

 

Les Grandes Pyramides représentent le Soleil (Chéops), la Terre (Khephren) et la Lune (Mykérinos).

 

Dernière mise à jour : 21/03/2020.

 

index.htm

Le Journal avec études complémentaires sous forme d'articles :

7° - Cliquez ci-après : journal.htm

7° a - Cliquez ci-après : archives_du_journal.htm

7° b - Cliquez ci-après : archives_du_journal_suite.htm

 

Contact : @  dolcianipatrick@hotmail.fr

 

Fin du monde en 2027 :

http://www.leseditionsdunet.com/histoire-et-actualites/404-fin-du-monde-en-2027-patrick-dolciani-9782312002576.html

Livre « Fin du monde en 2027 » (14 pages affichées) :

http://www.u-reed.com/lecteur.php?id=270&width=580&height=848&bg=FFFFFF

 

Le "Compte Long" (système du calendrier maya) :

Les jours sont comptés à partir de celui de la Mort de Jésus, le Fils de Dieu, crucifié à notre place pour accomplir notre Salut. Le numéro du jour permet d'établir une relation cyclique avec les autres jours du calendrier. Voir tableau des Séries Initiales au bas de la page.

 

Les Articles du Journal  (suite) :

 

Article N° 40 :

722973

J

14/09/2020

23

17

Psyché

Emeraude

Raisin

Pâquerette

Jaguar

Jeudi 14 septembre 2006

Le séjour des « dieux » en Egypte :

Texte d’Hermès Trismégiste :

« Ignores-tu, ô Asclépios, que l’Egypte est l’image du ciel et qu’elle est la projection ici-bas de toute l’ordonnance des choses célestes ? Cependant, il faut que tu saches : un temps viendra où il semblera que les Egyptiens ont en vain observé le culte des « dieux » avec tant de piété et que toutes leurs saintes invocations ont été stériles et inexaucées. La divinité quittera la Terre et remontera au « Ciel », abandonnant l’Egypte, son antique séjour, et la laissant veuve de religion, privée de la présence des « dieux »… Alors cette terre sanctifiée par tant de chapelles et de temples sera couverte de tombeaux et de morts. O Egypte, Egypte ! Il ne restera de ta religion que de vagues récits que la postérité ne croira plus et des mots gravés sur la pierre et racontant ta piété. »

Trismégiste (de « megistos », très grand) est le surnom donné par les Grecs au « dieu » Thot, assimilé à Hermès, fils de Zeus et de Maia, messager et interprète des « dieux ». Hermès Trismégiste (le « trois fois très grand ») est « source de tout le savoir humain », inventeur de l’écriture. Thot est représenté avec une « tête d’ibis » ornée d’un disque lunaire.

Etant « interprète des dieux », nous comprenons que Thot pouvait aussi être Enoch lui-même, qui fut enlevé par les anges et établi avec eux en Egypte. Il fut appelé « scribe » par les anges eux-mêmes (voir livre d’Enoch). Ce texte d’Hermès, traduit par L. Ménard, que nous avons cité ici, est particulièrement important, car il nous dit textuellement que les « dieux », c’est-à-dire les anges du livre d’Enoch, s’étaient établis en Egypte. C’est ici la résolution de l’énigme de la construction des Grandes Pyramides : elles ne furent pas construites par des êtres humains, mais par les « dieux » eux-mêmes, que nous appellerions de nos jours « extra-terrestres » ou « anges » suivant l’appellation biblique.

Les Grandes Pyramides formaient un immense « cadran solaire » très probablement environné d’obélisques, et nous devons retenir que les couloirs et les chambres de la Pyramide de Chéops représentaient d’un point de vue analogique toute l’histoire « à venir » de l’humanité. Le premier couloir descendant représentait le début de l’histoire humaine (en Adam créé par l’Etre suprême des « Elohim » ou des « anges » venus sur Terre il y a environ six mille ans) avec une « régression spirituelle » jusqu’au premier couloir ascendant, lequel représentait l’histoire d’Israël, depuis l’Exode jusqu’à la naissance du Messie Jésus. Ce premier couloir poursuit sa « chute » jusqu’à la « chambre de la folie ». Ensuite, le premier couloir ascendant se poursuivait sans progression spirituelle jusqu’à la « chambre de la Reine », c’est-à-dire « horizontalement » : c’est l’histoire du peuple Juif après le « rejet du Messie ». Apparaît avec la naissance et la vie de Jésus l’histoire de l’Eglise, représentée par la « Grande Galerie », couloir ascendant, lequel se termine par le couloir horizontal (abandon de la foi, même dans l’Eglise qui devient « traditionnaliste ») lequel conduit, au travers de « deux passages bas », jusqu’à la chambre du Roi. Cette chambre représente l’entrée dans le Millenium, tant décrié de nos jours, mais annoncé depuis longtemps par les prophètes.

Non, les Grandes Pyramides n’ont pas été construites par les « Atlantes », mais par les « dieux » qui étaient des « anges », ceux dont parlait le prophète Enoch dans son livre avant le Déluge.

Les « dieux » ont quitté l’Egypte à cause du Déluge, lequel fut un jugement de Dieu provoqué par les « anges » qui prirent pour « épouses » des femmes humaines. Elles conçurent des « géants » qui mesuraient jusqu’à six mètres de haut (des tombes de 6 à 7 mètres de longueur existent à Chenini en Tunisie), et qui semèrent la violence partout, provoquant des « carnages ». Les anges qui s’étaient accouplés avec des femmes furent jugés et condamnés. Les autres anges, demeurés fidèles à Dieu, quittèrent la Terre et ne revinrent plus après le Déluge.

D’après les données du livre d’Enoch, les anges « déchus » s’étaient établis au Liban et il semble que le « Jardin d’Eden » se trouvait en Palestine, du côté de la mer Morte, dans une vallée très fertile, laquelle fut détruite par les anges à l’époque d’Abraham (destruction de Sodome et Gomorrhe par le « feu du ciel »).

Patrick DOLCIANI

 

Article N° 39 :

722972

MC

13/09/2020

22

16

Eunomia

Calcédoine

Pêches

Orchidée

Taureau

Mercredi 13 septembre 2006

Au sujet des « erreurs » de l’Eglise :

Lorsque les chrétiens combattent la réincarnation, comme s’il s’agissait d’une doctrine du Diable, ils commettent la même erreur que lorsqu’ils affirmaient que la Terre était plate. Par son aveuglement, l'Eglise a contribué au développement de l’occultisme et empêché les Chinois et tous les peuples d’Extrême-Orient d’être gagnés au Christ ! L’Eglise a été « la lumière du monde », mais elle a aussi été un « creuset d’obscurantisme » : elle a persécuté ceux qui disaient la vérité ! Elle a été cruelle et il suffit pour en donner une preuve de se souvenir des guerres de religion. Elle devait soutenir la vérité, mais elle l’a combattu. Il en est de même avec la doctrine de Darwin, qui était dans la vérité, mais que l’Eglise a toujours combattu avec autant de force que d’aveuglement ! Elle a ainsi conduit les milieux scientifiques et le plus grand nombre de "ceux qui pensent" à l'athéisme... Merci pour le Seigneur Jésus, lequel a donné sa vie pour le salut du monde !

L’Eglise a soutenu les croisades, c’est-à-dire des guerres meurtrières, contrairement à l’enseignement du Christ, mais elle ne s’en repent pas ! Elle a déshonoré le Christ tant et tant de fois ! Il faut le dire : elle a contribué à l’expansion de l’Islam en se rendant « odieuse » pendant les guerres des croisades.

L’Eglise a détruit tout ce qu’elle trouvait de la civilisation aztèque et la conversion des indigènes du Mexique aurait été très difficile, sinon impossible, sans l’intervention de la Vierge de la Guadalupe. Certes, il fallait combattre et mettre un terme définitif aux sacrifices humains, mais il ne fallait pas en prendre prétexte pour mettre fin à toute l’histoire d’une civilisation ! L’Eglise a soutenu la formation des empires coloniaux et des massacres qui l’ont accompagné ! Les responsables « chrétiens » seront convoqués et condamnés devant le Tribunal de Dieu !

Combien de fois l’Eglise a-t-elle combattu la vérité ? Nous pouvons répondre qu’elle l’a toujours fait depuis des siècles, sauf, il est vrai, à l’époque du christianisme primitif où elle était fidèle aux enseignements du Christ. Mais « l’amour de l’argent » a tout changé dans la suite des siècles !

Car comment expliquer les « dérives » de la foi chrétienne ? C’est « l’amour de l’argent » de ceux qui dirigeaient l’Eglise qui explique tout ! Faut-il parler de la papauté, des évêques qui faisaient la « tournée des Eglises » pour « ramasser l’argent » au vu et au su de tous ! Habillés comme des princes, ils venaient « prendre l’argent », le plus souvent là où les prêtres vivaient dans la misère !

Aujourd'hui, beaucoup de découvertes ont été faites, lesquelles servent à éclairer la foi et préparer le retour de Jésus, mais l'Eglise n'en a "rien à faire" ! Il suffit des mensonges et de l’hypocrisie ! Ce n’est pas à cela que Jésus a appelé l’Eglise !

Patrick DOLCIANI

 

Article N° 38 :

722966

J

07/09/2020

16

10

Flora

Cornaline

Citrons

Myosotis

Cerf

Jeudi 7 septembre 2006

Reconstitution du Cadran Solaire des Grandes Pyramides :

Les Grandes Pyramides et le Grand Sphinx formaient un immense Cadran Solaire que nous pouvons reconstituer. En effet, le Grand Sphinx occupe la place d’une pyramide qui aurait pu être exactement la même que celle de Khephren.

 

Reconstitution du plan du Cadran Solaire formé par les Grandes Pyramides :

 

Nous avons représenté des « obélisques » marqués par des points disposés en arc de cercle. Ils devaient probablement exister à l’époque de l’achèvement des constructions. Leur rôle servait à « marquer les heures » de la façon suivante : lorsque leur ombre correspondait avec leur alignement sur le centre de la pyramide de Chéops, elle indiquait l’heure représentée par la position de l’obélisque en 1° (1° heure), 2° (2° heure) ou 3° place (3° heure), etc. Autrement dit, à six heures du matin (1° heure), le premier pilier avait son ombre en alignement avec la plateforme de la Grande Pyramide ; à sept heures du matin (2° heure), c’était le deuxième obélisque qui alignait son ombre avec le centre de la pyramide de Chéops, et chaque pilier donnait ainsi successivement son heure. Le Grand Sphinx fait office de quatrième pilier et la pyramide de Khephren de dixième ; le pilier du centre annonçait « midi » et le dernier (en 13° position) annonçait « 18 heures ». La disparition des « obélisques » pourrait être due au Déluge car les Grandes Pyramides furent submergées à cette époque et elles restèrent seules en place.

Nous observons qu’il n’y a pas eu de construction d’une seconde pyramide semblable à celle de Mykérinos (représentée en clair sur la gauche en haut du schéma). Nous pensons que ce n’était pas seulement pour « économiser » le travail, mais que le « jeu des ombres et lumières » était pris en compte : le matin, il ne devait pas y avoir d’ombre dans le Centre de l’amphithéâtre (à l'intérieur de l'arc de cercle), mais uniquement la clarté bienveillante du lever du jour et c’est pourquoi le Grand Sphinx "couché" remplace une pyramide ; mais le soir, au contraire, les ombres projetées par les pyramides placées à l’Ouest projetaient leur ombre sur le Centre de l’amphithéâtre pour annoncer la nuit.

Voilà pourquoi la disposition des Grandes Pyramides apparaît de nos jours comme une seule « moitié » de cadran solaire. Mais la présence du Grand Sphinx indique que ce cadran solaire était complété par des obélisques disposés en "arc de cercle" pour marquer les heures ; dans ces conditions, le Cadran Solaire formé par les Grandes Pyramides était complet.

Cependant, il ne faut pas croire que les Grandes Pyramides ne remplissaient que cette fonction. Toutes leurs structures indiquent qu’elles avaient été conçues et édifiées pour nous laisser plusieurs messages : cycles synodiques des planètes, cycles historiques, et représentation des planètes elles-mêmes : Mercure par Mykérinos, Vénus par Khephren et de la Terre elle-même par Chéops. Elles pouvaient aussi représenter Sirius avec son système de « triple étoile », d’où seraient originaires les « initiateurs des hommes » d’avant le Déluge, lesquels étaient des anges (voir livre d’Hénoch).

 

Caractéristiques des Grandes Pyramides :

Pyramide de Chéops :

Pyramide de Khephren :

Pyramide de Mykérinos :

Côté du « carré de rayonnement » (servant à la disposition des pyramides) : 678,30 mètres (1020 coudées ou 170 cannes).

 

Valeur retrouvée du « carré de rayonnement » des Grandes Pyramides :

Le côté du « carré de rayonnement » détermine la valeur proportionnelle du rapprochement ou de l’éloignement  des Grandes Pyramides entre elles. Nous avons calculé qu'il ne correspond pas par exemple avec "160 cannes", mais avec "170 cannes".

Etant donné que « le carré de l’hypoténuse est égal à la somme des carrés des deux autres côtés », nous déterminons que « 170 cannes » de côté du « carré de rayonnement » des Grandes Pyramides font une « hypoténuse » ou « diagonale » de :

170 cannes x 170 cannes x 2 = « racine carrée » de 57 800 = 240,4163 cannes.

Diagonale du « carré de rayonnement » moins la diagonale de la pyramide de Khephren :

240,4163 cannes – 76,3675 cannes = 164,0488 cannes.

Valeur de la moitié restante :

164,0488 cannes / 2 = 82,0244 cannes.

Après avoir retranché la moitié de la diagonale de la pyramide de Chéops (82,0243 cannes / 2 = 41,01215 cannes), il reste :

82,0244 cannes – 41,01215 cannes = 41,01225 cannes.

Valeur de 41,01225 cannes par rapport à la diagonale de la pyramide de Chéops :

41,01225 cannes / 82,0243 cannes = 50 %.

La différence entre 41,01225 cannes et 41,01215 cannes (demie diagonale de Chéops) est de 0,0001 canne ou de 0,0006 coudée ou de 0,015 pouce, soit de 0,000399 mètre. Il s’agit d’une valeur insignifiante. Par conséquent, la pyramide de Khephren est éloignée de la première pyramide (sur leur axe des diagonales) par une valeur équivalente à celle de la moitié de la diagonale de Chéops.

Cela signifie que la pyramide de Khephren est « éloignée » de chaque « côté » du « carré de rayonnement » de la valeur équivalente à celle du côté de la pyramide de Chéops, soit de 58 cannes. C’est en effet le « secret » de la valeur de 170 cannes du côté du « carré de rayonnement » qui permet de réaliser cette « coïncidence », car :

54 cannes (côté de Khephren) + 116 cannes (côté de Chéops x 2) = 170 cannes.

Cela permet de créer un "échiquier" reproduisant alternativement les deux surfaces des bases des pyramides comme des "projections" faites pour créer une harmonie de l'ensemble.

 

Loi d’harmonie de la distance de séparation entre deux pyramides :

La pyramide la plus petite doit être éloignée en « alignement angulaire » par une distance équivalente à la moitié de la diagonale de la plus grande. 

 

Voici la représentation des Grandes Pyramides qui représentent le Soleil (Chéops), la Terre (Khephren) et la Lune (Mykérinos). En effet, les alignements des « ombres » des « obélisques » placés sur les degrés évoquent le rayonnement solaire de Chéops :

 

En observant le schéma des Grandes Pyramides dans le cadre du « carré de rayonnement », la pyramide de Chéops représente le soleil, celle de Khephren la Terre et celle de Mykérinos la Lune. L’ensemble forme un « cadran solaire » et il présente un « arc de cercle » équivalent au quart du périmètre d’un cercle, lequel part de l’angle Nord-ouest et arrive à l’angle Sud-est du « carré de rayonnement ». Cet arc de cercle se divise naturellement en six parties qui représentent les six heures allant de « midi » à « 18 h 00 ». La première ligne horaire à tracer est celle de « 15 h 00 » : elle part de l’angle Sud-ouest du « carré de rayonnement » et se prolonge jusqu’au cœur de la pyramide de Chéops (le « Soleil ») ; les deux autres parties de l’arc de cercle se divisent naturellement chacune en deux parties égales pour former un ensemble de « sept rayons » en prenant en compte les côtés Est et Nord du « carré de rayonnement ». Ce sont ces « rayons » qui présentent la pyramide de Chéops comme « un soleil ». Dans le cadran solaire, ils sont matérialisés par des obélisques, aujourd’hui disparus, qui projettent leur ombre vers le cœur de la Grande Pyramide ou sa « plateforme » chaque fois que l’heure solaire les « désigne », l’un après l’autre : celui qui se trouve à l’angle Sud-est du « carré de rayonnement » projette son ombre vers le cœur de la pyramide à « midi », le suivant fait la même chose à « 13 heures », et ainsi de suite jusqu’à « 18 heures ». C’est ainsi que l’heure solaire pouvait être lue du sommet de la pyramide : l’ombre de l’obélisque qui se projetait tout droit en direction de la plateforme était l’heure du moment.

La pyramide de Chéops est placée au centre de l’angle Nord-est du « carré de rayonnement », comme pour signifier qu’elle est placée en hauteur, au-dessus de lui ; la pyramide de Khephren se situe juste au milieu du « carré de rayonnement » et celle de Mykérinos se positionne par dessous son rebord Sud-ouest. L’interprétation qu’il faut en donner est la suivante : l’arc de cercle est le quart d’un cercle complet qui entoure la pyramide de Chéops, c’est-à-dire qu’il représente l’orbite de la Terre (représentée ici par Khephren) autour du Soleil ; le pourtour du « carré de rayonnement » représente l’orbite de la Lune (représentée ici par Mykérinos) autour de la Terre (Khephren placée au cœur du même carré). Par ailleurs, si nous traçons une ligne parallèle à la diagonale Sud-est – Nord-ouest du « carré de rayonnement », à partir de l’angle Nord-est de la pyramide de Mykérinos, nous observons qu’elle arrive très exactement au milieu du côté Sud de la pyramide de Khephren qui représente la Terre : cela confirme l’alignement de Mykérinos sur Khephren ou de la Lune sur la Terre.

Nous avons par conséquent une représentation particulièrement importante : le Soleil est placé au centre du cercle, c’est-à-dire de l’orbite de la Terre qui gravite autour de lui et la Terre est placée au centre du « carré de rayonnement », c’est-à-dire de l’orbite de la Lune qui gravite autour d’elle. La nuit, les étoiles du ciel brillaient au-dessus des Grandes Pyramides et du cadran solaire qu’elles formaient et elles pouvaient être observées à partir de la plateforme placée au sommet de la Grande Pyramide ; de ce fait, celles-ci formaient un « manteau » étoilé placé au-dessus du plateau de Gizeh. Cela ne va pas sans rappeler l’apparition de la Vierge de la Guadalupe au Mexique ou la « femme enveloppée du soleil » du livre de l’Apocalypse, chapitre 12. 

 

Mesures reconstituées du Grand Sphinx :

a)     Longueur totale du corps (avec queue) : 71,82 mètres (2700 pouces = 108 coudées = 18 cannes) ;

b)    Longueur du corps (sans la queue) : 57,19 mètres (2150 pouces = 86 coudées) ;

c)     Hauteur : 19,95 mètres (750 pouces = 30 coudées = 5 cannes) ;

d)    Hauteur de la face : 4,9875 mètres (187,50 pouces = 7,50 coudées) ;

e)     Largeur de la figure : 4,1496mètres (156 pouces = 13 pieds = 6,24 coudées) ;

f)      Bouche : 2,3275 mètres (87,50 pouces = 3,50 coudées) ;

g)     Oreille : 1,7955 mètres (67,50 pouces = 2,70 coudées).

 

Patrick DOLCIANI

 

Article N° 37

722965

MC

06/09/2020

15

9

Iris

Sardoine

Ananas

Muguet

Requin

Mercredi 6 septembre 2006

Comment la plateforme de la Grande Pyramide servait d’observatoire astronomique :

Nous pouvons penser qu’à l’origine, la pyramide de Chéops possédait un escalier taillé à partir des dalles de revêtement de façon à pouvoir accéder facilement à son sommet. En effet, la disposition des Grandes Pyramides correspond avec la moitié d’un cadran solaire.

 

Il est inscrit dans un carré qui mesure 170 cannes de côté (678,30 mètres) et que nous pouvons appeler « carré de rayonnement ». Au centre de ce carré se trouve la pyramide de Khephren qui mesure 54 cannes de côté (215,46 mètres) et ses angles correspondent très exactement avec ceux du carré de rayonnement ; ses côtés sont placés à une distance de 58 cannes (231,42 mètres qui correspondent avec le côté de la pyramide de Chéops) des côtés du carré de rayonnement. Le centre de la pyramide de Chéops est positionné très exactement sur l’angle Nord-est du carré de rayonnement ; de ce fait elle forme un carré de 58 cannes de côté (231,42 mètres) dont les côtés Sud et Est sont traversés à leur milieu par les côtés Est et Nord du carré de rayonnement ; son côté Sud est placé à 141 cannes (562,59 mètres) de l’angle Sud-est du carré de rayonnement. Les angles des deux grandes pyramides (Khephren et Chéops) s’alignent très exactement avec l’angle Nord-est – Sud-ouest du carré de rayonnement, lequel est comme « posé sur une calle » à la base de son angle Sud-ouest, c’est-à-dire sur un « petit carré » qui est formé par la pyramide de Mykérinos, lequel mesure 27 cannes de côté (107,73 mètres) ; le côté Nord de la « petite pyramide » est placé par-dessous le côté Sud du carré de rayonnement en prolongement du côté Ouest du carré de rayonnement, lequel est prolongé de 27 cannes pour faire une longueur totale de 197 cannes (786,03 mètres). Par contre, le côté Nord de la pyramide de Mykérinos réduit le côté Sud du carré de rayonnement de 27 cannes et il reste 143 cannes (570,57 mètres) jusqu’à son angle Sud-est. La petite pyramide forme une « allée » large de 27 cannes placée au-dessous du côté sud du carré de rayonnement. La pyramide de Chéops, quant à elle, elle a formé également une « allée » large de 29 cannes (115,71 mètres) sur le bord extérieur du côté Est de carré de rayonnement, lequel correspond à la moitié de son côté (58 cannes / 2) ; les deux « allées » se croisent dans l’angle Sud-est du même carré de rayonnement : cela forme une rectangle dont les côtés Est et Ouest mesurent 27 cannes et les côtés Sud et Nord mesurent 29 cannes. Enfin, la pyramide de Chéops forme une « deuxième allée » au-dessus du côté Nord du carré de rayonnement de 29 cannes de large cette allée « réduit » son côté Nord de 29 cannes et elle mesure 141 cannes de longueur (562,59 mètres), comme celle du côté Est.

Au sommet de la Pyramide de Chéops se trouve la plateforme placée très exactement au-dessus de l’angle Nord-est du carré de rayonnement. Le Sud de la plateforme est aligné avec le côté Est du carré de rayonnement, lequel donne la direction du Sud à l’observateur placé au sommet de la Grande Pyramide. La direction de l’Est est indiquée par le prolongement à l’Est de l’alignement de la plateforme avec le long du côté Nord du carré de rayonnement ; par ailleurs, comme les côtés de la plateforme mesurent une canne et demie (5,985 mètres), nous pouvons imaginer que les côtés du carré de rayonnement forment une « petite allée » d’une canne et demie de largeur. Enfin, la direction Sud-ouest est indiquée par le sommet de la pyramide de Khephren, lequel correspond avec l’alignement des angles Nord-est et Sud-ouest du carré de rayonnement.

Nous avons par conséquent trois directions indiquées par la disposition des Grandes Pyramides vues à partir de la plateforme placée au sommet de la pyramide de Chéops : le Sud, le Sud-ouest et l’Ouest. En traçant un « arc de cercle » à l’intérieur du carré de rayonnement à partir du centre situé à son angle Nord-est, là où se trouve la plateforme de la Grande Pyramide, depuis l’angle Sud-est jusqu’à l’angle Nord-ouest, nous obtenons un quart de cercle sur lequel peuvent être positionnés les « degrés » (sans doute à l’origine des obélisques) qui indiquent les « heures » : il faut diviser « l’arc de cercle » en six parties égales. Ensuite, chacune de ses parties doit être divisée en trois parties égales, lesquelles indiquent des sous-divisions de vingt minutes ; la division de l’heure en trois fois vingt minutes semble indiquée par la position de la pyramide de Mykérinos dont l’alignement des angles Sud-ouest et Nord-est correspond avec une sous division horaire de 20 minutes, située entre 14 h 40 et 15 heures.

Nous avons ainsi obtenu la moitié d’un immense cadran solaire, formé par la disposition des Grandes Pyramides sur le plateau de Gizeh, lequel indique les heures de l’après-midi. Pour connaître l’heure du matin, il suffit à l’observateur de se placer au Sud de la plateforme sur le sommet de la pyramide de Chéops, en prolongement du côté Est du carré de rayonnement ; en levant la main gauche, il doit désigner l’emplacement du soleil et lever ensuite la main droite à une distance équivalente vers la droite, où se trouvent les pyramides de Khephren et de Mykérinos : il obtient l’heure du matin avec sa main droite en faisant le chemin inverse de la course du soleil l’après midi, c’est-à-dire en lisant le « cadran solaire » formé par les pyramides « à l’envers ». Ce geste se confond avec une « salutation au soleil », qui en réalité n’en était pas une.

Dans les représentations peintes du "Soleil", la Grande Pyramide faisait office elle-même de « soleil » à cause du rayonnement des différentes directions observées à partir du sommet de la plateforme et représentées par des « flèches ». La nuit, vues à partir de la plateforme, les pyramides de Khephren et de Mykérinos éclairées par le rayonnement lunaire, servaient de repères pour observer les positions des étoiles, de la lune et des planètes du ciel ; ainsi la plateforme servait d'observatoire astronomique, lequel était placé à 220 coudées de hauteur (146,30 mètres).

Patrick DOLCIANI 

 

Article N° 36 :

722963

L

04/09/2020

13

7

Astrée

Calcédoine

Myrtilles

Menthe

Lézard

Lundi 4 septembre 2006

Point d’observation des Grandes Pyramides :

En observant les Grandes Pyramides à partir d’un plan ou d’une maquette, il apparaît immédiatement que les pyramides de Chéops et de Khephren sont alignées par la ligne de leurs angles du Nord-est au Sud-ouest. En prolongeant cette ligne, elle arrive jusqu’à l’angle Nord-ouest de la pyramide de Mykérinos. A partir de ce point, nous nous trouvons à l’angle de la base Ouest d’un immense triangle isocèle (en ligne imaginaire) qui prolonge le côté Nord de la petite pyramide en ligne droite vers l’Est. Le centre de ce triangle isocèle se trouve dans le prolongement du sommet de la pyramide de Chéops en ligne droite vers le Sud : cette ligne est celle de la « hauteur » du même triangle (qui part à la fois du sommet de la Grande Pyramide et du centre de son côté sud en ligne droite vers le Sud). De ce point (croisement des lignes de la base et de la « hauteur » du triangle isocèle), nous observons que nous nous trouvons dans le prolongement de la ligne des angles Nord-est de la pyramide de Khephren. Ce point, placé au milieu de la ligne de la base du triangle isocèle, celui à partir duquel on détermine la « hauteur » de ce même triangle, est en même temps déterminé par les trois pyramides à la fois, de telle sorte qu’il a été « voulu » par l’architecte qui a déterminé les positions (des unes par rapport aux autres) des Grandes Pyramides du plateau de Gizeh.

 

 

De ce point extraordinaire, nous pouvons faire les observations suivantes :

a)      Lorsque le soleil se lève le matin à l’Est, du côté de Grand Sphinx, les faces Est des pyramides  de Chéops, Khephren et de Mykérinos apparaissent éclairées. La pyramide de Chéops laisse également voir son ombre placée derrière sa face Ouest.

b)     Lorsqu’il est « midi », les faces Sud des pyramides de Chéops et de Khephren sont éclairées et la pyramide de Mykérinos laisse voir son ombre placée derrière sa face Nord.

c)      Le soir venu, seule la face Ouest de la pyramide de Chéops apparaît éclairée à l’observateur, mais les ombres des trois pyramides sont visibles derrière leurs faces Est. Cette fois, les ombres des pyramides s’imposent à l’observateur et elles annoncent l’arrivée de la nuit.

Il est donc possible, en observant les Grandes Pyramides à partir de ce point unique, de connaître l’heure du jour sans avoir besoin d’une horloge. En réalité, c’est parce que les pyramides du plateau de Gizeh forment un « cadran solaire » qui a été voulu par les constructeurs. L’heure du jour en Egypte peut être « décodée » vue du ciel, comme de la terre. Nous savons que c’est l’heure de GREENWICH, heure « G.M.T. », qui détermine le fuseau horaire de la planète. Mais il faudrait plutôt que ce soit « l’heure des Grandes Pyramides » qui soit prise en compte pour cette fonction. Retenons toutefois que lorsqu’il est « midi » à GREENWICH, il est « 14 h 00 » en Egypte.

Patrick DOLCIANI

 

Article N° 35 :

722962

D

03/09/2020

12

6

Vesta

Saphir

Figues

Marguerite

Tortue

Dimanche 3 septembre 2006

L’Image de la Bête et le Grand Sphinx :

L’Image de la Bête est la statue de l’Antéchrist qui sera dressée dans le but d’établir le « culte mondial de l’Antéchrist ». Elle mesurera « 60 coudées » de hauteur suivant les indications données dans le livre du prophète Daniel. Tout semble indiquer qu’elle sera dressée sur le sommet de la Grande Pyramide. En effet, le plateau de Gizeh est placé au « Centre du Monde » d’un point de vue géographique suivant les directions des angles de la pyramide elle-même : elles se dirigent du Canada vers l’Australie et de l’Amérique du sud vers la Sibérie en se croisant au centre en Egypte. Nous pouvons supposer qu’elle regardera vers l’Est, en direction du soleil levant, suivant la route suivie autrefois par Alexandre le Grand pour réaliser ses conquêtes.

La hauteur de la statue est de 10 cannes (60 coudées) et la hauteur de la pyramide de Chéops est de 36,6666 cannes (220 coudées). La statue mesure par conséquent 27,2727 % de la hauteur de la Grande Pyramide.

1 coudée pyramidale : 0,665 mètre ;

1 canne pyramidale (6 coudées) : 3,99 mètres.

 

Hauteur de la statue :

60 coudées = 10 cannes = 39,90 mètres.

Hauteur de la pyramide de Chéops :

220 coudées = 36,6666 cannes = 146,30 mètres.

Hauteur de la Grande Pyramide surmontée de la statue :

280 coudées = 46,6666 cannes = 186,20 mètres.

Côté de la plateforme au sommet de la Grande Pyramide :

9 coudées = 1,5 canne = 5,985 mètres.

Proportion du côté de la plateforme par rapport à la hauteur de la statue :

10 cannes / 1,5 canne  = 6,666 = 2/3 de 10 cannes.

Il faut donc multiplier les 2/3 de la hauteur de la statue par la valeur du côté de la plateforme pour obtenir « 10 cannes ».

Soit : 6,666 x 1,5 canne (côté de la plateforme) = 10 cannes.

Nous observons ici que la valeur de « 6,666 » rappelle étrangement le nombre de la Bête. En effet, le nombre « 666 » forme les 2/3 de 1000 (666,6666 / 1000 = 2/3). Notons que le nombre « 666 » fait deux tiers de « 1000 » en « nombre entier ».

Le piédestal :

1,5 canne (côté de la plateforme) / 10 cannes (hauteur de la statue) = 15 %.

Le côté de la plateforme est juste suffisant pour servir de piédestal à la statue. Celui-ci peut être « encastré » sur le sommet de la pyramide avec des prises sur les angles de la pyramide. Il suffit de construire une statue légère et très solide, faisant « corps » avec son piédestal, lequel serait lié par des prolongements métalliques avec les angles de la pyramide jusqu’à sa base.

Hauteur de la pyramide de Mykérinos :

100 coudées = 16,6666 cannes = 66,50 mètres.

Hauteur de la statue par rapport à la pyramide de Mykérinos :

10 cannes / 16,6666 cannes = 60 %.

Nous observons que la hauteur de la statue fait 60 % de celle de la pyramide de Mykérinos, offrant une harmonie notable à l’ensemble des proportions.

 

L’Antéchrist sorti du Sphinx :

Le Sphinx représente l’être humain, car l’homme est une créature spirituelle qui vit dans un corps « animal » ; il y a en lui deux natures : une charnelle et une spirituelle. Cette réalité engendre en lui une contradiction, car sa nature charnelle, animale, s’oppose toujours à ses dispositions spirituelles : il veut faire le bien, mais c’est le mal qui reste attaché à lui. Qui le délivrera de ce corps de péché ? Seul le Christ peut le faire, comme l’enseignait l’apôtre Paul (Romains 7, 14-25).

Il y a donc une dualité en l’être humain, laquelle n’est généralement jamais avouée, mais qui se trouve soulignée ici avec évidence, par la représentation du Grand Sphinx : un homme dans un corps de lion, c’est-à-dire de « bête sauvage ».

Nous remarquons que la statue de l’image de la Bête mesure 60 coudées de haut, tandis que le Grand Sphinx a une hauteur de 30 coudées seulement, soit la moitié. Mais il est allongé et la statue de l’Antéchrist représente effectivement la hauteur normale d’un homme placé à côté d’un lion.

En effet, si la hauteur du Sphinx n’est que de 30 coudées, il se trouve que sa longueur totale est de 108 coudées (corps de 85,80 coudées – soit 57,057 mètres – et queue de 22,20 coudées – soit 14,763 mètres). Son corps de 85,80 coudées dépasse en longueur la hauteur de la statue de 25,80 coudées, soit de 43 % (25,80 coudées / 60). Nous observons dans ces conditions que les proportions des deux corps sont bien celles d’un homme placé debout à côté d’un lion allongé.

Or, ce qui est « sorti du Sphinx », c’est l’Antéchrist, c’est-à-dire une créature spirituelle non régénérée, ayant l’apparence d’un homme, mais restée en réalité « animale ». C’est pourquoi sa représentation est appelée dans les textes prophétiques de la Bible : « image de la Bête ».

Ressuscité par la puissance du Diable, il sera présenté comme "ayant vaincu la mort". C'est pourquoi, sa statue, placée très probablement au sommet de la Grande Pyramide, le représentera, "sorti de la tombe", en position de "domination du Monde". Mais en réalité, à quoi peut servir un corps ressuscité s'il doit finir précipité dans les flammes éternelles de l'enfer ? C'est ce qui arrivera car son règne ne doit durer que trois ans et demi : le retour de Jésus y mettra un terme définitif !

Patrick DOLCIANI

 

Article N° 34 :

722961

S

02/09/2020

11

5

Junon

Jaspe

Bananes

Lys

Cheval

Samedi 2 septembre 2006

Dernier entretien de Jésus avec ses disciples :

« Je suis le chemin, et la vérité, et la vie ;

nul ne vient au Père que par moi ».

Dans ce monde, où tant de voix se font entendre, règnent les ténèbres… Voulez-vous connaître la Vérité ? Elle est en Jésus ! Voulez-vous être sauvé ? Il est votre salut ! Voulez-vous être guéri ? Il a pris sur lui nos péchés, mais aussi nos maladies, les vôtres également ! Demandez et vous recevrez !

 

Jean, chapitres 13à 17 :

Chapitre 13 :

Jésus lave les pieds de ses disciples :

1 Or, avant la fête de Pâque, Jésus, sachant que son heure était venue pour passer de ce monde au Père, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu'à la fin. 2 Et pendant qu'ils étaient à souper, le diable ayant déjà mis dans le cœur de Judas Iscariote, [fils] de Simon, de le livrer, - 3 [Jésus], sachant que le Père lui avait mis toutes choses entre les mains, et qu'il était venu de Dieu, et s'en allait à Dieu, 4 se lève du souper et met de côté ses vêtements ; et ayant pris un linge, il s'en ceignit. 5 Puis il verse de l'eau dans le bassin, et se met à laver les pieds des disciples, et à les essuyer avec le linge dont il était ceint. 6 Il vient donc à Simon Pierre ; et celui-ci lui dit : Seigneur, me laves-tu, toi, les pieds ? 7 Jésus répondit et lui dit : Ce que je fais, tu ne le sais pas maintenant, mais tu le sauras dans la suite. 8 Pierre lui dit : Tu ne me laveras jamais les pieds. Jésus lui répondit : Si je ne te lave, tu n'as pas de part avec moi. 9 Simon Pierre lui dit : Seigneur, non pas mes pieds seulement, mais aussi mes mains et ma tête. 10 Jésus lui dit : Celui qui a tout le corps lavé n'a besoin que de se laver les pieds ; mais il est tout net ; et vous, vous êtes nets, mais non pas tous. 11 Car il savait qui le livrerait ; c'est pourquoi il dit : Vous n'êtes pas tous nets. 12 Quand donc il eut lavé leurs pieds et qu'il eut repris ses vêtements, s'étant remis à table, il leur dit : Savez-vous ce que je vous ai fait ? 13 Vous m'appelez maître et seigneur, et vous dites bien, car je le suis ; 14 si donc moi, le seigneur et le maître, j'ai lavé vos pieds, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. 15 Car je vous ai donné un exemple, afin que, comme je vous ai fait, moi, vous aussi vous fassiez. 16 En vérité, en vérité, je vous dis : L'esclave n'est pas plus grand que son seigneur, ni l'envoyé plus grand que celui qui l'a envoyé. 17 Si vous savez ces choses, vous êtes bienheureux si vous les faites. 18 Je ne parle pas de vous tous ; moi, je connais ceux que j'ai choisis ; mais c'est afin que l'écriture soit accomplie : " Celui qui mange le pain avec moi a levé son talon contre moi " [Psaume 41:9]. 19 Je vous le dis dès maintenant, avant que cela arrive, afin que, quand ce sera arrivé, vous croyiez que c'est moi. 20 En vérité, en vérité, je vous dis : Celui qui reçoit quelqu'un que j'envoie, me reçoit ; et celui qui me reçoit, reçoit celui qui m'a envoyé.

Jésus annonce la trahison de Judas :

21 Ayant dit ces choses, Jésus fut troublé dans [son] esprit, et rendit témoignage et dit : En vérité, en vérité, je vous dis que l'un d'entre vous me livrera. 22 Les disciples se regardaient donc les uns les autres, étant en perplexité, [ne sachant] de qui il parlait. 23 Or l'un d'entre ses disciples, que Jésus aimait, était à table dans le sein de Jésus. 24 Simon Pierre donc lui fait signe de demander lequel était celui dont il parlait. 25 Et lui, s'étant penché sur la poitrine de Jésus, lui dit : Seigneur, lequel est-ce ? 26 Jésus répond : C'est celui à qui moi je donnerai le morceau après l'avoir trempé. Et ayant trempé le morceau, il le donne à Judas Iscariote, [fils] de Simon. 27 Et après le morceau, alors Satan entra en lui. Jésus donc lui dit : Ce que tu fais, fais-le promptement. 28 Mais aucun de ceux qui étaient à table ne comprit pourquoi il lui avait dit cela ; 29 car quelques-uns pensaient que, puisque Judas avait la bourse, Jésus lui avait dit : Achète ce dont nous avons besoin pour la fête ; ou, qu'il donnât quelque chose aux pauvres. 30 Ayant donc reçu le morceau, il sortit aussitôt ; or il était nuit.

Le commandement nouveau ; question de Pierre :

31 Lors donc qu'il fut sorti, Jésus dit : Maintenant le fils de l'homme est glorifié, et Dieu est glorifié en lui. 32 Si Dieu est glorifié en lui, Dieu aussi le glorifiera en lui-même ; et aussitôt il le glorifiera. 33 Enfants, je suis encore pour un peu de temps avec vous : vous me chercherez ; et, comme j'ai dit aux Juifs : Là où moi je vais, vous, vous ne pouvez venir, je vous le dis aussi maintenant à vous. 34 Je vous donne un commandement nouveau, que vous vous aimiez l'un l'autre ; comme je vous ai aimés, que vous aussi vous vous aimiez l'un l'autre. 35 A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l'amour entre vous. 36 Simon Pierre lui dit : Seigneur, où vas-tu ? Jésus lui répondit : Là où je vais, tu ne peux pas me suivre maintenant, mais tu me suivras plus tard. 37 Pierre lui dit : Seigneur, pourquoi ne puis-je pas te suivre maintenant ? Je laisserai ma vie pour toi. Jésus répond : 38 Tu laisseras ta vie pour moi ! En vérité, en vérité, je te dis : Le coq ne chantera point, que tu ne m'aies renié trois fois.

Chapitre 14 :

La maison du Père ; questions des apôtres ; Jésus leur promet le Saint-Esprit :

1 Que votre cœur ne soit pas troublé ; vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. 2 Dans la maison de mon Père, il y a plusieurs demeures ; s'il en était autrement, je vous l'eusse dit, car je vais vous préparer une place. 3 Et si je m'en vais et que je vous prépare une place, je reviendrai, et je vous prendrai auprès de moi ; afin que là où moi je suis, vous, vous soyez aussi. 4 Et vous savez où moi je vais, et vous en savez le chemin. 5 Thomas lui dit : Seigneur, nous ne savons pas où tu vas ; et comment pouvons-nous en savoir le chemin ? 6 Jésus lui dit : Moi, je suis le chemin, et la vérité, et la vie ; nul ne vient au Père que par moi. 7 Si vous m'aviez connu, vous auriez connu aussi mon Père ; et dès maintenant vous le connaissez et vous l'avez vu. 8 Philippe lui dit : Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit. 9 Jésus lui dit : Je suis depuis si longtemps avec vous, et tu ne m'as pas connu, Philippe ? Celui qui m'a vu, a vu le Père ; et comment toi, dis-tu : Montre-nous le Père ? 10 Ne crois-tu pas que moi je suis dans le Père, et que le Père est en moi ? Les paroles que moi je vous dis, je ne les dis pas de par moi-même ; mais le Père qui demeure en moi, c'est lui qui fait les œuvres. 11 Croyez-moi, que je suis dans le Père, et que le Père est en moi ; sinon, croyez-moi à cause des œuvres elles-mêmes. 12 En vérité, en vérité, je vous dis : Celui qui croit en moi fera, lui aussi, les œuvres que moi je fais, et il en fera de plus grandes que celles-ci ; parce que moi, je m'en vais au Père. 13 Et quoi que vous demandiez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. 14 Si vous demandez quelque chose en mon nom, moi, je le ferai. 15 Si vous m'aimez, gardez mes commandements ; et moi, je prierai le Père, 16 et il vous donnera un autre consolateur, pour être avec vous éternellement, 17 l'Esprit de vérité, que le monde ne peut pas recevoir, parce qu'il ne le voit pas et ne le connaît pas ; mais vous, vous le connaissez, parce qu'il demeure avec vous, et qu'il sera en vous. 18 Je ne vous laisserai pas orphelins; je viens à vous.

19 Encore un peu de temps, et le monde ne me verra plus ; mais vous, vous me verrez ; parce que moi je vis, vous aussi vous vivrez. 20 En ce jour-là, vous connaîtrez que moi je suis en mon Père, et vous en moi et moi en vous. 21 Celui qui a mes commandements et qui les garde, c'est celui-là qui m'aime ; et celui qui m'aime, sera aimé de mon Père ; et moi je l'aimerai, et je me manifesterai à lui. 22 Jude (non pas l'Iscariote) lui dit : Seigneur, comment se fait-il que tu vas te manifester à nous, et non pas au monde ? 23 Jésus répondit et lui dit : Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole, et mon Père l'aimera ; et nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui. 24 Celui qui ne m'aime pas ne garde pas mes paroles. Et la parole que vous entendez n'est pas la mienne, mais celle du Père qui m'a envoyé. 25 Je vous ai dit ces choses demeurant avec vous ; 26 mais le Consolateur, l'Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera toutes choses et vous rappellera toutes les choses que je vous ai dites. 27 Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ; je ne vous donne pas, moi, comme le monde donne. Que votre cœur ne soit pas troublé, ni craintif. 28 Vous avez entendu que moi je vous ai dit : Je m'en vais, et je viens à vous. Si vous m'aviez aimé, vous vous seriez réjouis de ce que je m'en vais au Père, car mon Père est plus grand que moi. 29 Et maintenant je vous l'ai dit avant que cela arrive, afin que, quand ce sera arrivé, vous croyiez. 30 Je ne parlerai plus beaucoup avec vous, car le chef du monde vient, et il n'a rien en moi ; 31 mais afin que le monde connaisse que j'aime le Père ; et selon que le Père m'a commandé, ainsi je fais. Levez-vous, partons d'ici!

Chapitre 15 :

Le cep et les sarments :

1 Moi, je suis le vrai cep, et mon Père est le cultivateur. 2 Tout sarment en moi qui ne porte pas de fruit, il l'ôte ; et tout sarment qui porte du fruit, il le nettoie, afin qu'il porte plus de fruit. 3 Vous, vous êtes déjà nets, à cause de la parole que je vous ai dite. 4 Demeurez en moi, et moi en vous. Comme le sarment ne peut pas porter de fruit de lui-même, à moins qu'il ne demeure dans le cep, de même vous non plus [vous ne le pouvez pas], à moins que vous ne demeuriez en moi. 5 Moi, je suis le cep, vous, les sarments. Celui qui demeure en moi, et moi en lui, celui-là porte beaucoup de fruit ; car, séparés de moi, vous ne pouvez rien faire. 6 Si quelqu'un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors comme le sarment, et il sèche ; et on les amasse, et on les met au feu, et ils brûlent. 7 Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, vous demanderez ce que vous voudrez, et il vous sera fait. 8 En ceci mon Père est glorifié, que vous portiez beaucoup de fruit ; et vous serez mes disciples. 9 Comme le Père m'a aimé, moi aussi je vous ai aimés ; demeurez dans mon amour. 10 Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour ; comme moi j'ai gardé les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour. 11 Je vous ai dit ces choses, afin que ma joie soit en vous, et que votre joie soit accomplie. 12 C'est ici mon commandement : que vous vous aimiez les uns les autres, comme je vous ai aimés. 13 Personne n'a un plus grand amour que celui-ci, qu'il laisse sa vie pour ses amis. 14 Vous êtes mes amis, si vous faites tout ce que moi je vous commande. 15 Je ne vous appelle plus esclaves, car l'esclave ne sait pas ce que son maître fait ; mais je vous ai appelés amis, parce que je vous ai fait connaître tout ce que j'ai ouï de mon Père. 16 Ce n'est pas vous qui m'avez choisi ; mais c'est moi qui vous ai choisis et qui vous ai établis, afin que vous alliez, et que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure ; afin que tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donne. 17 Je vous commande ces choses, c'est que vous vous aimiez les uns les autres.

La haine du monde :

18 Si le monde vous hait, sachez qu'il m'a haï avant vous. 19 Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui serait sien ; mais parce que vous n'êtes pas du monde, mais que moi je vous ai choisis du monde, à cause de cela le monde vous hait. 20 Souvenez-vous de la parole que moi je vous ai dite : L'esclave n'est pas plus grand que son maître. S'ils m'ont persécuté, ils vous persécuteront aussi ; s'ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre. 21 Mais ils vous feront toutes ces choses à cause de mon nom, parce qu'ils ne connaissent pas celui qui m'a envoyé. 22 Si je n'étais pas venu, et que je ne leur eusse pas parlé, ils n'auraient pas eu de péché ; mais maintenant ils n'ont pas de prétexte pour leur péché. 23 Celui qui me hait, hait aussi mon Père. 24 Si je n'avais pas fait parmi eux les œuvres qu'aucun autre n'a faites, ils n'auraient pas eu de péché ; mais maintenant ils ont, et vu, et haï et moi et mon Père. 25 Mais c'est afin que fût accomplie la parole qui est écrite dans leur loi : " Ils m'ont haï sans cause " [Psaume 35:19]. 26 Mais quand le Consolateur sera venu, lequel moi je vous enverrai d'auprès du Père, l'Esprit de vérité, qui procède du Père, celui-là rendra témoignage de moi. 27 Et vous aussi, vous rendrez témoignage ; parce que dès le commencement vous êtes avec moi.

Chapitre 16 :

Le Consolateur :

1 Je vous ai dit ces choses, afin que vous ne soyez pas scandalisés. 2 Ils vous excluront des synagogues ; même l'heure vient que quiconque vous tuera pensera rendre service à Dieu. 3 Et ils feront ces choses, parce qu'ils n'ont connu ni le Père, ni moi. 4 Mais je vous ai dit ces choses, afin que, quand l'heure sera venue, il vous souvienne que moi je vous les ai dites ; et je ne vous ai pas dit ces choses dès le commencement, parce que j'étais avec vous. 5 Mais maintenant je m'en vais à celui qui m'a envoyé, et aucun d'entre vous ne me demande : 6 Où vas-tu ? Mais parce que je vous ai dit ces choses, la tristesse a rempli votre cœur. 7 Toutefois, je vous dis la vérité : Il vous est avantageux que moi je m'en aille ; car si je ne m'en vais, le Consolateur ne viendra pas à vous ; mais si je m'en vais, je vous l'enverrai. 8 Et quand celui-là sera venu, il convaincra le monde de péché, et de justice, et de jugement : 9 de péché, parce qu'ils ne croient pas en moi ; 10 de justice, parce que je m'en vais à mon Père, et que vous ne me voyez plus ; 11 de jugement, parce que le chef de ce monde est jugé. 12 J'ai encore beaucoup de choses à vous dire ; mais vous ne pouvez les supporter maintenant. 13 Mais quand celui-là, l'Esprit de vérité, sera venu, il vous conduira dans toute la vérité : car il ne parlera pas de par lui-même ; mais il dira tout ce qu'il aura entendu, et il vous annoncera les choses qui vont arriver. 14 Celui-là me glorifiera ; car il prendra de ce qui est à moi, et vous l'annoncera. 15 Tout ce qu'a le Père est à moi ; c'est pourquoi j'ai dit qu'il prend du mien, et qu'il vous l'annoncera.

Séparation et retour :

16 Un peu de temps et vous ne me verrez pas, et encore un peu de temps et vous me verrez, [parce que je m'en vais au Père]. 17 Quelques-uns donc d'entre ses disciples se dirent les uns aux autres : Qu'est-ce que ceci qu'il nous dit : Un peu de temps et vous ne me verrez pas, et encore un peu de temps et vous me verrez et : 18 Parce que je m'en vais au Père ? Ils disaient donc : Qu'est-ce que ceci qu'il dit : Un peu de temps ? Nous ne savons ce qu'il dit. 19 Jésus donc savait qu'ils voulaient l'interroger, et il leur dit : Vous vous enquérez entre vous touchant ceci, que j'ai dit : Un peu de temps et vous ne me verrez pas, et encore un peu de temps et vous me verrez. 20 En vérité, en vérité, je vous dis, que vous, vous pleurerez et vous vous lamenterez, et le monde se réjouira ; et vous, vous serez dans la tristesse ; mais votre tristesse sera changée en joie. 21 La femme, quand elle enfante, a de la tristesse parce que son heure est venue ; mais après qu'elle a donné le jour à l'enfant, il ne lui souvient plus de son angoisse, à cause de la joie qu'elle a de ce qu'un homme est né dans le monde. 22 Et vous donc, vous avez maintenant de la tristesse ; mais je vous reverrai, et votre cœur se réjouira : et personne ne vous ôte votre joie. 23 Et en ce jour-là vous ne me ferez pas de demandes. En vérité, en vérité, je vous dis, que toutes les choses que vous demanderez au Père en mon nom, il vous les donnera. 24 Jusqu'à présent vous n'avez rien demandé en mon nom ; demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit accomplie. 25 Je vous ai dit ces choses par des similitudes : l'heure vient que je ne vous parlerai plus par similitudes, mais je vous parlerai ouvertement du Père. 26 En ce jour-là, vous demanderez en mon nom, et je ne vous dis pas que moi je ferai des demandes au Père pour vous ; 27 car le Père lui-même vous aime, parce que vous m'avez aimé et que vous avez cru que moi je suis sorti d'auprès de Dieu. 28 Je suis sorti d'auprès du Père, et je suis venu dans le monde ; et de nouveau je laisse le monde, et je m'en vais au Père. 29 Ses disciples lui disent : Voici, maintenant tu parles ouvertement, et tu ne dis aucune similitude. 30 Maintenant nous savons que tu sais toutes choses, et que tu n'as pas besoin que quiconque te fasse des demandes ; à cause de cela, nous croyons que tu es venu de Dieu. Jésus leur répondit : 31 Vous croyez maintenant ? 32 Voici, l'heure vient, et elle est venue, que vous serez dispersés chacun chez soi, et que vous me laisserez seul ; - et je ne suis pas seul, car le Père est avec moi. 33 Je vous ai dit ces choses, afin qu'en moi vous ayez la paix. Vous avez de la tribulation dans le monde ; mais ayez bon courage, moi j'ai vaincu le monde.

Chapitre 17 :

La prière sacerdotale :

1 Jésus dit ces choses, et leva ses yeux au ciel, et dit : Père, l'heure est venue ; glorifie ton Fils, afin que ton Fils te glorifie, 2 comme tu lui as donné autorité sur toute chair, afin que, [quant à] tout ce que tu lui as donné, il leur donne la vie éternelle. 3 Et c'est ici la vie éternelle, qu'ils te connaissent seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ. 4 Moi, je t'ai glorifié sur la terre, j'ai achevé l'œuvre que tu m'as donnée à faire ; 5 et maintenant glorifie-moi, toi, Père, auprès de toi-même, de la gloire que j'avais auprès de toi avant que le monde fût. 6 J'ai manifesté ton nom aux hommes que tu m'as donnés du monde ; ils étaient à toi, et tu me les as donnés ; et ils ont gardé ta parole. 7 Maintenant ils ont connu que tout ce que tu m'as donné vient de toi ; 8 car je leur ai donné les paroles que tu m'as données, et ils les ont reçues ; et ils ont vraiment connu que je suis sorti d'auprès de toi, et ils ont cru que toi tu m'as envoyé. 9 Moi, je fais des demandes pour eux ; je ne fais pas de demandes pour le monde, mais pour ceux que tu m'as donnés, 10 parce qu'ils sont à toi (et tout ce qui est à moi, est à toi ; et ce qui est à toi est à moi), et je suis glorifié en eux. 11 Et je ne suis plus dans le monde, et ceux-ci sont dans le monde, et moi, je viens à toi. Père saint, garde-les en ton nom que tu m'as donné, afin qu'ils soient un comme nous. 12 Quand j'étais avec eux, moi je les gardais en ton nom ; j'ai gardé ceux que tu m'as donnés, et aucun d'entre eux n'est perdu, sinon le fils de perdition, afin que l'écriture fût accomplie. 13 Et maintenant je viens à toi, et je dis ces choses dans le monde, afin qu'ils aient ma joie accomplie en eux-mêmes. 14 Moi, je leur ai donné ta parole, et le monde les a haïs, parce qu'ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. 15 Je ne fais pas la demande que tu les ôtes du monde, mais que tu les gardes du mal. 16 Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. 17 Sanctifie-les par la vérité ; ta parole est la vérité. 18 Comme tu m'as envoyé dans le monde, moi aussi je les ai envoyés dans le monde. 19 Et moi, je me sanctifie moi-même pour eux, afin qu'eux aussi soient sanctifiés par la vérité. 20 Or je ne fais pas seulement des demandes pour ceux-ci, mais aussi pour ceux qui croient en moi par leur parole ; 21 afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi ; afin qu'eux aussi soient un en nous, afin que le monde croie que toi tu m'as envoyé. 22 Et la gloire que tu m'as donnée, moi, je la leur ai donnée, afin qu'ils soient un, comme nous, nous sommes un ; 23 moi en eux, et toi en moi ; afin qu'ils soient consommés en un, et que le monde connaisse que toi tu m'as envoyé, et que tu les as aimés comme tu m'as aimé. 24 Père, je veux, quant à ceux que tu m'as donnés, que là où moi je suis, ils y soient aussi avec moi, afin qu'ils voient ma gloire, que tu m'as donnée ; car tu m'as aimé avant la fondation du monde. 25 Père juste ; - et le monde ne t'a pas connu, mais moi je t'ai connu ; et ceux-ci ont connu que toi tu m'as envoyé. 26 Et je leur ai fait connaître ton nom, et je le leur ferai connaître, afin que l'amour dont tu m'as aimé soit en eux, et moi en eux.

 

Article N° 33 :

722961

S

02/09/2020

11

5

Junon

Jaspe

Bananes

Lys

Cheval

Samedi 2 septembre 2006

Le Tabernacle à l’époque de Moïse :

Beaucoup de choses ont été dites sur l'Arche de l'Alliance, mais voici la réalité des choses... Par ailleurs, selon Lévitique 16, 2, elle servait de "Marchepied" à l'Ange de l'Eternel devant lequel se présentait le Grand-Prêtre...

Lévitique 16, 1-2 :

1 Et l’Éternel parla à Moïse, après la mort des deux fils d’Aaron, lorsque, s’étant approchés de l’Éternel, ils moururent ; 2 et l’Éternel dit à Moïse : Dis à Aaron, ton frère, qu’il n’entre pas en tout temps dans le lieu saint, au dedans du voile, devant le propitiatoire qui est sur l’arche, afin qu’il ne meure pas ; car j’apparais dans la nuée sur le propitiatoire.
 

Exode, chapitres 26 & 27 :

1°) La construction du Tabernacle :

1 Et tu feras le tabernacle de dix tapis de fin coton retors, et de bleu, et de pourpre, et d’écarlate ; tu les feras avec des chérubins, d’ouvrage d’art. 2 La longueur d’un tapis sera de vingt-huit coudées (14,7 mètres), et la largeur d’un tapis de quatre coudées (2,1 mètre) : une même mesure pour tous les tapis. 3 Cinq tapis seront joints l’un à l’autre, et cinq tapis seront joints l’un à l’autre. 4 Et tu feras des ganses de bleu sur le bord d’un tapis, à l’extrémité de l’assemblage ; et tu feras de même au bord du tapis qui sera à l’extrémité dans le second assemblage. 5 Tu feras cinquante ganses à un tapis, et tu feras cinquante ganses à l’extrémité du tapis qui est dans le second assemblage, les ganses seront vis-à-vis l’une de l’autre. 6 Et tu feras cinquante agrafes d’or, et tu joindras les tapis l’un à l’autre par les agrafes, et ce sera un seul tabernacle.

7 Et tu feras des tapis de poil de chèvre pour une tente [qui sera] par-dessus le tabernacle ; tu feras onze de ces tapis ; 8 la longueur d’un tapis sera de trente coudées (15,75 mètres), et la largeur d’un tapis de quatre coudées (2,1 mètres) : une même mesure pour les onze tapis. 9 Et tu joindras cinq tapis à part, et six tapis à part ; et tu replieras le sixième tapis sur le devant de la tente. 10 Et tu feras cinquante ganses sur le bord du tapis qui sera à l’extrémité de l’assemblage, et cinquante ganses sur le bord du tapis du second assemblage. 11 Et tu feras cinquante agrafes d’airain, et tu feras entrer les agrafes dans les ganses ; et tu assembleras la tente, et elle sera une. 12 Et ce qui pend, le surplus des tapis de la tente, la moitié du tapis, savoir le surplus, pendra sur le derrière du tabernacle ; 13 et la coudée deçà, et la coudée delà, qui est de surplus dans la longueur des tapis de la tente, pendront sur les côtés du tabernacle, deçà et delà, pour le couvrir. 14 Et tu feras pour la tente une couverture de peaux de béliers teintes en rouge, et une couverture de peaux de taissons par-dessus.

15 Et tu feras les ais pour le tabernacle ; ils seront de bois de sittim, [placés] debout ; 16 la longueur d’un ais sera de dix coudées (5,25 mètres), et la largeur d’un ais d’une coudée et demie (0,7875 mètre). 17 Il y aura deux tenons à un ais, en façon d’échelons, l’un répondant à l’autre; tu feras de même pour tous les ais du tabernacle. 18 Et tu feras les ais pour le tabernacle, vingt ais pour le côté du midi vers le sud ; 19 et tu feras quarante bases d’argent sous les vingt ais, deux bases sous un ais pour ses deux tenons et deux bases sous un ais pour ses deux tenons ; 20 et pour l’autre côté du tabernacle, du côté du nord, vingt ais, 21 et leurs quarante bases d’argent, deux bases sous un ais, et deux bases sous un ais. 22 Et pour le fond du tabernacle, vers l’occident, tu feras six ais. 23 Et tu feras deux ais pour les angles du tabernacle, au fond ; 24 ils seront joints par le bas et parfaitement unis ensemble par le haut dans un anneau ; il en sera de même pour les deux ; ils seront aux deux angles. 25 Et il y aura huit ais, et leurs bases d’argent : seize bases, deux bases sous un ais, et deux bases sous un ais. 26 — Et tu feras des traverses de bois de sittim, cinq pour les ais d’un côté du tabernacle, 27 et cinq traverses pour les ais de l’autre côté du tabernacle, et cinq traverses pour les ais du côté du tabernacle, pour le fond, vers l’occident ; 28 et la traverse du milieu sera au milieu des ais courant d’un bout à l’autre. 29 Et tu plaqueras d’or les ais, et tu feras d’or leurs anneaux qui recevront les traverses et tu plaqueras d’or les traverses. 30 Et tu dresseras le tabernacle selon son ordonnance qui t’a été montrée sur la montagne.

2°) Les ustensiles sacrés du Tabernacle :

31 Et tu feras un voile de bleu, et de pourpre, et d’écarlate, et de fin coton retors ; on le fera d’ouvrage d’art, avec des chérubins ; 32 et tu le mettras sur quatre piliers de [bois de] sittim, plaqués d’or, et leurs crochets seront d’or ; ils seront sur quatre bases d’argent. 33 Et tu mettras le voile au-dessous des agrafes, et tu mettras là, au dedans du voile, l’arche du témoignage ; et le voile fera séparation pour vous entre le lieu saint et le lieu très saint. 34 Et tu mettras le propitiatoire sur l’arche du témoignage, dans le lieu très saint.

35 Et tu placeras la table en dehors du voile, et le chandelier vis-à-vis de la table, sur le côté du tabernacle qui est vers le sud, et tu mettras la table sur le côté nord. 36 Et tu feras pour l’entrée de la tente un rideau de bleu, et de pourpre, et d’écarlate, et de fin coton retors, en ouvrage de brodeur ; 37 et tu feras pour le rideau cinq piliers de bois de sittim, et tu les plaqueras d’or, et leurs crochets seront d’or ; et tu fondras pour eux cinq bases d’airain.

1 Et tu feras l’autel de bois de sittim : [il aura] cinq coudées (2,625 mètres) de long, et cinq coudées de large (2,625 mètres) ; l’autel sera carré, et sa hauteur sera de trois coudées (1,575 mètre). 2 Et tu feras ses cornes à ses quatre coins ; ses cornes seront [tirées] de lui ; et tu le plaqueras d’airain. 3 Et tu feras ses vases à cendre, et ses pelles, et ses bassins, et ses fourchettes, et ses brasiers ; tous ses ustensiles, tu les feras d’airain. 4 Et tu lui feras une grille en ouvrage de treillis, d’airain ; et tu feras au treillis quatre anneaux d’airain, à ses quatre bouts ; 5 et tu le mettras au-dessous du contour de l’autel, en bas, et le treillis ira jusqu’au milieu de l’autel. 6 Et tu feras des barres pour l’autel, des barres de bois de sittim, et tu les plaqueras d’airain. 7 Et on fera entrer ses barres dans les anneaux ; et les barres seront aux deux côtés de l’autel, pour le porter. 8 Tu le feras creux, avec des planches, comme il t’a été montré sur la montagne ; on le fera ainsi.

3°) Le parvis du Tabernacle :

9 Et tu feras le parvis du tabernacle : pour le côté du midi vers le sud, des tentures de fin coton retors pour le parvis, de cent coudées (52,5 mètres) en longueur pour un côté, 10 et ses vingt piliers, et leurs vingt bases d’airain ; les crochets des piliers et leurs baguettes d’attache seront en argent. 11 Et de même pour le côté du nord, dans la longueur, [tu feras] des tentures de cent [coudées] en longueur (52,5 mètres), et ses vingt piliers, et leurs vingt bases d’airain ; les crochets des piliers et leurs baguettes d’attache seront en argent. 12 Et [pour] la largeur du parvis du côté de l’occident, [tu feras] cinquante coudées (26,25 mètres) de tentures, leurs dix piliers et leurs dix bases. 13 Et la largeur du parvis du côté de l’orient, vers le levant, sera de cinquante coudées (26,25 mètres) : 14 [tu feras], pour l’un des côtés, quinze coudées (7,875 mètres) de tentures, leurs trois piliers et leurs trois bases, 15 et pour l’autre côté, quinze [coudées] de tentures (7,875 mètres), leurs trois piliers et leurs trois bases, 16 et pour la porte du parvis, un rideau de vingt coudées (10,5 mètres), de bleu, et de pourpre, et d’écarlate, et de fin coton retors, en ouvrage de brodeur, ses quatre piliers et leurs quatre bases. 17 Tous les piliers du parvis, à l’entour, auront des baguettes d’attache en argent, leurs crochets, d’argent, et leurs bases, d’airain. 18 La longueur du parvis sera de cent coudées (52,5 mètres), et la largeur de cinquante (26,25 mètres) tout le long, et la hauteur de cinq coudées (2,625 mètres), en fin coton retors ; et les bases des piliers seront d’airain. 19 Tous les ustensiles du tabernacle, pour tout son service, et tous ses pieux, et tous les pieux du parvis, seront d’airain.

4°) Le chandelier doit luire continuellement :

20 Et toi, tu commanderas aux fils d’Israël, et ils t’apporteront de l’huile d’olive pure, broyée, pour le luminaire, pour faire luire les lampes continuellement. 21 Aaron et ses fils les arrangeront devant l’Éternel, depuis le soir jusqu’au matin, dans la tente d’assignation, en dehors du voile qui est devant le témoignage. Ce sera de la part des fils d’Israël un statut perpétuel, en leurs générations.

Exode, chapitres 37 & 38, 1-8 :

5°) L’Arche de l’Alliance :

1 Et Betsaleël fit l’arche de bois de bois de sittim : sa longueur était de deux coudées et demie, (1,3125 mètre) et sa largeur d’une coudée et demie (0,7875 mètre), et sa hauteur d’une coudée et demie (0,7875 mètre). 2 Et il la plaqua d’or pur, dedans et dehors, et lui fit un couronnement d’or tout autour ; 3 et il fondit pour elle quatre anneaux d’or, pour ses quatre coins, deux anneaux à l’un de ses côtés, et deux anneaux à l’autre de ses côtés. 4 Et il fit des barres de bois de sittim, et les plaqua d’or ; 5 et il fit entrer les barres dans les anneaux aux côtés de l’arche, pour porter l’arche. 6 — Et il fit un propitiatoire d’or pur : sa longueur était de deux coudées et demie (1,3125 mètre), et sa largeur d’une coudée et demie (0,7875 mètre). 7 Et il fit deux chérubins d’or ; il les fit d’or battu, aux deux bouts du propitiatoire, 8 un chérubin au bout de deçà, et un chérubin au bout de delà ; il fit les chérubins [tirés] du propitiatoire, à ses deux bouts. 9 Et les chérubins étendaient les ailes en haut, couvrant de leurs ailes le propitiatoire ; et leurs faces étaient l’une vis-à-vis de l’autre ; les faces des chérubins étaient [tournées] vers le propitiatoire. 10 Et il fit la table de bois de sittim : sa longueur était de deux coudées (1,05 mètre), et sa largeur d’une coudée (0,525 mètre), et sa hauteur d’une coudée et demie (0,7875 mètre) ; 11 et il la plaqua d’or pur, et y fit un couronnement d’or tout autour. 12 Et il y fit un rebord d’une paume tout autour, et il fit un couronnement d’or à son rebord, tout autour ; 13 et il lui fondit quatre anneaux d’or, et il mit les anneaux aux quatre coins qui étaient à ses quatre pieds. 14 Les anneaux étaient près du rebord, pour recevoir les barres, pour porter la table ; 15 et il fit les barres de bois de sittim, et les plaqua d’or, pour porter la table. 16 Et il fit d’or pur les ustensiles qui étaient sur la table, ses plats, et ses coupes, et ses vases, et les gobelets avec lesquels on fait les libations.

6°) Le chandelier d’or à sept lampes :

17 Et il fit le chandelier d’or pur ; il fit le chandelier [d’or] battu ; son pied, et sa tige, ses calices, ses pommes, et ses fleurs, étaient [tirés] de lui ; 18 et six branches sortaient de ses côtés, trois branches du chandelier d’un côté, et trois branches du chandelier de l’autre côté. 19 Il y avait, sur une branche, trois calices en forme de fleur d’amandier, une pomme et une fleur, et, sur une [autre] branche, trois calices en forme de fleur d’amandier, une pomme et une fleur ; ainsi pour les six branches sortant du chandelier. 20 Et il y avait au chandelier quatre calices en forme de fleur d’amandier, ses pommes et ses fleurs ; 21 et une pomme sous deux branches [sortant] de lei, et une pomme sous deux branches [sortant] de lui, et une pomme sous deux branches [sortant] de lui, pour les six branches qui sortaient de lui ; 22 leurs pommes et leurs branches étaient [tirées] de lui, le tout battu, d’une pièce, d’or pur. 23 — Et il fit ses sept lampes, et ses mouchettes, et ses vases à cendre, d’or pur : 24 il le fit, avec tous ses ustensiles, d’un talent d’or pur.

7°) L’autel des parfums :

25 Et il fit l’autel de l’encens, de bois de sittim : sa longueur était d’une coudée (0,525 mètre), et sa largeur d’une coudée (0,525 mètre) ; il était carré ; et sa hauteur était de deux coudées (1,05 mètre) ; ses cornes étaient [tirées] de lui. 26 Et il le plaqua d’or pur, le dessus et ses parois, tout autour, et ses cornes. Et il lui fit un couronnement d’or tout autour. 27 Et il lui fit deux anneaux d’or au-dessous de son couronnement, sur ses deux côtés, à ses deux coins, pour recevoir les barres, pour le porter par elles. 28 Et il fit les barres de bois de sittim, et les plaqua d’or.

29 Et il fit l’huile sainte de l’onction et le pur encens des drogues odoriférantes, d’ouvrage de parfumeur.

8°) L’autel des holocaustes :

1 Et il fit l’autel de l’holocauste de bois de sittim : sa longueur était de cinq coudées (2,625 mètres), et sa largeur de cinq coudées (2,625 mètres) ; il était carré, et sa hauteur était de trois coudées (1,575 mètre). 2 Et il fit ses cornes à ses quatre coins ; ses cornes étaient [tirées] de lui ; et il le plaqua d’airain. 3 Et il fit tous les ustensiles de l’autel : les vases, et les pelles, et les bassins, les fourchettes, et les brasiers ; il fit tous ses ustensiles d’airain. 4 Et il fit pour l’autel une grille en ouvrage de treillis, d’airain, au-dessous de son contour, en bas, jusqu’au milieu ; 5 et il fondit quatre anneaux pour les quatre bouts de la grille d’airain, pour recevoir les barres. 6 Et il fit les barres de bois de sittim, et les plaqua d’airain ; 7 et il fit entrer les barres dans les anneaux, sur les côtés de l’autel, pour le porter par elles ; il le fit creux, avec des planches.

9°) La cuve d’airain (pour les ablutions) :

8 Et il fit la cuve d’airain, et son soubassement d’airain, avec les miroirs des femmes qui s’attroupaient à l’entrée de la tente d’assignation.

Exode 30, 17-21 :

17 Et l’Éternel parla à Moïse, disant : 18 Tu feras aussi une cuve d’airain, et son soubassement d’airain, pour s’y laver ; et tu la mettras entre la tente d’assignation et l’autel, et tu y mettras de l’eau ; 19 et Aaron et ses fils y laveront leurs mains et leurs pieds. 20 Quand ils entreront dans la tente d’assignation, ils se laveront avec de l’eau, afin qu’ils ne meurent pas, ou quand ils s’approcheront de l’autel pour faire le service, pour faire fumer le sacrifice fait par feu à l’Éternel. 21 Ils laveront leurs mains et leurs pieds, afin qu’ils ne meurent pas ; et ce leur sera un statut perpétuel, pour Aaron et pour sa semence, en leurs générations.

Hébreux 9 :

10°) La nouvelle alliance :

1 La première (alliance) donc avait aussi des ordonnances pour le culte, et le sanctuaire, un [sanctuaire] terrestre. 2 Car un tabernacle fut construit, - le premier, qui est appelé saint, dans lequel était le chandelier, et la table, et la proposition des pains ; 3 et, après le second voile, un tabernacle qui est appelé saint des saints, 4 ayant l’encensoir d’or, et l’arche de l’alliance entièrement couverte d’or tout autour, dans laquelle était la cruche d’or qui renfermait la manne, et la verge d’Aaron qui avait bourgeonné, et les tables de l’alliance ; 5 et, au-dessus de l’arche, des chérubins de gloire ombrageant le propitiatoire ; sur quoi nous n’avons pas à parler dans ce moment en détail. 6 Or ces choses étant ainsi disposées, les sacrificateurs entrent constamment dans le premier tabernacle, accomplissant le service ; 7 mais, dans le second, le seul souverain sacrificateur, une fois l’an, non sans du sang qu’il offre pour lui-même et pour les fautes du peuple, 8 l’Esprit Saint indiquant ceci : le chemin des lieux saints n’a pas encore été manifesté, tandis que le premier tabernacle a encore sa place, 9 lequel est une figure pour le temps présent, dans lequel sont offerts des dons et des sacrifices qui ne peuvent pas rendre parfait quant à la conscience celui qui rend le culte, 10 [culte qui consiste] seulement en viandes, en breuvages, en diverses ablutions, ordonnances charnelles imposées jusqu’au temps du redressement. 11 Mais Christ étant venu, souverain sacrificateur des biens à venir, par le tabernacle plus grand et plus parfait qui n’est pas fait de main, c’est-à-dire qui n’est pas de cette création, 12 et non avec le sang de boucs et de veaux, mais avec son propre sang, est entré une fois pour toutes dans les lieux saints, ayant obtenu une rédemption éternelle. 13 Car si le sang de boucs et de taureaux, - et la cendre d’une génisse avec laquelle on fait aspersion sur ceux qui sont souillés, - sanctifie pour la pureté de la chair, 14 combien plus le sang du Christ, qui, par l’Esprit éternel, s’est offert lui-même à Dieu sans tache, purifiera-t-il votre conscience des œuvres mortes, pour que vous serviez le Dieu vivant!

15 Et c’est pourquoi il est médiateur d’une nouvelle alliance, en sorte que, la mort étant intervenue pour la rançon des transgressions qui étaient sous la première alliance, ceux qui sont appelés reçoivent l’héritage éternel qui a été promis. 16 (Car là où il y a un testament, il est nécessaire que la mort du testateur intervienne ; 17 car un testament est valide lorsque la mort est intervenue, puisqu’il n’a pas de force tant que le testateur vit.) 18 De là vient qu’aussi la première [alliance] n’a pas été inaugurée sans du sang. 19 Car chaque commandement, pour ce qui concerne la loi, ayant été proclamé par Moïse à tout le peuple, il prit le sang des veaux et des boucs, avec de l’eau et de la laine écarlate et de l’hysope, et en fit aspersion sur le livre lui-même et sur tout le peuple, 20 en disant : " C’est ici le sang de l’alliance que Dieu vous a ordonnée " [Exode 24:8]. 21 Et, de la même manière, il fit aspersion du sang sur le tabernacle aussi et sur tous les ustensiles du service. 22 Et presque toutes choses sont purifiées par du sang, selon la loi ; et sans effusion de sang il n’y a pas de rémission. 23 Il était donc nécessaire que les images des choses qui sont dans les cieux fussent purifiées par de telles choses, mais que les choses célestes elles-mêmes le fussent par de meilleurs sacrifices que ceux-là. 24 Car le Christ n’est pas entré dans des lieux saints faits de main, copies des vrais, mais dans le ciel même, afin de paraître maintenant pour nous devant la face de Dieu, 25 - ni, non plus, afin de s’offrir lui-même plusieurs fois, ainsi que le souverain sacrificateur entre dans les lieux saints chaque année avec un sang autre [que le sien] 26 (puisque [dans ce cas] il aurait fallu qu’il souffrît plusieurs fois depuis la fondation du monde) ; mais maintenant, en la consommation des siècles, il a été manifesté une fois pour l’abolition du péché par son sacrifice. 27 Et comme il est réservé aux hommes de mourir une fois, - et après cela [le] jugement, 28 ainsi le Christ aussi, ayant été offert une fois pour porter les péchés de plusieurs, apparaîtra une seconde fois, sans péché, à salut à ceux qui l’attendent.


11°) Représentation schématique du Tabernacle :

  

 

 

Article N° 32 :

722960

V

01/09/2020

10

4

Pallas

Topaze

Raisin

Liseron

Homme

Vendredi 1er septembre 2006

Au sujet de la maquette des Grandes Pyramides :

Fabrication de la maquette :

Pour fabriquer la maquette, prenez des feuilles de dessin ordinaires ; les pyramides se dessinent d’abord en dressant quatre carrés « étoilés » :

Si vous le souhaitez, vous pouvez faire une maquette deux fois plus grande en doublant les mesures indiquées.

1° Carré « étoilé » : la pyramide de Chéops.

Il doit faire 5,8 cm de côté et être accompagné à chacun de ses côtés d’un triangle de 4,6 cm de hauteur ; cela forme une étoile avec le carré au centre.

2° Carré « étoilé » : la pyramide de Khephren.

Il doit faire 5,4 cm de côté et être accompagné à chacun de ses côtés d’un triangle de 4,3 cm de hauteur ; cela forme une seconde étoile, plus petite, avec le carré au centre.

3° Carré « étoilé » : la pyramide de Mykérinos.

Il doit faire 2,7 cm de côté et être accompagné à chacun de ses côtés d’un triangle de 2,1 cm de hauteur ; cela forme une troisième étoile, deux fois plus petite que la précédente, avec son carré au centre.

Avant de procéder au découpage des carrés en « étoiles », prévoir un rebord sur un côté de chaque triangle qui doit servir à pouvoir les coller entre eux en les pliant pour former la pyramide.

Découper un carré de 30 cm de côté dans une feuille cartonnée. Placer les pyramides et les coller sur la feuille de la façon suivante :

Le haut de la feuille cartonnée est appelé « rebord nord » et son côté gauche « rebord ouest ». Placer le côté Ouest de la pyramide de Chéops à 15,10 cm du rebord « ouest » et son côté Nord à 3 cm du rebord « nord » (les faces des pyramides doivent correspondre avec les alignements « nord-sud » et « est-ouest ») ; placer le côté Ouest de la pyramide de Khephren à 6,8 cm du rebord « ouest » et son côté Nord à 11,60 cm du rebord « nord », de façon à ce qu’elle soit alignée par ses angles avec celle de Chéops ; placer enfin le côté Ouest de la pyramide de Mykérinos à 1 cm du rebord « ouest » et son côté Nord à 22,8 cm du rebord « nord », de façon à ce que la pointe de son angle « Nord-Ouest » touche à la ligne imaginaire d’alignement des angles des deux autres pyramides. Placer enfin le « Sphinx » à 16 cm du « rebord nord » de la feuille et à 28 cm du « rebord ouest » ; il regarde vers l’Est se lever le soleil et la pyramide de Khephren, placée derrière lui, s’aligne avec lui à partir de la deuxième moitié sud de sa face Est. Il peut être fabriqué avec un petit objet quelconque qui ne doit pas dépasser en longueur les deux tiers d’un côté de la pyramide de Mykérinos. Enfin, coller la feuille cartonnée sur une boîte ayant des mesures correspondantes et pouvant servir de socle.

Vous avez enfin obtenu une maquette des Grandes Pyramides du plateau de Gizeh. Toutes les proportions des pyramides sont respectées, de même que leur emplacement sur le site. Observez-les et remarquez la distance « idéale » à laquelle vous vous placez pour les regarder en conservant une bonne vue d’ensemble. Il se trouve qu’elle correspond à peu près à 75 cm par rapport au centre de la maquette. Tenant compte que la pyramide de Chéops mesure 146,30 mètres de haut et sa maquette fait 3,70 cm de haut, nous faisons le calcul suivant :

75 cm / 3,70 = 20,27.

Cela signifie que nous regardons la maquette à une distance qui correspond à 20,27 fois la hauteur de la pyramide de Chéops représentée sur la maquette. Calcul suivant :

146,30 mètres x 20,27 = 2965,50 mètres.

C’est ici que se trouve tout l’intérêt d’avoir fabriqué une maquette des Grandes Pyramides. Il semble à peu près certain que les pyramides du plateau de Gizeh ont été construites dans le but d’être vues du ciel, à une hauteur d’environ 3000 mètres (3 kilomètres). C’est normal, lorsque nous savons que ceux qui en ont conçu le plan venaient du ciel ! Elles leur servaient de "cadran solaire" pour donner l'heure terrienne, simplement en observant la position des ombres des Grandes Pyramides !

Patrick DOLCIANI

 

Article N° 31 :

722960

V

01/09/2020

10

4

Pallas

Topaze

Raisin

Liseron

Homme

Vendredi 1er septembre 2006

La Nouvelle Jérusalem :

 

Vous a-t-on déjà montré "le plan" de la Nouvelle Jérusalem ? Non ? Alors, le voici :

 

 

 Apocalypse 21, 1-27 & 22, 1-7 :

1 Et je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre ; car le premier ciel et la première terre s’en étaient allés, et la mer n’est plus.

2 Et je vis la sainte cité, nouvelle Jérusalem, descendant du ciel d’auprès de Dieu, préparée comme une épouse ornée pour son mari. 3 Et j’ouïs une grande voix venant du ciel, disant : Voici, l’habitation de Dieu est avec les hommes, et il habitera avec eux ; et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux, leur Dieu. 4 Et [Dieu] essuiera toute larme de leurs yeux ; et la mort ne sera plus ; et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni peine, car les premières choses sont passées. 5 Et celui qui était assis sur le trône dit : Voici, je fais toutes choses nouvelles. Et il [me] dit : Écris, car ces paroles sont certaines et véritables. 6 Et il me dit : C’est fait. Moi, je suis l’alpha et l’oméga, le commencement et la fin. À celui qui a soif, je donnerai, moi, gratuitement, de la fontaine de l’eau de la vie. 7 Celui qui vaincra héritera de ces choses, et je lui serai Dieu, et lui me sera fils. 8 Mais quant aux timides, et aux incrédules, et à ceux qui se sont souillés avec des abominations, et aux meurtriers, et aux fornicateurs, et aux magiciens, et aux idolâtres, et à tous les menteurs, leur part sera dans l’étang brûlant de feu et de soufre, qui est la seconde mort.

9 Et l’un des sept anges qui avaient eu les sept coupes pleines des sept dernières plaies, vint et me parla, disant : Viens ici, je te montrerai l’épouse, la femme de l’Agneau. 10 Et il m’emporta en esprit sur une grande et haute montagne, et il me montra la sainte cité, Jérusalem, descendant du ciel d’auprès de Dieu, ayant la gloire de Dieu. 11 Son luminaire était semblable à une pierre très précieuse, comme à une pierre de jaspe cristallin.

12 Elle avait une grande et haute muraille ; elle avait douze portes, et aux portes douze anges, et des noms écrits sur [elles], qui sont ceux des douze tribus des fils d’Israël : 13 à l’orient, trois portes ; et au nord, trois portes ; et au midi, trois portes ; et à l’occident, trois portes. 14 Et la muraille de la cité avait douze fondements, et sur eux les douze noms des douze apôtres de l’Agneau. 15 Et celui qui me parlait avait pour mesure un roseau d’or, pour mesurer la cité et ses portes et sa muraille. 16 Et la cité est bâtie en carré, et sa longueur est aussi grande que sa largeur. Et il mesura la cité avec le roseau, jusqu’à douze mille stades : sa longueur et sa largeur, et sa hauteur étaient égales. 17 Et il mesura sa muraille, cent quarante-quatre coudées, mesure d’homme, c’est-à-dire d’ange.

18 Et sa muraille était bâtie de jaspe ; et la cité était d’or pur, semblable à du verre pur. 19 Les fondements de la muraille de la cité étaient ornés de toute pierre précieuse : le premier fondement était de jaspe, le second de saphir, le troisième de calcédoine, le quatrième d’émeraude, 20 le cinquième de sardonix, le sixième de sardius, le septième de chrysolithe, le huitième de béril, le neuvième de topaze, le dixième de chrysoprase, le onzième d’hyacinthe, le douzième d’améthyste. 21 Et les douze portes étaient douze perles ; chacune des portes était d’une seule perle ; et la rue de la cité était d’or pur, comme du verre transparent.

22 Et je ne vis pas de temple en elle ; car le Seigneur, Dieu, le Tout-puissant, et l’Agneau, en sont le temple. 23 Et la cité n’a pas besoin du soleil ni de la lune, pour l’éclairer ; car la gloire de Dieu l’a illuminée, et l’Agneau est sa lampe. 24 Et les nations marcheront par sa lumière ; et les rois de la terre lui apporteront leur gloire. 25 Et ses portes ne seront point fermées de jour : car il n’y aura pas de nuit là.

26 Et on lui apportera la gloire et l’honneur des nations. 27 Et il n’y entrera aucune chose souillée, ni ce qui fait une abomination et un mensonge : mais seulement ceux qui sont écrits dans le livre de vie de l’Agneau.

1 Et il me montra un fleuve d’eau vive, éclatant comme du cristal, sortant du trône de Dieu et de l’Agneau. 2 Au milieu de sa rue, et du fleuve, de çà et de là, était l’arbre de vie, portant douze fruits, rendant son fruit chaque mois ; et les feuilles de l’arbre sont pour la guérison des nations. 3 Et il n’y aura plus de malédiction ; et le trône de Dieu et de l’Agneau sera en elle ; et ses esclaves le serviront, 4 et ils verront sa face, et son nom sera sur leurs fronts. 5 Et il n’y aura plus de nuit, ni besoin d’une lampe et de la lumière du soleil ; car le Seigneur Dieu fera briller [sa] lumière sur eux ; et ils régneront aux siècles des siècles.

6 Et il me dit : Ces paroles sont certaines et véritables ; et le Seigneur Dieu des esprits des prophètes, a envoyé son ange, pour montrer à ses esclaves les choses qui doivent arriver bientôt. 7 Et voici, je viens bientôt. Bienheureux celui qui garde les paroles de la prophétie de ce livre.

 

Les dimensions de la Nouvelle Jérusalem :

1 coudée (pyramidale) = 0,665 mètre.

1 stade = 288 coudées, soit : 0,665 x 288  = 191,52 mètres.

Elle fait 12 000 stades de côté, soit : 2 298,24 km de côté.

Chaque côté de chacun des 12 « fondements » mesure :

12 000 stades / 4 = 3 000 stades de côté = 574,56 km de côté.

Chaque côté de la Place mesure :

3 000 stades x 2 = 6 000 stades = 1 149,12 km de côté.

 

Une autre Cosmologie s'impose, car "la réalité dépasse la fiction" :

La Nouvelle Jérusalem est construite en carré de 12 000 stades de côté, avec une place à son centre. Elle est formée par Douze « carrés » de 3000 stades de côté, qui se situent tout autour de la Place Centrale mesurant elle-même 6000 stades de côté. Au Centre de cette place se trouve un nouveau carré, que nous pourrions appeler le « Jardin de l’Eternel », et qui mesure probablement 3000 stades de côté, comme chacun des « 12 fondements » placés tout autour de la Place. Un fleuve coule au milieu du « Jardin de l’Eternel », dans lequel se trouvent les arbres de vie.

La hauteur de la Nouvelle Jérusalem est celle de son « ciel », aussi élevé que la longueur de chacun de ses côtés. Cela laisse penser que la ville se trouve, non pas sur une planète, mais à l’intérieur d’une immense sphère, probablement une planète artificielle car, il n’y a ni soleil, ni lune, ni étoile pour l’éclairer. Dans ces conditions, la Nouvelle Jérusalem avec son ciel forme un cube, lequel se situe à l’intérieur d’une sphère ou planète artificielle.

"Je suis l'alpha et l'oméga, le commencement et la fin" est une déclaration importante car elle signifie que le temps "est compté". Ceux qui ne croient pas au retour de Jésus peuvent continuer à "prêcher l'Evangile" et à en "tirer profit", mais ils ne savent pas que le temps est compté. En réalité, on ne se moque pas de Dieu sans être un jour confondu. De même qu'il y a eu "un commencement", celui de la création en Adam, il y aura une fin, un millier d'années après le retour de Jésus. Mais ce retour est programmé pour très bientôt, car "le temps est compté", faut-il le répéter et n'en déplaise à tous ceux qui, aveugles, ne recherchent que "le profit" !

La Nouvelle Jérusalem, c'est l'Epouse, "la femme de l'Agneau". Cette déclaration est importante car elle signifie qu'elle sera l'héritage de tous ceux (et celles) qui auront reçu le salut en Jésus-Christ, le Sauveur. Elle sera la "nouvelle humanité en Christ". Cela signifie que Jésus sera "Dieu au milieu d'elle". Alors nous comprenons beaucoup de choses : cette Sainte Cité sera celle des rachetés de Jésus, la leur ! Cela signifie que ce n'est pas la seule qui existe dans l'Univers ! D'autres "cités comme celle-ci" peuvent et doivent circuler dans les espaces infinis du cosmos ! Il s'agit des "Saintes Demeures Célestes des anges" ! C'est ici le secret de la véritable "cosmologie" : le Salut accompli en Jésus est lié à la "construction de la Nouvelle Jérusalem", laquelle n'est pas faite de main d'homme ! L'Espace peut être peuplé d'une multitude de cités semblables : encastrées à l'intérieur de "sphères géantes" faisant office de "Vaisseaux Spatiaux", elles voyageraient partout dans l'Univers. Dans ces conditions, ne seraient-elles pas les "cités" de tous les rachetés des différents mondes ayant évolué sur d'autres planètes ? A chaque fois, le Père Eternel aurait envoyé "le Sauveur auteur de leur Salut" ! Cela expliquerait tout ce que les "sages de ce monde" nient sans cesse et toujours, comme le phénomène O.V.N.I. par exemple. N'est-il pas écrit que nous serons semblables aux anges ? En fait, la réalité a toujours "dépassé la fiction", et les possibilités d'action de Dieu dans l'Univers sont infinies ! Il n'y aurait pas de "résurrection" si celle-ci ne dotait pas les élus de nouveaux corps ayant une réalité tangible ! Quant à l'Eternité elle-même, elle devient possible à l'intérieur de ces "mondes spatiaux habités", mais qui ne peuvent pas "donner le salut" aux pécheurs ! Car cela reviendrait à créer l'enfer en leur sein et il ne peut pas en être question ! Voilà pourquoi aussi, les pécheurs seront jugés et perdus ! Mais, sachant que "le temps est compté", ne vaut-il pas mieux "pendant qu'il en est encore temps se mettre en règle avec Dieu" ? Beaucoup n'y croiront jamais, tant pis pour eux ! Le salut s'acquiert par la foi en la Parole de Dieu, car c'est elle qui révèle le bien ou le mal qui réside en profondeur en chacun de nous !

Patrick DOLCIANI

 

Article N° 30 :

722959

J

31/08/2020

9

3

Cérès

Béryl

Pêches

Lilas

Abeille

Jeudi 31 août 2006

L’énigme du Grand Sphinx :

 

Valeur du pouce pyramidal : 0,0266 mètre ;

Valeur de la coudée pyramidale : 0,665 mètre (25 pouces) ;

Valeur de la canne pyramidale : 3,99 mètres (6 coudées).

(Voir tableau des mesures des pyramides dans l'article N° 28.)

 

Grand Sphinx :

Longueur (en comptant la queue) : 18 cannes ;

Hauteur :

30 coudées.

 

De même que les hauteurs des Grandes Pyramides mesurées en coudées représentent des cycles en nombre d’années (voir article N° 29), la hauteur du Grand Sphinx représente un cycle de 30 ans. Le cycle de 30 ans marque la « majorité spirituelle » de l’homme et s’accorde avec les cycles de lunaisons :

30 ans = 371 lunaisons.

La longueur des « côtés » des Grandes Pyramides marquent les rapports de proportions qui existent entre elles et nous observons que la longueur du Grand Sphinx est de 18 cannes, soit les deux tiers de celle de la pyramide de Mykérinos, qui fait 27 cannes (27 / 3 = 9 ; 9 x 2 = 18). Il s’agit d’un rapport de proportion qui permet d’établir une « harmonie » dans l’ensemble architectural des Grandes Pyramides et du Sphinx du plateau de Gizeh, mais il s’agit aussi d’une « clé » : celle des « deux tiers ». En effet, 2/3 du cycle de 30 ans du Grand Sphinx font 20 ans :

30 ans / 3 = 10 ans ;

10 ans x 2 = 20 ans.

Il y a 94,5 révolutions synodiques de Mercure en 30 ans, et il y en a 63 en 20 ans. Tandis que la pyramide de Mykérinos définit les périodes de siècles (car elle fait 100 coudées de hauteur), le Grand Sphinx, grâce à la clé des 2/3, indique qu’il définit des cycles de 20 ans (en correspondance avec les 63 cycles de Mercure).

Tourné vers l’Est, il « compte » les 365 levers de soleil qui se produisent dans l’année. Mais les cycles de « 20 ans » sont aussi les « jours de l’histoire du monde » et nous observons que « 365 x 20 ans » font 7300 ans ou 73 siècles. Enfin, il se trouve que 7300 ans font très exactement cinq périodes sothiaques du calendrier égyptien :

7300 ans = 5 x 2020 ans = 365 x 20 ans.

Ainsi, tourné vers le levant, le Grand Sphinx « compte les jours » de l’année solaire, mais aussi ceux de l’histoire du monde, si bien que la résolution de son « énigme » est la suivante :

« Les Grandes Pyramides et le Sphinx du plateau de Gizeh forment le calendrier astronomique de l’histoire du monde ». 

 

La plate-forme de la Grande Pyramide :

Elle mesure 225 pouces ou 9 coudées (1,5 canne) de côté, soit 5,985 mètres. Sa surface est de 81 coudées carrées ou de 35,820 m2.

Les mesures des bases des Grandes Pyramides établissent des relations d’ordre proportionnel entre elles et il en est de même ici avec le côté de la plate-forme qui fait :

Ø      1/36° de celui de Khephren (324 coudées / 9) ;

Ø      1/18° de celui de Mykérinos (162 coudées / 9) ;

Ø      1/12° de la longueur du Grand Sphinx (108 coudées / 9).

Dans ces conditions, le côté de 9 coudées de la plate-forme de la pyramide de Chéops, non divisible un nombre entier de fois par son propre côté (348 coudées / 9 = 38,666), devient néanmoins le « dénominateur commun » des mesures des côtés des deux autres pyramides et de la longueur du Grand Sphinx. Il divise en effet le côté de Khephren en 36 parties égales (36 x 9), le côté de Mykérinos en 18 parties égales (18 x 9) et la longueur totale du Grand Sphinx (avec la queue) en 12 parties égales (12 x 9). Cela nous fait remarquer qu’il y a un rapport établi avec le calendrier égyptien, puisqu’il se divise en 360 jours, auxquels il faut ajouter les « 5 jours épagomènes ». Or, 360 jours / 36 = 10 jours, 360 jours / 18 = 20 jours et 360 jours / 12 = 30 jours. Notons que les cycles de 20 jours sont les « mois » du calendrier méso-américain et que ceux de 30 jours sont ceux du calendrier égyptien. Quant au cycle de 10 jours, il est commun aux deux calendriers : 30 jours / 10 = 3 (trois dizaines) ; 20 jours / 10 = 2 (deux dizaines).

Patrick DOLCIANI

 

Article N° 29 :

722958

MC

30/08/2020

8

2

Nysa

Chrysolithe

Olives

Lavande

Grenouille

Mercredi 30 août 2006

Le secret des dimensions des Grandes Pyramides :

 

Valeur du pouce pyramidal : 0,0266 mètre ;

Valeur de la coudée pyramidale : 0,665 mètre (25 pouces) ;

Valeur de la canne pyramidale : 3,99 mètres (6 coudées).

(Voir tableau des mesures des pyramides dans l'article N° 28.)

 

Pyramide de Mykérinos :

Base : 27 cannes x 4 = 108 cannes ;

Hauteur :

100 coudées.

 

Pyramide de Khephren :

Base : 54 cannes x 4 = 216 cannes ;

Hauteur :

208 coudées.

 

Pyramide de Chéops :

Base : 58 cannes x 4 = 232 cannes ;

Hauteur :

220 coudées.

 

a) Les « hauteurs » des Grandes Pyramides mesurées en « coudées » définissent les cycles astronomiques.

La pyramide de Mykérinos a une hauteur de 100 coudées et représente les siècles dans l’histoire du monde. En 20 ans, il y a 63 révolutions synodiques de Mercure (20 x 365 jours 7300 jours = 63 x 115,8763 jours). Cinq fois 20 ans font un siècle. Mais elle se réfère également aux périodes sothiaques du calendrier égyptien, car cinq périodes sothiaques (de 1460 ans) font 73 siècles :

5 x 1460 ans = 7300 ans = 73 x 100 ans.

La pyramide de Khephren a une hauteur de 208 coudées et représente les cycles de conjonctions des planètes Vénus et Mars en relation avec les cycles de l’histoire du monde.

208 ans (208 x 365 jours) = 130 révolutions synodiques de Vénus (130 x 584 jours) = 146 fois 520 jours (soit 146 fois les 2/3 de la révolution synodique de Mars qui compte 780 jours). Un « Soleil » méso-américain compte 1040 ans ou cinq fois 208 ans.

La pyramide de Chéops a une hauteur de 220 coudées et représente les cycles de lunaisons en relation avec les années solaire de la façon suivante :

Deux lunaisons font 59 jours :

29,5 jours x 2 = 59 jours ;

17 x 59 jours (34 lunaisons) = 1003 jours ;

Mais 34 lunaisons font : 34 x 29,201988 jours = 1004 jours ;

Il faut donc ajouter un jour toutes les 34 lunaisons pour continuer à avoir un compte juste ;

34 lunaisons x 4 = 136 lunaisons = 11 ans ;

20 fois 11 ans = 220 ans = 11 x 20 ans ;

Mais « 220 ans » = 2721 lunaisons (au lieu de « 2720 ») ;

Il faut donc ajouter « une lunaison » tous les 220 ans pour faire correspondre le cycle de « 136 lunaisons » avec un nombre entier d’années solaires.

Par conséquent, le cycle de 220 ans est un cycle « luni-solaire » qui permet d’établir un calendrier lunaire sur la base du cycle de 59 jours (en ajoutant « un jour » au cycle lunaire toutes les 34 lunaisons et en ajoutant « une lunaison » du cycle de « 136 lunaisons » tous les 220 ans, c’est-à-dire en comptant 137 lunaisons dans le dernier cycle).

Cinq fois 220 ans font « 1100 ans » ou 11 siècles (nombre entier de siècles).

 

b) Les « côtés » des Grandes Pyramides mesurées en « cannes » établissent les proportions de grandeur qui les harmonisent.

Nous observons que Mykérinos mesure 27 cannes de côté (cube de 3) et que Khephren mesure 54 cannes de côté (2 x 27 canes), c’est-à-dire qu’il mesure le double de celui de Mykérinos.

Mais si Khephren mesure 54 cannes de côté (2 x 27 cannes), Chéops a un côté qui fait 58 cannes (2 x 29 cannes). Le côté de Chéops fait par conséquent « quatre cannes » de plus que celui de Khephren. Il se trouve que cette différence établit une « harmonie de couple » entre les deux pyramides : « 2 x 27 » contre « 2 x 29 ». Si Chéops mesurait par exemple « 2 x 28 coudées », la « différence » entre les deux pyramides passerait plus ou moins « inaperçue ». Il fallait par conséquent établir une distinction « remarquable » entre elles, en particulier parce qu’elles ne représentent pas les mêmes cycles astronomiques ; par ailleurs, le choix de « 2 x 29 cannes » prend en compte le nombre « 29 », lequel se trouve naturellement à la base du calendrier lunaire pour établir une succession alternative de « 29 et 30 jours ».

Patrick DOLCIANI

 

Article N° 28 :

722954

S

26/08/2020

4

101

Euterpe

Calcédoine

Oranges

Iris

Aigle

Samedi 26, Dimanche 27 et Lundi 28 août 2006

Les clés chronologiques de la Grande Pyramide :

Découverte de Patrick DOLCIANI :

Pour trouver la chronologie définie par les couloirs et les chambres de la Grande Pyramide, il fallait prendre le problème « à l’envers ». En effet, les études qui ont été publiées jusqu’à ce jour sont toutes erronées et il n’était pas possible de s’en référer pour aboutir. Par conséquent, la méthode suivie a consisté à trouver en premier lieu la valeur du « pouce chronologique » de la Grande Pyramide, lequel ne semblait pas être le même que celui qui avait servi aux mesures extérieures de l’ouvrage. Ensuite, sur la base de la chronologie de l’histoire du monde, définitivement établie depuis la découverte des cycles historiques, il fallait retrouver les points chronologiques qui ont servi de référence à l’élaboration de tout le système des couloirs et des chambres de la Grande Pyramide.

Pour y parvenir, il fallait d’abord retrouver la valeur du « pouce chronologique » grâce aux mesures de la chambre du Roi et de la cuve intérieure. Nous avons par conséquent ajusté la valeur du pouce aux dimensions suivantes :

Chambre du Roi :

Longueur : 400 pouces, soit 10, 46 mètres.

Largeur : 200 pouces, soit 5,23 mètres.

Hauteur : 213 pouces, soit 5,57 mètres.

Cuve placée à l’intérieur de la Chambre du Roi :

Longueur : 88 pouces, soit 2,3 mètres.

Largeur : 37,5 pouces, soit 0,98 mètre.

Hauteur : 40 pouces, soit 1,046 mètre.

Profondeur : 33,3 pouces, soit 0,87 mètre.

Valeur trouvée du "pouce chronologique" : 0,02615 mètre.

Valeur de la "coudée chronologique" : 0,65375 mètre (25 pouces).

Valeur trouvée du "pied chronologique": 0,3138 mètre (12 pouces).

 

Voici maintenant la chronologie qui correspond avec les couloirs et les chambres de la Grande Pyramide et également avec celle de l’histoire du monde établie par la découverte des cycles historiques :

Première période sothiaque égyptienne : 2774 avant notre ère ;

Exode des fils d’Israël sous Moïse : 1537 avant notre ère ;

Naissance de Jésus : 7 avant notre ère ;

Crucifixion, mort et résurrection de Jésus : 27 de notre ère ;

Retour de Jésus, après 2000 ans : 2027 de notre ère.

Cela donne :

1237 ans + 1530 ans + 33 ans + 2000 ans = 4800 ans.

 

Longueur du premier couloir descendant : 32,34 mètres (en comptant la longueur du trajet supplémentaire nécessaire à gravir pour accéder à l’entrée du premier couloir depuis le pied de la pyramide) ;

Longueur du premier couloir ascendant à partir du point chronologique correspondant à l’Exode : 40 mètres ;

Longueur de l’intersection représentant la vie de Jésus : 0,86 mètre ;

Longueur de la Grande Galerie et du couloir horizontal qui suit et qu’il faut parcourir pour arriver jusqu’à la chambre du Roi : 52,30 mètres ;

Longueur totale : 125,52 mètres.

 

Longueur de la Grande Galerie au plafond : 46,67775 mètres ;

Longueur totale du couloir jusqu’à la Chambre du Roi : 6,4852 mètres ;

Total : nous observons que nous obtenons « 53,16295 mètres » au lieu de « 52,30 mètres ».

 

Mais, pour trouver la valeur globale de 125,52 mètres, il faut compter la valeur de la longueur de la Grande Galerie au plafond, soit : 46,67775 mètres ; ensuite, il faut retrancher l’équivalent de la vie de Jésus, soit 0,86 mètre ; nous obtenons : 45,81775 mètres ; il faut alors ajouter les 6,4852 mètres de la longueur du couloir qui reste à parcourir, et nous obtenons : 52,30 mètres, soit la longueur du trajet à parcourir pour arriver à la Chambre du Roi ! C’est en effet, la ligne qui suit la hauteur de la Grande Galerie qui poursuit la chronologie, mais son point de départ se fait en retrait par rapport à la ligne du sol : par conséquent la chronologie de la Grande Galerie reprend en compte l’équivalent de la vie du Christ une « seconde fois » !

 

Il reste à définir les détails particuliers de cette chronologie (voir tableau ci-dessous).

Le temps pris en compte par la chronologie des couloirs et chambres de la Grande Pyramide est de 4800 ans depuis le début de la première période sothiaque en Egypte, en 2774 avant notre ère, jusqu’au retour de Jésus en 2027 de notre ère. 4800 ans font 12 baktuns (12 x 400 ans). Ces baktuns sont les mêmes que ceux qui s’inscrivent dans les cycles de l’histoire du monde et dans le calendrier méso-américain : 2774 avant notre ère se situe au début du 4° baktun de l’histoire du monde et au début du 2° baktun du calendrier méso-américain.

 

Tableau des mesures des couloirs et des Chambres de la Grande Pyramide (réalisé par Patrick DOLCIANI le 27/08/06) :

 

Grande Pyramide :

Pouces :

Mètres :

Coudées :

Pieds :

0,02615

 

0,65375

0,3138

1° couloir descendant :

1071,00

28,00665

42,84

89,25000

Suite 1° couloir descendant :

3000,00

78,45000

120,00

250,00000

Chambre de la Folie:

42,00

1,09830

1,68

3,50000

Hauteur chambre de la Folie :

51,00

1,33365

2,04

4,25000

Profondeur chambre de la Folie :

1167,00

30,51705

46,68

97,25000

1° couloir ascendant :

1530,00

40,00950

61,20

127,50000

1° couloir horizontal :

1455,00

38,04825

58,20

121,25000

Longueur chambre de la Reine :

220,00

5,75300

8,80

18,33333

Largeur chambre de la Reine :

200,00

5,23000

8,00

16,66667

Grande Galerie au sol :

1832,00

47,90680

73,28

152,66667

Grande Galerie au plafond :

1785,00

46,67775

71,40

148,75000

Hauteur de la Grande Galerie :

330,00

8,62950

13,20

27,50000

Décroissance Grande Galerie :

57,00

1,49055

2,28

4,75000

1° passage bas :

50,00

1,30750

2,00

4,16667

Antichambre :

100,00

2,61500

4,00

8,33333

2° passage bas :

98,00

2,56270

3,92

8,16667

Longueur totale du couloir :

248,00

6,48520

9,92

20,66667

Longueur Chambre du Roi :

400,00

10,46000

16,00

33,33333

Largeur Chambre du Roi :

200,00

5,23000

8,00

16,66667

Hauteur Chambre du Roi :

213,00

5,56995

8,52

17,75000

Facteur-Déplacement :

279,00

7,29585

11,16

23,25000

Largeur du couloir :

42,00

1,09830

1,68

3,50000

Hauteur du couloir :

51,00

1,33365

2,04

4,25000

Longueur de l'étalon de mesure :

24,00

0,62760

0,96

2,00000

Epaisseur de l'étalon :

1,00

0,02615

0,04

0,08333

Longueur du Coffre :

88,00

2,30120

3,52

7,33333

Largeur du Coffre :

37,50

0,98063

1,50

3,12500

Profondeur du Coffre :

33,30

0,87080

1,33

2,77500

 

Note : L'étalon de mesure de la Grande Pyramide fait "deux pieds" ou "24 pouces" au lieu d'une coudée de "25 pouces".

 

Valeur du 1° couloir descendant :

 

Grande Pyramide :

Pouces :

Mètres :

Coudées :

Pieds :

0,02615

 

0,65375

0,3138

1° couloir descendant :

1071,00

28,00665

42,84

89,25000

 

Valeur du 1° couloir ascendant :

 

Grande Pyramide :

Pouces :

Mètres :

Coudées :

Pieds :

0,02615

 

0,65375

0,3138

1° couloir ascendant :

1530,00

40,00950

61,20

127,50000

 

Valeur de la Grande Galerie au plafond :

 

Grande Pyramide :

Pouces :

Mètres :

Coudées :

Pieds :

0,02615

 

0,65375

0,3138

Grande Galerie au plafond :

1785,00

46,67775

71,40

148,75000

 

Valeur du couloir horizontal qui conduit à la Chambre du Roi :

 

Grande Pyramide :

Pouces :

Mètres :

Coudées :

Pieds :

0,02615

 

0,65375

0,3138

Longueur totale du couloir :

248,00

6,48520

9,92

20,66667

 

Total obtenu :

1071 pouces + 1530 pouces + 1785 pouces + 248 pouces = 4634 pouces.

Reste sur les 4800 pouces du total chronologique :

4800 pouces – 4634 pouces = 166 pouces.

Valeur traduite en années solaires (un pouce = un an) :

166 ans + 1071 ans + 1530 ans + 1785 ans + 248 ans = 4800 ans.

Note :

Dans la mesure où le point de départ de la chronologie de la pyramide ne correspondrait pas avec la première période sothiaque égyptienne (2774 avant notre ère), il faudrait alors envisager à sa place la date du début du calendrier méso-américain, qui correspond avec l’arrivée des Vigilants, en 3174 avant notre ère. Il y a une différence de 400 ans ou d’un baktun entre les deux dates. Cela signifie qu’il faudrait ajouter 400 ans à la période initiale de 166 ans (qui correspond avec la distance à parcourir avant d’entrer dans le 1° couloir de la pyramide), soit : 166 ans + 400 ans = 566 ans. Cela donnerait une distance de 566 pouces (15,0556 mètres) au lieu de 166 (4,4156 mètres) à parcourir avant d’accéder à l’entrée du premier couloir. Dans ces conditions, la chronologie des couloirs de la Grande Pyramide serait la même que celle du calendrier méso-américain lui-même : 13 baktuns ou 5200 ans qui se décomposeraient de la façon suivante :

 

566 ans + 1071 ans + 1530 ans + 1785 ans + 248 ans = 5200 ans.

5200 ans = 13 x 400 ans = 5 x 2020 ans (soleils méso-américains).

 

Mais comme cette distance « à parcourir » se trouve en fait placée à l’extérieur des couloirs de la pyramide, elle reste une question d'ordre hypothétique…

 

Reconstitution de la « chronologie pyramidale » à partir de ces données :

2774 avant notre ère : Départ de la 1° période sothiaque égyptienne ;

2608 avant notre ère : Noé (3018-2068 avant notre ère) avait 410 ans à cette date, averti du Déluge, cette année fut probablement celle où il commença la construction de l’Arche, 190 ans avant le Déluge. 190 pouces font 4,9685 mètres, peut-être était-ce l’épaisseur du « bouchon » qui obstruait l’entrée du 1° couloir ?

1537 avant notre ère : Exode des fils d’Israël sous Moïse ;

7 avant notre ère : Naissance de Jésus ;

1779 de notre ère : Cette année se situe 3 ans après l’indépendance américaine en 1776, définitivement acquise en 1783 (il y a sept ans de 1776 à 1783), et elle se situe aussi 10 ans avant la Révolution française (1789). Nous observons que l’accent est mis sur la formation des Etats-Unis d’Amérique.

2027 de notre ère : Retour de Jésus.

 

Grande Pyramide :

Pouces :

Mètres :

Coudées :

Pieds :

0,02615

 

0,65375

0,3138

1° passage bas :

50,00

1,30750

2,00

4,16667

Antichambre :

100,00

2,61500

4,00

8,33333

 

Le « premier passage bas » commence 50 ans avant l’année 1829, c’est-à-dire en 1779 de notre ère.

Le début de l’Antichambre (100 pouces) se situe 100 ans avant l’année 1929, c’est-à-dire en 1829 de notre ère. L’année suivante, en 1830, nous observons : Louis-Philippe, roi de France ; Mormons, de Joseph Smith ; Adventistes, mouvement de William Miller ; Balzac : La Comédie humaine. C’est une période de « renouveau spirituel qui commence », laquelle durera un siècle (longueur de l’Antichambre).

 

Grande Pyramide :

Pouces :

Mètres :

Coudées :

Pieds :

0,02615

 

0,65375

0,3138

2° passage bas :

98,00

2,56270

3,92

8,16667

 

Le deuxième « passage bas » abouti directement sur la Chambre du Roi ; il mesure 98 pouces et représente 98 ans. Cela donne 2027 – 98 ans = 1929 de notre ère. En 1929, Mussolini était au pouvoir depuis 4 ans (depuis 1925) et 4 ans plus tard Hitler accédait au pouvoir (en 1933). L’année 1929 se situait 11 ans après la fin de la Première Guerre Mondiale (1918) et 10 ans avant le début de la Deuxième Guerre Mondiale (1939) ; elle se situait par conséquent entre les deux Guerres Mondiales. Il n’y aura plus de « renouveau spirituel » en ce sens que le monde dans son ensemble rejette l’autorité de la « Parole de Dieu », c’est-à-dire la Bible elle-même en laquelle il ne croit plus !

 

 

Valeurs corrigées des mesures des Grandes Pyramides et du Sphinx :

Le « pouce pyramidal » ne correspond pas avec le « pouce chronologique » et ils ne doivent pas être confondus entre eux. Ce qui signifie que les mesures des chambres et des couloirs de la pyramide de Chéops n’ont pas été faites avec le même « pouce » que celui qui a servi à réaliser les dimensions extérieures de l’ensemble des Grandes Pyramides et du Sphinx. L’explication de cette contradiction vient du fait que le « pouce chronologique » devait rester « caché » à l’extérieur des pyramides, mais il était néanmoins révélé à l’intérieur de la pyramide de Chéops, grâce aux dimensions de la Chambre du Roi et du Coffre intérieur.

Par ailleurs, le pouce pyramidal de « 0,0266 mètre » ne correspond pas avec celui de « 0,0255 mètre », qui avait servi jusqu’ici à mesurer la Grande Pyramide. Ce dernier pouvait correspondre avec les dimensions de la Pyramide de Chéops, mais pas réellement avec celles des autres pyramides. Maintenant, nous venons de découvrir le pouce pyramidal de « 0,0266 mètre », parce qu’il se rapproche de très près du « pouce chronologique » de « 0,02615 mètre » et que nous avons fait des recherches à partir de cette base. La particularité du « pouce pyramidal » de « 0,0266 mètre » est qu’il permet d’établir une relation harmonieuse entre les mesures des trois Grandes Pyramides et du Sphinx. Cette propriété extraordinaire est tout à fait unique car elle ne peut pas s’établir avec un « pouce » d’une autre taille. C’est pourquoi nous savons que ce pouce est celui qui a réellement servi à construire les Grandes Pyramides. En effet, lorsqu’un système de mesure s’applique à plusieurs constructions différentes, il ne peut s’agir que de celui qui a servi à la construction de l’ensemble : ici, il s’agit à l’évidence du pouce pyramidal de « 0,0266 mètre ». Il fut difficile à trouver, car il s’agit d’un pouce nettement « plus grand » que ceux qui ont habituellement été utilisés dans le passé ; par exemple, six coudées de 0,45 mètre (25 pouces de 0,018 mètre) font 2,5 mètres, mais six coudées de 0,665 mètre (25 pouces de 0,0266 mètre) font 3,99 mètres. Il y a une différence de 1,49 mètre pour un ensemble de six coudées (six coudées font une canne). Si un pouce nettement plus grand a été choisi pour construire les Grandes pyramides, c’est simplement parce qu’elles étaient de taille « gigantesque ».

 

Tableau des mesures des Grandes Pyramides établies sur la base du pouce pyramidal de 0,0266 mètre :

 

Les Grandes Pyramides et le Sphinx (en pouces) :

 

Valeur en mètres :

Valeur :

Valeur en pouces :

 

Côté :

Base :

Hauteur :

Côté :

Base :

Hauteur :

Chéops :

231,42

925,68

146,3

0,0266

8700

34800

5500

Khephren :

215,46

861,84

138,32

0,0266

8100

32400

5200

Mykérinos :

107,73

430,92

66,5

0,0266

4050

16200

2500

Sphinx :

4,1496

57,057

19,95

0,0266

156

2145

750

(Largeur)

(Longueur)

 

 

(Largeur)

(Longueur)

 

Les Grandes Pyramides et le Sphinx (en coudées) :

 

Valeur en mètres :

Valeur :

Valeur en coudées :

 

Côté :

Base :

Hauteur :

Côté :

Base :

Hauteur :

Chéops :

231,42

925,68

146,3

0,665

348

1392

220

Khephren :

215,46

861,84

138,32

0,665

324

1296

208

Mykérinos :

107,73

430,92

66,5

0,665

162

648

100

Sphinx :

4,1496

57,057

19,95

0,665

6,24

85,8

30

(Largeur)

(Longueur)

 

 

(Largeur)

(Longueur)

 

Les Grandes Pyramides et le Sphinx (en pieds) :

 

Valeur en mètres :

Valeur :

Valeur en pieds :

 

Côté :

Base :

Hauteur :

Côté :

Base :

Hauteur :

Chéops :

231,42

925,68

146,3

0,3192

725

2900

458,3333

Khephren :

215,46

861,84

138,32

0,3192

675,00

2700,00

433,3333

Mykérinos :

107,73

430,92

66,5

0,3192

337,50

1350,00

208,3333

Sphinx :

4,1496

57,057

19,95

0,3192

13

178,75

62,5

(Largeur)

(Longueur)

 

 

(Largeur)

(Longueur)

 

Les Grandes Pyramides et le Sphinx (en cannes) :

 

Valeur en mètres :

Valeur :

Valeur en cannes :

 

Côté :

Base :

Hauteur :

Côté :

Base :

Hauteur :

Chéops :

231,42

925,68

146,3

3,99

58,00

232,00

36,6667

Khephren :

215,46

861,84

138,32

3,99

54,00

216,00

34,6667

Mykérinos :

107,73

430,92

66,5

3,99

27,00

108,00

16,6667

Sphinx :

4,1496

57,057

19,95

3,99

1,04

14,3

5

(Largeur)

(Longueur)

 

 

(Largeur)

(Longueur)

 

 

Plan d’harmonisation des Grandes Pyramides :

a)    Les divisions en séries de  « 100 pouces » pour les bases :

Pyramide de Chéops :

Base : 87 x 100 pouces.

Pyramide de Khephren :

Base : 81 x 100 pouces.

Pyramide de Mykérinos :

Base : 4,05 x 100 pouces.

 

La base de la pyramide de Chéops fait 600 pouces de plus que celle de Khephren, tandis que sa hauteur fait 300 pouces de plus. Nous observons des « nombres entiers » en « cannes » (une canne = 6 coudées) dans les mesures des côtés des trois pyramides.

 

b)    Les divisions en séries de « 100 pouces » pour les hauteurs :

Pyramide de Chéops :

Hauteur : 55 x 100 pouces = 11 x 500 pouces.

Pyramide de Khephren :

Hauteur : 52 x 100 pouces = 13 x 400 pouces.

Pyramide de Mykérinos :

Hauteur : 25 x 100 pouces = 5 x 500 pouces.

 

Note :

Nous observons que les dimensions des trois Grandes Pyramides évoquent les trois planètes suivantes du système solaire : La Terre, Vénus et Mercure, dont les diamètres sont respectivement de 12756, 12104 et 4878 kilomètres. Vénus fait 94,88 % du diamètre de la Terre tandis que la hauteur de la pyramide de Khephren fait 94,54 % de celle de Chéops ; Mercure fait 40,30 % du diamètre de Vénus et la pyramide de Mykérinos fait 48,07 % de la hauteur de celle de Khephren. Les proportions des Grandes Pyramides ne correspondent qu’avec ces trois planètes du système solaire.

Nous observons également que lorsque le Soleil se lève à l’Est et monte au-dessus du plateau de Gizeh, il tourne autour des Grandes Pyramides. Du point de vue de la position du Soleil lui-même, au levant (en regardant à partir de l’angle droit du plateau de Gizeh vers le centre), les trois pyramides apparaissent dans l’ordre suivant, de droite à gauche : Chéops (la Terre), Khephren (Vénus) et Mykérinos (Mercure). A midi (en regardant à partir milieu placé au Sud du plateau de Gizeh vers le centre où se trouvent les pyramides), les Grandes Pyramides se sont rapprochées les unes des autres et on remarque que Chéops (la Terre) est plus éloignée que Khephren (Vénus plus proche du Soleil que la Terre) et Khephren est plus éloignée que Mykérinos (Mercure, plus proche du Soleil que Vénus). Enfin, au couchant (en regardant à partir de l’angle gauche du plateau de Gizeh vers le centre), nous observons que les trois pyramides sont alignées les unes derrière les autres ou sont « entrées en conjonction ». Quant au Grand Sphinx, il a été vu comme s’il était en train de tourner autour de Chéops (la Terre) et il représente par conséquent la Lune.

La signification de cette disposition particulière des Grandes Pyramides et du Grand Sphinx sur le plateau de Gizeh est claire : elle évoque la triple conjonction « Terre – Vénus – Mercure » en passant devant le Soleil. En effet, en quarante ans, nous observons :

40 x 365 jours (40 années solaires) = 14600 jours = 25 x 584 jours (25 révolutions synodiques de Vénus) = 126 x 115,873 jours (126 révolutions synodiques de Mercure).

Il s’agit de la base fondamentale des cycles astronomiques à l’origine des cycles historiques, ici ceux de 40 ans.

Il y aurait trois passages souterrains qui relieraient les trois Grandes Pyramides au Sphinx ; leur point de jonction se trouverait à l’arrière du Sphinx et suivrait une « Chambre » circulaire, puis un « Temple », placé juste au-dessous du Sphinx ; à partir de là, un autre passage souterrain à l’avant du Sphinx conduirait jusqu’au Nil. Dans la mesure où cette information « confidentielle » se confirmerait exacte, elle signifierait qu’il y a bien eu une origine commune à la construction des Grandes Pyramide, faite à partir d’un seul plan architectural.

Tableau fait le 28/08/2020,

Patrick DOLCIANI

 

Article N° 27 :

 

722953

V

25/08/2020

3

100

Massalia

Saphir

Citrons

Hortensia

Jaguar

Vendredi 25 août 2006

La vision du Char de l’Eternel selon Ezéchiel :

 

Derniers rois du royaume de Juda :

Noms :

Dates :

Durée :

Livre :

CH :

V :

Jehoïakim

609

598

11

2° Rois

23

36

Jehoïakin (Jéchonias)

598

598

0

2° Rois

24

8

Sédécias

598

587

11

2° Rois

24

18

 

Ezéchiel 1, 1-28 :

« 1 Et il arriva en la trentième année [depuis l’an 623 av. notre ère, probablement date de naissance d’Ezéchiel], au quatrième mois, le cinquième jour du mois, comme j’étais au milieu des captifs, près du fleuve Kebar, que les cieux furent ouverts, et je vis des visions de Dieu. 2 Le cinquième jour du mois (c’était la cinquième année de la transportation du roi Jehoïakin, [soit 594 avant notre ère, 13 ans après le premier départ en captivité]), 3 la parole de l’Éternel vint expressément à Ézéchiel, le sacrificateur, fils de Buzi, dans le pays des Chaldéens, près du fleuve Kebar ; et la main de l’Éternel fut là sur lui.

4 Et je vis, et voici, un vent de tempête venait du nord, une grosse nuée, et un feu qui s’entortillait ; et il y avait une splendeur tout autour, et de son milieu, du milieu du feu, brillait comme l’apparence de l’airain luisant ; 5 et, du milieu, la ressemblance de quatre animaux ; et voici leur aspect : ils avaient la ressemblance d’un homme ; 6 et chacun d’eux avait quatre faces, et chacun avait quatre ailes ; 7 et leurs pieds étaient des pieds droits, et la plante de leurs pieds était comme la plante du pied d’un veau ; et ils étincelaient comme l’apparence de l’airain poli ; 8 et il y avait des mains d’homme sous leurs ailes sur leurs quatre côtés ; et ils avaient, les quatre, leurs faces et leurs ailes ; 9 leurs ailes étaient jointes l’une à l’autre ; ils ne se tournaient pas quand ils allaient : ils allaient chacun droit devant soi. 10 Et la ressemblance de leurs faces était la face d’un homme ; et, les quatre, ils avaient la face d’un lion, à droite ; et, les quatre, ils avaient la face d’un bœuf, à gauche ; et, les quatre, ils avaient la face d’un aigle ; 11 et leurs faces et leurs ailes étaient séparées par le haut : chacun avait deux ailes jointes l’une à l’autre, et deux qui couvraient leur corps. 12 Et ils allaient chacun droit devant soi : là où l’Esprit devait aller, ils allaient ; ils ne se tournaient point lorsqu’ils allaient.

13 Et quant à la ressemblance des animaux, leur aspect était comme des charbons de feu brûlants, comme l’aspect de torches ; le feu courait entre les animaux ; et le feu avait de l’éclat, et du feu sortaient des éclairs. 14 Et les animaux couraient et retournaient, comme l’aspect du sillon de l’éclair.

15 Et je regardais les animaux, et voici, une roue sur la terre, à côté des animaux, vers leurs quatre faces. 16 L’aspect et la structure des roues étaient comme l’apparence d’une chrysolithe ; et il y avait une même ressemblance pour les quatre, et leur aspect et leur structure étaient comme si une roue eût été au milieu d’une roue. 17 En allant, elles allaient sur leurs quatre côtés ; elles ne se tournaient point quand elles allaient. 18 Et quant à leurs jantes, elles étaient hautes et terribles, - et leurs jantes, à toutes les quatre, étaient pleines d’yeux tout autour. 19 Et quand les animaux allaient, les roues allaient à côté d’eux ; et quand les animaux s’élevaient de dessus la terre, les roues s’élevaient. 20 Là où l’Esprit devait aller, là ils allaient, là leur esprit tendait à aller ; et les roues s’élevaient auprès d’eux, car l’esprit de l’animal était dans les roues. 21 Quand ils allaient, elles allaient ; et quand ils s’arrêtaient, elles s’arrêtaient ; et quand ils s’élevaient de dessus la terre, les roues s’élevaient auprès d’eux, car l’esprit de l’animal était dans les roues.

22 Et au-dessus des têtes de l’animal, il y avait la ressemblance d’une étendue, comme l’apparence d’un cristal terrible étendu sur leurs têtes, en haut. 23 Et au-dessous de l’étendue, leurs ailes se tenaient droites, l’une vers l’autre : chacun en avait deux, qui couvraient leur corps, d’un côté, et chacun en avait deux, qui couvraient leur corps, de l’autre côté. 24 Et j’entendis le bruit de leurs ailes quand ils volaient, comme le bruit de grandes eaux, comme la voix du Tout-puissant, un bruit tumultueux comme le bruit d’une armée. Quand ils s’arrêtaient, ils abaissaient leurs ailes ; 25 et il y avait une voix au-dessus de l’étendue qui était sur leurs têtes : quand ils s’arrêtaient, ils abaissaient leurs ailes.

26 Et au-dessus de l’étendue qui était sur leurs têtes, il y avait comme l’aspect d’une pierre de saphir, la ressemblance d’un trône ; et, sur la ressemblance du trône, une ressemblance comme l’aspect d’un homme, dessus, en haut. 27 Et je vis comme l’apparence de l’airain luisant, comme l’aspect du feu, au dedans, tout autour : depuis l’aspect de ses reins vers le haut et depuis l’aspect de ses reins vers le bas, je vis comme l’aspect du feu ; et il y avait une splendeur tout autour. 28 Comme l’aspect de l’arc qui est dans la nuée en un jour de pluie, tel était l’aspect de la splendeur tout autour.

C’était là l’aspect de la ressemblance de la gloire de l’Éternel. Et je vis, et je tombai sur ma face, et j’entendis une voix qui parlait. »

L’arrivée du « char de l’Eternel », ayant l’apparence d’airain brillant, entouré de feu,  provoqua un grand vent enveloppé d’une « nuée » ; à l’intérieur apparaissaient les quatre chérubins, ayant des pieds droits, comme ceux d’un veau et ayant l’apparence de l’airain poli. Nous observons également que les quatre chérubins possédaient chacun « quatre faces », une première d’homme, une deuxième de lion, une troisième de bœuf et une quatrième d’aigle. Ils possédaient également chacun « quatre ailes » : deux jointes l’une à l’autre et deux qui couvraient leur corps. Ils suivaient tous une même direction, droit devant eux. Les chérubins ressemblaient à des « charbons de feu brûlant »  et, semblables à des « torches », il en sortait du feu et des rayonnements lumineux ; leurs déplacements évoquaient le sillon d’un éclair.

Au-dessus d’eux, il y avait « une étendue semblable à un cristal », ce qui signifie qu’ils se trouvaient à l’intérieur d’une « cabine » ; et au-dessous de ce « ciel », les ailes se déployaient lorsque les chérubins se déplaçaient. Leur vol provoquait un bruit comme celui des grandes eaux, semblable à la voix du Tout-puissant. Dans ces conditions, il est possible que les ailes des chérubins aient été des hélices rétractables : cela expliquerait le vent provoqué par le char en vol.

Le trône se trouvait « au-delà de l’étendue qui se trouvait au-dessus des têtes des chérubins », c’est-à-dire placé au centre du char de l’Eternel, entre les quatre chérubins. Sur le trône, il y avait l’aspect d’un homme semblable à de l’airain brillant comme le feu, entouré d’un arc-en-ciel qui représentait « la gloire de l’Eternel » !

Il s’agissait bien d’un « vaisseau aérien », même si son origine était « spatiale ». Il est possible que le « Char de l’Eternel »  venu sur terre, ait été un véhicule destiné à se déplacer à l’intérieur de l’atmosphère terrestre et équipé pour cette fonction.

Les chérubins, à l’intérieur des cabines, pouvaient être des « êtres vivants » et non des machines. Mais il n’est pas possible de le dire des « roues », lesquelles faisaient partie du char lui-même. Les ailes des chérubins semblaient se diviser en deux parties : deux ailes adjointes aux chérubins eux-mêmes et deux autres faisant partie des structures du char, lesquelles n’étaient pas les leurs, mais paraissaient l’être lorsqu’ils se trouvaient à l’intérieur de leur cabine.

Enfin, ils possédaient quatre faces, lesquelles représentent chacune une partie de la création des être vivants : l’homme, les animaux sauvages, les animaux domestiques et les oiseaux, suivant la distinction faite dans le texte du premier chapitre du livre de la Genèse. Ainsi, le Char de l’Eternel était « porté par les chérubins », lesquels représentaient aussi la création du livre de la Genèse.

 

Représentation du Char de l’Eternel décrit par Ezéchiel :

 

1° Roue

 

2° Roue

1° Chérubin

Nord

2° Chérubin

Ouest

Trône de l'Eternel

Est

 

 

3° Roue

4° Roue

3° Chérubin

Sud

4° Chérubin

 

 

Patrick DOLCIANI

 

Article N° 26 :

 

722952

J

24/08/2020

2

99

Fortuna

Jaspe

Ananas

Glycine

Taureau

Jeudi 24 août 2006

Observation des cycles de l’histoire du monde :

Le secret des divisions cycliques de l'année solaire en analogie avec les cycles historiques :

Tracer six cercles, du plus petit jusqu’au plus grand, superposés, à partir d’un même centre :

-         Diviser le premier cercle (à partir de celui de l’intérieur) en 73 parties à partir du bas : chacune représente « un siècle », soit 73 fois « 100 ans » ou « 7300 » ans en tout ;

-         Diviser le deuxième cercle en 18 parties de la façon suivante : à partir du haut, la division représentant le « siècle » n’est pas prise en compte ; tracer une première division de « deux siècles » à partir de la droite, puis une deuxième de « deux siècles » à partir de la gauche (cela fait quatre siècles, séparés par le « siècle vide ») ;

-         Continuer les divisions en groupes de quatre siècles, c’est-à-dire en traçant des traits suivant les groupes des « 73 divisions » ;

-         On obtient alors une division de 18 parties de « quatre siècles » chacune, avec celle du haut séparée en deux parties à son milieu : cela fait « deux siècles ; un siècle, deux siècles » ou une partie de quatre siècles en tout, séparée par un « siècle supplémentaire » à son milieu ;

-         Le siècle au milieu (placé en haut), placé entre les deux divisions de deux siècles, doit rester « vide », comme une « ouverture » ; cela permet de diviser le troisième cercle en « douze parties égales » (12 fois « 600 ans), suivant les 73 divisions placées dans le premier cercle, chacune de ces douze divisions doit correspondre avec « six siècles » : elles recouvrent les divisions de « quatre siècles » et sont séparées en deux fois « six périodes » de « six siècles » chacune, à partir d’un milieu, placé au bas du cercle (soit deux fois 3600 ans, pour faire 7200 ans en tout) ;

-         Les divisions de « quatre siècles » et de « six siècles » se recoupent alors sur les côtés à gauche et à droite des cercles superposés (équinoxes) ;

-         Diviser le cercle extérieur suivant (4°) en « 28 parties égales », à partir du haut : cela fait deux fois « quatorze parties » ;

-         Diviser le cercle suivant (5°) placé à l’extérieur de ces « 28 parties » en « neuf divisions », à partir de la seconde période de « 260 ans » (seconde division des 28 créées) en partant de la gauche : chacune de ces « neuf divisions » représente alors « 780 ans » et recouvre trois périodes de « 260 ans » ;

-         Diviser le dernier cercle extérieur (6°) en sept partie égales, lesquelles représentent « sept fois 1040 ans ou un ensemble de 7280 ans ; il manque alors « 20 ans », pour faire correspondre cet ensemble avec celui de 7300 ans, mais il est inutile de représenter cette petite partie (100 ans / 5 = 20 ans) ;

-         Placer à partir du haut, une première « étoile à sept branches » à l’intérieur du premier cercle (celui où se trouvent les 73 divisions), puis une seconde étoile, à cinq branches par-dessus la première, toujours dans le premier cercle intérieur).

Le schéma ainsi obtenu, qui se lit du haut vers la gauche, est celui des divisions de l’année solaire, mais aussi celui des cycles historiques de l’histoire du monde :

Dans la représentation des cycles de l’histoire du monde à l’intérieur d’un cercle qui représente également les divisions cycliques de l’année solaire, nous observons que les périodes sothiaques égyptiennes (de 1460 ans ou 73 jours) s’inscrivent sous forme d’une étoile à cinq branches. Le point de départ de cette étoile (1° jour) correspond avec le solstice d’été (21 juin) et, après 73 jours (1460 ans), le 1° jour du deuxième cycle s’accorde avec le début du 4° baktun (cycles de 400 ans ou de 20 jours) de l’histoire du monde : c’est le début des périodes sothiaques égyptiennes à l’époque de la construction des Grandes Pyramides.

Pour ce qui concerne les « Soleils » méso-américains, cycles de 1040 ans (ou de 52 jours), le point de départ se situe dès le deuxième jour après le solstice d’été (soit le 22 juin), de façon de façon à s’inscrire dans un cycle complet de 364 jours (7 x 52 jours) au lieu de 365 jours (5 x 73 jours). Cela inscrit une étoile à sept branches dans l’année solaire. Nous observons que le1° jour du deuxième cycle de 1040 ans (52 jours) s’accorde avec le 1° jour du troisième baktun (cycles de 400 ans ou de 20 jours) : il s’agit du point de départ du Calendrier méso-américain et de ses « cinq Soleils » (cinq fois 1040 ans font 5200 ans), mais aussi de l’arrivée des Vigilants sur terre (anges déchus), dans la période antédiluvienne.

Ensuite, le 1° jour du 7° cycle de 1040 ans (cycles de 52 jours) s’accorde avec le 1° jour du 16° baktun (cycles de 400 ans), mais cette fois également avec le 1° jour de l’ère du Verseau (les ères zodiacales durent 2000 ans ou cinq baktuns) ; cette fois, il s’agit du début du Millenium qui commence avec le retour de Jésus !

La crucifixion, la mort et la résurrection de Jésus s’inscrivent dans le cadre des ères zodiacales (ères spirituelles en relation avec les étoiles), chacune de 2000 ans ; cette position cyclique se situe au début de l’ère des Poissons (1° jour), après celles du Taureau (fils d’Adam) et du Bélier (fils d’Abraham). Les ères zodiacales comptent chacune cinq baktuns (5 x 400 ans).

Les baktuns (cycles de 400 ans ou de 20 jours) s’inscrivent à l’intérieur des cycles de 600 ans (ou de trente jours) de l’histoire du monde de la façon suivante :

a)      il y a le « lit annuel » dont le « solstice d’été » se place très exactement au milieu (« centre » du « lit annuel ») ;

b)      le « lit annuel » compte cinq jours (ou 5 x 20 ans, soit 100 ans), du 19 juin au 23 juin inclus ; ce sont des jours « vides » ;

c)      c’est par conséquent le « 24 juin » qui constitue le « point de départ » de l’année de 360 jours ou de 72 siècles de l’histoire du monde, c’est-à-dire le 4° jour à partir du solstice d’été pris comme « 1° jour » dans le schéma des cycles (centre du schéma) ; le « 24 juin » est aussi le « 1° jour de la Création » (après un cataclysme terrestre) et le point de départ des cycles de 600 ans (ou de 30 jours) de l’histoire du monde ;

d)      les baktuns (cycles de 400 ans ou de 20 jours) et les périodes de 600 ans (ou de 30 jours) entrent en correspondance pour se rejoindre sur les équinoxes (deux fois 600 ans font trois fois 400 ans) ; cela signifie qu’il y a un demi baktun au début du schéma des cycles et un demi baktun à la fin ; mais les cycles de 600 ans (30 jours) commencent par des cycles entiers dès le début ;

e)      cela détermine des points d’accord entre les baktuns (400 ans) et les cycles de 600 ans seulement à partir du 1° jour du deuxième cycle de 600 ans (1° jour du 2° cycle de 30 jours).

Toutes ces correspondances cycliques dans le schéma des cycles de l’histoire du monde, qui correspond aussi avec celui de l’année solaire, déterminent des points clés de la chronologie et des événements les plus importants de l’histoire du monde :

a)      le premier jour de la Création (terrestre après un cataclysme) correspond avec le 1° jour du premier mois de 30 jours (cycle de 600 ans) et avec le premier jour du demi baktun (cycle de 200 ans ou de 400 ans / 2) ;

b)      la création d’Adam correspond avec le milieu du premier demi baktun (après un siècle ou 200 ans / 2) ;

c)      la sortie du jardin d’Eden correspond avec le 1° jour du premier baktun complet (début de l’ère du Taureau), lorsque Adam avait 100 ans (sachant qu’il vécut 930 ans, de 4074 à 3144 avant notre ère) ;

d)      le premier jour des « cinq Soleils mésoaméricains » ou « début du calendrier méso-américain » (point de départ chronologique) correspond avec le 1° jour du 3° baktun complet, mais aussi avec l’arrivée des « Vigilants » sur terre ou anges déchus ;

e)      le premier jour des périodes sothiaques égyptiennes s’accorde avec le premier jour du 4° baktun, à l’époque de la construction des Grandes Pyramides, avant le Déluge ;

f)        le premier jour de l’ère zodiacale des Poissons s’accorde à la fois avec les baktuns (1° jour du 11° baktun) et les cycles de 600 ans (ou de 30 jours), soit après sept cycles de 600 ans accomplis (1° jour du 8° mois de trente jours) ;

g)      le premier jour du 16° baktun s’accorde avec le premier jour de l’ère zodiacale du Verseau, mais aussi avec le premier jour du 7° cycle de 1040 ans de l’histoire du monde ! C’est le retour de Jésus et le début du Millenium !

Conclusion :

Tous les points clés du schéma des cycles historiques de l’histoire du monde, lequel est très exactement le même que celui de divisions cycliques de l’année solaire, déterminent des événements essentiels de l’histoire. Cela a été vérifié dans le passé sans aucune exception ! Alors, l’avenir est programmé lui aussi de la même façon ! Cela signifie que l’année du retour de Jésus est déterminée depuis le commencement de la Création, même si elle fut tenue cachée jusqu’à la découverte des cycles historiques. Mais pour la trouver, il fallait aussi trouver toute la chronologie exacte de l’histoire du monde, laquelle est inscrite dans la Bible elle-même. Cela signifie qu’il fallait d’abord croire en Dieu, au salut en Jésus-Christ, en l’authenticité de la révélation biblique, accomplir beaucoup de travail et persévérer avec foi pour la trouver ! Cette découverte ne pouvait pas se faire avant l’accomplissement d’une grande partie de l’histoire de l’Eglise, de façon à pouvoir trouver au préalable le schéma des cycles de l’histoire de l’Eglise, celui de sept fois 280 ans (sept âges de l’histoire de l’Eglise) pour faire 1960 ans, point de départ des recherches. Elle ne pouvait donc se faire que vers la fin de l’histoire de l’Eglise, mais il restait encore 40 ans après la fin du dernier âge, celui de Laodicée en 1987, c’est-à-dire suffisamment de temps pour réaliser ce qui paraissait impossible ! Car tout est programmé !

 

Etude des cycles de l'Histoire du Monde, comparés à ceux de l'Histoire de l'Eglise (tableau suivant) :

Tableau des cycles de l'Histoire du Monde :

260  ans

Eres de civilisation (780 ans) :

Soleils méso-américains (1040 ans) :

Divisions historiques (1820 ans) :

1

4214

4214-3954 : Cataclysme terrestre et Création selon la Genèse.

1° SOLEIL (4214-3174) : 4174 Premier jour à "midi" de la Création (intervention des Elohim après un cataclysme). 3974 : sortie d'Eden. 3954 : Civilisation des "fils d'Adam" avant l'arrivée des Vigilants (anges déchus).

ETE DE L'HISTOIRE DU MONDE (4214-2394) : Première partie de l'Histoire du Monde jusqu'au Déluge.

2

3954

3954-3174 : Début de la "Civilisation des Fils d'Adam", 20 ans après la Sortie d'Eden (3974).

3

3694

4

3434

5

3174

3174-2394 : Arrivée des Vigilants, Fils de Dieu ou "anges déchus", qui enfantent les géants. Cette désobéissance des Vigilants entraînera le Déluge.

2° SOLEIL (3174-2134) : 1° Soleil méso-américain. 3174 : Arrivée des Vigilants (selon Enoch) et début du Calendrier méso-américain. Déluge en 2418. Dispersion en 2317.

6

2914

7

2654

8

2394

2394-1614 : Repeuplement de la Terre après le Déluge. Histoire d'Abraham et de sa postérité jusqu'à Moïse né en 1617.

AUTOMNE DE L'HISTOIRE DU MONDE (2394-574) : Deuxième partie de l'Histoire du Monde jusqu'à la Captivité des Juifs à Babylone (révélation des Visions Prophétiques).

9

2134

3° SOLEIL (2134-1094) : 2° Soleil méso-américain. Naissance d'Abraham en 2066, appel en 1991 et Circoncision en 1967. Joseph Gouverneur en 1785. Exode en 1537. Conquête en 1497. Roi Saül en 1100.

10

1874

11

1614

1614-834 : Histoire de Moïse en Egypte, Exode en 1537, histoire des Juges après lui (1497) et des premiers rois d'Israël, jusqu'au schisme "Israël-Juda".

12

1354

13

1094

4° SOLEIL (1094-54) : 3° Soleil méso-américain. David roi en 1060, Salomon en 1020 et construction du Temple en 1017. Départ des "semaines d'années" en 457.

14

834

834-54 : Histoire des prophètes qui annoncent l'arrivée du Messie (Jésus), jusqu'à l'empire Romain.

15

574

HIVER DE L'HISTOIRE DU MONDE (574-1247) : De la Captivité des Juifs à Babylone jusqu'aux précurseurs de la Réforme qui recherchent une "autre lecture" de la Bible.

16

314

17

54

54-727 : Histoire des débuts de l'empire Romain jusqu'à la domination de la papauté dans l'Eglise et la manifestation de l'Islam.

5° SOLEIL (54-987) : 4° Soleil méso-américain. Naissance de Jésus en 7 avant notre ère, mort et résurrection en 27 de notre ère. Début de l'Histoire de l'Eglise : Conciles œcuméniques, papauté, etc.

18

207

19

467

20

727

727-1507 : Expansion de l'Islam et domination de la papauté dans l'Eglise, jusqu'à la fin du Moyen-âge.

21

987

6° SOLEIL (987-2027): 5° Soleil méso-américain. Ce "5° Soleil" se terminera en 2027, année du retour de Jésus. Du "cœur" du Moyen-âge jusqu'aux temps modernes.

22

1247

PRINTEMPS DE L'HISTOIRE DU MONDE (1247-3067) : Essor culturel et développement des connaissances scientifiques.

23

1507

1507-2287 : Renaissance, Réforme et Empires coloniaux. Grand essor culturel. Temps modernes et retour du Christ.

24

1767

25

2027

7° SOLEIL (2027-3067) : MILLENIUM. Après l'Apocalypse, de 2020 à 2027, retour de Jésus et nouvelle ère : celle du Verseau.

26

2287

2287-3067 : Age d'or du Millenium.

27

2547

28

2807

 

 

 

Tableau des 72 siècles de l'histoire du Monde :

Siècles :

 

"Mois" du Monde :

"Saisons" :

 

Baktuns :

 

Eres zodiacales :

0

0

"Lit annuel" : cinq jours vides du 19 au 23 juin inclus.

1

1

1° mois de 600 ans

Eté

1

Création

 

Création et Adam en Eden

2

2

2

Adam en Eden

3

3

1

1° BAKTUN

Baktuns méso-américains :

Ere du Taureau

4

4

2

5

5

3

6

6

4

7

1

2° mois de 600 ans

1

2° BAKTUN

8

2

2

9

3

3

10

4

4

11

5

1

3° BAKTUN

1° BAKTUN

12

6

2

13

1

3° mois de 600 ans

3

14

2

4

15

3

1

4° BAKTUN

2° BAKTUN

16

4

2

17

5

3

18

6

4

19

1

4° mois de 600 ans

Automne

1

5° BAKTUN

3° BAKTUN

20

2

2

21

3

3

22

4

4

23

5

1

6° BAKTUN

4° BAKTUN

Ere du Bélier

24

6

2

25

1

5° mois de 600 ans

3

26

2

4

27

3

1

7° BAKTUN

5° BAKTUN

28

4

2

29

5

3

30

6

4

31

1

6° mois de 600 ans

1

8° BAKTUN

6° BAKTUN

32

2

2

33

3

3

34

4

4

35

5

1

9° BAKTUN

7° BAKTUN

36

6

2

37

1

7° mois de 600 ans

Hiver

3

38

2

4

39

3

1

10° BAKTUN

8° BAKTUN

40

4

2

41

5

3

42

6

4

43

1

8° mois de 600 ans

1

11° BAKTUN

9° BAKTUN

Ere des Poissons

44

2

2

45

3

3

46

4

4

47

5

1

12° BAKTUN

10° BAKTUN

48

6

2

49

1

9° mois de 600 ans

3

50

2

4

51

3

1

13° BAKTUN

11° BAKTUN

52

4

2

53

5

3

54

6

4

55

1

10° mois de 600 ans

Printemps

1

14° BAKTUN

12° BAKTUN

56

2

2

57

3

3

58

4

4

59

5

1

15° BAKTUN

13° BAKTUN

60

6

2

61

1

11° mois de 600 ans

3

62

2

4

63

3

1

16° BAKTUN

Millenium

Demi ère du Verseau

64

4

2

65

5

3

66

6

4

67

1

12° mois de 600 ans

1

17° BAKTUN

68

2

2

69

3

3

70

4

4

71

5

1

18° BAKTUN

72

6

2

 

Patrick DOLCIANI

 

Article N° 25 :

722951

MC

23/08/2020

1

98

Melpomène

Topaze

Pommes

Glaïeul

Fourmi

Mercredi 23 août 2006

Chronologie du début de l’histoire de l’Eglise :

Le moine Denys le Petit, dont on sait qu’il mourut vers l’an 545, fixa par erreur la date de la naissance de Jésus en l’an 754 de Rome (au lieu de 748) et introduisit la chronologie de l’ère chrétienne ou « ère dionysienne ». Or, nous savons que Jésus est né six ans plus tôt que le début de cette ère, en réalité en l’an 7 avant « notre ère ».

Luc 3, versets 1-2 :

« 1 Or, en la quinzième année du règne de Tibère César, Ponce Pilate étant gouverneur de la Judée, et Hérode tétrarque de la Galilée, et Philippe son frère tétrarque de l’Iturée et de la contrée de Trachonite, et Lysanias tétrarque de l’Abilène, 2 sous la souveraine sacrificature d’Anne et de Caïphe… La parole de Dieu vint à Jean, le fils de Zacharie, au désert. »

Fondateur

Octave (vainqueur en 31, devenu Auguste en 27 av. notre ère)

-30

14

Julio-Claudiens

Tibère (s'installe à Capri en 27 de notre ère)

14

37

La quinzième année du règne de Tibère César donne l’an 28 de notre ère (ou 29) ; croyant que c’était l’année du début du ministère de Jean Baptiste, il « fixa » la date de la crucifixion de Jésus en 33 de notre ère (au lieu de l’an 27) : cela faisait une erreur chronologique de « six ans » ! Cette datation de Luc (l’an 28 ou 29 de notre ère) est probablement celle de la rédaction de l’Evangile, à moins qu’une autre indication, de « cinquième année » à l’origine, ait été changée par erreur des copistes en « quinzième année ».

Le moine Denys le Petit confondit ce qui devait être « la datation de l’Evangile de Luc » avec ce qui suivait dans le texte. Mais Théophile, le destinataire de l’Evangile, ne pouvait pas lui-même faire une telle confusion, car il savait obligatoirement qu’elle correspondait avec celle de la rédaction de l’Evangile. Par conséquent, c’est lui qui devait faire office de « bibliothécaire des premiers chrétiens », lesquels lui envoyaient leurs écrits « originaux » pour les faire « enregistrer », afin que, par la suite, les chrétiens puissent effectuer un « tri » entre les écrits des disciples authentiques de Jésus et les « autres » qui pouvaient être des « faux » et ne se retrouvaient pas dans cette « bibliothèque ». Ce serait par conséquent grâce à Théophile que tous les écrits du Nouveau Testament auraient été filtrés et préservés. Par ailleurs, des reproductions pouvaient être faites « à la demande » par les copistes, à partir des textes originaux contenus dans la bibliothèque de Théophile. Ce « filtrage » des manuscrits devait être une opération pratiquée et connue depuis longtemps, qui fut utilisée afin de préserver les écrits de l’Ancien Testament. Maintenant, elle s’appliquait aux écrits de la « Nouvelle Alliance ».

Notons qu’il est effectivement question d’un « dépôt » dans la 2° Epître à Timothée 1, 8-14 :

8 N’aie donc pas honte du témoignage de notre Seigneur, ni de moi son prisonnier, mais prends part aux souffrances de l’évangile, selon la puissance de Dieu, 9 qui nous a sauvés et nous a appelés d’un saint appel, non selon nos œuvres, mais selon son propre dessein, et sa propre grâce qui nous a été donnée dans le christ Jésus avant les temps des siècles, 10 mais qui a été manifestée maintenant par l’apparition de notre Sauveur Jésus Christ, qui a annulé la mort et a fait luire la vie et l’incorruptibilité par l’évangile ; 11 pour lequel moi j’ai été établi prédicateur et apôtre et docteur des nations. 12 C’est pourquoi aussi je souffre ces choses ; mais je n’ai pas de honte, car je sais qui j’ai cru, et je suis persuadé qu’il a la puissance de garder ce que je lui ai confié, jusqu’à ce jour-là. 13 Aie un modèle des saines paroles que tu as entendues de moi, dans la foi et l’amour qui est dans le christ Jésus. 14 Garde le bon dépôt par l’Esprit Saint qui habite en nous.

La 2° Epître à Timothée est considérée comme la dernière de Paul, qui fut écrite juste avant son martyre ; à cette époque l’apôtre était préoccupé par les troubles qui existaient et, avant de mourir, il exhortait son disciple le plus fidèle à « garder ce qu’il avait confié au Seigneur », à savoir le « bon dépôt » de ses écrits, remis à Timothée, et pour la préservation duquel il avait prié ! Timothée remplaçait probablement Théophile dans la mission de « bibliothécaire » en ces temps de persécutions contre les chrétiens sous le règne de l’empereur Néron !

Schéma chronologique issu des indications fournies par l’apôtre Paul :

a)      Conversion de Saül sur le chemin de Damas, qui devient Paul : 31 de notre ère, 4 ans après l’an 27, début de l’histoire de l’Eglise ;

b)      Première visite de Paul, pris en main par Barnabas, à Jérusalem, pour rencontrer l’apôtre Pierre, trois ans plus tard (Actes 4, 36 et 9, 26-27) : 34 de notre ère ;

c)      Claude devient empereur (Actes 9, 28) et Hérode Agrippa I° devient roi des Juifs (Actes 12, 20-23) : 41 de notre ère ;

d)      Hérode Agrippa I° meurt frappé par un ange (Actes 12, 23), puis l’apôtre Paul se rend à nouveau à Jérusalem dix ans après sa première visite, accompagné de Barnabas (Actes 11, 27-30 et 12, 25) : 44 de notre ère ;

e)      Premier grand voyage missionnaire de Paul et Barnabas (Actes 13, 4 et 14, 27) : de 45 à 47 de notre ère ;

f)        Concile de Jérusalem, 14 ans après l’an 34, dont la date est connue des historiens (Actes 15, 1-35 et Galates 2, 3-4) et vision extraordinaire (2° Corinthiens 12, 2-4) : 48 de notre ère ;

g)      Deuxième voyage missionnaire de l’apôtre Paul, dont un séjour à Corinthe, de 50 à 52 (Actes 15, 40 et 18, 22) : de 49 à 52 de notre ère ;

h)      Troisième voyage missionnaire de l’apôtre Paul, départ d’Antioche et arrivée à Jérusalem (Actes 18, 23 à Actes 21, 15) : de 53 à 57 de notre ère.

i)        Arrestation de l’apôtre Paul, 10 ans après le Concile de Jérusalem : 58 de notre ère ;

j)        L’apôtre Paul captif à Césarée : de 58 à 60 de notre ère ;

k)      Voyage de Paul à Rome (Actes 27, 1 à Actes 28, 15) : 60 de notre ère ;

l)        Captivité de l’apôtre à Rome où il écrivit, en 62, la 2° Epître aux Corinthiens, 14 ans après le Concile de Jérusalem : de 61 à 63 de notre ère ; il est libéré en 63, mais nous ne savons pas s’il resta à Rome ou partit pour une nouvelle mission ;

m)    Dernière arrestation et dernière captivité de l’apôtre Paul : de 66 à 67 de notre ère ; il fut décapité en 67 de notre ère

Galates 1, 15-24 :

« 15 Mais quand il plut à Dieu, qui m’a mis à part dès le ventre de ma mère et qui m’a appelé par sa grâce, 16 de révéler son Fils en moi, afin que je l’annonçasse parmi les nations, aussitôt, je ne pris pas conseil de la chair ni du sang, 17 ni ne montai à Jérusalem vers ceux qui étaient apôtres avant moi, mais je m’en allai en Arabie, et je retournai de nouveau à Damas. 18 Puis, trois ans après (de 31 à 34 de notre ère, car l’an 34 se place « 14 ans avant le Concile de Jérusalem » selon Galates 2, 1), je montai à Jérusalem pour faire la connaissance de Céphas, et je demeurai chez lui quinze jours ; 19 et je ne vis aucun autre des apôtres, sinon Jacques le frère du Seigneur. 20 Or dans les choses que je vous écris, voici, devant Dieu, je ne mens point. 21 Ensuite j’allai dans les pays de Syrie et de Cilicie. 22 Or j’étais inconnu de visage aux assemblées de la Judée qui sont en Christ, 23 mais seulement elles entendaient dire : Celui qui nous persécutait autrefois, annonce maintenant la foi qu’il détruisait jadis ; 24 et elles glorifiaient Dieu à cause de moi. »

Galates 2, 1-5 (Concile de Jérusalem, dont la date est connue des historiens) :

« 1 Ensuite, au bout de quatorze ans (14 ans après l’an 34, c’est-à-dire en 48 de notre ère), je montai de nouveau à Jérusalem avec Barnabas, prenant aussi Tite avec moi. 2 Or j’y montai selon une révélation, et je leur exposai l’évangile que je prêche parmi les nations, mais, dans le particulier, à ceux qui étaient considérés, de peur qu’en quelque manière je ne courusse ou n’eusse couru en vain 3 (cependant, même Tite qui était avec moi, quoiqu’il fût Grec, ne fut pas contraint à être circoncis) : 4 et cela à cause des faux frères, furtivement introduits, qui s’étaient insinués pour épier la liberté que nous avons dans le christ Jésus, afin de nous réduire à la servitude ; 5 auxquels nous n’avons pas cédé par soumission, non pas même un moment, afin que la vérité de l’évangile demeurât avec vous. »

Actes 15, 1-5 (Concile de Jérusalem en 48 de notre ère) :

« 1 Et quelques-uns, étant descendus de Judée, enseignaient les frères disant : Si vous n'avez pas été circoncis selon l'usage de Moïse, vous ne pouvez être sauvés. 2 Une contestation s'étant donc élevée et une grande dispute, entre Paul et Barnabas et eux, ils résolurent que Paul et Barnabas et quelques autres d'entre eux monteraient à Jérusalem vers les apôtres et les anciens pour cette question. 3 Eux donc, ayant été accompagnés par l’assemblée, traversèrent la Phénicie et la Samarie, racontant la conversion des nations ; et ils causèrent une grande joie à tous les frères. 4 Et étant arrivés à Jérusalem, ils furent reçus par l'assemblée et les apôtres et les anciens ; et ils racontèrent toutes les choses que Dieu avait faites avec eux. 5 Et quelques-uns de la secte des pharisiens, qui avaient cru, s’élevèrent, disant qu'il faut les circoncire et leur enjoindre de garder la loi de Moïse. »

2° Epître aux Corinthiens 12, 1-7 (14 ans après le Concile de Jérusalem, soit en 62 de notre ère) :

« 1 Il est vrai qu’il est sans profit pour moi de me glorifier, car j’en viendrai à des visions et à des révélations du Seigneur. 2 Je connais un homme en Christ, qui, il y a quatorze ans (si ce fut dans le corps, je ne sais ; si ce fut hors du corps, je ne sais ; Dieu le sait), je connais un tel homme qui a été ravi jusqu’au troisième ciel. 3 Et je connais un tel homme, (si ce fut dans le corps, si ce fut hors du corps, je ne sais, Dieu le sait,) 4 - qu’il a été ravi dans le paradis, et a entendu des paroles ineffables qu’il n’est pas permis à l’homme d’exprimer. 5 Je me glorifierai d’un tel homme, mais je ne me glorifierai pas de moi-même, si ce n’est dans mes infirmités. 6 Car quand je voudrais me glorifier, je ne serais pas insensé, car je dirais la vérité ; mais je m’en abstiens, de peur que quelqu’un ne m’estime au-dessus de ce qu’il me voit être ou de ce qu’il a pu entendre dire de moi. 7 Et afin que je ne m’enorgueillisse pas à cause de l’extraordinaire des révélations, il m’a été donné une écharde pour la chair, un ange de Satan pour me souffleter, afin que je ne m’enorgueillisse pas. »

Nous observons que la chronologie de l’histoire de l’apôtre Paul nous conduit à dater sa conversion en 31 de notre ère, soit quatre ans après l’an 27, année de la crucifixion, de la mort et de la résurrection de Jésus.

Par ailleurs, il se trouve que les cycles de 7 ans depuis le début de l’histoire de l’Eglise en 27 de notre ère sont inscrits par l’apôtre Paul lui-même :

Ø      1° cycle de sept ans : de l’an 27 (Crucifixion) à 34 (Paul rencontre Pierre à Jérusalem) : 7 ans ;

Ø      2° cycle de sept ans : de l’an 34 à 41 (Claude devient empereur et Hérode Agrippa I° devient roi des juifs) : 7 ans ;

Ø      3° cycle de sept ans : de l’an 41 à 48 (Concile de Jérusalem, dont la date est connue des historiens) : 7 ans ;

Ø      4° cycle de sept ans : de l’an 48 à 55 (milieu du 3° voyage missionnaire de Paul) : 7 ans ;

Ø      5° cycle de sept ans : de l’an 55 à 62 (Paul écrit la 2° Epître aux Corinthiens) : 7 ans.

Il y a par conséquent au total 35 ans (5 x 7 ans), de l’an 27 à 62 de notre ère.

Premier cycle de 14 ans cité par Paul (Galates 2, 1) : de 34 à 48 de notre ère ; deuxième cycle de 14 ans cité par Paul (2° Corinthiens 12, 2) : de 48 à 62 de notre ère. C’est la « vision » de l’apôtre Paul qui l’a conduit au Concile de Jérusalem, en 48 de notre ère. Ce Concile eut lieu très exactement 21 ans (3 x 7 ans) après le début de l’histoire de l’Eglise, en 27 de notre ère.

Notons enfin qu’il y a 40 ans passés de l’histoire de l’Eglise de l’an 27 de notre ère jusqu’à la décapitation de l’apôtre Paul, en l’an 67.

Patrick DOLCIANI

 

Article N° 24 :

722951

MC

23/08/2020

1

98

Melpomène

Topaze

Pommes

Glaïeul

Fourmi

Mercredi 23 août 2006

Au sujet de la « Prophétie des Papes » de Saint Malachie :

Saint Malachie (1095 env.-1148) nous a laissé la « Prophétie des Papes », document de six pages, édité en 1595 par le moine bénédictin Arnold Wion ; cette suite de 111 devises s’applique aux papes en commençant par Célestin II jusqu’à  Benoît XVI, dont la devise finale est : « De la Gloire de l’Olivier ».

Le prophète Zacharie écrit (ch. 4, v. 2-3) : « Que vois-tu ? Je répondis : Je regarde, et voici, il y a un chandelier tout d’or, surmonté d’un vase et portant sept lampes, avec sept conduits pour les lampes qui sont au sommet du chandelier ; et il y a près de lui deux oliviers, l’un à la droite du vase, et l’autre à sa gauche » ; Saint Jean écrit (Apocalypse ch. 11 v. 3-4) : « Je donnerai à mes deux témoins le pouvoir de prophétiser, revêtus de sacs, pendant 1260 jours. Ce sont les deux oliviers et les deux chandeliers qui se tiennent devant le Seigneur de la terre ». Il ajoute (v. 7-8) : « Quand ils auront achevé leur témoignage, la bête qui monte de l’abîme (Antéchrist) leur fera la guerre, les vaincra, et les tuera. Et leurs cadavres seront sur la place de la grande ville, qui est appelée, dans un sens spirituel, Sodome et Egypte, là même où leur Seigneur a été crucifié (Jérusalem) ». Ainsi il apparaît que la devise de Benoît XVI est en rapport avec les « deux oliviers » de ces citations bibliques, c’est-à-dire avec l’accomplissement d’un ministère prophétique, ici celui de deux prophètes qui seront appelés à annoncer le Retour de Jésus-Christ.

C’est au cours de son Pontificat que se manifesteront les deux prophètes annoncés et que se réalisera l’Apocalypse de Saint Jean. Saint Malachie a reçu en son temps la révélation de la « Prophétie des Papes » pour nous prévenir, nous qui sommes arrivés au temps de la fin. Benoît XVI ne mourra pas avant d’avoir vu se réaliser l’Apocalypse, « Révélation de Jésus-Christ, que Dieu lui a donnée pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver… ». Ainsi, vivra-t-il jusqu’à cent ans s’il le faut (voir en fin d’article « la partie » publiée le 26 juin 2000 par le Vatican du « Troisième Secret de Fatima ») et Jésus reviendra en gloire sur le mont des Oliviers (Zacharie, ch. 14) ; ainsi, aura-t-il atteint 96 ans au moment de l’apparition de l’Antéchrist et il aura 93 ans au début de la « 70° semaine d’années » du prophète Daniel (ch. 9, v. 20-27). C’est lui, dont le nom est « Benoît XVI », qui verra ces événements s’accomplir…de même que tous ceux et toutes celles qui seront encore vivants dans les années 2020 à 2027.

Sa vie s’inscrit en effet dans le dernier siècle de l’histoire de l’Eglise et c’est pourquoi son âge indique aussi quelle est l’année en cours de ce siècle (avant le retour de Jésus) ; en effet, nous savons que Jésus est né en l’an 7 avant notre ère et il fut crucifié pour la purification de nos péchés à l’âge de trente-trois ans, en l’an 27 de notre ère ! En effet, il est né en 1927, juste un siècle avant l’an 2027 ! En 2027, deux mille ans seront accomplis de l’histoire de l’Eglise !

Voilà pourquoi nous savons qu’il devra vivre jusqu’à cent ans, lui qui a été élu par les Cardinaux seulement pour exercer un pontificat de « transition » de cinq ou six ans ! Ceux qui ont espéré avoir une chance de lui succéder sur le trône du Saint-Siège seront déçus !

Que dira-t-on ? Dira-t-on que la prophétie des papes de Saint Malachie est fausse ? Nous pouvions voir, à l’intérieur de la Basilique Saint-Paul-hors-les-murs à Rome, une suite de médaillons qui représentaient la succession des papes ; il y a peu, il ne restait plus qu’un seul emplacement après celui de Jean-Paul II, celui de Benoît XVI ! Même si de récents travaux sur la « suite des médaillons » ont servi à « masquer » cette évidence, elle s’impose encore davantage aujourd’hui, très précisément pour cette raison : on a voulu cacher la vérité ! La basilique fut détruite par un incendie au début du XIX° siècle, mais elle fut reconstruite par Léon XII (1823-1829), puis consacrée par Pie IX en 1854, lequel reconnaissait de fait la valeur de cette prophétie, car la dernière position de la « suite des médaillons » était « prévue » pour prévenir le peuple de l’accomplissement de la « Prophéties des Papes » !

Elle s’achève par ces mots : « Pendant la dernière persécution que souffrira la Sainte Eglise Romaine siégera un « Pierre le Romain ». Il paîtra les brebis au milieu de nombreuses tribulations ; celles-ci terminées, la cité aux sept collines sera détruite ; et un Juge redoutable jugera le peuple, le sien ». « Pierre le Romain », c’est le dernier pape, c’est-à-dire Benoît XVI, car cette expression signifie tout simplement qu’il siégera à Rome (cité aux sept collines) un « Successeur de Saint Pierre », pour désigner très exactement le « dernier pape », celui de la dernière devise ! Nous savons par ailleurs que les papes ne prennent jamais par tradition le nom de « Pierre » et que « Pierre le Romain » n’aurait pas de devise pour lui-même s’il devait être un successeur ! L’interprétation est par conséquent très claire : toute la prophétie de Saint Malachie conduit à Benoît XVI ! Mais aussi à nous tous, les chrétiens de la dernière génération !

Par ailleurs, en observant la « Prophétie des Papes », nous remarquons les «  » et « 73° » devises :

Nom du pape : N° : Elu en : Décès : Devise attribuée :

Célestin II

1143

1144

D'un château sur le Tibre

Sixte V

73°

1585

1590

L'axe au milieu du signe

Sixte V devint pape en 1585, c’est-à-dire « 442 ans » après l’élection du premier pape de la prophétie : Célestin II, élu en 1143. Sa devise est « L’axe au milieu du signe ». Plusieurs interprètes de la « Prophétie des Papes » ont annoncé dans le passé que le pontificat de Célestin II devait se trouver au « Centre Chronologique » de toute la prophétie et ont « essayé » de déterminer pour cette raison la date du retour de Jésus ! La solution était pourtant simple : il fallait multiplier « 442 ans » par « deux » pour obtenir « 884 ans », soit la durée globale de la « succession des papes » de la prophétie de Saint Malachie, soit :

1143 de notre ère + 884 ans = 2027 de notre ère !

            884 ans font « 17 ans x 13 x 2 x 2 », ou « 17 x 52 ans ». Il se trouve qu’il y a 20 fois 52 ans en 1040 ans, soit la durée d’un « Soleil » méso-américain. Le « Cinquième Soleil » méso-américain commence en 987 de notre ère et se termine très précisément en 2027 de notre ère ! Trois fois « 52 ans » étaient passés au moment de la première devise des papes de Saint Malachie et il restait alors « 17 x 52 ans » pour « CONCLURE LA PROPHETIE ». L’élection de Sixte V s’était faite en 1585, soit après 442 ans ou « 8,5 fois 52 ans », soit à la moitié très exactement de « 17 x 52 ans » ! Il y a donc bien un « engrenage prophétique » comme il y en a un dans les cycles de l’histoire ! Jésus revient bientôt !

Rappel de l’une des « deux lettres » sur le « Troisième Secret » de Fatima, publiée le 26/06/2020, laquelle fut transcrite par Sœur Lucia le 3 janvier 1944 :

« J’écris en obéissance à vous, mon Dieu, qui me le commandez par l’intermédiaire de Mgr. l’Evêque de Leira et de votre Très Sainte Mère, qui est la mienne ».

« Après les deux parties que j’ai déjà exposées, nous avons vu sur le côté gauche de Notre-Dame, un peu plus en hauteur, un Ange avec une épée de feu dans la main gauche. Elle scintillait et émettait des flammes qui, semblait-il, devaient incendier le monde, mais elles s’éteignaient au contact de la splendeur qui émanait de la main droite de Notre-Dame, en direction de lui. L’Ange, indiquant la terre avec sa main droite, dit d’une voix forte: Pénitence! Pénitence!, Pénitence! Et nous vîmes dans une lumière immense qui est Dieu, quelque chose de semblable à la manière dont se voient les personnages dans un miroir quand elles passent devant, un Evêque vêtu de blanc. ‘Nous avons eu le pressentiment que c’était le Saint-Père’. Nous avons vu divers autres évêques, prêtres, religieux et religieuses monter sur une montagne escarpée, au sommet de laquelle il y avait une grande Croix en troncs bruts, comme s’ils étaient en chêne-liège avec leur écorce. Avant d’y arriver, le Saint-Père traversa une grande ville à moitié en ruine et, à moitié tremblant, d’un pas vacillant, affligé de souffrance et de peine, il priait pour les âmes des cadavres qu’il trouvait sur son chemin. Parvenu au sommet de la montagne, prosterné à genoux au pied de la grande Croix, il fut tué par un groupe de soldats qui tirèrent plusieurs coups avec une arme à feu et des flèches. De la même manière moururent les uns après les autres les évêques, les prêtres, les religieux et les religieuses, et divers laïcs, hommes et femmes de catégories sociales différentes. Sous les deux bras de la Croix, il y avait deux Anges, chacun avec un vase de cristal à la main, dans lequel ils recueillaient le sang des Martyrs, et avec lequel ils irriguaient les âmes qui s’approchaient de Dieu ».

 Patrick DOLCIANI

 

Article N° 23 :

722950

M

22/08/2020

31

97

Psyché

Béryl

Myrtilles

Giroflée

Singe

Mardi 22 août 2006

Un message inspiré pour notre temps :

L’apôtre Jean a écrit cette épître, pour tous les chrétiens de tous les temps et, en particulier, pour ceux de la « dernière génération ». Nous le comprenons à cause du contenu de son message, compris à la lumière des événements historiques passés. Bientôt l’Antéchrist paraîtra et l’apôtre nous met en garde afin d’éveiller notre discernement à la lumière des vérités fondamentales de l’Evangile. Relisons cette épître pour nous préparer à rester fidèles à la volonté de Dieu en des temps où règne l’apostasie (abandon de la foi), favorable à l’esprit de l’Antéchrist !

L’Esprit de Dieu a inspiré l’apôtre Jean bien au-delà des lois de l’espace et du temps, car les vérités de l’Evangile sont éternelles !

Patrick DOLCIANI

 

1° Epître de l’apôtre Jean :

Chapitre 1 :

1 Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, concernant la parole de la vie 2 (et la vie a été manifestée ; et nous avons vu, et nous déclarons, et nous vous annonçons la vie éternelle, qui était auprès du Père et qui nous a été manifestée) ; 3 ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons, afin que vous aussi vous ayez communion avec nous : or notre communion est avec le Père et avec son Fils Jésus Christ. 4 Et nous vous écrivons ces choses, afin que votre joie soit accomplie. 5 Et c’est ici le message que nous avons entendu de lui et que nous vous annonçons, savoir que Dieu est lumière et qu’il n’y a en lui aucunes ténèbres.

6 Si nous disons que nous avons communion avec lui, et que nous marchions dans les ténèbres, nous mentons et nous ne pratiquons pas la vérité ; 7 mais si nous marchons dans la lumière, comme lui-même est dans la lumière, nous avons communion les uns avec les autres, et le sang de Jésus Christ son Fils nous purifie de tout péché. 8 Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est pas en nous.

9 Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous pardonner nos péchés et nous purifier de toute iniquité. 10 si nous disons que nous n’avons pas péché, nous le faisons menteur et sa parole n’est pas en nous.

Chapitre 2 :

1 Mes enfants, je vous écris ces choses afin que vous ne péchiez pas ; et si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus Christ, le juste ; 2 et lui est la propitiation pour nos péchés, et non pas seulement pour les nôtres, mais aussi pour le monde entier. 3 Et par ceci nous savons que nous le connaissons, savoir si nous gardons ses commandements. 4 Celui qui dit : Je le connais, et qui ne garde pas ses commandements, est menteur, et la vérité n’est pas en lui. 5 Mais quiconque garde sa parole, - en lui l’amour de Dieu est véritablement consommé : par cela nous savons que nous sommes en lui. 6 Celui qui dit demeurer en lui, doit lui-même aussi marcher comme lui a marché. 7 Bien-aimés, je ne vous écris pas un commandement nouveau, mais un commandement ancien que vous avez eu dès le commencement. Le commandement ancien est la parole que vous avez entendue. 8 Encore une fois, je vous écris un commandement nouveau, ce qui est vrai en lui et en vous, parce que les ténèbres s’en vont et que la vraie lumière luit déjà. 9 Celui qui dit être dans la lumière et qui hait son frère, est dans les ténèbres jusqu’à maintenant. 10 Celui qui aime son frère demeure dans la lumière, et il n’y a point en lui d’occasion de chute. 11 Mais celui qui hait son frère est dans les ténèbres, et il marche dans les ténèbres, et il ne sait où il va, parce que les ténèbres ont aveuglé ses yeux.

12 Je vous écris, enfants, parce que vos péchés vous sont pardonnés par son nom. 13 Je vous écris, pères, parce que vous connaissez celui qui est dès le commencement. Je vous écris, jeunes gens, parce que vous avez vaincu le méchant. Je vous écris, petits enfants, parce que vous connaissez le Père.

14 Je vous ai écrit, pères, parce que vous connaissez celui qui est dès le commencement.

Je vous ai écrit, jeunes gens, parce que vous êtes forts, et que la parole de Dieu demeure en vous, et que vous avez vaincu le méchant. 15 N’aimez pas le monde, ni les choses qui sont dans le monde : si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est pas en lui ; 16 parce que tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, et la convoitise des yeux, et l’orgueil de la vie, n’est pas du Père, mais est du monde ; 17 et le monde s’en va et sa convoitise, mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement. 18 Petits enfants, c’est la dernière heure ; et comme vous avez entendu que l’antéchrist vient, maintenant aussi il y a plusieurs antéchrists, par quoi nous savons que c’est la dernière heure : 19 ils sont sortis du milieu de nous, mais ils n’étaient pas des nôtres ; car s’ils eussent été des nôtres, ils fussent demeurés avec nous ; mais c’est afin qu’ils fussent manifestés comme n’étant aucun d’eux des nôtres. 20 Et vous, vous avez l’onction de la part du Saint et vous connaissez toutes choses. 21 Je ne vous ai pas écrit parce que vous ne connaissez pas la vérité, mais parce que vous la connaissez et qu’aucun mensonge ne vient de la vérité. 22 Qui est le menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ ? Celui-là est l’antéchrist, qui nie le Père et le Fils. 23 Quiconque nie le Fils n’a pas non plus le Père ; celui qui confesse le Fils a aussi le Père. 24 Pour vous, que ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous : si ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous, vous aussi vous demeurerez dans le Fils et dans le Père. 25 Et c’est ici la promesse que lui nous a promise, - la vie éternelle. 26 Je vous ai écrit ces choses touchant ceux qui vous égarent ; 27 et, pour vous, l’onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n’avez pas besoin que personne vous enseigne ; mais comme la même onction vous enseigne à l’égard de toutes choses, et qu’elle est vraie et n’est pas mensonge, - et selon qu’elle vous a enseignés, vous demeurerez en lui. 28 Et maintenant, enfants, demeurez en lui, afin que, quand il sera manifesté, nous ayons de l’assurance et que nous ne soyons pas couverts de honte, de par lui, à sa venue. 29 Si vous savez qu’il est juste, sachez que quiconque pratique la justice est né de lui.

Chapitre 3 :

1 - Voyez de quel amour le Père nous a fait don, que nous soyons appelés enfants de Dieu ; c’est pourquoi le monde ne nous connaît pas, parce qu’il ne l’a pas connu. 2 Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté ; nous savons que quand il sera manifesté, nous lui serons semblables, car nous le verrons comme il est. 3 Et quiconque a cette espérance en lui même se purifie, comme lui est pur. 4 Quiconque pratique le péché, pratique aussi l’iniquité, et le péché est l’iniquité. 5 Et vous savez que lui a été manifesté, afin qu’il ôtât nos péchés; et il n’y a point de péché en lui. 6 Quiconque demeure en lui ne pèche pas ; quiconque pèche ne l’a pas vu, ni ne l’a pas connu. 7 Enfants, que personne ne vous égare : celui qui pratique la justice est juste, comme lui est juste. 8 Celui qui pratique le péché est du diable, car dès le commencement le diable pèche. C’est pour ceci que le Fils de Dieu a été manifesté, afin qu’il détruisît les œuvres du diable. 9 Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, car la semence de Dieu demeure en lui, et il ne peut pas pécher, parce qu’il est né de Dieu. 10 Par ceci sont rendus manifestes les enfants de Dieu et les enfants du diable : quiconque ne pratique pas la justice n’est pas de Dieu, et celui qui n’aime pas son frère.11 Car c’est ici le message que vous avez entendu dès le commencement, savoir que nous nous aimions l’un l’autre, 12 non comme Caïn était du méchant et tua son frère. Et pour quelle raison le tua-t-il ? Parce que ses œuvres étaient mauvaises et que celles de son frère étaient justes.

13 Ne vous étonnez pas, frères, si le monde vous hait. 14 Nous, nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie, parce que nous aimons les frères ; celui qui n’aime pas son frère demeure dans la mort. 15 Quiconque hait son frère est un meurtrier, et vous savez qu’aucun meurtrier n’a la vie éternelle demeurant en lui.

16 Par ceci nous avons connu l’amour, c’est que lui a laissé sa vie pour nous ; et nous, nous devons laisser nos vies pour les frères. 17 Mais celui qui a les biens de ce monde, et qui voit son frère dans le besoin, et qui lui ferme ses entrailles, comment l’amour de Dieu demeure-t-il en lui ?

18 Enfants, n’aimons pas de parole ni de langue, mais en action et en vérité. 19 Et par ceci nous saurons que nous sommes de la vérité, et nous assurerons nos cœurs devant lui 20 - que, si notre cœur nous condamne, Dieu est plus grand que notre cœur et il sait toutes choses. 21 Bien-aimés, si notre cœur ne nous condamne pas, nous avons de l’assurance envers Dieu ; 22 et quoi que nous demandions, nous le recevons de lui, parce que nous gardons ses commandements et que nous pratiquons les choses qui sont agréables devant lui. 23 - Et c’est ici son commandement, que nous croyions au nom de son Fils Jésus Christ et que nous nous aimions l’un l’autre, selon qu’il nous en a donné le commandement ; 24 et celui qui garde ses commandements demeure en lui, et lui en cet homme ; et par ceci nous savons qu’il demeure en nous, savoir par l’Esprit qu’il nous a donné.

Chapitre 4 :

1 Bien-aimés, ne croyez pas tout esprit, mais éprouvez les esprits pour voir s’ils sont de Dieu, car beaucoup de faux prophètes sont sortis dans le monde. 2 Par ceci vous connaissez l’Esprit de Dieu : tout esprit qui confesse Jésus Christ venu en chair est de Dieu, 3 et tout esprit qui ne confesse pas Jésus Christ venu en chair n’est pas de Dieu ; et ceci est l’esprit de l’antéchrist, duquel vous avez ouï dire qu’il vient, et déjà maintenant il est dans le monde. 4 Pour vous, enfants, vous êtes de Dieu, et vous les avez vaincus, parce que celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde. 5 Pour eux, ils sont du monde ; c’est pourquoi ils parlent selon les principes du monde, et le monde les écoute. 6 Nous, nous sommes de Dieu ; celui qui connaît Dieu nous écoute ; celui qui n’est pas de Dieu ne nous écoute pas : à cela nous connaissons l’esprit de vérité et l’esprit d’erreur. 7 Bien-aimés, aimons-nous l’un l’autre, car l’amour est de Dieu, et quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu. 8 Celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu, car Dieu est amour. 9 En ceci a été manifesté l’amour de Dieu pour nous, c’est que Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous vivions par lui ; 10 en ceci est l’amour, non en ce que nous, nous ayons aimé Dieu, mais en ce que lui nous aima et qu’il envoya son Fils pour être la propitiation pour nos péchés. 11 Bien-aimés, si Dieu nous aima ainsi, nous aussi nous devons nous aimer l’un l’autre. 12 Personne ne vit jamais Dieu ; si nous nous aimons l’un l’autre, Dieu demeure en nous, et son amour est consommé en nous. 13 Par ceci nous savons que nous demeurons en lui et lui en nous, c’est qu’il nous a donné de son Esprit ; 14 et nous, nous avons vu et nous témoignons que le Père a envoyé le Fils pour être le Sauveur du monde.

15 Quiconque confessera que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui et lui en Dieu. 16 Et nous avons connu et cru l’amour que Dieu a pour nous. Dieu est amour, et celui qui demeure dans l’amour, demeure en Dieu et Dieu en lui. 17 En ceci est consommé l’amour avec nous, afin que nous ayons toute assurance au jour du jugement, c’est que, comme il est, lui, nous sommes, nous aussi, dans ce monde. 18 Il n’y a pas de crainte dans l’amour, mais l’amour parfait chasse la crainte, car la crainte porte avec elle du tourment ; et celui qui craint n’est pas consommé dans l’amour. 19 Nous, nous l’aimons parce que lui nous a aimés le premier. 20 Si quelqu’un dit : J’aime Dieu, et qu’il haïsse son frère, il est menteur ; car celui qui n’aime pas son frère qu’il voit, comment peut-il aimer Dieu qu’il ne voit pas ? 21 Et nous avons ce commandement de sa part, que celui qui aime Dieu, aime aussi son frère.

Chapitre 5 :

1 Quiconque croit que Jésus est le Christ, est né de Dieu ; et quiconque aime celui qui a engendré, aime aussi celui qui est engendré de lui. 2 Par ceci nous savons que nous aimons les enfants de Dieu, c’est quand nous aimons Dieu et que nous gardons ses commandements ; 3 car c’est ici l’amour de Dieu, que nous gardions ses commandements, et ses commandements ne sont pas pénibles, 4 parce que tout ce qui est né de Dieu est victorieux du monde ; et c’est ici la victoire qui a vaincu le monde, savoir notre foi. 5 Qui est celui qui est victorieux du monde, sinon celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu ?

6 C’est lui qui est venu par l’eau et par le sang, Jésus le Christ, non seulement dans la puissance de l’eau, mais dans la puissance de l’eau et du sang ; et c’est l’Esprit qui rend témoignage, car l’Esprit est la vérité ; 7 car il y en a trois qui rendent témoignage : 8 l’Esprit, et l’eau, et le sang, et les trois sont d’accord pour un même témoignage. 9 Si nous recevons le témoignage des hommes, le témoignage de Dieu est plus grand ; car c’est ici le témoignage de Dieu qu’il a rendu au sujet de son Fils. 10 Celui qui croit au Fils de Dieu, a le témoignage au dedans de lui-même ; celui qui ne croit pas Dieu, l’a fait menteur, car il n’a pas cru au témoignage que Dieu a rendu au sujet de son Fils. 11 Et c’est ici le témoignage : que Dieu nous a donné la vie éternelle, et cette vie est dans son Fils : 12 Celui qui a le Fils a la vie, celui qui n’a pas le Fils de Dieu n’a pas la vie.

13 Je vous ai écrit ces choses afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu.

14 Et c’est ici la confiance que nous avons en lui, que si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute ; 15 et si nous savons qu’il nous écoute, quoi que ce soit que nous demandions, nous savons que nous avons les choses que nous lui avons demandées. 16 Si quelqu’un voit son frère pécher d’un péché qui ne soit pas à la mort, il demandera pour lui ; et il lui donnera la vie, savoir à ceux qui ne pèchent pas à la mort. Il y a un péché à la mort : pour ce péché-là, je ne dis pas qu’il demande. 17 Toute iniquité est un péché, et il y a tel péché qui n’est pas à la mort. 18 Nous savons que quiconque est né de Dieu ne pèche pas, mais celui qui est né de Dieu se conserve lui-même, et le méchant ne le touche pas. 19 Nous savons que nous sommes de Dieu, et que le monde entier gît dans le méchant. 20 Or nous savons que le Fils de Dieu est venu, et il nous a donné une intelligence afin que nous connaissions le Véritable, et nous sommes dans le Véritable, savoir dans son Fils Jésus Christ : lui est le Dieu véritable et la vie éternelle. 21 Enfants, gardez-vous des idoles.

 

 

Article N° 22 :

722949

L

21/08/2020

30

96

Eunomia

Chrysolithe

Figues

Géranium

Chien

Lundi 21 août 2006

Sirius, reine des étoiles et origine probable des « Elohim » :

 

Tableau des constellations et principales étoiles :

Constellations du ciel boréal :

NB

NB

Abréviations

Nom latin :

NB

Constellations :

Etoile Alpha :

1

1

And

Andromeda

1

Andromède

Sirrah ou Alpheratz

8

2

Aur

Auriga

8

Le Cocher

Capella (la Chèvre)

11

3

Cam

Camelopardalis

11

La Girafe

 

13

4

CVn

Canes Venatici

13

Les Chiens de Chasse

Cor caroli

18

5

Cas

Cassiopeia

18

Cassiopée

Schedir

20

6

Cep

Cepheus

20

Céphée

Alderamin

27

7

CrB

Corona Borealis

27

La Couronne Boréale

Margarita (les Perles)

31

8

Cyg

Cygnus

31

Le Cygne

Deneb

34

9

Dra

Draco

34

Le Dragon

 

40

10

Her

Hercules

40

Hercule

 

45

11

Lac

Lacerta

45

Le Lézard

 

47

12

LMi

Leo Minor

47

Le Petit Lion

 

51

13

Lyn

Lynx

51

Le Lynx

 

52

14

Lyr

Lyra

52

La Lyre

Véga

59

15

Oph

Ophiuchus

59

Ophiuchus (Serpentaire)

Rasalhague

63

16

Per

Perseus

63

Persée

Mirfak

80

17

Tri

Triangulum

80

Le Triangle

 

83

18

UMa

Ursa Major

83

La Grande Ourse

Dubhe

84

19

UMi

Ursa Minor

84

La Petite Ourse

Polaris (la Polaire)

Constellations du ciel boréal voisines de l'équateur :

NB

NB

Abréviations

Nom latin :

NB

Constellations :

Etoile Alpha :

5

1

Aql

Aquila

5

L'Aigle

Altaïr

9

2

Boo

Boötes

9

Le Bouvier

Arcturus

15

3

CMi

Canis Minor

15

Le Petit Chien

Procyon

25

4

Com

Coma Berenices

25

La Chevelure de Bérénice

 

32

5

Del

Delphinus

32

Le Dauphin

 

35

6

Equ

Equuleus

35

Le Petit Cheval

 

62

7

Peg

Pegasus

62

Pégase

Markab

71

8

Sge

Sagita

71

La Flèche

 

75

9

Sct

Scutum

75

Le Bouclier (Ecu de Sobieski)

 

76

10

Ser

Serpens Caput

76

Le Serpent

Unuk

88

11

Vul

Vulpecula

88

Le Petit Renard

 

Constellations du ciel austral :

NB

NB

Abréviations

Nom latin :

NB

Constellations :

Etoile Alpha :

2

1

Ant

Antlia

2

La Machine Pneumatique

 

3

2

Aps

Apus

3

L'Oiseau du Paradis

 

6

3

Ara

Ara

6

L'Autel

 

10

4

Cae

Caelum

10

Le Burin du Graveur

 

17

5

Car

Carina

17

La Carène du Navire

Canopus

19

6

Cen

Centaurus

19

Le Centaure

Rigil Kentaries

22

7

Cha

Chamaeleon

22

Le Caméléon

 

23

8

Cir

Circinus

23

Le Compas

 

24

9

Col

Colomba

24

La Colombe

Phact

26

10

CrA

Corona Australis

26

La Couronne Australe

 

33

11

Dor

Dorado

33

La Dorade

 

37

12

For

Fornax

37

Le Fourneau

 

39

13

Gru

Grus

39

La Grue

 

41

14

Hor

Horologuim

41

L'Horloge

 

43

15

Hyi

Hydrus

43

L'Hydre Mâle

Alphar

44

16

Ind

Indus

44

L'Oiseau Indien

 

50

17

Lup

Lupus

50

Le Loup

 

53

18

Men

Mensa

53

La Table

 

54

19

Mic

Microscopium

54

Le Microscope

 

56

20

Mus

Musca

56

La Mouche

 

57

21

Nor

Norma

57

La Règle (Equerre)

 

58

22

Oct

Octans

58

L'Octant

 

61

23

Pav

Pavo

61

Le Paon

 

64

24

Phe

Phoenix

64

Le Phénix

 

65

25

Pic

Pictor

65

Le Chevalet du Peintre

 

67

26

PsA

Piscis Austrinus

67

Le Poisson Austral

Fomalhaut

68

27

Pup

Puppis

68

La Poupe du Navire des Argonautes

 

69

28

Pyx

Pyxis

69

La Boussole des Argonautes

 

70

29

Ret

Reticulum

70

Le Réticule

 

74

30

Scl

Scupltor

74

L'Atelier du Sculpteur

 

79

31

Tel

Telescopium

79

Le Télescope

 

81

32

TrA

Triangulum Australe

81

Le Triangle Austral

 

82

33

Tuc

Tucana

82

Le Toucan

Atria

85

34

Vel

Vela

85

Les Voiles du Navire

 

87

35

Vol

Volans

87

Le Poisson Volant

 

Constellations du ciel austral voisines de l'équateur :

NB

NB

Abréviations

Nom latin :

NB